En France, Christophe Barbier aime tendrement l’internet chinois

Ce vendredi 3 janvier, un éditorialiste très médiatique a ouvertement déclaré souhaiter un contrôle d’internet à la mesure de ce qui se pratique dans la plus grande dictature communiste de la planète. Tout va bien, c’était en France. Et ça se reproduira.

Tout se passe donc au cours d’une émission de la radio RMC, dans laquelle le débat tourne, pour changer, sur les frasques culino-provocatrices d’un humoriste douteux dont l’intérêt se borne à fournir à une gauche en désarroi un excellent sujet d’occupation pendant que le pays s’enfonce dans la médiocrité généralisée. Au cours de cette émission se pose évidemment la question de savoir comment museler l’enquiquinant trublion. En effet, dans une démocratie qui se respecte, dès qu’une opinion, un geste ou une parole froissent, les journalistes, les éditorialistes, les philosophes, les sociologues et autres psychologues d’État montent au créneau pour défendre le droit d’empêcher les crime-pensées de s’exprimer.

christophe barbier aime tendrement christophe barbierEt il n’y a pas plus bruyant défenseur du Droit à Museler Les Méchants Penseurs que ces chroniqueurs mondains acoquinés depuis bien longtemps avec le pouvoir, baignant dans le capitalisme de connivence en frétillant de l’arrière-train avec délectation, au premier rang desquels on trouve bien sûr Christophe Barbier, responsable (mais pas coupable, bien évidemment) de la rédaction de l’Express, et dont la capacité d’analyse parvient difficilement à égaler celle du mouton qui fournit, jadis, la laine dont est faite son inséparable écharpe rouge, devenue marque déposée d’un boboïsme populaire en carton.

Il fallait s’y attendre en invitant ce poseur écharpé : dès lors que fut abordée la question d’un contrôle sur internet, notre fier éditorialiste, se dressant comme un seul homoncule, ne put s’empêcher d’éructer la première idiotie qui lui passa par son yaourt intracrânien. À chaque vilénie proférée sur les ondes ou dans un spectacle, la Justice devrait faire son travail, morbleu ! Peu importe que cela soit déjà le cas, peu importe que cela n’ait aucun effet tangible, la Justice doit passer, deux fois et avec de beaucoup de sauce, s’il le faut !

Mais surtout, si les propos sont tenus sur Internet, qu’ils soient poursuivis, qu’ils soient contrôlés ! Et puis d’abord, le brave Christophe nous l’explique sans frémir,

« Internet n’est pas un no man’s land, on peut combattre juridiquement ceux qui violent la loi. »

Ce qui est parfaitement exact : toutes les lois actuellement en vigueur suffisent amplement à poursuivre le petit internaute qui viendrait à déraper, à tenir des propos nauséabonds, à faire preuve d’incitation à des comportements que la morale républicaine et du vivrensemble réprouve pénalement, bref, à bouter le racisme, la xénophobie hors de nos frontières numériques.

Mais si tout ceci existe, si tout ceci est possible, et si, d’après Barbier, il faut poursuivre, poursuivre, poursuivre, cela ne suffit pas. Alors même qu’il vient de déclarer qu’Internet n’est pas un no man’s land, et avec cet élan que seuls les caddies de supermarché pleins et sans freins accumulent lorsqu’une descente trop raide les mènent au parking où ils viendront s’encastrer contre une voiture mal garée, il poursuit en déclarant tout de go, je cite :

« Internet est un champ d’impunité parce que ça explose dans tous les sens. »

Vous le voyez, le petit caddie plein de victuailles qui a pris trop de vitesse et s’enfonce dans une colonne en béton ? C’est Christophe qui, emporté dans son élan, se contredit en 5 secondes montre en main. Un coup, l’internet n’est pas un no man’s land, un coup, c’est un champ d’impunité. Mais le micro est toujours branché. Le caddie a encore de l’énergie, l’inertie n’est pas épuisée et l’analyse n’est pas finie. Barbier continue donc, sans fléchir :

« Ca se régule, aussi, internet. Entre nous, les Chinois, ils y arrivent bien. Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort, aussi, de faire respecter la loi sur internet, sinon, ce sera dictature ou dictature. »

saperlipopette !Oui, vous avez bien lu et non, je n’ai rien inventé : au milieu de ce déferlement de conneries consternantes dans lequel on apprend qu’une démocratie doit se hisser au niveau d’une dictature (oui oui), on retiendra qu’un éditorialiste français réclame en trépignant et en s’agitant devant un micro d’une radio assez populaire que l’internet français soit mis en coupe réglée comme l’est celui des Chinois.

Je passe bien sûr sur l’incompétence ridicule du pauvret qui ne comprendra jamais la différence fondamentale entre l’internet installé en France, qui ne pourrait disposer que de filtrage a posteriori tant l’infrastructure fut au départ montée sans le moindre épurateur lorsqu’il se déploya, lentement, dès les années 90, et celui des Chinois qui fut dès le départ concentré et limité puisque sous la responsabilité d’entreprises d’État ; finalement, il ne s’agit pas d’une question technique même si les obstacles à la réalisation du rêve humide de Barbier promettent quelques moments de rigolisme hadopitoyable.

En revanche, il me sera difficile de passer sur l’appel même pas voilé à la censure et à la restriction la plus drastique de l’expression politique sur internet (ou partout ailleurs du reste). Barbier prend ici la dictature communiste chinoise comme mètre-étalon de ce qu’il faudrait réaliser pour venir à bout des méchants qui ne pensent pas droit comme il faut. Si l’on peut se réjouir qu’il n’ait pas pris, avec un peu de cynisme, les États-Unis comme exemple, se rend-il seulement compte que c’est avec ce genre de saillies, ce genre de raisonnements calamiteux que les plus solides dictatures, les fascismes les plus durables se sont installés ? Se rend-il compte que cette pensée ne lui a pas échappé par hasard d’une bouche qui se gargarise d’habitude de liberté d’expression et de grandiloquence journalistique ? Se rend-il compte qu’il donne ici un boulevard à ceux dont il prétend être l’ennemi ?

cat facepalm

Parallèlement, on peut se demander où sont tous les autres journalistes qui sortent du bois en criant au loup à chaque fois qu’un politicien tente de les faire taire ? Où sont les défenseurs insubmersibles de la liberté d’expression lorsqu’il s’agit d’un des leurs qui dit absolument n’importe quoi ? Quels seront les nécessaires Jaurès qui accuseront Barbier d’avoir lâché une énormité de trop ?

Bien sûr, il ne faut pas perdre de vue que Barbier n’est en pratique que l’un de ces petits tâcherons insignifiants d’une presse lourdement subventionnée, elle-même plus qu’un vague rouage de la transmission démocratique et républicaine du message officiel de bienpensance des élites.

Mais ce que les petites éructations bilieuses de l’éditorialiste montrent surtout, c’est que la pensée même d’une censure et d’un filtrage internet à la mode chinoise n’est absolument plus taboue pour ces gens qui entendent former l’opinion du peuple. Pour un Barbier qui s’exprime et qui montre l’étendue de l’arrogance de ces gens, combien n’en pensent pas moins et œuvrent effectivement pour qu’il en soit ainsi dans un avenir très proche ?

Fascism : do you think it'll be this obvious ?

—-

Et pour ceux qui n’en croient pas leurs yeux et préfèrent leurs oreilles, voici l’enregistrement correspondant de l’émission.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires182

  1. DoM P

    Si c’est pas terrible, ça… A l’Express, maintenant, on dit : « Si les dictatures y arrivent, il faut que les démocraties fassent l’effort, aussi, de faire respecter la loi sur internet, sinon, ce sera dictature ou dictature. »

    Alors qu’autrefois, Raymond Aron disait : « L’intolérance est une maladie contagieuse car elle contamine toujours ceux qui la combattent »

    Et que Revel disait : « Rappelons-le: dans l’acception du dictionnaire, on est intolérant quand on combat des idées contraires aux siennes par la force, et par des pressions, au lieu de se borner à des arguments. »

    On sent que les années n’ont pas bénéficié aux directeurs de l’Express.

    Hé ! Barbier ! Lis Revel et Aron ! Et ne parle plus avant d’avoir compris !

  2. Nico

    De toute façon les médias, magistrats, hommes politiques et grands patrons rêvent d’une dictature bien pire que les nazis et les communistes réunis.

    Une dictature où la débilité serait la religion (ex. Adoption pour les homosexuels et célibataires …).

  3. Frédérique

    Les paroles de Barbier ne choqueront plus grand monde dans quelques temps . A la vitesse où l’on perd nos libertés en France, il ne faudra pas longtemps pour qu’on regarde la Chine comme un pays où il fait bon vivre.

  4. herviane

    Ce n’est pas la première fois que Barbier parle ainsi. Il y a un an, dans une interview (impossible de me souvenir de laquelle, en cherchant peut-être), il avait déjà dit un truc semblable sur la censure façon « le gars qui sait tout bien a tous les droits pour faire taire les autres et mettre fin à la démocratie ».

  5. El Gringo

    Sur le sujet du méchant Internet qu’il faut absolument réguler, je vous conseille d’écouter une jolie brochette de connards parmi lesquels surnage un connard de compétition: Bertrand Tavernier.

    http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Europe-1-social-club-Frederic-Taddei/Sons/Europe-1-Social-Club-Bertrand-Tavernier-1699075/

    Entre 4:34 et 6:24, ce sont 110 secondes de crétineries ininterrompues.

    Comme Christophe Barbier, Bertrand tavernier porte une écharpe mais la sienne est blanche. Serait-ce un signe?

    la pensée même d’une censure et d’un filtrage internet à la mode chinoise ne sont absolument plus taboue
    la pensée même d’une censure et d’un filtrage internet à la mode chinoise N’EST absolument plus TABOU
    Ta boue, tu la gardes!
    (Désolé pour ce tutoiement intempestif, c’est pour le jeu de mot 😉

  6. fx

    Barbier, Dieudonne, meme combat. Ce sont des clowns avant tout, vivant grassement de la provocation. Dieudonne est plus transparent dans ses biais. Mais c’est Barbier qui vit bien plus aux crochets de la societe, et aux crochets des politiciens. Et auquel on ne coupera donc pas la parole.

    1. DoM P

      Il y a une autre différence entre ces deux-là : L’un ne se cache nullement d’être un clown, bien au contraire, il le revendique. Tandis que l’autre dit des conneries en se cachant derrière un air sérieux.

  7. Dominique

    Je viens d’avoir une petite expérience de la censure Express.
    Sur un article traitant de l’interdiction des spectacles de l’humoriste en question, aux zélateurs qui soutiennent qu’il doit être interdit en raison des insultes qu’il profère je faisais la remarque et posais la question suivante:

    Certaines communautés se trouvent insultées également par certaines caricatures. Elles en demandent l’interdiction. Tout le monde se bat alors pour une certaine liberté d’expression de ces humoristes et c’est bien. Alors ou est l’équilibre du jugement? Quels sont vos critères ?

    A ma surprise, j’ai reçu une reponse du Rédacteur en chef LEXPRESS.fr me disant ceci:

    Votre message a été modéré.
    Les comparaisons douteuses peuvent être très mal prises dans certaines circonstances – et même relever de la diffamation.
    Merci de bien vouloir reformuler votre commentaire en ce sens.
    Eric Mettout

    A mon sens la comparaison n’est pas douteuse puisque j’essaye de comprendre pourquoi 2 formes d’expressions sont considerées soit comme insultes soit comme humour selon ou on se place et me demande comment en tirer des conclusion sur l’exercice de la liberté d’expression…

    Le sieur me répond ensuite:

    Entre un magazine qui moque le prophète d’une religion (et en stigmatise les fanatiques) et un « comique » qui regrette que parmi les 6 millions de juifs gazés pendant la 2e guerre mondiale (gazage qu’il nie par ailleurs) ni figure pas un journaliste juif qui n’a pas l’heur de lui plaire? Douteux est encore bien trop faible.

    1) ce n’est pas le propos de ma comparaison;
    2) Il induit qu’une caricature ne peut pas être un insulte même pour des gens modérés;
    3) ce discours me parait absurde.

    Il est possible que ma bêtise m’aveugle mais bon… après quelques recherches je me rends compte que d’autres lecteurs se sont confrontés à son jugement arbitraire. Si c’est ca un journaliste…

    Je lui ai quand même répondu que son raisonnement 2 poids 2 mesures nous conduit à la censure totale et me suis permis de placer le lien youtube sur son directeur Barbier, qui tombe a pic, en ces termes:

    mais c’est sur que quand on a un directeur de la redaction qui souhaite que la France s’aligne sur la censure chinoise, on sait ou on va…

    Merci donc!

    1. Shade

      Pas vraiment étonnant au final; certain lobbys a chouinchouin sont plus efficaces que d’autres (ou offrent un diner annuel de meilleur qualité). Moralité : la bouffe reste le nerf de la guerre : )

      1. Duff

        MMMmmmmmmmmmm mon positionnement perso c’est que ces « associations » sans financement publique mais uniquement de mécènes privés, connus de tous par la transparence, ne tiendraient ni le même discours ni la même posture de juge. Le problème il est là : On a sciemment transformé des associations potentiellement communautariste en lobbys puissants, de notre faute et par notre culture prompt à balancer de l’argent des contribuables par les fenêtres quitte à ce que cela se retourne contre l’intérêt général.

    1. Un peu oui. Dire que Hollande se fiche de la rumeur, ce n’est pas trop dur (c’est évident). Dire que c’est un machiavel mitterrandien, c’est un peu exagéré tout de même.

  8. Cacatoès à crête

    Ce genre de mecs est vraiment gerbant, mais heureusement l’État a toujours eu 20 ans de retard sur la réalité d’Internet. Simple exemple, le fameux Lopsi pour filtrer les sites illégaux par le référencement, comme si les sites vendant des snuff movies étaient listés par les moteurs de recherche ! Le gouvernement est le roi nu et arrogant du célèbre conte, le seul à ne pas se rendre compte que tout le monde se fout de lui comme le bouffon qu’il est.
    C’est le risque qu’on prend quand on se paye la fiole du peuple sur un sujet qu’il maîtrise plus que vous: non seulement la sauce ne prend pas, mais les tranches de saucisson devant les yeux tombent… Tout le monde a compris je pense, qui était vraiment concerné par les «listes noires» de Lopsi…

    P.S «la Chine réussit très bien à filtrer Internet» la bonne blague, les meilleurs hackers du monde sont en Chine, des millions de gens parviennent à en détourner la censure, ce qui est loin de demander une immense maîtrise en informatique d’ailleurs.

    N’empêche, sachant que les 3/4 de ces rigolos n’administrent pas leur compte Twitter eux-mêmes, les voir (essayer de) créer un Net à la chinoise devrait valoir son pesant de cacahuètes…

  9. Deep Turtle

    Pris sur http://www.lexpress.fr/actualite/societe/ce-que-nous-apprend-l-affaire-dieudonne_1313973.html

    « Internet ressemble aujourd’hui à un champ d’impunité, le grand dépotoir libre des haines et des injures. Une quantité infinitésimale est l’objet de poursuites et l’anomie est, de fait, la loi de la Toile. Il en sera ainsi tant que les démocraties ne sauront réguler en amont cette prodigieuse agora, en disciplinant ses membres ou en les empêchant a priori de nuire »

    Par Christophe Barbier, publié le 14/01/2014 à 14:57

Laisser un commentaire