Ségolène Royal aide discrètement le capitalisme de connivence à la française

L’État, obèse et d’appétit féroce, cherche des sous, de plus en plus de sous. ; ce n’est pas neuf, et la majorité gouvernementale précédente avait déjà compris l’intérêt qu’il pouvait y avoir à se départir d’infrastructures coûteuses et bien mieux gérées par le privé que par des services publics de toute façon exsangues. Mais c’est finalement ce gouvernement-ci qui est à l’œuvre pour la privatisation des aéroports de province, à commencer par celui de Toulouse.

Comme d’habitude, plutôt que de faire simple et radical, nos dirigeants ont finement choisi d’y aller par morceau et ne cèderont qu’un peu moins de la moitié (49.9%) de l’infrastructure aéroportuaire. L’avantage est évident : si cela tourne au vinaigre, l’État aura beau jeu d’accuser le repreneur, même partiel, de la catastrophe, et y aller du petit couplet habituel sur le mode « Vous voyez, les privatisations, ça ne marche pas ». Et si cela marche bien, et tant que cela marchera, l’État pourra rafler une grosse partie des dividendes, dicter ses conditions, et faire jouer le capitalisme de connivence maintenant habituel dans ce genre de marchés en plaçant ses larrons et ses coquins aux postes les plus juteux, ce qui fera tourner l’affaire au vinaigre, et vous voilà retourné au point précédent.

Avec l’opération Toulouse-Blagnac À La Découpe, l’État peut espérer récupérer un peu plus de 150 millions d’euros (pour rappel, l’aéroport fait un chiffre d’affaire de 117 millions d’euros environ pour un peu plus de 7 millions de passagers à l’année). Le calendrier de la vente est le suivant : démarrage le 11 juillet, dépôt des premières offres des candidats à la reprise vers le 15 septembre, avec une validation fin octobre des offres déposées. Courant novembre, l’heureux élu est désigné. Tout va bien, youpi tagada.

segolene crieOh, que vois-je arriver avec ses gros sabots au milieu d’une route qui poudroie pas mal et d’une herbe qui verdoie assez moyennement ? Mais ma parole, on dirait notre amie Ségolène Royal sur son petit baudet vert, agitant ses bras noueux dans toutes les directions. Elle est encore loin, et on n’entend donc pas trop bien ce qu’elle crie à la cantonade, mais chaque petit pas de son fier destrier la rapproche de nous et bientôt, ses propos, qu’on aurait cru décousus de loin, se font plus précis : « gnagnagna écotaxe je n’en veux pas gnagnagni ah mais on y réfléchit bliblablu je n’y crois plus blablabla mais si on le fera patatoute taxer les autoroutes patatage réduire les péages gnagnagna ça se passera pas comme ça. »

Dame Ségo s’agite, et passe son chemin. En Socialie, rien de plus banal et point n’est besoin de s’inquiéter plus que ça.

Cependant, cette agitation semble avoir eu quelques répercutions, et notamment sur les candidats à la reprise de l’aéroport. C’est ainsi qu’on apprend, de source apparemment bien informée, que les deux repreneurs étrangers potentiels, l’australien Macquarie et l’espagnol Ferrovial, ne sont plus candidats à la reprise de l’aéroport de Toulouse. Apparemment, selon un connaisseur du dossier, « ces deux acteurs ont finalement décidé de ne pas y aller, car ils ont été échaudés par les déclarations et les décisions de Ségolène Royal ».

mini ségo bofDiantre. Voilà qui est fort. On savait en effet que la dame du Poitou avait un don certain pour transformer une situation pénible en catastrophe économique complète. L’affaire Heuliez avait parfaitement illustré ce point : en 2010, alors que la société était scindée en deux, une des deux nouvelles entités recevait l’adoubement du Conseil Régional de Poitou-Charente en la personne de Ségolène Royal qui utilisait alors toute son influence pour aider le lancement de voiturettes électriques. Le verdict du marché ne se fit pas attendre : Heuliez calancha, emportant avec elle les beaux rêves zécologiques de voiturettes électriques et un bon paquet de millions d’euros du contribuable sans lesquels la fête aurait été nettement moins folle. De la même façon, on se rappellera des contre-performances assez spectaculaires de la BPI dans laquelle la brave Ségolène a mis les doigts, tant au niveau de la communication (les couacs entre elle et son président firent quelques remous dans les milieux concernés) que des résultats financiers, pour le moins peu brillants.

Pas de doute : elle a un don. Et cette fois-ci, l’impétrante n’a même pas eu besoin de prendre part directement aux tractations financières. Il aura suffit à la Dame aux Caméras d’assurer une certaine présence médiatique pour aboutir au résultat que l’on connaît : les deux étrangers se sont retirés de toute prétention à l’investissement dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Sur le principe, on comprend les deux acteurs qui n’ont finalement aucune envie de voir les contrats renégociés ou dénoncés arbitrairement par l’État dès qu’il lui en prendra l’envie à l’image de ce qui est en train de se passer pour Ecomouv’. Et plus généralement, on comprend aussi que le désengagement d’acteurs internationaux pourrait devenir préoccupant compte-tenu des autres privatisations en cours.

Ceci dit, le résultat observable ne manque pas d’intérêt puisqu’ainsi ne se retrouvent en lice que deux acteurs majeurs, ADP (Aéroport De Paris) et Vinci. L’un comme l’autre sont français. L’un comme l’autre sont dirigés par des Français (de Romanet pour ADP, Huillard pour Vinci), tous les deux issus de l’habituel parcours des vainqueurs (ENA pour le premier, X pour le second) et donc fort bien introduits auprès des institutions étatiques (CDC pour le premier, ministère de l’Équipement pour le second).

mini ségoFranchement, c’est commode. Si les coïncidences n’existaient pas, on dirait presque que Ségolène, en ouvrant sa grande jatte pour hésiter à haute voix sur les taxations oui-non des autoroutes, des infrastructures, sur la façon dont les contrats se font et se défont en France, a singulièrement simplifié la passation de Toulouse-Blagnac du public au privé bien comme il faut, ce parfum délicat de grandes entreprises françaises où toute la hiérarchie connaît bien les rouages de l’état, y a ses accointances et y a fait ses armes. Si les coïncidences n’existaient pas, on pourrait dire que le capitalisme de connivence a encore réussi un coup de maître en fournissant à deux concurrents étrangers une explication simple (simpliste ?) de leur soudain retrait de la course. Rassurez-vous, avec la carte Ségolène, tout ceci n’est que pure supputation et en fait, il n’y aura eu besoin d’aucune pression sournoise sur les deux étrangers.

crony capitalism

La suite de l’histoire prendra sans doute quelques années à s’écrire, mais on la devine déjà assez bien et je vous invite à relire le second paragraphe de ce billet. Avec un peu de chance, l’aéroport enregistrera des bénéfices et l’État pensera avoir fait une bonne opération. Tant que cela durera, des petits arrangements permettront à certains, bien introduits, de se trouver des postes dorés dans les infrastructures aéroportuaires de Toulouse. L’État sera heureux, Vinci ou ADP s’en sortira content. Et puis, petit-à-petit, ces connivences alourdissant la facture, les bénéfices diminueront, les services se dégraderont et l’ambiance générale tournera à la morosité (celle qu’on retrouve dans l’air de Roissy ou Orly, entre deux petits fumets de pisse froide ou de chichon sauvage).

Enfin, ce capitalisme de connivence bien gluant permet d’éclairer d’une lumière fort intéressante les récentes déclarations de Ségolène concernant le barrage de Sivens. On ne s’étonnera plus, à l’aune de ce qui se passe, discrètement, pour l’aéroport de Toulouse-Blagnac, de trouver un discours étonnamment similaire de confusion, d’allers-retours entre le oui, le non, le mais si, le peut-être, concernant la construction de ce barrage dont on comprend que les enjeux (financiers) sont tous sauf mineurs. On attendra donc avec impatience les frétillantes déclarations de Ségolène au sujet d’un autre aéroport, celui de Notre-Dame-Des-Landes.

Ah, quelle est amusante, qu’elle est cohérente, cette République irréprochable !

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires234

        1. petit-chat

          Merci Harry pour la correction.
          « On » va dire que c’est le ton de l’article qui a dû m’influencer (Vinci et tous leurs copains au gouvernement)… Mais c’est pas vrai, je me suis planturé !

    1. royaumont

      Le portrait donquichottesque de la folle du Poitou est un grand moment.

      Elle est la Calliope de H16, elle l’inspire.

      Profitons-en pour en rire, avant qu’on nous présente la facture…

      1. Higgins

        Pour info, un ami qui travaille à l’aéroport de Nantes m’a indiqué que si le chantier était actuellement « suspendu », les mutations de personnels de l’aviation civile, en particulier les contrôleurs, destinés à armer le nouveau terrain étaient toujours en cours. Conclusion, bien ou mal, le projet ira à son terme.

        1. Adrien

          Les 130 fonctionnaires des douanes affectés à feu l’éco-taxe me font dire que tout est possible à ce sujet…

      1. Lafayette

        C’est pas gentil pour une dame qui a fait honneur à Dakar. D’habitude quand ils arrivent en France ils font plein d’enfant et ne trouvent pas de travail.

  1. Calvin

    C’est typiquement dans ces moments où il faudrait changer les méthodes, les équipes, les techniques, afin de faire de vraies réformes, que notre pays choisit d’appliquer les vieilles recettes, d’utiliser les vieux discours, avec les mêmes abrutis.
    Eh oui, le changement d’aiguillage, c’est pas pour maintenant…

  2. Le Gnôme

    Ils ont un don, pas celui de guérir les écrouelles, mais de transformer tout ce qu’ils touchent en m… Ils sont comme le roi Midas, ils ont des oreilles d’âne, mais pas le don.

  3. Kazar

    La routine habituelle, quoi… On ferait mieux d’ignorer désormais totalement cette ex que Hollande a recasé sans aucune honte comme ministre parce qu’elle avait besoin d’argent, n’ayant pas été réélue députée grâce à l’autre ex. Cependant, pourvu qu’elle se présente en 2017, où même aux primaires de la gauche, ce serait certainement très drôle.

    1. Calvin

      L’ignorer alors qu’elle massacre tout ce qui est porteur d’avenir ?
      La laisser faire sans rien dire, alors qu’elle est si sensible au s’en dira-t-on ?
      Dommage.

      1. Kazar

        « …qu’elle est si sensible au s’en dira-t-on ? ».

        Sincèrement, ,je crois qu’elle s’en fiche, comme les autres, du moment qu’elle est payée. Le pire pour elle serait justement qu’on ne parle plus d’elle et qu’elle tombe dans l’oubli, son orgueil ne s’en remettrait pas.

        1. yp

          +1 Elle n’en a rien à faire. Elle a le carnet d’adresse et la popularité, ce qui lui permet de trouver une tétine à la première sollicitation, en échange de ses services en matière de trafic d’influence.

          Si on devait ne plus parler d’elle, son business model s’effondre.

          1. Bisphénol

            +1, elle n’en a rien à faire. Vu son parcours : « http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9gol%C3%A8ne_Royal » elle ne connait rien d’autre que l’argent des autres, cette buse et n’a jamais réellement bossé pour produire quelque chose d’utile, d’utilisable et utilisé.

            1. Théo31

              A toujours vécu aux crochets des autres et a fait 4 gosses : elle correspond exactement à la définition du parasite.

  4. val

    Le parallèle avec ce que j ai pu vivre dans une ex république de l est à l époque des privatisations est saisissant … je ne comprenais pas alors le soulagement lors du rachat de certaines entreprises locales par des boites étrangeres solides : »mais Val , c est parce que elles vont vivre ! » . Me disaient t-ils….

    1. Patatrac

      Dans la même veine, c’est aussi ce qu’un journaliste russe (je crois) disait à propos de la trajectoire prise actuellement par la France : « nous avons vécu dans votre futur ».

              1. deres

                Elle est partie maintenant qu’elle ne pouvait plus récolter le paiement de ses passes discrètes. L’admiration béate du « grand homme » atteint vite ses limites quand il n’y a plus de contreparties.

        1. Patatrac

          La comparaison se voulait symobilque. Du Danube à l’Oural, à part quelques nostalgiques, personne ne souhaite un retour en arrière, même au vu de la situation actuelle (qui n’est pas un modèle comme vous le soulignez)

      1. David

        Vladimir Boukovsky : « J’ai vécu dans votre futur, et ça n’a pas marché »

        youtube.com/watch?v=-5bdhn0IKKU

        1. Peste et coryza

          La Russie avait un au moins un avantage : les russes étaient préparés à l’effondrement. C’est ce qui lui a permis de s’en sortir avec les difficultés que l’on sait. Rien que les potagers individuels que possédaient chaque famille russe ont permis de subvenir à 90% de la pop en terme de bouffe produite.

          Les français, non. Et ça fera d’autant plus mal…

  5. Flo

    Excellent même si ça devient désespérant à force.
    Il me semble qu’il manque deux s dans le premier paragraphe.
    A « infrastructure » et à « exsangue ».
    A effacer après usage.

  6. Calvin

    La grande « force » de ce gouvernement, c’est d’avoir remplacé les deux personnages Duflot et Montebourg par celui de Royale…

    1. David

      Bien vu ; à elle seule, la Dame aux Caméra cumule les tares des 2 précédents branquignols, faut le faire .

  7. Higgins

    Depuis la Libération et en simplifiant, on peut dire que le secteur aéronautique français est partagé entre un secteur étatique puissant (issu des nationalisations de 1936 et du passage sous les fourches caudines de Charles Tillon en 1945-1947) et un secteur privé performant. Toujours en simplifiant, Airbus industries (anciennement Aérospatiale) est le représentant emblématique du premier (avec comme fidèles adjoints Air France, ADP et notre DGAC) alors qu’en face on trouve en première ligne Dassault (je concède bien volontiers que cette entreprise n’est pas exempte de reproches mais elle est privée). En arrière plan, bien réel, on trouve les réseaux des anciens des grandes écoles type X, ENA ainsi que la franc-maçonnerie, très présente.
    L’exemple de Blagnac est très bien choisi. On ne peut qu’admirer la méthode utilisée pour dégoûter les acteurs étrangers. Si Blagnac est si rentable, pourquoi l’Etat cherche-t-il à le vendre? S’il ne l’est pas, je ne suis pas convaincu que les deux derniers acteurs en lice soient les mieux placés pour changer la donne. Le ressenti des compagnies aériennes contre ADP n’est pas particulièrement positif. Quant à l’action d’Eolienne Impériale, on devrait la brancher sur EDF. Ses moulinets inutiles devraient suffire à assurer l’indépendance énergétique de ce pays pour plusieurs siècles.
    Quoiqu’il se passe, CPEF.

    1. Cerf D

      Si Blagnac est si rentable, pourquoi l’Etat cherche-t-il à le vendre?
      J’ajouterai « et s’il ne l’est pas qui peut chercher à l’acheter ? »

      Les deux questions se posent dès qu’il s’agit de vendre des possessions de l’état dans le but officiel de faire économies.

      1. gameover

        Si Blagnac est si rentable, pourquoi l’Etat cherche-t-il à le vendre?

        Il a bien vendu les autoroutes alors que c’était une usine à cash. Le prix du péage n’est pas déterminé par rapport à un coût mais par rapport à une utilité.

        Mais comme l’état est un branque au niveau gestion il ne les a pas vendues assez cher et il proroge gratos les concessions à chaque fois que des nouveaux travaux sont réalisés.

        1. bob razovski

          Y’a bien un mec ou deux qui doivent toucher, dans l’histoire…

          je ne pense pas que ce soit gratos, c’est juste que la transaction « ne nous regarde pas » 😉

            1. bob razovski

              Certes, ça,c’est la partie publique.

              Le pendant de tout ça est : tu penseras à ma petite enveloppe 😉

          1. Higgins

            Perso, je pense plutôt à des partis politiques qu’à des individus car c’est bien connu, dans ce milieu, il n’y a jamais d’enrichissement personnel. Les patrimoines considérés frisent d’ailleurs l’indigence.

    2. JS

      A priori la problématique des aéroports est insolvables étant donné qu’ils resterons toujours un bastion de l’état (transports des personnes et des biens en dehors de son territoire).

      Pour assainir le secteur il faudrait des aéroports 100% privé (terrains compris) et en concurrence libre. Mais la gentille populace ne l’acceptera jamais car celà veut notamment dire une implantation « libre » des aéroports…donc exit notre système social-démocrate où chacun cherche à profiter de qq chose sans en avoir les nuisances

    3. Bisphénol

      Calvin,
      Dassault n’est peut être pas le meilleur exemple du « privé » (il est branché sur le pipeline de thunes publiques)…

    4. Higgins

      J’ai omis d’ajouter que les deux camps se livrent à une guerre sans merci où un coup appelle un coup. Exemple: monter une compagnie aérienne dans ce pays tient du prodige si on heurte la compagnie nationale.

  8. Kloupa

    Tiens, ça rappelle le naufrage en cours de la SNCM, ou encore, le fonctionnement habituel de l’état Argentin, depuis le péronisme, qui explique pourquoi ce pays, pourtant très très bien doté par dame nature, est en faillite chronique depuis cinquante ans…La France, c’est devenu à l’évidence, une république bananière, même si le bananier n’y pousse pas naturellement.

    1. Le Gnôme

      Certes, mais le peuple argentin est le responsable final. Pour qu’il y ait république bananière, il faut des singes amateurs de bananes, les votants.

    2. MortAuxChatons

      Ah ! Les bananes ! C’est donc ce fruit issu des vergers ré-pourri-cains qui a attiré Taubira en métropole !

  9. royaumont

    Concernant le barrage de Sivens, j’ai un compromis à proposer à Ségo de Melle : on construit le barrage, mais seulement la moitié qui part de la rive droite et s’arrête au milieu du lit du Tarn.

    Quoi c’est c… Je ne vous permets pas ! Je m’entraine pour être ministre, c’est tout !

    1. Gerldam

      Vous ne croyez pas si bien dire: il existe déjà nombre de ponts qui ne franchissent rien, de routes qui ne mènennt nulle part, d’équipemenst dits « collectifs » vides, etc.

      1. MadeInCH

        Une liste? Je suis curieux de voir ça. Surtout les routes et les ponts.

        Les rond-points, ça peu être dû en prévision d’une futur tracé pour de nouvelles agglomérations.

        1. petit-chat

          Grands travaux inutiles (voir « France ») :
          « https: » + « //fr.wikipedia.org/wiki/Grands_travaux_inutiles »

        2. Ano59

          Je suis mauvaise langue pour les ronds-points : celui auquel je pensais a en réalité trois branches, dont une parcourt deux ou trois mètres avant de se finir en cul-de-sac. Dans un endroit désert. Depuis un paquet d’années.

          Les voies de l’Etat sont impénétrables…

    2. Nemrod

      Ou alors on le fait du côté de Rennes ou ont lieu des manifs contre le barrage du Tarn…y aura besoin que d’un escadron de gendarmes mobiles au lieu de 2.
      Bon, ça va pas le faire pour irriguer dans le Tarn et puis à Rennes pas besoin d’irriguer.
      Pas facile.
      Je cherche.

  10. David

    Les taxes du jour :

    – « taxe annuelle sur les surfaces de stationnement annexées aux locaux à usage de bureaux appartenant aux personnes privées ou publiques »
    – « taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés bâties et à la cotisation foncière des entreprises »
    – hausse de la taxe de séjour

    lefigaro.fr/impots/2014/11/06/05003-20141106ARTFIG00057-le-gouvernement-cree-deux-taxes-qui-rapporteront-140-millions-a-l-le-de-france.php

    Qui a dit que les gouvernants ne foutaient rien ? Voyez avec quelle délectation ils s’occupent de nous …

    1. Calvin

      Bon, ça suit le rythme de Sarkozy.
      Bien, bien, bien.
      C’était prévu.
      Comme je disais durant le gouvernement Ayrault, le « changement », ce fut juste celui du nom du Président.

      1. Kazar

        Eh oui, nous sommes vraiment des salauds de propriétaires, et comme il est admis et normal de mentir en politique, on peut à la fois proclamer haut et fort qu’on n’augmente plus les taxes, les impôts et qu’on n’en crée plus, et faire le contraire…

        1. Aristarque

          Il ne fallait pas entendre « qu’ on n’ en crée plus (pour le moment) » mais « qu’on en crée plus (davantage) ». Ce n’ est pas pour rien que le français est langue diplomatique…

    2. La Rédac des News du Système

      ••• Les auto-entrepreneurs vont devoir régler une taxe rétroactivement depuis 1674

      C’est un nouveau coup dur pour le presque million d’auto-entreprises existant actuellement en France, ces structures unipersonnelles qui permettent l’exercice d’une activité indépendante dans des conditions administratives et fiscales facilitées. (…) Une disposition dont personne n’avait vraiment entendu parler jusqu’à présent rend passible les auto-entrepreneurs du règlement de la CFE (cotisation foncière des entreprises, un impôt prélevé pour le compte des communes) rétroactivement depuis… 1674. En cause, une confusion entre le numéro de l’un des articles du CGI, le code général des impôts, qui en définit les conditions d’application, et la date d’assujettissement à la taxe. (…)

      Lire la suite : http://lesnewsdusysteme.wordpress.com/2014/11/06/les-auto-entrepreneurs-vont-devoir-regler-une-taxe-retroactivement-depuis-1674/ 🙂

      1. petit-chat

        Hilarant, comme d’hab’ !
        Proposition :
        « Article 1 : tous les citoyens ont l’obligation de s’acquitter de l’euro symbolique chaque année, avec effet rétroactif à la date de l’article. »

        1. Quiet Desperation

          Excellent….. Le problème avec notre ami Ladrien, c’est que ses délires ont un goût tellement plausible qu’on se demande si l’Administration ne s’en inspire pas, « pour de vrai »…

      2. David

        Excellent !

        j’aime bien aussi la new « Le barrage de Sivens pourrait finalement être construit à Notre-Dame-des-Landes avec des portiques éco-taxe », de quoi mettre tout le monde d’accord …

    3. Deres

      Toutes les semaines, ils créent discrètement une ou plusieurs nouvelles taxes dites indolores et de petite taille rapportant entre 100 et 200 millions d’euros. Sur un an, cela fait donc entre 5 et 10 milliards d’augmentation d’impôts passé plus ou moins en douce …

      1. Calvin

        Non.
        Chaque année, chaque taxe rapporte de moins en moins. C’est pour ça qu’ils en rajoutent.
        Mais même devenues minimes, ils ne les suppriment jamais.
        Pensez donc, on va quand même pas aller vers une crise des SupPrimes !!

        1. Deres

          En fait, cela dépend des taxes. Certaines peuvent être évitées ou optimisées ou fraudées ce qui mène à l’effet Laffer mais ce n’est pas le cas de toute … En fait, le gros de l’effet Laffer vient de ceux qui ont la possibilité de travailler au noir ou de faire des transactions en liquide non déclarés. Pour ceux là, toute nouvelle taxe est rapidement compensé. Pour les autres contribuables, c’est beaucoup plus compliqué d’évier les hausses perpétuelles des prélèvements. D’ailleurs à noter que si les rêves humides de lutte contre la fraude du notre Sapin détesté se réalise, cela reviendra exactement à une hausse massive des prélèvements.

      2. Higgins

        Oui, le dessinateur Binet, celui des Bidochon, a sorti il y a de cela plus de vingt ans une BD en deux volumes, « Monsieur le ministre » chez les éditions Fluide Glacial absolument hilarante. J’en recommande vivement la lecture tant elle est juste et drôle. On y apprend entre autres qu’une taxe, pour être efficace, doit avoir une assiette la plus large possible et être relativement indolore partant du principe que « plus un impôt est bas, plus il est populaire!!! ».

    1. Lambda Expression

      Et ?
      Vous semblez sous entendre que celui des USA nous irait.
      Vous faites erreur.
      Nous déplorons toute forme de capitalisme de connivence.
      Qui n’est d’ailleurs pas un capitalisme soit dit en passant.
      Juste de la truanderie.

      1. Quiet Desperation

        Judicieuse remarque que l’on prolonger en proposant de transférer Bercy dans le 1er arrondissement.

        Il s’y trouve en effet une rue, dont le nom seul démontre que le déterminisme est une réalité politico-sociale :

        La rue de la Grande-Truanderie est une voie du 1er arrondissement de Paris. Au XIIe siècle, très mal famée, elle réunissait les tire-laine et les vide-goussets. Entre son début au boulevard Sébastopol et la rue Saint-Denis, elle réunit de nos jours tant les voleurs que les putes, ce qui ne peut que jouer en sa faveur auprès de nos Enarques et autres Inspecteurs des Finances…

        Un garçon comme DSK doit se désespérer de n’y avoir pas songé, au temps de sa splendeur ministérielle : ça aurait eu de la gueule, dans cette rue, le cliché de ce célèbre couturier, entre la représentante en pulls angora et Priape 1er….

  11. Karamba!

    Quand elle sera totalement grillée dans la politique, Royal finira dans la même école que Montebourg à prendre des cours accélérés de chef de grande entreprise…

        1. Nemrod

          La dernière fois que j’ai veauté…
          Cette calamité ma’obligé à mettre dans l’urne un bulletin « talonnettes premier ».
          Vous dire si je lui en veut de m’avoir conduit à de telles extrémités.

          1. val

            J ai des amis qui ont voté pour elle , depuis je les considère comme intellectuellement sinistrés, une sorte de boussole qui indiquerait le sud ou bien l ouest ou bien …rien

            1. hugeus

              Exactement pareil !
              Pour moi c’est un bon signe d’incapacité intellectuelle, au moins sur le plan économique et politique.
              En général, cette tare est associée à celle qui fait croire qu’on est obligé de prendre un médicament quand on est malade, ou qu’on est obligé de veauter quand ya une élection (maladie que j’ai eu, hein, mais j’ai guéri !)!

            2. MadeInCH

              Avant de mériter un tel billet aller simple vers la géhenne sociétale, peut-être faudrait-il obtenir la garantie que l’avis de l’époque serait encore émis par les cibles en questions.
              Ou bien ça a été fait?
              Si pas de remord, alors…

    1. Kazar

      L’école de Montebourg, c’est vraiment du foutage de gueule. Un mois à 34.500 euros, pour apprendre à devenir un dirigeant de grande entreprise ? Mais encore faudrait-il ensuite trouver un poste. Et ce mec qui est Avocat, donc bac +5, n’a pas de compétences en droit des affaires ? Une vraie burne, vu ses performances en matière de ministre, et ce n’est pas un mois de formation si chère soit-elle qui fera des miracles.

      1. Flash

        Vous le savez, mais je vous le précise :

        1/ il n’y a pas que des spécialistes du droit des affaires parmi les avocats
        2/ il y a des avocats qui sont des tocards

        Mais oui, c’est un beau foutage de gueule. Surtout qu’il a demandé une bourse, ce con.

          1. yp

            Ce type est hontectomisée jusqu’aux amygdales…

            lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/10/31/25002-20141031ARTFIG00275-montebourg-demande-une-bourse-pour-s-inscrire-dans-une-ecole-de-commerce.php

            Il est mur pour devenir le prochain président des français…

            1. petit-chat

              Rien d’anormal à ce qu’après avoir été le minustre du Dressement Reproductif il ait besoin de renouveler ses bourses. Il commence modestement (c’est un humble homme de gauche) par en demander une.
              J’ai failli insinuer que vous étiez tous de mauvaises langues, mais ça s’insérait mal-t-a-propos.

          2. Flash

            Oui oui, une bourse.

            Je trouve que c’est ça, le pire. Qu’il veuille se former, encore, pourquoi pas? On peut sourire du prix de la formation, de sa durée, mais franchement, pour la bourse…

            Quand on connaît ses revenus de ministre, ou le contenu de son épargne, ça fait mal au fion.

            1. Bisphénol

              Je connais l’INSEAD car c’est chez moi. Comme le dit justement Popeye, c’est un achat de réseau via l’entreprise qui paye la formation. ça flaire quand même bon le crowny capitalism pour Nono pour arroser ou se faire arroser par les copains.

              1. yp

                Un achat de réseau, certes, mais un achat aux frais des contribuables.

                Et Montebourg à son compte – à courrir après le casse-dalle (pour de bon, comme tout entrepreneur)… Vachement crédible ! Sa boite n’est pas encore montée que tous les hopitaux de France ont déjà un budget imposé pour la fourniture de son machin, ou bien il sera le seul à avoir le droit de vendre sur le territoire français… Bref ; la France s’aligne doucement sur les « meilleures pratiques » des restes du monde : Une sorte de Kaizen vicieux vers le cloaque de la festivitude.

                1. deres

                  Et la BPI et toute les banques française amicales vont financer rubis sur l’ongle le capital de « sa » société après avoir payer sa bourse. Et il pourra se verser un joli salaire en plus des avantages en nature. Bref, que du bon …

      2. Popeye

        ce genre d’école ne vend pas des compétences. Elle vend un réseau et un carnet d’adresses. Comment ça, encore de la connivence?!?

      3. barbatruc

        J’ai entendu dire qu’il voulait monter une boite dans le domaine de l’imagerie médicale.

        « Quel intérêt pour un homme politique ? A priori aucun, si ce n’est qu’Arnaud Montebourg a clairement laissé entendre, depuis son départ du gouvernement fin août dernier, qu’il s’apprêtait à monter une entreprise d’imagerie médicale début 2015. « J’ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m’en suis rendu compte ces deux dernières années », a expliqué au journal Le Monde  »

        J’adore la dernière phrase ! C’est a mourir de rire.

        Source : http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/que-va-vraiment-apprendre-arnaud-montebourg-a-l-insead-974261

        1. Ano59

          Pitié non, ça sent encore le truc merdique qui sera imposé par connivence dans nombre de CH(U)…Encore de coi dégrader les conditions de travail…

        2. calc8

          C’est marrant, je ne vois pas trop Montebourg inscrit au RSI. Il va certainement nous trouver quelques trucs pour ne pas payer trop de taxes, par exemple, être minoritaire et salarié dans sa boîte…

        3. Higgins

          Vu les c… qu’il débite, je croyais qu’il voulait se spécialiser dans la fabrication de boules de cristal et dans la rédaction d’ouvrages traitant de l’utopie.

      4. Higgins

        « Arnaud Montebourg a eu des responsabilités considérables au gouvernement, il a dirigé la politique économique, il a parlé et agit pour les entreprises. Et de son propre aveu, et c’est terrible, cet ancien ministre a quand même reconnu qu’il n’avait jamais mis les pieds dans une entreprise, qu’il ne savait pas comment une entreprise créé de la valeur, et qu’il était temps qu’il aille à l’école.  » (http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2014/11/05/arnaud-montebourg-retourne-a-l'ecole-enfin-une-bonne-nouvelle)
        Cherchons l’erreur.

      1. Flo

        Aucun doute là-dessus!
        Une petite d’un autre ex-quasi-ministre ce matin (H. Emmanueli):
        « Toutes les études montrent qu’un point de PIB de dépense publique, sans économie budgétaire qui en annulerait les effets, provoque deux point de croissance de ce même PIB ».
        On se demande pourquoi la France n’a pas une croissance à trois chiffres!

        1. Aristarque

          Si ce genre de c…..ies était vrai, l’ URSS serait toujours là et aurait normalement du enterrer les USA et tant d’autres pays… L’ ennui est que les « élites » grançaises imaginent cet axiome vrai…

        2. gameover

          Faut pas s’arrêter à 1 point de dépenses publiques, soyons fous… 10 points d’un coup… on va rembourser avec les gains… Passe moi 200Mds on va se refaire c’est sûr.

          Le PS invente la croissance perpétuelle.

          1. Kazar

            Avec les socialistes, l’économie, c’est comme le casino : vous misez un et vous récoltez, deux, trois, vingt fois la mise. Et c’est tellement semblable que c’est en réalité toujours la banque qui gagne…

            1. deres

              Eux, ils misent nos sous et cela leur rapporte gros. Et tant qu’ils gagent, ils vont continuer à jouer !

        3. bob razovski

          C’est la même connerie qu’avec la culture:

          Un retour sur investissement x10, comme disait jesaipuki (une minustre de l’époque)

        4. Quiet Desperation

          Emmanuelli a été banquier chez Rothschild : on se demande comment cette boutique tient encore debout, avec lui, Macron et Proto…

          1. petit-chat

            Réponse (plausible) :
            Ils les ont virés pour les donner à la France, terre d’asile et tout ça…

  12. val

    Aujourd’hui à Versailles: faillite de 4 boutiques ds une rue tres commerçante de la ville. Les commerçants sont excédés parlent tout haut sur le même thème que sur ces pages …. jamais vu autant de gens parler comme ça. Ces débiles du pouvoir auront au moins réussi à mettre tout le monde d accord pour les lourder. Je le mets à penser qu une étincelle pourrait déclencher qq chose.

    1. Kazar

      Versailles !!!
      Ma bonne ville, nous nous croiserons peut être un de ces jours sur le marché Notre Dame.

    2. Richter

      Oh oui, vite! Une réaction contre le néolibéralisme sans frontières qui détruit tout sur son chemin afin de créer l’homme interchangeable, comme nous l’explique Zemmour! Vite, la révolution républicaine pour protéger les intérêts français contre l’hypercapitalisme et son allié le parti socialiste!!!

      Il n’y aura jamais aucune étincelle, et on aura un socialiste de l’UMP en 2017.

      1. val

        Je ne suis pas pro révolutionnaire, ce commentaire est juste une observation , les gens ne peuvent pas se dire 2 mots sans parler de leur ras le bol politique, je n ai jamais vu ça .

        1. Richter

          Je ne vous visais pas, je ne faisais que parodier ce que j’entends. Au final des mots à l’apparence anti-socialiste mais fonctionnant avec le même logiciel.

        2. Richter

          (Certes au niveau électoral Fillon se réclame du libéralisme, mais je suis certain qu’il se moque profondément de nous)

          1. val

            Pas de problème Richter ! Nous sommes ici pour discuter et échanger , être tous d’accord sur tout n’est pas un but en soi 😉 !

    3. royaumont

      Pas loin de chez moi, Versailles…
      Cela dit, j’imagine mal les locaux prendre d’assaut la forteresse de Bercy armés de faux redressées !

    4. barbatruc

      Oui, ça commence à craquer de partout, 230 000 demandes de reports de paiement de charges sociales depuis le début de l’année. A part dans certains secteurs très minoritaires en nette croissance, les commerçants et Artisans vivent des moments très difficiles , et pour beaucoup ne se prennent plus de salaires. Il faut désormais des marges gigantesques pour payer les charges courantes , et s’octroyer un net de 1500/mois.

    1. Bisphénol

      Mais non faut pas ! même les djeuns lycéens veulent rendre hommage (glander toute la journée, faire un tour au baby, se jeter quelques roteuses dnas le gosier) à cette pauvre victime.

    2. douar

      Par contre, la pauvre fille qui s’était faite explosée par des zotonomistes bretons au MacDo de Quévert en 2000, à la suite de la campagne de « démontage festif » des Mac Do, orchestrée par José B., cette pauvre fille, elle, n’a pas de nom de rue que je sache.

      1. Higgins

        L’abjection générée par les zoms politiques n’a pas de limite.
        Les capitalistes sont, parait-il d’après Lénine, prêts à vendre la corde qui les pendra. Les zoms politiques sont prêts à tout, même aux pires compromissions et abaissements, pour garder une once de pouvoir.
        Aucun regret de ne plus participer à cette comédie qui ose se prétendre démocratique.

        « La politique a sa source dans la perversité plus que dans la grandeur de l’esprit humain. »
        Voltaire
        Dans le cas présent, on est servi.

    1. gameover

      Non, il n’y a pas de fraudes et c’est touit à fait normal que des entreprises essaient de payer le moins d’impôts possibles. Ce serait une faute de gestion de ne pas le faire.

      S’il y a des paradis fiscaux c’est qu’il y a des enfers fiscaux.

      Ca s’appelle la concurrence et ces restes de liberté évitent pour l’instant de taxer encore plus les entreprises.

      1. deres

        Oui mais l’optimisation fiscal est interdite ne France … Et les conseillers fiscaux doivent dénoncer les montages dont le seul but est de diminuer les impôts. En bref, tout le monde est coupable. Si cela se trouve, le fisc va commencer à affirmer que certaines personnes ont fait des enfants juste pour diminuer leurs impôts, que c’est donc une optimisation et leur filer une amende !

        1. gameover

          Oui j’avais vu un article sur Ojectif Eco sur ce sujet.
          Dorénavant il ne faut pas que la fiscalité soit la raison principale du montage effectué alors qu’avant ça ne devait pas être la seule raison même si c’était la principale.

          Les Bermudes monsieur le juge, c’est parce que j’aime bien avoir mon argent au chaud et pas loin quand je me baigne et surtout loin de ces enculés de B***y, on sait jamais.
          J’ai bon Mr le Juge ?

      2. Higgins

        Oui. C’est comme toutes ces personnalités politiques sans patrimoine mais à la tête d’une SCI. Qu’ils commencent par faire le ménage chez eux.

        1. Kazar

          Juste en passant, la SCI ne sert que très marginalement en matière fiscale, sa principale utilité étant de gérer au mieux son patrimoine, et notamment la transmission de celui-ci, ou de mettre à l’abri ses biens de la rapacité de divers créanciers (au hasard, État, banques).

          1. Higgins

            Je ne suis pas s du tout spécialiste de cette question. Merci donc pour la précision. Je m’étonne quand même de la propension qu’ont tous ces individus à se mettre en SCI alors qu’officiellement leur patrimoine inspire pitié et commisération. Quelle peut être alors l’explication?

            1. Calvin

              Les élus dans ce cas ne cherchent pas à échapper aux taxes mais à détourner les regards des citoyens.

      3. Laurent

        Ce n’est pas mon point de vue. Quand une entreprise s’installe dans un pays, pour en tirer un bénéfice, elle doit en accepter les règles, notamment fiscales. Et les respecter. C’est une question de loyauté.
        Ce mot a toute sa place dans le vocabulaire libéral, tout proche de « responsabilité », et ne sont pas incompatibles avec le business et la recherche du profit.

        1. Higgins

          Oui et non. Quand le système fiscal en question vire à la spoliation permanente, je peux comprendre qu’on use d’optimisation. Et puis, s’il est condamnable de piquer des bonbons dans la boîte (Qui vole un œuf vole un bœuf), on gagne du temps en évitant de placer une boîte bine pleine devant les yeux du voleur potentiel.
          S’il y a des paradis fiscaux, c’est qu’il existe des enfers du même nom. Si l’optimisation fiscale est faite légalement, je ne vois pas ce qu’on peut reprocher à l’auteur. Si coupable, il y a, c’est avant tout chez le spoliateur qu’il faut le chercher puisque c’est lui qui fait les textes.

          1. Laurent

            Optimiser oui ! Mais fuir fiscalement le pays c’est autre chose. C’est même anti-capitaliste, car le capitalisme repose sur la confiance.
            Si le privé passe son temps à arnaquer le public, normal que l’inverse se produise aussi et qu’il augmente d’autant la pression fiscale sur ceux qui sont loyaux, ou qui n’ont pas le choix ou pas les moyens de se payer les services de PWC. C’est donc anti-concurrentiel.

            Il existera toujours des paradis et des enfers, car relativement, il y a toujours mieux ailleurs.

            1. Calvin

              La confiance en France, c’est ZÉRO.
              L’Etat triché, le gouverne ment et les ponctionnaires abusent.
              Les contrats sont dénoncés, la rétroactivité est la norme, etc…

            2. gameover

              Laurent

              Vu les mots que tu utilises, c’est un jugement moral que tu portes mais en jugeant l’attitude morale des entreprises sans juger celle de l’état ni celles des consommateurs ou des salariés.

              Un consommateur qui juge un prix trop élevé va acheter un équipement importé, c’est une fuite aussi, un évitement. Il n’émigre pas pour autant et joue donc sur 2 tableaux : il gagne un salaire élevé en france mais achète des produits issus de pays à bas coup.

              L’état qui, par manque d’argent, taxe au lieu de baisser les dépenses, donc adapte les règles à son propre profit, c’est une fuite (en avant), un évitement.

              Une entreprise qui juge les taxes trop élevées fait comme le consommateur et utilise le pays qui lui fournit le prix le plus bas, c’est un évitement.

              Il existera toujours mieux ailleurs ? Ah bon ? Même si, qu’est ce qui t’empêche d’être ce mieux.

              Accessoirement pose toi la question de savoir s’il vaut mieux privilégier les entreprises ou les salariés et tu en déduiras de toi-même le taux d’imposition à appliquer à celles-ci et qui ne poserait plus aucun problème.

            1. Aristarque

              Je t’en jetterais bien un de sort si je n’étais pas chrétien. Sors, lèse-conjugaison! Et ne reviens que pénitent…

              1. Quiet Desperation

                Pénitent?

                Flagellant, oui…
                On en trouve encore, dans les pays à bas coup, comme disait un de nos amis…?

        2. RBF

          Admettons.

          Mais en France, le problème c’est que les règles changent tout le temps, en fonction du sens du vent. C’est d’ailleurs cette instabilité chronique qui rebute les investisseurs. Et quand ces derniers se retrouvent piégés par un changement qu’ils n’avaient pas prévu, alors ils optimisent comme ile le peuvent, ou se cassent.

          Dans ces deux cas c’est l’État qui ne respecte pas le contrat. Pour le reste (car j’ai lu aussi votre message suivant), le privé ne passe pas son temps à arnaquer le public, il cherche avant tout à éviter à éviter sa trop grosse bouche vorace. Pour pas mal d’employeurs, le RSI est devenu insupportable. Et dans la vie, il faut vivre. On ne travaille pas pour nourrir l’État, et uniquement lui.

  13. gameover

    Il semble que le policier qui est décédé dans un accident suite à la poursuite d’une voiture volée n’avait pas sa ceinture de sécurité.
    Halte aux passe-droits !

  14. hop hup

    Tabac: les acheteurs de cigarettes sur internet bientôt sanctionnés

    Les buralistes, accablés et en colère, manifestent mercredi devant le Sénat à Paris pour interpeller les pouvoirs publics, avant leur congrès national jeudi, qui s’annonce musclé © AFP/Archives – Philippe Huguen
    Le gouvernement veut interdire les achats en ligne de tabac et propose de sanctionner les acheteurs de cigarettes sur internet, a annoncé jeudi le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert, lors du congrès national des buralistes à Paris.

    encore une lois liberticide e plus manifestement ce pays qui ce réclame de la liberté ne l’est plus depuis un moment

    ils sont cons ces buralistes pourquoi il crée pas leurs site internet pour vendre les clopes électroniques

    1. hop hup

      oups j’avais pas vu que c’était juste le tabac et pas les clopes electronique

      mais bon ils s’ont bien capable de pondre une loi de ce genre

    2. Flash

      Mais c’est pas croyable !

      Ils peuvent pas passer UNE SEMAINE sans voter de nouvelles interdictions ou de nouvelles taxes !

      C’est démentiel !

      Là, franchement, j’en peux plus. J’écume de rage.

      1. Popeye

        Faut pas écumer de rage. Il faut les mépriser.
        J’en ai lu une bien bonne. Les viticulteurs de Saône et Loire ont déposé devant chaque permanence de député de ce beau département divers déchets de taille de vignes, pour juste demander qu’on leur foute la paix et que cessent les tracasseries administratives, la dernière en date étant je ne sais quelle décision de la direction départementale de l’agriculture pour leur interdire un traitement contre je ne sais quel ravageur de la vigne. Ils exprimaient également un léger mécontentement quant au niveau des taxes, aussi il me semble.
        Toutes les permanences, sauf une. Celle de Thomas Thévenoud, pourtant élu de ce beau département. En substance, la réaction du syndicaliste organisateur de ce happening a été « Thomas qui? Ah, le mec qui vole ses indemnités en étant toujours député? Il ne compte plus, il ne sert à rien. On ne va pas perdre de temps avec lui. »

        1. hop hup

          moi je les ignore ces pitres car les mépriser ça leurs feraient trop d’honneur et il prendraient cela comme un compliment en plus

  15. Calvin

    Dernière minute : un rapport commandé sur les Fonctionnaires propose des pistes pour maîtriser les dépenses comme…
    … rétablir la journée de Carence imposée par Sarkozy puis supprimé par Hollande.

    Le Changement du Changement, c’est Maintenant !

    1. RBF

      Le changement, c’est sans argent.

      C’est le seul changement visible. Et celui-là, c’est tout de suite, c’est maintenant. Je suis surpris qu’ils ne soient arrivés à le faire pour hier.

      Mais le cauchemare, lui, continue bel et bien. D’ailleurs, me vient à l’idée de créer un nouveau parti politique novateur, dont le slogan serait: « le cauchemare, c’est fini ».

      Je me vois bien dans mon trône doré, mes comptes à Singapour, et dire aux Français plusieurs années plus tard: « le cauchemare c’est fini, oui, mais je n’ai jamais dit que c’était maintenant, hein. Alors arrêter de gueuler comme des veaux ».

      Vous me suivez les amis, on va s’en mettre plein les fouilles ?

    1. Richter

      C’est la REDISTRIBUTION des richesses des 1% sale riche (les députés et autres rentiers républicains ont de la chance, ils font partie du second pourcent).

  16. Adrien

    Le temporaire qui va finalement durer…

    « Le premier ministre a proposé jeudi de +pérenniser l’intégralité des mesures+ prises pour soulager les finances des départements. Le taux plafond des droits de mutation à titre onéreux sera dorénavant de 4,5%. »

    A la base c’était prévu seulement pour deux ans. Les frais de notaire (enfin la part de l’État) ont donc pris 0,7 point.

    « Une annonce qui soulage les présidents des conseils généraux en lutte contre la réforme territoriale prévue à l’horizon 2020. Le gouvernement lâche ainsi du lest pour calmer le jeu. »

    Mais rien à battre que les Français payent… Enfin comme d’hab quoi.

      1. Adrien

        Not’ bon président aurait dit ce soir dans la boîte-à-veaux qu’il n’y aurait pas de nouveaux impôts l’année prochaine, et que c’était sérieux, il en prend l’engagement solennel, tout ça, croidboiscroisdfer sijmensjmereprésente. Ça doit être pour ça que tous ses potes en balancent 2-3 par semaine en ce moment.

        1. Lafayette

          bon il y a pas de promesse pour la baisse des prélèvements existants, on prend, on donne, on prend, on donne, on prend …. (perdu)

  17. Les Charcuteries Olo

    Et le Mou en direct dans la boite à cons qui met dans le meme panier la ciculation des capitaux avec les guerres et le terrorisme ..WTF !??

  18. Les Charcuteries Olo

    ..et vien d’avouer que l’inversion de la courbe du chomage annoncée et non réalisée est une erreur car ..elle décoit une « espérance ».

    bon, ben si espérer et faire espérer suffit.. Il cale et « éspère » que ça va redémmarer..

    se griller en 10 minutes comme ça, ça mérite un toast !

    1. hop hup

      suffit juste de mettre à l’envers ce maudit graphique et voila la courbe du chômage s »inverse comme par magie

  19. hop hup

    hollandouille est en train de parler aux français en ce moment

    j’ai préférer mater girl und panzer a la place

  20. Aristarque

    Pour en revenir à cette histoire de retrait de candidature de deux postulants étrangers, fussent-ils des potes européens ou de culture européenne, c’est que les deux candidats grançais maintiennent la leur… Le critère de rentabilité ne serait donc pas le fauteur réel. N’ aurait-on pas plutôt « expliqué » aux deux premiers que l’ herbe était plus verte ailleurs pour leur éviter une veste ? Ou, variante, seraient-ils tombés sur le blog de notre taulier où le capitalisme de connivence sert de plat de résistance au moins hebdomadairement et dont la saine lecture les aurait convaincus que leur nationalité les rendrait éternellement trop petits joueurs face aux pros de l’ Hexagone… Quand il est décrété que l’ industrie du yaourt doit être protégée des vilains prédateurs d’ailleurs, pourquoi pas les aéroports??? (je suis conscient que cela peut se faire ranger dans le complotisme) La Dame aux camarillas ne servant plus que de commode prétexte.
    Cela dit, un pays dont le gouvernement se sent libre de la création de taxes ex nihilo simplement parce qu’il estime que tel ou tel secteur gagne trop ou trop facilement, n’ est pas non plus de nature à rassurer des entrepreneurs venant de contrées régies avec plus d’ équité ou de retenue fiscale.

    1. gameover

      Macquarie un des soumisionnaires pour l’aéroport est déja concessionaire des autoroutes APRR avec Eiffage il me semble, donc ils sont bien au jus.

    2. Droopyx

      Et voir un ancien sinistre qui a donné des leçons de gestion aux patrons du monde entier aller à l’école parce qu’il a enfin eu une révélation mystique « gérer une entreprise c’est un vrai métier », ne doit pas être très rassurant non plus (par contre, pour le comique, effet garanti : je n’y connaissais rien, je vais donc faire une grande école de carnet d’adresse. Le patron de Titan doit risquer l’infarctus hilarictus).
      Enfin, ça en fait au moins un qui reconnait (involontairement) qu’il ne connaissait rien à ce qu’il dirigeait.

  21. barbatruc

    Moi j’ai bien aimé la chef d’entreprise qui lui en a foutu plein la tronche , genre d’avoir délocalisé 3 usines ça m’a épargné 3M€ par usine. Ca a laissé Francois2 complétement autiste.

  22. Adrien

    « J’avais parlé de l’inversion de la courbe du chômage. Ce n’est pas venu, je m’en suis fait reproche parce que c’était une espérance pour beaucoup, notamment ceux qui étaient demandeurs d’emploi »

    Je… c’est… je…

    Ce type est président ?!

    Je voulais sauver des chatons mignons, mais ça ne s’est pas produit, j’en ai été peiné, notamment parce que les gens qui aiment bien les chatons mignons voulaient en sauver. Alors voilà.

    1. Droopyx

      Aaaarrrggh !
      « J’avais parlé de l’inversion…. » pas parlé mais promis, nuance.
      « Ce n’est pas venu… », ah, bon, comme c’est curieux, ce doit être la faute de Angela parce que evidemment ça vient de dehors et mon action et celle de mon gvt est exemplaire.
      « je m’en suis fait reproche…. » remarquable sens de l’auto-critique qui heureusement ne va pas jusqu’à l’auto-dénigrement.
      « parce que c’était une espérance pour beaucoup, notamment ceux qui étaient demandeurs d’emploi », ils sont au chômage mais ce n’est pas grave, j’ai juste un peu déçu leur espérance (ils faut dire qu’ils ont été un peu c…. de croire que mon programme et mes mesures annoncées allaient relancer l’emploi)

    2. Quiet Desperation

      Adrien, je pensais à te lire que tu étais vacciné… on voit bien par tes réactions candides que tu es en fait un romantique attardé… allez, dis le lui que tu espérais qu’il serait ton « lion, superbe et généreux »….

      1. Quiet Desperation

        Pourtant, l’inversion… n’est-ce pas… est-ce que les invertis se plaignent ? non, bien sûr… on peut donc supposer que les 12% de satisfaits dans les sondages – et cela correspond aux proportions généralement admises dans la population générale – appartiennent à la jaquette, ou, comme disait la Palatine, au château arrière…

  23. passim

    Il est indubitable que l’absence de chômage (cad l’emploi) constitue une espérance NOTAMMENT pour ceux qui n’ont pas de boulot.
    Ceux qui ont un travail sont notoirement moins concernés.
    On ne sait plus comment le qualifier.
    Avec Ségo, ils faisaient vraiment un beau couple. Le crétinisme élevé à la hauteur des beaux-arts.

  24. pouf pouf

    en parlant de crétinisme et d’art, une petite perlouse des services concernés de la maison porte, guillaume porte et ses fenêtres vous saluent bien :

    9.12. Paiements en votre faveur. Si nous vous devons un paiement, vous acceptez de nous fournir dans les temps et de façon exacte les informations dont nous avons besoin pour vous faire parvenir ce paiement. Vous êtes responsable de toutes taxes et frais applicables liés à la réception du paiement. Si vous recevez un paiement par erreur, nous pouvons en obtenir l’annulation ou en rechercher la restitution et vous acceptez de nous aider à récupérer ce paiement. (à lire avec un fort accent allemand)

    11. Limitation de responsabilité

    11.1. Microsoft ne peut être tenu responsable d’aucun Contenu, notamment des liens vers des activités et des sites Web tiers fournis par les utilisateurs. Ce Contenu et ces activités ne sont pas attribuables à Microsoft et ne représentent en aucun cas l’opinion de Microsoft.

    11.2. Microsoft ne peut être tenu pour responsable d’une faute légère de la part de Microsoft, de ses agents d’exécution et/ou de ses représentants légaux que si des obligations matérielles du présent Contrat ont été violées. Les obligations matérielles couvrent toutes les obligations qui doivent être remplies afin de respecter pleinement le présent Contrat, ce qui permet d’atteindre les objectifs du présent Contrat et où les utilisateurs peuvent généralement supposer que ces obligations seront remplies selon le sens et le contenu du présent Contrat.

    11.3. Microsoft, ses agents d’exécution et/ou ses représentants légaux ne peuvent être tenus pour responsables de quelconque dommage imprévu, dommage atypique et/ou perte financière en rapport avec un dommage indirect, y compris la perte de bénéfices, sauf si Microsoft, ses agents d’exécution et/ou ses représentants légaux ont au moins commis une faute grave.

    11.4. Toute responsabilité légale sans faute de Microsoft, y compris et sans limitation, la responsabilité telle qu’exposée dans la loi sur la responsabilité du produit et la responsabilité légale pour violation de garantie, doit demeurera non affectée par la limitation de responsabilité. Il en va de même pour la responsabilité de Microsoft, de ses agents d’exécution et/ou de ses représentants légaux en cas d’atteinte involontaire à la vie, au corps ou à la santé d’un individu.

    11.5. Aucune autre réclamation contractuelle et légale outre celles indiquées dans les sous-sections 11.1 à 11.4 de cette section 11 ne peut découler du présent Contrat et/ou de l’utilisation des Services, indépendamment de la responsabilité contractuelle et/ou légale de Microsoft concernant la mort et/ou les blessures personnelles non précédemment couvertes dans cette section 11.

  25. pouf pouf

    c’est tellement génial que j’ai envie d’en recopier de petits morceaux avec des blocs de lettres découpés dans les journaux pour me dénoncer au commissariat avant que le cas ne s’aggrave.

Les commentaires sont fermés.