Les Républicains, ou le joli troll de Sarkozy

Effervescence dans tout le pays : l’UMP, probablement fatiguée d’être confondue sans arrêt avec une arme à feu ou une urgence médico-psychologique, a décidé de changer de nom !

On peut comprendre les dirigeants de ce parti politique : ce nom commence à dégager une petite odeur fétide, et comme les couches hygiéniques qui retiennent ce qu’il faut où il faut, mais pas indéfiniment, il devenait indispensable d’en changer. Et pour ceux qui ne sont pas très au fait de la politicaillerie française, rappelons que l’UMP n’est, essentiellement, que le nom de l’ancien RPR (un précédent parti, lui aussi de drouate), fusionné avec Démocratie Libérale et d’autres micro-partis rigolos au début des années 2000 par un Chirac pétillant de sagacité. Après un peu plus de 10 ans dans la vie politique française, le parti change donc encore de patronyme.

Il faut bien ça : la drouate, ce repaire de conservateurs étatistes arc-boutés sur un passé figé, change en effet beaucoup plus souvent de vitrine que la gôche, dépotoir officiel des progressistes et autres forcenés du Changement Maintenant, dont le nom (Parti Socialiste) n’a, lui, pas changé d’un pouce depuis un bon demi-siècle. Que voulez-vous : les progressistes français aiment tendrement leurs habitudes multi-générationnelles alors que les conservateurs français ont la bougeotte. On ne s’étonnera donc pas du pataquès invraisemblable qui s’empare des premiers lorsque les seconds décident de changer le nom d’un parti politique minoritaire, d’autant que son président, Nicolas Sarkozy, a eu un certain culot : il entend l’appeler « Les Républicains » et son logo est déjà prêt !

Une typo s'est glissée dans ce logo. Ami lecteur, sauras-tu la retrouver ?
Une typo s’est glissée dans ce logo. Ami lecteur, sauras-tu la retrouver ?

Quelle audace ! Et surtout, quelle impudence !

En choisissant un tel nom, a-t-il bien mesuré la portée de son acte impertinent ? Morbleu, a-t-il pensé à tous ces gens dont le patronyme familial est, justement « Républicain » et qui se retrouvent ainsi, à leurs corps défendant, horriblement acoquinés avec le parti de l’ex-président, victime d’un abominable amalgame, chose officiellement interdite parce que définitivement pas-Charlie ? Pensez donc ! Jules Républicain, Gérard Républicain ou Régis Républicain (un indécis, sans doute) ne veulent surtout pas être associés avec Les Républicains, parce que c’est sale, c’est honteux d’être répub… Ah non, pardon, c’est parce qu’il est sale d’être dans un parti politique qui se prétend républ… Non plus.

Hum, voilà qui corse l’affaire.

Ah oui, voilà : ce serait parce que ce terme, une fois déposé et pris comme marque et modèle déposé ™ⒸⓇ serait une « appropriation du bien commun », comme si, en quelque sorte, ces salauds de drouate voulaient s’approprier l’air, l’eau et le républicanisme qu’on respire et qu’on boit partout, à chaque seconde de notre vie en France !

C’est intolérable !

Dès lors, comme le souligne avec une lucidité remarquable Christophe Léguevaques, un des avocats portant la plainte, il y a « trouble manifeste » :

« Nous sommes tous républicains de par l’article premier de la Constitution, la France est une République indivisible. Et là, les deux tiers de la population se trouvent exclus ! »

Ben oui, c’est limpide : si le nom était pris par ce parti, ceux qui n’y sont pas encartés s’excluront de fait de cette grande et belle idée, ne participeront pas à la vie républicaine de la société française, et seront donc montrés du doigt, houspillés par le reste de la population et on leur retirera le droit de voter et de payer des impôts, et …

cat wait what

Non, il n’y a pas à dire, voilà un beau (bien que probablement involontaire) trolling de Nicolas Sarkozy. En jouant avec un terme aussi large et fourre-tout, il pensait sans doute élargir son parti d’opposition français. Mais avec les petites éructations de Pierre Laurent, le sénateur communiste (évidemment communiste), son troll est d’autant plus réussi qu’à présent, tous les médias se sont emparés de la micro-affaire pour couvrir l’événement judiciaire : le nom sera-t-il autorisé par la cour ? Fouyaya, fouyaya, épineux problème d’importance capitale dans un pays frais, dispos et en bonne santé, qui devait bien occuper quelques journalistes, avides d’un bon petit papier à l’idée que cette nouvelle marque soit retoquée au grand dam de l’ancien président, et mobiliser un sénateur et une poignée de gogos embrigadés dans cette sombre manipulation politicienne d’un niveau assez consternant.

Las. La justice aura finalement donné gain de cause à Sarkozy et sa fine équipe qui ont donc en définitive le droit d’appeler leur parti Les Républicains™ : le tribunal des référés de Paris a autorisé le nouveau nom et ni le « trouble manifestement illicite », ni le « dommage imminent » invoqués par les plaignants ne sont donc démontrés. Zut, mis à part quelques petits papiers de clôture de l’affaire dans les médias, le feuilleton devrait s’arrêter là. Et encore plus Zut alors, du côté des plaignants, c’est les pleurs et les grincements de dents. Un de leurs avocats estime même rien moins que :

« l’usage du nom “Les Républicains” par un parti quel qu’il soit va très vite poser des problèmes de compétition déloyale, par exemple à l’égard de certains de nos clients. Que vont pouvoir faire les candidats du mouvement Cap 21 de Corinne Lepage ou du MRC face à des candidats qui vont se présenter comme Les Républicains ? »

Effectivement, que faire devant l’arme ultime d’un nom qui fouette l’air comme un coup de sabre laser dans l’eau ? Comment combattre l’hydre de la drouate maintenant protégée par un blase du tonnerre de Brest qui fait de la compèt’ déloyale à Cap21 ou MRC ?

Pour ne pas s’avouer vaincus, les plaignants réfléchissent à faire appel, probablement et malheureusement parce que le ridicule ne tue pas (Corinne Lepage, justement, en étant une preuve vivante) : nos frétillants Républicains pas Républicains™ (mais républicains, hein, oh, attention !) peuvent engager une action sur le fond, le juge de l’urgence n’ayant statué que sur la base du « trouble illicite », non démontré. Ouf, les médias pourront pondre quelques rebondissements dans cette palpitante chronique d’une France apaisée.

Cependant, en toute bonne logique, et en tenant compte aussi bien du programme qui anime les mouvements intestinaux du parti que de son historique extrêmement éclairant, un nom à la fois plus exact et beaucoup plus provocateur aurait été Les Socialistes™.

Moyennant un petit logo ravivant la flamme patriotique, l’ensemble aurait été en parfaite adéquation avec le paysage politique français, dont le spectre n’est plus guère composé que de socialistes plus ou moins musclés de l’interventionnisme étatique. Et puis, question trolling, ça, au moins, ça aurait eu de la gueule…

Le vrai logo des principaux partis politiques français
Le vrai logo des principaux partis politiques français

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires207

  1. Aristarque

    L’ Ex ne doit pas lire ce blog et bien d’autres… Ripoublicains va devenir tendance pour qualifier son mouvement…

  2. Le Gnöme

    Ils commencent à me plaire avec leur république indépassable, bien sous tout rapport et phare du monde civilisé. Il y a des monarchies qui sont bien moins oppressives, moins tatillonnes et où la liberté est un peu plus préservée que dans notre enfer républicain.

  3. Aristarque

    Dans républicain, il y a Caïn, premier criminel humain. Cela pourra servir à des opposants facétieux ou malveillants…

    1. Pheldge

      Oui, et dans « Aristarque » il y a « arque » comme l’ARC de Crozemarie l’impayable ! 🙂 Et aussi dans « Calvin », il y a vin, comme dans « vin des rochers, le velour de l’estomac … » ça fait pas vraiment avancer le débat, même si ça prête à sourire , ô fossile humain ! 🙂 🙂

  4. Aristarque

    Vu la quasi unanimité des Soces a voter les lois liberticides et intrusives, j’aurais écrit la proposition de nom comme :
    Les SoCIAlistes.
    Ça devrait le faire, non???

  5. Calvin

    Attendez, il n’y avait pas un « Parti Républicain », en France, dans les années 90, de drouate, aussi ?
    Cette affaire, et plus encore les plaintes, sont ridicules…

    1. royaumont

      Si, le parti républicain de François Léotard était une composante de l’UDF, union des démocrates français.
      A l’époque, s’approprier les termes républicain ou démocrate n’était pas considéré comme une insulte grave au reste du monde.

      Cette querelle picrocholine illustre parfaitement le niveau navrant de vacuité atteint par le débat politique en France. Il y a 20 ou 30 ans, les politiciens ne rayonnaient certes pas comme des astres de la pensée, mais ils avaient un minimum de sens du ridicule.

      c’est grâce à des indice de ce genre que l’on peut mesurer la dégradation…

  6. Guillaume_rc

    Je me régale à l’avance de la prochaine élection où le FN sera en tête. Tous les soi-disant progressistes ne pourront plus faire appel au Front Républicain ou à l’union des Républicains….
    Rien que pour ça, ça valait le coup de changer le nom du parti soi-disant de Droite.

    1. calc8

      Non, demain, ils parleront d’une seule voix UMPS sous le vocable « l’Union des Socialistes » contre le FN, expression plus proche de la réalité.
      Et vue le nombre de syndicalistes en mal d’élection réussie qui ont rejoint le FN, j’ai vraiment un doute sur le fait que le FN, parti étatiste avec un copier/coller mélanchonesque dit-on sur de nombreux points, soit d’extrême droite.
      Il n’y a plus de droite en France.

    2. infraniouzes

      C’est bien là que le bât blesse: comment appeler maintenant au « vote Républicain » sans faire les choux gras du petit Nicolas ?

      1. albundy17

        C’est ça qui m’a fait rigoler quant sarko a annoncé son projet de changement de nom, il aurait dû le faire en soufflant ensuite dans une langue de belle mère, c’est de niveau

      2. Pat

        Facile : prendre l’autre terme détourné : le « vote Citoyen »… Dans mon dictionnaire, citoyen n’était pas un adjectif, sauf dans un seul cas : le « roi citoyen ».

    3. Zadig

      Effectivement, cette nouvelle appellation va couper l’herbe sous les pieds des socialistes.
      Ils ne pourrons plus utiliser la terminologie qu’ils ont utilisé (abusé !!!) depuis quelques années.
      J’attends leurs nouvelles terminologies avec plaisir.

      1. john

        Je pense que c’était le but.
        Sarkozy a probablement du s’enerver d’entendre les socialistes utiliser ce terme à tout bout de champ.
        Il a fait comme les socialistes de gauche en s’appropriant des terminologies universalistes dont ils ne sont en rien à l’origine et vagues de sens.
        Et comme pour les socialistes, les paroles, les mots, sont à peu près toute la consistance de leur politique, on peut vraiment parler d’un hold-up !
        Là, je dis « bien joué ! »

  7. Aristarque

    Calgon n’étant pas encore intervenu, je me lance :
    Pstt Sine Mélu : Union MP => féminin (genre un pour les altercomprenants) => confonduE.

    1. Calgon

      ahah, désolé, je me suis laissé trop longtemps distraire par les sublimes illustrations de ce rigolo billet …

      Bah, pour ce qu’ont comme valeur les mots utilisés aujourd’hui, les socialo auront qu’à se renommer en Les Démocrates et on aura un truc inédit aux élections : Démocrates contre Républicains … oh, wait !

  8. cretinusalpestris

    A-t-on faire pareil foin lorsque les centristes devinrent le Mouvement Démocrate ?

    Car en France, tous les partis ne sont-ils pas démocrates ?

    Hein ? Oui, euh, ne rentrons pas dans les détails, bref… passons.

    Je pense néanmoins qu’il peut exister des noms encore plus « génériques » que « Républicains », par exemple :

    – Les Politiques
    – Les Elus
    – Les Dirigeants

    Et, allez, soyons fous :

    – Les Français

    Un nom forcément nationaliste dans l’âme et qui provoquerait immédiatement l’apparition du parti opposé, côté gauche :

    – Les Humains

    La globalisation s’opère aussi dans les noms de partis. Dingue, ça !

    1. calc8

      Excellent !
      Ajoutons quelques propositions :

      – Les Gentils (au moins, c’est claire)
      – Le Camp du Bien pour Tous (là aussi)
      – Les Progressistes (pourquoi pour la gauche seulement ?)
      – Les Parisiens (traduit une réalité)
      – Le Pouvoir (là aussi, c’est claire)
      – Les Homo Sapiens (pour gagner les voix des parents 1 et 2 du même genre)
      Enfin,
      – Les Boeufs, Glands, Rouge

      1. gameover

        Je pense que l’on ne va pas tarder à entendre parler des Vrais Républicains.

        Allez, je prends un pari : Valls (ou ses potes) va nous le sortir avant un mois… sinon j’ai un gage…

  9. Nyamba

    On est déjà le 1er avril ?
    Non, c’est vraiment ça qui enflamme les médias cette semaine ? Vous me direz, on s’amuse comme on peut, hein…

    1. Black Mamba

      Tout est bon pour oublier le chômage, les impôts pharaoniques, nos libertés émiettées et jetées aux quatre vents .
      😥

      1. FacePalm

        Je crois que c’est vraiment tout à fait ça!

        Et puis les soces officiels n’ont qu’a se renommer les Démocrates, et comme ça la boucle sera bouclée.

    2. royaumont

      « pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni dé la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. Pour profiter de cette douce liberté, j’annonce un écrit périodique, et, croyant n’aller sur les brisées d’aucun autre, je le nomme Journal inutile. »

      Extrait du mariage de Figaro, écrit en 1783. Rien n’a changé… La presse ne pouvant ou ne voulant parler de rien, elle se rabat sur le vide. Sur ce plan, nos dirigeants sont des sujet de choix.

      1. Quiet Desperation

        Paul Morand avait donné ce nom de « Journal Inutile » au diary de ses dernières années… admirable, au demeurant : évidemment, pas politiquement correct du tout, hein ? mais très grande classe…

        A propos de Républicains, Sarko aurait dû demander à Merkel :

        wikipedia.org/wiki/Les_R%C3%A9publicains_%28parti_allemand%29

    3. Nyamba

      Les journaleux qui traitent de ce passionnant non-sujet doivent être fiers de leur non-travail. C’est sûr, ils vendent du rêve en barre aux enfants qui voudraient devenir grand reporter…

    4. Pheldge

      Comment il est Nyamba ? out famille y envoye à ou sat ou n’a besoin pou fé carry ? zépiss, massalé, safran … mi suppose que nenna bann Sinois où ça vi habite , piment Zinzamb ou dois trouver ! 🙂

      Jepense à ça bicauze je viens de finir un petit « sauté bèf zambérique et sampignons noirs » 🙂

      1. Nyamba

        Ooh, c’est bien aimable de demander ! M’enfin, mouarf, à part les lettres de ma Maman, c’est pas vraiment la fête du slip dans ma boîte aux lettres… Cela étant, je ne cuisine pas créole traditionnel (je mange, c’est pas pareil) ; je déteste laver les marmites pleines d’huile, donc je fais des plats globalement faciles à nettoyer et faisant peu de projections sur les fourneaux !

          1. Nyamba

            Eh bien, je suis en passe de reprendre mes études. Tant que ce n’est pas tamponné par l’université, je considère que rien n’est encore acquis (paperasserie en cours de traitement), mais si tout se passe bien, dans deux mois, je commence une thèse. Ca signifierait un rab d’au moins 3 ans dans le pays ; et ça me placerait en plus sur la shortlist des compétences recherchées pour l’immigration. En attendant, je bosse à mi-temps au labo pour payer les factures, et le reste du temps je fais de la biblio pour mon futur sujet – et de temps en temps, je m’autorise de petites escapades paradisiaques, encore que la météo des dernières semaines favorise largement l’hibernation studieuse !

            1. Quiet Desperation

              Si tu te lances dans les menial tasks, fait gaffe quand même, jeune tortue….

              amazon.com/The-Cleaner-Thriller-Christchurch-Series/dp/1451677790

              1. Nyamba

                Vous m’aviez parlé de Paul Cleave, en effet ! Il est sur ma liste depuis un moment, mais devra encore attendre : ces jours-ci je déguste New Zealand Freshwater Fishes – An Historical and Ecological Biogeography , et j’qavoue que cet ouvrage retient toute mon attention…

        1. Pheldge

          « les marmites pleines d’huile … » faut pas pousser ! 🙂 à part le micro onde, ou la vapeur, la cuisine, ça génère de la vaisselle … un minimum 🙂

          Ceci étant, le poisson à la vapeur, quand tu fais la vaisselle, faut frotter mettre de la Javel souvent !
          L’huile, au moins, ça part avec de l’eau chaude et une goutte de détergent, que c’en est presque « Biau » 🙂

          C’était notre rubrique « femme pratique » aux antipodes 🙂

  10. Pierre

    Je crois que c’est cet article -plus que tous les précédents- qui synthétise et illustre le délabrement, la confusion mentale qui règnent dans ce pays.

    Toutes les bornes, les marqueurs ont été dépassés. Le pipotron, et le nimportnawak-meter ont explosé.

    Pour une fois, je n’ai même plus envie de rire.

    C’est une tragédie.

    1. Laurent

      Rassurons nous un peu : les français, même s’ils restent d’indécrottables veaux, gobent de moins en moins ce qu’on tente de leur faire avaler. La défiance à l’égard des dirigeants n’a jamais été aussi grande et on peut espérer un renouveau. A long terme.
      Très bon article, comme d’hab, avec toute la légèreté nécessaire à une prise de distance sur cette énième mascarade.

      1. Honorbrachios

        « dirigeants n’a jamais été aussi grande et on peut espérer un renouveau »

        mouais…t’en est déjà à l’apero?!
        Parce que la courbe n’est pas à l’amélioration mais à la dégradation…donc oui à un renouveau, mais un renouveau en toujours pire…si si c’est très possible de la part d’un peuple qui a élu cette fine équipe d’abrutis. (d’ailleurs, regarde les « équipes » de réserves : Juliard, kosusco morizet, belkacen, etc…, sont jeunes et pires!)

      2. hugeus

        Ouais, bof…
        J’ai arrêté depuis quelques mois de parler politique avec mes semblables. La frange de la population française tenant à sa liberté est si étroite qu’on a du mal à en croiser un homme libre comme ça dans la vie ! Sauf ici, bien sûr.
        Par contre, quand on ose, connaissant mes idées libertariennes, me faire le couplet constructiviste, je me fâche immédiatement, dans le genre « tes salades de facho, tu trouves un esclave dans ton genre pour les débiter, s’il te plaît ! ». Ca calme bien.

        1. Jeff84

          Pas forcément très productif. Le couplet socialo-constructiviste, j’aurais pu le sortir il y a encore quelques années. Certains ne croient au socialisme que par l’endoctrinement, et sont capables, avec les bonnes incitations, de sortir de l’ornière. C’est rare, mais ça existe.

          1. john

            Je trouve que globalement les gens sont fondamentalement libéraux, y compris ceux qui se dient à bien gauche.
            Mais en revanche dès qu’on parle politique politicienne, les gens restent cramponnés sur leurs idées et justifient leurs contradictions avec des « il faut bien faire quelque chose » [même si c’est inutile ou néfaste ??], ou des « oui, mais regarde le parti d’en face, je peux pas voter pour ces têtes d’abrutis » [même s’il existe d’autres formations politiques ??.].

            J’ai l’impression qu’il faut à peu près le temps d’une vie pour que quelqu’un réflechisse vraiment et puisse changer d’opinion.
            Il y a quelques types qui sont capables de changer, mais ils sont très peu nombreux. Ce sont eux qui sont capables de défaire une majorité et d’en faire une autre. Mais jamais ils ne pourront en 5-10 ans constituer un parti politique majeur.
            On le voit pour le FN : c’est au bout de 30-40 ans qu’ils deviennent un parti ayant du poids.
            Pour qu’un parti véritabement libéral émerge, j’ai le sentiement qu’il faudrait au moins autant de temps.

            1. Deres

              Le lit du socialisme vient du fait que la plupart des gens ne voient que les effets directs d’une action et jamais plus loin. Les politiques de redistribution sont toujours vues comme bonnes car généreuses.

              Ils ne réalisent pas que l’argent est pris ailleurs, qu’il y a des pertes pendant la redistribution, que la répartition est en fait clientéliste et que l’existence même de la redistribution influence négativement sur le long terme ses bénéficiaires mais aussi les payeurs des impôts associés. de la même façon, Les bénéficiaires eux-même ne réalisent pas que si il sont bénéficiaires maintenant, ils ne le sont pas toujours.

              D’une manière générale, quand quelqu’un d’extérieur à votre cercle fait appel à vos sentiments, c’est qu’il cherche généralement à vous escroquer.

              La politique elle-même est d’ailleurs une vaste pyramide de Ponzi avec un effet loterie manifeste. Un grand nombre de militant s’investisse dans les partis en espérant monter dans sa hiérarchie et donc bénéficier des placards dorés de la République. Mais les places sont beaucoup plus rares que les ambitions. Les individus comme Jean-luc Mélanchon ne créent leur parti que quand leur échec au sein d’un grand parti est manifeste.

        2. Laurent

          Perso je ne prononce jamais le mot libéralisme… Je parle plutôt de responsabilité, de liberté individuelle, d’entrepreneuriat, de dépenses publiques, de perte de pouvoir au peuple, etc. J’essaie de rester sur des valeurs positives sur lesquelles presque tout le monde peut se retrouver.
          Même les communistes ne sont pas insensibles à ce discours, vu qu’ils sont souvent extrêmement déçus, forcément.

          Après, je ne suis pas certain de mes propres opinions, et j’aime évoluer au fil d’une discussion. La solidarité, et autres valeurs de gauche (je parle des gens sincères, pas des pourritures dirigeantes) ne peuvent pas être balayer d’un revers de la main. Il faut comprendre ce qu’il y a derrière chez ceux qui défendent ces valeurs là, et voir sur quel terrain on peut se retrouver.

          Libéral oui, mais pas dogmatique !

          1. john

            @laurent
            Bonne façon de faire je pense.

            Personnelement, je suis plutot direct au contraire, et n’hesite pas à tailler dans les tabous (qui m’exaspérerent) du genre racisme, drogue, homoparentalité, …. Mais si on me dit que je dérange, je me tais instantannément. Mon crédo étant que je placerai toujours les amis avant la politique, mais que si on me branche sur le sujet je dis ce que je pense, sinon je me tais.
            Et le plus souvent les gens laissent parler.

          2. Pheldge

            « La solidarité, et autres valeurs de gauche … qu’est-ce qu’il ne faut pas lire ! La gôche s’est accaparé certaines idées issues « des vraies valeurs, héritées de la sagesse grecque, du message évangélique, et irriguées par l’esprit de chevalerie » pour citer Tillinac !
            Elle s’est approprié indûment les mots égalité, justice, même l’éducation et le savoir sont devenus abusivement des « totems de gôche ».

            En écrivant ça, vous validez implicitement l’idée de « Camp du Bien » seul détenteur de la Vérité Révélée !

            1. Laurent

              J’aurai dû écrire « des valeurs chères aux gens de gauche ». Valeurs qu’ont peut bien sûr retrouver dans d’autres sensibilités, y compris libérale.

              L’idée de « camp du bien » n’a pas de consistance dans la société actuelle. Ce sont les libéraux qui s’auto-flagèlent avec ça. Il y a bien longtemps que les socialistes n’y pensent même plus et la plupart sont aussi désabusés que nous, libéraux, devant nos dirigeants actuels. Même leurs partisans historiques ne les soutiennent plus…

              1. Hipparchia

                En tout cas, entre la loi sur le renseignement et la réforme du collège, ils ont fait un paquet de mécontents chez leurs sympathisants, je confirme. Mais bon, la mémoire restant très surfaite, je n’en tirerai pas de conclusion pour la suite.

                1. Deres

                  Ils sont mécontents mais ils savent qui remplit leur gamelle. Les sondages ne présument donc pas des résultats d’une élection présidentielle directe où il faut choisir son camp, pas juste exprimer son opinion du moment ou ne pas aller voter.

                  1. Hipparchia

                    Je ne parle pas de sondage mais de l’ambiance en salle des professeurs (oui, bouhou ! la honte !). L’imposture de la geuche en matière d’éducation nationale a fini par se voir puisque la réforme du collège est pile celle de la droite – avec les résultats catastrophiques que l’on connaît – du lycée. Et l’autre excuse à l’Ignorance généralisée n’a de cesse de répéter que si l’on s’oppose, c’est parce qu’on est de droite, ou raciste, ou de mauvaise foi, ou débiles. Un tel discours ne passe pas.

              2. theo31

                « Même leurs partisans historiques ne les soutiennent plus… »

                Ca changera quand il y aura des places et du pognon gratuit en jeu. Avez-vous vu comment Aubry a laissé tomber les frondeurs ?

          3. Deres

            Le libéralisme n’est pas incompatible du tout de la solidarité bien au contraire. C’est justement un des mensonges français courant de confondre l’organisation économique, politique, financière et sociale.

            L’exemple classique est la retraite par répartition. Le terme « par répartition » ne présage que de la méthode de financement, pas du tout du niveau de solidarité du système. Mais on veut nous faire croire que tout changement de ce mécanisme de financement sera bien entendu lié à la mise ne place d’un système « purement égoïste » sans solidarité, ce qui n’a rien à voir. Le tout cache bien entendu des solidarités « égoïstes » avec l’existence des statuts des régimes spéciaux et le financement des organismes paritaires qui arrange tout le monde.

          4. Jeff84

            La redistribution est à la solidarité, ce que le viol est à l’amour. Ne mettez pas solidarité et gauche dans la même phrase sans les opposer. Le socialisme tue la solidarité, il n’y a qu’à voir les chiffres : la France est classée presque 100e pour les dons.

            1. Pheldge

              La « solidarité » c’est la récupération de cette belle qualité humaine appelée générosité, à des fins idéologiques, Le don spontané est alors remplacé par la « contribution volontaire obligatoire et équitable » définie par l’État !

    2. Gerldam

      Le sigle à la fin de l’article est génial car il résume bien le paysage politique français: tous socialos, tous demandant à têter encore plus l’étatmaman. Ceux qui ne suivent pas ce chemin sont malheureusement bien seuls…sauf ici.

      1. Aristarque

        Nous n’y sommes pas bien nombreux pour autant. Dix huit a vingt, peut-être, du fait de mon retour de l’Abîme dixit Pheldge…

  11. Tremendo

    Effectivement l’opposition devrait protéger la marque « socialiste » -ce qu’ils sont tous- plus qu’autre chose.

  12. cretinusalpestris

    Et bientôt, dans vos supermarchés, l’apparition de nouvelles marques :

    -Le Lait
    -Le Pain
    -Le Fromage

    Puis, après vos commissions, vous irez à Le Bistrot, boire Le Café avant de rentrer chez vous regarder L’Emission sur La Chaîne.

    1. MadeInCH

      « Internet Explorer » et « Word », c’était pas mal non plus.
      Impossible, dans le language courant, de parler d’un navigateur web sans utiliser le nom commercial du butineur de toile de M$.

      1. Le Diable probablement

        Sauf qu’en anglais un navigateur s’appelle un « (web) browser ». Explorer était plutôt une métaphore qui venait répondre au Navigator de Netscape.

  13. Tremendo

    En changeant de nom et de logo Sarko donnait du boulot à des copains conseillers en communication ou des publicitaires, voilà tout, faut pas chercher plus loin. Le tout financé par l’UMP qui est financé presque entièrement par les finances publiques.

    1. Il y avait aussi une volonté de « nettoyer » le parti des casseroles qui le suivent. Et il y avait aussi le désir de rassembler largement sur un thème simple à comprendre. ET AUSSI l’envie d’un troll, bien réussi. C’est évident.

      1. Golum

        Non, c’est de ma faute en réalité. J’ai envoyé un mail à l’UMP en leur disant c’est mort pour vous. A moins de changer de nom, de logo, de politique. Ces cons, ils l’ont fait…..
        Je ne pensais pas avoir autant d’influence sur mes bourreaux.

      2. Nyamba

        Avec l’esprit pollué des concepts brumeux qu’on leur rabâche depuis des décennies, je ne suis même plus sûre que le terme « République » soit vraiment compris par le commun des Français. Quant à Sarko, je le croyais assez bling pour vouloir se la jouer classe américaine, avec son propre Republican Party…

      3. Dr Slump

        Oui, évidemment que Sarkozy lance ainsi une boule puante dans la salle de classe des socialistes. Ca devait le démanger! Merci, vous êtes le premier assez futé pour le comprendre!

  14. Golum

    C’est comme la pêche. Au bout d’un moment le poisson n’aime plus l’appât. En plus à chaque fois qu’il mord, il meurt.

    Le pêcheur ayant toujours besoin de manger, invente des stratagèmes savants.
    Le pain, le fromage, la poudre de crevette…etc.

    Il fait des petites niches (fiscales), laisse le poisson reprendre des forces dans l’opposition (ou de la rage couplée à la haine).

    Ça y est le poisson est chaud ! Il est prêt à se faire prendre de nouveau:

    Les Ripoux sont là ! Vive la France, vive nous (eux…ça le fait pas ça du coup ?)

    N’oublions jamais que le poisson a horreur d’un fruit, lequel ?

    La pêche bien sur (blague de mon frigo)

      1. Golum

        C’est à Marseille où ils emballent le shit dans un papier avec des blagues. Ils font du Marketing maintenant. Des vidéos de propagande sur YouTube également. J’ai l’impression que l’Etat perd du grippe….serait il fauché ?

        1. Bonsaï

          Oulà, fais gaffe où tu mets les pieds, si tu veux pas un contrat sur ta tête !
          Tu ne sais donc pas qu’à Marseille, il y a un nouveau caïd ? Un dur de chez dur, une vraie terreur, Attila et ses Huns … il se fait appeler Calvin.
          Sur les terrasses en bord de mer, on commande : Un calvin ! un….

          1. FacePalm

            trop fort, de mieux en mieux! :-O

            « Pour 9 barrettes achetées, la 10eme est gratuite ! »

            Bientôt le label BIO? 😀

            1. Bonsaï

              Avec l’été qui est (presque) arrivé, il y a même des filles qui se font tatouer Calvin for ever sur des parties de leur anatomie assez proches de l’intime …

            2. Pheldge

              Vous rigolez, mais je me suis laissé dire que chez Uncle Sam, les paquets de came au détail, sont estampillés du cachet du cartel qui les pourvoit !
              C’est un peu une démarche « d’assurance qualité », non ?

    1. royaumont

      Moi !
      Je réclame le portefeuille des affaires inutiles. Je promets des promesses, je réaliserai des réalisations et je construirai des constructions.

      1. Golum

        Ok, j’ai une place en nouvelle calédonie pour protéger les œufs de la mouette bicolore. Ça vous dit ?

        Sinon, la Corse avec la protection de l’Aigle et du triton ?

        Ou préférez vous être à l’éducation de Najat peut être ?
        Que des bonnes opportunités au SDR.

        1. royaumont

          L’éducation de Najat ! Je parlais d’affaires inutiles, pas de causes perdues.

          Va pour la Corse… Vu l’importance de la mission, mon rythme fera très couleur locale.

      1. MadeInCH

        Je n’ai jamais lu ou entendu le mot « transverticalité », uqi veut bien ce qu’il veut dire et qui sonne bien.
        Donc un truc qui aurait dû déjà sortir dans la NewNovlangue.
        Vous savez, cette langue nouvelle pour rendre les gens con.
        Mais au lieu de simplifier la langue pour affaiblir la réflextion, on invente des nouveaux termes zoli pour perdre les réflexions.

        1. Pheldge

          « transverticalité » il me semble l’avoir entendu sur Radio Bolcho, il y a quelques années, à propos , vous devez vous en douter, d’une oeuvre hautement artistique et interminable intermittente 🙂

        1. Pheldge

          Giscard avait comme slogan en 74 « le changement, dans la continuité… » comme quoi, les bonnes idées ne meurent jamais ! 🙂

  15. Bonsaï

    Tout ce cirque et ces recours au dictionnaire, c’est pour faire oublier que c’est l’UE qui dirige l’orchestre. Alors on fait semblant, comme si on avait encore de véritables choix politiques (en dehors d’une révolution ou d’un « exit » généralisé).

    1. Honorbrachios

      « l’UE qui dirige l’orchestre »
      mais qui a t’il dans l’UE : tous les pays…
      et dans les chaises importantes, des pointures comme moscovice et tous les recalés de leurs propres pays, donc, on a une europe de mer..de parce ce qu’on y met tous les résidus…
      (sans compter que lorsqu’il y a des lois qui plaisent pas (comme par exemple la liberté de choisir une couverture maladie, elles ne sont pas appliquées)

  16. Flash

    Je vous copie/colle la réaction d’un ami sur FB, candidat malheureux du Modem aux dernières législatives :

    « Être républicain, cela n’appartient pas à Nicolas Sarkozy ni aux militants de l’UMP. Res publica signifie « chose publique » et non « chose privée ». La République ne peut en aucun cas être privatisée par un camp. Les républicains, c’est NOUS TOUS, nous-même… C’est notre identité nationale, c’est la France dans son ensemble avec les différences qui nous habitent. Être républicain, c’est ce qui nous rassemble… Nicolas Sarkozy et demain peut-être les militants UMP voleront notre identité et violeront notre âme… C’est inacceptable et, personnellement, je vais me rapprocher de ceux qui ont intenté l’action en référé pour les aider dans l’action en justice sur le fond… En tant que républicain justement ! »

    Je n’ai pas voulu réagir. Mais, pardonnez-moi l’écart de langage, putain, c’est dur.

    1. royaumont

      FB a appelé son parti mouvement démocrate… On peut donc revendiquer pour soi le qualificatif de démocrate, mais pas de républicain…
      Le ridicule ne tue pas, c’est dommage, ça nous débarrasserait.

    2. Pheldge

      C’est encore plus dur , à mon avis, d’avoir un ami au Modem , parti dont le congrès pourrait se tenir dans une cabine téléphonique, et qui parvient malgré tout à avoir micros et caméras …

        1. Pheldge

          Z-y vas ! tout de suite la discrimination qui pointe son nez ! Najat , elle a dit : »il faut déconstruire les stéréotypes » ! 🙂
          « Les Teub’s » ! et pourquoi pas les « Foun’s » ?
          Ah la la, habiter down under ça ne doit pas te mettre la tête à l’envers ! 🙂

    1. royaumont

      Ca leur irait bien. Après tout, faire rentrer un max d’impôts est leur préoccupation première.

      En fait, ça ne va pas : trop réaliste.

      1. Aristarkke

        Oui, en Palestine antique dès l’ occupation d’ icelle par les Romains. Ils étaient doublement renégats aux yeux des Juifs parce que:
        – collecteurs d’ impôts
        – et impôts pour Rome et son Empire.
        C’était leur rôle principal parce qu’ils étaient aussi des sortes d’ agents administratifs de l’ Empire Romain qui surveillaient et géraient construction et entretien des bâtiments publics…

        1. royaumont

          Si le terme de publicain est rendu célèbre par les évangiles, les compagnies qu’ils forment sont présentent dans tout l’empire. Ces compagnies sont tenues par des chevaliers romains, qui contrairement aux nobles, ont le droit de pratiquer autre chose que l’agriculture. La montée en puissance de ces sociétés est favorisée par les premiers empereurs (les julio-claudiens en particulier) qui y voient des alliés puissants contre l’aristocratie sénatoriale.
          Dans leur fonctionnement, les compagnies de publicains sont assez proches de la ferme général de l’ancien régime : elles avancent le montant de l’impôt à l’empereur suite à des adjudications aux enchères. Charge à elles de recouvrer ensuite les sommes dues par les provinces, avec bénéfice à la clef, naturellement.
          Assuré du soutien de l’empereur et donc d’une quasi-impunité, les méthodes de recouvrement pouvaient être, disons, … viriles et les montants réclamés un rien excessifs. D’où une certaine impopularité…

            1. Quiet Desperation

              Saint Luc 19, 1-10

              « Jésus traversait la ville de Jéricho. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là.
              Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l’interpella : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. » Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un pécheur. »
              Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur : « Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
              Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. »

              On imagine Bercy, sub specie du Sapineur, descendre de son Arche et nous redonner quatre fois ce dont ils nous ont spoliés…. On voit par là ce que le Christianisme a d’utopique….

              1. Black Mamba

                On peut toujours rêver de récupérer un jour nos sous …
                C’est toujours un plaisir de lire un passage de la Bible même venant d’un non croyant ^^’ !!!

                1. Quiet Desperation

                  Connaître la Bible est une nécessité, si l’on s’intéresse à la littérature, et notamment anglo-saxonne.

  17. cherea

    C’est assez savoureux cette histoire-. Un bon troll. On ne les a pas entendus lorsque Dupont-Aignan a appelé son parti Debout La République.
    Et moi je suis républicain et nationaliste et je vais porter plainte contre les syndicats lorsqu’ils défilent entre République et Nation.

    Plus sérieusement, je ne suis pas spécialement républicain et j’en ai marre du galvaudage de ce terme. République et valeurs républicaines à toutes les sauces, avec Valls qui doit utiliser ce mot dans toutes ses phrases. On a l’impression que l’on est obligé d’être républicain, j’ai l’impression qu’être républicain en France ça ressemble de plus en plus à être soviétique sous l’URSS. Si vous ne l’êtes pas, vous êtes un dissident en URSS et en France un dangereux fasciste.

    La France est un pays laïque, c’est entendu, aujourd’hui avec cette ridicule cérémonie de Panthéonisation, on a vraiment l’impression que la République est une religion d’état, avec le Panthéon comme Temple, Président et ministres comme ministres du culte, et Liberté-égalité-Fraternité comme Sainte trinité…

    Mais je digresse…

    1. Flash

      C’est exactement ça.

      Cf mon post ci-dessus : pour certains, France=République, français=républicain. Hors de la République, point de salut. Je les soupçonne même de préférer la « République » à la démocratie…

      Pour ma part, je m’en cogne de la République. C’est un mode d’organisation qui n’est pas mauvais, mais qui ne mérite pas non plus l’excès d’honneur dont on le charge.

      1. sa0000

        Oui, ils ne veulent pas utiliser le mot « France » dans la novlangue, et ils l’ont habilement remplacé par « république ». C’est pour ça que le trolling est aussi réussi !

        1. claribelle

          Ben si, justement ! Dupont-Aignan a rebaptisé son parti « Debout La France » il y a 6 mois… car, comme il dit, la République n’est pas vraiment en danger (qui veut nous remettre un roi ?) mais la France si (surtout avec les branquignols qui nous « gouvernent »)…

        2. Nemrod

          Dans  » La vie des autres », l’apparatchik complètement pourris retrouvant une de ses victimes après la chute du Mur lui assène que « finalement, elle n’était pas si mal nôtre petite « République ».

        3. Pat

          Comme ils ont remplacé « civisme » par « citoyenneté », et « civique » par « citoyen »… Pourquoi ? Parce qu’après Mai 68, ceux qui réclamaient du civisme étaient traités de vieux fachos par ceux qui maintenant sont au pouvoir. Le civisme étaient une notion de drouâte (extrême, tant qu’à faire)

      2. voleurdufeu

        Un mode d’organisation? Mais lequel? personne ne sait. Comme ça, pas de contestation possible, Ce qui me fait penser à la constitution de la Tunisie: ‘ République laïque de religion musulmane’´, ou à ´l’économie socialiste de marché´ de la Constitution chinoise. Ainsi va la langue de bois…d’abord ne déplaire à personne…

        1. Flash

          Ne soyez pas de mauvaise foi.

          C’est clair, pourtant. Ecoutez Stéphane Le Foll :

          http://www.lepoint.fr/politique/le-foll-sarkozy-a-une-conception-rabougrie-de-la-republique-27-05-2015-1931482_20.php

          « Dans ses expressions, Nicolas Sarkozy, il dit liberté, autorité et mérite. Je rappelle que la devise de la République, c’est la liberté, c’est l’égalité, et c’est la fraternité. Donc les républicains, c’est ceux qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité. C’est pas un de ceux qui (en) prennent un (…) des principes et qui laissent les autres », a ajouté le porte-parole. C’est « pas ceux qui en prennent un tiers et ce qui les arrange dans la République », a-t-il répété. « Je le dis de manière très franche et très claire : il peut y avoir des faux républicains et des vrais républicains »

          La République, c’est la Liberté, l’Egalité, la Fraternité. C’est bien connu, n’est-ce pas? Puisqu’ils le disent.

          Plus sérieusement, la République c’est simplement le nom donné à l’Etat français dans son organisation politique actuelle.

          1. Laure

            … la dernière organisation parmi les quinze que nous avons eu en deux siècles et demi. Quand j’étais petite, mon pays s’appelait « la France », et pas « la République »… et je n’ai pas trente ans.

    2. bibi

      Il y avait déjà les républicains indépendants étiquette sous laquelle VGE s’est présenté en 1974 qui deviendra le parti républicain sans que quiconque y trouve à redire.

      1. royaumont

        Il est intéressant de constater que les partis de droite se choisissent des noms qui ratissent larges, comme s’ils voulaient affirmer qu’ils gouvernent pour tout le monde. C’est hypocrite, certes, mais louable.
        La gauche s’affirme dans le nom de ses partis explicitement comme une construction au service d’une faction (parti socialiste, communiste, front de gauche). Donc, si vous n’en êtes pas et qu’ils gagnent, numérotez vos abatis et vae victis. Leur sectarisme s’affirme jusque dans leur nom, pas fort pour les thuriféraires du vivrensemble…
        Donc qu’ils s’insurgent contre un parti qui se veut, se voit ou veut paraître rassembleur n’est pas que ridicule, c’est aussi inquiétant. Cela révèle une vision clanique et clientéliste de la société qui n’a aucun scrupule à s’affirmer.

        1. Pheldge

          Les « partis de droite… ». On les appelle ainsi pour les définir,par opposition aux partis de gauche qui sont présentés comme Camp du Bien et du bonheur pour tous ! Donc de façon négative.
          Mais ils se veulent au départ des partis sans idéologie, donc oui, ils peuvent ratisser large .

  18. Higgins

    Le terme « picrocholine » caractérise parfaitement cette triste palinodie, ce bal des Tartuffes, à laquelle nous avons assisté. C’est sur le blog d’un avocat se réclamant de la gauche, Gilles Devers (http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2015/05/27/les-republicains-une-nouvelle-victoire-offerte-a-sarko-918622.html), que je trouve, en dehors de ce blog, les termes les plus justes sur ce thème: « Comme si ça ne suffisait pas, voici qu’une série de lunaires en quête de spot médiatique a engagé un ridicule référé contre Sarko et ses « Républicains »,… ce pour offrir au p’tit nerveux une nouvelle victoire…Enfin, nos drôles de zigs ont choisi la procédure de référé qui est totalement inadaptée…. »
    De là à penser que la seule chose réellement rechercher était le buzz médiatique dans le soucis de faire oublier le naufrage général, il n’y a qu’un pas que je n’hésiterai pas à franchir.
    La seule chose de sûre, une fois de plus, on se rend compte que la c… se trouve à son aise dans la « doulce France ».

  19. albundy17

    « cérémonie de Panthéonisation »

    Ben il n’a pas le choix, personne ne s’est fait buter dernièrement, et il ne sort que pour les morts

  20. Pere Collateur

    Pfff… Mais qui ca interresse ces conneries? Tempête dans un dés à coudre. Pas plus.

    Ce qui serait marrant, ca serait que les corniauds d’en face au PS se renoment « Democrates ».

    Comme ca on aurait clairement une copie à deux balles de ce que font les Amerloques, avec le bonheur qu’on sait…

    1. Pat

      Sauf qu’il y a un décalage : nos Républicains correspondraient plutôt à leurs Démocrates, nos (futurs)Démocrates à leurs « Liberals », nos Libéraux à… A zut on n’en a pas !

  21. sa0000

    Ben comme le camp du bien avait trouvé un super nom (la République) pour remplacer le vrai nom du pays (la France, je crois), on comprend qu’ils le prennent mal… Vont ils revenir à l’ancienne appellation rétrograde, et si non, sous quel nouveau nom se rassembler ? Et pour sursauter, voter, etc ? Épineux problème pour la novlangue.
    Pour ma part, j’ai adoré ce trolling.

  22. dorsai

    A force d’employer ce terme de républicain à toutes les sauces, et notamment à la place d’arguments, il ne faut pas s’étonner qu’il soit à présent employé à titre publicitaire pour ratisser des voix. Combien d’électeurs déjà formatés au vocable seront tentés par ce bulletin « républicain », qui par ailleurs avec ses belles couleurs, peut également perturber le FN.
    En tout cas, Flanby devra mettre un bémol pour ce qui concerne l’emploi sans complexe du terme républicain, dans ses futures saillies.

  23. bibi

    Premièrement tout le monde n’est pas républicain, il y a encore des monarchistes dans ce pays.

    Au début de la III eme Ripoublique (vous savez cette glorieuse république qui ira jusqu’à voter les pleins pouvoir à Pétain scellant ainsi son funeste destin, mais dont le peuple français en est encore aujourd’hui la victime) la gauche se faisait appeler les républicains, qui se répartissaient entre radicaux et modérés et la droite était divisée entre légitimistes, orléanistes et bonapartistes.

    Les socialistes n’ont jamais été républicain (sauf à en omettant son principe fondateur la démocratie, comme toute bonne république socialiste dont nous avons pu constater le fonctionnement au cours du XXème siècle et dont il reste encore quelques exemples aujourd’hui), la gauche oui a été républicaine, mais jamais au grand jamais les socialistes, alors les voir aujourd’hui à la manœuvre pour empêcher la droite socialiste de récupérer le nom que la gauche à abandonnée c’est assez cocasse.

    1. Deres

      Par un beau retournement de sens, les pays socialistes ont toujours pratiqué la doctrine de Lénine appelé le « centralisme démocratique ». C’est une pyramide de décision qui au lieu d’aller du peuple vers le sommet va dans l’autre sens … Donc en fait c’est strictement la description d’un système totalitaire ! C’est amusant que la décision prise un tel système est appelée « la volonté de classe » ou « volonté du peuple » alors que c’est la décision de l’organe centrale qui redescend vers sa base.

      C’est très similaire à l’organisation démocratique prôné par Marie-Ségolène : vous débattez entre vous, j’écoute et j’écris démocratiquement la synthèse qui correspond par pure chance avec mes opinions, puis vous l’appliquez. Elle ajoute juste une phase de débat amusante et désorganisée mais l’idée est la même.

  24. Pierre

    Bon après les saillies drolatiques, le Réel reprend ses droits… Entendez-vous le tic-tac de la bombe ?
    C’est un son si doux.

    ************************** (le figaro)
    La Cour des comptes a publié son rapport sur le budget de l’Etat en 2014. Elle s’inquiète de la hausse du déficit et de la dette. Et considère que les dépenses ont été stabilisées, alors que le gouvernement affirme qu’elles ont baissé.

    >Pour la Cour des comptes, l’Etat dépense toujours trop
    **************************

      1. Flash

        Yep, S. Royal l’a bien expliqué à propos des tarifs de l’électricité, il y a un an ou deux : l’annulation d’une augmentation prévue est une baisse, pas une stabilisation.

        1. Deres

          Idem pour le compte pénibilité. Tout le monde se félicite actuellement que la mauvaise mesure est un peu atténuée et que la deuxième phase est repoussée d’un an. Youpi, le pays va coulé un peu moins vite !

    1. royaumont

      C’est bien, la cour des comptes. Ils peuvent même se permettre de dire des choses vraies voire intéressantes.
      En contrepartie, tout le monde se fout de ce qu’ils racontent.

        1. voleurdufeu

          Comme Président l’avait souligné en son temps, sauf erreur…ce qui aurait du conduire l’èlecteur à se méfier…

  25. MadeInCH

    H.S.
    ça aurait dû aller dans un précédent billet.
    Mais pour donner une petite probabilité de chance d’éventuelle visibilité pas trop trouble, je le met ici:
    http://www.lematin.ch/suisse/pape-cryptographie-s-refugie-geneve/story/25541831
    – La Suisse a d’ailleurs été choisi pour son strict respect de la confidentialité,
    – «La Suisse a lois les plus sévères de la vie privée dans le monde, de grandes ressources financières et une atmosphère d’affaires incroyable. En outre, elle est le siège mondial des droits de l’homme, offre la liberté de parole et est une plaque tournante de la technologie. La Suisse est donc parfaite pour notre société.»

      1. Bonsaï

        Inventif comme message (et avec ça, joli keum, l’officier des pompes funèbres !).
        Ils sont décidément trop forts ces petits suisses, on ne le soulignera jamais assez.

  26. claribelle

    « Les Républicains » à la place de l’UMP, c’est aussi pour éviter les « amalgames » frontnationalesques genre UMPS ou les jeux de mots faciles: Union des Menteurs Patentés ou Ultime Mirage Présidentiel etc.

    Ceci dit, avec « Les Républicains », c’est facile aussi dans les manifs…
    Tous ensemble:
    – les Répu, ça pue !
    – les blicains, ça craint !

  27. Dr Slump

    Allons ne me dites pas que personne dans les médias n’a compris le petit jeu auquel se livre Sarkozy, en annonçant vouloir renommer l’UMP « les républicains »? C’est très clairement un coup tordu pour couper l’herbe sous le pied des socialistes, qui se sont érigés en garants des valeurs de la « républiques », et qui se sont de fait subrepticement appropriés ce vocable, en lui donnant une vague définition qui n’a rien à voir avec ce que la « res publica » signifie à l’origine. Les socialistes l’ont bien compris, et tentent de leur barrer la route en poussant des cris d’orfraie, et en portant l’affaire en cour de justice. Tout ça c’est de la politicaillerie autour d’un supposé droit de propriété sur des mots et des valeurs que ces politicards piétinent allègrement. Lamentable. A l’origine république, démocratie, désignent le même mode de gouvernement: par le peuple et pour le peuple. On en est maintenant loin. Une belle bande de branleurs qu’on a là, et on vote pour ça? Il y a vraiment des gens qui réfléchissent, qui lisent les programmes, qui font le déplacement, des kilomètres, pour déposer un bulletin de vote pour ces bouffons? *facepalm*

  28. Karamba!

    J’aime bien quand Sakozy trolle. Ca il sait bien faire à défaut du reste. Après le procès des besogneux socialistes qui détiennent encore actuellement l’exécutif et ne cessent de nous fatiguer avec leurs indignations perpétuelles, essentiel moteur pour motiver leurs troupes bobos donneurs de leçons bidons est juste ridiculement crétin. Une énième atteinte au bon sens, pour ne pas dire à la simple intelligence.

    D’autres militants demeurés avec lesquels les socialistes se plaisent à s’acoquiner n’ont pas hésité à baptiser leur parti Europe Ecologie les Verts. Ce qui peut s’interpréter selon la grille de lecture du camp du bien qui a le monopole du coeur comme une OPA sur la couleur verte, sur l’Europe et sur l’écologie qui n’est pas le bien exclusif d’une bande d’énergumène altermondialistes à tendance trotskiste…

  29. guillaumebougard

    Soyons precis. Les plaignants ont utilise la procedure dite de refere (pardonnez l’absence d’accents, mon clavier etant US). Le refere permet de juger certaines affaires en urgence s’il est demontre que l’objet de la plainte cause un « trouble manifestement illicite » ou un dommage imminent et si l’affaire est suffisamment claire pour que le juge se prononce immediatement sans aller au fond des choses. Si la demande de refere remplit ces conditions, c’est bon, on juge fissa fissa. Sinon, le juge du refere rejette la demande et demande que l’affaire soit jugee sur le fond. C’est a dire procedure « habituelle » qui prend des mois, sinon des annees.

    Dans le cas present, l’affaire va donc etre jugee selon la procedure normale. Il y a donc un risque que le nom du parti soit retoque dans 1 ou 2 ans, quand la procedure normale aura abouti. Bien sur, avec les appels, et autres procedures qui retardent le verdict definitif, ca peut prendre des annees. Si ca se trouve, le parti aura encore change de nom quand l’affaire actuelle sera parvenue a son terme!!!

    Pays de malades, vivement la faillite.

  30. Aristarque

    Si ca se trouve, le parti aura encore change de nom quand l’affaire actuelle sera parvenue a son terme!!!
    C’est furieusement dans le domaine d’une possibilité sérieuse…

  31. CitoyensDebout

    Il y a un point qui semble avoir échappé à plusieurs : dans une vision à long terme, renommer ce parti en utilisant le terme « Républicains » va avoir un effet des plus pervers.

    Aujourd’hui, personne n’est dupe et on sait à quoi s’en tenir, on peut sans difficultés faire le distingo entre la définition académique de ce terme le le nom d’un parti. Mais pour ceux qui aujourd’hui sont des enfants préoccupés par bien d’autres choses que la politique, ce sera une autre paire de manches.

    C’est depuis plusieurs décennies un des trucs courant et subtil des politicards en tous genre : jouer sur la sémantique et imposer l’emploi d’un terme en lieu et place d’un autre tout en entretenant un flou certain quant à la définition qu’il convient d’y appliquer. Exemple : on parle de l’éducation et tout ce qui va avec, incluant un ministère de l’éducation : mais si on s’en tenait à la définition correcte des mots, on devrait parler d’un ministère de l’instruction publique, l’éducation relevant exclusivement de la sphère familiale et des parents, l’État n’a pas à y mettre son nez. Aujourd’hui, dans les discours de monsieur tout-le-monde, on entend assez souvent des choses du style « Il faut éduquer les gens » : mais de quoi je me mêle ? Qu’il faille les instruire, je veux bien, mais les éduquer, j’y vois quelques objections.

    My 2¢

    1. Aristarkke

      C’est dans la logique même d’ un étatmaman ou étatnounou que de vouloir obtenir de dociles citoyens avides de téter ses mamelles en permanence et de ne jamais s’éloigner de ses jupes, apeurés par le vaste monde si hostile… 🙁

      1. Deres

        Oui, l’Etat maman veut se substituer à tous les autres acteurs. Il veut se substituer au parents en faisant l’éducation des enfants. Il veut se substituer aux entreprises en légiférant au maximum le droit du travail et en définissant même les salaires ce qui est en fait le but du SMIC (en effet, le salaire est souvent le point le plus important d’un contrat de travail, et c’est celui qui fait normalement l’objet d’une négociation entre le salarié et son employeur).

  32. Florian

    Cela faisait un moment que je n’étais pas venu lire un petit épisode du merveilleux monde du bisounours francais… (je zieute juste les titres)
    toujours aussi consternant à ce que je vois !

    ma torpeur a pris fin quand j’Ai lu ceci dans un média québecois (!): http://voir.ca/nouvelles/2015/05/26/en-france-climat-de-peur-autour-d-un-film-racontant-la-vie-d-un-skinhead/

    ah, comme le temps passe vite… comme la liberté d’expression est sujet à variable … comme charlie est vite oublié
    bref, rien de nouveau (sous le soleil) dans la poubelle de france !

    1. Mario Nettiste

      Il n’y a que le Kampf bueno qui puisse avoir la liberté d’expression! Lui seul sait s en servir sans déraper. Pas comme ces ostrogos du kampf malus.

    2. Dr Slump

      Au contraire, tout cela est très bien. C’est ainsi que l’on voit qui a effectivement le pouvoir en France, et qui opprime la liberté d’expression. Et visiblement, ce ne sont pas les skinheads. Ni une quelconque extrême-droite fantasmée par des résistants de pacotille.

  33. JS

    Magnifique le second logo ! 😀

    Bon bah je constate qu’il ne se passe toujours rien d’intéressant en France, je retourne regarder les lapins crétins..

    1. MadeInCH

      Pourquoi regartdes des êtres virtuels crétins, alors qu’il y en a plein de vrais en direct-live dans ce monde réel?

  34. Val

    En tant qu’extra terrestre je souhaite me porter partie civile contre les Verts , qui nuisent considérablement à mon image . Je compte sur le petit arbre pour me soutenir .

      1. Val

        Cher petit arbre , je savais que je pouvais compter sur votre soutien, c’est à ce genre de chose que l’on reconnaît ses amis, je vous salue de ma galaxie 😉

  35. danielchaudron

    « Régis Républicain (un indécis, sans doute) ».
    Cela rappelle l’histoire du brave gars interrogé par un Tribunal de la Terreur:
    « Tu es royaliste ou anti-royaliste? ».
    Réponse obstinée du gars:
    –« Moi, j’suis ébéniste! ».

  36. Laurent

    Les partie politiques français c’est comme les boite de camembert, de l’extérieur on fait tout pour se différencier mais quand on ouvre la boite c’est toujours le même relent d’étatisme qui fouette.

  37. bob razovski

    Le logo présenté (avec en dessous les « ripoublicains » à la place de « républicain ») est leur vrai logo ?

    Car Je lis « IR », et ça me fait penser à Impot sur le Revenu (*).

    (*) dans le cas de talonnette premier, ça sera plutôt Impot sur le Revenant d’ailleurs… mais ce n’est pas le sujet

  38. ultimategiby

    Perso, je suis de droite, l’article me fait rire jaune, mais surtout… Ce nom ne vient vraiment pas au bon moment, pour des électeurs de droite, avec la poussé royalistes

Laisser un commentaire