L’échec utile de l’éducation nationale

La rentrée est passée, et avec elle, son cortège d’articles plus ou moins inspirés sur les pleurs des petits en maternelle, pas toujours préparés à la socialisation en terrain inconnu et les appréhensions des grands, ces nouveaux enseignants pas toujours préparés à la socialisation en terrain hostile.

Il faut le reconnaître : l’école et, par extension, l’Éducation Nationale sont des sujets d’autant plus féconds que tout le monde a un avis dessus, et surtout que le constat d’échec de la mission qui leur a été confiée se répand chez tous, sauf bien sûr chez ceux qui en assurent la direction.

l'école des bisous 1Eh oui ! Même si c’est difficile à admettre au vu des quantités faramineuses de moyens, d’argent et de temps qui ont été engouffrées dans la fourniture d’un Service Public d’éducation à tous nos enfants, c’est bel et bien un échec, et ce, dès les premières classes, dès les premières années que subiront nos chères têtes blondes et autres.

Ainsi, les méthodes d’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul ont largement démontré leur inefficacité. Si, il y a 40 ans, l’objectif était encore que les enfants sachent lire en CE1, il y a 20 ans, on a admis qu’il n’était pas nécessaire qu’il en fût ainsi avant la sixième. Et de nos jours, on espère que le passage à la classe de seconde permettra d’éliminer ceux des élèves qui, en troisième, ânonnent encore péniblement les huit ou dix mots de l’énoncé d’un exercice de math destiné à bien maîtriser la règle de trois.

l'école des bisous 2Ainsi, malgré une hausse constante du nombre d’enseignants en 40 ans, une explosion des moyens de l’État (l’éducation étant son premier budget, avant même le service des intérêts de la dette, pourtant colossaux), les résultats observés empêchent tout optimisme. Les savoirs dispensés, toujours plus nombreux, parcellaires et anecdotiques, ressemblent tous les jours un peu plus furieusement à de la pure propagande. Les programmes d’économie dans les classes de première et terminale spécialisées en sont caricaturaux. Et si, avant le dérapage idéologique, l’école s’employait souvent à bourrer les crânes, maintenant, elle les lave. Le programme Tabula Rasa 360° se déroule comme prévu et suivront à n’en pas douter les étapes « rinçage » et « essorage » du petit citoyen.

Ainsi, par un égalitarisme forcené, on a soigneusement mis en place un nivellement par le bas : on ne cherche plus l’excellence, on ne cherche plus à déterminer les capacités des élèves et à les orienter vers ce qui leur conviendrait le mieux, non, on cherche à former des apprenants qui rentrent bien dans les cases citoyennes et festives prévues par la République. Dès lors, les filières professionnelles qui pourraient former des individus autonomes et valorisables sur le marché du travail ont été consciencieusement dénigrées et utilisées comme voies de garage des cas sociaux et scolaires les plus difficiles. Le mépris de ces filières est évident, et parallèlement, la reproduction sociale n’a jamais été autant encouragée par l’Éducation Nationale.

l'école des bisous 3Maintenant, à ce lot d’enquiquinants désavantages, on doit, pour faire bonne mesure, ajouter quelques évidents bénéfices d’une institution aux mains d’idéologues effrénés. Par exemple, il serait dommage de passer sous silence les délirantes expressions pédagogiques utilisées pour camoufler les banalités qu’on fait faire aux élèves embrigadés dans le système, où « jouer au tennis » devient par exemple une recherche ronflante « du gain d’un duel médié par une balle ou un volant ».

Avec ces expressions truculentes qui apportent une vision résolument humoristique de l’enseignement, on doit aussi mentionner l’orthographe maintenant créative tant de la part des élèves que des enseignants et qui finit par s’infiltrer partout, depuis les journaux (télévisés ou écrits) jusque dans les programmes scolaires eux-mêmes. Comme il n’est plus question de discriminer sur la base de la religion, la couleur de peau, l’origine sociale ou, plus subtil encore, l’adresse, le nom, l’âge, le sexe, et maintenant, l’orthographe, la société que l’Éducation Nationale Française façonne à grands coups d’égalitarisme aplatisseur promet de grands moments de soviétisme productif et de novlangue extrêmement floue.

Enfin, comment oublier que l’institution a enfin réalisé le rêve de tous les révolutionnaires de la planète, à savoir produire des armées de citoyens conscientisés sur une masse grandissante de sujets de société (économies d’énergie, sauvegarde des petites abeilles et des bébés phoques, importance du vivrensemble tartiné en couches épaisses sur tous les sujets possibles), et conséquemment, moins de sombres techniciens, d’ennuyeux ingénieurs, de froids scientifiques versés dans les arcanes pénibles du décryptage de l’univers. La société française s’en trouve considérablement plus colorée, plus vive, plus joyeuse, remplie qu’elle est d’artistes bigarrés, de sociologues frétillants, d’experts en tous titres très télégéniques et autres philosophes pourfendeurs de veuves et d’orphelins. Et puis la République, tout comme jadis la Révolution avec Lavoisier, n’a pas besoin de savants, n’est-ce pas, mais bien plus sûrement de baltringues joyeux lurons pour remonter le moral des Français !

the lol beaver

Là où la Chine a délibérément choisi de former sa population à construire des ordinateurs, là où les États-Unis ont choisi de former la leur à les programmer, la France a choisi de former une toute petite élite étroite qui dictera aux ordinateurs ce qu’ils doivent faire de travers, et de produire une masse énorme d’exécutants incultes mais festifs à laquelle des ordinateurs dicteront le travail qu’ils doivent torcher.

Passionnante expérience que ces différentes façons de procéder qui permettra, on peut en être sûr, d’éclairer vivement le chemin que devront prendre les générations futures. Gageons que la France sera, une fois de plus, un phare de l’Humanité et brillera en illuminant clairement les écueils sur lesquels elle s’est précipitée avec constance.

Finalement, peut-être son échec, cuisant, internationalement reconnu, sera-t-il enfin utile ?

mistakes

—-
Ce billet a servi de chronique pour Les Enquêtes du Contribuable.

J'accepte les Bitcoins !

1MmrYjqmLM8XfDCUkDftUbTzzSWPgjRBzV

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires144

  1. Le Gnôme

    Condorcet a dit: « Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont difficiles à surprendre […] même sous la constitution la plus libre, un peuple ignorant est esclave. »

    Le plan est clair, un peuple d’esclaves est facile à dominer. Je ne suis pas un adepte de la théorie du complot, mais je crois que c’est tout à fait consciemment que le niveau est abaissé.

    1. Caton

      A nouveau, hélas, non, il n’y a pas de complot,et non, le niveau n’est pas abaissé sciemment. C’est bien pire : le système a décroché et est parti en vrille, et les ersatz de pilote élus ou nommés aux postes de responsabilité agitent vainement les commandes en tous sens, espérant ainsi tomber, par chance, sur la bonne conjugaison de commandes, palonnier, manche et gaz. Mais entre lacet, roulis et piqué, ces idiots ballotés en tous sens sont de plus en plus désorientés et font de plus en plus n’importe quoi. Et on arrive doucement au graveyard spiral.
      Le contact avec le sol pourrait s’avérer peu bisou.

      1. sam00

        Tout à fait d’accord avec vous, point de complot la dedans … hélas :-/

        Dans le monde de l’informatique, c’est ce que j’appelle le syndrome du clic-mulot.
        Même avec des ingénieurs sortis d’écoles réputés, j’ai eu trop souvent l’occasion de le constater; il se résume ainsi:
        – Je ne comprend rien au problème, mais au lieu de réfléchir, je vais essayer un truc pour voir.
        – Je clique ici. ça marche toujours pas, et le problème à changer de forme et se trouver être pire.
        – Au lieu de réfléchir sur l’influence que mon clic à produit, et donc essayer de comprendre comment régler le problème par une sortie de dichotomie, non, je clique ailleurs pour voir.
        – et je répète l’opération jusqu’à ce que la catastrophe soit de taille suffisante pour ne plus rien maîtriser
        – je décrète ensuite que le problème ne vient pas de moi, mais de la machine qu’il faut changer

        Tout dans l’action instantanée, rien dans la réflexion.

        On en rencontre des comme ça dans tous les métiers; le problème c’est qu’en politique ils ont une influence particulièrement néfaste.

            1. scaletrans

              J’avais remarqué ce genre de chose avec des stagiaires que je faisais travailler sur un projet aéronautique. Il y a bien sûr le fameux problème de la « couche 8 », mais aussi une telle absence de fondamentaux touchant, non pas au « lire & écrire », mais à l’absence d’apprentissage de l’esprit critique et de la synthèse. L’absence de cohérence (co-errance?) de ce que trouvaient certains de mes stagiaires était tout simplement atterrante, seuls les élèves des Arts & Métiers semblaient capables de survoler leur sujet.
              Ce n’est pas très éloigné des n itérations qui débouchent sur les spaghettis des prévisions climatiques du GIEC.

              1. bugbreeder

                > seuls les élèves des Arts & Métiers semblaient capables de survoler leur sujet

                ENSAM (École Nationale Supérieure des Arts & Métiers) ou CNAM (Conservatoire National des Arts & Métiers) ?
                Normalement c’est le 1er, mais que pensez vous du 2ème (j’en suis) ?

          1. sam00

            C’est cadeau et le nom n’est pas copyrighté
            J’en ai croisé dans pas mal de métiers … dans l’électricité parfois ça fait quelques étincelles 🙂

            Ce qui est fatiguant c’est de voir qu’ils sont toujours animés des meilleures intentions (comme pour l’éducation des enfants, l’aide aux nécessiteux, la redistribution des richesses), mais qu’ils ont au mieux une vision très lacunaire du problème, au pire (heureusement rare) ils ont carrément éteint le cerveau et ne se sentent aucunement responsables des conséquences de leurs actes.

          2. Danièle Schéré

            oui la description est juste, mais la conjugaison est fausse et l’incapacité à écrire correctement un simple passé simple ( à changer pour a changé, à produit pour a produit ) en dit long sur le délabrement de l’enseignement. Terrifiant…

          1. sam00

            Je ne connaissais pas, merci beaucoup 🙂
            C’est en effet un comportement sous-jacent que j’ai pu voir pendant mes études et que mon directeur de thèse appelait « la science presse-bouton » … la machine à dit que le résultat c’était ça, donc le résultat c’est ça …

            1. Aristarkke

              Illustration: Cette semaine, j’ai mené mon nouveau Doblo chez Fiat (son représentant local) pour qu’il fasse reconnaître le double de clé pucée par le système antivol intégré. Le mécano branche sa machine, fait ses manips en suivant les instructions du logiciel…qui conclut abruptement en indiquant que l’ opération s’ est mal passée et que la clé n’est pas reconnue par l’UC de gestion du moteur. Assez étonné, il reprend toutes ses manips depuis le début pour… aboutir au même résultat… Comme il s’apprête à tiercer, je lui suggère de tester auparavant le fonctionnement de la clé dans son utilisation de clé de démarrage et…le moteur démarre avec très bonne volonté… Comme je lui ai dit en conclusion, l’ essentiel est plutôt que ça fonctionne que d’avoir l’ avis de sa machine que cela ne fonctionnera pas…

                1. Aristarkke

                  Deux. Le troisieme est un Ducato (fourgon). Quant à nouveau, c’est relatif parce qu’ il a presque dix ans mais seulement 63MKM. Défaut de ce type de véhicule acheté aux enchères en provenance de la RATP, il n’y a qu’une seule clé d’ origine livrée avec. Ce n’est pas que le précédent défaille (je viens de lui refaire la suspension arrière et attaquerai les amortisseurs avant quand mon fournisseur internet Y…r arrêtera de les déclarer »en stock » pour les déclarer « en rupture » (la promo est particulièrement intéressante) quand je veux commander…) mais ce Doblo de 2003 sera « normalement » tricard à Paris à partir de Juillet ou Septembre prochain. Or, si Hi. Anne se dote de portiques lecteurs de plaques, il sera très difficile de continuer à s’en servir dans ce lieu et Paris représente un tiers de mon CA… Et, gâteau sur la cerise, ce véhicule deviendra invendable (ou avec une décote monstrueuse) en IDF. Il faudra donc que je prévoie de le vendre en province… La socemania pourrit la vie sous différentes formes…

                  1. gameover

                    Yakarouler, j’ai abandonné… ils m’ont livré 2 cardans gauche. Mais le code barre est bon, donc le gars a décrété que le gauche était un droit. Je pense qu’il s’agit d’un retour client qui a été mis dans la mauvaise boîte et c’est ce que j’ai expliqué à l’opérateur. Et comme il faut faire le retour avant d’avoir le nouveau… ils m’ont renvoyé celui que je venais de renvoyer ! J’ai abandonné…

                    1. Lark on the Wing

                      aïe aïe ! GO abdiquer ainsi, sans même tenter de bouter le feu à cette boutique ? la France est vraiment sur la pente finale….

                    2. gameover

                      HB y a un moment où je ne discute pas avec les cons : je leur fais de la bonne pub (celle qui rend libre hi hi). Ca leur coûtera plus cher que les 60 euros que j’ai perdus. Et d’après ce que j’ai vu depuis, c’est très courant qu’ils disent avoir un produit en stock et que tu attends 2 semaines pour l’avoir.
                      Oscaro est plus sérieux : s’ils n’ont pas un produit en stock, ils le disent.

                  2. Sayo

                    63 millions de kilomètres « seulement » ! Fichtre. Plutôt 63000km ou 63Mm non ? (encore que je doute que le concessionnaire comprenne une distance en mégamètres)?

                    1. gameover

                      Sayo, vous n’allez pas souvent sur le bon coin. C’est avec un M que sont indiqués les kilométrages. Monsieur n’achète que du neuf ? 😀

        1. Harold Glitch

          Nous n’avions pas ce genre de problèmes avec un terminal 3277 de base, 24 lignes de 80 caractères monochrome.

          La devise d’IBM de l’époque c’était
          – Si tu sais pas, tu fais pas !

          1. sam00

            si vous me prenez par les sentiments … 😉

            Le pire c’est que je n’ai pas connu, mais que je me sert de l’émulation 3270 assez souvent … on ne change pas une équipe qui gagne 😉

            1. Et puis il y a aussi que l’arrivée de l’interface graphique a faussement fait croire que tout le monde pouvait se lancer dans l’informatique parce que c’était plus simple. En transformant l’outil en clickodrome, on a multiplié le nombre d’humains à même de tripoter les mauvais boutons, donc le nombre de bugs et d’erreurs entre la chaise et le clavier.

      2. gameover

        Pour reprendre l’exemple de Caton avec l’avion, il faudrait rajouter que les instruments de bord sont défaillants et donc à la manière du vol AF447 (Rio-Paris) le pilote ne se rend même pas compte de la situation.

        Cf le taux de bacheliers qui n’arrête pas de monter…

      3. René-Pierre Samary

        Pas de complot, ce n’est pas nécessaire. La conjuration des imbéciles se fait de manière inconsciente. Avec un résultat similaire. Il y a toujours une entente tacite entre les crétins et les crétins, les faux-monnayeurs et les faux-monnayeurs, etc etc.

    2. scrooge

      Je ne crois pas au complot non plus: ça ne serait pas le premier poste budgétaire de l’état. L’école souffre, au milieu de bien d’autres choses, de l’incapacité qu’on les politiques à lui fixer des objectifs intelligents pour l’élève et pour la nation.
      Nous voyons le résultat de ce merveilleux objectif de 80% d’une classe d’age au bac. Nous sommes au nombre (ce qui est toujours facile dans une économie planifiée) au prix de la dévalorisation complète de ce diplome par le simple phénomène d’abondance qui détruit la valeur. (je ne rentre même pas dans le débat des connaissances maîtrisées par les dits bacheliers aujourd’hui par rapport à ceux d’il y a 20 ou 40 ans).
      Le seul résultat est de pousser les générations à rester sur les bancs de l’école 3 à 5 ans de plus pour espérer aller vers des postes ouverts autrefois au niveau bac. La frustration en plus.
      Il n’y a pas complot non plus car la jeunesse formée par une pensée de gauche dans ce qu’elle a de plus dangereuse (bons sentiments + inefficience globale) serait maintenant majoritairement à droite voire significativement au front national.
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/09/24/31001-20150924ARTFIG00331-pourquoi-les-jeunes-sont-passes-a-droite.php
      Je sais que gauche comme droite participent de ce nauffrage terrible mais il y a quand même une savoureuse ironie à voir ce retournement (s’il se confirme).
      On dit aussi, mais les chiffres me manquent, que les mieux formés (ingénieurs, commerciaux,..) partent ailleurs en nombre. Pour ceux que j’ai vu partir, il ne s’agit plus de passer quelques années à l’étranger pour valoriser ensuite une expérience professionnelle en France mais d’une mentalité d’émigré: partir pour réussir ailleurs ce qu’il est devenu impossible de réussir ici.
      Enfin le corps professoral lui même ne serait plus aussi monolithique. On peut voir ici et là des réactions d’une minorité importante qui voudrait revenir à des valeurs « utiles » comme le respect, la discipline, l’importance de l’individu lui même dans sa réussite, le travail comme ascenseur social.
      On n’est plus très loin du fond. Comme d’habitude certains vont vouloir remonter et d’autres prendre les pelles et creuser.

      1. Le retournement est surtout générationnel. Pour le coup, l’EdNat n’y peut guère. Cependant, dans l’immédiat, la tendance de fond est à l’étatisation galopante (droite comme gauche). Quant au libéralisme, il revient, doucement, par la case « rebelle ».

        1. scrooge

          Je dirais que notre EdNat a eu autant de succès dans la transmission des « valeurs de gauche » que dans l’enseignement des matières optionnelles (français, maths, histoire) des matières franchement louches (économie, physique, chimie) et des métiers synonymes d’oppression de classe (tout ce qui n’est pas de l’auto reproduction de fonctionnaires).
          On pourra faire graver sur la tombe des SNES et autre FSU « même ça je l’ai raté ».
          Ce qui n’enlève rien au phénomène naturel du retournement générationnel j’en conviens.
          En plus il est dit que l’age pousse vers la droite. Ce mouvement se fera peut être non plus sur des étiquettes mais sur des idées économiques de fond. Le temps que chacun construise ses expériences.

          1. Peste et coryza

            Sauf que cela massacre les chances de pas de jeunes, qui auraient mieux été employés si on ne les avaient pas envoyé dans des filières bouche trou…
            Combien de biologistes, de sociologues, de psychologues formés pour rien ? Alors que ces gens auraient fait de bons techniciens et assistants ingénieurs de méca, d’informatique ou d’électronique…

            1. sam00

              Je confirme! J’en connais des palanquées dans ce cas … très bon techniquement une fois que l’on a refait le travail de formation qui leur manquait.

              Je pense en avoir sauvé deux ou trois. Maintenant ils lisent, ils se forment en permanence pour rattraper leur retard dont ils ont pris conscience, il pensent leur carrière dans la durée (et non pas l’emploi assuré en sortie de diplôme), etc … et pour tout dire, ils virent libéraux et sont les premiers à protester contre les ponctions diverses (impôts, charges, etc) tant ils ont pris conscience que l’état avait beaucoup pris à leur parents sous prétexte de les éduquer à eux … et au final ne leur avait rien donné.

              Mais il ne faut pas oublier ceux qui sont complètement perdus … et j’en connais quelques uns.
              Bardés de diplômes (ingénieur, docteur, parfois les deux), et persuadés malgré plusieurs années de chômage, ils vont réussir à trouver un poste pile-poil dans leur domaine d’étude.

              L’éducation nationale leur a tellement lavé le cerveau qu’ils ne peuvent accepter que tous les beaux discours sur les études qui assurent un travail étaient des mensonges proférés par ceux qui vivent du système.
              Je peux vous dire qu’après deux ou trois contrat bien précaires dans les labos CNRS/Université, et quatre où cinq postes de maître de conférence où ils n’ont fait que de la figuration parce que le poste était réservé depuis plusieurs année … comment dire … la percution du mur de la réalité est douloureuse …

                1. scrooge

                  J’en connais un ou deux qui ont en effet découvert un peu tard et brutalement que la vie était plus proche d’un match de rugby que « du gain du duel médié par un volant ».
                  Ils se sont donc fait percuter par un mur en mouvement.
                  Quelques mots sur l’autodictée. c’est sorti d’un article du Figaro mais il pourrait être dans le Gorafi.
                  « Après qu’une phrase fut dictée à toute la classe, l’enseignant consignait sur le tableau «toutes les graphies différentes» afin que la classe «négocie oralement pour déterminer la graphie à retenir». S’il arrivait qu’une mauvaise graphie soit choisie, les formateurs invitaient les futurs enseignants à «réprimer leur adultité spontanée et à ne pas corriger»,… »

                  Je me demande comment on peut laisser des sornettes pareilles s’installer et gâcher autant de temps, d’intelligence et d’argent.

                  tout l’article est ci dessous.
                  http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/09/28/31003-20150928ARTFIG00336-une-dictee-par-jour-le-mensonge-de-najat-vallaud-belkacem.php

                  1. gameover

                    Surtout Scrooge qu’à force de voir des mots mal écrits on en arrive à se poser des questions sur la bonne orthographe et faire des fautes là où on aurait même pas eu idée et encore plus à leur âge. L’orthographe il n’y a aucune logique et c’est juste de la mémoire.

        2. RBF

          Absolument. Je n’ai pas toujours le temps d’intervenir sur ces discussions, mais sachez que vous avez là un rebelle de première catégorie.

          D’ailleurs, Marisol Touraine ne doit pas m’aimer beaucoup. Plus elle cherche à me piquer ce que je gagne honnêtement, et plus cette écervelée s’en prend plein la tronche (pas du pognon, soyons clairs).

          PS: nous sommes maintenant des centaines de frontaliers à se rebeller, et nous sommes en train de créer des liens avec les indépendants libérés de cette dictature communiste.

          Beaucoup de mes semblables sont incroyablement déterminés à ne rien payer, les tribunaux français et européens sont saisis. J’avais dit il y a quelques mois à une intervenante régulière de ce blog, que nous allions mettre la sécurité sociale par terre. L’entêtement ridicule de Marisol Touraine à tenter de nous faire courber l’échine coûtera la peau à ces collectivistes débiles et incultes.

          Qu’ils commencent à me faire des courriers sans fautes d’orthographe, et ensuite, on en reparle.

          1. Harold Glitch

            C’est certain, le frontalier est un rebelle dans l’âme, il va jusqu’à bloquer les pauvres gens aux postes de douanes pour protester contre l’obligation de s’affilier à la sécurité sociale française -Janvier 2014-. Cette lutte a l’odeur du bouchon routier et du pneu d’Audi brulé presque neuf.

            1. RBF

              Encore un raccourci idiot qui mérite tout juste une réponse. Sachez mon cher que j’étais personnellement totalement contre les blocages des douanes. Car à Bercy, quand ils ont vu des frontaliers emmerder d’autres frontaliers, je pense qu’ils ont dû bien se marrer.

              Cette lutte dont manifestement vous ignorez tout, et qui au passage vous permet de venir cracher votre venin sur les frontaliers que vous vous permettez à moitié d’associer à Besancenot et à sa clique, risquerait bien de vous surprendre, Mr Glitch.

              1. Harold Glitch

                Bzzzt, non mais, bzzzt quoi ! Ce qui me fait pouffer un tantinet, c’est quand un nombre non négligeable de vos membres frontaliers sont inscrits au syndicat Suisse des Services Publics (SSP).

                – D’un côté ils défendent leur place et leurs avantages en s’inscrivant au syndicat « rouge vif » qui milite pour la caisse unique pour les Suisses. Oui oui, ça défend la sécu, mais seulement pour les autres.

                – De l’autre ils se battent pour ne pas s’affilier à la sécu en France.

                Non mais Bzzzt quoi !

                1. RBF

                  Mensonges.

                  Je suis frontaliers depuis plus de 15 ans et je n’ai JAMAIS entendu parler de votre syndicat SSP. Mais n’ayez crainte, je ne crains pas les spectres de votre style qui n’apparaissent que lorsque le sujet des frontaliers est abordé, j’ai l’habitude des trolls comme vous (PC, MCG, mêmes pourritures).

                  Inutile de raconter des conneries, je ne vous laisserai pas faire. Donc vous pouvez droit ranger vos bzzzt là où je pense, je parlerai si je veux, que cela vous plaise ou non.

                  1. Harold Glitch

                    Mensonge élevé au carré.

                    Refuser de cracher au bassinet social commun Français sans-fond est légitime, mais il faut être un tantinet honnête quand on utilise l’idéologie libérale pour sous-tendre ce refus.

                    J’ai dit la SSP car je connais des exemples en vrai (donc pas mensonge) et que c’est l’étendard, c’est le vaisseau « idéologique » amiral. Mais rassurez-vous, le syndicat UNIA, majoritaire pour le secteur privé et pour les frontaliers, si je ne m’abuse, milite également pour la Sécu Suisse. Je re-pouffe, c’est comique quand même.

                    https://www.unia.ch/uploads/media/depliant_caisseunique.pdf

                    Ce qui est triste pour les Français et ceux qui veulent sortir de la sécu, c’est que vos procès n’ont aucune chance d’aboutir tant ils ne servent que les enfants gâtés qui ont trop profité du différentiel entre la Suisse et la France.

                    Par exemple, il y a quelques mois, en deux secondes, vous avez été augmenté de 20% (l’abandon du taux plancher). Et là, il n’y avait personne pour manifester et faire des procès de taille européenne.

                    Pensez-vous que les juges qui vont instruire le cas des assurances sociales des frontaliers ne vont pas s’apercevoir du différentiel et de la supercherie ? Je parle de supercherie car il y en a bien une et vous la connaissez, j’en suis certain.

                    Voilà pour le volet Franco-Européen, maintenant, il reste le volet Franco-Suisse et là encore, les frontaliers ne sont pas arrivés …

                    1. RBF

                      Pourquoi mensonge élevé au carré ? Je n’ai jamais dit que votre syndicat n’existait pas, j’ai dit que je n’en avais jamais entendu parler. Et je suis sûr que si je pose la question à mes collègues frontaliers, ben je pense que le vaisseau amiral gigantesque va subitement devenir un rafiot pourri tout juste capable de traverser le Doubs.

                      Quant à l’UNIA, oui, ça c’est vrai, nous connaissons. Mais UNIA ou rien, c’est presque pareil, et ce n’est pas plus mal. Si vous croyez que les frontaliers vont pleurer dans les jupons de l’UNIA quand il leur arrive quelque chose, vous vous trompez lourdement, tout le monde s’en fout de l’UNIA. Si certains frontaliers pénètrent dans leurs bureaux, c’est tout simplement pour faire remplir certains papiers ouvrant le droit au chômage en France. Car figurez-vous que l’UNIA est l’un des rares organismes habilités à le faire. Eh oui mon cher, il faut le savoir.

                      Quant à l’abandon du taux plancher, cela fait partie des règles du jeu. Je ne vois pas pourquoi il y aurait fallu des procès, alors que nous n’en faisons pas quand le CHF se casse la gueule. Soyez honnête, avez-vous vu beaucoup de frontaliers manifester en 2007 quand le CHF ne valait pas un clou ? Personnellement je n’en ai pas vu un seul.

                      Pour en finir avec les juges qui vont instruire le cas des assurances des frontaliers, il n’auront pas d’autres choix que de lâcher l’affaire. Vous ne connaissez pas l’histoire, moi je la connais sur le bout des doigts. Marisol Touraine a commis tellement de bourdes en si peu de temps, que la fessée est assurée. PS: les assureurs suisses sont avec nous, l’OFSP est avec nous, Berne est avec nous, eh oui, rien que ça.

                      J’ajoute que je ne vois aucune supercherie. Le différentiel n’est pas un argument valable, ce n’est pas nous qui faisons fluctuer le cours des monnaies.

      1. Nice-oliver

        Ma pédiatre d’épouse la voit passer dans son cabinet la fameuse démographie française… Et comment dire… Il ne faut pas trop compter sur cette jeunesse!!!

    1. jga

      L’instruction, éventuellement. L’éducation… enfin on peut toujours dire « Mes excuses » en tapant sur son adversaire après tout. Simple rappel anti novlangue.

  2. Gerldam

    « Entre Machiavel et la connerie, choisissez toujours la connerie » (Alain Madelin). Certes, mais je pense que, dans le cas de l’EdNat, la volonté idéologique de former de bons peitts socialistes qui vont voter comme il faut est manifeste. Le nombre de plus en plus élevé de classes où les français dits « de souche » sont minoritaires n’arrange rien du tout non plus.

    1. sam00

      Oui et non.
      Pour avoir côtoyé suffisamment longtemps le milieu de l’éducation, j’ai pu constater que si l’idéologie socialiste et communiste y est monstrueusement dominante, pour autant ces personnes ne pensent pas si loin que vous le croyez.

      Ils sont dans le camp du bien.
      Leur vision des réformes à faire et de la façon d’enseigner va dans le sens des idées du camp du bien : égalité pour tous, surtout ne favoriser personne, surtout ne pas influencer l’élève qui pourrait exceller dans tel ou tel domaine mais le laisser chercher la meilleure voie à tâtons dans le noir, etc etc …

      En fait, ça me laisse l’impression que ce ne sont plus des professeurs tel que j’en ai connu pendant mes études (qui cherchaient le moyen de maximiser la réussite de l’élève), mais des gentils animateurs de camp de vacance … l’élève ne risque plus de trouver un maître à penser dans l’école d’aujourd’hui …

      Alors, oui, leur idéologie transpire à grosse goutte dans leur enseignement, mais la très grande majorité n’en a même pas conscience tant ils sont persuadés de faire le bien.
      Et quand la catastrophe se produit, ils ne penseront jamais qu’ils pourraient (ne serais-ce qu’un peu) en être à l’origine. Comment cela se pourrait-il puisqu’ils sont dans le camp du bien?

    1. kekoresin

      Après avoir accueilli des brouettées de stagiaires niveau BAC (à sable), j’ai jeté l’éponge et envoyer chier les fabriques à crétins que sont devenues les écoles. Ma première question à l’accueil du stagiaire était « combien font 10% de 500 ». Une réponse sur 10 correcte! Après, lorsqu’on évoque les scoring désopilants de PISA, les profs sont quasi unanimes pour dire que les évaluations sont mal faites. On préfère de loin calibrer les cerveaux à l’analyse pointue des infos de BFM TV et réciter devant une caméra combien la sécurité sociale est formidable et que l’orage « c’était l’apocalypse »!

      1. Lark on the Wing

        Dans le Quadrivium scolastique, il fallait une année pour apprendre la division à deux chiffres : on n’en est plus loin…

        1. Pheldge

          Tiens j’aurais écrit « scholastique » comme « schola ». Une lointaine parente était prénommée ainsi ( Scholastique ), ça doit être l’origine de ma confusion.

        1. gameover

          LOL… il dit que la règle de 3 a été oubliée par la plupart des adultes car il y a des calculettes… Alors là, nul de chez nul !

          1. Beldchamps

            C’est comme B. Lemaire, alors ministre de l’agriculture, « pas fort en maths », qui ne connaissait pas la surface d’un hectare.

          2. kekoresin

            Il aurait fallu lui demander à ce gros bidibulle sur quelles touches il aurait appuyé pour arriver à un résultat qui n’aurait pas fait exploser de rire le fond de la classe…

  3. kekoresin

    Le meilleur moyen pour les élites communistes d’assurer un bon système de caste dirigeante est de racornir les petites cervelles du bas de la pile et mettre leurs accidents de capote dans les hautes écoles. Ainsi, les rejetons des l’Homo-énarques pourront prendre la suite de leur ainés et continuer à asservir les masses incultes.

    Le tour de force est de faire croire que l’éveil à la culture avec un gros « Q » déversera des flots d’intelligence en boite, et que c’est l’Alpha et l’Oméga de toute civilisation brillante. Perso, je n’ai jamais vu un mouton s’extasier devant une oeuvre néo-réaliste à la FRAC du coin. Cela dit, je n’ai jamais voyagé dans les univers parallèles…

  4. DoS

    Il est impossible de sortir du cadre de Dieu. De même, H16, l’Etat vous accepte, car il sait ! Point de censure à votre encontre car un électron libre gravite toujours autour du noyau. Ce système est parfait.

      1. DoS

        Oui, en effet. J’ai lu le point, un article sur le Prince Hollande. Machiavel.
        Je suis triste d’etre aussi impuissant. De même le génie d’H a ses limites.
        D’où ma conclusion.
        L’on peut tourner le cadavre Français dans n’importe quel sens:
        c’est notre faute, notre fardeau, notre peine, notre punition, notre perte.

        Cette culpabilité est insupportable. Mais il faut bien un coupable, un responsable.

        Pendant ce temps nos réformateurs-fonctionnaires continuent à nous mettre des coups de pelles dans la nuque.
        La force nous manque. L’on regarde sans rien faire, épuisé.

    1. Pheldge

      Tu as entendu Patron ? Dieu est amour ==> l’état pète euh, non, l’état t’aime !
      Bon c’est aussi , en socialie, vrai pour l’étau : l’étau t’aime 🙂 à t’étouffer !
      Hosanna ! Hosanna ! sonnez hautbois, résonnez musettes !

      1. DoS

        L’est il complètement ?
        Ne répond t’il pas lui même à un besoin qui est dans sa propre nature, attiré quelque part.
        Forcément ?!
        Nous avons tous nos chaînes. Mentales ou physiques. Plus souvent Étatiques.
        Je vois ma liberté comme cela en tout cas:
        Dans un cadre très très étroit et étouffant.
        L’anus de la France.

  5. Moggio

    Soit,pour les collégiens, l’ouvrage chez Nathan « Je comprends tout ! 5e » (édition 2012, IBSN : 9782091867007), pages 150-151 sur les « enjeux du développement durable, les dynamiques de la population ». On lit page 150 que les « objectifs du développement durable ont été définis au « Sommet de la Terre » de Rio de Janeiro en 1992″, face notamment « à l’accroissement de la pauvreté ». Bien sûr, ce constat est faux, la pauvreté mondiale étant au contraire à l’époque sur une tendance baissière forte, comme une petite recherche sur la Toile permet très facilement de le trouver.

  6. Marc C

    Cet échec obligatoire pour tout le monde se combat quand on en a la possibilité par l’ inscription des enfants dans des écoles privées hors contrat avec un programme simple :
    Dictée tous les jours
    Calcul tous les jours
    Grammaire / orthographe tous les jours
    1 heure d’anglais mini par jour
    resultats garantis
    Le coût est faramineux. On ne mange plus très souvent au restaurant, on ne voyage plus mais l’essentiel devrait être sauvé !

    1. scaletrans

      Ne vous inquiétez pas, le « petit serpent » a nommé une équipe spécialement destinée à vérifier si ces écoles transmettent bien les « valeurs de la république ». Vous avez encore un peu de temps car l’équipe va d’abord se consacrer aux écoles catho tradis.

  7. Rara’

    Ils ont surtout des postulats débiles et quand le premier principe est mauvais, voire carrément faux, le faux impliquant le faux…

    Punaise, mais je serais parent, je serais furieuse que des idéologues comme Meirieux se permettent de comparer l’instruction des gosses avec une chaîne de montage. Il faudrait que je retrouve l’entretien mais il avait sorti (approximativement) au sujet du bac et de ses 80% de réussite, que ce n’était pas suffisant, objectif 100%, parce que vous imaginez, vous, une chaîne de montage dont 20% des produits sont défectueux à la sortie ?

    Ces gens sont immondes.

    1. sam00

      Soyez « rassurée », une bonne partie des parents sont furieux du niveau lamentable de l’école et des « savoirs » transmis … mais soit ils font leur possible pour sortir leurs gamins du système, soit ils font leur possible pour leur payer des cours particuliers, soit ils font leur possible pour essayer de compenser eux-même les lacunes de l’enseignement (j’en connais qui refont tous les soir les leçons pour leurs enfants …)

      Le problème justement c’est qu’un petit nombre de français (et de parents surtout) ont pleinement conscience de la catastrophe en cour, mais qu’ils choisissent de consacrer le peu d’énergie qu’ils ont à essayer de sauver les gamins plutôt que luter contre le Léviathan … et j’avoue que je les comprends.

      Pour les autres … que dire … ils ont voulu le socialisme … ils l’ont.

    2. Val

      @rara , effectivement quand je parlais hier de têtes « pensantes » une d ‘elles est Meirieux . Il n’y a pas a proprement parler de complot organisé , pas de solution finale de l’élève . Mais on laisse délibérément ces idéologues fous agir et détruire. Je l’ai entendu , ce fameux 20% , de la bouche d’une instit parlant de l’échec de 20% de ses élèves lors de l’apprentissage de la lecture . C’est normal, m’a t elle dit, c ‘est la règle des 80-20 % , aucune méthode ne marche à 100% . Voila , c’est normal . 1 sur 5 ne sait pas lire et c’est normal. Je lui ai dit : toléreriez vous cela d’une méthode d’apprentissage de la natation ? 1 sur 5 se noie ? Elle m ‘a regardée ahurie .

    3. voleurdufeu

      Chère Rara,
      ´le faux impliquant le faux´….Hmm, c’est vrai, mais le faux implique aussi véritablement le vrai. Du faux, on peut tout déduire. l’erreur dans l’hypothèse n’implique pas celle de la conclusion. Mais l’inverse est vrai: une conclusion fausse implique une hypothèse erronée.
      Fait-on encore un trimestre de logique des propositions en première année de philosophie?
      Toufoulkan.

    4. jga

      Sont-ils là pour être instruits ? Une fois de plus on touche aux mêmes sujets: le rôle de l’Etat (j’accorde encore la majuscule pour son caractère grammatical discriminant).

    1. DoS

      Oui. L’idée que des millions de gens s’auto-détruisent reste quand même lourde à digérer.

      Il suffirait d’une prise de conscience, que les médias fassent leur travail pour changer.
      Nos débats restent dans Marx, piketout, filoche, memelenchon, Hollande…Pffff

      De l’air, vite !

      1. yoananda

        On a l’impression qu’il suffirait d’un rien, mais bon, ça fait quand même un bon moment que ça dure, alors il faut peut-être se résigner à se dire qu’il s’agit vraiment d’un choix. Si vous lisez « ailleurs » sur le net, l’anti-libéralisme, l’anti-capitalisme, l’anti-mérite est quasi généralisé. Ils veulent tous de l’argent gratuit, c’est tout, plus de clientélisme pour eux.
        Partout.
        Je ne vois personne dire « réduisez l’état, sortez vous les doigts ». Personne.

        Alors qu’a l’inverse il y a peut-être des pays qui ne demanderaient pas mieux d’accueillir des libéraux convaincus.

        Et puis, c’est un peu la sagesse de base : mieux vaut vivre avec des gens qui vont dans la même direction que soi que s’épuiser à essayer de changer ceux qui ont fait des choix différents.
        Le libéralisme c’est aussi ça, non ?

          1. zelectron

            une hypothèse :
            Mussolini disait : « Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État ! » Nous sommes sous un régime qui par certains aspects est socialo-fasciste :
            70 à 75% des fonctionnaires ou apparentés de près ou de loin doivent rejoindre le secteur privé et vite ( période de 10/15 ans au grand maximum ) !
            remède : (résumé de résumé)
            – 6 fois moins d’élus (aucune obligation d’être candidat si la condition suivante ne leur fait pas plaisir)
            – contrôle des élus 24/24 par des citoyens ( 4 x 20 par ex.) tirés au sort, retraités, en bonne santé, de tous horizons socio-professionnels

          2. yoananda

            j’aimerai bien le savoir. Mais sans aller jusqu’à un Eldorado, ce qui est sûr, c’est qu’ici en France, c’est l’inverse. Je pense que ça laisse de la marge vu qu’on est l’un (si ce n’est LE) pays de l’OCDE ou l’état est le plus lourd, pour ne pas dire pachidermique. Mais surtout surtout, la mentalité des français (en dehors de quelques exceptions) est foncièrement anti-libérale (ce qui permet à l’état de prospérer malgré les nombreux inconvénients que ça provoque).

    2. sam00

      ça ressemble à Jacques Généreux qui nous explique doctement dans un de ses livres que l’on peut parfaitement échapper à l’impôt: il suffit de se suicider … livre qui à eu le prix des lycéens du livre d’économie me semble-t-il … on a les honneurs qu’on peut

      1. sam00

        C’est d’ailleurs très amusant de le relire dans un article de 2001 où il parle des analyses de Pikety sur la baisse des grandes fortunes et les inégalités … et surtout des impôts
        http://www.liberation.fr/politiques/2001/10/04/jacques-genereux-l-impot-est-le-juste-prix-des-biens-publics_379176

        J’aime le passage :
        « Baisser les impôts n’est pas selon vous une nécessité?

        Absolument pas. Le plus extraordinaire, c’est qu’il n’y a aucun mouvement de révolte fiscale en France. Aucune étude empirique ou économétrique ne démontre que les différences de compétitivité ou de productivité entre les pays sont significativement liées à des différences de pression fiscale. »

        Il devrait avoir changé d’avis maintenant en 2015 … et pourtant non, il persévère …

    3. jga

      Donnez moi une green card, je solde tout en 48h et j’y pars avec femme et enfants (et oui je sais il y a du collectivisme aussi aux US, mais pour le moment ça reste moins pire). Sauf que pour l’avoir… c’est pas bran.. gagné.

  8. Calvin

    « La vraie démocratie est celle qui permet à chaque individu de donner son maximum d’efforts.

    Pourquoi faut-il qu’à côté de cette démocratie féconde il en soit une autre, stérile et dangereuse, qui, sous je ne sais quel prétexte d’égalité chimérique, rêve d’absorber et d’anéantir l’individu dans l’État.

    Cette fausse démocratie a le goût, j’oserai dire le culte, de la médiocrité.

    Tout ce qui est supérieur lui est suspect. :star:

    On pourrait définir cette démocratie, la ligue de ceux qui veulent vivre sans travailler, consommer sans produire, arriver aux emplois sans y être préparés, aux honneurs sans en être dignes. »

    Louis Pasteur

    1. Higgins

      Hayek dans son ouvrage « La route de la servitude » évoque cette fausse démocratie où le (les) détenteur du pouvoir se fait régulièrement adoubé via des élections. Pour obtenir l’effet désiré, il est nécessaire de détruire l’esprit critique chez les citoyens. La propagande via des médias complices qu’on achète à coup de subventions et de pressions discrètes est une arme couramment utilisée. Mais elle ne serait pas autant efficace si on ne prenait pas grand soin de détruire le système éducatif en l’empêchant de transmettre les valeurs et les savoirs requis à l’exercice de cet esprit critique. J’avoue avoir été bluffé par la prescience de l’auteur qui décrit parfaitement le quotidien de la société française de 2015.

      1. Val

        @Higgins a la fois , l’histoire ayant un goût appuyé pour le comique répétitif , il y avait déjà des bases de réflexion; apres il reste à adapter le fil conducteur au contexte culturel local et temporel .

  9. René-Pierre Samary

    « on ne cherche plus à déterminer les capacités des élèves et à les orienter vers ce qui leur conviendrait le mieux »
    … car cela supposerait que les capacités peuvent être plus ou moins grandes. Vade retro satanas ! En fait, l’intelligence n’est pas égale au départ, mais tout ce qui est de l’ordre de l’inné est ressenti, en France, comme une atteinte à la sainte égalité. Seul le « culturel » existe. Trotski : « La construction sociale et l’éducation psychophysique de soi deviendront deux aspects d’un seul et même processus. Tous les arts (…) donneront à ce processus une forme sublime. (…) L’homme deviendra incommensurablement plus fort, plus sage et plus subtil ; son corps deviendra plus harmonieux, ses mouvements mieux rythmés, sa voix plus mélodieuse. Les formes de la vie deviendront dynamiquement belles. L’homme moyen s’élèvera à la hauteur d’un Aristote, d’un Goethe, d’un Marx. Et sur cette crête, de nouveaux pics s’élèveront. »
    La réalité est tout autre. Les intelligences sont diverses, de même que les caractères, et à cette diversité devrait répondre des types d’enseignements différents. « Il ne faudrait pas confondre le principe d’égalité des chances avec une uniformité de moyens, de techniques et d’objectifs pédagogiques pour tous les enfants. C’est par la diversité et non l’uniformité des approches et des objectifs que l’on peut parvenir à rendre l’enseignement fructueux pour des enfants de différents types d’aptitude. La réalité des différences individuelles ne signifie pas nécessairement la réussite pour certains et la frustration et l’échec pour les autres. » (Arthur A. Jensen, cité par Eysenck dans « L’Inégalité de l’Homme »).
    S’obstiner dans l’erreur est damnable. Que tous aillent en enfer, pour avoir gâché des générations entières, et les possibles talents, de toutes sortes, qu’elles portaient !

  10. Essep

    « l’école et, par extension, l’Éducation Nationale sont des sujets d’autant plus féconds que tout le monde a un avis dessus »
    D’autant plus fécond que tout le monde est obligé par la force d’y passer la majeure partie de son temps de 3 à 16 ans.

  11. gameover

    HS sur les inondations dans le Sud Est

    «Il y a eu des erreurs commises il y a 50 ans quand l’État délivrait les permis de construire»
    Eric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes
    _____________
    Il manque pas d’air ! L’état ce responsable bien pratique.
    Et partout il y a de jolis plans de prévention mais les travaux ne sont pas faits. C’est le principe de visibilité : il vaut mieux avoir des jolis bus que faire des travaux qui éviteront des catastrophes.

    1. gameover

      MDR. L’écologie tue.
      « Toutefois, il faut aussi, dit-il, accélérer les procédures. «Des travaux sont différés pour des raisons écologiques. L’une de nos digues a pris un an de retard en raison de la présence d’une plante rare sur le chantier. »

      1. Nyamba

        Hmm, l’écologie ou un aménagement du territoire complètement bancal ? Bon, j’avoue que les digues, c’est pas ma tasse de thé…

  12. Nice-oliver

    L’expression la plus fatigante c’est « J’ai fait de mon mieux, monsieur »… Et c’est vrai que l’Ednat les fait baigner dans cette soupe: ne pas faire bien voire très bien mais juste de son mieux.

    Sauf que dans la vraie vie (celle qui commence qui on va gagner sa croute), on ne leur demande pas de faire de leur mieux mais au minimum bien!!! Et ce quel que soit le job!!!

  13. christophe

    Eh bien moi, j’y crois. Au complot.

    La bêtise ne suffit pas à expliquer la big picture (qui pétarade depuis… 70 ans).
    Elle la rehausse.

    Quelques arguments.

    -les bons vieux communistes, les vrais, savent qu’une des clés, ce sont les enfants. D’où Langevin, Wallon etc.
    Plus largement, tous les vrais cinglés constructivistes savent que l’esprit des enfants est facilement… constructible.

    -« War is Peace, Freedom is Slavery, Ignorance is Strength »
    Tout le projet est orwélien. Et fonctionne parfaitement.

    Bien entendu, le projet est supporté (ou combattu) par des gens réellement intéressés, impliqués, au niveau micro… On les appelle les idiots utiles. Ils servent à rendre le projet… invisible, avec des cahots, non linéaire, souffrant parfois de setbacks… Camouflage réussi.

    Mais son essence, absolument orwélienne, prouve son existence.

    Sans tomber dans le mélodrame… En 2015, la France est devenue totalement orwélienne.
    -« je n’aime pas les riches, mon ennemi c’est la finance, c’est pas cher cest l’état qui paye »
    -nous avons des guerres sans fin (mali, syrie, isis, terrorisme tout ça, je suis charlie etc.)
    -nous avons une population décérébrée et hors sol : l’ignorance est leur force
    -le passé est réécrit : « la france est une grande nation noire » (Thomas Thevenoud, PS, 2014)
    -et nous avons la liberté de choisir la couleur de notre iPhone… donc nous sommes esclaves

    1. gameover

      Si c’était le seul secteur où il y a un fail je serais d’accord avec une volonté du pouvoir d’abêtir les masses.
      Mais en fait c’est partout, dans tous les domaines d’intervention de l’état : que des décisions foireuses. Donc il y a un moment où il faut se dire que ce sont des vrais cons, des abrutis, des imbéciles, des idiots.
      Au début du quinquennat d’Hollande, certains supputaient que les décisions débiles prises sous-tendaient un plan d’action d’une grande intelligence, que nous pauvres hères ne pouvions comprendre à notre niveau : il faut se rendre à l’évidence que c’est un abruti. Et un chef abruti choisit toujours des plus abrutis que lui pour pas ne se faire piquer sa place.

      1. christophe

        Abruti ?

        Jusqu’à preuve du contraire :
        -pépère va très bien
        -il file le grand amour
        -il nomme ses amis à des hauts postes et sinécures
        -il a sa cour
        -il jouit du pouvoir qu’il a en distribuant des privilèges
        -il voyage en jet privé
        -il loge dans de somptueux palais
        -il est nourri aux meilleures tables
        -il paye peu d’impôts, et est blindé de fric, et rigole de la formidable retraite qu’il aura
        -il a plein d’amis, ils font des réunions, font des plans sur la comète, s’amusent et s’excitent
        -et ses ennemis, il s’amuse à leur balancer des contrôles fiscaux, des affaires judicaires et autres coups tordus

        et vous ?
        -vous payez vos impôts, des taxes
        -vous tirez sans doute le diable par la queue
        -vous n’aurez pas ou peu de retraite
        -vous « votez » et ça ne sert à rien, cela vous frustre

        Pardon, mais qui est l’abruti dans l’affaire ?

        Que Hollande nous sorte pas les trous de nez, OK, mais arrêtez de dire qu’il est « abruti ».

        Au final, il nous enfile TOUS, pardonnez moi l’expression.

        1. Harold Glitch

          Et quelques années plus tard le roi Hollande et sa concubine seront guillotinés place de la Révolution Libérale. Son confesseur l’abbé Hashseize rapportera ses dernières paroles :
          – « Le scooter, sans la tête ça va être difficile pour le casque ».

    2. Higgins

      Toujours Hayek:
      « La meilleure façon de faire admettre aux hommes l(authenticité des valeurs qu’on leur propose, c’est de les convaincre de de leur identité avec celles qu’ils avaient toujours appréciées, sans toutefois les avoir auparavant parfaitement comprises ou reconnues. La technique la plus efficace pour arriver à cette fin consiste à employer des termes anciens en leur prêtant un sens nouveau. Peu d’éléments du régime totalitaire sont aussi déroutants pour l’observateur superficiel et en même temps aussi caractéristiques du climat intellectuel du système que la perversion du langage (d’où la destruction de l’institution scolaire). La plus grande victime dans cet ordre d’idée est le mot : liberté….En effet, on peut affirmer que partout où la liberté a été abolie (ou sérieusement diminuée comme en France), ce fut au nom d’une liberté nouvelle qu’on promettait au peuple. »

      Au vu de ce qui se passe dans ce pays, on peut raisonnablement imaginer qu’il y a, derrière toutes les décisions imbéciles et liberticides prises par le pouvoir, un embryon de complot

      1. gameover

        Si le mot complot a le sens du mot entente, oui bien sûr.
        Mais je pense qu’en leur Ford** intérieur ils pensent le faire pour le bien, pour forger un homme nouveau et c’est là que le mot complot n’a plus sa place.

        ** copyright VM

  14. gameover

    HS
    NKM prône un «statut général du travailleur indépendant»

    Harry, tes clients vont te payer tes congés payés youpi !

    « Elle prône de créer des sous-statuts selon le degré de dépendance, «seuils de dépendance économique», du travailleur indépendant vis-à-vis d’une entreprise qui pourrait octroyer des congés payés ou des RTT à l’indépendant travaillant très régulièrement pour elle. »
    […]
    « L’assurance chômage de ces travailleurs indépendants pourrait être confiée au secteur privé «avec des incitations fiscales de l’Etat». Les cotisations sociales de ces travailleurs indépendants seraient assises sur leurs revenus et les entreprises «participeraient aussi via un ticket calculé selon le degré de recours aux indépendants.» Nathalie Kosciusko-Morizet prône un premier test d’une telle formule dans le secteur du numérique. »
    ____________
    Le travailleur indépendant dépendant… c’est nouveau…

      1. Pheldge

        NKM, Morano, Dati … ne sont guère plus brillantes que NVB, MST, Lebranchu ! et elles n’ont pas l’excuse d’être aveuglées par l’idéologie .
        Vous avez dit parité ? 😉

  15. scaletrans

    @ gameover « L’orthographe il n’y a aucune logique et c’est juste de la mémoire. » L’orthographe fait majoritairement appel à la logique, ne serait-ce que pour les accords; et ce que vous appelez la mémoire en orthographe relève plutôt de la culture.

  16. scaletrans

    @ bugbreeder
    Je parlais de l’ENSAM naturellement, et n’ai pas d’opinion sur votre école. Vu votre avatar, elle ne doit pas être si mal que ça 🙂

  17. NicolasPimprenelle

    « (l’éducation étant son premier budget, avant même le service des intérêts de la dette, pourtant colossaux) »
    Je ne sais pas quel est le plus rassurant des deux palmarès, au final …

    Notez qu’en 2013, de mémoire, ce sont les intérêts qui représentaient le premier budget de l’Etat; cette année je pense qu’ils arrivent en deuxième position uniquement pour des raison de taux bas (ce qui n’est pas rassurant non plus).

    1. gameover

      Non, en budget 2013 tel qu’éxécuté suivant la CdC (rapport mai 2014) les intérêts de la dette étaient de 46.7Mds et celui de l’EdNat de 63.4Mds (de mémoire).
      Et vu que ça ne comprend pas ce que les collectiviités financent ce n’est pas près de changer.
      Habituellement on considère qu’en comptant la contribution des familles, au total c’est 140Mds.

      gameover-comptable

  18. Alx Kailee

    Bonjour,

    Je me permets de réagir car l’un des passages de votre article m’a interpellée.
    Tout d’abord, je partage votre point de vue concernant l’échec de notre école, puisque je le vis de l’intérieur en tant que prof en collège, assistant d’année en année à des réformes / propositions toutes aussi absurdes les unes que les autres.

    Cependant, il y a un point qui m’a interloquée : « le dénigrement des filières professionnelles ». Vous parlez d’un fait « évident », encore faudrait-il pouvoir donner des exemples car ce n’est pas si évident que cela en a l’air… en quoi y a-t-il dénigrement de l’EN concernant ces possibilités d’orientation ?

    J’ai assisté en tant que jury aux commissions d’orientation de fin de 3e et savez-vous qui dénigre ces filières en premier lieu ? Non, pas les membres de la communauté éducative. Non, pas les Conseillers d’Orientation Psy ou Chefs d’établissement… mais bien ces chers parents d’élèves. « Non, mon petit Gaston n’ira pas dans la filière poubelle »… « moi je veux qu’il redouble pour passer en général ». Gaston lui, il a fait son stage de 3e dans une entreprise de ramonage et il aimé ça. Mais on s’en fout, papa et maman veut qu’il aille en général, bah oui hein, faudrait quand même pas aller en pro c’est pour les « nuls ». On ne veut pas d’un fils nul, « comme même » (comme diraient certains gamins…).

    Alors non, je regrette. L’EN ne dénigre pas ces filières et elle les valorise même. Les professeurs en charge de classes de 3e se « battent » pour que les élèves puissent s’orienter vers ces voies, mais les obstacles sont les parents le plus souvent, niant les envies de leurs gamins pour leur satisfaction ou fierté personnelle… et puis bien sûr l’influence indéniable des médias sur la question et les idées reçus qui vont bon train.

    Sur ce, bel article, certes pessimiste mais malheureusement réaliste.

    1. Le dénigrement provient non pas des profs en particulier, mais de l’institution en général. Pourquoi croyez vous que les parents ont une très mauvaise image de ces filières ?

      Eh bien parce que ces parents ont récolté cette impression de ce qu’ils ont vu, lu, entendu, et constaté.

      Eh bien parce que ces filières servent aussi, systématiquement, de rebut à tous ceux dont l’EdNat ne sait plus quoi faire entre 12 et 16 ans. Alors oui bien sûr, il y a des gamins qui sont tout indiqués pour celles-là et qui s’en tirent très bien, font d’excellents ouvriers et artisans par la suite (et heureusement). Mais ceux-là sont ceux qui justifient l’existence de ces filières, par la présence de tous ces petits paquets de gamins ingérables gentiment poussés là faute de mieux.

      1. gameover

        Oui d’ailleurs c’est bien l’institution qui a supprimé l’accès à ses filières pro en suprimmant le Certificat de Fin d’Etudes Primaires car il était absolument intolérable qu’un enfant quitte l’école sans savoir où est l’Azerbaijan.
        Ca n’a fait qu’encombrer la filière du collège et repousser le problème d’erreur de parcours plus loin.
        Le collège unique, ce n’est pas une idée de parents.

        1. Collège unique, éducation obligatoire jusqu’à 16 ans, bac pour 80% d’une tranche d’âge (donc on distribuera aussi des bac pro, techniques, à qui en veut) … Il y a eu toute une palanquée de débilités du même genre.

  19. Harold Glitch

    « Pourquoi mensonge élevé au carré ? »

    Bon, le « répondre » n’est pas disponible, je vais donc répondre à votre dernière insertion ici.

    La supercherie des frontaliers est la suivante : quand je suis jeune et en bonne santé, je souscris à l’assurance frontalier, okay, je résume :

    – Je ne gagne pas suffisamment pour être impacté par la nouvelle réglementation, comme 70% de mes compagnons (grosso modo) j’y gagne avec la SECU donc je ne râle pas.

    – Je suis un vieux frontalier faisant parti des 30% les plus favorisés, et le moment venu de la retraite je vais me détacher de ma mutuelle pour retourner à la SECU.

    C’est là il y a un problème, c’est ce que j’appelle la supercherie car le libéralisme c’est quand ça vous arrange.

    Et même si les tribunaux qui jugent la loi stricto sensu, vous donnent raison, l’état français ne laissera pas passer le truc.

    — Concernant le volet Suisse c’est bigrement en votre défaveur sur tout les plans.

Laisser un commentaire