Un système à bout de souffle

La France, c’est ce pays merveilleux où le temps est clément, les nourritures roboratives et les vins capiteux. C’est cette contrée magique des 35 heures et des RTT, des cinq semaines de congés payés et de la retraite à 60 62 64 65 ans. C’est cette fabuleuse région du monde où tout finit en chansons. D’ailleurs, c’est bien simple : tout le reste du monde envie ce pays, notamment son système de sécurité sociale…

Pourtant, il choisit prudemment de ne surtout pas le copier.

mst smallD’aucuns pourraient trouver ça étrange, mais pour le coup, l’élite française a la réponse évidente à ce paradoxe factice : ce qui marche en France ne pourrait marcher ailleurs, parce que les Français ont un petit quelque chose, un je-ne-sais-quoi qui donne au système sa cohérence et permet la tendresse de tous ses participants, du premier cotisant au dernier des malades en passant par les personnels de soin, les administratifs et, bien sûr, Marisol Touraine sur laquelle il est bon de taper parfois parce que si vous ne savez pas pourquoi, elle, le sait.

Mais les faits sont têtus et indiquent d’autres raisons. Le je-ne-sais-quoi ressemble même, lorsqu’on sort des frontières, à un petit je-ne-sais-rien qui fleure bon le lavage de cerveau, obtenu par répétition inlassable d’un mantra accepté par tous, à savoir que sans ce système que nous connaissons, nous aurions :
a/ des pauvres qui ne pourraient pas s’assurer
b/ des gens qui mourraient dans les rues
c/ des riches qui auraient une super couverture santé
d/ des médicaments forcément inabordables, des docteurs aux prix prohibitifs, des soins minimalistes ou luxueux
e/ des morts de petit cheval et de chatons mignons par packs de douze.

Pourtant, lorsqu’on compare avec les autres systèmes du reste du monde, on se rend compte qu’il existe mieux ailleurs, sur tous les points de vue. Par exemple, en terme d’espérance de vie, la France est dépassée par plusieurs pays (Singapour, Hong Kong, l’Australie, Israël, le Japon, l’Espagne, l’Italie, la Suède ou la Suisse). Pour ce qui est du coût, on retrouve beaucoup de ces mêmes pays à faire mieux que la France (c’en est même quasiment comique pour les habitants de Hong Kong, qui dépensent un tiers seulement de ce que dépensent les Français pour leur couverture santé, et vivent presque deux ans de plus).

secu depenses prot sociale pibLe plus gênant dans tout ceci est que si les coûts diminuaient régulièrement, le cotisant accepterait sans doute ces différences. Après tout, tout le monde ne veut et ne peut pas vivre à Hong Kong, ne serait-ce que parce qu’ils n’ont aucun cru classé (et je n’évoque même pas le fromage local, c’est une plaisanterie). Malheureusement, les coûts de la protection sociale française ne cessent de grimper.

Ces coûts qui grimpent ont une conséquence directe : certains Français renoncent à obtenir des soins pour des raisons financières. Et actuellement, la proportion des Français faisant ce choix grimpe à 25.7% (avec en tête les soins dentaires – la prothèse de plusieurs milliers d’euros remboursée une centaine doit nettement refroidir certains – et l’optique).

Parallèlement, si certains patients, n’ayant plus les moyens de bénéficier de ce système que le monde nous envie, renoncent à s’y faire soigner, on constate que certains docteurs renoncent quant à eux à donner certains soins. Un quart des patients bénéficiant de la CMU se voit ainsi refuser des rendez-vous avec les praticiens…

etat de sante RSAOn pourrait trouver cela gênant d’autant plus que ce sont précisément dans les populations les plus pauvres que les besoins de soins sont les plus grands.

Tout ceci est fort peu réjouissant, j’en conviens. Mais rassurez-vous : ce n’est pas fini puisqu’on apprend qu’à ces écarts de plus en plus grands entre la médecine de riches et la médecine de pauvres s’ajoute un déficit maintenant récurrent, et plus fort que prévu.

Devant ces éléments, quelques questions me turlupinent.

D’abord, où sont passés les déficits cumulés depuis des années ? Il n’y a en effet pas plus de scanners, pas plus d’IRM en France qui permettraient d’accepter qu’on a fait des dettes pour s’équiper. Or, par tête de pipe, la France se situe entre le Portugal et la Turquie pour l’imagerie médicale (les pays avec le plus de matériel étant le Japon, les USA et l’Italie). Le temps d’attente pour passer en IRM n’arrête pas d’augmenter, tout comme les files s’allongent aux urgences. Or, poser le bon diagnostic, en un temps rapide, c’est aussi gagner en efficacité de traitement et faire baisser les coûts de santé. Les médecins ne sont pas assez nombreux, pas assez bien localisés, pas assez jeunes ; on en importe, mais ils ne sont pas assez bien diplômés, pas assez fiables (le peuple a droit à des médecins qui sont propres sur eux, pas louches, qui parlent sans accent !), bref pas assez Français.

Ensuite, comment expliquer que les effectifs de la fonction hospitalière n’ont pas arrêté de croître ces quinze dernières années, passant de 873.000 en 1998 à 1.153.000 en 2012 alors que la qualité de soins fournie et la disponibilité des personnels n’a pas arrêté, elle, de chuter ? Peut-être les déficits sont-ils expliqués par ces effectifs… Mais avouez que s’endetter pour payer les salaires, ce n’est pas très rassurant. Et quand bien même : la population (et donc a fortiori, le nombre de malades) n’a pas augmenté en France dans les mêmes proportions sur la même durée…

Enfin, comment expliquer qu’on accroît sans cesse le nombre de personnes qui bénéficient de la couverture alors que dans le même temps, le nombre de contributeurs nets n’a pas cessé de diminuer (vieillissement, chômage, …) ?

Sécurité sociale

En réalité, on ne l’explique pas. Personne n’essaye même vraiment de trouver une raison à la croissance des déficits, si ce n’est les explications faciles et idiotes des collectivistes de gauche (« c’est parce que les rentrées sont trop faibles, demandons plus aux entreprises ! ») ou des collectivistes de droite (« c’est parce que les sorties sont trop fortes, distribuons moins aux immigrés ! »), sans que personne ne s’inquiète pourtant de voir ce qui est évident : il n’y a aucun lien entre ceux qui payent les soins et ceux qui en bénéficient, dans un système qui incite alors les premiers à tout faire pour diminuer leur apport, et les seconds à maximiser les services obtenus, sans que les uns soient jamais mis en rapport avec les autres.

Mathématiquement, c’est donc un système voué à l’échec et c’est cet échec auquel nous assistons actuellement.

Mais à cet échec financier s’ajoute un échec moral. Non seulement, la promesse d’une santé disponible à tous n’est pas tenue, non seulement le mythe de la santé gratuite ou même « bon marché » est largement oublié, mais en plus la promesse d’une qualité égale pour tous ne l’est pas non plus, loin s’en faut. La médecine française est maintenant à deux, trois ou quatre vitesses, séparant durablement les pauvres, qui n’ont pas toujours accès aux soins et aux prestations minimales voire bas-de-gamme, et de l’autre, les couches plus aisées voire riches qui, par réseau et petites combines, parviennent à trouver encore leur compte dans ce système inique, résultat pourtant prévisible d’une collectivisation délétère et d’une déresponsabilisation générale.

Le système français empile les dysfonctionnements, il n’apporte plus ni la qualité qu’on serait en droit d’attendre pour les sommes engouffrées, ni même l’égalité sur laquelle, pourtant, il est entièrement bâti.

Pourtant, ce ne sont ni les personnels dévoués, ni les équipementiers de pointe, ni les laboratoires innovants, ni les médecins compétents qui manquent. Ce ne sont pas les moyens financiers non plus puisque, on l’a vu, avec moins d’argent, on peut faire largement mieux et diminuer la charge sur les Français aurait le double bénéfice de leur redonner des marges de manœuvres et de pouvoir d’achat, et par voie de conséquence, de leur améliorer sensiblement la santé.

Le système est à bout de souffle, ce souffle dont on fait les utopies, ces utopies d’égalité et de déresponsabilisation, ces utopies de politiciens qui n’ont jamais eu le courage d’affronter la réalité.

Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1PK7kmRHLZzgq6ocsvbu2nYFy1JoCBFDM

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires272

    1. Aristarque

      Hélas! H16 a raison de ne laisser comme choix aux futurs retraités que celle à prendre à 65 ans. Perso, je sais déjà que je dois atteindre au moins 64 ans pour envisager de la prendre mais d’ici là, une rallonge sera probablement nécessaire (je suis au régime général, bien sûr, celui qui abonde les déficits des autres régimes spéciaux)…

        1. Waldburg

          Ah, partir dans la force de l’age en regardant un film sur les réalisations glorieuses du plan quinquennal social-démagogue, avec en fond musical un medley de « l’internationales » et d' »A la santé de Maurice »…

  1. Le Gnôme

    C’est là toucher au dogme, et un dogme, ça ne se discute pas, on vit avec et on meurt plus tôt avec. C’est le perinde ac cadaver étatique.

      1. Serpico

        Et les commentaires sont édifiants sur le lien du JdN, c’est à mourir de rire. Le pécore qui affirme que le classement Bloomberg est une « ânerie » ne doit connaître ni Bloomberg, ni le reste du monde.

        C’est pas prêt de changer quoi. Comme d’hab

  2. Caton

    L’explication des déficits récurrents du système français de Sécurité Sociale se trouve dans les annexes du rapport Perruchot…

      1. Caton

        Les médicaments ambulatoires et rétrocessions représentent 14,4% des dépenses en 2011. La surconsommation de médicaments, si elle existe, n’explique pas les déficits récurrents.

        Si elle existe, parce que certains médicaments ou conditionnements, disponibles en OTC partout ailleurs dans le monde (ex: ibuprofen 400 mg boîte de 30) requièrent une ordonnance en France. Il y aurait comme un lien avec le nombre de lignes moyen dans une ordonnance que ça ne m’étonnerait guère…

      2. Marco33

        Le poste médicament n’est pas la source principale des déficits, c’est même un leurre pour éviter de parler de l’hôpital pour taper sur une pseudo profession libérale (les pharmaciens).
        D’ailleurs, de plus en plus de génériques sont distribués et les médicaments de moins en moins bien remboursés, voir déremboursés.

        Une autre joyeuseté non signalée mais qui est une horrible et magnifique bombe à retardement : les millions d’heures de RTT non pris par le personnel hospitalier, mais stockées dans des « comptes RTT »……

        1. douar

          sans compter la féminisation des médecins qui fait perdre beaucoup d’heures effectives au corps médical (moins d’astreintes, temps partiels etc…).

        2. Nice-oliver

          Il est à noter que les Hôpitaux prescrivent peu voire pas de génériques.

          Etonnant, non?

          En fait, pas tant que cela!!! Car les laboratoires leur accordent des tarifs imbattables. Et une fois que le client (pardon!!! le patient) sort de l’Hôpital avec son non-générique, on compte bien évidemment sur le bon vouloir du Pharmacien sauf présence de la mention « non substituable ».

          J’attends de voir un bon journaleux de gôôôche à nous qu’on a nous présenter à heure de grande écoute un joli camembert présentant la répartition du budget de la Sécu et les déficits associés. Même le plus benêt des téléspectateurs de NRJ12 devrait alors être en mesure de comprendre qu’on se moque de ceux qui versent des sommes folles dans un système devenu fou. Et que les mesures prises depuis 15 ans ne s’attaquent pas au fond du problème.

          Et en même temps la CS d’un Spécialiste libéral ne suit même l’évolution du SMIC puisqu’elle n’a pas été réévaluée depuis 1995… soit 19 ans.

          Et après on s’étonne que les spécialistes s’installent en secteur II

    1. yp

      Pas seulement : Combien de personnes émargent à la sécu, à l’URSSAF, au RSI ? C’est à dire vivent des cotisations sans apporter de soins (sans créer de valeur ajoutée) ?

      (Même remarque pour l’EdNat, mais ce n’est pas le sujet…)

  3. NOURATIN

    Un système balourd dont beaucoup, à commencer par les médecins, ont largement profité. Avec la CMU associée à une immigration écrasante la Sécu avait le choix entre la faillite immédiate et la lente descente aux enfers assortie d’une diminution progressive des prestations pour ceux qui cotisent. L’utopie, comme vous dites a, depuis longtemps, atteint ses limites mais, personne n’ayant le courage de trancher, nous continuerons comme-ça jusqu’à épuisement complet.

      1. NOURATIN

        Non, non, je ne confonds rien du tout. La CMU complémentaire est financée par la CSG qui est un impôt et comme elle creuse encore plus
        le déficit de la Sécu, elle nous alourdit considérablement la dette, chaque jour qui passe.
        Et devinez qui sont les principaux bénéficiaires de la CMU complémentaire?

        1. gameover

          Non, Nouratin, c’est l’état qui a demandé à ce que la CSG soit considérée comme un impôt mais l’UE l’a renvoyé dans ses foyers en disant que c’est une cotisation sociale.
          Il FAUT conserver cette position sinon tous ceux qui quittent la sécu seraient obligés de payer ce soi-disant impôt.

          Comme je le dis depuis un moment, ce faisant, le but de l’état est de donner au système petit à petit toutes les caractéristiques d’un régime légal. la mutuelle obligatoire en était le dernier maillon avant l’unification.

          Donc le CSG et et doit rester une cotisation.

        2. Nice-oliver

          Si j’en crois mon épouse qui la voit défiler dans son cabinet: l’Afrique du nord et les pays de l’Est…

          Et pourtant, c’est (pardon c’était) une fervente socialiste. Maintenant qu’elle paye lourdement, elle se dit finalement qu’il y a de l’abus!!!

    1. Korben

      « Un système balourd dont beaucoup, à commencer par les médecins, ont largement profité. »
      Je ne suis qu’interne en médecine, mais je ne crois pas me tromper en disant que la grande majorité des médecins jèterait volontiers ce système à la benne.
      Tarifs de consultation ridiculement bas
      Actes techniques non revalorisés malgré l’inflation des coûts professionnels et personnels (cf en radiologie : 1er acte payé 100%, 2e acte à 50% et les suivants gratuits)
      Délégation de tâches administratives par la sécu qui vient harceler les médecins quand leurs statistiques ne sont pas dans les clous
      Patients déresponsabilisés qui perdent, pour certains (ceux qui ne paient pas en général), tout respect pour le médecin ainsi que la notion de valeur des actes (puisque c’est gratuit, ça ne vaut rien)
      Impôts et charges maxi pour prise en charge santé et retraite mini
      Sentiment de toute puissance des improductifs du système (sécu, mutuelles, politiques), cf harcèlement Xavier Tarpin qui tenait un blog qui dérangeait, déclarations de Touraine/Lemorton et consorts…
      Normes parfois excessives, qui coûtent une fortune, sans que ce soit toujours justifié.

      Même les médecins roumains ne sont pas satisfaits de ce système, alors les médecins français…

      1. Ano59

        C’est vrai, j’entends quasi-uniquement des critiques vis à vis du système actuel chez nos (futurs) confrères. Mais souvent les « solutions » proposées consistent à rajouter une bonne louche d’interventionnisme (« il faudrait donc prendre telle ou telle mesure », « il faut plus de moyens »).

        Au final difficile d’en vouloir individuellement aux gens, on nous fait penser comme ça dès l’Ed’ Nat’.

        1. Cyrar

          Les radiologues font un métier plus que lucratif, je ne verserai pas une larme pour eux. Le matériel est amorti depuis des lustres…
          Je crois d’ailleurs que c’est la spécialité la mieux rémunérée (en salaire moyen).

          1. Korben

            Les radiologues avaient une spécialité correctement rémunérée jusqu’à il y a peu, quand la sécu a décidé unilatéralement de rembourser selon les modalités que je donne plus haut. C’est la dérive autoritaire de la sécu que je voulais mentionner plus que les revenus des radiologues.
            Pour maintenir ces salaires à un niveau normal (ceux des pays voisins en somme), les nouveaux installés passent en secteur II, et les patients paient la différence (ou reviennent le lendemain pour l’examen suivant…)
            Le matériel n’est pas spécialement « remboursé depuis des lustres » puisqu’il a une durée de vie limitée. Un scanner coûte 1 million d’euros, une IRM 1.5 million d’euros. je ne connais pas les coûts d’entretien qui ne doivent pas être gratuits.
            On pourrait parler plus facilement des chirurgiens viscéraux, obstétriciens, pneumologues, généralistes, pédiatres etc. avec des situations effectivement bien pires que celles des radiologues.

            1. Nice-oliver

              En fait, faute de parvenir à renégocier correcteur le secteur I, les syndicats de secteur I voudraient volontiers torcher le secteur II… Histoire de renégocier ensuite un secteur I ressemblant comme 2 gouttes d’eau au secteur II actuel.

              C’est un mal bien français: envier l’assiette du voisin…

            2. gameover

              On fait les choses à l’envers :

              Il y a en France 12 appareils IRM par million d’habitant alors que la moyenne européenne est de 20.

              Je viens de lire que c’est l’autorité de santé qui donne avec parcimonie l’autorisation pour l’achat d’appareils et ce certainement suivant le principe que la rareté abaissera la consommation.

              Ce n’est pas faux mais c’est tout simplement idiot par rapport au but recherché (7-1)car il s’agit d’une rareté organisée : la rareté organisée a exactement le même effet qu’un protectionnisme : elle affecte le prix et est responsable EN CASCADE de la mauvaise allocation des ressources (éviter la presciption d’analyses inutiles) et des inégalités à cause de l’économie souterraine.

              L’autorité de santé TUE et en plus ça nous coûte un bras.
              La libéralisation du marché d’installation des IRMs permettrait d’avoir des prix en compétition et des diagnostics rapides permettant des économies d’échelle.

              Venant de se réveiller l’autorité de santé vient de se poser comme objectif de doubler le nombre d’appareils d’ici 2016.

              MDR ! Maintenant c’est le prix des appareils qui va grimper à cause de la demande.

              Reste plus qu’à mettre en place une subvention pour aider les praticiens à s’équiper et on aura bouclé la boucle :

              « Si ça bouge, taxez-le. Si ça continue à bouger, régulez-le. Si ça s’arrête de bouger, subventionnez-le. » (Reagan)

    2. René de Sévérac

      Ce texte m’avait échappé; je le découvre sur ndf tardivement.
      H16, je reste sceptique -comme la fosse-, malgré la qualité du texte.
      Que reste-t-il à l’issue de la lecture : qu’il faut aller vivre à Hong-Kong ?
      Renvoyer dos-à-dos les reproches de droite et de gauche ne me satisfait pas !
      Qu’il y ait des abus des uns (pourvoyeurs de soin, consommateurs, profiteurs divers, …) nous sommes tous d’accord et la conclusion (on est foutus) ne semble pas un excellent programme politique (là, je vous entends « c’est pas mon rôle »).
      Bref, vous désespérez Billancourt … et au-delà !
      Pourquoi ce commentaire, fin juillet ? Peut-être pour me défouler.

  4. Calgon

    Peut-être que l’augmentation des déficits est (un peu ?) lié à l’augmentation des bénéficiaires des soins gratuits (ressortissants étrangers y compris – et surtout – sans papiers) qui n’ont jamais cotisé ni versé ne serait-ce que l’ombre d’un centime d’euros ?

    Pour avoir un peu fréquenté les hôpitaux ces derniers temps, région Urgences, j’ai été un peu estomaqué de me retrouver au milieu d’une autre population, dont je ne comprends pas l’ombre d’un mot, mais qui sait parfaitement se montrer vindicatif et exigeant avec le personnel médical.

    Loin de moi l’idée de rendre cette « générosité d’âme » (sur le papier, c’est beau de pouvoir offrir les soins pour tous ceux qui en ont besoin) responsable de tous les maux du système de santé : plus que la maladie, ce n’en est sans doute que l’un des nombreux symptômes. Toujours est-il que depuis, je ne regarde plus mes cotisations avec le même regard (bon ok, je ment : je suis devenu très critique depuis que je lis ce blog !)

    Question subsidiaire : en tant que lecteur régulier (et commentateur occasionnel), je n’ai pas trouver comment ajouter un avatar. Hors certains nantis privilégiés turbo-capitalistes en sont visiblement pourvus. Qui dois-je corrompre ?

    1. Lafayette

      n’oubliez pas non plus que les premier coûts de ces assurances sociales étaient aussi pour des personnes n’ayant jamais cotisé. Donc la dette est avec un effet de retard qui n’est pas imputable seulement aux nouveaux arrivants.

      1. gameover

        L’état effectue les compensations tout comme il le fait aussi pour les exonérations des bas salaires ou des apprentis etc…

        La cour de comptes a émis quelques réserves dessus sur les comptes de 2012 mais ça ne représente que 4 ou 5 centaines de millions d’euros et en général c’est compensé l’année d’après.

        Cette solidarité là est donc bien payé par l’impôt.

    2. yp

      Les populations dont vous parlez vont dans les hopitaux, car ils ne sont pas obligés de payer 23€ et de se faire rembourser la consultation.

      Mais il est vrai que j’ai été estomaqué il y a deux/trois ans : Une personne de ma famille avait fait un malaise au cours d’un repas de midi, nous avons appellé les pompiers qui l’ont transféré à l’hopital. J’ai donc attendu aux urgences, sans stress dû à l’attente, car je savais que la personne que j’accompagnais était prise en charge : Je n’avais rien à faire et j’ai eu tout loisir d’analyser le cirque des prises en charges durant les 8/9 heures qui ont suivi.

      Là, j’ai pu constater que ceux qui gueulaient le plus fort était pris avant les autres. Il y avait en outre une fillette qui avait l’arcade sourcillère d’ouverte qui a dû attendre avec sa plaie ouverte depuis 9H du matin, et qui est enfin passé pour ses quelques points de suture vers 20H30, juste avant que je ne quitte les lieux.

      Il y a aussi une dame qui était arrivée bien avant nous, qui se plaignait de maux de ventre et qui a fini par tomber dans les pommes vers 18H…

      Mais pendant ce temps là, les gens qui venaient en groupes et qui criaient étaient pris en charge rapidement – et repartaient tranquillement à la maison 1/4 d’heure après.

      Un moyen simple de régler le problème serait de facturer une prise en charge aux urgences, hors cas d’urgence vitale, à 23€ (payable d’avance et remboursés). Le problème des urgences encombrées et de la faune responsable du bordel en ce lieu serait réglé.

      1. Lafayette

        Bon avec une maladie contagieuse c’est pareil, on attend d’abord que le cas unique se développe, histoire d’avoir un bon rabais sur les médicaments concernés … (enfin c’est ce que l’on pourrait tirer comme conclusion positive à la généralisation du manque de responsabilité)

      2. Kazar

        Scandaleux, notamment pour les deux exemples de la fillette et de la personne âgée. Mais comme les autorités ont démissionné et laissent faire, le personnel hospitalier est soumis. Ça me hérisse qu’une partie de la population soit aussi incivile, mal élevée, sans gêne, et qu’ils obtiennent toujours tout.
        Tout cela finira forcément mal.

        1. channy

          Mon neveu de 3 ans est arrivé a 11 heures suite à une fracture du bras, passé sur la table d opération a 21 heures.
          Il y a une dizaine d année mon médecin généraliste , avait exercé auparavant dans un quartier sensible , il avait demenagé mais la faune du quartier l avait suivi, car il cédait rapidement sur les arrêts maladies, et souvent ne se faisait pas payer si les patients n en avaient pas les moyens..
          Bref il fallait voir le cirque dans la salle d attente, ou les » papos » ayant autre chose à faire, n hésitaient pas à frapper a la porte du docteur en pleine consultation, pour lui demander s il en avait encore pour longtemps, certains lui demandant même de se dépêcher car ils n avaient pas trop de temps.
          Mais tout va bien en Grance

      3. Ano59

        Et encore, vous ne fréquentez pas les urgences côté soignant.

        Car certains spécimens en consultation sont…irritants.

        À noter qu’il y a toujours moyen de se manger un procès perdu si on harcèle limite pas le patient pour le soigner, et ce même s’il veut pas entendre parler de soins, s’il se casse contre avis, s’il insulte, menace, crie ou pisse en général sur toute notion de respect. Il faut vraiment qu’il nous casse la gueule pour pouvoir le laisser à lui-même (et encore).

        Avec une telle épée de Damoclès législative au dessus de la tête, oui, le personnel hospitalier se « soumet » comme on peut lire ici. Rester calme et impassible et prendre soin du patient qui parfois après avoir atterri aux urgences par une connerie de sa part (l’alcool en est une source inépuisable) menace physiquement la piétaille hospitalière.

      4. Etienne

        La dernière fois que je suis allé aux urgences pour ma fille, en Espagne, (dans le privé), j’ai mis 23 minutes en tout, l’horodateur faisant foi.

        1. Théo31

          Dernière que j’ai été aux urgences, c’était dans une clinique : quatre heures d’attente pour une entorse avec déchirement osseux. En prime, il a fallu faire flamber la CB pour les radios parce pas de médecin référent.

      5. Ours des montagnes

        Dans un certain gros service d’urgence de l’est, je glissais sous la pile systématiquement les cas non urgents, jusqu’à découragement du patient si possible (genre mal de gorge !). Si le patient râlais, je lui expliquais que l’on triait les urgences par ordre de gravité et non d’arrivée, mais c’était il y a plus de 12 ans… cela a du changer depuis…

          1. gameover

            Et surtout dire que si on passe pas assez vite c’est qu’i y a de la discrimination.
            La dernière en date est celle qu’a faite une association d’handicapés contre EuroDisney : incapables de comprendre qu’a situation exceptionnelle il faut des moyens exceptionnels.

            « Vous vous rendez compte, il faut prendre rendez-vous. » Ben oui connasse, dans une file d’attente de 2h il va péter un cable le handicapé mental. Avoir rendez vous c’est plutot un avantage.

            « Vous vous rendez compte, ils ne peuvent passer que un par un dans chaque activité. » Ben oui connasse, il faut un accompagnant du parc par handicapé.

            « Vous vous rendez compte, on ne peut faire que 2 manèges dans l’après midi. » Ben oui connasse, comme tout le monde en fait.

            « Vous vous rendez compte, tout le monde nous regarde » : OoooOh ! (façon Filoche)

            Ca me rappelle je ne sais plus qui (sorry) qui disait qu’il fallait des WC handicapés dans les refuges de montagne.

            1. turlututu

              Dans le même style, là où j’habite je viens de voir apparaitre des bandes guides pour non voyants (politiquement correct) collées au sol entre les nombreuses places de parking handicapés et l’entrée du magasin. Certainement en prévision des google cars !

              1. val

                Euuuh BM vous y allez un peu fort ;-), le probleme de notre beau pays c ‘est que l’on a tout fait pour leur interdire l’accès à l’emploi avec toutes ces reglementations et salaires minimums. De ce fait on en fait des assistés et on leur retire totalement leur dignité. Les aménagements divers et variés passeraient mieux dans l’opinion si les handicapés travaillaient comme les autres.

                1. turlututu

                  L’idée là c’est plutôt qu’on imagine mal un aveugle garer sa voiture sur une place handicapé ! A trop vouloir en faire ça frise le ridicule (un peu comme les gardes corps qu’on voit pousser partout sur des toitures terrasse inaccessibles) Enfin à 25 € ht le mètre sans la colle et avec 20% de TVA l’état se rempli les poches sur le dos du consommateur qui paye toujours in fine.

                  1. gameover

                    Turlututu Chapeau pointu, BM et Val commentaient mon post du dessus.

                    BM est en pétard car Eymar est forfait pour la demi finale.

                    D’accord avec val, et je rajouterai qu’à force de réglementation on en arrive à prendre les handicapés en grippe.

                    Les places pour handicapés sont un bon exemple.
                    Si aux heures de pointe ce sont les seules qui soient libres c’est bien qu’il y en a trop comparativement aus places normales.

                    La vie ne devrait pas être plus facile pour eux mais la même que pour nous. Idem pour les caisses rapides dans les supers ou hypers : c’est juste logique et bienséant de laisser passer une personne qui a des difficultés ou dont la station debout semble pénible sans qu’elle ait besoin de sortir sa carte tricolore… mais les gros naaaaaan !

                    Et pas ceux en chaise roulante, ils sont assis eux !

                    (ce post est sérieux)

                    1. Lafayette

                      On oublie aussi que depuis Ours des montages, avec la spécialisation, la mondialisation et la politisation des internes, il faut consulter le syndicat de la médecine, avant de trouver une réponse de médecin spécialisé en grippe du canapé.

                      Bref on comprend mieux que certains sont mieux servis.

  5. Calvin

    Un grand merci pour avoir pointé l’échec moral du système.
    Le problème financier n’est pas techniquement insurmontable comme l’on prouvé les Allemands sur le même sujet (même s’ils n’ont gagné qu’es quelques décennies), mais le déni français rend tout ajustement pérenne impossible.

    1. Marc Aurèle

      Oui l’échec est moral. Et celui-ci ne me semble être qu’une petite facette d’un ensemble bien plus large, en train de sombrer. Peut-être faudra-t-il en passer par là pour recommencer, une espèce d’oeuvre au noir en somme.

    1. Jesrad

      Vous riogolez mais les chômeurs ont déjà droit à des ‘congés’, à déclarer à Paul Employ et pendant lesquels on peut partir en vacances peinard.

    1. Aristarque

      Il n’y a pas eu la municipalité de Gatignon trop gnon (Sevran) à avoir été sauvée par le crowdfuding volontaire imposé à toute la Grance???

    2. gameover

      Bof… « Du bricolage, en attendant un signe de la mairie. »

      Je ne vois pas beaucoup de différence avec le crownfunding style « je voudré tro faire un voyage pour voire des choses de ouf et rencontrai dé jens. merci je vous kiffe <3 "

      Bon si y en a qui paie pour ça… c'est bien, ça évite aux autres d'y être forcé.

  6. LaM

    Je ne suis clairement pas expert sur le sujet de la protection santé à l’international, mais il me semble que nous avons relativement peu d’assureurs en France.
    N’y a t-il pas un risque que l’on tombe dans un système américain ? Surtout si on conserve ces numerus clausus ridicules?

    1. Kekoresin

      Ah, le fameux squelette dans le placard du système de santé américain! Le croquemitaine justifiant l’incompétence de l’état et tous les excès pour sauvegarder un système complètement à la ramasse. La sécu, c’est le minitel à l’heure d’internet!!!

      J’ai habité aux USA et je payais une assurance santé bien moins onéreuse que ce que me coute la SS pour une couverture supérieure. Mes lunettes (faites en deux heures pendant que je faisais mes courses) me revenaient à 100 euros monture Ray-Ban et verres compris avant remboursement. Ma fille s’est fait opéré récemment dans le Montana de l’appendicite (entièrement remboursé) dans un établissement de luxe (chambre individuelle, masseur sur demande, TV grand écran + Blu-Ray à volonté, repas gastronomiques…) L’ensemble des coûts étaient 25% supérieurs à une opération CHU de base avec traitement patient-morceau-de-viande et repas dégeu!

      Alors il est vrai qu’aux USA, en l’absence d’assurance, on a droit au dispensaire mais nos pauvres français sans mutuelle en sont réduits au même traitement. Pour un travailleur, le cout d’une assurance santé revient de toute façon moins cher que les cotisations obligatoires + mutuelles!

  7. brondillant

    oups
    2 nouveaux lecteurs ce mois ci.Les vacances approchent et je vais en apporter d’autres. Päsque je pense que plus on sera nombreux à comprendre ce qui se fait réellement, plus le système changera ou implosera. Au choix, je m’en fous. Si dans deux mois on est plus de 6 000 à lire ce blog on devrait pouvoir commencer à faire quelque chose.
    Nan!

    1. Before

      Tiens au fait, est-ce que Mister H a des chiffres intéressants au niveau de la fréquentation de ce blog ?
      ça augmente, ça stagne, ça baisse ?
      Est-on plus nombreux ou bien on représente un camp retranché (Toute la Gaule est occupée. Toute ? Non, …) ?

      1. MadeInCH

        h16 – 3 juillet 2014, 16 h 07 min

        Un billet moyen est lu 4000 fois en 2 jours (sur ce blog seulement). Les commentateurs représentent 10%à tout casser. Certains billets très commentés ont tendance a biaiser les stats.

  8. Mike

    Je me trompe ou notre cher hôte aurait pu écrire exactement la même chose sur le système educatif en changeant quelques mots par çi par là, que ce serait tout aussi juste ?
    Même constat d’echec, mêmes non solutions, même fail qui précipite la décadence de la fRance.
    CPEF

  9. Kloupa

    Comme nous l’avez dit un certain candidat « Hollande » pour lequel certains Français ont commis la folie de voter: « L’essence de la France, c’est l’égalité ». Mais, comme pour le système social en ruine, ce pays ne cesse de voir les inégalités s’accroître en matière de revenus: les classes moyennes sont laminées et renvoyées vers la pauvreté, et en réalité, seuls s’en sortent haut la main les profiteurs du système, qui sont les politiciens professionnels et leurs « clients », les bénéficiaires des régimes spéciaux (SNCF, EDF, GDF,…), et les hauts fonctionnaires. Notre système ressemble furieusement aux régimes des pays communistes, et comme ces régimes, il a entamé sa marche vers une inéluctable faillite!

    1. yp

      La faillite est certes inéluctable. Mais cela ne veut pas dire que le système va faire faillite dans un avenir proche (entre la révolution russe et la chute du mur, il s’est écoulé 73 années. )

      Par ailleurs, il reste encore suffisament de pognon à voler en France…

      1. Kloupa

        Voilà néanmoins plus de quarante ans que le système Français vit à nos crochets et au dessus de ses moyens. Je prend le pari qu’il ne durera pas encore 33 ans, car la France, contrairement à l’ex-URSS, ne regorge pas de richesses naturelles, et n’a pas à ses portes des pays colonisés après la défaite de l’Allemagne nazi. C’est, tout au plus, une question de quelques années, moins d’un quinquennat, si vous voyez ce que je veux dire. Alors, on parie?

    2. Jga

      « L’essence de la France c’est l’égalité ».
      Ca se voit qu’il ne sait pas ce qu’est un Plan Local d’Urbanisme. Le droit de propriété (si ça existe encore, en tous cas les droits attachés à la location du terrain en taxes foncières et successions) est écorné différement, dans une même ville, selon le côté de la rue.

  10. GG

    Un point me fait rester sur ma faim : l’article linké passe trop rapidement sur les médecins qui refusent l’accès aux CMU.
    Que peuvent-ils avoir comme raison ? (après tout, de leur point de vue, la situation financière ne change rien)

    1. royaumont

      J’ai eu l’occasion de discuter de ce problème avec des infirmiers libéraux. Ils ne veulent plus de gens de la CMU, parce qu’au final ils ne sont pas payés…
      Les allocataires recoivent les soins et, au dernier rendez-vous, ne viennent pas, la facture restant donc impayée. C’est parfois dû aux pathologies typiques d’accident du travail qui indiqueraient donc du travail au noir. Mais pas toujours, il y a une bonne part de mépris à l’encontre d’un système qui pourtant leur donne tout.
      Les médecins ont un autre problème, c’est celui de voir les allocataires de la CMU venir pour un oui, pour un non et de ce fait encombrer les cabinets des médecin et surcharger leur emploi du temps pour rien. Sans compter une attitude souvent odieuse de gens qui considèrent que tout leur est dû.

      1. Kekoresin

        Hé oui, tout leur est dû! A force de vouloir être le phare de l’Humanité en termes de droits de l’homme et de la gestion si humaine de la pauvreté, la France accroit les inégalités et pousse les cotisants dans les filets du FN. Il est anormal que rien ne soit dû par qui que ce soit. Je n’ai pas connaissance d’étrangers en situation irrégulière pouvant bénéficier de soins gratos dans un autre pays que le notre!

        Cela dit, même si ces abus sont fréquents, ils ne représente qu’une petite partie du déficit abyssal de la SS. Le gestion catastrophique d’une administration stalinienne en est le principal fossoyeur!

      2. Ours des montagnes

        Exemple : lors des gardes, systématiquement les visites de nuit inutiles sont le fait des CMU. En plus la secu ne vous règle pas l’intégralité du tarif de garde en ne prenant pas en compte par exemple le déplacement. Bref une fois sur deux en moyenne : vous n’êtes pas payé pour un cas même pas urgent avec le risque de suraccident lié à la fatigue. On se sent alors comment dire…

    2. Nice-oliver

      Ce sont essentiellement les spécialistes en secteur II qui refusent la CMU car pour eux cela change beaucoup financièrement car ils sont rémunérés au tarif opposable secteur I mais paient leurs charges sociales en secteur II.

    3. Black Mamba

      Le refus de ceux qui ont la CMU est premièrement des gens qui s’en foutent de la prise de rendez vous ….ils viennent quand cela leur chantent, on a beau dire qu’il faut respecter les rendez vous donnés , soit ils ratent ou viennent deux à trois heures après voir même le lendemain. .. Aucune excuse.
      Ou on a fait les soins et quelques mois après on doit les refaire car ils n’ont pas compris que le maintien de la qualité des soins dépendent d’un minimum d’hygiène …
      Et puis il faut aussi que leur attestation soit à jour et ne n’est pas toujours le cas donc la Secu ne payera pas.
      Pour les cas des prothèses dentaires le patient CMU les tarifs imposé sont 3 fois inférieur aux prix d’un cabinet. ..donc un manque à gagner car on bosse déjà à perte pour tous soins dentaires basiques et si on plus il faut perdre dans la seule possibilité de rentabiliser un cabinet il y a un moment on doit dire non , on laisse la place pour des cas plus rentables

      1. Calvin

        Mauvaises excuses, allons !
        On vous dira que ceux qui refusent les cmuistes sont des sales nantis qui veulent laisser les pauvres mourir…

        1. Black Mamba

          Avant la CMU les pauvres avaient des aides départementales ,ils galeraient pour les dossiers mais au moins une fois que le financement était accordé ils étaient conscient de l’investissement à la fois financier et en temps …ils faisaient attention par la suite pour les bilans et entretien annuel

          1. mlallier

            Et souvent les pauvres bénéficiaient de la gratuité des soins chez les médecins, par le biais de l’acte gratuit. C’était une tradition médicale de faire payer selon les moyens.

            Mais, de nos jours, grâce à une sécu débordante de convivialité, cela n’existe plus guère.

              1. gameover

                Depuis 2-3 ans le téléphone mobile a été classé dans les dépenses contraintes par l’INSEE…
                Vous vous rendez pas compte… si un employeur nous appelle… une erreur de numéro, on sait jamais :-)

                Le plus marrant c’est que le gouvernement avait mis le forfait social mobile a 10E/mois pour quelque chose comme 30 minutes d’appel et 45 SMS et que Free est arrivé moins d’un an après avec un forfait plus complet à 2E/mois (voire zéro euro).

                Et avec le forfait social il fallait fournir les Cerfa et déclaration de revenus etc…

                A mourir de rire, mais personne n’a relevé.

                Dans le même genre, Bouygues fustigeait le forfait à 2E de free mais il a le même maintenant sauf que pour le bloquer il faut rajouter 2E de plus.

                1. Nice-oliver

                  Le téléphone oui (je vis très bien avec un téléphone d’occasion en IP67 à 50 euros) mais le smatphone dernier cri, non.

                  L’autre jour, mon épouse avait une CMU, iPhone à la main (on ne sait jamais… si appel d’un employeur potentiel!!!), en face d’elle qui était à la bourre pour les vaccins de sa progéniture. Et il fallait faire vite car elle partait dans un mois en Chine…

                  Et ce type de situation est quotidien.

                  Le mois de juin est également un mois propice à la constitution d’un stock de médicaments divers et variés à emmener au pays en juillet/août.

                  Etc…

                  Gardons le moral!!!

      2. Nice-oliver

        Le top du top étant la feuille de maladie électronique saisie en mode dégradé pour les AMEs et les CMUS sans carte mais avec une attestation à jour.

        Bref, les médecins font le secrétariat de la Sécu.

        1. Black Mamba

          Nous avons optés pour le refus de la télétransmission … Les agents de la sécurité sociale râlent mais c’est le cadet de nos soucis … S’il y a un problème de remboursement on dit clairement aux patients que nous sommes là pour soigner et eux ils doivent nous payer pour le service rendu …ce qui se passe entre la sécu et leur mutuelle , ce n’est pas notre problème …on donne les feuilles de soins et les factures acquittées …Point Barre …

          1. Nice-oliver

            Les cas que je vous cite ont également disparu depuis que la sécu a tenté de les faire apparaître. ;-)

            Pour le reste, informatiser son cabinet peut présenter quelque avantage… sauf si la réticence est idéologique évidemment!!!

            1. Black Mamba

              Nous sommes informatiser trois ordinateurs pour deux postes de soins , 2 RVG et 4 imprimantes, internet … Mais non pas question de faire de la télétransmission , aucun avantage et maximum d’inconvénient pour ceux qui télétransmettent …non sans façon

              1. Lafayette

                Ne peignons pas le diable sur la muraille , dans tout le matériel médical, il y a de bon contrats et du profit. Mais c’est pas parce que l’hôpital devient un supermarché qu’il n’est pas doté en capitaux.

                Alors la question de numériser un bout de papier pour que tout le monde ne saches pas l’infection qui vous pousse à consulter… ça arrange tout le monde.

      3. Ano59

        D’ailleurs je suis inquiet pour la rentabilité future des cabinets de dentistes.

        En gros actuellement on a :
        – Soins classiques : à perte (tarif Sécu)
        – Prothèses, etc : marge énorme pour compenser
        Ça s’équilibre mais pas comme dans un marché sain

        Or récemment il y a une certaine tendance :
        – Les mutuelles complémentaires veulent constituer leurs réseaux de praticiens pour casser les prix des actes à forte marge, c’est très bien couvert par les médias vu que c’est la lutte contre ces salauds de riches
        – La Sécu compte pas améliorer le remboursement misérable des actes à perte pour les rendre rentables (quel horrible mot), pas un mot des médias
        – Les professions libérales en général casquent toujours plus en impôts, taxes et contributions exceptionnelles, pas un mot des médias

        J’ai bien peur que ça finisse entre le marteau capitaliste (± de connivence) et l’enclume de la Sécu, le tout bien chauffé à blanc par l’État pour que ça pénètre mieux le fondement

        1. Black Mamba

          Nous ne cotisons plus pour l’URSSAF ni la caisse de retraite depuis 2008 , nous pouvons ainsi être rentable tout en ayant que 5 cas de prothèses par semaine … C’est le minimum vital pour tenir …

        2. Black Mamba

          A propos de rentabilité mon épouse a fait connaissance d’une femme chirurgien dentiste qui va fermer son cabinet en décembre faute de rentabilité … Pendant des années elle a soigné selon les critères élevés de la pratique dentaire, tous ces patients sont fidélisés , mais maintenant elle n’a plus de cas de prothèse , elle n’a plus de soins à faire car tous ses patients sont soigneux, elle ne fait que de la prophylaxie et des détartrages … Elle n’a pas osé prendre de nouveaux cas car elle n’aurai plus de possibilité de prendre ses anciens patients …donc faillite … Elle va être salarié pour un cabinet de mutuel .
          Elle est triste d’en arriver là

            1. Calvin

              Tu as bien fait e préciser : des fois WP utilisé ton portable et ton avatar pour poster ici.
              Tu sais, c’est quand il checke tes SMS, tes contacts…
              Je dis ça, je dis rien..
              :mrgreen:

              1. Black Mamba

                Il y a eu une époque , il regardait même mes mails :-? , il s’est fait attrapé tout seul , il m’a montré un jour un mail qui était drôle envoyé par une de mes connaissances … Je lui ai dit mais mais ceci m’etait destiné comment ce fait il que mes mails arrivent sur ton portable … Heu … Je fus mega furax …rouge de colère … J’ai même passé ma rage sur une imprimante …elle trépassa …

                1. Calvin

                  Rha la la ces mecs !
                  Z’ont pas compris qu’il faut faire confiance à leur nana, parce que… ben, y a pas le choix.
                  C’est ce que je me tue à dire à ma mère : « tu dois faire confiance à ton garçon de huit ans, parce que tu n’as pas le choix. »

                  1. Aristarque

                    C’est très exagéré de penser que nous n’ avons pas le choix. Nous avons toujours le dernier mot! oui, ma chérie en est l’ exemple, l’ illustration adéquate

                2. Aristarque

                  Et depuis, il est enfermé à la cave, comme n’importe quel galopin qui a dépassé les bornes resserrées des autorisations parcimonieuses de BM.

    4. Ano59

      Certains médecins très rares mais peu scrupuleux adorent ces patients CMU, il suffit de leur emprunter leur carte Vitale et de la passer de temps en temps pour arrondir les fins de mois.

  11. kelevra

    dans un precedent article sur la sante, j avais laisser un commentaire sur les sages femmes debordees de travail, 850 000 naissances par an pour 25 000 sages femmes soit en moyenne 34 naissance par an et par sage femme, c est pas le bagne moins d un accouchemnt par semaine, sans compter moult infirmieres, aide soignantes, medecins obstetriciens, puericultrice etc, il y aurait de serieuse economie a faire.
    quant aux urgences en france , c est un gag, recemment la fille d une amie est prise de violent maux de tete, elle a 35 ans, appel des pompiers qui refusent de se deplacer, direction les urgences, la commence le marathon plusieurs heures d attente avant d etre vu par un medecin qu elle ne verra pas, salle d attente remplit de gens du monde entier mais pas de blancs (desole pour la remarque qui ne se veut en rien raciste etc pas d amalgame ni de stigmatisation) d enfants soit disant malades mais courant dans tous les sens, du coup mon amie et sa fille vont chez leur medecin habituel, qui les recoit, les symptomes s aggravant, la par contre le samu est venu en urgence, elle etait en train de faire un AVC. la sante a france a oubliee ses priorites, soigner les gens pas faire de l assistance sociale.

    1. royaumont

      Les urgences, c’est gratuit et on s’occupe de vous : une excellente sortie en famille. Les urgentistes ont d’ailleurs parfois des remarques du type : »demain c’est la rentrée, les familles ont mieux à faire, la soirée est calme » ou « ce soir il y a du foot, personne ne va venir… »

      1. Ano59

        D’expérience, la fréquentation des urgences est extrêmement dépendante de plusieurs facteurs étranges comme les vacances scolaires, les événements sportifs majeurs, la météo…

        1. Théo31

          Ma frangine a été secrétaire médicale. Du lundi au vendredi, le cabinet était plein. le samedi, elle se faisait chier comme un rat mort.

      2. Ours des montagnes

        J’étais de garde SAMU le soir de la coupe du monde de 1998 : pas un seul coup de fils de 18 h 00 à minuit. Pas un ! rien.

    2. yp

      Quand vous allez chez votre généraliste, il vous prends 23€ (partiellement remboursés).

      Quand quelqu’un va aux urgences, la consultation est gratuite.

      -> Il faut faire payer la prise en charge, au moins 23€.

      1. Lafayette

        ha non, la consultation privée est un service plus cher que le diagnostique d’un interne en fin d’étude.

        Le plus scandaleux c’est de payer un renouvellement d’ordonnance sans qu’il y ait de diagnostic additionnel. Dans ce cas ça devient une taxe.

  12. MadeInCH

    « parce que les Français ont un petit quelque chose, un je-ne-sais-quoi qui donne au système sa cohérence et permet la tendresse de tous ses participants, »

    C’est pour ça qu’il faut essayer de le remplacer.
    En plus il vote mal. Référence à Terra Nova.

  13. Patatrac

    Bonjour, je vous lis régulièrement et souhaitais relever un élément cité en conclusion, un peu éloigné du sujet principal de l’article, mais qui me semble fondamental : la déresponsabilisation. C’est un phénomène qui, je crois, s’est fortement accentué ces 15/20 dernières années et se manifeste avec toujours plus de ampleur chaque fois que je passe quelques jours en France. Je ne crois pas qu’il soit géographiquement limité à l’hexagone, car il peut être observé chez nombre de français établis à l’étranger, souvent des expatriés travaillant pour de grandes sociétés, et surtout les personnels administratifs des ambassades et consulats de France. Dans ce dernier cas, pour les fois où j’ai pu le constater, il s’agit d’une minorité, mais très visible et hélas au contact du public. La déresponsabilisation est le premier pas vers l’asservissement, cela me semble très inquiétant.

      1. Calvin

        Exactement.
        Tout est là.
        Ça a été imaginé par des gens du sérail, qui vénèrent le système de la Sécu.
        A ce titre, c’est une « belle idée » et ces idéalistes se sont dit que ça arrangerait tout le monde.
        Ils n’ont pas vu que cela rendait en fait le système pernicieux…
        En ne payant plus directement, l’irresponsabilité est devenue la norme.

    1. Laurent

      « La déresponsabilisation est le premier pas vers l’asservissement »
      Belle analyse, 100% d’accord !

      Petite constat à ce sujet :
      En ce moment je cherche à vendre mon appartement. Pour trouver un acheteur, je passe par des sites de petites annonces, des agences, et des intermédiaires divers. Si je donne directement RDV à un particulier, il arrive TOUJOURS à l’heure, à la seconde prêt. Si c’est parle biais d’une agence, il y a en général 10 à 15mn de retard. Avec des intermédiaires ça monte plus haut, avec pas mal d’annulations au dernier moment…

      Bref, multiplier les intermédiaires divise très rapidement le sens des responsabilités. Et même à une toute petite échelle ! A l’échelle de la France, on obtient ce que décrit très bien H16 depuis des années.

    2. Ano59

      La responsabilité est transférée sur les soignants, avec deux effets embêtants :
      – En pratique (sans dispositions légales souvent méconnues et moult paperasse) les patients sont infantilisés et ne décident plus grand chose pour leur santé ; ils obéissent avec parfois quelques conneries (comme les gosses)
      – Les soignants sont responsables des conneries des patients

      1. Black Mamba

        J’ai eu le cas d’une praticienne qui n’avait plus le moindre contacte avec l’argent , la sécu payait pour le patient …
        J’étais pour elle un phénomène bizarre , un je ne voulais pas de feuille de sécu et de deux je voulais la payer directement même en espèce … Elle en était traumatisée, elle n’arrivait pas à gérer ce « stress » , nous avons dû cesser nos relations …

  14. Adrien

    Tant que les Veaux-tants français (et leurs élus qui les représentent plutôt bien sur ce coup-là) profiteront au maximum des largesses du système collectif, tout en cherchant en parallèle à y laisser le moins d’argent possible à titre personnel en se gavant de grands concepts au passage (république, démocratie, égalité, solidarité, et tout ce genre de choses), on ne se questionnera surtout pas sur le fond des choses. Il n’y a donc aucune raison que ça change.

    C’est valable pour la santé, comme pour l’éducation, les finances publiques, l’ « exception culturelle française », les places en crèche, les piscines, les bus et tramways et métros, les rond points, les médiathèques, et tout le reste. C’est beau, l’argent des autres !

  15. pouf pouf

    N’importe où, par n’importe quoi, n’importe quand, par une mort non-couronnée sinon de son néant, commencer par la mort en sortant de chez l’épistémologue qui me dit que je suis malade, commencer n’importe comment maintenant qu’il est trop tard. Une page de rien qui suit une autre, la poésie dans tous ses états quand il fait chaud et que les femmes à l’instar de perrette sont court vêtues, le vent, soyeux et brûlant comme le chergui fait voler les étoffes légères. Accoutrement ne laissant pas suffisamment de travail à l’imagination, de pire en pire, l’imagination se tarit comme une flaque restée là au lieu de partir dans le sud comme tout le monde, l’imagination s’évapore. Homélie réglée sur la foi que les apôtres nous ont léguée et enseignée, ben voyons, la foi apprise par cœur, comme les deux cents cinq os du squelette humain ou à peine plus. Ce matin en faisant ma prière à la statue du gros ours brun qui orne mon alcôve, je fus pris d’un doute et me tournais vers l’éléphant en implorant plus de sagesse, pour moi et tous mes frères , de l’inspiration qu’on aurait rien qu’en demandant.

  16. Higgins

    J’ai eu l’occasion de discuter de cet épineux problème la semaine dernière avec le responsable d’une des principales mutuelles de santé françaises. Si je peux comprendre son point de vue compte tenu des innombrables ramifications issues de la Sécu, ramifications qui nous affectent tous prou ou peu (je pense entre autres aux procédures d’indemnisation en matière d’accident du travail ou d’invalidité mais il y en a d’autres), il ne pense pas, contrairement à moi, que le système va exploser. Il reconnait cependant que nous sommes en face d’un privatisation larvée (elle me déplait car elle avance masquée. Grosso modo, point de salut pour celui ou celle qui n’a pas une mutuelle, bonne si possible avec à l’affut, les grands groupes d’assurance, assurés, au pays du capitalisme de connivence de faire des bonnes affaires) du système de santé avec, comme tu le soulignes, un écart de plus en plus grand, entre les intentions du départ et celles que nous constatons tous au quotidien. La privatisation, partielle ou totale, ne me déplairait pas mais au moins, il faudrait que les principaux acteurs, l’état et les syndicats, jouent franc-jeu dans ce dossier au lieu de bâtir ce qui devient un magnifique village-potemkine pour le plus grand malheur des utilisateurs. Que cette chose ait lieu sous un gouvernement de « gauche » et avec la complicité de ce dernier ne manque d’ajouter du sel à un plat par déjà bien trop salé.

  17. RTP

    Pourtant, ce ne sont ni les personnels dévoués, ni les équipementiers de pointe, ni les laboratoires innovants, ni les médecins compétents qui manquent.
    C’est bien là le pire. Quelle force incroyable de nuisance est l’administration pour broyer ainsi toutes les énergies !

    1. Lafayette

      Autant introduire des péages à l’entrée des supermarchés. Histoire de réorienter le consommateur vers des petits commerces.

      1. Higgins

        Excellente idée. On pourrait y ajouter une taxe liée au poids ou au volume (là, il faut nommer une commission spéciale) des chariots pour dissuader les con-somateurs de gaspiller. Enfin, un truc dans cet ordre d’idée.

            1. Lafayette

              avec un frein en fonction du chargement et obliger à mettre des pièces pour le déserrer un peu à chaque ajout, et surtout les produits mauvais pour la santé…

              Transformons les supermarchés en salles de musculation.

    2. M51

      « 18% des bénéficiaires de l’assurance maladie ont ainsi renoncé à des soins dentaires en raison de leur coût »
      Oh ! wait : http://www.eugenol.com/attachments/0007/7291/tarifs.jpg
      Les soins opposables sont très abordables et remboursés à 70 % par la sécu le tarif le plus élevé est la dévitalisation molaire 81,94 euros. Evidemment quand on traine et qu’il y a des dents à extraire et à remplacer la note grimpe tout comme quand on attend qu’il n’y ait plus d’huile dans le moteur et que celui-ci rend l’ame.

        1. Jga

          Je viens de me faire arracher une dent de sagesse, sans difficultés particulières, j’en ai eut pour 388 euros. Simple arrachage, hein, genre une bonne paire de tenailles en DIY. La sécu me remboursera (peut être, un jour) environ 80 euros si ma mémoire est bonne.

          1. M51

            Ben fallait pas aller voir un stomato en secteur 2. Pour un dentiste conventionné ( c’est le cas à 99,9%) c’est 33,44 euros et divisé par 2 pour la suivante si il y en avait eu une.

  18. Sabrauclair

    Un exemple de gaspillage: mon épouse est atteinte d’une maladie assez grave de longue durée (ou ALD).

    Il lui a été prescrit un traitement à base de piqûres à plus de 1000€ la piquouse!!

    Or, dernièrement son traitement a été changé. Du coup elle se retrouve avec un stock de plusieurs piqûres dont elle ne sait que faire car la pharmacie lui dit qu’elle n’a pas le droit de les reprendre.

    Quelle gabegie…

    Je rebondis sur la phrase d’H16: le système est à bout de souffle car des gens qui ne manquent pas d’air nous le pompent continuellement en nous ponctionnant abusivement.

    1. Kekoresin

      Et la complicité de l’ANSM qui s’interdit d’acheter des médocs moins chers pour sauvegarder nos fleurons pharmacologiques nationaux.

      J’ai un pote très bien placé dans le business des labos pharmaceutiques où le pognon s’envole avec les décideurs aux Seychelles aussi souvent que possible et sous couvert de réunions et autres séminaires. De la corruption passive et active dans ce microcosme où les chargés d’affaires de l’état sont si aisément convaincu par les petites ou les grosses attentions…

    2. Ano59

      L’ennui si la pharmacie reprend c’est qu’elle court le risque de revendre à un autre patient du matériel éventuellement altéré, contaminé, etc.

      La vraie connerie c’est de fournir à l’avance une quantité notable de matériel hors de prix…

      Mais c’est vrai qu’une solution à ce problème de stocks superflus serait bienvenue.

        1. gameover

          Le mieux c’est que ce soit l’infirmière qui amène le produit vu qu’elle passe plusiers fois par jour à la pharmacie.

          Fut un temps c’était d’ailleurs l’infirmière qui amenait tous les produits pour les pansements. Je ne sais pas d’où vient cette lubie de faire acheter tous les produits au client, euh pardon l’usager, alors que la généralisation des sets à usage unique évite la transmission de maladies d’un patient à l’autre.

      1. gameover

        C’est normal, on ne sait pas dans quelles conditions elles ont été stockées. Les produits peuvent se dégrader au froid, à la lumière, à la wifi etc…

  19. Flo

    « tout le reste du monde envie ce pays, notamment son système de sécurité sociale…

    Pourtant, il choisit prudemment de ne surtout pas le copier. »

    Oui c’est normal : il est tellement merveilleux qu’il est hors d’atteinte pour les ploucs du reste du monde qui préfèrent se tenir « prudemment » à l’écart de l’effort considérable qu’il leur faudrait consentir pour s’en doter.
    D’où une certaine envie, et disons le même tout net : une jalousie certaine!
    Non mais :-)

  20. dede

    « tout le monde ne veut et ne peut pas vivre à Hong Kong, ne serait-ce que parce qu’ils n’ont aucun cru classé »

    Il est toutefois possible d’importer… Si vous recuperez la TVA francaise et ne payez pas de droits de douane, il est fort possible de picoler moins cher qu’en France par la-bas!

    Voir aussi : http://www.wine-searcher.com/m/2013/10/french-wine-exports-reach-record-highs
    « high-end wine represented 27 percent of wines sold to China; today, that figure stands at 41 percent.  » : il doit bien y avoir quelques crus classes dans le lot…

    1. Caton

      Le Wine and Dine Festival, sur la promenade du bord de mer à West Kowloon, avec son village spécial vins de Bordeaux… quelques souvenirs agréables.

      Ceci dit, il y a quelques vins chinois qui ne sont pas mauvais du tout — je pense à un Sauvignon blanc du Tourfan, pas aux Ningxia qui commencent à être reconnus (http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/20111214trib000671214/sacrilege-les-vins-chinois-consideres-meilleurs-que-les-vins-francais-.html)

      1. Les Charcuteries Olo

        Be oui, ‘faudra bien se rendre compte que:

        – on a pas la meilleure cuisine du monde
        – on a pas les meilleurs fromages du monde
        – on a pas le meilleur système de santé du monde
        – on a pas les meilleurs vins du monde
        – on a pas le plus beau pays du monde
        – on a pas la plus belle langue du monde
        – on a pas la plus exceptionelle culture
        – on a pas les meilleurs..

        Conclusion: on fait comme tous les autres: ON LA FERME et ON SE MET AU BOULOT pour A-V-A-N-C-E-R.

            1. gameover

              Breaking News…Breaking News…Breaking News…Breaking News…Breaking News…Breaking News…Breaking News…

              Le défilé du 14 juillet aura lieu le 14 juillet

                1. ironbooboo

                  Moi je suis quand même plutôt content de notre équipe. Bon, on est pas les meilleurs, mais on est pas des brêles non plus et cerise sur le gâteau les jeunes de Deschamps ne nous ont pas fait passé pour des abrutis finis.
                  Ribéry et Nasri en équipe de France plus jamais, merci bien ….

              1. Nemrod

                Pourtant un France-Algérie…ça aurait eu de la gueule.
                Le bubon le plus putride produit par le système grançais explosant a la face du monde.
                Quel dommage !

                Mais tu as eu raison pour les pommes de terre nouvelles…miam !

                1. Hatchet Jack

                  Surtout celles de mon potager ! quel bonheur de déguster ses propres patates… rissolées, dorées… aaah! ce bon Parmentier…

        1. David

          On a les meilleurs fromages du monde … si, si.

          A chaque fois que je vais à l’étranger, impossible de trouver du Roquefort Papillon, mon fromgea préféré, houiiiiiiin !

          1. gameover

            ah oui bien jaune et gras comme du beurre… j’en ai trouvé à Melbourne à Victoria Market… on revit même si c’est à $200 le kg

  21. Black Mamba

    Dans le déficite de la Secu notre hôte ne parlr pas de ceux qui profitent tous les ans de cures thermales …Tous ces jours de congés payés par la Secu …un scandale . Il y a de cas d’abus énorme … sans compter les faux cas de dépression qui coûtent à la fois à la Sécurité Sociale et par les patrons qui doivent trouver des remplaçants pour ses salariés absents …

  22. Aloux

    Un petit HS pour dire que je m’étais enfin sérieusement attelé à la traduction d’un billet en chinois, « les 10 mesures qui sauveraient la France » en l’occurence, j’y travaille vraiment à mes heures perdues, avec évidemment des difficultés assez importantes, mais je devrais avoir fini d’ici deux trois semaines. Par contre je n’ai encore aucune idée d’où ni de comment je pourrai diffuser ça, aucune idée non plus si il y a des internautes chinois ou sinophones qui pourraient être intéressés, mais bon m’en fous c’est pour le fun.

    1. Black Mamba

      Il me semble qu’il y a un internaut chinois qui propose même des sujets sur Contrepoints , peut -être par lui , il y a possibilité de diffusion mais je ne me rappelle plus de son pseudo ….je vais chercher …

  23. Lez5478

    Petits elements sur Hong Kong, a l’hopital publique on paye 100 Hkd (10 eur) par jours en tout et pour tout mais ce n’est pas gratuit non plus ce qui a probablement un effet modérateur …une des sources de financement vient du jockey club qui est l’équivalent de la française des jeux et qui sponsorise les ambulances ou les équipements type IRM etc…les soins dans les hôpitaux prives sont par contre beaucoup plus chers mais pris en charge via assurances privées ou en personne.

  24. vegeta

    et dire que je n’est même pas de sécurité sociale( ni de mutuelle) alors que j’ai cotiser pendant des années à ce système de cons, je doit payer de ma poche les visites chez le médecin et les frais médicaux, pendant que les immigrés hommes et femme, pris en charges par des fonctionnaires corrompus faignant et syndiquer, qui n’ont jamais bosser en France peuvent se faire refaire les fesses, les dents, des lèvres pulpeuses,

      1. vegeta

        je te rappel qu’on vit en France et que tous est possible pour nos zamis les immigrés prenons le cas d’une zoubida et d’un mourad égalité homme/femme oblige, les deux vont voir un psy payer par nos impôts et disent qu’ils sont mal dans leur peau, victime de racisme car ils n’ont pas de belles fesses et que c’est a cause de la méchante colonisation et d’un tour de magie ou plutôt de remplissage de cerfa nos deux zamis vont pouvoir obtenir la prise en charge gratuitement de la chirurgie plastique

        http://www.dossierfamilial.com/sante-psycho/droits-demarches/chirurgie-plastique-est-elle-remboursee,177

          1. Quiet Desperation

            On refait même, aux frais de la SS, des hymens un brin usagés pour « aider » celles issues d’ethnies où, le lendemain du mariage, on doit exposer les draps tachés….

            Idem, pour des « reprises » de clitoris excisés…

            Aaaah! le « vivrensemble »…

            1. vegeta

              en arabie saoudite les vieux pédophiles qui épousent des gamines de quelques années leurs font faire de la chirurgie esthétique parce qu’a 6 ans les petites filles n’ont pas encore de seins

            2. Lafayette

              Encore que là c’est moins une conséquence volontaire, que celle de l’accidenté qui est défoncé ivre mort.

              On peut pas dire que c’est le même coût qu’un récidiviste de la blessure au travail, ou autre vacanciers de la SS.

  25. Karamba!

    L’enchantement de cotiser pour une couverture santé, assortie une complémentaire santé qui flambe pour qu’on vous dise au bout du compte que non votre truc n’est pas remboursé et va vous coûter si cher que vous allez devoir vous en passer…
    Sinon, j’écoute Marisol. Le tabac c’est mal. Donc je redécroche une fois de plus. Et c’est reparti pour un marathon des pharmacies qui ont le monopole du patch et se foutent vraiment de votre poire avec des tarifs allant du simple au double + la vente forcée en gros pour essayer de vous refiler plus de produit que nécessaire. Je m’en passerais du précieux conseil du pharmacien, spécialiste éclairé… en commerce. Un peu comme des politiques santé de Marisol en fait…

    1. gameover

      Je me suis mis à la cigarette électronique depuis 6 semaines en arrêtant complètement la cigarette normale. Seule condition, avoir un bon matériel et non des ersatz de cigarettes du genre de celles qui se vendent dans les tabacs. Mais ma plus grosse motivation était de la mettre bien profond à l’état !

      1. Othello

        Tu aurais une marque à recommander, m’sieur GO?

        Ca commence moi aussi à me fatiguer de filer 10 balles par jour à ces loques.

        1. gameover

          Je suis allé dans un YES-Store.
          Après avoir démarré avec un clearo T2 KANGERTECH à mèche longue et batterie standard (650mah) j’ai pris un clearo à double résistance basse genre ASPIRE EO-11 BDC (bottom dual coil) et batterie 1300mah à tension réglable. La tension réglable ça permet surtout d’avoir une tension stable toute la journée.
          Le bottom dual coil fait beaucoup plus de vapeurs et de la vapeur plus chaude car la résistance est noyée.

          Pour les liquides, vu que tu fumais plus d’1 paquet/jour il faut partir sur du 18mg/ml. Le but n’est pas de se sevrer tout de suite mais de faire la transition sans se frustrer.
          Je ne suis pas trop parfum mais quelques gouttes de parfum café dans un D’lice USA Classic (le cow boy) ça donne un coté roasted (les liquides D’lice sont fabriqués en France).

          Les adresses des boutiques Yes:
          http://www.yes-attitude.com/PBCPPlayer.asp?ID=1463976

        2. hugeus

          Bonjour !
          Et quand les e-cigarettes seront aussi taxées et aussi interdites que les autres, vous pourrez, si vous désirez apprendre à résister à votre envie de fumer, essayer une autre méthode que celle proposée par les conseilleurs qui sont aussi des vendeurs.
          L’addiction à la nicotine étant une pure invention de l’esprit, toute méthode consistant à essayer de soigner de votre dépendance à la nicotine a de beaux jours devant elle !
          Ceci dit, j’admire l’efficacité de la communication mainstream sur ce sujet, qui parle d’une seule et même voix, fabricants, labos, médecins et politiques confondus ! C’est du grand art !

          1. gameover

            Ah t’es un malin toi, tu fais les demandes et les réponses !

            Je n’ai même pas écrit le mot nicotine, ni dépendane, ni addiction.

            Mais ce que j’ai lu à ce sujet c’est qu’il y a une dépendance au tabac qui en se consumant et en libérant lors de sa dégradation entre 5 et 10,000 composés différents créerait une dépendance à la nicotine dans certains récepteurs du cerveau. Le sous produit en cause pourrait être un acétaldéhyde.

            Tout le monde, même non-fumeur, est positif à la nicotine puisque ce produit est présent dans les tomates, aubergines, pommes de terre et ne sont pas pour autant dépendant effectivement.

            Il reste donc une dépendance ou addiction à la nicotine et pour ma part je trouve mon intérêt dans l’e-cigarette car ça m’évite d’absorber les 5 à 10,000 produits dus à la combustion du tabac dont les goudrons et le CO.

            Une seule et même voix ? Oui sauf TOUS les politiques, les labos de la pharma ainsi que les cigarettiers qui auraient bien aimés ramener le troupeau qui dans les pahrmacies, qui dans les bureaux de tabacs.

            Les médecins ne s’y sont pas trompés tellement il est évident que c’est moins dangereux.

            Le coté marrant des politiques a été d’obéir aux pharmas en interdisant de la classer dans les produits de sevrage alors que les inhalateurs de chez Nicorette le sont et que c’est strictement la même chose.

            Perso il m’arrive maintenant après presque 2 mois d’oublier ma e-cigarette toute une après-midi ou d’avoir oublié de recharger la batterie et je n’en suis pas stressé et ça me va bien.

            1. hugeus

              T’énerves pas GO, c’était pour Othello et surtout pour Karamba qui sentait bien que le pharmacien n’allait l’aider qu’à vider son portefeuille.
              Oui, l’e-cigarette, ça marche pas mal apparemment pour se déshabituer de la cigarette.
              Oui, six à huit semaines c’est apparemment le délai nécessaire de sevrage des acetaldéhydes fabriqués par la combustion des additifs ajoutés par les industriels dans le tabac des cigarettes classiques. Ces acétaldéhydes ont de puissantes « vertus » anxiolytiques. D’où ton absence de manque aujourd’hui.
              Je suis d’accord, l’e-cig évite d’absorber 1- le CO et 2- les goudrons, dont les effets respectivement 1-contre les capacités respiratoires et 2- cancérigènes ont été démontrés.
              Par contre, non, tu n’es pas plus dépendant à la nicotine qu’une aubergine :-)
              Pour ce qui me concerne, j’ai résolu mon problème de consommation excessive de tabac grâce aux cigarettes sans additifs. Pour faire les choses parfaitement, j’aimerais fumer des cigarettes dont même le PAPIER ne contient pas d’additifs. À ma connaissance, cela n’existe pas. Faudrait que j’me mette à rouler. pffff.
              Sinon, j’aimerais bien connaître les effets à long terme du vapotage du propylène glycol et de la glycérine. J’ai des potes vapoteurs depuis plusieurs années, fini les cigarettes mais une toux persistante pour deux d’entre eux. Mon échantillon est un peu étroit pour en tirer quoi que ce soit. Des infos ?

              1. gameover

                J’m’énerve pas j’expliiiique :mrgreen:

                Quand je me posais des questions sur l’addiction j’étais tombé sur le site « additifstabac dot free dot fr » sur lequel ils disent que le papier JOB non gommé est sans additif.

                L’irritation de la gorge pourrait venir du propylène glycol vu que c’est une tensioactif mouillant (HLB 2.5) donc un émulsifiant (hygroscopique) créant une perméabilité dans la zone affectée. J’ai remarqué que beaucoup de vapoteurs ne changent pas ou pas assez souvent les mêches et les résistances de leur matériel, ce qui conduit un peu de liquide à passer tout debout.
                (Marisol, faudrait une loi !)

                Voilou, ça te fait 60E par personne. Une feuille de maladie ? Nan, je ne prends pas la carte vitale !

          2. gameover

            Pour ton info il est impossible de taxer les liquides des e-cigarette ou alors il faudrait être idiot (comme en Italie il me semble) car le propylene glycol et la glycérine sont des produits alimentaires d’usage courant et la nicotine est un insecticide.

            Ces 3 produits sont vendus séparément dans le commerce et c’est l’assemblage des 3 qui en fait un liquide vapotable.

  26. Kekoresin

    L’erreur est bien évidemment d’incriminer toujours et encore les patients et leur sales manies de français à abuser du système. Le système lui-même est à blâmer.

    L’augmentation des effectifs hospitaliers par exemple est due en grande partie aux exigences administratives de plus en plus lourdes. On embauche, certes, mais la part déjà hallucinante d’un soignant pour deux administratifs dans notre système de santé, tend à s’alourdir pour traiter l’infernale paperasserie qui gangrène une mécanique déjà défaillante en soi! Résultat, plus assez de fric pour embaucher des chirurgiens compétents dans les hôpitaux publiques et des jambes droites coupées au lieu de l’appendicite ;)

    Pour les scanners et autres IRM, si vous allez voir un praticien influent avec dépassement d’honoraires outranciers, il vous fera passer l’examen dans la journée. Je viens de vivre cette expérience déroutante avec un chirurgien qui n’aimait pas les autres clichés demandés par mon médecin!

    1. gameover

      Je crois aussi que l’erreur est de mélanger la fonction hôtelière et médicale On a médicalisé l’hotel, le transport et les secrétariats médicaux ont une pléthore de secrétaires et d’auxiliaires médicaux.
      Une nuit en hôtel coûte 71E et une nuit à l’hopital 1571E.
      J’admire l’efficacité des cliniques privées. Pour un peu on pourrait commander le taxi à la minute près. Mais pour sortir de l’hôpital, il ne vaut mieux pas… faut faire la queue comme aux admissions.

      http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/02/26/17511-quand-patients-vont-lhotel-lhopital

  27. RBF

    Les assurances privées sont moins chères et de bien meilleure qualité. Les travailleurs frontaliers franco-suisses, qui viennent de se faire allumer par cette dinde écervelée de Marisol Touraine, peuvent en témoigner.

    Pour une centaine d’euros par mois, c’est remboursement à 100% rubis sur ongle en France et en Suisse. La sécu ne rembourse pas en Suisse, et pour un smicard, c’est autour de 300 euros de cotisations mensuelles, auquel il faut ajouter une complémentaire. C’est plus cher qu’une assurance suisse LAMal alors qu’en Suisse, les soins sont au bas mot 3 fois plus chers qu’en France.

    Il y a comme une couille dans le potage.

    1. Lafayette

      Si tu travaille en suisse c’est justement pour éviter d’être smicard, sinon c’est pas sur que t’as bien compris les règles.

      1. RBF

        Non, si je suis parti travailler en Suisse, c’est précisément parce que mon pays était incapable de me donner du travail. En France je vaux autour de 3000 euros. Donc ce n’est pas le SMIC que j’ai cherché à éviter, mais le chômage.

        H16 le dit très justement: « les forces vives de ce pays, sont hors de France ».

        Je suis né et j’ai toujours vécu en zone frontalière avec la Suisse. J’ai même de la famille chez notre voisin. Donc les règles, je les connais certainement mieux que toi.

        1. Lafayette

          C’est possible, mais c’est ton pseudo qui me faisait penser à un frontalier belge. Désolé. A part cela, je connais aussi bien la question, mais je charrie un peu.

          Car travailler à l’étranger c’est jouer un rôle d’importateur (en devise)….

    2. Othello

      Pas que pour les smicards. Devant partir en Suisse mon futur employeur m’a monté le dossier et laissé le choix : LAMal 316 euros + 70 de complémentaire, CMU, plus de 700 euros, et je ne suis pas vraiment au smic. Choisis ton camp camarade :-)

      1. Lafayette

        Donc vu que vous n’avez pas que le smic et que vous bénéficiez d’un coût de la vie plus bas, il n’est pas si énorme le surcoût. En Suisse vous laisseriez bien plus pour le logement et la nourriture que le smic. C’est même plus cher que Paris, alors il n’y a pas de place pour les petits salaires.

        1. RBF

          Pour les frontaliers, le très gros problème de la CMU est qu’elle ne rembourse quasiment pas en Suisse… La LAMal rembourse dans les deux pays. Vous reconnaitrez que c’est quand même bien d’être assuré là où on passe plus de 10h par jour. Pour un frontalier, la CMU n’est ni plus ni moins qu’un impôt supplémentaire qui va en faire fuir plus d’un (bien joué Marisol).

          Quant aux prix des logements, vous faites erreur. C’est très cher à Genève, oui. Mais à Neuchâtel, La CDF ou Porrentruy, c’est nettement moins cher qu’à Paris. Pour 1000 balles vous avez déjà quelque chose de très correct. Et le standing, ce n’est pas du tout le même.

  28. Jga

    Je n’émettrai qu’une seule réserve. La connerie (et le collectivisme) étant contagieux, le monde commence à être contaminé. Puisqu’on parle des US, cf Obamacare et $15/hour minimum wage à Seattle mis en place par une indienne ou pakistaise.

  29. Quiet Desperation

    ça, c’est une idée pour se débarrasser d’Obama : tâcher de le faire prendre pour un ami, voire un sous-marin, de la France…

    On est si bien considérés là-bas que John Kerry n’indique jamais qu’il parle parfaitement français, et qu’il est cousin de Brice Lalonde…

    Biographie dudit sur Wiki :

    « Ses parents, Alain-Gauthier Lévy, Français d’origine juive alsacienne, et Fiona Forbes, une Américaine, ont changé leur nom en Lalonde en 1950. Ils s’étaient rencontrés à Londres pendant la guerre.

    « Brice Lalonde nait dans un milieu aisé et sera élevé par son père à Paris1, un industriel du textile ; sa mère appartient à la famille Forbes, une riche et ancienne famille bostonienne d’origine écossaise. Elle est la tante de John Kerry, sénateur démocrate du Massachusetts, actuel Secrétaire d’État, candidat à l’élection présidentielle américaine de 2004. « La famille Forbes possède un manoir à Saint-Briac-sur-Mer, dont Brice Lalonde a été maire de 1995 à 2008. Il milite longtemps au PSU, et à l’UNEF à partir de 1963, syndicat étudiant dont il préside l’antenne de la Sorbonne en 19681. »

    1. Quiet Desperation

      Villepin nous manque….

      Je viens de regarder « Quai d’Orsay », où Lhermitte fait un numéro hilarant… pas loin du tout du modèle… mégalo, parano, plein d’une fausse culture boursouflée… comment prendre au sérieux ces pitres ?

      1. Nemrod

        C’est un mystère pour moi.
        Au bout de 5 minutes du numéro de ces piteux comédiens, le moins bien pourvu en neurones a compris qu’ils ne brassent que du vent.
        Des vrais charlots…et pourtant beaucoup y croient, jusqu’au bout.
        Ecrasés et méprisés toute leur vie sans jamais au minimum regarder ces pitres avec cynisme et détachement; le comportement humain est extraordinairement irrationnel tout de même.

        1. val

          L’être humain a irrésistiblement besoin d’espoir et de sens . Nous ne sommes pas « équipés » équitablement pour discerner en qui le placer.
          Et bien souvent , nous attendons bien trop de ceux en qui nous le plaçons. Ces marionnettes n’existent que grâce à nous , c ‘est nous (enfin , leurs adeptes) qui leur prêtons vie .

  30. gameover

    Au sujet du gamin qui est mort à cause d’une contamination bactérienne on a pu voir l’incompétence ravinesque de NVB en matière de santé publique qui en restant silencieuse a laissé des théories abracadabrantesques être émise sur les ondes.

    J’ai aimé : on leur donne de l’eau minérale mais est-ce qu’on leur en a donné pour se laver les dents, pour la douche ? La meilleure étant : est-ce qu’ils lavaient la vaisselle à l’eau minérale ?

    Pas mieux du coté médical qui indique que l’enfant n’avait pas de problèmes particuliers et entretient le flou.

    J’ai enfin entendu un gars dire ce matin sur BFM que vu qu’il y a plus d’un million d’enfants qui vont en colo il y aura forcément quelques accidents et quelques morts par chute, noyade etc… . Fallait oser quand même car il semble que le risque ne soit plus acceptable.

    Coincidence, il y a quelques jours la minustre avait souhaité que plus d’enfants partent en colo et il semblait que le coût était une raison majeure de la désaffection des parents pour ce type de vacances que pour ma part j’ai super apprécié quand j’étais gosse : on partait 1 mois et ça n’affectait pas trop le budget.
    Maintenant c’est mini 600E la semaine et à part les CE des grandes entreprises il y a forcément moins de mode au portillon surtout si on a 2 ou 3 enfants.

    Mais la réglementation est passée par là et entre les normes d’encadrement, les normes pédagogiques, les 35 heures, les normes sanitaires, les normes alimentaires avec les repas diététiques, les besoins de personnel d’entretien… c’est pas prêt de s’arranger.

    Il est loin le temps où on balayait sa carrée, on passait la toile à pavés dans les chiottes (du coup on faisait gaffe), on épluchait les patates, on mettait la table et on débarassait, on balayait et quand on partait en picnic c’était avec la bouffe dans le sac à dos et sans être suivi par une véhicule frigorifique ni par une ambulance de la croix rouge.

    CPEF… et c’est pas fini…

      1. gameover

        Les vacances ça tue… encore.
        Depuis ces péripéties gastriques qui ont bizarrement disparu des écrans il y a eu plus de 120 morts sur les routes mais c’est sur 6 d’entre eux dont 4 enfants que les infos ont décidé de se se focaliser.

        C’est normal (pas le président hein) car le président (normal hein) a demandé que toute la lumière soit faite sur cet accident qui s’est passé en plein jour, pouf pouf. Bon, il a dit aussi qu’il fallait faire la lumière sur l’avion qui s’est fait dégommé en Ukraine…
        Que la lumière soit, soit.

        Pour en revenir aux 6 morts, un bête accident de trajet d’un minibus d’un centre de loisirs. Les enfants avaient la ceinture, que s’est-il donc passé ? Il faut faire la lumière car la république avait bien tout prévu et ça n’aurait pas dû arriver.

        Le minibus s’est déporté sur la gauche et a heurté un camion qui venait en face, paf le bus.

        – Le minibus était neuf : check.
        La république a donc procédé à la découpe de l’animateur-conducteur pour vérifier son fonctionnement, du moins celui qu’il avait avant de finir comme une tranche de jambon dans un croc-monsieur.
        – malaise : check
        – alcoolémie : check
        – drogues : check
        – psychotropes : check

        La république a merdé car elle n’a pas pu empéché ça et il faut vraiment comprendre comment un véhicule a pu se retrouver sur la voie en face.

        Diverses solutions sont envisagées allant de l’autopsie des parents du conducteur à la suppression du volant sur les véhicules. gageons que le république saura trouver une solution à ce problème capital puisqu’il faut que la lumière soit faite…

        1. gameover

          Toujours pas de nouvelles des péripéties gastriques du gosse de la colo.
          Nan, on n’aurait quand même pas osé cacher que la nourriture ne venait pas de la colo mais de la famille musulmane… pas de ça dans une démocratie.

          Sinon les 6 morts dans le minibus, j’avais été un peu surpris par le coté typé des divers intervenants du centre de loisirs sur BFM, que ce soit les parents, les co-animateurs et les amis.

          Ona tellement encensé le conducteur animateur qu’il ne fallait pas cherché loin pour en trouver la raison. Pour un peu on lui décernait la légion d’honneur à titre posthume.

          Mais la dernière analyse aurait mis en évidence une hypo-glycémie. Cela n’a certainement aucun rapport avec le fait que l’animateur faisait le ramadan. C’est ce que m’a dit un soudeur cette semaine après s’être ouvert le front en se fracassant la tête contre son établi… nan pas de rapport.

          Bon, théoriquement là il nous faudrait quelques noyés quand même par groupe de 3 ou 4, une passerelle qui s’effondre et aussi un bus qui n’a plus de frein dans une descente… ah j’oubliais, un bateau… (le train c’est déjà fait et les avions ça commence à faire)

          A bientôt

    1. gameover

      Aux dernières nouvelles la contamination de l’eau ne serait a priori pas la cause de la mort du jeune enfant mais la colonie de vacances a déjà été enterrée vivante par les familles, leurs avocats, les medias et les politiques.

      Ah si j’osais je me risquerais bien à faire un peu de science fiction…

      5h00 du matin : Abdel est prêt pour le départ pour 1 mois de colonie de vacances payée pour moitié par le comité d’entreprise de la RATP et la Caisse d’Allocations Familiales du 9-3.

      Sa maman lui a mis au fond de son sac plein de petits encas pour la route et pour plus tard emballés dans des papiers d’alu ; ça lui permettra de rester en lien avec sa famille et de manger après le coucher du soleil durant cette période de ramadan.

      Le voyage en bus s’est bien passé. Il a fait chaud durant le voyage au fond du sac. Premier jour c’est découverte de la colo et Abdel n’a pas eu le temps de défaire sa valise mais c’est prévu pour le lendemain matin.

      A cette occasion Abdel découvre au fond de son sac les petites attentions qu’a eues sa maman 48h auparavant et il les grignotera ce soir.

      Le lendemain matin, Abdel est malade. Le soir même Abdel est mort. Son père Farid est très en colère.

      ================
      Les prénoms connus tardivement n’ont pas été changés.

        1. gameover

          Le ramadan n’est obligatoire qu’à partir de l’âge de 15 ans sous certaines conditions de puberté au sens littéral du terme mais il est conseillé aux parents d’entraîner leurs enfants dès l’âge de 7 ans.

          Il y a des exceptions car Allah qui est grand et a le savoir universel avait prévu la coupe du monde de foot…

          Ayons tous une pensée pour les hommes d’avant l’an zéro qui ont tous fini en enfer car ils n’ont pas été baptisés et ont vécu dans le péché sans le savoir…

  31. turlututu

    Pour l’enterrement c’est retour au pays, la fRance c’est tout juste bon pour les logements sociaux, les allocs, la sécu, le SAMU, l’APL, le RSA, la CMU, les feux d’artifices, l’école publique et bientôt coranique, les fins de jeune chez hidalgo … mais pas pour y rester !!

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)