CGT et gouvernement : ces as de la censure

Il y a quelques jours, Facebook publiait un état des lieux assez alarmant sur la censure que les gouvernements lui imposent sur son application. Malheureusement, cette tendance des uns et des autres à vouloir faire taire ceux qui émettent des avis contraires semble actuellement se répandre.

Les exemples se multiplient et ne rassurent pas.

Dans le monde de l’art, un récent rapport montre une augmentation inquiétante du nombre d’artistes tués ainsi qu’une augmentation des actes de censure. Le rapport étant mondial, je tiens tout de suite à préciser qu’il ne s’agit pas de l’abomination habituelle du turbolibéralisme débridé qui vise à priver de revenus l’un ou l’autre artiste sursubventionné français puisqu’on parle ici de vraie censure, de vrais artistes poursuivis et, au final, de vrais morts.

Si l’on reste en France, la violence est heureusement moins présente, mais on retrouve toujours cette forme plus ou moins subtile de censure, le cas récent du groupe Eagle of Death Metal venant ici à point nommé pour illustrer mon propos : si, bien sûr, les organisateurs d’un concert ou d’un festival ont tout à fait le droit de déprogrammer un groupe qui ne leur plairait plus, on ne peut s’empêcher de noter les raisons, parfaitement idéologiques, qui poussent au retrait de ce groupe spécifique, un peu comme si les organisateurs découvraient subitement que le leader ne tient pas un discours assez Charlie-compatible pour eux. Oh. Zut.

Bien évidemment, si les tentatives d’étouffement d’un discours qu’on n’aime pas ne prenaient que cette tournure en France, le pays serait exemplaire puisqu’alors, chacun pourrait pratiquement s’exprimer comme il l’entend. Malheureusement, on en est loin comme je le notais en introduction en parlant de Facebook.

Ainsi, à l’instar d’une Arabie Saoudite qui, il y a une semaine, a décidé de couper net la messagerie interne de Facebook, la France semble ne pas s’embarrasser de droits de l’Homme et autres chartes encombrantes lorsqu’il s’agit d’aller censurer l’un ou l’autre contenu sur le réseau social, au point de devenir le principal acteur de cette censure. Pour une fois que la France est très loin devant les autres pays, ce n’est malheureusement pas pour un fait très glorieux.

censure fb

En réalité, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que cette censure n’est pas du tout un comportement déviant de la part du gouvernement ou des petits kapos du Camp du Bien qui se caractérisent justement par l’utilisation assez massive de ces procédés visant à étouffer toute pensée dissidente : c’est un comportement assumé, délibéré, voulu. Et pire que tout, c’est que cette censure, trop fréquemment actée par le gouvernement, n’est pas un comportement spécifique à ce dernier mais est maintenant ancré dans d’autres institutions publiques, à commencer par les organisations syndicales devenues mafieuses.

la cgtCet aspect délibéré et parfaitement assumé trouve d’ailleurs son illustration pas plus tard qu’hier, jeudi 26 mai 2016, où tout le pays a pu assister, en grandeur réelle, à une censure de fait par un groupement d’intérêts particuliers, par l’utilisation de la force, sans que l’État ne soit intervenu d’une façon ou d’une autre (pour favoriser ou empêcher cette censure). On apprend en effet qu’après que plusieurs titres ont refusé de publier en pleine page une vibrante tribune de Philippe Martinez, l’inénarrable secrétaire général à la stalinienne moustache, la CGT a intégralement bloqué la parution des quotidiens nationaux à l’exception bien sûr de l’Humanité qui s’est gracieusement plié à ses injonctions (et qui n’a absolument rien à faire de ses lecteurs, puisque cette rédaction est payée par le contribuable).

censure cgt livre

Non, je n’enjolive pas les faits, je n’exagère pas : la CGT a imposé la publication d’une tribune de Martinez, sous menace d’empêcher la parution papier des journaux. Ceux qui ont refusés (la presse nationale, essentiellement) n’ont donc pas pu paraître. Dans un pays qui se gargarise de son respect des droits fondamentaux, de sa liberté d’expression et du respect des individus, voilà qui est particulièrement intéressant et qui ne peut déclencher que la consternation de la part des observateurs réguliers de notre vie sociale à la française.

En outre, on aurait pu s’attendre au déclenchement d’un scandale national, avec des éditos enflammés, des prises de parole des politiciens pour fustiger cette prise de contrôle de la presse par la CGT, cette dénonciation d’un comportement digne d’une mafia. Il n’en fut rien.

Côté politicien, chacun aura compris que le but n’est surtout pas de cogner sur la CGT. En paralysant le pays, le syndicat savonne la planche d’un gouvernement qu’une bonne partie de la gauche ne peut plus encaisser et que la droite a tout intérêt à asticoter autant que possible, ce qui explique pourquoi, actuellement, tous ses ténors, lorsqu’ils s’expriment (et encore le font-ils fort timidement), se contentent de s’emporter contre un gouvernement qui fait n’importe quoi, n’importe comment, qui est impuissant et dépassé. Sur la CGT, rien à dire, c’est du velours.

Côté presse, toute dénonciation un peu trop virulente entraînera d’autres disparition des kiosques de leurs numéros. Pour la façade, quelques protestations, molles, seront émises, mais en définitive, tout le monde sait fort bien ce qui se trame ici, et nous sommes en France après tout : la CGT, qui n’est en réalité qu’assez peu concernée par la Loi Travail tant ses militants sont très majoritairement dans le public, fait simplement de la retape publicitaire pour gagner quelques nouveaux adhérents qui, jusqu’à présent, allaient à la concurrence, et les dommages collatéraux qu’elle commet dans son Happening Barbecue sont, à la limite, « de bonne guerre ». Rien de grave, circulez, il n’y a rien à voir.

la cgt dialoguePourtant, cette nouvelle démonstration de toute la nuisibilité de la CGT suffirait, dans n’importe quel pays ayant les pieds sur terres, les yeux en face des trous et deux onces de bon sens, à signer sa dissolution et l’envoi de la bande de malfrats qu’elle représente devant les tribunaux de la République. Si l’on devait ajouter à ce dernier forfait lamentable toutes les veuleries, toutes les bassesses, tous les détournements, tous les petits arrangements mafieux dont la centrale est une habituée, ce mouvement criminel aurait été dissous depuis des décennies, avant même qu’il ne se lance dans le recel, le trafic d’alcool ou d’arme comme il en a fait l’expérience ensuite. Dans un pays normal dirigé par un président normal qui dissout les milices d’extrême-droite, les coteries mafieuses d’extrême-gauche seraient aussi dissoutes, CGT en premier.

Et plus à propos, la décontraction qui entoure cette censure scandaleuse (et pour tout dire, typiquement soviétique) et le reste des comportements de censeurs qu’on observe partout dans le pays indiquent malheureusement que le peuple français, ses élites, ses dirigeants, sa classe jacassante jusqu’au moindre ouvrier ont complètement perdu le sens des valeurs. Tous les jours des exemples me parviennent de faits divers scandaleux, de comportements consternants passés au rang d’habitudes par lâcheté, jm’enfoutisme ou résignation. Chaque jour amène son lot d’abandon de l’un ou l’autre des principes qui firent, jadis, la grandeur de ce pays.

Aujourd’hui, qu’un droit aussi fondamental que celui de s’exprimer, librement, ait ainsi disparu dans le brouhaha des bienpensances, dans le silence de l’auto-censure, ou dans la censure active des nervis syndicalistes indique mieux que tout autre signe que ce pays n’a plus aucune limite idéologique et qu’il s’apprête donc, psychologiquement, à tout accepter même et surtout le pire parce qu’il ne s’est plus fixé aucune limite au-delà de laquelle il peut se dire qu’enfin, trop, c’est trop.

Ce pays est foutu.

Commentaires147

  1. Le Gnôme

    Le droit à la liberté, en France, allons, soyons sérieux, cela n’a jamais existé. Maintenant, il s’arrête où commence celui de la CGT.

    Et puis, ce syndicat fait partie du Kamdubien, il ne saurait donc aliéner quelque droit que ce soit. Il voulait juste faire valoir son droit légitime à l’information que la presse bourgeoise inféodée au capitalisme turbo-libéral lui a refusé.

    Pas de liberté pour les ennemis de la liberté disait Saint-Just, un autre grand démocrate. C’est une habitude qui date de loin chez nous, n’est ce pas ?

    1. Deres

      Pour moi, plus que de la censure, c’est tout simplement de l’extorsion de fond de la CGT envers la presse. La triste réalité est que ce syndicat veut des pleines pages de publicité gratuite dans les journaux. Et il détourne pour cela les droits syndicaux. Il devrait y avoir une plainte pure et simple de la presse devant la justice. Malheureusement, c’est juste la pointe de l’iceberg, les syndicats utilisant en permanence leur pouvoir de nuisance pour se créer des avantages pour eux au lieu de s’intéresser au sort des travailleurs. Rappelez vous le syndicaliste de Florange recasé aux européennes (c’est bien le seul) ou le fait que la loi travail augmente de 15% les heures de délégation syndicales donc directement le personnel des syndicats.

  2. Calvin

    Oui, il est foutu, ce pays…
    On a commencé à rogner des libertés, petits bouts par petits bouts, une par une. Et quand tout s’accélère, plus personne ne dit rien. En public.
    Certains se contentent de râler. Ici.

    1. LOUBOUTIN Gwen

      C’est vrai, on râle, on critique…Mais zapper tel ou tel blog par simple découragement serait donner raison à nos dirigeants. Ils comptent sur l’usure pour rogner un peu plus sur nos libertés. Et puis, ils n’auraient plus rien à censurer les pauvres… Pensez également à H16 qui carbure au WTF, je le vois mal nous régaler d’un billet quotidien en grignotant des chocolats suisses.

    1. Pat

      « l’envoi de la bande de malfrats qu’elle représente devant les tribunaux de la République » ? Auncun intérêt, puisque « les tribunaux de la République » sont de fait sympathisants d’extrême gauche, ce qu’ils viennent de prouver en libérant les casseurs, agresseurs de policiers en voiture et incendiaires. A noter que ces casseurs ont gardé leur anonymat, ce qui leur permettra de recommencer tranquillement.

      1. exilé

        Ouï dire que l’arrière petit fils d’un écrivain catholique célèbre est parmi eux.
        bien connu comme « anti fa » copain de Clément Méric, ancien élève du Lycée autogéré de Paris, rue de Vaugirard dans le XVe arrondissement.

        1. Peste et coryza

          Antifas = milice du parti Socialiste + gauchistes de fac de lettres, gros réservoirs de voix et de futurs élus, fondée par un certain collectionneur de Rolex.
          Les « Fas » étant aujourd’hui rares, les antifas ont besoin d’autres causes à défendre pour exister.

  3. Pheldge

    🙂 sorry, no comment, c’est juste pour m’abonner … ( je dois aller , euhhh … »travailler » un peu et je ne veux rien rater de la chronologie des commentaires ) Et désolé, pas de petite blague, de celles qui me rendent si populaire par ici … 🙂

          1. Pheldge

            ô sculpturale délice des regards, pour m’attirer vos faveurs, j’irai, l’épée à la main, jusqu’à conquérir le Graal, le Masque à Gaz Sacré de Sa Sainteté le Patron (que des milliers de pucelles en chaleur se prosternent devant lui, avant de s’abandonner )

              1. Pheldge

                Bon CPEF et il faut se barrer. mais où ? et c’est là qu’on apprend une nouvelle réjouissante, qui ravira le camarade RPS j’en suis persuadé : Pakistan : battre sa femme, oui, mais « légèrement ». Le Tout Puissant nous a entendu et il existe désormais un paradis sur terre !
                lien suit

    1. Aristarkke

      S’il n’y en a ait qu’une par jour…
      Dire que tu vas bosser, c’est pour nous apitoyer sur ton triste sort ???

      1. Pheldge

        Pour te faire compatir ! d’autant que là, deux sorties de trois heures, et je suis tranquille pour le mois. Je peux jouer de la guitare tranquille 😉

        NB : je t’ai décrit mon régime alimentaire assez spartiate, je bois et me lave à l’eau de pluie du tonneau, et je vis vêtu d’un simple pagne, laissant le soleil tropical tanner mon corps musclé. Donc tu conçois que mes besoins sont limités.
        A l’attention des chasseurs, je précise qu’il a fallu plusieurs peux de hyènes pour fabriquer mon vêtement, qui est un pagne de quatre hyènes … 😀

  4. Tatanka

    Le pays est à genoux.
    Mais comme d’hab la Cgt s’en contre-branle, seul son intérêt en premier.
    Chier sur la liberté, détruire des emplois et se torcher avec la lois ne lui pose aucun problème comme toujours.
    les moutons commencent à sentir l’odeur du méchoui…. Soit ils restent dans l’enclos en attendant leur tour soit il vont finir par bouger ?
    Wait and see.
    Sa vas mal finir à mon avis

  5. Higgins

    Pas trop le temps de commenter surtout que le billet est parfait. On ne touche plus le fond, on creuse avec allégresse et enthousiasme. La France, le Vénézuela de l’Europe.

    1. Dr Slump

      Le taulier aurait peut-être du rappeler que la CGT détient de facto un monopole sur l’édition des livres et quotidiens (ou sur leur distribution? je ne suis plus très sûr) , et que c’est ce qui lui permet de censurer les journaux qu’elle veut quand elle veut. Elle n’a d’ailleurs pas attendu les récentes grèves pour censure l’édition de tout message contraire à son idéologie, pour le bien de l’humanitay.

      1. René-Pierre Samary

        Le Syndicat du Livre, en son temps, a coulé les journaux. Un typo devait être encarté pour être embauché. Combien de fois j’ai vu, dans les années soixante, des quotidiens où le travail rédactionnel devait être mis à la poubelle, parce que ces messieurs décidaient de ne pas l’imprimer…

  6. cherea

    « Dans le monde de l’art, un récent rapport montre une augmentation inquiétante du nombre d’artistes tués ainsi qu’une augmentation des actes de censure »

    Quand on clique sur le lien, on voit 3 manifestants avec des collages sur un carton. Je n’ai pas lu le rapport, mais coller une impression A4 en noir & blanc sur un carton n’est pas de l’art…soit dit en passant.

  7. cherea

    « la violence est heureusement moins présente, mais on retrouve toujours cette forme plus ou moins subtile de censure, le cas récent du groupe Eagle of Death Metal »

    « J’a’i vu un tweet d’askolovitch dire 90 personnes sont mortes pour aller écouter un vieux con » ces mecs là infoutus de faire la distinction discours/oeuvre. Les mecs qui sont allés au bataclan ne sont pas allés écouter un discours politique sinon un concert de musique…

    1. Aloux

      Askolovitch ? C’est qui ? Et de quoi il se mêle ? Encore un qui ferait mieux de s’occuper de ses oignons plutôt que de lâcher des pets gras sur tweeter.

    2. Val

      @cherea ,c’est la faute des gens, ils sont allés voir « eagle of death metal » pensant aller voir une fiction , les terroristes musulmans, eux, ont peut pensé que c’était le nouveau concept de télé réalité . On ne le dira jamais assez , c’est une affaire de différence culturelle . C’est un quiproquo regrettable en fait … un boulette

      1. Pheldge

        Oui, un regrettable malentendu ! nous aurions du expliquer à nos amis terroristes que nous allions mettre bon ordre et rétablir la loi conforme à leurs désirs , somme toute fort compréhensibles et légitimes. Nous sommes donc responsables de ce quiproquo et de cette tragédie, nous implorons le pardon de nos amis frères terroristes. Qu’ils sachent qu’ils seront toujours les bienvenus !

        Désolé, j’ai (encore) un peu forcé le trait …

        1. Aristarkke

          Heureusement que tu nous as prévenus que tu ne commenterais guère ce jour.
          Déjà trois de postés en une heure…
          Bonsaï a du te refiler quelque bestiole pas sympathique…

          1. Pheldge

            Je t’ai pas « prévenu que je ne commenterais guère », j’ai dit que je ne voulais pas rater la lecture chronologique des commentaires, et que je postais un truc à « no daim » pour pouvoir m’y abonner !
            ça y est, tu es tellement gâteux qu’il te faut des sous-titres 😉

    3. Gerldam

      Il faut oser appeler « musique » ce qui n’est, au fond, que du bruit plus ou moins rythmé et, de toutes façons, assourdissant.

        1. Pheldge

          vas-y, tu pousses un peu là … le métal, c’est … difficile parfois 😉
          je suis un admirateur de EVH, Steve Vai, Zakk Wylde et de nombreux grateux hardos, pour leur technique impressionnante mais faut reconnaître que question mélodie, on est parfois au niveau du …rap français ! 🙂

  8. Val

    L’histoire de cette loi a un mérite , celui de faire sortir le loup du bois, celui de montrer qui a le vrai pouvoir .La tétanie récurrente de nos gouvernants face à ces groupuscules tyrans en dit long sur la veulerie de nos gouvernants et/ou bien leur degré de compromission. Nos élus sont des pantins sans influence sur le cour des choses , et ceci, quelque soit le bord politique. Ma question : pour qui roule la cgt ? Est ce une créature folle qui vit son propre chemin de destruction ? Ou bien , suivent-ils scrupuleusement un agenda concocté par d’autres ? En tous les cas les aventures de la cgt aux pays des mauviettes est du pain béni pour d’autres types de tyrannies , nulle doute que d’autres regardent et prennent des notes en attendant de passer à l’action.

    1. lafayette

      Cette loi donne le pouvoir au patron et lui permet de mettre la rentabilité avant les emplois. C’est une vrai réussite dans le modèle colonial, même de Gaule n’a pas réussi à faire le quart.

      1. Leyland

        Le problème est que, quand on met emploi avant rentabilité, on court tout droit à la faillite (sauf bien entendu dans la fonction publique, qui a creusé un trou de 2000 milliards d’euros en trente ans, ce qu’aucune entreprise ne peut se permettre). Une entreprise qui perd de l’argent est condamnée à disparaître.
        Essayez-donc de créer une entreprise non rentable, on verra combien de temps il vous faudra pour mettre la clé sous la porte.

    2. Royaumont

      Je suis tout de même un peu surpris. Pas par le fait que la CGT ne s’occupe que de ses intérêts particuliers, il y a belle lurette qu’on sait à quoi s’en tenir sur ses véritables motivations.
      Mais, en empêchant les journaux de paraître, la CGT, l’abominable moustachu en tête, se rend coupable d’une atteinte aux libertés fondamentales, il y a de quoi l’arrêter sur le champs, ou, de façon plus retorse, s’en servir de moyen de pression pour mettre fin à la contestation. Et, au passage, le premier sinistre pourrait endosser l’habit du maître du jeu, capable d’imposer sa volonté seul contre tous.
      Et … rien. A croire que Valls et sa clique n’ont pas envie d’agir, qu’ils trouvent leur intérêt dans ce bordel ambiant.

      1. Lorelei

        C’est plus subtil: le patron de la CGT a demandé qu’on publie son communiqué et ce sont les salariés qui ont débrayé quand cela a été refusé.
        Les salariés CGT ont, bien sûr, fait la grève spontanément. On n’écoute pas leurs revendications.

        1. lafayette

          Certes il y a ce coté représailles qui est déplaisant pour la liberté de presse, mais on peut aussi dire qu’il a été retiré de la vente à cause du pamphlet prolétarien. Avec des menteurs des deux cotés refuser la parole c’est aussi une sorte de censure.

          1. Pheldge

            vas-y Camarade, imagine qu’un coco vienne te voir en disant « j’installe ma tribune et mes hauts parleurs chez vous, vous lisez mon message à voix haute », et si tu refuses, il te bloque ton portail t’enfermant chez toi.
            Donc si tu refuses te t’exécuter parce que es chez toi et prétends y faire ce qui te plaît, tu es un censeur ? arrête …

            1. lafayette

              arrête de faire ton charlie hebdo, Le coup était assez finement joué pour que l’on puisse saluer l’exploit. Pour qu’il y ait de quoi pleurer les liberté il faudrait que cela dépasse le cas d’une édition. Car la censure aurait fait le même effet.

              Et le gros sel c’est pour le portail s’il faut le repeindre en rouge.

  9. cherea

    « voilà qui est particulièrement intéressant et qui ne peut déclencher que la consternation de la part des observateurs réguliers de notre vie sociale à la française. »

    Ce matin, chronique politique de Thomas Legrand sur FranceInter, oui la cgt a raison de bloquer des trains, des centrales nucléaires pour faire avancer le combat social…mais bloquer des imprimeries et des journaux, mon dieu quelle horreur…je jure c’est la teneur du propos de ce matin sur France inter

    1. Le Grincheux

      En même temps, c’est le même journaleux qui a reparlé de l’inversion de la hiérarchie des normes. Alors qu’il n’y a aucune inversion dans le cas présent. C’est du programme de la première année de droit, ça doit être un peu loin pour lui. Il y aurait une inversion si un accord particulier serait supérieur à un accord de branche en l’absence d’une loi supérieure lui conférant ce droit. Et de toute façon, la CGT râle contre cette loi en ignorant superbement le principe de faveur qui est exactement dans le même cas de figure. Je trouve assez pathétique le fait que personne n’ai osé balancer ça dans la figure de notre petit père des peuples national.

      Bref, rien à attendre sauf des violences. À ce titre, ce qu’il s’est passé à Paris hier est proprement scandaleux. J’étais à mon bureau, à plus de 500m de la place de la Nation et j’ai eu l’impression d’avoir été gazé tout l’après midi. Il y a eu des coups de feu (!?) et les troupes de manifestants se sont déplacées vers République dans la soirée pour continuer leur manifestation festive. Des stations de métro ont eu leurs grilles vendalisées pour que les utilisateurs ne puissent plus descendre. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai comme l’impression que ça va durer.

    2. Royaumont

      bloquer la presse, c’est s’attaquer frontalement à la liberté d’opinion et d’expression.
      C’est une atteinte délibérée aux droits fondamentaux.
      Oui, c’est plus grave que le reste.
      L’absence de réaction du gouvernement est tout aussi grave, cela veut dire qu’ils se foutent des libertés fondamentales qu’ils sont pourtant censés défendre (c’est même la raison d’être du pouvoir politique).

      Et je ne vois pas les choses de loin : hier j’ai eu droit à 1h de coupure d’électricité, pardon, de délestage.

      1. lafayette

        droit fondamentaux, elle est bien bonne celle là. Une presse qui ne fait plier le vent que dans le sens des sous-sous de la pensée gouvernementalistes. Arrêtez la propagande à deux balles.

        La presse ça sert à allumer les grillades ou taper sur les mouches trop curieuses, alors que la nouvelle soit bonne ou mauvaise ça brûles pareil.

        1. Pheldge

          « La presse ça sert à allumer les grillades ou taper sur les mouches  » camarade lafayette, tu devrais rester sur ce genre de déclarations consensuelles …

        2. Leyland

          D’accord. Inutile de subventionner les allume-feux. On peut couper les subventions à l’Huma, alors! Bonne nouvelle !

  10. Aloux

    Ils sont combien exactement à la CGT ? Et même au sein de la CGT, combien participent activement au mouvement ?

    Je suis convaincu que si les choses sont en train de prendre de telles proportions, c’est uniquement parce qu’au gouvernement chacun espère pouvoir tirer les marrons du feu et ne voit pas d’intérêt à réprimer le mouvement dans l’immédiat. Si le gouvernement décidait de résoudre le problème manu militari, je suis convaincu qu’on serait de retour à la normale en 1 ou 2 jours, Moloch a déjà prouvé qu’il sait se défendre.

    Et à côté de ça on continue d’entendre les mêmes diatribes contre le capitalisme ou même carrément pour le communisme.

    Les Français sont contre le capitalisme ? Ils veulent le communisme ? Ca tombe bien ils l’auront, et ce sera bien fait pour eux. Mais ce sera sans moi, désolé.

    1. Gerldam

      Comme je souscris à votre analyse, pourquoi attendre?
      Si, un jour, le pays devient à peu près vivable, ce sera sans doute après des subresauts assez violents. Alors autant de pas risquer de récolter une balle perdue, sans oublier que les adeptes de la kalashnikov ne vont pas rester sans profiter du bordel ambiant. Je suis surpris d’ailleurs qu’ils n’aient encore rien tenté.

      1. nemrod

        15 baltringues plus ou moins du même réseau connus depuis 10 ans.
        Meme pas foutus d’avoir une planque correcte, logistique déplorable…
        Ils ont fait du dégât parce que personne nul part n’est armé et que l’ont n’a que le choix d’attendre des heures les dépositaires monopolistiques de la la force armée.

        Me font moins flipper que les fumiers qui nous enferment petit à petit.

    2. LOUBOUTIN Gwen

      Ils sont combien ? Les chiffres diffèrent suivant les sources mais si vous constatez de visu, 20 personnes et un barbecue par quart suffisent à ralentir un site. Un 2ème BBQ et une double ration de saucisses feront qu’ils seront 40 avec l’envie de tout bloquer sous l’effet de la binouze (plus de copains = plus de tournées). Enfin, afin d’éviter la force qui semble pour moi inévitable (Martinez est un taré), le gouvernement tentera d’interdire la vente de saucisses aux abords des sites stratégiques. Enfin, tout cela est bien triste, CGT de l’argent par les fenêtres.

  11. Popeye

    Ah je suis content, on retrouve une conclusion CPEF!

    Quoi que, content, à la réflexion, pas tant que ça. Il faut dire que ce pays, j’en fais partie.

  12. Kloupa

    A quoi de positif peut-on donc s’attendre de la part d’un syndicat, la CGT, dont le leader ressemble étrangement à la caricature du Beauf de Cabu, et dont la préoccupation principale est le maintien des avantages acquis de sa clientèle préférée, les fonctionnaires et les « régimes spéciaux » (EDF, GDF,SNCF, RATP,….), tout en réclamant la même loi pour tous? En matière d’hypocrisie et de comportement mafieux, on trouve difficilement mieux.

    1. Calvin

      Il ressemble plus à un Joseph Staline qui aurait bénéficié des bienfaits du capitalisme.
      Ou un dirigeant de Bordurie, descendant de Plekszy-Gladz.

    2. Deres

      Le problème du temps de travail des fonctionnaires est que quand ils sont passé aux 35 heures, ils ont souvent conservés les jours de congés supplémentaires dont ils bénéficiant par delà les 39 heures précédentes. Au contraire, dans le privé, les congés ont généralement été remis à plat et si des jours supplémentaires existaient, ils ont été ré-intégrés dans les nouveaux RTT. Autrement dit dans le privé, si tu étais déjà au 35h, tu y est resté alors que dans le public tu es passé direct à 32h …

  13. Pencil Ivy

    J’aime beaucoup la phrase de Churchill « les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes anti-fascistes ». Mais j’ai pas beaucoup d’écho chez mes camarades de promo Sciences Po, allez comprendre pourquoi.
    Aberrant aussi de constater que la CGT se complait (et se complaint) dans un syndrome de persécution que personne ne relève ; par peur d’une barre de fer dans la tronche j’imagine pour la société civile, et par… euh, je n’ai pas de mots pour les journalistes. Le dernier exemple en date étant le rapport sur l’absentéisme des fonctionnaires – que Valls essaie de taire – lequel est pour la CGT, un acharnement du Premier Ministre à leur encontre.
    J’ai plus de mots, monsieur Ramirez…

  14. Bonsaï

    En fait, ce pays est un véritable laboratoire sociologique expérimental. Une pièce de théâtre à ciel ouvert et grandeur nature, pour de mystérieux travaux conduits par d’occultes scientifiques…
    Peut-être H16, à la tête d’un groupe d’explorateurs extraterrestres ?

    1. Roi Heenok

      Cette attitude permet de rester sain d’esprit au milieu du bordel.
      La France est un bon documentaire. On dirait une télé réalité voire un Truman show.

  15. Infraniouzes

    La CGT est un véritable exemple pour la démocratie participative.
    Quand les salariés d’une entreprise votent la grève à main levée, elle boit du petit lait et hurle à qui veut l’entendre que les travailleurs se sont démocratiquement prononcés.
    Quand on veut mettre en place des accords, entreprise par entreprise, avec vote des mêmes salariés, elle hurle au déni et arme ses nervis.
    La CGT a une vision de la démocratie à géométrie variable ce qui a complètement échappé aux caciques de la droite.
    Heureusement, ils ont le CAC 40 pour se consoler et rêver à des lendemains qui chantent.
    Vous les voyez un peu se tirer une balle dans le pied en affrontant la CGT et gâter les bonnes affaires à venir. Faut pas rêver. L’étoffe des héros ce n’est pour eux…

  16. Cerf D

    Question censure, j’entendais ce matin que le Professeur Joyeux était convoqué devant le conseil de l’ordre des médecins pour le faire taire.
    Qu’on soit pro ou anti vaccin c’est scandaleux.

    Surtout la justification donnée par le camp du bien : selon lui le taux de vaccination contre l’hépatite B en France est beaucoup trop bas alors que cette vaccination serait nécessaire. Personnellement mon risque de l’attraper étant strictement nuls pourquoi devrais-je me faire injecter le virus.

  17. tabbehim

    http://www.20minutes.fr/monde/1853531-20160527-moutons-probablement-defonces-cannabis-sement-pagaille-ville-pays-galles

    Quand j’ai lu le titre, je pensais qu’on parler de touriste français affilié à l’un ou l’autre des « syndicats » arriéré français ayant des accointances à nuire debout !
    ouf, ceux là sont inoffensif 🙂

    Mon cher H16, soyons sérieux, ce pays est d’ors et déjà foutu 🙂 les gens acceptent tout ce qui se fait de pire en matière de clientélisme (tiens, un -isme ^^ )
    la france est championne du monde de la censure aussi sur tweeter et ça ne m’étonnerais même pas qu’elle soit reine de la censure ailleurs (je repense encore au cas wikipedia avec le ministère de l’intérieur )
    Franchement, je me demande comment les choses vont aller plus bas….parce qu’elles empireront à coup sur pendant encore une bonne décennie au moins. je pensais avant hier que ça viendrai de la veulerie des zélites, mais vu la démonstration de force des syndicats, je pense qu’il va y avoir concurrence pour savoir qui lave plus rouge que rouge !

  18. Helios

    On pourrait ajouter aussi que l’état en France est totalement incapable, et parfois même refuse, d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Férocité dans la répression des paroles ou des écrits, mais quasiment plus rien contre les agressions physiques.
    Ainsi les Juifs se sentent infiniment plus en sécurité aux Etats-Unis qu’en France, alors que la France possède, à la différence des Etas-Unis, toute une panoplie de lois que l’ont sait, avec en particulier la loi Gayssot.

    1. Peste et coryza

      Je crains que non… les dirigeants français n’assurent pas le protection des français car :
      – ils n’y voient plus leur intérêt.
      – il n’y pas d’alternative à eux. Cela fait longtemps que les féodaux ont disparus, seul l’état dispose de forces armées.
      – ils ont une communauté d’esprit avec les racailles (Julien « Doctor » Dray ou Sarko2i avec ses rolex).
      – la peur maintient l’ordre dans le troupeau d’ovins qu’est le peuple français.

      Je m’explique : à la fin de l’empire carolingien, l’armée était débordée par les menaces (Hongrois à l’est, sarrasins au sud, vikings au nord, rebelles en aquitaine et en Bavière). Les gens sont allés prêter allégeances aux hommes forts locaux, qui leur donnait la protection de leurs armées en échange d’obéissance et impôts. La sécurité des biens et des personnes devenait locale.

      Imaginez que, dans votre localité, las de de ne plus pouvoir compter sur l’état, vous prêtez allégeance à l’homme fort local, ou vous montez une milice. L’état français va vous tomber dessus avec toute sa force, et vous constaterez qu’il est encore capable de défendre ses biens et ses personnes.

      1. astazou

        Sauf si l’homme fort local est le chef de gang du coin, celui que la volaille en bleu n’ose plus visiter. Il se fera fort de te protéger en échange d’une soumission totale

      2. BarLlugara

        Ce type de milice existe déjà, on appelle ça la police municipale… organisme de sécurité locale dont le niveau d’équipement dépend du taux de mégalomanie du maire local.

    2. Pencil Ivy

      Si tu veux que l’Etat français te protège, il faut que tu sois un étranger car l’Etat aura des comptes à rendre à ton pays s’il t’arrive un pépin (d’où une sécurité davantage prise au sérieux pour la Cop21 et l’Euro, par exemple). Mais ça fait bien longtemps qu’il a abandonné ses propres ressortissants auxquels visiblement il ne pense rien devoir. Mais à qui il dit que quand même, il ne faut pas se défendre soi-même, hein.
      Même la police n’a pas les moyens d’intervenir ; tout ce qu’ils peuvent faire, c’est prendre ton dépôt de main courante et te conseiller d’abandonner tes affaires si tu te fais agresser. Oui, en France on te dit juste que c’est à toi de surveiller tes affaires.
      Bien sûr, dès lors qu’on parle d’enlever les boulets qu’on a collés à la police, tu as tous les bobos et journaleux qui soulèvent immédiatement une dérive policière comme si on parlait d’un chien qui doit garder sa muselière comme on parlait de « cadeaux aux patrons » quand le CICE visait à en enlever une des nombreuses entraves.

  19. garneuil

    La source sur le graphique de la censure de Facebook indique que les demandes sont liées aux attentats de Paris. Et que « seulement » 2000 ne sont pas concernés. Ça me gène de voir ces raccourcis dans l’article et ça le décrédibilise un peu à mes yeux.

    1. Calvin

      Ah bon ?
      Donc seule la France a subi des attentats…
      Quand on voit le nombre de censures à cause des « attentats », on se dit que le pays héberge l’ensemble des cadres et des soldats de l’EI, d’Al-Qaïda et du Hamas réunis.
      Bien sûr, c’est au nom des z-attentats…

      1. garneuil

        Non, mais l’article s’appuie sur un graphique choc mais trompeur, qu’il est facile de décrédibiliser. Et par là même, l’article avec.
        Un petit mot pour dire que malgré une excuse bidon, 2000 reste énorme, ce qui démontre que la France adore la censure, ce serait bien.

    2. Aloux

      Certes, sauf que ce n’est pas la première année que la France se retrouve en tête de ce genre de classement (la flemme de rechercher mais les articles doivent pouvoir se trouver).

      Donc le gouvernement a fait supprimer plein de message supportant le terrorisme. D’abord ça n’est pas son rôle, deuxièmement je préfèrerais que les gens qui écrivent des messages de soutien aux terroristes ne soient pas censurés, comme ça ils ne peuvent pas se poser en victime et exposent leur bêtise en public. Casser le thermomètre n’a jamais guéri la fièvre.

      Enfin, avec « seulement » 2000 demandes de suppressions, on reste quand même très très bien classé, pas de quoi être fier.

  20. Sylvain

    Si je peux soumettre une idée : le drame c’est que des gens sur les internets soutiennent que ce que fait la CGT livres est du même ressort que Dassault qui ne publie pas des informations sur lui-même dans son journal (le Figaro donc). L’inversion des valeurs est actée. La liberté c’est l’esclavage.

    1. Deres

      Il y a une grosse différence quand même. Dassault ne possède qu’un journal et il y a donc quand même pluralité de l’information. Et c’est avec son argent qu’il fait cela, si cela lui chante. Par contre, suite à des négociations datant de 70 ans, il y a un monopole de l’impression de la presse contrôlé par un syndicat même pas représentatif. Et cela avec l’argent des français.

      1. Deres

        J’ajoute que cette façon de dénoncer la paille dans l’oeil du voisin pour cacher la poutre dans le sien est une technique de communication facile et mensongère. Le sujet c’est la CGT. Les agissements d’autrui ne peuvent justifier leurs crimes. C’est un raisonnement de cour d’école quand un gamin se fait choper par le surveillant …

        1. Royaumont

          Je suis assez d’accord, la CGT mérite d’être dissoute et ses dirigeants condamnés.
          Et ça ne fait pas pour autant de Valls un héros de la patrie.

          Quand on pense que tout cela se déchaîne pour une coquille vide, qu’est-ce que se serait si c’était sérieux.

        1. Deres

          Il n’y a pas de repas gratuit. Les avantages mirobolants des ouvriers du livre tous syndiqués (car recrutés par cooptation par le syndicat) sont payés par les autres français et via des subventions.

  21. Esperance

    Cher Monsieur,

    Merci pour ce que vous faites.

    Pour ma part, je suis très surpris de l’absence de réaction des catholiques (et des autres chrétiens). Ce délitement me semble pourtant patent. Il y a quelque chose qui m’échappe.

  22. Aristarkke

    Psstt Mélusine: c’est la *censure* qui est le sujet réel de votre longue double phrase coordonnée ce qui oblige à accorder ancré au féminin. 😉

    1. Pheldge

      Tiens papet, tu tombes bien, dans le Point, il y a un article « Grèce : le secret de la tombe d’Aristote enfin percé ? » toi qui y étais à l’enterrement d »Aristote, peux-tu confirmer ? lien suit

  23. sam00

    Il semble que le mois de juin va être chaud :
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/nice-le-patron-des-taxis-abdique-face-a-uber-574623.html

    Si le président des taxis niçois a décidé d’abdiquer avant l’été, et surtout, avant l’Euro 2016, c’est parce qu’il ne veut pas être « responsable de ce qui va se passer ». « Le mois de juin va être terrible », prévient-il. Et de confier à Nice-Matin:
    « J’ai peur que ça parte en vrille et qu’ils ne décident de bloquer l’Euro 2016 de football »

    Va-t-on voir nos amis les taxis dépasser la CGT en terme d’exactions, de violences et de blocages?

  24. LaVitreCassée

    Quelques passages du lien wiki sur la société Presstalis qui est liée à la CGT livre/presse… c’est juste hallucinant !

    ———————————————–

    « Presstalis, dénommée jusqu’en décembre 2009 Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), est une société commerciale de messagerie de presse chargée de distribuer des imprimés à travers un réseau de points de vente.
    La principale mission de cet organisme est de participer à la diffusion de la presse écrite.

    De par son caractère monopolistique, l’histoire des NMPP et de Presstalis est intimement liée à celle du Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT ayant une capacité de blocage de son fonctionnement, impactant par conséquent sur le bon déroulement de la distribution de la presse écrite et la fluidité des livraisons »

    Une histoire agitée : recel d’armes et détournements de matériel :

    Plusieurs affaires émaillent l’histoire des NMPP liées de manière générale au Syndicat général du livre et de la communication écrite CGT.

    À la fin des années 1980, un trafic de bobines de papier est découvert. Chaque mois, 200 tonnes de papier étaient expédiées vers Cuba pour imprimer le journal Granma. Les imprimeries de tous les quotidiens nationaux étaient concernées, et Fidel Castro lui-même traitait avec les ouvriers du Syndicat du livre. Robert Hersant, propriétaire notamment du Figaro, a préféré étouffer l’affaire plutôt que d’affronter une grève18.

    Fin 1991, la direction des NMPP découvre une cache d’armes de 5 000 fusils, carabines, armes de guerre avec leurs munitions dans l’un des hangars de Saint-Ouen. Ces armes, détournées lors de la faillite de Manufrance et stockées là par des ouvriers CGT en 1980, ont été clandestinement stockées au sein même des NMPP en attendant un hypothétique « Grand Soir ». La direction des NMPP alerte la justice mais s’abstient de porter plainte, le scandale est étouffé, le gouvernement négociant directement avec la CGT19.

    En 2003, un trafic de journaux a été découvert. Chaque jour pendant plusieurs années, entre 500 et 2 000 exemplaires de quotidiens étaient détournés par certains ouvriers et vendus par des kiosquiers. Le préjudice est estimé à 3 millions d’euros par an.

    ———————————————

    Les mecs entassent 5000 armes en attendant le grand soir, l’affaire est étouffée et l’Etat « négocie » avec eux… J’en suis tombé de ma chaise !!!

    Effrayant !

    1. Ah ? Vous ne saviez pas ?
      Quand j’écris mafieux dans le texte, c’est parce que c’est exactement de ça qu’il s’agit. Et s’ils n’attaquent pas en diffamation, c’est parce que c’est vrai.

    2. Hang’em High

      Broutilles, à côté des stocks des anciens FTP, cachés lors du « désarmement » des Milices Patriotiques….

      marxists.org/francais/barta/1944/11/tract_110844.htm

  25. LaVitreCassée

    Disons que, je n’avais pas connaissance de ces « détails »… Mais je sais parfaitement que ces gens sont des crapules. Juste, j’ignorais cette histoire de 5000 armes en 1991 et l’Etat qui ferme les yeux…Non, ça vraiment je ne m’en remet pas… 🙁

  26. Frigouret

    La CGT est un syndicat bourgeois, une caste favorisée par le pouvoir qui opprime le peuple pour maintenir ses privilèges.

  27. Bilal Baahir

    L’article parle de la censure de la presse française comme étant un acte odieux. Voilà qui me fait bien rire! Rappelez-moi qui contrôle la presse française aujourd’hui? La concentration des médias dans les mains d’une poignée d’industriels (7 qui détiennent 90% de l’information, rapport à l’appui) dont les intérêts sont clairs est bien plus odieuse et dangereuse qu’une stratégie offensive d’un syndicat. Pour une fois qu’il y a un rapport de force…

    1. C’est quoi cet argument ridicule ? La censure a un sens très précis que vous ne connaissez manifestement pas. Parler de rapport de force pour ce que vous évoquez montre l’ampleur de votre cuistrerie.

    2. Frigouret

      Justement c’est en imposant des coûts de production et de distribution prohibitifs que la CGT defavorise le pluralisme de la presse.
      Même au plus fort du mouvement insurectionnel les communards n’avaient pas pas censuré la presse, y compris la plus hostile.

  28. Bilal Baahir

    Pardon si je n’ai pas été clair: de mon point de vue (que vous trouvez ridicule), la censure exercée par la CGT dont vous parlez est un épiphénomène dont l’ampleur est minuscule face à la violence symbolique et verbale quotidienne et permanente que représente le contrôle des médias par Drahi, Dassault, Arnault, etc. Vous publiez sur un blog avec par définition une volonté de favoriser la liberté d’expression et de contribuer à la pluralité, et vous n’êtes pas capable de vous rendre compte de l’étroitesse de votre propos.

    1. Pardon si je n’ai pas été clair : vous ne savez pas ce que signifie censure, et ça se lit. Si vous êtes un petit chaton bousculé par « la violence symbolique et verbale quotidienne et permanente que représente le contrôle des médias par Drahi, Dassault, Arnault » et pas par la violence réelle des nervis de la CGT, il est tout à fait normal qu’on se moque de vous.

      Cuistre.

    2. Pheldge

      Bilal Baahir , votre naïveté est confondante : « Vous publiez sur un blog avec par définition une volonté de favoriser la liberté d’expression » … non ! le Blog de l’auteur expose les idées de l’auteur, libre à vous de les apprécier, mais ce n’est en aucun cas un « espace de liberté ou chacun vient dans la joie et la bonne humeur exposer ses idées » ! De même pour les journaux, que personne ne vous oblige d’acheter !
      Vous croyez encore à l’existence d’une presse impartiale, peut-être une presse contrôlée, allez, au hasard, par l’état, parce que les privés c’est des salauds de riches … les exemples encore récents de l’URSS de Cuba et autres paradis, ne vous disent rien ? c’est consternant

  29. LaVitreCassée

    @Bilal Baahir

    « La « censure » est un terme uniquement applicable aux actions de l’Etat. Il n’y a pas d’action privée qui soit un acte de censure. Aucune personne ni agence privée ne peut forcer un homme au silence ni réprimer une publication. Il n’y a que les hommes de l’Etat qui puissent le faire. La liberté d’expression d’une personne privée inclut le Droit de ne pas être d’accord avec ses adversaires, de ne pas les écouter et de ne pas leur donner son argent.

    Cependant, d’après cette fameuse théorie des « droits économiques de l’homme », un individu n’aurait pas le Droit de disposer de ses propres moyens matériels conformément à ses convictions propres. Il devrait livrer son argent sans discrimination à n’importe quel discoureur ou propagandiste, qui aurait un « droit à »… ce qui est à lui.

    Cela signifie que la capacité de produire les matériaux nécessaires à l’expression des idées serait ce qui prive un homme du Droit de penser ce qu’il pense. Cela veut dire qu’un éditeur devrait publier des livres qu’il trouve nuls, faux ou pervers, que le financier d’une émission de télévision devrait entretenir des commentateurs qui ont choisi de s’en prendre à ses convictions. Que le propriétaire d’un journal devrait livrer ses pages éditoriales à tout jeune voyou qui fait de l’agitation pour réduire la presse à la servitude. Cela signifie qu’un groupe de personnes acquiert le droit illimité de faire n’importe quoi, alors qu’un autre groupe est réduit à l’irresponsabilité et à l’impuissance.

    Mais comme il est évidemment impossible de fournir à quiconque les réclame, un emploi, un micro ou les colonnes d’un journal, quel est celui qui décidera de la « distribution » des « droits économiques » et choisira leurs bénéfi-ciaires, lorsque le Droit de choisir du propriétaire aura été aboli ? Eh bien, cela au moins, M. Minow l’a fait savoir avec beaucoup de clarté.

    Et si vous faites l’erreur de croire que cela ne s’applique qu’aux grands possédants, vous feriez mieux de vous rendre compte que la thèse des « droits économiques » implique pour n’importe quel théâtreux en mal de spectacle, pour n’importe quel poète baba, pour n’importe quel compositeur de bruits ou tout « artiste » non-objectif (avec piston politique), le « droit au » soutien financier que vous aviez choisi de ne pas leur donner en n’assistant pas à leurs exhibitions. A quoi d’autre peut servir l’ambition de dépenser l’argent de vos impôts pour subventionner la « culture »?

    Alors, pendant que les gens se promènent la bouche pleine de ces « droits économiques » le concept des Droits politiques est en train de disparaître. On oublie que le Droit de libre expression veut dire liberté de prôner ses propres opinions et d’en subir les conséquences, y compris le désaccord avec les autres, leur opposition, leur hostilité et leur refus de vous soutenir. La fonction politique de la « liberté d’expression » est de protéger les dissidents et les minorités impopulaires contre la répression violente et non de leur garantir le soutien matériel, les avantages et les récompenses d’une popularité qu’ils n’ont rien fait pour mériter.

    On lit dans le Bill of Rights :

    « Le Congrès ne fera aucune loi… limitant la liberté de parole, ni celle de la presse… »

    Il n’exige pas des citoyens privés qu’ils fournissent un micro à l’homme qui prône leur destruction, ou un passe au voleur qui cherche à les cambrioler, ou un couteau à l’assassin qui veut leur couper la gorge.

    Voilà où nous en sommes dans l’un des débats les plus essentiels : celui des Droits politiques contre les « droits économiques ». Ce sera soit les uns, soit les autres. Les seconds détruisent les premiers. Mais il n’y a pas de « droits économiques ». Pas de « droits collectifs », pas de « droits de la collectivité ». Le terme de « Droits individuels » est une redondance : il n’existe aucune autre forme de Droit et personne d’autre ne les possède.

    Les partisans du capitalisme de laissez-faire sont les seuls défenseurs des Droits de l’Homme. »

    Ayn Rand

    ——————————————–

    Limpide…

  30. Higgins

    Il faut lire le dernier billet de l’ami Corto sur son blog « À toi l’honneur ». Il semblerait que ce sympathique syndicat, la CGT, n’aime guère que l’on joue avec son sigle.

  31. chris

    Il semble que sur les 38000 pages supprimées, 36000 concernent l’apologie du terrorisme dont 32000 pour une photo prise de l’intérieur du Bataclan…pour relativiser un peu…

      1. sam player

        Surtout qu’en googlant :
        photo taken inside bataclan
        … on tombe sur cette même photo version floutée pour le dailymail et non floutée pour le site suivant…

  32. Aristarkke

    Cela rappelle le ministère de la Défense qui poursuivait violemment Google pour qu’il beurre consciencieusement toutes les zones militaires et autres zones secrètes des photos de Google Earth, ce qui attirait inévitablement l’attention sur celles-ci…

  33. galt17

    Je suis en accord avec le contenu de cet article mais il faut rester modeste.
    H16 qui est édité par le site soit disantliibéral « contrepoints », pratique avec ferveur la censure.
    J’en ai moi même été victime car j’abordais des sujets (uniquement dans des commentaires et des réactions) que la rédaction ne souhaitait pas voir aborder.
    Je précise, bien sûr, qu’il n’y a eu aucun propos insultant, raciste mais simplement des arguments et qu’il était difficile de contester.
    Messieurs vintray et josé lopez étant les maîtres censeurs, je suis très amusé par ce texte mais avant de critiquer, faut-il être exemplaire.

    1. sam player

      Vintray se vexe assez vite et ça arrive souvent vu le niveau de ses articles (voir le dernier sur Trump et ses hôtels, mais y a pire) et José Lopez (je ne savais pas que c’était un modérateur du site) voit du racisme partout et croit qu’un libéral est un homme parfait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.