Rendez-nous nos budgets ! Vite, plus d’argent gratuit des autres !

Il y a un peu moins d’un an, toute la presse nous apprenait, tremblante d’effroi, que les budgets 2015 des communes allaient être serrés comme une corde de pendu : entre les maires qui faisaient des photos en slip devant leur mairie, et ceux qui expliquaient, la glotte humide et le timbre tremblant, en être réduits à fermer la piscine municipale pour boucler leurs finances, la situation transpirait la tension et la misère budgétaires. Un an après, le constat est encore plus cruel.

terrible austéritéIl est même si cruel que la fronde s’organise, et dépasse même largement l’habituel clivage droite-gauche : lorsqu’il s’agit de pépettes municipales, pas question de s’éparpiller en considérations bassement politiques. À l’appel de François Barouin, l’ex-stagiaire en charge des photocopies et du café à Bercy pendant un temps et maintenant président de l’Association des Maires de France, les maires ont décidé d’organiser une véritable fronde tant sont graves les problèmes posés par les restrictions budgétaires imposées par l’État : d’ici à 2017, c’est une baisse programmée de 30% des dotations budgétaires que le méchant état socialiste a ainsi décidé, et tout le monde sait que ces baisses vont impacter durement les missions indispensables de service public des municipalités.

Jugez plutôt : on demande à Cannes de faire des efforts de 42 millions d’euros sur trois ans (soit 14 millions sur un budget total supérieur à 440 millions, soit un abominable 3%). C’est taffreux ! Pour la métropole du grand Lyon, la baisse des dotations se chiffre à un milliard d’euros en moins en quatre ans sur un budget de 2,7 milliards d’euros annuel, soit 250 millions de moins à claquer par an. C’est tignoble !

terrible austérité - plus de billets d'avionD’autant que cette insupportable austérité entraîne forcément … des hausses d’impôts, pour plus d’une ville sur trois de plus de 100.000 habitants (et de 70% en 10 ans). Or, augmenter les impôts, c’est faire quelque chose de tout à fait désagréable pour l’électeur local. Là où l’ouverture d’une piscine municipale déserte, l’aménagement facile de pistes cyclables impraticables ou l’édition régulière, sur papier glacé, du petit mensuel municipal à la con font aisément mousser la « politique de la ville » du maire et permettent le renouvellement de son mandat d’élection en élection, a contrario l’augmentation des impôts, même légère, est à la fois une épine plantée dans la main du votant et une casserole que l’opposition municipale pourra toujours ressortir pour en asséner quelques coups au moment critique de la période électorale.

Bref, ça pleurniche fort chez nos maires qui ne reculent — comme certains syndicats, certaines corporations, certaines professions pourtant largement protégés — devant aucune caricature, aucune exagération et aucune statistique ad hoc pour faire comprendre à tous qu’il en va de la survie du tissus social du pays et que non, décidément non, aucune économie ne peut plus être réalisée sur ces postes. L’austérité, ça suffit, et tout ça, quoi bon, zut à la fin.

austérité 2014

Mais qu’il est difficile de ne pas voir les similitudes entre les couinements de ces élus et ceux, tout aussi longs et aigus, de ces artistes ou de ces associations dont la vie ne dépend que de la manne publique, d’une subvention ou d’une aide de l’Etat et que j’avais chroniqué en début d’année. Qu’il est difficile de ne pas noter la symétrie de comportement entre ceux qui sont subventionnés pour leurs « performances » artistiques et ceux qui sont subventionnés pour leur « performances » municipales ! Qu’il est compliqué d’oublier que les uns comme les autres n’ont pas encore commencé à réellement goûter l’austérité, la vraie, celle qui consisterait à couper, net, complètement et définitivement, tout subside de l’État !

Parce qu’après tout, si on entend ce genre de cris effarouchés, si on voit dès à présent de frétillants cuistres municipaux se déclarer humidement solidaire de la lutte contre ces baisses insupportables de dotations, que ne va-t-on entendre lorsque les robinets seront définitivement fermés, par évaporation complète de l’argent des autres ?

Eh oui : difficile aussi d’oublier que l’argent de l’État, c’est d’abord et seulement l’argent des contribuables. Que ces derniers se fassent détrousser pour le maire ou pour son patron ne change rien au résultat. La caricaturale diminution des services publics tant décriée n’est, en réalité, que la remise à niveau de ces services en fonction des moyens réels de l’économie. Et la France est à peu près ruinée : dette kolossale, emprunts permanents pour les dépenses courantes, notation auprès des agences baissant inexorablement, rentrées fiscales diminuant, fuite des cerveaux, chômage galopant et élus refusant, obstinément, de faire enfin des coupes dans leurs dépenses tous azimuts… Tout ceci concourt à l’inévitable disparition de l’argent des autres.

Et devant ces réactions caricaturales des maires, le plus croquignolet reste celle du Chef de l’État qui parvient à faire preuve d’une fermeté qu’il n’a jamais été capable de rassembler lorsque le sujet ne le concerne pas directement : à leur demande de rallonge budgétaire, il leur a répondu que « tous les acteurs publics doivent faire des économies ». En somme, démerdez-vous.

Logique : le père Hollande a le même problème que les maires, à son niveau. Ces derniers sont confrontés au choix cornélien de diminuer des services publics pléthoriques et coûteux et risquer d’encourir l’agacement des consommateurs-électeurs devant la disparition de trucs gratuits, ou conserver ces services mais augmenter les impôts ce qui entraîne inévitablement la grogne du contribuable-électeur. Pareil pour Hollande : ou bien fermer le robinet à subsides, ou bien augmenter les impôts. Et cette dernière option lui coûtera une élection qu’il ne peut surtout pas perdre.

En somme, le début de ces restrictions budgétaires illustre encore une fois l’art de l’État de monter les uns contre les autres et d’institutionnaliser la guerre des robinets d’argent public. Il est symptomatique de voir ce petit monde de parasites qui pleurent à chaudes larmes lorsque la tétine publique s’assèche, qui se battent entre eux pour avoir une part du butin, qui s’inventent des droits et des exigences pour justifier leur grogne et le retour à la vie douce et tranquille où les fonds dégringolaient sans effort.

Mais voilà, messieurs les maires, monsieur Hollande, vous aurez beau couiner, ça ne changera pas la donne : rien ne vous est dû, pas un kopeck. Rappelez-vous : c’est vous qui nous servez, pas l’inverse. C’est vous qui devez faire avec l’argent que nous consentons à vous donner, ce n’est pas à vous d’aller chercher plus. Et si vous n’êtes pas capables de vous restreindre, si vous n’êtes pas capables de sucrer ces services publics dispendieux et enfin (ENFIN !) revenir à un état minimal, cantonné à ses vraies fonctions régaliennes, alors vous ne mériterez ni notre vote, ni notre respect.

Vous trouvez qu’il n’y a plus d’argent ? Eh bien débrouillez-vous sans. C’est ça, votre rôle.

gifa cat deal with it

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires197

  1. Aristarkke

    Comme vous y allez légèrement pour Lyon, H16! On voit que ce n’est pas vous qui vous êtes mis à charge un objet spatial, retour du cosmos et crashé musée qu’a rien couté que cinq fois et demie don budget initial déjà large, vu son utilité!… Comment faire maintenant pour le remplir et de vieilleries et de visiteurs pour ces vieilleries??? Pheldge a peut-être la réponse mais plus de Soylent Green à espérer de ce coup-là… 😈

        1. Pheldge

          Pour être plus précis , Mme Béachèle daterait du Protozoïque, alors que notre ancêtre à nous est bien plus ancien : Hadéen … plus vieux, on ne peut pas , du moins sur la terre ! 🙂

      1. Aristarkke

        Amigo, si je rentre dans ce musée comme vieillerie à exposer, surtout estimée datée du pré -cambrien, tu ne pourras plus compter sur cette source de Soylent Green que tu clames être réservée à ton futur profit pour les jours de famine à venir…

    1. Fortin

      Nous sommes tous, ici, des fans de H16, mais les plus amusants, ce sont ceux qui, tels de véritables morpions, viennent sur le site à 9h00:01. H16 n’a pas le temps de déposer son obole sacrée, tel le Saint-Esprit qui descend sur nos têtes, que déjà les morpions en question, clicquent sur le site frénétiquement pour avoir leur dose d’humour et de déquillage matinal de la socialie. Et râlent le samedi quand ça tarde, et râlent le dimanche parce qu’il n’y a rien. h16 ne se rend pas compte qu’un artiste se doit à ses fans. Jour et nuit, 365 jours par an. Allhah est grand, mais notre auteur l’est encore plus ! Si, si ! ( NON, H16 ne m’a pas payé !!!!)

      1. Bonsaï

        Vous errez, mon cher. Ou alors, vous m’imitez (on dirait moi il y a un an, lorsque je m’introduisis tout en légèreté sur ce célèbre site).
        Apprenez donc que le samedi « ça ne tarde » pas parce qu’il n’y a rien. Et que le dimanche, par contre, il y a !

      2. Aristarkke

        Étant généralement au travail (qui n’est pas de bureau) dès avant neuf heures, la prose d’H16 correspond à ma pause cigarette. Ce n’est pas parce que je ne fume pas que je n’y ai pas droit! Epikoi-enkor!

  2. Aristarkke

    En ce qui concerne la hausse de la TF, Méremptoire n’a pas tremblé! 25% de hausse pour la part communale… Seulement, diront certains ???

    1. Deres

      Et cette hausse va couvrir plus que largement la baisse de la dotation par l’Etat alors que dans le même temps, certaines activités sont transférés à d’autre avec du financement en plus et que d’autres communes sont absorbées … Il ne faut donc compter sur aucune économie de fait à Lille. Un magnifique exemple de la gestion socialiste décomplexée.

      1. Aristarkke

        De la lecture locale, j’ai cru comprendre que Méremptoire qui faisait allègrement passer des dépenses strictement lilloises par la case « Caisse de la Communauté Urbaine » quand elle avait sa double casquette… ne pouvait plus opérer exactement pareil qu’avant et avait donc dû infliger certaines de ses folies à ses seuls électeurs… Évidemment pas question de remettre de l’ ordre dans les dépenses municipales ni de demander aux agents municipaux de faire acte de présence 35H au lieu de 32 ni de leur proposer d’ être moins malades (bon classement de Lille dans l’absentéisme…)…

  3. René-Pierre Samary

    « l’édition régulière, sur papier glacé, du petit mensuel municipal à la con font aisément mousser la « politique de la ville » du maire et permettent le renouvellement de son mandat d’élection en élection »
    Le petit mensuel à la con ne sert pas qu’à faire mousser la politique du maire ; il sert aussi à détourner un peu d’argent frais avec la complicité de l’éditeur/imprimeur pour alimenter les fonds occultes afin de financer les campagnes électorales.
    PS : si les toilettes sont publiques, les services ne seraient-ils pas publics ?

    1. Bonsaï

      Ah ! voilà on y est : les fonds occultes ! Car en réalité tout ce beau monde (politique) se tient par la barbichette. Collusions, cercles d’initiés, anciennes affinités estudiantines, pots-de-vin divers et variés.
      Tout un arrière-plan opaque dont l’électeur naïf n’a pas la moindre idée, mais qui vit sa propre vie comme une sorte de satellite invisible…

      1. Pheldge

        J’ai toujours pensé que les fonds occultes , étaient destinés à recevoir les coups de pied du même nom … comme quoi dès fois, on peut se tromper ! 🙂

    2. Deres

      Si il n’y avait que celui de la commune … On a généralement aussi droit à celui de la communauté de communes, du département et de la région. Et le tout finit généralement à la poubelle sans même tourner leurs pages pleines d’informations inutiles.

      1. royaumont

        informations inutiles, comme vous y aller ! La photo du maire trois fois par page, ce n’est pas rien. La dernière promotion de la médaille du travail, l’action des écoles maternelles pour le développement durable, l’exposition de cartes postales au centre culturel et la foire au saucisson d’automne, voilà du concret, c’est important.
        Intéressez-vous, que diantre !
        (lol)

    3. Aristarkke

      Le Canard Enchainé tient une rubrique régulière où il épingle ce genre de publication dans lesquelles les photos du maire en action sont plus nombreuses que les pages. Mais curieusement, jamais aucune photo n’immortalise le maire signant l’ arrêté du taux de hausse de ses impôts…

      1. Deres

        Dans ma commune, la maire sortante est détentrice du record avec 27 photos sur 28 pages dans l’exemplaire avant les élections qui lui furent funestes …

  4. Higgins

    Éric Verhaeghe a consacré un de ses derniers billets sur le « coût » du sapin qui voudrait être un chêne (cf son blog « Jusqu’ici tout va bien »). La soupe est bonne en Socialie grançaise et le risque individuel est des plus faibles. Tant que la mafia politique actuelle persistera dans ses erreurs, rien ne pourra se faire. Pour le moment, la faiblesse des taux d’intérêts l’arrange. Que ces derniers passent à 2 ou 3% et elle serrera les fesses.

    1. Before

      « publics » : UN service. Donc « public ». Je vois cette faute tout le temps, partout, par tout le monde, elle m’horripile, c’est ma croix, mon caillou dans la chaussure …

      LA fonction publiQUE, LES sévices publiCS.

      Aaaaah !! ça fait du bien. Mais ça sert à rien…

  5. albundy17

    La colère des maires est justifiée, l’état ayant rincé le tribuable toute l’année pour des services de plus en plus douteux, et ne partageant plus le gâteau, les communes ont du mal a récupérer les dernières goutes, d’autant qu’ils sont sur le front.

    1. Deres

      Ceci dit, là où il y a un abus marqué est que l’Etat s’inflige des économies « par rapport au tendanciel », donc avec hausse des dépense alors que la baisse de dotation aux collectivités est une baisse sèche, pas par rapport à une augmentation « naturelle ». Quand on sait que ces augmentation « naturels » sont de l’ordre de 2.6% et que les économies annoncés sont le différentiel avec des augmentations prévues de 1% soit largement autant que la croissance prévue, on voit quand m^me bien qu’il y a un magnifique deux poids et deux mesures.

  6. Bisphénol

    Bien vu H! C’est la marotte du moment : entre l’Etat qui pioche dans la poche droite du pantalon et les communes (via les IL) qui piochent dans la gauche, la subtilité du jeu consiste à rejeter sur l’autre la responsabilité de la spoliation de poches.
    Au final, ce sont nos poches qui sont detroussées.

  7. Guillaume_rc

    bon allez, je vais me faire allumer mais tant pis.

    Un tout petit bémol : l’Etat oblige les mairies à faire certaines dépenses puis derrière baisse les dotations.

    Une des dernières conneries en date : la réforme des rythmes scolaires.
    Tous les maires (à part les suce boules genre Delanoé qui voulait rentrer au gouvernement), tous les maires disais-je, se sont élevés contre cette réforme absurde.
    Qui coûte au bas mot 1 milliard.

    Donc d’un côté on contraint les collectivités à la dépense, de l’autre on leur baisse les dotations. Forcément ça gueule un peu.

    Je précise bien que cette remarque ne dédouane pas tous les charlots qui crament du pognon sans réfléchir : embauches en masse, dépenses ineptes, etc.

    C’est juste une nuance.

    1. sa0000

      On a pensé à la même chose ! Si seulement les mairies pouvaient se concentrer (à leurs frais) à leurs missions premières (entretien de la voirie, du cimetière, etc), tout le monde y serait gagnant

    2. « l’Etat oblige les mairies à faire certaines dépenses puis derrière baisse les dotations »
      Les mairies peuvent dire non. En réalité, les maires refusent de baisser dans les ressources humaines, par exemple.

      la réforme des rythmes scolaires.
      Ils peuvent envoyer chier. Ca s’est vu, ça s’est pratiqué, il ne s’est rien passé.

      1. sam player

        On voit bien d’ailleurs que les communes font de la gestion à la petite semaine. Pour recueillir leur assentiment l’état leur dit que la première année il participera à hauteur de 50E par enfant… puis plus rien pour la 2ème année… et les abrutis signent des 2 mains.

        On commence à voir aussi des referendums anti-piscine (Courtenay) ou anti-« équipements communaux qui nous plongent dans le XXIème siècle que l’on se demande comment on a pu s’en passer » payés par les autres.

        1. Deres

          Comme les socialistes ont perdus beaucoup de communes, les rythmes scolaires sont juste une stratégie pour semer le mécontentement envers les nouveaux maires. Le ministère vend des activités magnifiques pendant ces nouvelles plages horaires disponibles mais ne fournit aucun moyen. Résultat, les parents d’élèves sont déçus et trouve que les maires se moquent d’eux quand leurs enfants font du dessin ou autre activité peu coûteuse au lieu de musique ou astronomie … Et je ne parle même pas des changements d’horaire hyper-contraignants pour les parents qui ont parfois mis des années à négocier leurs horaires afin de pouvoir récupérer leurs enfants à la sortie de l’école ou els garder le mercredi.

          1. bob razovski

            « L’enfant appartient à l’état, alors que ses parents aient eu du mal à négocier ceci ou cela… ranafout’ mon bonhomme ! Paye et tais-toi »

            V Peillon – « je te pisse dessus, camarade citoyen contribuable »
            éditions Big Brother

      2. NicolasPimprenelle

        C’est un peu plus compliqué que cela : s’agissant de la hiérarchie des normes, un arrêté municipal doit être conforme à la loi sinon l’arrêté en question est retoqué par la Préfecture ou la Sous-Préfecture.
        Il me semble que la réforme des rythmes scolaires est une réforme législative, par conséquent les maires ont l’OBLIGATION de la respecter, ils n’ont pas le choix.
        Il me semble que les maires qui ont essayé (à Marseille il me semble) ont été intimement persuadé sous peine de condamnation.
        Sinon, effectivement les maires refusent de baisser la masse salariale (mais ça fait 30 ans qua ça dure depuis les lois de 1984) et ce n’est pas dû uniquement aux transferts de compétence, cela s’explique aussi en partie au régime semi-automatique des carrières avec avancement programmé (le fameux Glissement Vieillesse-Technicité ou GVT) mais surtout au fait que les maires ont augmenté leurs effectifs pour des raisons principalement … électorales.

        1. « les maires ont l’OBLIGATION de la respecter »
          Et une trentaine ne l’ont pas fait et … rien. Ils ont rouvert les classes, ont repris les affaires courantes et il ne s’est rien passé du tout.
          Le plus comique est que plus la commune est petite, plus il est facile au maire de passer entre les gouttes et d’envoyer chier les étages supérieurs. Ca tombe bien, moins son budget et ses dépenses sont grosses.

          Non, décidément, rien ne plaide en faveur de ceux qui se lâchent, et de ceux qui collaborent.

        2. sam player

          « Il me semble que la réforme des rythmes scolaires est une réforme législative, … »

          Non ce n’est qu’un décret et il est actuellement attaqué en Conseil d’Etat car le transfert de charges ne respecte pas l’article 72-2 de la Constitution.

          1. NicolasPimprenelle

            Merci pour l’info et merci pour la correction H16.
            Si l’Etat a des c……s il enverra les préfets et sous-préfets se substituer aux maires récalcitrants en invoquant la désobéissance hiérarchique : le maire est en effet élu mais aussi agent de l’Etat sous hiérarchie directe du préfet.
            Mais bon, pour cela il faut un peu plus de testostérone, cette hormone semble manquer cruellement.

            1. « Si l’Etat a des c……s il enverra les préfets et sous-préfets »
              Meuh non. Politiquement, ce serait la merde parce que bien manipulés, des parents d’élèves et les médias donneraient à tout ça un petit côté fachoïde. L’Etat ne fera rien du tout.

              1. Caton

                La DGF des communes qui résistent va baisser un peu plus que les autres, et le maire écopera d’un contrôle fistal. Rien de neuf, mais pas tout à fait rien du tout.

                1. Ranafout’. Moins il y aura d’élus, mieux on se portera.

                  Du reste, si c’est une grosse commune, les économies sont faciles à faire. Si c’est une petite commune, il est facile au maire de passer entre les gouttes.

  8. sa0000

    Ah ! Si seulement la baisse des dotations amenait la baisse des exigences de l’état (normes, rythmes scolaires, accessibilité handicapés, foutue loi sru), ça lancerait peut être un cercle vertueux ? Bon, pour l’instant ça n’en prend pas le chemin…

    1. royaumont

      On peut économiser sur l’armée, la police, la justice, l’entretien des routes… Mais pas sur le budget de la culture ou sur l’achat de tablettes pour les collégiens. Il faut savoir gérer les priorités.
      N’oubliez pas que pour un énarque, une solution à un problème, quel qu’il soit, est de nature réglementaire.

        1. bob razovski

          N’oubliez pas que pour un énarque, il faut avant tout créer de toute pièce le problème, pour avoir la joie de pondre une mauvaise solution.

          Où serait le jeu, sinon ?

  9. Pheldge

    Perso, j’ai constaté , outre-mer mais bon, réduction du nombre de collectes des OM : de 2 par semaine on est à 1 par quinzaine …
    Par contre , tout ce qui est contrats aidés , d’insertions espaces verts … rie de changé, car c’est de l’emploi qui assure un électorat et garantit une popularité à un maire. Et c’est de bonne guerre de râler contre l’état et le gouvernement socialiste, vu que tous les maires , sauf 2 sont de droite 🙂

      1. Bonsaï

        Pas la peine de coller de guillemets.
        La majorité des lecteurs de ce blog est relativement intelligente. Car il faut l’être la moindre pour accéder aux discours tout en embûches et embuscades allant du spirituel au drôlatique que l’Auteur de ce site met gracieusement à disposition de notre soif d’information…

  10. zen aztec

     » C’est vous qui devez faire avec l’argent que nous consentons à vous donner, » t’as raison :que vous nous extorquez plutôt merde quoi!!

  11. john

    « Mais voilà, messieurs les maires, monsieur Hollande, vous aurez beau couiner, ça ne changera pas la donne : rien ne vous est dû, pas un kopeck. Rappelez-vous : c’est vous qui nous servez, pas l’inverse. C’est vous qui devez faire avec l’argent que nous consentons à vous donner, ce n’est pas à vous d’aller chercher plus. Et si vous n’êtes pas capables de vous restreindre, si vous n’êtes pas capables de sucrer ces services publics dispendieux et enfin (ENFIN !) revenir à un état minimal, cantonné à ses vraies fonctions régaliennes, alors vous ne mériterez ni notre vote, ni notre respect. »

    >Si l’electeur français se rappelait cela au moment de glisser un bulletin de vote, tout irait pour le mieux.

    1. Pat

      « Si l’électeur français se rappelait cela au moment de glisser un bulletin de vote, tout irait pour le mieux ». Et que ferait-il à ce moment-là ? En se rappelant que TOUS les candidats veulent plus d’Etat, et que le vote blanc et l’abstention n’ont aucun effet ?

  12. FASTNET

    Totalement HS :
    Mais je suis nouveau (3 semaines) sur ce site que j’ai découvert après avoir acheter le livre « Petit traité d’anti-écologie: à l’usage des lecteurs méchants »

    Et je vois que les archives remonte à juste 10 ans (le 17Septembre 2005 !)
    Bon anniversaire 10 ans déjà !

        1. theo31

          Un Russe est jugé pour avoir dit en public que le ministre de l’Économie est un imbécile. Il est condamné à trois ans et trois mois de prison. Quelque temps après, un ami du juge qui a prononcé la sentence lui demande le pourquoi d’une peine aussi inhabituelle, pourquoi trois ans et trois mois ?
          – Les trois mois, c’est pour avoir injurié un ministre.
          – Et les trois ans?
          – Les trois ans, – murmure le juge, – c’est pour avoir divulgué un secret d’État.

          En Socialie, c’est tout pareil.

        1. Pheldge

          J’te fais la réponse à la « t’es au 31, pas au 32″ : tu achètes un gros gâteau et un gros cierge pour célébrer les 10 ans. Lui il bouffe le gâteau et toi tu te carres le cierge dans le Fillon  c.l ! voilà, c’était la leçon N° 1  🙂

      1. Nyamba

        Joyeux anniversaire au blog !
        Je vous souhaite de le tenir encore longtemps, à ce rythme époustouflant – parce que sous votre plume, le bullshitstorm quotidien auquel nous avons droit perd de ses relents putrides… et permet, parfois, de bien rigoler.
        Vous êtes d’utilité publique, M. Hache. Merci pour tout.

      2. Black Mamba

        Ben , j’espère que tout ce petit monde à penser à vous faire un don pour l’occasion ,,, c’est bien gentil de souhaiter un joyeux anniversaire sans rien offrir :mrgreen: N’est ce pas !?

        1. Calvin

          Je donne à liberaux.org.
          Mais des que je reçois la lettre de Bercy (« … blabla vous avez seulement blabla payer moins d’impôts blabla… au lieu de… blabla »), je fais un don exceptionnel à H16 pour les dix ans.

        2. Nyamba

          M’enfin, Mme BM, fidélité, louanges et admiration sincères sont les plus beaux cadeaux qu’un auteur puisse espérer de ses lecteurs, non ?

          1. Pheldge

            Ah, on me souffle dans l’oreillette que M. le Maire de la commune de X… 974.. lecteur assidu et très satisfait, envisage de faire parvenir à l’auteur, 2 feuilles de tôle, une pinte de clous et 3 sacs de ciment, pour lui montrer son enthousiasme et sa gratitude ! 🙂

          1. Bonsaï

            Ceci dit, le plus bel hommage que l’on puisse rendre à Don H16 c’est de se montre digne d’être un membre de son clan :
            – ponctuel pour le briefing quotidien
            – bagout et commentaires impeccables, grand style, belle tchatche
            – savoir dégainer au quart de tour
            – viser droit dans la cible
            – pas de quartier…

            Pace salute, Don H16 !

    1. wxopwx

      Merci et bravo pour votre travail quotidien informatif, caustique, tranchant, et toujours libérateur. Vous sans soute devez être un surhomme, ou ne jamais dormir.

      Si seulement on pouvait voter pour des gens de la moitié de votre calibre, votre blog n’aurait plus aucune raison d’être.

      « H16 président! H16 président ! H16 président ! »
      Et GameOver ministre du budget, Kékoresin à l’Intérieur, Calvin à l’Education, BlackMamba à la Santé, etc….
      Ca, ça aurait de la gueule !!!!!

      …Oui je sais… mais bon, on a bien le droit de réver ! 🙂

          1. Black Mamba

            Pfff !!! J’ai pour habitude de m’occuper du budget , je veille sur les entrées et les sorties … Autant prendre une fonction que je maîtrise 😈

    2. Beldchamps

      Waouww 10 ans ! Bon anniversaire H16, je ne sais pas comment vous faites, parfois j’ai l’impression que vous êtes 16 pour faire tout le travail de recherche, de rédaction … et … de modération ! Bravo, pour le meilleur ou pour le pire, vous avez gagné une drôle de dame dans votre collection !

    3. bob razovski

      Hé bé… 10 ans. Il en faut de l’abnégation et de la persévérance pour tenir un tel rythme.

      Bravo !

      10 ans… Et dire que je suis passé à côté pendant 8…

  13. Kloupa

    Des maires sans vergogne quand on apprend que les taxes locales ont augmentées de plus 70% en dix ans, plus du double de l’inflation. Zéro pointé pour les maires gestionnaires, mais j’oubliais que Najat va supprimer le zéro…

    1. Pat

      Ma taxe foncière a été multipliée par 2,3 depuis 1999, et depuis 2 ans, je paye aussi la CFE, qui ajoutée au reste, me donne un coefficient bien rond : après 15 ans, je paye le triple…

  14. Pheldge

    Euh HS, mais ça promet : « SNCF :L’entreprise ferroviaire va devoir verser 200.000 euros à chacun des 800 cheminots marocains dont la carrière avait été bloquée ».
    lefigaro.fr/societes/2015/09/21/20005-20150921ARTFIG00030-affaire-des-chibanis-marocains-la-sncf-devant-la-justice-pour-discrimination.php

    1. Deres

      Et le rapport sur l’accident de Brétigny qui dit explicitement que tout cela ne vient que du fait que la SNCF est une pétaudière organisée en dépit du bon sens et surtout de la sécurité. Bref, l’inverse du message nous expliquant religieusement que si elle était privée, il y aurait pus d’accident …

        1. sam player

          Entre blablacar et les bus la SNCF est en train de se faire tailler un short. Je comprends pourquoi ils ont lancé des trains à 25E il y a 2 ans, ils ont senti le vent venir.
          N’empêche que l’offre SNCF est illisible… sauf à prendre un billet nominatif 3 mois à l’avance.

      1. Higgins

        Ayn Rand était décidément visionnaire dans Atlas Shrugged (que maintenant, les lecteurs de l’Abération connaissent. Il n’est jamais trop tôt pour s’instruire)..

  15. christophe

    « l’argent de l’État, c’est d’abord et seulement l’argent des contribuables » écrivez-vous.

    C’est même pire, car… c’est aussi l’argent des con-tribuables qui n’existent pas encore. Les générations futures.

    La dette « publique » (état + sécu etc.), qui grossit chaque année, mécaniquement, à un train d’enfer que rien ne peut arrêter.

    Pour le reste, on ne peut que se réjouir… Et tout ce barnum illustre une fois de plus ce que je vous répète depuis des lustres : c’est pas linéaire. La moindre petite (mais véritable) coupe budgétaire… met en panique les cafards.

    Corollaire : il faut à la fois applaudir, et les pousser encore davantage à la faute.

    De ce point de vue, on est gâté avec Hollande qui signe des chèques comme si il y avait une élection présidentielle après-demain.

    Endettement, dépenses…. PLUS… TOUJOURS PLUS… MORE…Jusqu’à leur en faire péter la panse, et que tout leur saloperie de système mafieux explose, dans un énorme bang.

  16. Gerldam

    C’est insensé que, nulle part, pas une seule voix ne s’élève pour dire que les collectivités n’ont qu’à revenir aux effectifs d’il y a 15 ans et ils verront qu’ils ont trop de pognon! C’est comme l’état: tout sauf faire la moindre économie (comme le montre justement le graphique de M. H).

  17. petit-chat

    Calvin 8 ans, h16 10 ans…
    Et je critique l’EdNat ! Que Ste Belle Kassine me pardonne.
    Tous ces billets, regroupés par thèmes, ça ferait bien un ou deux gros bouquins, et par ici les sous-sous, heu, les gommettes !
    Félicitations et bon anniversaire

  18. Nyamba

    Les dépenses vont finir par baisser, bien sûr ; les plus indispensables, celles à la marge, qui sont autant de petits grains de sable dans la monstrueuse machine administrative dont le bon peuple est désormais infoutu de se passer… Les services auront un budget « stylos et photocopies » réduit, les repas à la cantine ne seront plus aussi bio, ou plus aussi « gratuits » (ou le transport scolaire – entendu une amie se plaindre de devoir mettre une main supplémentaire à la poche pour payer le bus de ses enfants, et de ceux des autres qui n’ont pas les moyens de payer ; elle, vernie, touche un peu plus que le smic donc compte comme une nantie, s’pas) ; les contrats aidés aux espaces verts seront menacés de non reconduction, et se plaindront de perdre ces boulots merdiques qui leur permettent à peine de vivre mais leur donne, leur dit-on, la dignité de ne pas vivre en parasites de la société.
    Pendant ce temps, le budget putes et petits fours, lui, ne bougera pas d’un iota.
    C’est quand même bien fait, la Raie pubique.

    1. sam player

      Habituellement pour montrer qu’on va bientôt plus avoir de sous, les économies sur les trucs qui embêtent bien les gens : ce sont le nettoyage des rues, le ramassage des feuilles mortes, l’entretien des trottoirs, le curage des égoûts, les horaires d’ouverture de certains services de la mairie…

      Bah oui la route est inondée car l’égoût est bouché passe qu’on n’a plus d’argent…

      … et comme tu dis : les regroupements de trajets des bus scolaires qui font que le premier monté arrivera à son école 1h30 plus tard… bah oui ma bonne dame, la faute aux réductions de budget à cause de l’austérité…

      1. René-Pierre Samary

        Réductions pipi de chat, mon cher Sam. Comme pour l’Etat, le gros, ce sont les salaires. Impossible de virer le gens. Il n’y aura plus d’entretien, plus de bus, des égouts pleins, des bureaux fermés, etc. Mais toujours autant d’employés, de directeurs, de sous-directeurs, et les familles qui dépendent d’eux, et qui tous votent bien. N’oublions jamais que le clientélisme est le fondement (!) de la démocratie avancée.

        1. MadeInCH

          Pas de la démocratie, mais de l’ochlocratie.
          .
          En Suisse, les référemdums et initiatives mettent une barrière à certaines dérivent zélitiennes.

          1. Bonsaï

            Ah! cher compatriote je vous en prie, n’utilisez pas ce terme tout à fait péjoratif d’ochlocratie pour qualifier notre formidable système politique qui fonctionne admirablement !

            1. MadeInCH

              Je destinait l’ochlocrassie à la Républik Communiste Soscialiste Democratik Populaire Libre Planifiée Francaïenne d’Europe.
              .
              Pas à la Confédération Helvétique.
              .

          1. MadeInCH

            Ouimainon!
            Pas le vivrensemble, base des valeurdlaraiepublik!
            Surtout avec la dose dont on va yen avoir besoin dans les semaines/mois/années(peu bombreuses) à venir!

            1. douar

              Pour bien connaitre quelqu’un travaillant avec les migrants dans une assos dans le nord, je confirme, les migrants ne veulent surtout pas rester en France.
              D’autant plus qu’ils ont pris des risques pour fuir leur pays, maintenant, ils sont prêts à prendre des risques économiques (plus limités comparés à ceux de se faire farcir de plomb) , en bossant beaucoup pour espérer une vie meilleure. Et ils communiquent entre eux: le bilan est sans surprise, la France n’est pas franchement perçue comme l’eldorado.
              Exemple: Un réfugié iranien venait de fêter son titre de permis de séjour, attendu depuis 24 mois. Mais patatras, c’était pour s’entendre dire que ça ne lui permettait pas de pouvoir travailler. Du coup, grosse déprime et son regard s’est porté vers la perfide Albion. C’est ballot, c’est un ingénieur qui aurait pu faire le bonheur de nombreuses entreprises en France.

              1. sam player

                Nan c’est pas possible.. il n’a pas dû entendre parler de la sécurité sociale… ou alors il ne sait pas que c’est chez nous et que le monde entier nous l’envie… il faut lui dire !

              2. Bonsaï

                Ces jeunes gens ambitieux et diplômés feraient sans doute mieux de faire directement acte de candidature auprès de multinationales, qui se chargeraient de leur procurer des permis de séjour en cas d’embauche. C’est sans doute là qu’est le véritable challenge, puisqu’en définitive le travail est bien l’enjeu central de leur problème…

        2. sam player

          Relire RPS.
          Je ne parle pas des réductions de dépenses qui ont un impact sur le budget mais des réductions qui ont un impact sur le votant moyen.

          1. sam player

            Pour RPS, comme dit WollloW, plus bas :

            « Aux États-Unis, par exemple, pendant la crise des finances publiques d’octobre 2013, des employés du National Park Service avaient fermé l’accès à des points de villégiature donnant vue sur le Mont Rushmore. Il s’agit de petits bas-côtés, aménagés en bordure de la route, qui ne nécessitent aucun personnel, d’où on peut voir les flancs sculptés de la montagne. On les a fermés pour mettre la pression sur le gouvernement, alors que laisser ces belvédères ouverts n’aurait entraîné aucun coût de fonctionnement additionnel. Parions même que leur fermeture avec des cônes oranges a entraîné plusieurs heures de travail supplémentaires… »

            Tiré de CP

        1. Oui, exactement.
          Et c’est pourquoi il faut faire rendre gorge à quelques maires ou responsables qui se laissent aller à ce genre de pratiques, pour l’exemple. Les autres, freluquets peu courageux, rentreront dans le rang.

      2. Aristarkke

        Horreur! Horreur! Horreur! Si le ramassage des feuilles mortes n’est plus assuré, les trains seront encore plus en retard que les gens penseront prendre le suivant avec deux minutes d’avance….

        1. Pheldge

          Les feuilles mortes ? c’est facile : « les feuilles mortes se ramassent à l’appel ! » ( l’appel du 18 , joint ici , cela va sans dire )

    2. Deres

      D’autant que la Gayet vieillit et a largement franchi l’âge à laquelle Flamby s’était mise avec Trierweiler … Il va falloir bientôt financer un upgrade sur le compte de l’Etat car la Julie se fera elle grassement payée, elle n’est aps aussi cruche que Valérie.

    1. royaumont

      Le problème, dans ce cas, c’est qu’il ne faut pas espérer revendre à un prix convenable. La valeur d’un bien dépend aussi beaucoup du respect du droit de propriété.
      Le précédent des biens nationaux est parlant.

      1. Aristarkke

        C’est tellement loin… Et puis, certains n’ont pas manqué de se bâtir des fortunes d’ autant plus facilement qu’ils ont oublié de payer ou ont payé avec de bels et bons assignats décotés…

        1. Deres

          Noter bien que c’est toujours le même mécanisme que les surprimes : la titrisation d’une créance douteuse bien maquillée pour mieux s’en débarrasser et récupérer de la richesse véritable à la place.

  19. Duff

    Snifff! L’investissement publique va baisser, lui qui était si clairvoyant et générateur de croissance!

    https://www.youtube.com/watch?v=u8zh270EQjo

    Le voir chialer au lieu de réfléchir pour de bon au périmètre de l’intervention étatique montre bien ce qu’est le socialisme de droite. Seul Mariton invité vendredi sur BFMB s’est désolidarisé de cette grogne des maires en faisant remarquer qu’on peut aussi baisser les dépenses pour éviter des hausses d’impôts.. On en pense ce qu’on veut mais à droite c’est un des rares à être constant et cohérent.

    1. sam player

      Oui s’ils étaient si persuadés du multiplicateur des dépenses publiques ils ne devraient pas s’inquiéter et au contraire ils devraient emprunter à tout va vu que les emprunts se rembourseraient à vitesse grand V…

  20. Droopyx

    Pour les élections municipales 2008, critique des candidats (gauche) sur l’aménagement du centre d’un rond-point. Réponse de la mairie (droite) c’est l’agglo (gauche) qui finance.
    La gauche est passée.
    Cette année on refait encore intégralement le rond-point (60 000 €). Réponse d’un conseiller municipal (gauche) « c’est l’agglo qui finance ».
    On tourne en rond et on claque des impôts à chaque tour.
    Droopyx

  21. Julien

    Plus d’argent? Bougez pas, ils ont missionné le sénat là dessus.

    http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/redaction_multimedia/2015/2015-Documents_pdf/economie_collaborative_pour_une_fiscalite_simple_juste_et_efficace_.pdf

    Dorénavant, lorsque vous vendrez un bien sur le bon coin ou hébergerez quelqu’un via airbnb, une petite application (pas intrusive du tout) appelée « le central » se chargera de calculer combien vous avez gagné pour transmettre à l’autorité fiscale.

    Ces cons sont en train de nous créer une société ou le troc ne doit plus exister, toutes les transactions devant être faites sous l’oeil bienveillant de l’état, maquereau pompant sa petite dîme au passage.

  22. Higgins

    On a parfois des satisfactions (c’est repris sur des sites de médias nationaux): « La relaxe en appel pour les prévenus du procès radars Facebook » (http://blog.radars-auto.com/index.php?post/la-relaxe-en-appel-pour-les-prevenus-du-proces-radars-facebook-1056)
    Seule la conclusion de l’article m’inquiète: « Avec ce jugement, la jurisprudence sera lourde et seule une nouvelle modification de l’article R.413-15 du Code de la route pourra entrainer la disparition des alertes radars sur les réseaux sociaux. ». Ils en sont capables tant le léviathan a faim.

  23. Flavien Neuvy

    On est un peu dans le yakafocon. La réalité de gestion d’une ville est un peu plus compliquée que cela. Dans ma ville, la DGF va passer de 750 000 euros en 2013 à 100 000 euros en 2017. 650 000 euros de baisse (soit 22 ETP) en si peu de temps, (sur un budget de fonctionnement de 8 millions) c’est trop rapide. Surtout que dans le même temps, les charges contraintes qui augmentent du fait des décisions de l’Etat et sur lesquelles je n’ai pas la main pèsent lourd. Environ 200 000 euros de charges supplémentaires décidées par l’Etat sur lesquelles je ne peux rien faire. Alors je ne vais pas augmenter la fiscalité, on a lancé un programme d’économie drastique (je contrôle toutes les dépenses à l’euro près) mais je vous assure que la réalité de la gestion d’une commune est un peu plus compliquée que cela. Lire la suite : http://cebazatpourdemain.typepad.fr/cebazatpourdemain/2015/09/linquiétude-des-maires-de-france-augmente.html

    1. « c’est trop rapide »
      Non. Vous prenez le truc par le mauvais bout : le problème est que l’adaptabilité des appareils municipaux ou d’état est bien trop mauvaise, pas que le budget varie trop, trop souvent. Là, vous me décrivez un problème auxquels sont confrontés TOUTES les entreprises non subventionnées sur les marchés les plus standards. Et toutes ne déposent pas le bilan, loin de là (et heureusement).

      « sur lesquelles je n’ai pas la main pèsent lourd »
      Deux cas se présentent : vous vous jugez élu-responsable, et « deal with it ». Et concrètement, ça veut dire virer du monde, couper dans les services qui coûtent (oui, je sais, ce n’est pas simple, et on revient au point ci-dessus). Mais je note en épluchant le site de votre ville qu’il y a matière à sucrer dans les grandes largeurs. L’administré sera un peu ronchon, mais ça devra le faire. Ou sinon, vous ne vous sentez pas à la hauteur, et vous démissionnez : après tout, à l’impossible nul n’est tenu. Et vous allez rire : une fois que vous serez partis et que la municipalité sera placée en « affaires courantes », bizarrement, personne ne pleurera trop fort et en tout cas, vous, vous vous en porterez mieux.

      Sans méchanceté, n’oubliez jamais que a/ personne ne vous a poussé à devenir maire, b/ des pays sans gouvernement pendant plusieurs années, ça marche. Qui peut le plus, peut le moins, alors une ville sans chef, franchement ? Même pas mal.

      1. Régis33

        Tiens ! Marrant , l’élu n’a pas répondu ni argumenté , aurait il eu un moment dépressif ? 🙂
        Pourtant la réponse de notre hôte ( bon anniversaire au fait ) n’est qu ‘un exercice de logique et de bon sens , à la portée de n’importe quel chef d’entreprise venu .
        Trop , sans doute pour un élu de la ripoublique pleurnicharde .
        Couper , arbitrer , faire des mécontents , pas bon ça pour sa réélection future .
        Un truc que fait quotidiennement le plus anonyme des artisans ou patron de PME .
        Allons courage Monsieur le Maire , en cherchant bien , vous allez retrouver vos c……s , ptète au fond du caniveau non curé ! 🙂

      2. Duff

        J’abonde mais il y a un point intéressant à développer qui est soulevé par M. Neuvy et ça été évoqué avant sur le coût des activités extra-scolaires : L’état central impose des conneries, des obligations bien jacobines à souhait qui engendre de la paperasse et des frais. Pour concilier vos deux points de vue, je pense qu’il faudrait une bonne fois pour toute accomplir cette décentralisation au nom de la subsidiarité : M. Neuvy dit à ces concitoyens, je vous laisse votre pognon pour que vous le dépensiez comme bon vous semble et puis si vous voulez du communisme libre à vous, je perds les élections et vu la calamité à la place les électeurs contribuables reviennent à la raison.

        Ce qui empêche de se faire une idée de la bonne ou mauvaise gestion d’un maire ou de n’importe quel dirigeant politique quel que soit le niveau c’est effectivement le manque d’autonomie et du manque de lien direct entre le payeur et la prestation offerte. Cette dilution est voulue mais c’est clairement inefficace. Revenons aux bases : Si les mairies reçoivent des dotations de l’état c’était clairement pour que les communes riches subventionnent les pauvres ce qui a évidemment encouragé des maires communistes (socialistes de droite, EELV, PS ou survivors cocos officiels) à gérer leurs villes en dépis du bon sens. Toucher une subvention est équivalent à être déresponsabilisé à mon sens.

        cher H16 sur le point a/ vous êtes dur : Si faire des choix au niveau local qui peuvent être sanctionnés dans les urnes n’était pas pollué par l’opacité des financements je serais d’accord. M. Neuvy va devoir expliquer qu’il ne pourra pas financer toutes ses priorités, ok mais combien de gens vont effectivement piger la réalité des chiffres? Je prends mon journal local qui est imprimé dans un joli papier glacé (j’enrage) pour faire de la propagande en faveur du maire (de droite) : Je ne lis que la tribune de l’opposition (tenue par un socialiste condamné pour malversations…) et c’est d’une médiocrité crasse.

        Tant qu’on ne revient pas au principe de subsidiarité pour redéfinir le périmètre de l’action de l’état on pourra s’écharper longtemps.

      3. Aristarkke

        M.Neuvy, opposant historique au maire PS dans une ville qui votait lourdement PS jusqu’ alors est subitement devenu maire par KO de l’ autre au premier tour des municipales. Bien. L’ ennui est qu’on ne discerne pas dans son propos ici ou dans son blog de maire une volonté farouche de casser la baraque en tournant le dos à la politique dépensière précédente puisqu’il se targue de continuer malgré toutes les avanies du gouvernement à subventionner le repas de cantoche à un euro. C’est pas facile, hein!!!
        S’il avait une once de lucidité, il pourrait remarquer qu’il a été élu en réaction épidermique à la nullité de Peak de la Faribole et toussa mais surement pas parce que le tiers de votants qui lui manquait habituellement se soit brutalement converti au sarkosysme. Donc soit, il continue de donner dans le socialisme bleuâtre et il risquera probablement d’ être sorti à la prochaine occasion au motif que l’ original est toujours préférable à la copie surtout si le prix à payer est le même soit il secoue le cocotier, sabre dans les dépenses et baisse sensiblement les taxes locales. Ce qui l’autorisera à développer l’ argumentaire d’ Hayek sur la gratuité des repas en argumentant aux parents mécontents qu’avec l’ économie réalisée sur la TH et la TF (75% de prop occupants), ils peuvent se le payer sans que rien ne change pour eux au final des comptes…. Sinon, c’est a croire que les Grançais doivent quand même être plus cons que les Anglo-Saxons pour se comporter ainsi en esclaves perpétuels de leurs élus. Pas étonnant qu’en retour, cette classe politique les méprise et s’en serve comme de pantins et de guignols, usables, taillables et corvéables à merci…

          1. Aristarkke

            Je notais simplement que quand la Gôôôche était à son pinacle, vous faisiez en gros un tiers des votes et que depuis que Peak de la Faribole délabre chaque jour un peu plus, ce pauvre pays déjà dépenaillé par quarante ans de socialisme plus ou moins assumé par ses tenants et ses hérauts, vous étiez passé calife bleuâtre à la place du calife rosâtre… Si vous estimez que vos deux derniers succès électoraux sont dus à une conversion en masse des votants ex-rosâtres en votants néo -bleuâtres orthodoxes et que cela vous autorise à perpétuer la même politique de cramage de pognon en clientélisme de vivrensemble et de tutti quanti, libre à vous. Je vous prédis simplement que comme vous ne présenterez aucune différence palpable avec vos prédécesseurs, ce tiers, dès qu’il aura fini de dessoûler, reviendra à ses premières amours… Perso, je note avec effroi que le maire Div Droites qui a été élu ici dans ma commune face à une maire sortante, encartée PS dans une commune votant constamment à gauche depuis 1945, maire qui était tellement fière de son parti que vous cherchiez en vain sur ses affiches et sa profession de foi, le plus petit sigle, la plus petite mention de son inféodation, ce nouveau maire donc, se hollandise à toute vapeur avec des  » c’est pas facile… » à tous les étages. Le seul point positif est qu’il n’augmente pas sa part communale des impôts locaux mais il ne peut pas non plus la baisser puisque tout est maintenu en l’ état par rapport à la mandature précédente…

      4. NicolasPimprenelle

        Vous avez entièrement raison mais il n’en reste pas moins (et il ne faut pas oublier) que l’Etat a la position facile en imposant des choses aux collectivités territoriales que lui-même ne respecte pas.
        Par exemple; l’Etat emprunte à des taux ridicules (voire négatifs) pour payer le service de sa dette et son personnel.
        Les mécanismes d’équilibre budgétaire imposent aux CT (et c’est bien) de ne pouvoir emprunter que pour financer des dépenses d’équipement.
        Effectivement, il y aurait comme un transfert d’impôts déguisé que je ne serai pas surpris.
        En transférant des dépenses aux CT sans en transférer les moyens, l’Etat se désengage et laisse les élus locaux prendre leurs responsabilités. Ceux-là mêmes ont donc trois possibilités comme vous l’avez très bien souligné : soit ils augmentent leurs impôts pour rétablir l’équilibre mais dans l’immédiat électoralement ce n’est pas bon, soit ils coupent des dépenses de fonctionnement et dans le moyen terme ce n’est pas bon non plus électoralement. Il reste la troisième solution, la démission, qui ne sera jamais mise en œuvre (ou trop rarement) et la raison en est simple : la soupe est trop bonne.
        Comme je le dis souvent à qui veut l’entendre : enlever les indemnités d’élus, les avantages retraite, les avantages fiscaux et autres, et vous retrouverez une démocratie digne de ce nom; une démocratie où les représentants du peuple serviront le peuple par conviction et non des représentants qui pensent d’abord à eux-mêmes et à leur réélection.

      5. flavienneuvy

        Bon je vais essayer de répondre aux différentes remarques :
        – d’abord je n’ai aucune leçon à recevoir sur la réalité de ce vivent les entreprises : cela fait 20 ans que je travaille dans le secteur privé (j’ai d’ailleurs gardé une activité à temps partiel pour rester au contact du monde de l’entreprise).
        – ensuite, celles et ceux qui ont des solutions à tout (les fameux yakafocon) doivent se présenter de toute urgence et se faire élire pour prouver à tout le monde le formidable talent dont ils disposent. Vite, dépêchez-vous, on a besoin de vous !
        – c’est justement pour ne pas rester dans l’incantation permanente que je me suis engagé en politique.
        – la ville dont je suis le maire est et restera très ben gérée. La pression fiscale n’augmentera pas pendant mon mandat et l’endettement baissera.

        1. « je n’ai aucune leçon à recevoir sur la réalité de ce vivent les entreprises »
          Très manifestement, si.

          « doivent se présenter de toute urgence »
          Ben non, justement. La France crève de tous ces grands hommes et ces grandes femmes aux idées claires, à la politique chevillée au corps. On croule *précisément* sous les gens comme vous qui ont soit une absence totale de solutions, soit de courage, mais qui rêvent de montrer aux autres alors qu’on a avant tout besoin que personne ne montre, que tout le monde fuie la politique et qu’on en finisse une fois pour toute de prendre des décisions. Arrêtez d’emmerder les Français. Je le redis : n’oubliez jamais que a/ personne ne vous a poussé à devenir maire, b/ des pays sans gouvernement pendant plusieurs années, ça marche. Qui peut le plus, peut le moins, alors une ville sans chef, franchement ? Même pas mal.

          « c’est justement pour ne pas rester dans l’incantation permanente que je me suis engagé en politique. »
          Et au pied du mur, que voit-on ?
          Rien.
          Merci d’être venu.

          « la ville dont je suis le maire est et restera très ben gérée. »
          Mais alors de quoi diable vous plaignez-vous ? Vous trouvez vos économies ? Tant mieux, tout va bien !

          Tout ceci montre une assez faible cohérence d’ensemble.

          1. flavienneuvy

            Franchement cher h16, je vous ai connu meilleur dans vos réponses.
            Je ne reviendrai pas sur votre procès d’intention concernant ma connaissance du monde de l’entreprise : c’est risible.
            Plus intéressant en revanche « n’oubliez jamais que des pays sans gouvernement pendant plusieurs années, ça marche. » J’image que vous faites allusion à la Belgique. Sans gouvernement pas sans Etat puisque les services de l’Etat ont continué à fonctionner normalement.
            « Et au pied du mur, que voit-on ? Rien. Merci d’être venu. » Si justement, quand on a les mains dans le moteur, on voit que la mécanique est un peu plus complexe que ce que vous pensez.
            « Tout ceci montre une assez faible cohérence d’ensemble. » Tout cela montre une faible connaissance du fonctionnement des collectivités territoriales.

            1. « c’est risible. »
              Non c’est factuel. Vous arrivez ici en disant qu’il vous est impossible de faire des économies, que le changement est trop brusque, et snif snif snif etc. Or, c’est le lot habituel des chefs d’entreprises. Que ça ne vous soit pas arrivé chez vous, tant mieux, mais manifestement, vous n’avez pas connaissance des millions de cas où c’est la norme. Désolé. Je m’en tiens à ce que vous me faites lire (et là, oui, c’est risible).

              « la Belgique »
              Oh mais pas que ! C’est le cas le plus connu car le plus récent, mais c’est juste un cas parmi des douzaines d’autres. Cherchez un peu. Et j’ai bien parlé de sans gouvernement, pas sans état, oui. Ergo : ça existe, ça fonctionne quand même, et ça prouve par l’exemple que c’est parfaitement possible. Eh oui : on peut parfaitement se passer d’un maire, d’un président, d’un gouvernement.

              La cohérence d’ensemble n’est malheureusement toujours pas de votre côté. Ou bien votre ville est bien gérée, et je ne vois pas ce que vous venez chouiner ici, ou bien ce n’est pas le cas, et
              a/ vous pouvez y remédier : aucune raison de chouiner. Au boulot.
              b/ vous ne pouvez pas y remédier : à l’impossible nul n’est tenu => démissionnez.

              Votre posture est, comme toutes les postures, exclusivement basée sur « Oui mais moi j’agis tout ça truc machin ». Mais non : vous venez distribuer des leçons sur « en réalité c’est plus complexe et puis on peut pas dire ça gnagnagna », mais la froide réalité est que vous faites exactement comme vos prédécesseurs, à des différences mineures permettant de justifier votre présence. Le courage politique, c’est précisément de renverser la table lorsqu’il le faut et si vous chouinez si fort, c’est qu’il le faut. Ou alors, ne chouinez plus.

              Personne ne vous a obligé à devenir maire si ce n’est votre intime conviction que vous alliez faire mieux que les autres. Les gens normaux savent qu’ils ne feront pas mieux, et ne se présentent pas. Ils ont raison. Ces derniers souhaitent une interaction aussi faible que possible avec les administrations, que ces dernières soient les plus petites et les moins envahissantes possibles, bref que les actions (municipales ici) soient aussi restreintes que possible. Autrement dit, les gens normaux sont pour la plus grande inaction possible des pouvoirs publics et le retour à l’action de la société civile, sans gouvernement de merde qui vient leur dire quoi faire et comment, en général sans savoir. Et à côté, il y a tous les frustrés de l’action pour les autres, qui rêvent d’agir pour ceci ou cela, régenter la vie des uns, des autres, mettre des ralentisseurs, des ronds-points, faire le ménage des méchants pour favoriser les gentils, etc… Étonnamment, ceux-là ne s’engagent JAMAIS dans l’action avec leur propre argent. Rares sont ceux qui parmi ceux-là s’engagent dans les associations caritatives. Et quelques uns tentent la politique, parce que « on met les mains dans le cambouis », patati, patata, et ajoutent immédiatement leurs frustrations et leurs lubies à la misère du monde.

              Je l’ai dis, je le redis : la France crève des millions de petits chefs, de petits décideurs qui ont l’action rivée au corps tant qu’elle est avec l’argent des autres. Elle n’a pas besoin de gens qui s’engagent en politique, au contraire.

          2. sam player

            Oui c’est assez croquignolet d’aller gueuler pour avoir plus de subventions puis de dire qu’en final on s’en sortira bien sans : celui qui dit cela confirme que jusque là il gaspillait.

            Ca me rappelle une société dans laquelle j’ai travaillé. On faisait quelques dizaines de milliers d’euros de bénéfice par an, même pas 0.5% et un jour une crise est arrivée… 11 septembre, annulations de commande dans l’aviation, nucléaire à la ramasse…
            Y a fallu faire des économies et on a fini l’année avec un bénéfice de 1.5 million. P’tain si on avait fait ça au temps des vaches grasses on aurait fait 3 millions de bénéf les doigts dans le nez.

    2. Adrien

      « En si peu de temps, c’est trop rapide (…) les charges contraintes qui augmentent du fait des décisions de l’Etat et sur lesquelles je n’ai pas la main (…) »

      Bienvenue dans le monde réel : entrepreneurs qui voient leurs charges augmenter (ils n’ont pas la main), indépendants qui voient leurs charges augmenter (ils n’ont pas la main), résidents qui voient leurs impôts locaux augmenter (ils n’ont pas la main), etc.

      1. FacePalm

        c’est exactement ça, et à force de tirer sur la corde; Comme disait Margaret : « Le socialisme s’arrête là où s’arrête l’argent des autres » !

        Et on commence à y arriver, doucement mais surement.

    3. sam player

      @ Flavien

      J’ai parcouru le site de votre municipalité. Si vous souhaitez que vos administrés sachent ce que vous faites pour eux il faudrait peut-être mettre un peu plus en avant vos rapports du conseil municipal qu’on peine à trouver… il faut aller dans le pied de page. Il faut aussi s’en remettre à d’autres sites pour trouver les éléments du budget.

      Quand je vois le budget espace vert de votre commune, le budget de la culture, les balades équestres les jours de marché (11,100 euros par an !), le nombre d’emplois etc… je ne doute pas que vous avez quelques latitudes comme d’ailleurs vous ne vous en êtes pas cachés lors de votre conseil municipal de début d’année.

      Votre DGF est quand même de plus de 100E par habitant… dans ma commune elle est de 8E… vous êtes heureux et vous ne le saviez même pas

  24. scrooge

    Bonjour. Premier post de ma part essentiellement pour remercier l’auteur pour le petit moment de bonheur qu’il m’offre tous les jours.
    Je voulais également signaler que la situation financière d’une municipalité et sa politique fiscale sont des critères à considérer lorsqu’on cherche à acquérir une résidence principale ou secondaire.
    Il existe des municipalités/ communautés urbaines peu endettées où l’impôt local est payé par à peu près tous les contribuables. A l’autre bout, il existe des municipalités très endettées où l’impôt (taxe d’habitation) est concentré sur une partie peu importante de la population (souvent inférieure à 50%) dite « riche ». (c’est à dire non assistée, n’appartenant pas à une clientèle électorale définie ou ne résidant pas dans la commune).
    A ce stade les écarts pour un bien similaire sont déjà élevés entre les communes vertueuses et les autres. Les dotations de l’état disparaissant (enfin), les impôts vont obligatoirement monter en flèche partout où il faut combler les trous. Economiser est en effet très difficile lorsqu’on a investi (ou plus exactement dépensé) massivement dans des structures à l’exploitation obligatoirement déficitaire (tramways, voieries « écologiques », centres culturels démesurés, piscines olympiques et autres fantaisies plus ou moins farfelues) qui pèsent à la fois en fonctionnement et en remboursement de prêts. A cela s’ajoutent les frais de personnels à peu près incompressibles du fait de l’empilement des status divers, les dotations aux clientèles diverses qui sont autant d’électeurs et pourquoi pas de nouveaux projets mégalomaniaques ou écologiquement responsables (il faut bien servir à quelque chose).
    Donc les impots vont augmenter sur la minorité qui les paye déjà. Bon courage à ceux qui vivent dans ce type de communes.

    1. Eh oui : une commune endettée et mal gérée va devenir une commune surendettée, écrasée d’impôts et toujours aussi mal gérée. Un classique.

  25. Adrien

    Le pire de ces dépenses municipales sont sans doute celles réalisées par les mairies accro à la « démocratie participative » : en gros on met de côté une (toute petite) partie du budget annuel qui est « directement affectée » à des « projets concrets » par des « décisions » des « citoyens ». On ne sait pas bien qui décidera vraiment de quoi, mais ça a un avantage immédiat : ne rien changer au reste et continuer à brûler les millions comme on le fait d’habitude — l’étape d’après étant de dire que les habitants ont leur budget (minable) histoire de s’amuser 5 minutes et que les élus ont le leur pour « les grandes choses », et que ça va bien maintenant les critiques. J’attends avec une certaine impatience la hausse des prélèvements locaux qui sera justifiée par cette nouvelle vision de la répartition du pouvoir local.

  26. bob razovski

    citation du rapport :

    « Un impôt moins élevé mais plus sûrement collecté »

    Ces grabataires de la taxation auraient-ils eu vent de la courbe de Laffer ?

        1. Bonsaï

          En effet, c’est bien de faire preuve de solidarité en matière de code défaillant. On a déjà trop tendance à nous traiter de professeurs Tournesol à côté de la plaque, complètement dépassés, utilisant le navigateur qu’il ne faut pas, etc…

          1. Pheldge

            « professeur Tournesol ? » oh que non, c’est bien trop d’honneur ! pour les plantes vertes à croissance réduite je dirai que « handicapée du bulbe » est bien plus approprié ! 😀

  27. Lala

    Sauf que les maires sont malins, ils vont continuer a changer les fleurs deux fois par jour et ils vont baisser les dépenses (ou augmenter les prix) là où ça fait vraiment mal : périscolaire cantine et centre aéré. »bah oui mes chers parents c’est la faute au vilain état ». Bizarrement des cdds smicards avec le bafa ca coûte toujours une fortune à cōté d’un agent territorial….

Laisser un commentaire