Subventions à la presse, sauf pour l’Opinion ?

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’un journal qui s’affiche ouvertement libéral, qui paraît tous les jours. Et pour cette fois, il ne s’agit pas de Contrepoints, mais de l’Opinion dont le fondateur, Nicolas Beytout, lançait il y a quelques jours un coup de gueule pour dénoncer le traitement particulier qui semble réservé à son quotidien.

Il est tout remonté, Nicolas, et il le dit, et l’écrit même dans un édito paru le 13 juin dernier dans lequel il nous explique les raisons de son mécontentement. Cela fait trois ans que l’Opinion a vu le jour, et à en lire l’édito irrité de son fondateur, ce ne furent pas que des années d’excitation et de plaisir. Tout semble en effet avoir été fait pour pourrir l’existence du quotidien de la part de l’État et de son administration, en amoncelant les procédures à son encontre. D’après lui, son journal fait l’objet d’un véritable acharnement administratif et fiscal.

Rien ne nous a été épargné (…) : Harcèlement fiscal, acharnement procédurier, si l’on doit juger l’existence d’un titre au niveau de tracasseries et de coups bas dont il est victime, alors, oui : l’Opinion existe !

Diable diable, voilà qui paraît invraisemblable au pays des Droits de l’Homme, de la Liberté d’Expression et du Je Suis Charlie porté en bandoulière à chaque fois qu’on peut ! Et pourquoi donc l’État s’en prendrait tout particulièrement à l’Opinion ? Peut-être serait-ce lié à son positionnement, revendiqué ouvertement libéral, justement ? Ce ne serait pas si étonnant quand on se rappelle que d’autres publications (Valeurs Actuelles, par exemple) ont, régulièrement, rencontré des soucis ou se sont plaintes de pressions précisément en fonction de leur positionnement idéologique.

D’autre part, si Beytout n’explicite pas la nature des harcèlement fiscaux et procédurier que le journal subit, il est plus prolixe sur une iniquité dont il s’estime victime :

« cette duplicité des pouvoirs publics à notre égard est à peine croyable (et) culmine dans l’obstination avec laquelle le gouvernement nous tient à l’écart des aides à la presse, seul quotidien national à en être systématiquement et artificiellement exclu »

Apparemment, le gouvernement fait donc absolument tout ce qu’il peut pour que ce nouveau quotidien ne bénéficie pas des mêmes droits que les autres. Force est de constater que le fondateur n’a pas tort au plan du droit, et on comprend sa complainte de se retrouver ainsi laissé pour compte des subventions publiques, par ailleurs si généreusement distribuées aux vieux organes de presse, biaisant de façon assez claire la concurrence qu’on voudrait pourtant loyale.

On pourrait même y voir l’une de ces subtiles (et pourtant si idéologiquement possibles) discriminations tout à fait dans les cordes d’un gouvernement socialiste et jamais en panne d’une rouerie pour contrer un adversaire politique, fut-il un journal. Du reste, depuis Fleur Pellerin, la discrimination des organes de presse pour des motifs vaseux ne les effraie plus vraiment et ce d’autant plus que ceux qui sont actuellement massivement subventionnés n’ont pas montré le moindre signe de gêne.

Ceci posé, il ne faudrait pas non plus perdre de vue les bases essentielles qui fondent le libéralisme dont (ça tombe bien) se réclame l’Opinion.

Et ainsi, plutôt que réclamer, par voie d’édito et à demi-mots, que les subventions publiques lui soient aussi versées, Nicolas Beytout aurait tout intérêt à demander plutôt qu’elles ne soient versées à personne. Certes, cela rendrait évidemment difficile la pérennité de certains modèle d’affaire de ces journaux quotidiens, mais sur le plan idéologique, quelle magnifique leçon assènerait-il à ses concurrents ! D’autant que si ces subventions venaient à stopper, cela apurerait un grand coup le paysage journalistique français d’un certain nombre de productions douteuses dont l’équilibre financier hors de ces subventions n’est plus qu’une chimère rigolote.

Et justement, compte tenu des résultats obtenus actuellement, il serait plus que temps d’en finir avec ces robinets à pognon ouverts en grand à destination d’une presse qui a amplement prouvé son pouvoir de nuisance intellectuelle ou son inanité.

Il n’est qu’à voir la dilution dramatique des opinions dans un gauchisme teinté de sociale-démocratie molle pour comprendre qu’en lieu et place de pluralité, on n’a plus qu’une même soupe de bienpensance et de politiquement correct en béton armé. Je ne détaillerai même pas les performances douteuses en terme de copier-coller de la plupart des rédactions qui en viennent à reproduire avec application l’orthographe hésitante d’une AFP douillettement engoncée dans ses biais idéologiques multiples (et parfois contradictoires). Et lorsqu’on se rappellera que ces subventions ont très malheureusement permis le maintien vaille que vaille (et surtout coûte que coûte) d’épaves journalistiques comme l’Humanité, des torchons ridicules comme Libération ou des malades compulsivement déficitaires comme Le Monde, tous épongés par un contribuable qui ne les lit même plus, on aura bien du mal à trouver le moindre attrait dans cette manne publique.

Et puis lorsqu’avec deux milliards d’euros par an, on parvient à « hisser » la France à la 45ème place mondiale (rapport RSF 2016), y a-t-il vraiment de quoi pavoiser, voire de quoi continuer ? Nos voisins européens, qui n’en distribuent pas la moitié, obtiennent bien plus pour leur argent…

reporters sans frontières liberté presse classement 2016

Enfin, puisque l’Opinion fonctionne actuellement sans cette douteuse manne publique, le journal de Beytout prouve par l’exemple (et avec son augmentation de chiffre d’affaire de 20% l’an dernier) qu’il n’a en réalité pas besoin de ces expédients et que, finalement, à force d’articles de qualité et d’une ligne éditoriale réellement innovante dans un pays gangrené par le Tout-à-l’État, il y a moyen de faire un journal rentable et solide, bref, qu’à côté du socialisme plus ou moins dur de la presse subventionnée, « une autre opinion est possible ».

Mieux encore : si Beytout parvient à équilibrer son journal sans subventions, ce que je lui souhaite d’ailleurs sincèrement, l’Opinion deviendra alors une formidable machine de lutte contre l’avachissement journalistique catastrophique dont souffre notre pays, et n’aura pas le moindre scrupule à se réclamer du libéralisme qu’il aura alors appliqué à la lettre.

Commentaires161

  1. Aristarkke

    N’ ont pas montré le moindre signe de gêne…
    Avec les montants reçus annuellement, ce serait malheureux. La vente au numéro devenant de moins en moins présente dans le CA sans déclencher le moindre plan de sauvegarde…

  2. Le Gnôme

    Le mieux est de supprimer les subventions à tout le monde, ainsi que le monopole d’embauche des imprimeurs de la CGT qui coûte un bras aux quotidiens.

    1. Gorane

      Compliqué de heurter de front la CGT. Mieux vaudrait faire imprimer à l’étranger… La CGT a eu la peau de tant de commerces et d’industries, on n’est plus à 1 ou 2 près…

      1. Le Gnôme

        Seuls les quotidiens subissent ce préjudice, et les délais entre l’impression et la distribution de ceux-ci ne parmettent pas l’impression à l’étranger.

        1. bibi

          Le problème se pose uniquement pour les quotidiens nationaux, pour la PQR hormis le quart nord ouest vous pouvez imprimer en Espagne, Italie, Allemagne, Belgique.

  3. guillaume_rc

    Effectivement sans argent public, certains torchons cesseraient de paraître depuis longtemps.

    Sans complaisance des autres journalistes aussi. Je suis toujours agacé (le mot est faible) d’entendre les journalistes qui font les revues de presse à la radio citer régulièrement L’Humanité.
    Qui n’est même pas un journal mais « l’organe du PC »
    Quand j’en parle, on me répond « pluralité des opinions bla bla bla ». Ce à quoi je rétorque que torchon pour torchon et opinion pour opinion, on pourrait citer Minute ou Présent.
    Généralement un silence gêné ou un « tu confonds tout » s’ensuit.

    H16, vous me faites penser que jusqu’à présent, je n’ai jamais entendu une revue de presse mentionner L’Opinion.

    Et pour en revenir à l’édito, d’accord pour dire que les subventions devraient cesser. Mais le « deux poids, deux mesures » est vraiment scandaleux.

    1. Aloux

      Bah oui pluralité des opinions : socialisme honteux, socialisme assumé, communisme, socialisme malthusien (écolo), national socialisme… de quoi tu te plains ?

      1. Scarlet Pimpernel

        Pour la neutralité des « revues de presse », et la mention récurrente des citations de la Pravda, voir la placardisation de Le Quintrec qui avait cité – une fois – Présent :

        ojim.fr/portraits/fabrice-le-quintrec/

    2. Before

      Natacha Polony, sur Europe 1, malgré son anti-libéralisme compulsif et viscéral cite l’Opinion régulièrement, ainsi qu’Atlantico.

    3. theo31

      C’est au nom du pluralisme qu’en 1940 les communistes ont appelé les Français à collaborer avec l’occupant.

      C’est également au nom du pluralisme que Thorez est allé à Budapest demander la peine de mort pour son camarade Nagy.

    1. Royaumont

      VA est dans le paysage depuis plus longtemps.
      Je soupçonne que ses récent démêlés avec Fleur Pellerin et le ministère de la propagande ont eu un effet dopant sur ses ventes.

      L’Opinion, je vais essayer de trouver.

  4. Gerldam

    Faire un journal de qualité coûte cher et, de plus en plus, les français veulent de l’information gratuite (sur internet, à la télé, journaux gratuits, etc.). Cette information gratuite est celle-là même qui permet de bourrer le crâne desdits français.
    L’information est un droit, mais un droit qui s’achète, si l’on veut et de la qualité et de la diversité.

  5. yjtr

    Ca me rappelle mes cours de français,
    – « Le Monde est un journal neutre ».
    – Non, il est gauchiste madame
    – Charles, taisez-vous svp, ce journal est reconnu comme neutre
    – Oui, par les gauchistes
    – Sortez
    – Non merci, où alors est-ce un délit d’opinion ?
    – … euh… poursuivons le cours

    1. bibi

      Ca me rappelle les cours d’économie
      – Alternative économique est un journal neutre.
      – Explosion de rire
      – Bibi qu’est ce qui vous fait rire
      – Votre blague Madame
      – Froncement de sourcil de madame
      – Ah ce n’était pas une blague, excusez-moi je ne pouvais pas deviner.

      1. yjtr

        J’avais vendu le modèle de Hong Kong en économie (prof socialo), après cela j’avais été mis au ban au fond de la classe… ^^

  6. douar

    Dans le même esprit, le CR des Pays de Loire a sucré les subventions du Hellfest pour des motifs bidons (20000 euros pour 16 M de budget).
    Heureusement, le responsable de ce festival – Ben Barbaud- s’est toujours méfié des subventions publiques qui entravent la liberté.
    Donc, pas de subventions du CR mais le festival n’en a cure.

    Peu de festivals peuvent en faire autant en France.

      1. Peste et coryza

        +1
        5 ans que je ne peux pas y aller car les places sont toutes vendues dès la première semaine…

        Par contre, remarquez que les festivals de rap (genre Urban machin) sont subventionnés gaiement.

        Pourquoi ?
        – Hell fest : 150000 métalleux, gothiques et sataneux abreuvés de bière, tranquille et bon enfant.
        – Concert de rap de la Hyène : 800 personnes, drogue, viols, et émeutes à tous les étages.

        1. douar

          Exactement ce que disent les gendarmes. Avec le Hellfest, c’est tranquille tandis qu’avec le moindre concert de rap ou de reggae, ça tourne vite à la baston.

          1. Pheldge

            P’tain, les gendarmes qui bénissent les hardos head-bangers, descendants des Hell’s Angels et autres Bikers, tout change , ma bonne dame …

            1. Peste et coryza

              J’ai un oncle gendarme à Nantes. Il adore le hell fest : 3 jours peinard, bière à la main. Et Clisson est un joli coin en plus (le muscadet y est d’ailleurs moins dégueulasse que ailleurs Sud Loire).

            2. bob razovski

              Dans le même genre, j’ai eu l’occasion de discuter avec des FO de Jacksonville, FLA lors du rassemblement « Bike Week », où l’on voit débouler des hordes plus ou moins sauvages de bikers tatoués chevauchant v-twin huileux et jolies poupées à peine vêtues.

              Evidemment, je leur demande si par hasard, la semaine n’était pas trop dure pour eux. Que nenni ! (*) me répond-il. Tous se passe vraiment bien. Surtout si on compare avec l’enfer qu’ils vivent lors d’un événement vachement moins bon enfant : le Spring Break. Un cauchemar pour eux.

              (*) j’enjolive…

    1. theo31

      C’est surtout que des cathos sectaires ont mis le bordel pour qu’elles soient supprimées. Ces mêmes cathos qui ne voient pas d’un mauvais oeil que les métalleux « satanistes » financent leurs activités musicales.

  7. Bonsaï

    Merci à H16 de m’apprendre tous les jours quelque chose !
    En effet j’ignorais que la presse française fût subventionnée dans son ensemble, mais ceci explique enfin la pléthore de magazines sur tous les sujets paraissant chaque semaine pour nous aguicher de leur couverture rutilante…
    Quand à ce monsieur Beytout, je ne lis pas son luxueux feuillet, mais sa tête de faux enfant de chœur est bien connue des plateaux télé ayant quelque standing. Avec les relations qu’il a, il devrait donc arriver à boucler ses fins de mois.

    1. albundy17

      même télérama est subventionné…

      Ils doivent être charlie.

      D’ailleurs, étrangement, si les pancartes je suis charlie ont plus que fleuri, je ne vois pas beaucoup de pancarte « je suis gay »

      Tas d’homophobes

          1. MCA

            @Pheldge – 15 juin 2016, 10 h 08 min

            Méfie toi, Dalida est comme Joséphine Backer qui comme chacun(e) sait, a commencé par des bananes et a fini avec le régime.

          2. Pheldge

            Camarade MCA, Orlando, c’est le frangin à la chanteuse qui s’était engagée pour Mitterrand, puis a été ringardisée par Jack Lang après l’élection (je résume cette page de l’histoire culturelle de notre pays )

            1. Can-Eye

              Avant de s’engager pour Mitterrand, Dalida a fait un bout de chemin avec Christian de la Mazière, ex participant volontaire à la Wafen SS.
              Moi je trouve ça très bien, la diversité…

    2. Calvin

      Ne mélangeons pas les Presses Régionale et Nationale pratiquement toutes subventionnées et les magazines qui eux ne le sont pas ou très peu (juste en cas de copinage, en fait, avec l’Etat).
      Or, les magazines sont les plus lus en France…

    3. Karizoc

      Et « Mon petit quotidien » aussi !

      Vous ne le connaissez peut-être pas, mais vos enfants probablement. C’est ce « journal » auxquels s’abonnent les instituteurs. Ils le donnent en exemple à étudier aux élèves. Un véritable instrument de propagande étatiste, et surtout écologiste (les animaux sont très porteurs auprès des enfants).

      1. Marabout

        Je confirme : ma sœur avait été interviewé pour Mon Petit Quotidien quand elle était au collège ou au lycée. Son témoignage avait littéralement été modifié, au point de dire le contraire de ce qui avait été évoqué. Pas sorti de son contexte ou avec des phrases coupée, hein. Modifié, à la sauce communiste.

  8. Calvin

    Tout à fait d’accord.
    Moins voire plus du tout de subventions à la Presse est un impératif. Un gage d’indépendance, de sérieux et de rigueur.

    Il serait bon de lire ici même une réaction de Nicolas Beytout…

    1. theo31

      Ce facho ferait comme Chavez ou Maduro : à la minute où il est élu, il met l’opposition au silence puis au Goulag. Il est des traditions qui ont la vie dure.

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Il mettrait le pays en coupe réglé, ferait régner la ter- la JUSTICE SOCIALE (pardon) en livrant le pays au pillage.

        Tous les bénéficiaires du pillage voyant leur niveau de vie augmenter sans avoir a se lever le matin, les brebis belantes applaudiront.

        4 ans avant qu’il n’y ait plus rien a piller, les gens vont alors se retourner mais trop tard il n’y aura plus de police, plus de justice, plus d’opposition mais des sbires a la solde du régime.

  9. Calvin

    En fait, l’Opinion est punie pour en avoir exprimé une, d’opinion, et divergente.
    Cette organe veut se démarquer du Modèle Social à la Française, quel délit !
    Alors que les autres n’expriment pas d’opinions, juste la logorrhée imposée d’en haut. Sans recul, sans critique, sans analyse.

    1. Deres

      En fait, il se rendent juste compte que tous les secteurs subventionnés deviennent des corporations de fait. Les avantages sont réservés aux insiders et on ne peut pas rentrer facilement sauf si on est coopté. Tous nos hommes d’affaire qui se lance dans la presse rachète des titres existants et ne lance jamais le leur.

  10. Pheldge

    tout à coup, l’expression très utilisée de  » Modèle Social à la Française », m’apparait une erreur : pour être un modèle, il faut être admiré et copié ! ce n’est absolument pas le cas. Et on devrait parler de « Système social … ». Dans cette dénomination impropre, il y a déjà de la propagande !

  11. Deres

    La preuve que les médias sont dépendant de l’Etat est bien ce qui se passe en ce moment avec la chaîne de TV info étatique qui se met en place … La minustre de la culture préempte une fréquence pour cette chaîne au CSA (qui est censé être indépendant au passage …) qui doit donc s’exécuter … Et au passage, on apprend une petite hausse de 20% de la production locale de France O que personne ne regarde pourtant ! Tout cela est donc uniquement orienté vers les élections présidentiels. L’organe officiel du président doit être ne place 6 mois avant les élections qu’elle qu’en soit le prix. Et il faut continuer à acheter la non candidature de Taubira après son musée et sa journée de l’esclavage et les différentes concessions à l’Outre-mer déjà faites.

    1. Nocte

      Ne pas oublier qu’une nouvelle chaîne d’info en continu avait été rejetée sur la TNT grauite, en raison d’une offre déjà importante (bfm/itele… mazette, c’est massif). Normal, cela concernait des boites approximativement privées.
      Quand FTV décide d’avoir la sienne, moins d’un an après le refus, ca ne choque personne et personne ne relève. Normal, nous sommes en France.

      1. Waren

        Si vous évoquez le cas de LCI, elle a été finalement acceptée, sans doute pour affaiblir BFM qui n’est pas « dans le moule »

  12. Pwet

    L’Humanité … Tout un programme, subventionné à hauteur de 60cts par numéro imprimé … 36.000 exemplaires chaque jours … Et parmi ceux la combien d’abonnements de complaisance dans les mairies ? Maison d’intercommunalité ? les hôtels des départements ? Les hôtels de région ? Les ministères ? Les bibliothèques publique et autre médiathèques ?


    Pwet

    1. Alx

      C’est caricatural plur l’huma, mais a mon avis tous les quotidiens sot l’objet d’abonnements plus ou moins complaisants. Je suis ds une banque française, vous verriez les quotidiens qui s’empilebt sur certains bureaux… et restent quasi neufs… Pt etre pas un par agence mais presque, sans compter les abonnnements des services centraux. A ce stade on ne peut plus dire que c’est juste justifié par de la veille economique!

  13. Kloupa

    Il faut porter plainte contre l’état Français auprès de la cour Européenne des droits de l’homme: il parait que la France, en dépit des donneurs de leçons qui nous gouvernent et nous arrosent de moraline, est le pays le plus fréquemment condamné. Donc plus personne n’est dupe de la dictature molle dans laquelle nous avons sombré.

  14. Pheldge

    Il y a parfois de bonnes raisons de sombrer dans l’alcool … mes connaissances ( Cadres Sup, toubibs, profs …) ne jurent QUE par le Monde et Médiapart ! parfois un peu Libération. Je leur parle de VA, ils ricanent ! alors leur présenter l’Opinion, ou d’autres journaux, les Echos, des sites comme Atlantico … même pas la peine d’essayer ! J’avais tenté de partager avec des amis, quelques articles « d’ici » … je me suis fait incendier : « ça ne nous intéresse pas ! » . Aucune curiosité, rien ! drogués à la propagande officielle, accros au JT de France 2 , aux éditos de Radio-Paris Inter … Des gens pourtant intelligents qui ont abdiqué de tout sens critique ! déprimant …

    1. Bonsaï

      Le problème c’est que des titres tels qu’Atlantico ou les Echos ne sont pas réputées être des cantines d’intellos. Ils ont cet aspect un peu brut de décoffrage qui peut plaire aux Etats-Unis, faisant penser aux fans de Donald Trump. Mais la France est (encore) un pays où on l’on apprécie les lectures à forte connotation culturelle…

          1. sam player

            Je me demande si la signification de ce que tu écris a un sens pour toi (j’ai un gros doute).

            « on apprécie les lectures à forte connotation culturelle » »

            La connotation c’est la signification ou le sens second et je me demande bien quel peut être le sens premier de la lecture. La distraction ?

            (comme je pressens que tu vas verser dans le sens aristotélicien de la connotation, la question reste la même)

      1. MCA

        Bonsaï – 15 juin 2016, 11 h 04 min

        « …on apprécie les lectures à forte connotation culturelle… »…..MDR!!! :o))))))

        Heuuuuu… chère Bonzaï, vous parlez de qui au juste? :o))))

    2. Lark on the Wing

      Je lisais, parmi les commentaires d’un autre Blog, que les récents coups de couteaux du Vivrensemble dans la viande des Kouffars étaient autant de coups de canifs dans la douloureuse conscience droitdelhommiste, antiraciste, islamophile et toussa, de nombre de Bobos et autres gens du Kamdubien…

      Et je m’amuse à penser que la liste des cibles (journalistes et dirigeants divers) pourrait amener certains, parmi ceux-ci, à quelques révisions déchirantes au titre de l’instinct de conservation…

      Ceci dit, si les les « connaissances » de l’Agité du Piton sont soumis par lui aux mêmes calembours navrants qu’il nous inflige ici, on peut considérer que leur refus de partager ses options politiques en sont une conséquence, après tout fort respectable….

      1. Pheldge

        sache ô vil mercenaire bleu-douteux, que mes amis apprécient fort les fines plaisanteries, et autres subtils calembours que tu sembles décrier 🙂

        1. albundy17

          Lol, tu as un nouveau pote.

          J’ai discuté avec ces gens éduqués de mon entourage de même profil, ils font simplement l’autruche, par commodité.

          Ça râle jusqu’au dernier tiers, mais comme il en reste suffisamment pour rester au dessus de la masse (nasse) ça va…

          Plus finement j’en ai un, et il a raison, nous n’ avons ici qu’un defouloir, de la révolution de canapé entretenant seulement un éventuel ulcère. Alors il paye et oublie (il a une cave d’enfer :mrgreen: )

          1. Pheldge

            Oui, et quand je m’énerve, il clament « le tringleur de bosses, tonne ! » 😉

            Dédicace particulière aux deux compères de la cloche, le soudeur de plomb, et le soudard du même métal ! 🙂

                  1. Lark on the Wing

                    aaah! les fameux liens incomplets de l’impatience… mais c’est pour te sortir de ton marasme, vieil homme, et te pousser à une quelconque tâche, une besogne facile, pour toi mélancoliquement alangui sur ton île, et regardant arriver l’âge morne avec ce proche anniversaire… et pleurant une BDC idéalisée :

                    Doux oiseaux, dont l’essaim se nomme poésie,
                    Vous qui m’avez sevré des gouttes d’ambroisie,
                    Et qui, portant au loin votre essor gracieux,
                    À mon regard éteint avez caché les cieux,
                    Songes jeunes et beaux, rayons lointains de gloire,
                    Intimes souvenirs que garde ma mémoire,
                    Espérance, bonheur que je pleure tout bas,
                    Adieu, tout est fini ;… vous ne reviendrez pas !…
                    Sur mon joyeux matin le soir jette son ombre ;
                    Mon riant horizon devient muet et sombre ;
                    Tout me fuit : ciel natal, doux espoir, frais amour…
                    Et mon cœur attristé s’est fermé sans retour.

            1. Aristarkke

              Et je suis étonné qu’il les qualifie de gens pourtant intelligents…
              Apprécier de pareils calembours navrants ne me parait pas en démontrer une grande quantité, de l’ intelligence.
              Bon, c’est vrai que tout ce petit monde est coincé sur une île avec un volcan au centre et les requins autour, ce qui nuit au renouvellement comme le disait Saint Georges…

              1. Pheldge

                Tu n’imagines pas … la promiscuité, l’alcool qui coule à flot, la consanguinité inexorable … tous les ingrédients sont réunis pour faire du concentré de Übermensch 😉
                Bon c’est pas tout, tu m’excuses, je dois aller nourrir les animaux, tout le monde ici sait désormais que je « soigne des poules » , et aussi un cochon des Grisons, baptisé … Otto ! 😀 😀

                    1. MCA

                      Otto des Grisons…

                      Un point commun avec François : C’est bon, tu as touché le fond tu ne peux que remonter!

                    2. Pheldge

                      « Un point commun avec François », ah là , Camarade MCA, tu sors les mots qui blessent …

          2. albundy17

            j’imagine, faisant partie de la plèbe, ils continuent de m’inviter.

            A moins que ce ne soit pour une sorte de diner, mais ça ne m’importe pas

              1. Peste et coryza

                Ne vous en faites pas : depuis les Gracques, les patriciens ont appris à retourner la plèbe comme des crêpes bretonnes.
                Et la plèbe romaine était plus au fait de ses intérêts que les gueux et manants de France…

      2. Deres

        On a quand même eu un gros glissement sémantique avec l’armement des policiers en civil. Ils voulaient les laisser armer pour défendre les citoyens mais ils vont finalement le faire pour leur permettre de se défendre eux-même. C’est un gros changement puisque cela veut dire que les policiers en dehors de leur service sont des citoyens au-dessus des autres et pas seulement de zélés serviteurs du bien public. Bas les masques donc. Cela va aboutir à ce que d’autres catégories demande bientôt également à être armé pour leur propre sécurité. Cette protection a deux vitesse lézardera l’édifice par son inégalité. Cela peut prendre du temps, mais une telle évolution est inéluctable.

      3. bibi

        Je suis assez déçu du traitement par la presse de cet attentat.
        Premièrement aucune accusation contre La Manif Pour Tous ou la fachosphère.
        Deuxièmement pas une ligne pour s’élever contre la vente libre des couteaux.
        La presse de ce pays commence vraiment à m’inquiéter.

        1. Royaumont

          Un peut de patience, ils viennent d’écrire que hooligans=brexit puis Orlando = LMPT.
          Laisse-leur reprendre leur souffle.

    3. Peste et coryza

      @Phelge
      En fait, leur réaction est parfaitement normal : le Monde, Médiapart, libé… sont in fine les organes de communication du PS.
      Or ces catégories de gens sont des électeurs PS, les gagnants de la mondialisation et du capitalisme de connivence (l’électeur moyen PS est un cadre, souvent ingénieur, ou un fonctionnaire catégorie A).

      Pourquoi cracheraient ils sur des journaux qui leurs disent ce qu’ils veulent lire ?

  15. acarel

    Le sens critique, comme vous le disiez hier, s’apprend dès le berceau et un bon milieu réfractaire comme celui de ce cite. C’est donc aux parents et cousins et oncles et grands oncles et etc de formater nos petits à condition qu’ils marchent tous dans ce sens. Tous ce qui vient de la société doit être sérieusement étudié et discute avant de « toucher « nos enfants. Donc à la maison il n’y a que « comment ça marche  » et « ça m’ intéresse « avec ça , on ne risque rien (bien que) plus le cite d’H16 sans surveillance (là aussi, bien que et pas à cause d’ h16)

    1. Taisson

      En quelque sorte, il serait bon de faire ce que l’on avait toujours fait chez les gens « normaux » et même chez beaucoup d’autres mammifères.
      C’est à dire que les générations précédentes s’occupent de leurs petits et leur apprennent ce qu’ils savent, et développent leur curiosité naturelle, les guidant au mieux pour leur avenir, selon leurs capacités et moyens.
      Autrefois, on appelait ça élever ses enfants
      Mais c’était trop simple! Beaucoup trop familial!
      Tout ça c’est passéiste et ringard…
      Aujourd’hui, on les nourrit, on paye les smartphones, et on confie leur éducation à l’état qui en fait des parfaits vivrenseblistes, et absolument bons à rien, si les parents ne s’en mêlent pas..
      Bravo et bon courage à tous ceux qui comme vous n’abandonnent pas devant le rouleau compresseur /formatteur
      Mais je pense que vous savez que vous n’êtes malheureusement pas les plus nombreux…

      1. MCA

        +1

        Leur former l’esprit critique et leur apprendre à ne rien admettre sans avoir au préalable passé l’info au tamis de la réflexion.

        En ce qui me concerne j’en admire chaque jour les résultats avec un amusement et un plaisir de fin gourmet qui me ravissent.

        Si tous les enfants étaient à l’image des miens, ce pays serait ingouvernable! MDR….. :o)))).

    2. albundy17

      Dans « ça m’intéresse », il y a régulièrement des dossiers sur comment l’homme réchauffe la planète, tue des chatons avec le nucléaire, etc, etc.

      Sinon, la situation familiale que vous décrivez ressemble étrangement à une secte en vase clos.

        1. albundy17

          Que viennent faire là dedans tes deux amis ???

          Un petit HS: « Hollande envisage d’interdire les manifs si la sécurité n’est pas assurée »

          lol

  16. Résistant Valaisan

    Maintenant, pourquoi ce bon Monsieur ne délocalise-t’il pas son journal à l’ étranger, genre, un pays voisin francophone ?

    Ca aurait un excellent gout de déjà-vu vintage historique, vous savez, « Ici Genève, les Français parlent aux Français »….

  17. tabbehim

    petit hors sujet :

    rappel d’il y a un mois : https://www.youtube.com/watch?v=c64mjN2N734

    (la syndicaliste un peu limité qui légitime la violence )

    résultat hier : http://www.lefigaro.fr/social/2016/06/14/09010-20160614ARTFIG00272-vague-d-indignation-apres-la-degradation-de-l-hopital-necker.php?pagination=29#nbcomments

    http://www.lopinion.fr/video/ca-fait-buzz/necker-vandalise-autolib-brulees-images-choquantes-manifestation-mardi-104772
    (je met un lien de l’Opinion quand même pour rester un peu raccord 😀 )

    franchement, vivement le mois de septembre que je parte en suisse 🙂

    1. Deres

      Le plus amusant est de voir l’indignation quand on casse les vitres d’un hôpital mais que la dévastation complète du reste du quartier leur semble tout à fait normal !!!

        1. albundy17

          A propos de n’enfants, il ne sont plus pareil qu’avant: il y en a un de 12 ans qui racketait consciencieusement un autre de 10, le ptit bout a sorti une lame et a planté son « camarade » qui est à l’hosto.

          Y a plus de jeunesse

            1. Peste et coryza

              @Aristarke

              On voit que vous êtes de l’ancien temps…
              Aujourd’hui, que des gosses de 10 et 11 ans se poignardent devant une école de Vénissieux « Molenbeek sur Rhône » est parfaitement normal.
              Même les gars qui se font faire une turlutte par des roms mineures est devenu tellement banal que plus personne n’est choqué.

              « Este Pais se va a la m*erda »

    1. Et en 2014 ils en ont touché aussi. Pour 2015, je ne sais pas. Mais peu importe : le point du billet c’est que s’ils s’en sortent sans toucher les subventions qu’ils réclament, alors qu’ils continuent.

  18. Français

    Pour répondre à M. H16 le Grand, il faut être honnête et admettre que M. beytout se plaint surtout d’iniquité et de persécutions et non pas de manque de subventions. En tant que de responsable de TPE, et comme tous mes confrères sans doute, je connais le genre de persécutions dont il parle.
    D’ailleurs, pour être abonné au journal, il me semble qu’il y a fait déjà allusion.

    Depuis Zizi Rider en particulier, la chasse aux idées non conformes ne se cache plus, est plus prégnante, et mène irrémédiablement à des mots doux de l’administration fiscale ou sociale minimum,
    avec rendez-vous galants à la recette ou à Montreuil pour l’île de France!
    On peut citer M. van Hemelryck, ses donateurs et même sa mère je crois(persécutions de police, GAV, contrôles fiscaux, saisies,…), Boris Le Lay le très ignoble, 2ans de prison ferme pour récidive qui a parlé de race je crois et dit qu’il n’y avait pas de « Biiip » breton (il me semble), les gardes à vue des retraités qui défilaient contre les lois autour du mariage pour « tous », et tous ceux qui ne me viennent pas à l’esprit de suite ou que je ne connais pas, mais que vous connaissez sans doute; car les trois cas cités ne peuvent être des exceptions. La chasse est proportionnelle à l’audience sur le net, ou ailleurs. A partir de 30000 vue d’une vidéo YOUTUBE, on est sans doute bien surveillé!

    1. Peste et coryza

      Et oui, Hollande et sa clique considère que les dissidents natios (qui n’ont ni pouvoir économique, ni vrai réseau, ni thune) sont une menace bien plus grande que les barbus Allah Ouakbar…
      Les fonctionnaires, comme d’hab, obéissent le doigt sur la couture.

  19. Moggio

    Trois p’tites choses (je n’ai pas lu les commentaires précédents) :

    (a) L’Opinion est un quotidien dont, d’après son site internet, la « ligne éditoriale est claire : libérale, pro-business, européenne. » Aïe ! Comment peut-on être libéral et pro-business ? Un libéral ne peut qu’être pro-market, pas pro-business. Mais, précisément, c’est peut-être l’intérêt pro-business de L’Opinion qui a poussé Nicolas Beytout a cherché à obtenir des aides publiques pour son journal. Et vous avez raison ici de suggérer que Beytout devrait réclamer plutôt que ces aides soient supprimées.

    (b) Il y aurait, semble-t-il, une nuance à apporter aux difficultés que Beytout a dénoncées récemment : http://www.ojim.fr/lopinion-discriminee-vraiment/ 

    (c) Concernant la fin de votre billet, je n’ai rien retrouvé sur la Toile mais je crois bien avoir lu quelque part que L’Opinion était en ce moment plus proche du dépôt de bilan que de l’euphorie…

    1. Français

      A-t-on vu une fois un entrepreneur appliquer le taux normal sur le plafond sécu de tous ses smicards sur une déclaration URSSAF? Et bien non, son comptable ou lui-même applique le taux réduit. Il ne refuse pas l’avantage car en face, il y a une « armée » de prélèvements! Et son objectif, c’est son entreprise, pas le respect d’un totem une idéologie! C’est ce que j’ai déjà écrit dans un commentaire.
      Les totems existent aussi chez certains libéraux, et une armée est toujours prête pour faire briller ces jolis édifices!
      Je ne défends personne, mais M. Beytout aurait eu tord de ne pas remplir le cerfa de demande de subventions car en même temps, son journal subit des dizaines de prélèvements! Et il tiens à la pérennité de son journal, sans doute..
      Quant au terme « business », on dirait un procès d’intention!
      Et votre commentaire ressemble trait pour trait à du « trollisme »!
      On critique sur des points de détails, puis on enfonce le clou avec des arguments inappropriés (refuser une subvention car en face, les prélèvements tiennent compte des subventions, donc sans subventions, il est impossible d’équilibrer ou presque, mais pour cela il faut diriger une affaire en France pour le savoir),
      puis on fini par dire que de toute façon, l’objet de la discussion n’existe plus: le journal va bientôt disparaître.
      De mon point de vue, vous n’êtes pas crédible, puisque vous avez un ou plusieurs partis pris.

      1. bob razovski

        J’ai peur de mal comprendre…

        Vous êtes en train de dire que même si on est libéral, même si on critique l’assistanat, le clientélisme et les subventions, on cherche quand même à avoir une part du gâteau ?

        1. Français

          On ne cherche pas, mais on y est obligé. c’est l’exemple du taux réduit d’urssaf sur les bas salaires.
          Il n’est pas question de se mettre dans les conditions de bénéficier d’une subvention, mais comme vous le savez parfaitement je n’en doute pas, en France, le libéralisme n’existe pas. L’état intervient partout et contrecarre toute action qui ne suit pas le chemin balisé par lui-même.
          Diriez-vous que la personne qui achète un véhicule diesel car le carburant est moins taxé bénéficie d’une subvention? Il est clair que oui.
          Je suis de ceux qui n’ont jamais acheté de véhicule particulier diesel parce que je trouve que ça pue, que c’est plus sale, et cher à l’entretien quand c’est bien fait. Je préfère payer plus cher pour ma conviction, alors que je roule beaucoup. Mais j’en assume seul les conséquences; pour ce qui concerne la gestion d’entreprise, sans qu’il soit question de chercher une activité permettant de « glaner  » des subventions, il est incontournable, en France, de « tomber sous le coup » d’une subside socialo-étatique.
          LA France n’est pas un pays libéral, l’état est partout et les prélèvements tous azimuts. On se fait exproprier de son droit de propriété quotidiennement, je comprends parfaitement que certains, par nécessités économiques remplissent des cerfas pour en récupérer une partie, et d’autant plus quand il s’agit de la gestion d’entreprise qui engage du monde.
          Je pense adapté pour sa gestion que M. Beytout demande une subvention si elle lui est octroyée.
          Je ne suis plus un enfant, et l’absolutisme ne concerne, il me semble, que les irresponsables; mais, évidemment, je peux me tromper!

  20. petit-chat

    Cette information gratuite est celle-là même qui permet de bourrer le crâne desdits français.
    Ben non.
    Sont payants, outre les subventions qui m’outrent (!) : L’immonde, Labération, Le Figoulu…
    Sont gratos : Contrepoints, E&R, Le Saker Francophone, Arrêt sur Infos, Panamza…

  21. René-Pierre Samary

    Parlez-moi de subventions et je sors mon 357.
    Nib de subventions avec de l’argent public, que ce soit pour le club de foot local, l’association des boulistes, la ligue contre l’antiracisme, l’étude sur la cueillette du sorgho en Haute-Volta, etc etc.
    Que l’argent privé subventionne, j’y consens. Mais qu’on me force à acheter, via les impôts, quelque chose dont je ne veux pas, ça, non !
    Les subventions avec l’argent public, c’est un moyen important du clientélisme, l’un des maux qui sabordent la démocratie. Mon premier geste, quand je serai président, sera de supprimer toutes les subventions, aussi nobles que soient leurs but affichés… et c’est pour ça que je ne le serai jamais (président)…

      1. Aristarkke

        Il paraît qu’ on y est pas mal mais l’inconvénient est qu’il n’y a pas d’avancement, même à l’ ancienneté…

  22. goufio

    le plus délirant de ces journaux subventionnés est ALTERNATIVES ECONOMIQUES dont tous les économistes ne manquent pas de passer à la TV et notamment à C DANS L’AIR pour nous expliquer comment gérer notre pays alors que leur magazine et autres publications dans leur SCOOP n’arrive jamais à rééquilibre depuis 30 ans!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.