Le déficit dérape (encore), mais rassurez-vous, des solutions existent.

Ça y est, la France est à nouveau sur les rails de la réussite, et les réformes sont en cours. Bien sûr, il faut s’accrocher, mais il apparaît certain qu’avec les efforts immenses consentis jusqu’à présent, et les efforts monstrueux qui ne manqueront pas de s’ajouter à ceux déjà réalisés, le résultat sera grandiose et le succès, certain, sera au bout de la route.

Bien sûr, le chômage n’est toujours pas résorbé. Mais ça, c’est su, connu, lu et relu. Passons. Bien sûr, la croissance est en berne, mais c’est déjà intégré dans toutes les feuilles Excel de Bercy. Passons. Bien sûr, l’inflation, sur laquelle l’État compte énormément pour étouffer doucement sa dette, n’en finit pas de bouder, malgré les annonces fracassantes de Draghi – c’est même la déflation qui est constatée actuellement. Bon, soit. Mais tout ceci est contrôlé. N’allez pas imaginer que les élites qui nous gouvernent, qui ont fait plein d’écoles importantes avec plein de diplômes compliqués et qui ont passé des concours (dont ceux de circonstance), n’ont pas tout prévu et n’ont pas tout préparé pour tenir compte de ces éléments.

Ne vous inquiétez pas : la trajectoire est connue. Bon. En attendant, il y a des petits nids de poule.

Par exemple, dans les petits chiffres dont la presse discute très peu, et le gouvernement encore moins, on découvre que la vacance des centres commerciaux augmente régulièrement depuis deux ans. Si les experts du milieu se chamaillent pour savoir à combien cette vacance s’établit précisément (on évoque de 3 à 6%), il n’en reste pas moins que le constat, dressé par différents acteurs du marché, n’est pas rose, notamment en ce qui concerne la stratégie employée actuellement par les centres pour se maintenir en vie :

« Une enseigne est obligée de grossir, répond Jean-Luc Bret, président de la Croissanterie. Nous compensons la baisse de rentabilité des points de vente en achetant moins cher et en regardant de près nos frais de personnel. »

Comme quoi, pour baisser la rentabilité d’une société, il n’y a pas besoin de faire appel à Manu Macron. On notera au passage le lien étroit entre cette rentabilité et la masse salariale, ce qui pourrait fournir une piste de réflexion pour ceux qui, au plus haut niveau de l’État chuchote-t-on, entendent combattre le chômage.

socialisme magique

Par exemple, les défaillances des très petites entreprises explosent actuellement. Ces très petites entreprises (un ou deux salariés) ont le plus souffert au troisième trimestre 2014 puisque 4.861 d’entre elles – sans compter les auto-entrepreneurs – ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire, soit une hausse de 30% par rapport à la même période de l’an passé. L’explication de ces mauvais chiffres est fournie par Thierry Millon, du cabinet Altares qui a réalisé l’étude aboutissant à ces résultats pas trop folichons :

« Pour ce type d’entreprises, vu la volatilité des affaires et la fragilité des sociétés, il suffit d’une météo défavorable pour la restauration par exemple, ou d’arbitrages de la part des consommateurs à certains moments de l’année pour que les comptes tombent dans le rouge. Une entreprise de un ou deux salariés doit avoir une activité qui lui permette de faire face aux charges fixes. Sinon, tout coup dur peut très vite se traduire par une défaillance. »

oh filocheBien sûr, la notion de « coup dur » est vaste, mais comment ne pas penser à ces petits artisans, ces petites entreprises subitement embringués dans un gentil redressement fiscal, une triviale poursuite de l’URSSAF ou du RSI (dont l’amour de la gestion taillée au cordeau est maintenant proverbiale), ou la visite impromptue et gracieuse de l’un ou l’autre collègue de Gérard Filoche, avec la délicatesse et la compréhension qui les caractérisent. N’oubliez pas que l’État et ses administrations ont actuellement un grand besoin de trésorerie, et ratisser les petites entreprises est une méthode efficace : les victimes n’ont pas le temps ni les moyens financiers de traiter les demandes consternantes, ubuesques et kafkaïennes de ces administrations, et finiront assez vite par cracher au bassinet, quitte à calancher. Mieux que ça : ces milliers de petites entreprises sont éparpillées, pas du tout coordonnées et, au contraire de grosses entreprises, ne font pas de bruit lorsqu’elles disparaissent. Politiquement, c’est du velours.

Ce qui est d’ailleurs confirmé par la tendances des petites boutiques à, elles aussi, passer l’arme à gauche. On apprend ainsi que 4.500 magasins d’habillement indépendants ont fermé au premier semestre. Si une partie de ces fermetures doit certainement à la concurrence des grandes chaînes nationales ou internationales, la fragilité du secteur doit aussi beaucoup … à une trésorerie tendue et un chiffre d’affaire en berne. Tensions et rétrécissements d’ailleurs provoqués par les petites giboulées d’impôts et de taxes, tant sur les entreprises que sur leurs clients, et par l’onctuosité naturelle des administrations lorsqu’il s’agit de bien faire comprendre à tout ce petit monde qui commande, qui encaisse, et qui tabasse.

Las.

ministère des petites économiesMalgré ces petites corrections fiscales d’arrière-cour, le budget peine toujours autant à se boucler avec élégance. Alors que le mois d’Octobre sera passé assez difficilement, sur fond de bisbilles avec la Commission européenne pas franchement heureuse d’apprendre que les déficits français continuaient de grimper, le mois de Novembre se place douloureusement sous les mêmes auspices, alors qu’à nouveau, le déficit budgétaire dérape et affiche un gros 88,2 milliards d’euros joufflu au compteur. Et c’est à l’occasion de la présentation du second projet de budget rectificatif pour 2014 qu’a donc été acté le nouveau dérapage du déficit de l’État, avec 4,3 milliards d’euros de plus que ce qui était prévu cet été.

Les explications de ce petit détour par les zones humides du bas côté routier sont intéressantes : c’est la faute au méchant « contexte macroéconomique qui pèse de façon conséquente sur les recettes fiscales du budget général », façon pudique pour le Ministère des (toutes) petites économies de nous dire que les sous ne rentrent pas aussi bien que prévu (oh, zut alors). La croissance est faible, ma bonne dame, et avec toutes ces entreprises qui refusent de lâcher des thunes, voire qui clabotent en silence, et ces particuliers qui décident bêtement d’être ruinés, même si les taux augmentent, ça nous fait une assiette de plus en plus petite (oh, zut derechef).

courbe de laffer

Pour contrer ces petits problèmes, rassurez-vous : des solutions existent, elles sont d’une innovation fulgurante, elles ont été testées, elles sont planifiées et seront bientôt appliquées. Respirez un bon coup, tout va bien se passer puisqu’il s’agit de vous taxer à nouveau : et en avant la hausse (de 20% tout de même) de la taxe d’habitation dans les zones tendues (qui vont, vous allez voir, se multiplier généreusement dans les prochaines semaines), et en avant pour la disparition de la déductibilité de certaines taxes ce qui viendra donc alourdir les frais de certains secteurs (bancaire notamment). Franchement, ce serait dommage de ne pas tenter ces augmentations de taxes et ces modifications pas trop subreptices d’assiettes et de taux alors que la conjoncture s’y prête si agréablement, ne trouvez-vous pas ?

L’idée, d’après les petits calculs de Sapin, serait de réduire le déficit public de 3,6 milliards d’euros en 2015. Il faudra bien le croire sur parole, d’autant qu’en matière économique, les performances passées ne présagent en rien des performances futures (même si la constance avec laquelle le petit Michel se fourre le doigt dans l’œil inquiète de plus en plus son ophtalmo).

Vous voyez, pas de souci : à chaque problème politique, on trouvera sa solution dilatoire, et à chaque problème budgétaire, on trouvera sa solution taxatoire, quitte à imposer les impôts.

Le socialisme, vraiment, c’est magique™.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires220

  1. Le Gnôme

    Tout va bien, dans la joie et l’allégresse, les prévisions d’achats de Noël sont en berne (et zut pour la TVA), les professions libérales qui le peuvent réduisent leur activité, préférant avoir plus de temps libre plutôt qu’une taxation sauvage en continuant à travailler normalement, l’investissement est en berne et tout s’arrête tranquillement.

    Que le dernier qui partira n’oublie pas d’éteindre la lumière.

    1. royaumont

      De plus, si j’ai bien compris, les restrictions toucheront en priorité les loisirs et spectacles, activités fortement consommatrice de main d’oeuvre et à forte valeur ajoutée (ce qui va souvent de paire). Donc les économies se font spontanément sur les activités les plus génératrices de revenus fiscaux…
      Le meilleur est à venir.

    2. barbatruc

      « les professions libérales qui le peuvent réduisent leur activité, préférant avoir plus de temps libre plutôt qu’une taxation sauvage en continuant à travailler normalement »

      C’est exactement mon cas 🙂 A partir d’un certain seuil ça ne sert plus à rien de bosser, et pire si on a la mauvaise idée de ramener les revenus annuels en revenus horaires , on se rend vite compte que plus on fait d’heures plus le niveau de salaire horaire baisse.
      Puisqu’on nous empêche de gagner plus d’argent , j’ai donc décidé de moins bosser. Il faut dire que c’est assez dur pour le moral, mais je me console en voyant d’autres professions faire comme moi , par exemple les deux médecins de ma commune ne travaillent plus que 3 jours par semaine.

      1. David

        Bienvenue au club ; je fais exactement pareil. Au-delà d’un certain seuil, je donne 70 % de mon CA HT (oui je dis bien : le CA, brut) à l’Etat, principalement sous formes de charges sociales, dont certaines non déductibles (payons des impôts sur les impôts, comme dit H16).

        Donc, pourquoi travailler dur ? Pour tout redonner à l’Etat ? Mais ce dernier, malgré des dizaine de milliards de prélèvements supplémentaires depuis 2012, est infoutu de contrôler son déficit. Alors à quoi bon ?

          1. barbatruc

            Oui c’est vrai , cette maxime est bien celle des joyeux clowns qui nous gouvernent, seulement la partie est déjà bien entamée, et il y a longtemps que le jackpot à déjà été remporté. Il ne reste que des miettes à ramasser. En effet la lumière va bientôt s’éteindre sur la table de jeu.

          2. cal8

            Ce serait plutôt « Tant que TU gagnes, je joue… », qui disent, nos dirigeants aux corvéables entrepreneurs…
            Quand on va arrêter de gagner, ils vont arrêter de jouer.

                1. janus

                  Mais la présentation du combat inutile des derniers entrepreneurs et le vice idiot des Wesley Mouch est assez bien vue.
                  C’est ce que nous vivons et allons vivre.

      2. channy

        Idem mais en tant que salarie, les conges sans solde servent a cela et cela permet d aller retrouver madame qui bizarement ne veut pas venir habiter dans ce pays de con, pourtant tres genereux niveau prestations sociales

      3. Nemrod

        Moi itou.
        Je ne travaille plus le lundi matin et un samedi sur deux.
        Je ne me fait plus remplacer quand je prends des vacances et ferme purement et simplement.
        Bref, j’affale toutes les voiles et vais vivoter en attendant que la dégelée cesse.
        J’ ai entamé une politique de réduction de stock de 40 % sur l’année.
        Je vais pouvoir faire moi même des choses que je faisais faire, comparer les prix pour les achats indispensables, je bichonne mon véhicule de 310 000 km et ne compte pas en changer…pour rouler comme un limaçon à quoi bon.
        Mes clients patienterons, ça leur fera du bien car ils sont sont soce à 90 %…français quoi !
        J’affame la bête.

    1. Quiet Desperation

      Essayez de voir combien de vos amis comprennent que le déficit annuel de l’Etat est de l’ordre de 25 ou 30%, et que les « 3% du PIB » ne correspondent à aucune réalité comptable tangible.

      Ce sera un vrai « eye opener » : la semaine dernière, lors d’une visite chez un médecin spécialiste de ma génération, garçon intelligent et cultivé, je me suis rendu compte qu’il ignorait tout de la situation réelle de nos finances nationales…

      1. Jean Bon

        Il y a quand meme un quart des dépenses (100 milliards) qui servent à rembourser.
        Pour une bonne part, on emprunte pour rembourser, et vu le taux d’emprunt actuel, à la rigueur c’est presque un détail.
        C’est plutôt le déficit primaire qu’il faut regarder.

        Et là c’est pas bon du tout.
        Mais c’est quand meme pas du 20-25% sinon on aurait fait faillite depuis 20 ans au moins.

        1. Caton

          Recettes fiscales 2013 : 292,6 milliards.
          Recettes non fiscales 2013 : 13,9 milliards.
          Recettes totales 2013 : 306,5 milliards
          Dépenses totales 2013 : 368,8 milliards
          Solde 2013 : -62,3 milliards, soit 20,3%
          Ce n’est pas chaque année la même chose, bien sûr: cela a été bien pire en 2010 par exemple.

          1. gameover

            Sorry mais après les révisions de décembre 2013 puis les révisions de février 2014 (pour 2013 hein!) le édicit budgétaire de 2013 de l’état uniquement a été revu à -74.9 Mds.

            http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/france-deficit-budgetaire-2013-confirme-a-74-9-mds-d-euros-949208.php

            Mais il faudrait aussi rajouter les déficits de toutes les administrations y inclus la sécurité sociale, chômage etc… puisque tout cela est géré par l’état suivant les règles édictées par l’état (la gestion paritaire c’est du flan : ils ne sont pas responsables des dettes)

            1. Caton

              Bon, donc ça donne :
              Recettes totales 2013 : 293,6 milliards
              Dépenses totales 2013 : 368,5 milliards
              Solde : -74,9 milliards soit 25,5%

              Ce chiffre est déjà assez catastrophique comme cela, ce n’est pas la peine d’en rajouter…

        2. Vodkaman

          « Jean Bon – 13 novembre 2014, 11 h 52 min

          Il y a quand même un quart des dépenses (100 milliards) qui servent à rembourser »

          Sauf erreur de ma part, les seuls intérêts sont de +/- 47 M€ dans le plf 2015 pour l’Etat, 60 M€ si on rajoute la sécu et le reste

          Quand, pour boucler votre budget, vous devez empruntez plus que les seuls intérêts d’emprunts que vous devez, ça sent le sapin… ou la m…e

      2. janus

        Il doit être socialiste, ou con. notez pour les plus jeunes qu’en 1981, le corps médical et une grande partie des professions libérales étaient vent debout contre Raymond Barre et son refus obstiné de distribuer plus de sous et de faire plus de dettes. Et regardez ou nous en sommes…

    1. royaumont

      Ils ne verront pas la différence.
      Entre ceux qui dorment et ceux qui voient tout en rose à travers les lunettes du socialisme public officiel, ça ne leur fera aucune différence.

  2. lolo

    Et sur les défaillance des TPE, Anecdote : Une amie dont la S.A.R.L. plonge lentement et tout aussi surement dans le rouge écarlate a demandé à se faire placer en liquidation judiciaire avant de commencer à amasser de la dette.

    Le tout vraiment pas de gaieté de coeur, son mari tirant lui aussi ses ex revenus de cette boite sans avenir.

    Ca lui a été refusé, elle est placée en redressement, le temps d’accumuler plein de bonheur et des sommes rondelettes à verser alors que les dégâts sont pour l’instant minimes…

    1. Quiet Desperation

      Le RJ n’est que l’antichambre de la LJ (plus de 75% de RJ finissent en LJ si ma mémoire est encore fiable)…
      L’un comme l’autre au surplus suspendent toutes mesures d’exécution, et bloquent le montant des dettes, sauf si poursuite de l’activité à perte. La période d’observation, et l’échec du plan de continuation, ou son refus par les créanciers, devraient déboucher rapidement sur le jugement de LJ.
      Reste à espérer que la gérante ne s’est pas portée caution des engagements de sa SARL, et qu’elle a eu la sagesse de faire déclarer sa maison insaisissable…

      1. Kazar

        Pour moi, c’est plutôt de 80 à 90 % (c’est un de mes domaines d’activité). Sachant qu’en plus, lorsqu’un plan de continuation est adopté, il se termine lui aussi assez souvent par une liquidation. Effectivement, tout dirigeant de SARL devrait mettre à l’abri au moins une partie de ses biens, les banques exigeant systématiquement des cautions.

      2. lolo

        C’est là qu’est l’os: Elle a cessé toute activité dans la boite, qui ne risque pas de se redresser. Alors pourquoi la mettre en redressement…

        A se demander si ce n’est pas pour…. éviter d’envenimer les chiffres des défaillances 😛

        (Flute je deviens complotiste) M’enfin, comme j’ai une amie qui bosse à paul emploie plus qui a désormais des objectifs de casage en stage parking … 😀

    2. Popeye

      Ben oui, comme ça après la liquidation, elle sera attaquée – et lourdement condamnée, cela va sans dire – pour « faute inexcusable de gestion »

      yapad’petiprofi.

    3. yp

      C’est sans doute la procédure de clôture d’activité : il faut qu’elle passe par la phase de redressement afin que l’administrateur fasse l’inventaire et un bilan exhaustif de l’actif et du passif avant de procéder à la liquidation de la société.

      Si aucun repreneur ne se manifeste, je ne vois pas comment l’administrateur peut mettre un terme au RJ autrement que par une liquidation… Mais c’est cher, l’AJ ne travaille pas gratuitement (oh, non – ils se servent grassement, c’en est même indécent !)

  3. Higgins

    Sur la « suspension » de l’augmentation de la spoliation légale annoncé par le mamamouchi en chef: « …une semaine plus tard, Christian Eckert semble donner un coup de ciseau dans le contrat : «On ne peut pas graver dans le marbre une situation qui dépend d’un contexte international que nous ne maîtrisons pas» » (http://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/eckert-n-exclut-pas-de-nouveaux-impots-le-foll-lui-donne-tort-13-11-2014-4288249.php)
    Bon le Foll a démenti dans la foulée mais « souvent politique varie, bien fol qui s’y fie ».

    Sur la catastrophe vécu par les petits commerces. Je me suis trouvé hier dans une petite ville de 10000 habitants. 7 à 800 mètres d’artères « commerçantes », 400 mètres de vitrine vide (parfois depuis plusieurs années). La misère en route et pourtant la ville a un vrai charme.

    CPEF

    1. Deres

      Les centres -villes souffrent effectivement face aux zones commerciales de périphérie. Il est difficile de se garer et les surfaces disponibles sont généralement insuffisantes pour les enseignes. En plus, les livraisons sont souvent difficile également faute d’accès par l’arrière. C’est moins cher de construire des bâtiments pas chers pratiques et accessibles en périphérie que de faire des projets complexes urbains permettant de créer de grandes surfaces dans des bâtis existants à regrouper (sans compter la longueur des formalités administratives).

      1. Caton

        C’est pourtant simple : No Parking, No Business.

        Les pastèques sont aussi efficaces qu’un bombardement massif ou un contrôle des loyers quand il s’agit de détruire une ville. C’est plus long, c’est tout.

    2. Aristarque

      Quand je traverse Bapaume par la rue principale (tracé de la RN), c’est exactement cette situation là avec des vitrines poussiéreuses inemployées depuis plusieurs années…

  4. Aristarque

    En matière de centres commerciaux qui peinent à remplir leurs cellules vides, l’ exemple d’Évry II est une belle illustration. Les boutiques les plus mal placées ne trouvent plus preneur. Cela va de pair avec ce que l’on constate dans les rues et dont je me suis déjà fait l’ écho ici, il y a quelque temps… :mrgreen:

    1. Riguite

      Dans ma région, autour de Nice, qu’à cela ne tienne !! On projette (et le début des travaux a été ordonné et baptisé en grandes pompes par Estrosi la semaine dernière) d’agrandir le plus grand centre commercial de la région « Cap 3000 » du simple au double. Cela fait maintenant deux ans que les commerces ferment comme qui rigole et que le second étage dudit centre est vide d’occupation, qu’importe. A 5km de là, on construit sur un magnifique terrain boisé et largement habité par des renards blaireaux, oiseaux etc… un Centre Polygone, véritable cité dans la cité avec restos, bowling, cinémas, magasins de luxe, parkings sous-terrain… A part siphonner le centre ville de Cagnes déjà à la peine, entrer dans une compétition débile avec Cap 3000, bétonner encore davantage une zone inondable et occasionner des embouteillages handicapants pour le voisinage, je ne vois pas l’intérêt…

      1. Calvin

        Allons, l’intérêt, c’est de rehausser le blason des politiciens et de palper quelques commissions au passage.
        Un centre commercial, ça sert à faire des commissions, non ??

  5. Flash

    Ce qui est désespérant, c’est que l’argent, on peut le trouver assez facilement en supprimant des trucs et des bidules.

    Par exemple :

    – la HADOPI
    – le CSA
    – les FRAC
    – l’autorité de régulation de la distribution de la presse
    – l’autorité de régulation des jeux en ligne
    – le bureau central de tarification
    – les commissions et comités d’indemnisation (pour les essais nucléaires ou l’amiante par exemple)
    – le haut conseil à la vie associative
    – la commission nationale consultative des droits de l’homme
    – la commission nationale du débat public
    – le conseil supérieur de l’agence France-Presse
    – la Haute autorité de Santé
    – les Agences Régionales de Santé
    – le centre national du cinéma et de l’image animée
    – le médiateur du cinéma

    On peut aussi faire le ménage dans les syndicats de transports, supprimer le versement transport, regarder du côté des établissements publics d’aménagement et de certaines sociétés d’économie mixte dans le domaine du logement social etc

    On peut aussi regarder du côté des Etablissements Public de Coopération Culturel, qu’on pourrait largement privatiser.

    Zyeuter aussi du côté de la formation professionnelle.

    Privatiser France Télévisions et Radio France.

    Et c’est qu’un aperçu. Franchement, dire qu’on est à l’os, c’est du moquage de visage.

          1. bob razovski

            Même là dedans, ils réussiraient à nous coûter cher ;).

            Il y a les « natural born killers » au US, chez nous on a les « natural tax breeders ».

            A peine nés, ils coutent du blé ! ™

    1. Quiet Desperation

      Dans le « Canard » d’hier, les petites fantaisies dispendieuses de M. Schrameck, le Président du CSA…. Ces gens vivent comme des nababs, à nos (radio)crochets… et quelle arrogance… comme ce Lamdaoui, qui vire avec fracas son chauffeur parce qu’il ne lui donnait pas – usage rituel et consacré – son pain au chocolat du matin….

    2. Deres

      Et le Conseil Supérieur de l’Oenotourisme, créé en 2009 par la fameux Alexandre Lazareff, énarque issu du ministère des Finances, qui s’était engraissé jusqu’en 2000 pendant 10 ans avec le fameux CNAC (Conseil national des Arts Culinaires) au budget de 100 millions par an, au superbe siège dans un hôtel particulier du Marais et condamné pour abus de biens social … On prend les mêmes et on recommence !

          1. Flash

            Pas à ma connaissance, mais je sais qu’il existe divers sites (du genre contribuables.org) qui recensent ce genre de gâchis.

            Ce serait un travail énorme, fastidieux mais infiniment plus utile que de voter pour un abruti.

          2. carpe diem

            j’ai consulté un jour un site qui recense tous les comités théodules, avec leur coût annuel et le nombre de réunions par an, il y en a des pages entières, c’est hallucinant. je vais essayer de le retrouver.

                1. Flash

                  Faut pas confondre les comités, les AAI, les agences, les établissements publics.

                  Si on cumule toutes ces choses, on arrive à mon avis à un nombre extravagant.

                  1. deres

                    Les associations lois 1901 et les fondations aussi. Elles peuvent toucher de grasses subventions de tous les côtés. Ce sont souvent des organes creux destinés dont le but réel est de financer le train de vie de leur direction par des subventions publiques. Le scandale de la fondation du bénévolat dirigé par MAM et sa famille est un bel exemple … La lecture de son statut est intéressant : il y a quatre places dans son conseil pour les membres fondateurs, qui désigne eux-me^me leurs successeurs avec ce titre : de la noblesse par héritage donc. Et ils choisissent 4 autres membres à discrétion parmi des listes, ce qui leur donne nécessairement la majorité au conseil … Et le conseil choisit le bureau de 4 membres dont le président est nécessairement un membre fondateur (héréditaire donc ?) Edifiant.

                    http://www.fondation-benevolat.net/isens/files/statuts-de-la-Fondation-du-BAnAvolat.pdf

    3. Borgowrio

      Et aussi le « CETAN » de Roland Cayrol , fonctionnaire permanent à C’dans l’air ami du bouffi et gardien  » médiatique » du temple

      1. Flash

        Soutenir la création artistique = alimenter en pognon des parasites qui, sans ça, ne verraient leurs « oeuvres » achetées par personne tant elles sont laides/insignifiantes.

        Les FRAC sont une aberration sur tout les plans.

        Au plan philosophique : l’Etat a-t-il pour rôle la création artistique? Evidemment, non.

        Au plan politique : l’art contemporain est-il prioritaire sur la Justice, la Défense, voire l’aide sociale pour les clodos qui crèvent dans nos rues (+50% depuis 2011)? Visiblement, oui puisque le budget de la Culture est maintenu (voire grossit, si on zyeute les astuces comptables) là où les autres budgets diminuent ou sont absorbés par de grands travaux.

        Au plan économique : franchement…je dois développer? L’achat d’un chat qui encule un bébé est-il de nature à dynamiser le tissu économique français?

        Au plan artistique : produire des oeuvres, achetées par des fonctionnaires pour être stockées dans un entrepôt, est-ce là l’objectif d’un véritable artiste? A mon avis, non. Par contre, c’est là l’objectif du bon parasite voulant vivre de ses escroqueries.

        1. royaumont

           » produire des oeuvres, achetées par des fonctionnaires pour être stockées dans un entrepôt ». Ca pourrait être pire : les oeuvres pourraient être exposées.

        2. sam00

          Ben oui … le pauvre romano chocalesku il vivrait comment autrement ?

          https://www.youtube.com/watch?v=1yKay8HDjPU
          « Je suis un destructureur d’intemporalité, un modeleur de vide … »  » … il était juste une sorte de fou un peu mystique qui se foutait de la gueule du monde comme moi, mais avec une sorte de crédibilité … »

          Désolé je m’en lasse pas!

          1. Pat

            Un bel hommage à Picassiette (pardon, Picasso) qui un jour décida, en présence d’un de ses amis peintres, qu’il allait prendre les gens pour des c… Malheureusement, l’avenir prouva qu’il avait raison.

    4. Ladioss

      Après 2 ans et demi de gesticulations sur le thème du budget et des economies, autant se rendre à l’évidence: Leviathan ne réduira jamais sa taille de lui-même et préférera dévorer tout ce qui reste de vitalité au pays avant d’y être contraint et forcé. La simple évocation de la théorie est anathème pour notre classe de grands prêtres/hommes politiques.

            1. Ladioss

              Pour ceux qui connaissent Megami Tensei : triple fusion Leviathan + Moloch + Saturn = Hero Marianne, Strong vs all, fait perdre 5% de ses fonds au joueur chaque minute une fois invoqué.

  6. yp

    Les liens du billet portent vers des articles qui ont souvent plus d’une dizaine de jours : Le « bullshit production pace » semble s’être emballé au point que notre hôte a du mal suivre… 🙁

      1. Aristarque

        D’ ailleurs, vous voyez bien qu’il est sourd puisqu’il n’a pas plus réagi ce matin que lors des autres tentatives de suggestions…. 😉

        1. Aristarque

          Le marché des lecteurs est bien là, n’ est-ce-pas ? En fait, il limite sa production comme une diva pour mieux se faire désirer, façon Ferrari ou Aston Martin…

          1. Philippe Lacoude

            Ce marché énorme où il vend un produit à un prix marginal nul est effectivement en plein boum. Il devrait embaucher H17. Le gouvernement fait même peut-être assez de bêtises pour faire une place à un H18. Et n’oublions pas qu’après Hollande, il y a aura un type assez nul pour nous le faire regretter. Comme Hollande nous fait (presque, hein) regretter Sarkozy. Comme Sarkozy nous a fait regretter Chirac.

            1. Calvin

              Oui, le seul moyen pour ne pas faire pire que Hollande, c’est encore…. réélire Hollande !
              Sauf qu’il pourrait faire pire que lui-même !
              Décidément, tant qu’il n’y aura que des socialistes comme candidats, on ira toujours vers le pire, puisqu’à une idéologie moisie s’ajoute une incompétence de plus en plus marquée.

  7. Aristarque

    MDR jaune : bulletin radio bfm à 10H00 Eckert n’ exclut pas des hausses d’ impôts et taxes en 2015 selon la conjoncture mais la promesse de Flanby reste gravée dans le marbre. Cela casse et se brise, le marbre… 😥

    1. royaumont

      « Pas de nouveaux impôts » ne signifie pas « pas de hausse des impôts déjà existants ».
      Le français est la langue des diplomates, ne l’oubliez pas.

          1. sam00

            Il faut savoir lire entre les lignes …

            J’adore Le Fol qui nous déclare : «La porte est fermée, il n’y a pas à discuter de ce sujet. Il n’y aura pas de hausse d’impôt décidée par le gouvernement en 2015»

            En lisant correctement la phrase, on comprend que si les députés nous passent deux ou trois impôts nouveaux en 2015 par voie d’amendement, le gouvernement ne s’y opposera pas …

            1. nocte

              Et rien n’indique que courant décembre 2014 entre noël et la saint sylvestre, ils ne nous chient pas des impôts, comme l’an dernier avec l’intégration de la mutuelle d’entreprise à l’impôt sur le revenu avec rétroactivité sur la totalité de l’année 2013.

              1. Vodkaman

                exactement ce qu’il sont en train de faire :
                le PLFR 2014 prévoit de rendre non déductible des charges la taxe sur les bureaux de l’assiette de l’IR ou de l’IS. Pflr 2014 = que cela va directement impacter les comptes des entreprises en 2014 si je ne dis de sottises…

            2. deres

              Bien vu.
              Ou imposé par Bruxelles
              ou par le parlement
              ou de hausse de cotisations
              ou décidés par les collectivités locales
              ou des frais touchés par des agences publiques (redevance)
              ou des hausse de l’électricité, du gaz, des timbres et du train
              ou de baisse des crédits d’impôts
              ou de baisse des allocations ciblés

              Il se sont donc formellement interdits un moyen d’augmenter les prélèvements publiques parmi une bonne douzaine de possibilités. C’est un promesse très engageante …

      1. carpe diem

        Non seulement il y aura de nouveaux impôts car c’est Bruxelles qui commande, mais il y aura une explosion des taxes locales, car celles ci refuseront de maigrir en personnel, en fric gratuit, la soupe est trop bonne! ça va être le chantage : vous voulez que votre commune vous offre des services performants, vous voulez que le cimetière soit balayé toutes les semaines et bla bla bla , ces salopards ne lâcheront rien, il faut bien en être conscient à moins d’une grosse révolte.

          1. petit-chat

            Dans ma commune, sur une voie unique balisée de feux tous les 30 mètres, non synchronisés, « on » a mis des panneaux censés indiquer votre vitesse en temps réel avec force clignotements.
            A quoi ça sert ? Combien ça coûte ? Quel est l’objectif ?
            Une piste pour les réponses : la maire est socialo.

        1. deres

          Le statut de la fonction publique empêche techniquement de diminuer autrement qu’à la marge les dépenses de personnels. Même en imaginant un arrêt complet des embauches, un gel du point d’indice et un blocage de l’avancement, cela ne diminuerait que très doucement … En effet, cela augmente encore de plus de 1% avec seulement le gel du point et la stabilisation des effectifs. Comme les effectifs par les départ à la retraite ne peuvent concerner que 1/40 = 2.5% des effectifs, il n’est pas possible de diminuer de plus que cela par an. Ce serait déjà un miracle me diriez vous, mais cela ne résoudrait pas le déficit en une seule fois. Il faudrait le faire plusieurs année de suite.

          1. Caton

            Les pensions de ces retraités sont toujours payées par l’état, donc c’est leur mort (et celle du conjoint bénéficiant d’une pension de réversion) qu’il faut attendre, pas leur retraite.

            1. deres

              Vous avez raison. Donc avec 20 ans de retraite en plus de 40 ans de carrières, les vrais effectifs ne diminueraient naturellement donc que de environ 1/60 = 1.7% en cas de blocage complet des embauches. Cela montre bien que même avec seulement le gel du point et le remplacement d’un sur deux, les coûts risquent quand même d’augmenter !

                1. Deres

                  Oui !!!!!
                  On a vraiment atteint le point de non retour … Les réformes soft dans la douceur et la longueur ne peuvent plus fonctionner avec de tels mamouths. Il faut donc nécessairement dégraisser pour diminuer massivement les effectifs.

                1. yp

                  Il est inutile de faire des calculs savants pour démontrer que le plomb ne flotte pas sur l’eau. Cotisez au minimum à ces pyramides de Ponzi.

        2. deres

          Bruxelles ne demande pas de nouveaux impôts. Bruxelles demande juste moins de déficit, en expliquant qu’en faisant des réformes ce serait mieux. Comme le rappelle Sapin, le comment est la souveraineté du pays et la responsabilité du gouvernement. C’est eux qui décide de passer uniquement par des hausses d’impôts ou des baisses d’allocations ciblés et clivantes sans faire la moindre réforme qui nous sortirait de la pente descendante.

  8. cc

    Une hausse de la TVA est inévitable.

    Ca les démange tellement… le rendement est tellement important… c’est devenu leur obsession. Les derniers freins idéologiques (la TVA ça affecte les pauvres, bouhhhhhhh) vont sauter.

    Ils vont commencer par 1 point. Ce sera emballé dans un énième « pacte », et Eckert Les Bons Tuyaux nous expliquera que ce sera une opération « blanche » pour les consommateurs.
    😉

    Rappel : dans l’UE, le taux maximum est 25. On a donc une belle marge de progression.

    1. Honorbrachios

      pour rappel elle a déjà augmentée cette année…(et des trucs assez insidieux comme la tva sur l’electricité sont passés de 5.5 à 10 et à 20%, regardez ça fait mal mais c’est très discret

      1. Calvin

        Oui, mais la Suisse est un enfer pour les salariés, qui n’ont pas la Sécu QLMNE, et un code du travail tellement rikiki que ce doit être l’esclavage.

        1. Aristarque

          D’ ailleurs, ils construiraient bien un mur de Berne pour empêcher tous les Suisses de venir se réfugier en Grance… Une votation et le tour serait joué…

        2. Patatrac

          Oui, des esclaves, et masochistes de surcroît, puisqu’ils ont refusé la sixième semaine de congés payés et l’introduction d’un salaire minimum. On rapporte que dans certaines entreprises helvètes, les salariés sont battus par leur supérieur avant de rejoindre leur lieu de travail car le Droit des Obligations (le code du travail/civil) ne précise pas qu’un(e) employé(e) ne peut pas être battu(e) et un licenciement ne doit pas être forcément motivé.

            1. Patatrac

              Non, c’est encore pire .. l’homme déclaré apte au cours de répétition garde son arme de service à son domicile. Il pourrait s’en munir lors de la votation, les sentiers de l’Helvétie étant peu éclairés et encore moins sûrs, donc capable de répondre à la mise en joue de son ignoble patron au moment de déposer le bulletin de vote dans l’urne. Les femmes par contre, peu représentées dans la milice, donc peu armées, ne pourraient répondre à cette mise en joue. Les patrons helvètes le savent, ce sont des gredins de haut vol, et sexistes. CQFD

      2. Aristarque

        Et en plus, l’ Etat Suisse n’ arrive même plus à dépenser son budget, forcément riquiqui… Étonnez- vous qu’ après, la réputation d’ avaricieux vous colle aux basques dans l’ esprit de vos voisins du ponant…

  9. Flo

    J’ai aussi entendu parlé de certains embouteillages pour ce qui est du paiement des pensions des récents retraités.
    Pour le moment on ne parle que de retards administratifs en raison de la pyramide des âges (toute nouvelle curiosité scientifique, si peu documentée et tellement imprévisible après 70 ans de paix) et de l’afflux de personnes pouvant faire valoir leur droits à la retraite à 60 ans depuis l’arrivée au pouvoir de qui vous savez (là aussi ça faisait tellement longtemps que c’était passé à 62 ans et c’est arrivé avec une telle soudaineté qu’on a pas eu le temps de bien s’y préparer, et puis le manque de moyens en matériel et en personnel vous comprenez…).
    Bon, sinon on commencerait pas plutôt à assister au début de l’effondrement de la pyramide…de Ponzi (pas des âges).

  10. kloupa

    Quant au paiement du dédit de rupture du contrat débile avec Ecomouv (contrat concocté aux petits oignions par notre haute administration), en plus d’une attaque juridique du contrat pourtant bel et bien signé en bonne et due forme, le gouvernement cherche par tous les moyens un bon prétexte, bien démago pour le bon peuple, pour taxer les sociétés d’autoroute, en dépit des contrats qui les lient à l’état. Car, le jeune Macron qui a très vite assimilé la démagogie politique, promet des baisses de péage aux usagers, mais ils ne verront sans doute jamais rien venir, car c’est l’état qui touchera de quoi lui boucher le trou causé par le brillant flop Ecomouv. Le but est bien évidemment celui-là, et pas de redonner du pouvoir d’achat aux Français, et la ficelle est un peu grosse.

      1. barbatruc

        Entièrement d’accord avec vous, d’ailleurs son passage chez Rothschild a largement été sur commenté dans les médias : « voyez vous mesdames et messieurs on a embauché un gars qui vient du privé »
        En fait Macron est un fonctionnaire en puissance avec l’alibi de la banque privée de connivence.

        Il pourra toujours y retourner après le départ de son chef , ou bien former un duo au piano avec Copé.

  11. Lafayette

    L’argent pour les coups durs, c’est celui qui passe dans les impôts. Comme quoi l’état est créateur d’entêtement par voie de faillite.

  12. Karamba!

    Pas de nouveaux impôts. Du moins de la part de l’Etat qui déléguera façon pas vu pas pris aux régions ou municipalités le soin de nous bastonner. Mais au bout du compte, c’est le même qui est ratiboisé, le contribuable. C’est comme quand Flanby dit c’est l’Etat qui paye. Ca ne veut rien dire. C’est toujours le contribuable qui finance… et Pépère qui tente de sauver sa face de potiron.

    1. barbatruc

      En plus « pépère » comme vous dites est vicelard , il va laisser le choix aux collectivités locales de prélever ou pas la nouvelle surtaxe sur les résidences secondaires.

      Malin pépère :  » je te coupe les dotations de l’état , et après tu te démerde avec la populace pour l’augmentation de la fiscalité locale. »

      1. deres

        C’est d’autant plus vicelard que beaucoup de municipalités ont fraîchement basculé à droite avec le bilan des précédents socialistes …

  13. Lafayette

    La TVA taxe à la valeur ajoutée,
    La TVB taxe à la valeur budgétée,

    en passant par …
    La TVP taxe à la valeur prélevée,

    La TVZ taxe à valeur zéro, vers quoi on tend quand on a plus rien.

    1. Aristarque

      La TVC : taxe à la valeur Calculée (par les Douanes)
      La TVD : taxe à la valeur Déterminée (par les Impôts Directs)
      La TVE : taxe à la valeur Encaissée (par les Contributions Indirectes…

    2. Calvin

      TVF : Taxe sur les valeurs financières,
      TVG : Taxe voulue par le gouvernement,
      TVH : Taxe à vocation humanitaire,
      TVI : Taxe sur les véhicules intelligents,
      TVJ : Taxe variable journalière (chaque jour, elle change),
      TVK : Taxe sur les verrues et les kystes,
      TVL : Taxe sur les vibromasseurs lubrifiés,

      La France, le pays où on a remplacé les idées par des taxes…

          1. bulltrap

            Me demande si c’était pas notre hôte qui avait un jour évoqué la CVO : contribution volontaire obligatoire.
            C’est un concept intéressant à creuser, il a assurément de l’avenir.

            1. David

              La « contribution volontaire obligatoire » n’est pas un concept, elle existe vraiment :

              agriculture.gouv.fr/Contribution-Volontaire

              ça concerne les propriétaires forestiers (je le sais, j’en était un jusqu’à y’a pas longtemps, j’ai tout vendu)

              1. pi31416

                J’ai cru à un hénaurme canular. Mais non. J’ai été sur agriculture.gouv.fr et en effet: « La CVO, Contribution Volontaire Obligatoire, est comme son nom l’indique obligatoire ». I am speechless.

                1. yp

                  « Cette cotisation est volontaire, en ce sens qu’elle a été proposée par les organisations professionnelles de la filière bois dans le cadre d’un accord interprofessionnel.
                  Elle est obligatoire parce qu’elle donne lieu à un arrêté d’extension pris par le ministre de l’Agriculture qui rend le paiement de cette cotisation obligatoire pour toutes les entreprises de la filière et pour tous les propriétaires forestiers qui vendent à un exploitant forestier, à une coopérative ou à tout autre acheteur de bois dès lors qu’il existe une facturation. »

                  Volontaire obligatoire… Ils se foutent ouvertement de notre gueule !

        1. MadeInCH

          Ben si! A chaque fois que l’Etat vous donne des sous, subventionne un rond-point, une place dans une crèche, compense la SECU, …
          L’Etat pourrait calculer combiens tel individu côute à l’Etat, par les aides qu’il reçoit, les subvention que son industrie reçoit, par les routes qu’il utilise, par les garderies dans lesquels ses enfants vont, etc. Puis demander à ladite personne de participer solidairement à cet effort que le l’Etat fait gentiment pour lui.
          En plus, vous imaginez tout les fonctionnaires qu’il faudra embaucher pour demander les infos, les traiter, facturer, etc?
          Non seulement l’Etat gagnera des sous, mais en plus ça créera des emplois!!!

    3. Honorbrachios

      Et la Taxe sur le Mankagagner ? L’état qui devrait en toute logique (socialos) prendre 100% de tous les prix de ventes et qui n’en prend que 20% – ça fait un très gros mankagagner ! Vite il faut résoudre ce problèèèèmeeee!

    1. barbatruc

      Ils ne connaissent point Laffer ces messieurs , ça n’est pas dans leur cursus. Laffer c’est trop court , pour eux ce sont plutôt les affaires .

      1. Deres

        Ils connaissent très bien au contraire. Et ils savent que pour « délafferiser » la courbe, il faut intensifier la répression, utiliser des mécanismes où la fraude est complexe et taxer des consommations inévitables. Les fameux milliards que Sapin annonce fièrement récupérer par l’intensification de la lutte contre la fraude ne sont que les enfants du mankagagné de l’année précédente.

    2. Higgins

      J’en ai fait la démonstration cet après-midi à une gérante d’hôtel qui ne la connaissait pas. C’est comme cela que j’ai appris que le doublement de la taxe de séjour était dans les tuyaux.

  14. BA

    En France, la faillite des retraites se rapproche.

    Le régime ARRCO est le régime de retraite complémentaire de tous les salariés du secteur privé, quel que soit leur statut (cadre, intermittent, apprenti, etc.) ou la nature et la durée de leur contrat de travail (CDD, CDI, etc.).
    Le régime AGIRC est le régime de retraite complémentaire des salariés cadres, qui complète le régime ARRCO.
    Mais il y a un tout petit problème :
    l’AGIRC est en faillite.

    Jeudi 12 novembre 2014 :

    Gouffre financier pour la caisse de retraite des cadres.
    L’Agirc, la caisse de retraite complémentaire des cadres, approcherait d’une cessation de paiements. Une situation grave qui pourrait être sauvée à court terme par une fusion avec l’Arrco.
    Les cadres actifs comme retraités ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise. D’après les estimations actuelles, les caisses de l’Agirc devraient être vides à l’horizon 2018.
    http://www.boursorama.com/actualites/gouffre-financier-pour-la-caisse-de-retraite-des-cadres-4df4b0084519e7789cb177651fcf4caa

    1. cc

      Excellente nouvelle. Cela poussera encore plus de jeunes talents à fuir, accélérant d’autant l’implosion.

      Ils finiront bien par comprendre l’arnaque : « cotiser » de plus en plus, avec la certitude de ne rien recevoir en retour.

      Célébrons l’accélération de la faillite.

  15. passim

    HS, pas tant que ça…
    Un certain Hassan Diab, poseur de bombe de la rue Copernic, pourrait être extradé en France.
    Quel rapport ? Nous sommes entrés (officiellement) en socialie en ’81, avec l’élection qui a suivie cet attentat meurtrier. Élection de Mitterrand qui a été précédée/préparée/aidée par d’immenses manifs à l’instigation du MEJF, du Renouveau Juif, etc, toutes dirigées contre l’extrême-droitt, contre Giscard accusé de collusion avec icelle, et cela a continué, alors même qu’on connaissait les vrais coupables. BHL et quelques autres accusant l’extrême-droitt d’avoir « créé le climat » propice à cet attentat.
    Je ne me plains jamais de la situation actuelle sans penser à ceux qui nous ont plongé, jusqu’au cou, dns la me..de.

    1. Caton

      Cet attentat odieux qui voulait frapper les juifs se trouvant dans cette synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic.
      — Raymond Barre

      …et cela explique que la communauté juive dans son ensemble ne s’est pas opposée aux gauchistes en son sein.

      1. passim

        La communauté juive dans son ensemble est/a été à gauche, et cela s’explique très bien. L’esprit messianique. L’idée que, juif, on a une mission… L’avant-garde du progrès. Le communisme a d’abord été une idée juive, avec tout plein de bonnes intentions, cela va sans dire.
        La réflexion de Barre est à la fois ridicule et symptomatique.

        1. Barbatruc

          Ne pas faire d’amalgames svp , ca n’est pas parceque la mère de Marx était juive qu’il faut attribuer aux juifs la paternité du communisme.

          David n’était pas communiste, Salomon non plus, pas plus que Moshe. Comment cette idée abjecte qu’est le communisme peut elle être associée au messianisme ?

  16. RBF

    Hello les amis, alors j’ai une nouvelle énorme.

    Ma femme vient de recevoir un courrier de la CPAM dans lequel on la menace de la bânir de la sécurité sociale. Alors qu’elle travaille en France et que donc, elle cotise !!!

    Et pour continuer à bénéficier du service « dans les meilleures conditions », elle doit renvoyer un questionnaire « dans les plus brefs délais ». Au sinon c’est radiation dès le 30 novembre de cette année.

    C’est puissant, car beaucoup cherchent à quitter le système collectiviste, et ma femme n’a rien à faire pour en sortir ! C’est juste incroyable. D’autant que dans le même temps, on oblige son mari frontalier franco-suisse à s’affilier à la sécu…

    H16, tu veux une copie du courrier ? Je te promets que celui-là vaut son pesant d’or.

    1. David

      « on la menace de la bannir de la sécurité sociale » : certes, mais est-ce qu’on lui dit, dans le même temps, qu’on arrêtera de lui prélever les cotisations ?

      parce que, vous bannir de leur « protection sociale », ça ils veulent bien ; mais vous bannir de leur système de prélèvement, heu … je demande à voir …

        1. Higgins

          Sur le sujet de la sécu, il faut lire le billet de Laurent C. paru hier sur son site « Je quitte la sécu. »
          J’en suis sorti rassuré sur la nature de la déontologie journalistique.

            1. gameover

              Wah… effectivement.

              Les serviteurs de l’état soutiennent les serviteurs de l’état, on tourne en boucle. Dans un moteur turbo ça s’appelle l’auto-alimentation, ça conduit au sur-régime et le moteur coule aprés avoir siphonné le carter d’huile.

      1. RBF

        Devant un tribunal, ma femme est sûre de gagner. Avec un bon avocat et une bonne dose de dommages et intérêts, nous allons récupérer une bonne partie du « trop prélevé ».

        Je vois la chose comme ça.

      1. RBF

        Je m’en doute bien, mais je n’ai pas de recettes-miracles pour vous, hélas. Ma femme n’a juste rien fait du tout pour se faire éjecter !!!

        De plus elle ne peut pas prétendre à la CMU car elle est salariée. Elle n’est donc plus nulle-part dans notre beau système de santé que le monde entier nous envie (oui car ce papier qu’il faut retourner, ils vont l’attendre longtemps… je sais très bien que c’est moi que ces pourris cherchent).

        Elle sera donc éjectée à la fin du mois. J’ai hâte de vous raconter ce qu’il va se passer…

    2. bob razovski

      Je rejoins David à 100% !

      Mon cas perso : je suis banni de la sécu depuis mars 2014, mais c’est pas pour ça que je ne cotise plus. Et c’est ce qui me retiens de prendre une assurance privée. Je gagne trop peu pour me permettre 2 organismes de cotisations.

  17. hop hup

    Les sénateurs sont revenus sur l’amendement controversé alignant les taxes sur les cigares et les cigarillos sur celles en vigueur pour les cigarettes.

    bizarre qui ‘ils reviennent sur cette taxe ,

      1. Aristarque

        La taxe de droite ou de gauche… reste toujours et d’ abord une taxe. :mrgreen: Savoir quel est son bord d’ origine ne console pas de son existence…

        1. Calvin

          Non, ce que je veux dire, c’est que, parfois, c’est en trois temps :
          – un bord créé une taxe,
          – après l’alternance, ce bord la supprime,
          -ce même bord la remet.
          Ça, c’est le « meilleur » des cas, c’est à dire quand la taxe est momentanément suspendue.

          1. Aristarque

            D’ accord. Tu fais bien de souligner qu’une taxe court -éventuellement – le risque d’être suspendue, quasiment jamais d’être supprimée, sauf lorsque que l’ objet de la taxation a disparu du paysage économique… et encore… L’ Administration préférant plutôt abandonner son recouvrement plutôt que de la rayer des cadres…

    1. Higgins

      Ben, il y a beaucoup d’amateurs de cigare au Sénat. En plus, la mesure est d’une imbécilité à la mesure de la crétinerie des politiques. C’est dire.

  18. kiki08

    j’ai arrêté de me faire exploiter par l’état en fermant mon compte a la chambre des métiers en 1996 . j’ai continué a travailler dans le même domaine , en tant que salarié de mes clients, pour la durée du chantier . droit a la sécu , droit au chaumage . je gagne plus en travaillant bien moins. presque le paradis , après la misère . je suis devenu un pauvre (ouvrier?) je n’ai plus la fierté d’être artisan , ça tombe bien , la fierté
    comme la patrie je me les colle au cul .

Laisser un commentaire