Les sénateurs s’occupent du méchant Google. Du LOL s’ensuit.

Pendant que le gouvernement tabasse du chaton à coup de lois sécuritaires, les bricolages législatifs périphériques à la loi Macron continuent de plus belle. Il serait dommage de laisser refroidir une telle avancée qui va permettre aux gens de prendre un peu le car ou d’ouvrir un petit dimanche sur quatre. Alors les sénateurs ont adopté un amendement visant à encadrer les pratiques des moteurs de recherche.

Parce que voilà bon maintenant ça suffit à la fin, y’en a marre, et la France en a assez de se faire marcher sur les platebandes souveraines, et puis zut, il était temps ! La cible d’un tel courroux ? Même si elle n’est pas nommée, elle ne fait aucun doute : Google, le méchant moteur de recherche de tous les intertubes réunis, sur lequel il fallait cogner fort. Pour Catherine Morin-Desailly,

« Nous avons la conviction que Google favorise ses propres services et nous estimons qu’il faut réguler cette situation, sinon les autres entreprises ne peuvent se développer »

juncker omfg ohnoes no way

Sapristilipopette. Google favorise ses propres services.

Il va falloir développer un peu, cependant, parce qu’à première vue, que Google, ou même BNP Paribas ou la SNCF favorisent leurs propres services, c’est un peu ce à quoi on pourrait s’attendre. L’alternative serait en effet qu’ils ne favorisent pas leurs propres services, ou mieux encore, favorisent les services des autres. Bizarre, voire contre-productif, non ?

En pratique, et si l’on met de côté deux minutes les explications embrouillées (volontairement pour éviter de désigner explicitement la cible, et involontairement parce que nos sénateurs, question intertubes, lolcat et moteurs de recherche, ne touchent pas une bille), le problème apparaît être le suivant : dans les recherches lancées sur Google, l’outil américain afficherait en première page les résultats concernant ses propres produits, au détriment des produits concurrents. Typiquement, la recherche cartographique favorisera Maps de Google (et la version ViaMichelin sera présentée plus bas dans les résultats) ou la recherche sur un outil de gestion d’e-mails affichera GMail en premier, alors qu’une recherche présente normalement le résultat le plus populaire ou le plus pertinent du point de vue de l’utilisateur (ou de l’idée que s’en fait l’algorithme de Google).

Autrement dit, Google renverrait un résultat pertinent ou correspondant au souhait de l’utilisateur la plupart du temps, sauf (le gros méchant) lorsqu’il s’agit d’un produit ou d’un service de Google. Dans ce cas, le produit ou service concurrent est « abaissé » autant que nécessaire. Parfois, le fourbe moteur se débrouille pour ne faire apparaître les fâcheux concurrents qu’à partir de la page deux de ses résultats, ce qui revient à l’oublier purement et simplement, l’utilisateur n’ayant que rarement l’habitude d’aller fouiller dans ce quasi no-click’s-land. (Notez que ce n’est pas le cas pour la recherche, pour laquelle Google ne renvoie pas son moteur en premier – super fair-play, pour le coup, non ?).

google vintage publicity

Pour les concurrents, c’est un véritable scandale puisque, de fait, ils ne sont pas traités équitablement, scrogneugneu. Il faut absolument agir, il faut que la justice, l’équité et tout ça soient bien vite remis en place, par la force s’il le faut. Ce qui se traduit donc par un petit texte de loi ad hoc :

« Tout exploitant d’un moteur de recherche susceptible, compte tenu de son audience, d’avoir un effet structurant sur le fonctionnement de l’économie numérique (…) met à disposition de l’utilisateur, sur la page d’accueil dudit moteur, un moyen de consulter au moins trois autres moteurs de recherche sans lien juridique avec cet exploitant »

long facepalm

Y’a pas à dire, on assiste encore une fois à une fine idée superbement mise en musique par nos géniaux sénateurs qui permettra encore une fois à la France d’être la risée du monde entier. En effet, que risque-t-il de se passer si, à tout jamais, une telle absurdité devait être mise en place ?

Google pourrait commencer par céder, exposant ainsi le ridicule de la situation au yeux du monde entier, puisque la plupart des utilisateurs ne changeront pas leurs habitudes. En outre, Google pourrait pousser jusqu’à fermer ses locaux et infrastructures françaises… laissant sa recherche intouchée et parfaitement disponible depuis la France (sauf à bloquer, on ne sait trop comment, tout Google — Gmail et Youtube compris — ce qui ne manquerait pas de poser quelques soucis). Tout ceci sent déjà assez mauvais.

Mais on se doit de pousser le raisonnement plus loin, par exemple en imaginant un système d’amendes bien solides. Ça tombe bien, parce qu’en matière d’abus de position dominante, tant la France que la Commission Européenne ont une expérience concrète de l’application du concept. En 2004, par exemple, après cinq (bien trop longues) années d’enquêtes, la Commission concluait que Microsoft Corporation avait enfreint les règles de concurrence communautaires en abusant de sa position archi-dominante sur le marché des systèmes d’exploitation pour PC, lui infligeait une amende carabinée et diverses contraintes sur ses produits… Qui ne changèrent absolument rien à la position de Microsoft dans les années qui suivirent.

Bref, on sent déjà un nouveau cargo de FAIL arriver aux portes du Sénat.

Shipment of fail !

En réalité, l’analyse des sénateurs repose sur le principe qu’un produit doit pouvoir bénéficier de la même publicité que les autres au sein de Google. Or, absolument aucun contrat, aucune obligation ne lie Google vis-à-vis de ces produits, de ces services ou même des sociétés qui les proposent. Aucun. Google propose un outil dont l’unique préoccupation est de répondre à ses impératifs à lui, qui recouvrent en partie la nécessité de fournir un résultat aussi pertinent que possible à l’utilisateur. Et c’est tout.

Non, ne tortillez pas le truc dans tous les sens : Google n’est pas un Service Public de recherche, pas plus qu’il existerait un Droit À Apparaître Bien Placé dans les résultats Google, même si on fournit soi-même le meilleur service possible. Surtout s’il s’agit d’un service d’indexation d’un type particulier, ce service n’étant, en définitive, qu’une version spécifique d’un moteur de recherche, autrement dit un concurrent direct de Google pour lequel on comprend mal pourquoi il devrait, subitement, lui faire des faveurs.

Non, messieurs-dames les sénateurs, messieurs-dames les lobbyistes derrière, Google n’a jamais garanti votre « publicité gratuite » sur son moteur (en vous affichant à une bonne place). Non, il n’a jamais garanti la moindre équité, justice, ou que sais-je dans son service. Du reste, non, vous n’êtes même pas interdit de publicité sur son site, ou partout ailleurs. Ce n’est plus gratuit, c’est peut-être plus difficile financièrement, mais la vie est ainsi faite, avec des entreprises qui n’ont aucune raison de se faire des cadeaux entre elles.

Oui, Google peut fort bien choisir d’afficher, ou non, un résultat. Il en a tout à fait le droit parce que nulle part il ne s’est engagé à fournir un annuaire complet, un ranking spécifique ou une qualité fixée de prestation. Google peut ainsi passer aux oubliettes un commerçant ou une société dont le produit ou le service éclipserait par ses qualités son propre produit ou service, ou même parce qu’il jugerait ça utile à sa propre stratégie commerciale.

Mais voilà : la réalité tangible est qu’une position dominante ne dure jamais éternellement, ni ici ni ailleurs. Ainsi, même si Microsoft n’a pas pâti de l’amende record de la Commission, il s’est tout de même fait tailler des croupières, sans s’en rendre compte, non par des alternatives frontales (linux et autres Unix, ou MacOs à l’époque) mais par d’autres systèmes pas envisagés à l’époque (Android et iOs, typiquement). De la même façon, vous pouvez parier que Google perdra la main dans d’autres domaines. Par exemple, si Facebook installe un comparateur de prix dans son application, Google n’y pourra absolument rien, même avec son actuelle position dominante. Du reste, ne pas pouvoir imaginer, ici et maintenant, ce qui fera flancher Google n’est en tout cas pas une excuse pour agir de façon préventive sur le mode « C’est fichu, on ne sortira jamais de la situation actuelle sans légiférer ! » Parce qu’une loi, c’est bel et bon, mais on ne sait jamais comment elle va s’inscrire dans le temps, et, quand, inévitablement, ses effets délétères s’infiltreront partout.

L’autre réalité, c’est que tous ceux qui se plaignent de la position dominante actuelle de Google ont été les premiers à en bénéficier et ont, de fait, alimenté cette position : ils ont été fort heureux de trouver un moteur simple, couronné de succès, qui leur donnait à la fois accès à des données de qualité et une publicité gratuite pour autant qu’ils arrivaient en haut du palmarès du moteur. Mais voilà, ceci a un coût, même pas caché : celui d’une dépendance énorme à ce moteur, totalement asymétrique. Autrement dit et si vous me passez la trivialité, ces concurrents ont placé leurs couilles dans les mains du géant en échange de ses services, et pleurent lorsqu’il décide de serrer.

Pour toutes ces raisons, l’amendement des sénateurs est destiné à l’échec. Il y aura des larmes, des poings et des couilles dents serrées. Oui, c’est terrible de ne pas pouvoir forcer une entreprise privée, au succès retentissant, à faire ce que vous, vous voulez ardemment. Mais voilà : ça s’appelle le respect de la liberté et la propriété privée. Et parfois, ça pique.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires142

  1. Le Gnôme

    Au fait, il me semble qu’un ministricule avait clamé devant un micro mou et toute la presse dûment convoquée qu’un moteur de recherche français (ou européen) devait voir le jour à grand coup de subventions joufflues et qu’on allait voir ce qu’on allait voir.

    Je parie que les subventions ont été largement bouffées et que le moteur n’a jamais vu le jour, ou que son audience est hyper confidentielle et que les toiles d’araignées ont colonisé les tuyaux.

      1. cretinusalpestris

        « Qwant : le moteur de recherche qui respecte votre vie privée ! »

        Et sur la page d’accueil : les « tendances du jours ».

        Tendances qui ont été affichées en fonction des recherches effectuées récemment par les utilisateurs.

        Amusant.

        1. Ce n’est pas antinomique. On peut créer des stats à la volée sans savoir ou chercher à savoir qui consulte ni traquer l’utilisateur.

          1. cretinusalpestris

            Entièrement d’accord.

            Et je veux bien croire que Qwant ne conserve pas des données permettant de traquer les utilisateurs.

            C’est juste que l’on clame ne pas vouloir porter atteinte à votre vie privée mais que l’on vous soumet d’entrée des « tendances » sur lesquelles on peut cliquer si l’on n’a pas la volonté suffisante de résister.

            Mais, heureusement, nous sommes tous équipés d’une volonté de fer et nous ne cliquerons pas sur l’image de Pamela Anderson alors que nous étions venu chercher des infos sur le Bozon de Higgs.

            1. Popeye

              Pamela, c’est un peu daté maintenant. Ce serait plutôt Kate Upton ou Emily Ratajkovsky de nos jours. Mais si vous aimez le botox et la silicone…

    1. Qs

      « Au fait, il me semble qu’un ministricule avait clamé devant un micro mou […] » ou un micro soft?
      Bon, je sais, ce n’est pas très fin.

  2. cretinusalpestris

    Merde…

    C’est donc pour cela que, quand j’achète un billet d’avion dans un guichet EasyJet, j’obtiens toujours des vols EasyJet et pas Lufthansa ?

    Merde…

    Je viens de découvrir quelque chose, là.

    J’espère donc que le gouvernement français va se dépêcher de pondre cette loi pour que l’on puisse acheter des PC dans des AppleShop et des QuickBurger chez MacDo.

    Nous devons hâter notre progression vers plus de « normalité ». Vite.

    1. bibi

      Les ordinateurs Appel sont des PC, ça fait longtemps qu’ils ont abandonné leur propre architecture.
      C’est d’ailleurs là qu’a été le plus gros tour de force de Steeve Jobs réussir à vendre des PC au prix d’un Mac tout en conservant sa clientèle d’inconditionnels, car il avait bien compris que le succès de sa marque ne reposait pas sur l’architecture des machines qu’ils vendaient mais sur l’ergonomie et la facilité de prise en main par un novice.

      1. Dahu

        Le vrai tour de force d’Apple c’est surtout d’avoir misé sur la fin des PC justement… A l’heure des iPhone et iPad, qui dans le grand public va investir dans une grosse machine pour lire ses mails? Et en parallèle, l’autre catégorie, les gens qui bossent avec l’informatique, veut un système stable et robuste. Apple a bien joué en vendant un système Unix à la fois fiable et ergonomique, alors qu’on galère toujours autant à configurer une RedHat… Totalement dépassé, Microsoft se retrouve largué avec son usine à gaz réputée instable et aussi peu flexible à employer…

  3. Grand Coeur Malade

    Mais au fait, pourquoi trois moteurs de recherche n’ayant aucun lien juridique? Pourquoi pas deux? Pourquoi pas quarante-douze? Est-ce que /dev/null est un moteur de recherche valide?

    Je vois bien une réponse de Google dans le même esprit que le transport à un centime d’Amazon. Mettons, choisir comme moteurs de recherche concurrents ceux de Légifrance, de la sans-blé nationale, ou du site gouverne-ment.fr. Ca fait trois sites nationaux qui s’effondreraient dans un patatras nauséabond sous les milliards de requêtes quotidiennes…

    1. Ano59

      Perso je vois bien Google ne pas se prendre la tête, et lister 3 moteurs de recherche complètement inconnus, confidentiels et peu fonctionnels, aléatoirement en page d’accueil.

      Comme ça l’internaute curieux se retrouverait non pas chez un concurrent possible, mais chez un outsider qui ne pourrait rivaliser ni même supporter la charge.

      Dans ces conditions, difficile de regretter Google et de le quitter.

  4. denis

    il faut que l’état crée un moteur de recherche, impartial, qui n’espionne pas, et qui renvoie aux bonnes pages quand on tape « comment ne plus ayer d’impôts »…en plus ils feront baisser le chômage

    1. Olivier Vitri

      L’illustration en début de billet m’inspirait une chose : on peut considérer que l’État a déjà un moteur de recherche tout prêt sous la main : son nom pourrait être « Cerfa »; un peu limité mais 100% pertinent sur les requêtes ‘taxes’, ‘impôts’, ‘vivrensemble’ et ‘vaseline’.

  5. dede

    « Nous avons la conviction que Google favorise ses propres services »

    On croit rever!

    Encore une fois, les cons, ils osent tout, c’est a cela qu’on les reconnait.

    1. Pere Collateur

      Je me suis fait la même reflexion quand j’ai vu passer cette news l’autre jour:

      Une entreprise qui favorise ses propres produits… Ben, bienvenu sur terre connard!

      C’est tout de même incroyable d’être aussi con et surtout de vouloir absolument le faire partager à tout le monde.
      Un savant mélange de captain obvious et de poule sans tête, adepte de la lapalissade mais ignorant ce que c’est. Je me demande quelles études il faut faire pour en arriver là…

      Quand à savoir comment déboulonner google, l’exemple sur Microsoft est tres parlant. Aucun systeme en frontal n’a pu dézinguer Windows, quelque soit les qualités des concurrents.
      Et c’est par la petite fenêtre, via les devices mobiles que la claque est arrivée. Ouf, il était temps. Cette saloperie a fait prendre 25 ans de retard à toute l’industrie informatique!

      Je pense que pour Google ca sera pareil. C’est pas les Qwant, duckduckgo et consors qui y arriveront. Au mieux ils auront un succès d’estime.
      Mais à un moment, Google comme tous les empires avant lui se fera démolire. Et c’est très bien ainsi.

          1. Higgins

            Que j’aimerai que certains suivent le destin de Charles Vatel, mort le 24 avril 1671. Mais pour cela, il faut de l’honneur et être surtout capable d’éprouver de la honte.

          2. Dr Slump

            Amusé par la proposition, j’ai aussitôt googlé « politiciens français bouffons », mais en choix automatique, c’est « juifs » qui apparaît en 1er, puis maçon, puis gay, et enfin, condamnés. Y’a encore un sacré boulot de réinformation à faire en France…

          3. Lone

            Premier résultat : un blog turbolibéral-à-roulettes-mangeur-d’enfants-prolétaires… Un certain monsieur H, seizième de son nom, encore un aristocrate.
            Deuxième résultat: Une émission de Radio-Moscou (France-Culture)

      1. Higgins

        Si j’étais socialiste, je dirai simplement que ces libéraux ne respectent vraiment rien, surtout pas l’essence même de l’attitude citoyenne (de moins en moins festive).

  6. Grand Coeur Malade

    En fait, je viens de réaliser que la formulation de la loi est suprêmement stupide.

    « Tout exploitant d’un moteur de recherche susceptible, compte tenu de son audience, d’avoir un effet structurant sur le fonctionnement de l’économie numérique (…) »

    Bon, donc là, on va supposer que c’est le language fleuri des sénateurs qui ont du mal à dire et encore plus à orthographier « Gogleu ». Et on va supposer (c’est pas gagné à mon avis) que le dit Gogleu se sent suffisamment « coincé » par cette définition pleine de trous pour ne pas y répondre par une salve d’avocats par bordées de 12 (genre: mais qui peut parler sérieusement du « fonctionnement » de votre économie numérique, crazy froggies)

    « met à disposition de l’utilisateur, sur la page d’accueil dudit moteur, un moyen de consulter au moins trois autres moteurs de recherche sans lien juridique avec cet exploitant »

    Et là, je dis: fastoche. Gogleu obéit déjà parfaitement à cette injonction. En effet, je vais sur la page d’accueil de Gogleu, et je tape « recherche légifrance », et paf, je tombe sur le moteur de recherche de Légifrance. Je tape « Bing » et bing! magie du ternet, j’ai en premier résultat un moteur de recherche qui s’appelle Bing. Bon, mais mettons que je ne sache pas q’il s’appelle Bing, et puis je veux un moteur de recherche pour, mettons, échapper à Valls et compagnie. Je tape « moteur de recherche », et là, c’est des pages de moteurs de recherche aux noms tous plus obscurs les uns que les autres qui s’affichent.

    Bref, Gougeul met dès aujourd’hui à ma disposition, sur sa page d’accueil, un moyen de consulter les moteurs de recherche.

    Alors bon, on pourrait dire que les intelligents députés voulaient autre chose, par exemple des liens vers d’autres moteurs de recherche sur la page d’accueil. Oui, mais si Gogggl choisit trois liens précis, là justement il prend un risque juridique, parce que sa « position structurante » fait que simplement mettre un lien introduirait un déséquilibre.

    Donc la seule solution pour Golgueu c’es DE NE RIEN CHANGER !

    Bravo les gars, vous vous y êtes mis à combien pour pondre ce texte? Moi, je vous le fais tout seul pour à peine 10000€. Envoyez vos références à H16 qui fera suivre.

  7. Golum

    Un moteur de recherche communiste Made in France en .gouv ! Youpi, ainsi les vilains barbus ne pourront plus trouver l’adresse de leur camp de vacances pour se détendre.

    Nous avançons sur la recherche génétique, le mammouth va bientôt etre réintroduit chez le boucher. (Imaginez un steak de mammouth).

    Également le gène socialiste a été enfin identifié chez l’humain. Tenez vous bien, il y a absence de gêne chez nos élus. Découverte bouleversante pour nos analyses.

    Il semblerait que nos élus agissent par pulsion individuelles.

    1. gameover

      Fut un temps Orange avait un moteur de recherche qui s’appelait Voila. Il semble que ce soit devenu un site de rencontres… ou ça en prend le chemin.

  8. Caton

    Je ne vois pas le problème. Ce n’est qu’une excuse pour ramasser du pognon, comme d’hab’. Elle n’est pas particulièrement ridicule quand on la compare au reste. A peine un poil moins débile que quand Apple voulait faire condamner Microsoft parce qu’eux aussi avaient copié sur Xerox…

  9. Alzheimer

    C’est une bonne idée à généraliser. Par exemple le RSI aurait l’obligation de présenter dans tous ses documents au moins trois organismes concurrents.

    1. Calvin, 8 ans

      Ah non !
      Google étant un service gratuit, il est, de fait, public. Donc il doit indiquer des concurrents.
      Le RSI étant payant – d’aucuns diraient même cher – il n’a pas à être obligé de quoi que ce soit.
      :mrgreen:

  10. Bonsaï

    Il faut peut-être admettre que c’est le degré d’intelligence de la réalité actuelle qu’ont ces sénateurs qui n’est pas à niveau, ou leur culture informatique. Ou les deux. Triste paysage à vrai dire, de l’élite française au pouvoir qui nous est encore une fois montrée ici dans ses œuvres …

    1. royaumont

      Le sénat ? Ce ne serait pas cette luxueuse maison de retraite dans Paris pour vieux politiciens séniles ?
      Les pauvres, faut qu’ils s’occupent. Et vu le niveau des prestations fournies, le scrabble ne leur suffit pas. Il faut qu’ils se sentent utiles et importants. Rien de mieux qu’écrire une petite loi pour ça. Et sur ce truc qu’on appelle le oueb, ça fait plus dans le vent, on se sent comme des djeuns.
      Le problème, c’est qu’à leur age les couches ne résolvent pas tous les problèmes, il n’y a rien pour retenir ce qui sort de leur bouche.

      1. Calvin, 8 ans

        Vieux, vieux, faut le dire vite…
        Prends Placé, incapable d’être élu député, les socialistes en ont fait un sénateur.
        (Alors qu’en tant que Vert idéologue, il mérite plutôt le sécateur).

        1. royaumont

          Après une longue vie de labeur à ne rien faire, il est vieux avant l’heure, et dépité, il s’est placé au sénat.
          Vert certes, mais néanmoins bien blette

      2. Flash

        Je trouve le Sénat moins inutile que l’Assemblée Nationale. Cette dernière m’évoque une cour de récréation : on se tire par les cheveux, on crie, on pleure. C’est grotesque.

  11. Sayo

    Le moteur de recherche (de trains) de la SNCF a sans aucun doute un « rôle structurant » puisqu’il appartient à une société en état de monopole.

    J’ai hâte que d’autres sociétés de transport leur demandent d’être également affichées sur la page de resultat en vertu de la « Loi Google »…

    1. Caton

      Ils font déjà beaucoup pour nous faire préférer l’automobile, mais des liens vers des sites de covoiturage seraient effectivement les bienvenus…

      1. bob razovski

        vers LEUR site de covoiturage alors… Parce que les autres ne sont certainement pas bisous. Dans le doute, l’état s’occupera d’eux 😉

  12. Adrien

    Et en parlant des dimanches travaillés pour relancer la croissance, les édiles agglomérés de par chez moi se félicitent et se remercient à coup de longs articles de presse d’avoir réussi, après de nombreuses réunions et autres à-côtés non détaillés, à trouver « un compromis équitable pour tout le monde » à raison de… 5 dimanches travaillés par an. Techniquement c’est même moins que ça, puisque c’est 3 jours fériés et 2 dimanches en décembre, mais on va dire que ça donne 5 ouvertures exceptionnelles.

    Bien que la fameuse loi Macron soit encore en débat parlementaire, et donc pas applicable en l’état, on constate que la situation est tout à fait normale : le gouvernement PS libère les énergies à coup de dimanches travaillés (5 de droit pour les commerçants selon la formulation actuelle du texte et jusqu’à 12 si accords locaux et zones très touristiques et contreparties multiples pour le salarié), mais l’agglo PS fait tout à son niveau pour en réduire la portée localement, tout en répétant à qui veut l’entendre qu’elle « limite la casse » en « pensant d’abord aux salariés et à leurs familles ». Aucun journaliste n’a, j’imagine, posé de questions gênantes.

  13. Ben Oui

    Ce qui me fait vraiment de plus en plus peur, c’est les conceptions déphasées et sans complexe de nos élus, d’imposer un point de vu flou dans une loi opaque.

    J’imagine déjà la boîte noir orange en direct sur France TV, à l’heure d’une grande écoute, le parfeu OpenOffice en mode Off et l’interlude inopérant… La loi du renseignement en direct comme si vous y étiez…

    Un c’ptain de pédalo qui remorque la France, c’est le surplace d’une décharge à ciel ouvert. Même les mulots n’ont plus rien à cliquer… Alors google n’aura bientôt plus grand-chose à indexer, et les pingouins chantaient et les pingouins chantaient, un truc qui me colle encore au cœur et au corps : Dadvsi c’est fini, et dire que c’était sa première connerie…

    J’ai toujours voulu savoir ce qu’il y avait après la mort, maintenant je sais…une puanteur qui s’appelle France. Ce pays était foutu, maintenant il pue dans la déconnexion très avancée. Les Chinois doivent se marrer…

    Et merci au h16 qui corrige souvent mes fautes…

    1. Bonsaï

      C’est chou … de savoir dire merci comme ça !
      Vous avez des nouvelles recrues qui tiennent un peu la route question culture et qui ont des manières. Et souvent une écriture bien élégante, pour ne rien gâcher.
      Et de l’humour, n’oublions surtout pas de rigoler, c’est bon pour la santé !
      Mais vous les méritez bien, cher H16.

  14. theo31

    Google est un sacré détecteur de très gros cons franchouilles voulant tous êtres chefs d’escadrille. S’ils pouvaient finir comme Randy Rhoads, ils deviendraient des bienfaiteurs de l’humanité.

    1. Vodkaman

      sauf que pour RR, ce fut une vraie perte pour la musique et les guitar heroes.
      pour nos fails maker qui tiennent lieu de deputasses et senilateurs, je suis pas certain de verser la moindre larme.

  15. cretinusalpestris

    « Tout exploitant d’un moteur de recherche susceptible, compte tenu de son audience, d’avoir un effet structurant sur le fonctionnement de l’économie numérique. »

    Je vous présente donc le susceptibilomètre.

    C’est un appareil qui permet de mesurer scientifiquement le degré de susceptibilité d’un moteur de recherche à produire un effet structurant.

    L’unité de mesure est le « flan ».

    Généralement, on parle de « kiloflan » ou de « megaflan. »

    Dans le cas de Google, le Gouvernement a pu mesurer des valeurs supérieures à 37 megaflans.

    Quand même.

    Le seuil de tolérance est donc dépassé.

    Il fallait effectivement faire quelque chose.

    1. Je crois me rappeler qu’il y avait eu des poussées subites à près de 38 mégaflans il y a quelques temps… Quant à Facebook et Amazon, ils atteignent aussi les sommets respectifs de 28 mégaflans pour le réseau social et 44 mégaflans pour la libraire en ligne sur leurs domaines respectifs (les images de chatons et les livres de Marc Lévy).

      1. royaumont

        🙂

        Comme la mesure se fait selon la technique dite hydro-digitale, il faudrait fournir les décimales pour compenser l’incertitude sur les unités.

          1. Popeye

            on donc la méthode hydro-dactyle, dont l’unité de mesure est la Lusch.
            Toutefois, certains préfèrent recourir à la nosimétrie.

            1. jmathiez

              Popeye peut aussi proposer la mesure d’énergie en « e-pinard »,
              ça envoie du flan,
              avec une game chromatique,
              c’est vert, c’est rouge, c’est blanc…

      2. Alzheimer

        Il y a même eu Rocard, maire de Con-flan (s Ste Honorine)… C’est dire si les ordres de grandeur de cette unité peuvent atteindre des niveaux de plus haute magnitude.

    1. David

      L’Etat français de plus en plus rapace, repousse toujours plus loin les limites du racket ; à quand la confiscation du fonds de roulement des entreprises privées pour assurer le train de vie de l’Etat ?!??

  16. bibi

    « Tout candidat à une élection susceptible, compte tenu de son audience, d’avoir un effet structurant sur les résultats du vote (…) met à disposition de l’électeur, sur tout support de promotion, pour chacune de ses propositions au moins trois autres propositions de ses adversaires »

    Cette grande avancé démocratique permettra d’éclairer l’électeur sur son choix et cela d’autant plus qu’il ne sera pas interdit pour chaque candidat de lister dans les contre-propositions plusieurs propositions contradictoires du même candidat.

  17. albundy17

    ça va être drôle quand, comme j’ai lu je ne sais plus ou, renault et peugeot vont devoir coller les sigles de mercedes, toyota et lada sur le capot :mrgreen:

  18. Karamba!

    Pour résumer : nos socialistes sont à la rue, ils leur faut du pognon. Google en a plein, comment le leur piquer? En inventant des arnaques à base d’arguments bidons dignes de la lotion qui fait repousser les cheveux. Hélas cette combine ne fonctionne qu’en France.

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Ni plus ni moins que du racket mafieux de bas étage, en effet.
      Les entreprises soit disant « lésées » ne verront jamais un centime de l’amende de toute façon.

      1. bob razovski

        Même principe que pour les amendes salées pour ententes illicites.

        J’ai d’ailleurs toujours pensé que l’état était le principal acteur là dedans, genre :

        « je vous laisse ramasser du cash pendant 3 ans sur le dos de vos cilents mais ensuite, vous me reverserez une petite amende pour mes faux-frais »

        Et les clients ne voient jamais trace d’un quelconque remboursement…

  19. yoananda

    Ne s’agirait-il tout simplement pas d’une stratégie de racket fiscale toute banale, comme il se pratique tous les jours en France…
    La plupart des impôts / taxes / amendes crées ne servent plus l’intérêt général depuis bien longtemps, mais sont la seulement pour renflouer les caisses de l’état qui dépense à qui mieux mieux afin de s’assurer la fidélité de sa vaste clientèle …

    Non ?

      1. yoananda

        tant qu’on y est, je vous invites (je vous supplie même ! lol) de regarder cette vidéo :
        https://www.youtube.com/watch?v=KaG4GAHtVi8

        « pourquoi la révolte fiscale n’aura pas lieu ».
        Elle explique les stratégies de l’état pour nous spolier, et, pourquoi tout ceci fonctionne très bien et n’est pas prêt de s’arrêter.
        La pression fiscale a été multipliée par 9 (je ne sais plus depuis quelle époque) et avec moins de révoltes !

        ça devrait beaucoup vous intéresser car on est en plein au coeur de la machine que vous dénoncez jours après jours, et ça devrait vous permettre de comprendre plusieurs choses.

    1. Flash

      yaka prendre l’argent là où il est pour résoudre les problèmes.
      En Suisse, en Allemagne, auprès de Google ! Piquons leurs sous, ça nous évitera d’avoir à produire des richesses nous-mêmes !

      1. Bonsaï

        Oui, oui, en Allemagne c’est une excellente idée. Il y a de quoi de faire, ils sont assez fourmis – contrairement à vous autres, petites cigales françaises !
        Par contre, oubliez la Suisse. Il n’y a rien, nada. Que des pâturages à brouter …

  20. Kloupa

    S’ils n’en veulent, les sénateurs, comme tout autre internaute, peuvent aller voir ailleurs que sur Google, et si leur loi par tracasserie faisait fuir Google hors de France, qu’est-ce qu’auront gagner ces politiques, sinon le ridicule et une perte économique pour leur pays?

  21. Val

    Toutes ces comportements semblent délirants de prime abord. Surtout de la part de l’état qui adore le monopole quand il le contrôle et le ponctionne (taxis , ed nat , sncf, edf, FT, Free, … ) . Bien sûr l’état exècre ceux qui ont des positions dominantes et qui ne lui doivent rien . (Amazon , Google … ) .
    Comme d’hab , faites ce que je dis mais pas ce que je fais .
    Petit exemple : l’etat crie comme un orfraie contre les remontées de dividendes, mais par contre quand la remontée de dividendes est dans sa poche , silence radio … (cf EDf ) .
    Ce qui est exaspérant, c’est qu’ils se fatiguent à « faire de la pédagogie » comme ils disent , ajoutant ainsi du foutage de gueule à l’escroquerie ….

    1. royaumont

      Oui, il semble d’ailleurs que plus l’état est présent au capital, plus les dividendes sont élevés. L’étude avait été faite, je crois sur le CAC40. Ce qui n’interdit en rien de dénoncer ces salops d’actionnaires qui font de l’argent sur le dos des pauvres travailleurs exploités. (j’ai bien retenu mon petit bolchevik illustré, hein).

      j’aime beaucoup aussi l’emploi de « pédagogie » comme élément de langage, plutôt que débat, discussion, dialogue ou simplement explication.
      La pédagogie est en effet un rapport de maître à élève, d’adulte à enfant, de celui qui sait vers celui qui ignore. C’est asymétrique et signifie que l’un n’a rien à apprendre de l’autre. C’est très symptomatique du complexe de supériorité, pour ne pas dire de l’arrogance et de la suffisance de ceux qui nous dirigent.

  22. Jules

    Comme c’est amusant, j’ai eu une discussion sur le sujet avec des amis hier.
    J’étais le seul à trouver tout à fait normal et légitime que Google favorise ses services dans les résultat de recherche.
    On ne reproche pas à un supermarché de mettre en avant les marques distributeurs sur lesquels il fait le plus de marge ou de faire payer un emplacement en tête de gondole.
    De plus Google a « l’honnêteté » d’afficher les mots « Annonce » ou « Lien sponsorisé » sur les liens mis en avant lorsqu’il s’agit de lien commerciaux ou de service Google.
    Bref, comme d’habitude plutôt que de s’inspirer d’un super business modèle, on lui reproche l’irréprochable.
    Cependant, il ne faut pas se leurrer, l’état salive face au sous-sous du géant américain. Il s’agit simplement d’une tentative de racket, ni plus ni moins.

  23. john

    Entierement d’accord avec le billet.
    Encore un projet de loi débile.

    Au sujet de microsoft, la résistence était en train de s’organiser. Microsoft était en train de devenir le méchant et certains (comme moi) boycottait tout matériel dépourvu de drivers linux et favorisait systematiquement ce qui n’était pas microsoft. Pas parce que Microsoft fasait mal son boulot, mais simplement pour des questions de liberté de choix.
    Par ailleurs, Apple était déjà en train de grignoter considérablement le marché du personnal commputer aux US (et le reste aurait suivi).

    Il se trouve qu’effectivement les appareils mobiles, et Android avec eux, ont tout emporté et que le monopole de microsoft est presque devenu sa faiblesse : ils avaient tout à perdre ! Ce qui les a retardé.

    Mais sans l’évolution mobile, et sans les lois débiles, je suis convaincu qu’assez vite beaucoup de Geeks, en tant que leaders d’opinion dans les choix de Madame Michu auraient fini par imposer une alternative au tout Microsoft. Et assez rapidement, je pense.

  24. Golum

    Bon, c’est decidé. Cette annee je vais demander sur mon IR comment l’on peut faire pour gagner sa vie en France. Non, parceque là, il doit y avoir un truc, que je ne comprends pas dans le systeme. Je dois etre con. Forcement !

  25. lxy

    A propos de Microsoft…qui vient de fêter ses 40 ans, en 1975 c’est Ibm qui dominait de façon écrasante le marché mondial de l’informatique, personne n’aurait pu imaginer qu’il serait un jour déboulonné. C’est Ibm qui a mis le pied à l’étrier de Microsoft qui aujourd’hui domine le marché mondial de l’informatique
    professionnelle (et aussi personnelle). Le CA de son dernier trimestre a encore augmenté de 6% sur l’année précédente. La capitalisation boursière de Qualcomm qui a moins de 30 ans dépasse celle de Intel. Celle de Apple est la plus forte de toutes les société cotées américaines….et mondiales. Google a 15 ans.
    En 40 ans notre monde a connu une révolution technologique sans précédent impulsée par moins d’une dizaine d’Entrepreneurs: Bill Gates, Steve Jobs, Andrew Grove (Intel), Ken Thomson, Dennis Ritchie (Unix au coeur de Android, Apple Ios et Macintosh), Larry Page, Sergei Brin(Google), Jacobs,Viterbi (Qualcomm),Brendan Eich (Javascript),

      1. lxy

        @Caton : Allison ? chacun peut ajouter qui bon lui semble dans cette liste, mais son impact sur le citoyen mondial de base me semble moins évident. En d’autre termes ceux que j’ai cité sont « utilisés par » ou « utiles à » des milliards d’individus dans le monde, quotidiennement.
        Pour Thomson et Ritchie, vous avez bien entendu raison, mais je ne limite pas le terme Entrepreneur à « patron », un Entrepreneur (avec un E) c’est quelqu’un qui entreprend, qui innove, qui découvre et qui par son action fait fait bouger le monde : Einstein ou Colomb sont dans ce sens des Entrepreneurs.Le génial système Unix inventé par ces deux-là est certainement le système informatique le plus répandu au monde, sous ses différentes variantes : PC, serveurs, smartphones, macintoshs …et une foule d’automatismes industriels…
        L’idée était évidemment de souligner que pendant que nos sénateurs devisent sur le sexe des anges des Entrepreneurs, tous américains notons-le, refaçonnent notre monde « volens nolens ».

  26. Qs

    Je ne reviens pas sur l’imbécilité du projet de nos très chers sénateurs.
    Je suis surpris par le deux poids, deux mesures qui ressort de la lecture de certains commentaires ici et ailleurs (et peut être même de l’article d’H16. On sent comme une légère animosité envers MS, non?).
    D’un coté: Microsoft fin 90 et ses environs 90% de part de marché utilisées abusivement (?) pour pousser Internet Explorer et autres. Saloprilopette, voilà un bien vilain Microsoft. Il faut le punir, le démanteler, le taxer, le pruner et, surtout, surtout le boycotter. Vive OS X, vive Linux, à bas l’abominable Windows.
    De l’autre côté: Google en 2015 et ses 90% de part de marché (en EU, un peu moins aux US) utilisées abusivement (?) pour pousser Google Maps et autres. Ne faut-il pas le punir, le taxer, etc? Surtout pas! Google est gentil. D’ailleurs, il affiche pleins de chatons mignons si on lui demande.
    Tout cela est parfaitement logique.
    PS: H16, ce n’est pas « iOs » mais « iOS ».

    1. Caton

      Microsoft, Apple, Google, IBM, Intel, etc., tous essayent ou ont essayé de « capturer » leurs clients dans un écosystème fermé. C’est une stratégie commerciale courante, légale, et morale, mais il faut être con pour se laisser piéger.

      Microsoft a surtout été attaqué parce que M. Jobs était un excellent communiquant: il a réussi à faire croire à une majorité d’utilisateurs que Microsoft les avait copiés, alors que tous deux avaient copié sur Xerox. Mais peu de non-informaticiens ont entendu parler du PARC.

      1. Christophe de Dinechin

        Regardez la demo du Xerox Star, et vous verrez que votre argument (utilisé par Bill Gates puis MS) est faux. Xerox a certes inventé l’écran bitmap, la souris, Ethernet et le WYSIWYG. Leurs produits avaient un OS multi-tâche, pas d’application tierces mais un système centré sur les documents, un système de menus compliqué. Et ca coûtait $75000.

        Jobs a décidé qu’il pouvaot vendre la même chose pour M. Toulemonde, conçu pour des applis tierces comme l’Apple II, et pour moins de $5000. Ce qui supposait de travailler avec des partenaires dans le soft. Et donc Microsoft a eu un accès sous NDA au Mac pour porter leurs softs. Ils ont porté leurs softs, mais aussi crée une pâle copie du premier MacOS avec Windows.

        Windows a copié le Mac et pas l’Alto ou le Star, à la fois technologiquement et en choix de cible de marché, parce que c’est ce qu’ils avaient dans leurs bureaux. Et parce que le vrai marché était pour les machines pas chères et ouvertes aux tiers. Quelques points qui le prouvent où Windows fait comme le Mac mais pas comme Xerox: utilisation de Pascal puis C comme langage, event loop, multitâche coopératif, menus, gestion de fichiers, notion d’application et de documents, système de « resources », agencement des fenêtres, ascenseurs, copier-coller (Xerox avait une touche de clavier spécifique), etc

    2. Calvin, 8 ans

      Non, il ne faut pas le voir comme cela.
      Microsoft a juste surfé sur une vague.
      Il y a quand même une différence : on achète un produit Microsoft que l’on installe sur un ordinateur. Google, on n’achète rien et on n’installe rien, mais il faut qu’ils payent…

      1. Qs

        So what? Gratuit / payant ca change quoi au débat? Dans les deux cas, il y a domination du marché et utilisation de cette position à son avantage (et je ne dis pas que c’est mal). Pourquoi Microsoft est le vilain petit canard et Google l’oie blanche dans ce contexte?
        De toute façon, little Calvin vous êtes né après la sortie de l’iPhone, vous ne pouvez pas comprendre! Je suis malheureusment de l’ère près Angry Bird…

        1. Caton

          Dans un cas, je connais le prix à l’avance. Dans l’autre pas. Mais il faut être stupide ou socialiste pour ne pas comprendre qu’il faudra bien payer à un moment.

        2. gameover

          Il faut dire que µSoft s’est fait taper sur les doigts surtout à cause de son IE qui s’installait par défaut sur les PC sous windows sans même poser la question et la désinstalation était (et est toujours) merdique : il reste parfois des requêtes qui lancent IE même quand il est désinstallé.

          C’est un peu comme si votre voiture était livrée avec un embout de remplissage de réservoir valable uniquement chez Esso… la voiture refusant d’aller ailleurs.

          1. ironbooboo

            Le respect du consommateur est un concept avec lequel microsoft a toujours eu du mal et malheureusement pour eux ils n’ont pas l’air de comprendre que nous ne sommes pas obligés d’acheter leurs bidules.

            Voir les annonces de départ autour de leur dernière console de jeux : internet obligatoire, caméras/micros obligatoires, pas d’occasions, DRM etc etc … Même les développeurs se plaignent des contraintes.

            Ils ont voulu dépouiller les consommateurs de certaines libertés pour mieux les faire cracher au bassinet. Et évidemment quand ils ont vu que personne n’avait l’intention d’acheter leur produit en l’état ils ont rétropédaler à plein régime sur le thème « on écoute les retours de la clientèle » et se sont aligner sur Sony en dernière minute.

            IE ça partait de la même logique idiote.
            On est leader sur un marché avec assez peu de concurrence, le quidam n’entend pas grand chose à ces questions car il est peu au fait de la technique, notre entreprise a relativement bonne presse : profitons en pour placer nos produits quitte à utiliser un peu la contrainte, au pire s’il y a trop de mécontents on fera une mise à jour en disant qu’on est à l’écoute …

            Pour moi microsoft, même s’ils sortent des produits relativement corrects, c’est l’archétype de l’entreprise qui se fout du monde. Ils ont souvent des façons de faire dont on se passerait bien.

            1. « nous ne sommes pas obligés d’acheter leurs bidules »
              « Ils ont souvent des façons de faire dont on se passerait bien. »

              Hum. Je vois qu’on a une description du problème et de sa solution. Pourquoi râler ?

              1. ironbooboo

                Les produits sont bons, accessibles et efficaces pour l’usage que j’en ai. Pour ça je suis satisfait de microsoft.

                Maintenant le problème c’est qu’ils font clairement des coups en loucedé. Dès qu’il s’agit de choses un peu techniques qui n’intéressent pas l’usager lambda ou n’impactent pas sa façon d’utiliser leurs produits ils n’hésitent pas à faire des choses qui seraient tout à fait mal perçue si la majorité de la clientèle le savait. Comme pour le mouchard sous xp mettons (que j’ai découvert 6 mois après l’avoir acheté).

                Pour moi c’est le même genre d’arnaque que le garagiste qui change des pièces en bon état parce que le client est un petit vieux et qu’il n’y connait strictement rien en mécanique. C’est de la fumisterie, quand bien même les pièces de remplacement seraient bonnes. Quand à passer à la concurrence encore faut-il se rendre compte qu’on se fait blouser et c’est tout le problème avec l’informatique : les 3/4 des usagers n’y connaissent rien ou pas grand chose et découvrent l’envers de la médaille des mois après avoir fait leurs achats …
                Et ils sont une tripotée d’acteurs de ce marché à bien profiter des lacunes de leurs clients sur le sujet.

                Je râle parce que je déteste avoir des surprises 🙂
                Je n’en veux pas à microsoft (d’une façon générale je suis plutôt un client satisfait) j’aurais juste aimé être informé de ce que j’ai acheté.

                1. « découvrent l’envers de la médaille des mois après avoir fait leurs achats »
                  … mais continuent d’acheter M$

                  Conclusion ?

                  1. ironbooboo

                    « … mais continuent d’acheter M$ »

                    Que vous dites. Le lancement de leur dernière console de salon semble prouver le contraire.
                    Microsoft : bons produits, mauvaises intentions.
                    On voit surtout le produit, mais quand le public comprend correctement les intentions derrières certaines stratégies commerciales, ils y vont, à la concurrence et vite encore.

                    Et même pour ceux qui restent clients, est-ce parce qu’ils sont content de microsoft ou qu’ils n’ont pas envie d’apprendre à utiliser un nouvel OS ou de devoir racheter le matériel compatible ?
                    Mon père m’avait fait installer linux sur son poste, il est vite revenu à windows. C’est à dire que ça lui a pris 3 ans pour apprendre à s’en servir à peu près correctement, il n’a pas envie de reprendre de 0 et passer des heures à rechercher les fonctionnalités qu’il avait sous xp.

                    Et c’est toujours la même chose; par exemple pour se rendre compte qu’ils refourguaient IE presque de force, encore fallait-il essayer de le désinstaller. Ceux qui ne l’ont pas fait ne s’en sont pas plaint, si vous voyez où je veux en venir. Quelqu’un qui n’a jamais été conscient des mouchards de windows peut-il s’en plaindre ? Le petit vieux qui retourne dans le même garage depuis 10 ans sans remarquer qu’on lui change n’importe quoi sur sa voiture trouve surement que son mécano est tip top, ce n’est pas pour autant que c’est vrai.

    3. bob razovski

      @Qs :
      Le « deux poids deux mesures » ne vient-il pas aussi d’une certaine maturité du consommateur alliée à une meilleure connaissance du marché ?

      Se lancer dans un conflit anti MS a-t-il été vraiment utile ? Les tartines législatives anti IE ont-elles eu plus d’impact sur le marché qu’une prise de conscience des internautes par eux-même ?

      Y’a-t-il vraiment un intérêt autre que politico-franco-récupérateur à recréer cette situation en se lançant dans une géguerre avec google ?

      je pense qu’aujourd’hui, les personnes touchées directement par google se foutent du tiers comme du quart de ce qui se passe dans la caboche de ces ânes de sénateurs. Ils utilisent google en toute connaissance de cause,comme ceux qui utilisent IE.

  27. Calvin, 8 ans

    Gros HS, désolé…
    J’ai entendu « pleurer » Hulot, à la radio « Luxembourgeoise », sur le climat, la fin du monde, etc.
    En plus des gros mensonges, j’ai remarqué que le tribun utilise la peur de l’invasion des réfugiés climatiques.
    En gros, les Verts sont en train de recycler le discours de l’ExtD en remplaçant dans le slogan « non à l’immigration africaine » le mot africaine par climatique.
    Bande d’hypocrites.

    1. bibi

      Il recycle le discours du parti communiste, mais vous êtes trop jeunes par avoir connu le discours anti-immigré du PCF qui voyait en lui un ennemi du travailleur national par la pression qu’il exerce à la baisse sur les salaires.
      Si on surnomme les escrolos les pastèques c’est parce qu’ils sont rouges et c’est du rouge qui tache, même si ils vous diront que le picrate est un poison au même titre que le CO2.

  28. guillaumebougard

    Les Chinois ont parfaitement reussi a bloquer Google, Gmail. Youtube, Facebook, Twitter, etc… J’y etais il y a quelques mois et meme avec un VPN, ca ne marchait pas. Impossible de consulter mes mails, etc… Pas de taf possible. POar contre les copies chinoises de Google, FB, etc… Weibo, etc… fonctionnent parfaitement, curieux non?

    Tout ca pour dire que contrairement a ce que vous indiquez, si la France le voulait vraiment, elle embaucherait 100,000 cyber flics pour etablir une muraille (de Chine) et empecher les contenus indesirables. On aurait Facelivre, Froogle, et autres copies Merde In France a la place.

    L’enfer est toujours possible. Il existe deja.

    1. Oui mais non. La Chine n’a jamais laissé prospérer internet et a toujours contrôlé chacun des points d’entrée du réseau mondial chez eux. L’Etat français a commencé à se réveiller et montrer des velléités de contrôle alors qu’il y avait déjà des douzaines de points d’accès, de FAI et de moyens alternatifs pour se connecter. Si l’on ajoute les frontières qui sont – jusqu’à preuve du contraire – totalement perméables aux ondes radios (et donc aux connexions sauvages), contrôler tous ces points, ici et maintenant, s’avère physiquement impossible. La France est un pays bien plus petit que la Chine et qui a eu internet plus tôt et plus profondément bien plus vite qu’elle. C’est ce qui nous sauve.

      1. bibi

        Que c’est-il passé en 1945 quand fut instauré le monopole d’état de la radiodiffusion et de la télévision?
        Des radios émettaient sur le territoire national depuis l’étranger.
        Radio Luxembourg (futur RTL)
        Radio Monte-Carlo (RMC)
        Radio Andorre (futur Sud Radio)
        Europe N°1 depuis l’Allemagne.

        Donc croire qu’aujourd’hui l’état français pourrait contrôler internet c’est juste pas crédible, et de toute façon il est préférable pour les hommes de l’état de réaliser une surveillance de masse des actions de ses « citoyens » que de vouloir filtrer son contenu et prendre le risque d’avoir une part non négligeable de la population échappant au radar.

    2. Dr Slump

      Oui, j’ai même entendu un jour un journaliste gouvernemental déclarer que l’affreux Internet qui part dans tous les sens, ça se régule, la preuve, la Chine y arrive bien! Vous savez, ce cuistre avec sa sempiternelle écharpe rouge… le genre qui vit avec des références de bobos parisiens du 19ème siècle, et qui devrait y être envoyé.

  29. ironbooboo

    Je suppose que « l’audience » nécessaire pour être déclaré « structurant » est laissé à l’appréciation du législateur.
    Qu’une loi soit idiote n’est pas suffisant, il faut aussi qu’elle soit mal torchée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.