Réforme des régions : finalement, ça va bien nous coûter plus cher.

Un texte de Nafy-Nathalie et h16

Le moment était solennel : en novembre 2014, sur les plateaux de TF1, François Hollande prenait l’engagement, avec toute la fermeté qu’il est capable d’apporter, que, jusqu’à la fin de son mandat et « À partir de l’année prochaine, il n’y aura pas d’impôt supplémentaire sur qui que ce soit. »

Engagement ambitieux, trop peut-être. D’autant que les réformes ont continué de plus belle, alors que les budgets n’évoluaient pas.

Or, en août 2015, la fameuse loi « NOTRe » (« nouvelle organisation territoriale de la République ») est adoptée. Cette loi prévoit de transférer pour 2017 de nombreuses compétences des départements vers les régions (transports, voirie, collèges, voirie, majorité des collèges), et renforce considérablement le rôle des régions dans les domaines du développement économique, l’aménagement et le développement durable – forcément durable, ce développement – du territoire.

Malheureusement, ces transferts de compétences ont un coût. Or, si l’article 133 de la loi NOTRe prévoit bien un financement supplémentaire équivalent aux surcouts induits, ses modalités restent pour le moins floues. Et quand c’est flou, y’a un loup mou.

la rentrée d'hollande

En transférant les compétences du département à la région, on aurait pu faire la même chose avec les recettes et le problème aurait été en partie réglé. Hélas, cela revenait à se passer de réunions, de concertations, de petites guerres intestines de pouvoir entre différents élus, cabinétards et autres potentats locaux. C’eut été dommage. On ne l’a donc pas fait, faisant ainsi perdurer de façon gourmande le problème du financement.

Décembre 2015 et les élections régionales arrivent sans apporter de réponse.

Le premier tour affiche un Front National au score triplé par rapport aux précédentes élections. Les politiciens tremblent. Le PS retire ses listes pour le second tour en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, ce qui assure la victoire à Xavier Bertrand, et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce qui assure celle de Christian Estrosi. En Alsace, le candidat de gauche fait de la résistance. Il refuse, malgré les injonctions du parti de retirer sa liste. Manuel Valls fait le choix de défendre la liste de Philippe Richert des Républicains contre celle d’un socialiste.

La droite prend elle aussi un engagement, et fait le même que celui de François Hollande en expliquant qu’elle, elle le tiendra, sans augmenter ou créer de nouvel impôt, scrogneugneu. Elle remporte 8 des 13 régions, la gauche conservant les autres.

Au 1er janvier 2016, la loi NOTRe devient effective et le transfert de compétences est théoriquement effectué. Quant aux moyens (financiers ou humains), c’est toujours le calme plat. Rien n’a été transféré.

Certains présidents de région s’en inquiètent comme celui des Deux-Sèvres. Ce dernier souligne qu’il est regrettable de casser des choses qui marchent et que la région entend restituer par « subdélégation » certaines de leurs compétences aux Départements, dans ce qui ressemblerait presque à une partie de pouilleux, chacun essayant de se débarrasser le plus vite possible de compétences encombrantes pour ne pas perdre la partie.

Pendant ce temps, la question des moyens qui reste prégnante.

Le 26 janvier 2016, Philippe Richert est élu Président de l’Association des Régions de France (ARF). Au passage, notons la composition grotesque du bureau de l’ARF, qui n’a pas été modifiée pour tenir compte du nouveau nombre de régions, et qui se compose donc de 10 des 13 Présidents de région dont 7 vice-présidents. Ce n’est pas grave, c’est vous qui payez.

vite réformons les régions

À cette date, les compétences sont transférées depuis plus d’un mois. Leur financement n’a toujours pas été discuté. Et comme il faut trouver 600 millions, la question urge….

Aussi improbable que cela puisse paraître, la solution viendra du Grand Paris. En effet, en Île-de-France, pour développer ce projet, Jean-Paul Huchon a obtenu en 2015 la création d’une « taxe additionnelle spéciale annuelle », plafonnée à 80 millions d’euros, répartie sur la cotisation foncière des entreprises dite CFE et la taxe foncière des propriétés bâties. La mise en place de cette taxe régionale spécifique, qui s’est faite sans remous, constitue un taux additionnel moyen de 0,23 % pour la taxe foncière et de 0,35 % pour la CFE.

Quelle riche idée ! Le gouvernement décide alors de s’en inspirer : plutôt que transférer des fonds des départements aux régions, il propose d’étendre le principe de cette taxe à tout le territoire.

Magie de la décentralisation centralisée : une nouvelle taxe, décidée par le gouvernement, semble ainsi venir des régions qui l’ont inspirée et qui conservent la main sur :
– les modalités de répartition entre elles,
– la définition du taux d’imposition,
– la décision de la prélever ou non…

Même son nom prête à confusion puisqu’il s’agit de la TSER (Taxe spéciale d’équipement régional, pas du tout nationale ou étatique, et passez muscade).

Le 27 juin 2016, L’ARF, qui comprend toutes les régions, valide le projet de cette nouvelle taxe avec le gouvernement, au moment de la signature de « l’Acte II de la plateforme Etat- Régions ». Philippe Richert (LR), son président réélu dans la région Grand-Est avec l’aide de Manuel Valls, indique même avec emphase dans un communiqué que :

« Nous avions besoin de ce volet pour permettre de travailler pour nos territoires en lien avec l’Etat. C’est une avancée pour nous tous dans une volonté commune de redresser le pays avec une meilleure efficacité de nos politiques publiques. Nos efforts ne s’arrêteront pas là, ce dialogue Etat-régions est nécessaire, et il doit être permanent. »

Que de bien beaux efforts qui permettent à la fusion de certaines régions, parfois difficile, de créer une nouvelle taxe. Les contribuables apprécieront, et, avant eux, les professionnels de l’immobilier, directement concernés par son prélèvement.

Ils se mobilisent donc, et il y a de quoi : sans craindre l’incohérence, alors que le foncier est trop cher, que l’on essaye de favoriser l’investissement locatif et un immobilier moins onéreux, on a l’idée lumineuse de lui imposer une taxe supplémentaire. L’UNPI lance une pétition en ligne appelée « un impôt de plus pour écraser les propriétaires », y rappelle que les impôts fonciers ont augmenté de 16,5% en 5 ans et que cette taxe va toucher les entreprises du bâtiment déjà en grandes difficultés. La Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM) rejoint son avis. Son président indique que :

« Si la compétitivité de la France reste au plus bas, ce n’est pas la création d’une nouvelle taxe qui l’améliorera. Ce dont nous avons besoin avant tout c’est d’un allégement de la pression fiscale et d’une simplification des aides disponibles ! »

plus chère la taxeComment ? Une taxe ne crée pas la richesse ? Voilà qui est nouveau au Fiscaland de France…

À pétition, pétition et demie : les Alsaciens rejoignent le mouvement contre la « taxe Richert ». Philippe Richert y est traité de « vendu », de « collabo ». Cinq des sept présidents de régions de droite montent également au front pour rappeler les promesses de campagne qu’ils ont faites. Xavier Bertrand (président des Hauts-de-France) est le premier, suivi de Christian Estrosi (PACA), Didier Robert (La Réunion), Hervé Morin (Normandie) et Valérie Pécresse, (Ile-de-France et 1ère vice Présidente de l’ARF). Le 21 juillet 2016, Xavier Bertrand va même jusqu’à décider de retirer sa région de l’ARF.

Voilà Philippe Richert bien à l’étroit. Décrié par tous, il bredouille des explications confuses, tentant de faire croire qu’il s’opposait à cette nouvelle taxe à l’origine et aurait même proposé d’autres pistes comme le transfert d’une partie de la taxe carbone ou de la fiscalité pesant sur les carburants. Il va même jusqu’à écrire au premier ministre Manuel Valls pour indiquer qu’il souhaiterait revenir sur la convention qu’il a signée (probablement sur un coup de tête et l’esprit embrumé des vins capiteux servis au repas) :

« Force est de constater que cette solution apparaît désormais pour nombre de nos interlocuteurs comme un nouvel impôt mis en place par les régions, alors même que c’est le gouvernement qui a fait le choix d’un tel vecteur. »

Un nouvel impôt ? Qu’allez-vous penser là !

Notre brave Philippe demande donc « la réouverture des discussions sur le volet financier ». Ce à quoi le gouvernement lui rappelle que – bing dans le museau – cette contribution « n’est pas une demande de l’État, mais des régions » et qu’il s’était publiquement félicité de son adoption. Comme il ne s’agirait pas d’une demande de l’État qui s’était, de son côté, engagé à ne pas toucher aux impôts, Manuel Valls se retrouve également coincé. Ne pouvant rien imposer, il se retrouve obligé d’accepter que les discussions reprennent.
Depuis juillet, les négociations ont donc repris, afin de calmer le jeu entre régions et État et pour enfin trouver un financement viable. Il y a urgence : il se pourrait en effet que le parlement intervienne. Bien que régionale (ou prétendue telle), le parlement national pourrait choisir d’en voter un taux unique national (lors de la loi de Finances pour 2017).

Dans une interview accordée le 11 juillet dernier à France 3 Franche-Comté, le vice-Président de la Région Bourgogne Franche-Comté, Michel Neugnot, a d’ailleurs précisé que le taux pourrait être « de l’ordre de 0,6 % pour les entreprises et de 0,5 % pour les ménages », ce qui montre que l’idée est déjà plus qu’avancée.

La situation est rocambolesque au possible et le tableau croquignolet.

epic failCette réforme des régions, demandée par personne et certainement pas sous cette forme, décidée sur un coin de table et communiquée approximativement, a été votée sans être aboutie. Censée fournir plus de compétences aux régions qui ne les ont pas demandées, la réforme ne leur donne aucune capacité de les assumer, et les pousse à en restituer une partie aux départements qui en avaient été dépossédés. Les économies qui motivaient la réforme n’auront bien évidemment pas lieu, et tout indique la création d’une nouvelle imposition affectant encore les contribuables les plus fragiles.

En termes de ratage épique, c’est une réussite à peu près totale.

Ne nous leurrons pas : cette réforme aboutira à une nouvelle imposition. Et comme il n’y a aucune raison pour que les entreprises et les propriétaires déjà surtaxés la supportent sans broncher, on peut déjà parier sur un renchérissement du coût de la vie pour les consommateurs et les locataires.

Bien joué.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires241

  1. Le Gnôme

    Il paraît que l’inflation est à zéro. Au vu des feuilles d’impôts fonciers qui arrivent, cela ne concerne pas les taxes qui s’envolent joyeusement.

      1. Deres

        D’autant plus que pour les taxes foncières, les taux sont une chose, mais ils s’appliquent à des bases théoriques (valeurs du bien) qui sont aussi réactualisées tous les ans, et ce sur vote du parlement donc au niveau national. Et ces dernières années, ces bases ont progressé bien plus vite que l’inflation …

        1. Higgins

          Il n’y a pas une remise à niveau en cours de la base de calcul de taxe foncière? Je crois me souvenir qu’il y a un département pilote là dessus. Si cette réévaluation est menée à bien, l’enfer fiscal aura un nom: le Frankistan. L’augmentation des impôts qui s’ensuivrait serait démentielle.

          Sinon, sur le reste du billet, rien à ajouter. J’espère simplement que personne n’a cru un instant Normal 1er sur ce thème et sur le reste également.

              1. albundy17

                j’ai reçu mon dernier rôle, apparemment les calculs ne sont pas encore fait ^^

                1% de hausse pour cette année

  2. albundy17

    Quand on pense que le budget 2016 fut bouclé avec une prévision de +1.6 de PIB, on sent que ça va bien déraper sur tout ces taux l’année prochaine…

    1. Royaumont

      Ca fait combien d’années que le budget se base sur une estimation fantaisiste de la croissance ? Business as usual.

    2. Deres

      Il va y avoir un magnifique effet ciseau … Chute des recettes et explosion des dépenses en même temps !

      A mon avis, la situation sera tellement désastreuse que le successeur sera obligé de dénoncé les comptes du gouvernement de Flamby et lui faire un procès, un peu comme au Brésil.

      1. Calvin

        Hollande, c’est l’anti-courbe : poids, dette, chômage, recettes, dépenses… il obtient l’inverse du but recherché.

        1. Royaumont

          Il a tout de même réussi à inverser la courbe de l’espérance de vie (première baisse de l’après-guerre) et de la mortalité routière (première hausse depuis 1972).

          1. sam player

            J’ai lu ça sur l’espérance de vie et pour divers pays.
            Outre qu’il faudrait savoir de quelle espérance de vie on parle :
            1- la vraie qu’on ne connaîtra que quand les gens nés une année ou une décennie seront tous morts
            2- celle à la naissance
            3- ou celle a 35 ans,

            Il y a un phénomène complètement naturel qui semble faire baisser l’espérance de vie (2) alors qu’en fait la (1) a augmenté.

            Pour le comprendre il suffit de voir l’effet inverse : c’est ce qui s’est passé lors d’une canicule en 2003, si ma mémoire est bonne, et qui a fait un petit 15,000 morts. En fait ces personnes là auraient dû mourir en hiver et sont mortes prématurément en été.
            D’ailleurs ça se confirme dans les chiffres des morts durant les mois d’hiver qui ont suivi (INSEE, mortalité mois par mois) : il y a eu beaucoup moins de morts.

            Maintenant faites l’inverse de ces morts prématurés et considérez qu’un phénomène a permis à des personnes de vivre plus longtemps et que ce phénomène est continu (et non ponctuel comme une canicule) et vous pourrez comprendre que lorsque ces personnes qui ont bénéficié de conditions plus avantageuses vont mourir, alors durant une certaine période les morts seront plus importantes (phénomène inverse de la canicule, période hiver, là aussi).

            Et là j’en vois dans le fond qui vont me dire que si ce phénomène « avantageux » est continu alors ceux qui vivent plus longtemps (nouveaux entrants) vont compenser ceux qui meurent plus tard (sortants).

            One point. Mais la hausse de l’espérance de vie (1 ou 2) n’est pas continue et linéaire et il y a forcément un ralentissement, les arbres ne montent pas au ciel.

            Et donc si l’espérance de vie (1) fait un palier ou grimpe un peu moins vite (plombant ainsi ceux qui auraient dû rentrer sur le marché de ceux qui vont vivre plus longtemps que ceux qui les ont précédés), on constatera alors une hausse de la mortalité par diminution de nouveaux entrants : un genre de Ponzi (ça foire toujours les Ponzi). 😀

            Mais en fait l’espérance de vie (1) n’a pas baissé, elle a juste plafonné ou grimpé plus doucement. Et après un certain temps les décès vont se stabiliser venant confirmer ce fait.

            Le fait que l’espérance de vie (2) baisse vient du mode de calcul de l’espérance de vie (2) qui crée une génération virtuelle car en fait l’information espérance de vie (1) des gens nés par exemple en 1950 ne sera connue que quand ces personnes seront toutes mortes.

            Bon, je suppose que j’en ai lâchés en route, sorry !
            Mais étonnement je n’ai vu cette explication nulle part…

            1. sam player

              Il faudrait aussi tenir compte des migrants qui eux aussi peuvent faire baisser l’espérance de vie (1 et 2) puisque notre santé dépend aussi des conditions de vie de notre enfance, conditions qui affaiblissent l’état de santé générale pour les années qui suivent.

              1. Fll

                Merci SP, je ne l’avais jamais vu comme ca, c’est clair. Je me coucherai moins c** ce soir et grace à toi.

            2. Deres

              On nous fait surtout encore le coup du pas de bol de Flamby. Ce n’est jamais de sa faute au pauvre bichon. Pourtant, on sait gérer depuis un certain temps les canicules, la grippe et le froid. Ce ne sont pas vraiment des phénomènes nouveaux … C’est étonnant que tous cela se produise alors que lui et son gouvernement de fidèles choisis uniquement pour leur loyauté envers lui se consacre à temps plein à sa réélection et non au travail pour lesquels on les paie. On va bientôt nous dire par exemple que l’absence de réforme de la fonction publique, c’est lié à un manque de chance, pas à la nomination de Placé qui ne s’en occupe pas.

              1. Deres

                La réalité c’est que depuis des années, les variations annuelles sont largement absorbés par les améliorations de la médecine et des conditions de vie. C’est peut être surtout cela qui a ralentit et ne suffit plus à couvrir les aléas …

                1. albundy17

                  « largement absorbés par les améliorations de la médecine  »

                  Oui, on fait vivre de plus en plus de légumes.

                  L’espérance de vie en bonne santé est plus « sympa » a observer

            3. Pheldge

              « les arbres ne montent pas au ciel. … » j’en connais qui vont pas être très contentes du côté de Genève 😉

    1. Royaumont

      Si on taxait la connerie, ça résorberait le déficit de l’état rien qu’en l’appliquant aux élus !

    2. sam player

      Le pire c’est que des gens, même hors politiques, pensent que ce type de taxe peut fonctionner.

      De grandes âmes charitables pourraient penser que si cette taxe sur la malbouffe était équilibrée par une baisse des taxes sur la « bonne » bouffe (genre bonus-malus des voitures vs CO2) alors effectivement la taxe sur la malbouffe serait une bonne taxe.

      Mais en fait non : les prix de la bonne bouffe ne baisseront pas à consommation constante (pour quelle raison?), pire ils pourraient augmenter si effectivement une partie de la consommation de mal-bouffe se reporte sur le bonne bouffe à cause du différentiel qui a diminué en rêve de 1%… pour un temps.

      …donc on aura juste taxé les pauvres, ceux qui ne pourront pas changer de gamme !

      1. Douar

        Encore faudrait il pouvoir définir ce qu’est la « bonne bouffe » et la « mauvaise ».
        faudra créer une commission ad hoc.
        Et selon la composition de cette commission, les résultats seront différents, forcément. Difficile de faire plus subjectif.

        1. sam player

          Oui et non.
          Quand je me prends un 280 j’ai quand même remarqué qu’un des composants, je ne sais plus lequel, m’apporte 90% de mes besoins journaliers…
          Idem pour le jambon avec 25% de sel en moins qui coûte plus cher que l’autre (on sent vraiment la différence)…

          En regardant les compositions il est assez facile de repérer ce qu’est la mal bouffe : nuggets pas cher faits avec de 10 à 20% de peaux de poulets ou de cartilages broyés (lipides élevés, c’est pas une légende les peaux, j’ai montré l’étiquette à mes gosses, cartilages juste pour le poids)

          Mais comme dans tout la quantité fait le poison…

          Une cotisation santé fonction d’un IMC aurait beaucoup plus d’effet…
          Comme je dis souvent à ceux qui disent qu’ils ont un tempérament à grossir, moi j’ai un tempérament à foutre des baffes, dans les camps de concentration il n’y avait pas d’obèses…

          1. albundy17

            « dans les camps de concentration il n’y avait pas d’obèses »

            C’est parce qu’ils bouffaient équilibré et en fonction de leurs besoins !

            J’ai une belle sœur qui se trouve trop grosse, alors elle fait du fouting (genre 1/2 H :-P) durant les vacances, avant le pit dej ou elle s’enfile mini 2 croissants.

            Je lui ai dis de regarder les Kcal de ses viennoiseries, elle n’a pas pris d’apéro ce midi là…

            Les billets d’avion devraient être payés comme pour les valises, au poids

            1. albundy17

              « (on sent vraiment la différence)… »

              oui, d’abord le prix au kg, puis les formules chimiques pour éviter que ça pourrisse trop vite

                1. albundy17

                  sa fonction première est la conservation, mais oui c’est commode pour augmenter le poids en flotte, marrant de voir que les jambons sans sel tournent plutot à 120 grs les 4 tranches au lieu de 180, mais pour un peu plus cher.

                  La flotte c’est rigolo, quand je vais au Mc Do je demande toujours la boisson sans glaçons, ça a encore du gout même à la fin

                  1. MadeInCH

                    albundy17 2 septembre 2016, 17 h 48 min
                    A Bangkok, dans un kiosque qui vous presse le jus devant vous, si vous prenez le jus sans glaçon, alors le jus est … plus cher… 😀

            2. sam player

              Du fouting : c’est je bouffe et j’m’en fous ?
              Oui pour les billets d’avion, les chiottes pour les pisseuses etc…

                1. Gossein

                  Quel est le plus grand péril, l’ignorance ou l’indifférence ?
                  –  »J’en sais rien et je m’en fiche !  » 🙂

            3. Julien

              Le billet d’avion paye au poids, c’est juste une farce.. Le poids de l’avion à vide étant largement plus important que celui du passager à transporter.
              Si vous pesez 50 kilos ou 120, un mec en pousse pousse sentira la différence et pourrait vous demander de payer double.
              Pour un A380, avec la masse de la structure que l’appareil doit porter par défaut, 50 kilos de différence ne représentent rien.

              1. albundy17

                Le poids ne représente rien, en effet, mais vous mettrez tt de même moins de tas de 150 kgs que de personnes avec un IMC normal.

                durant le dernier trajet, j’ai découvert que mon fauteuil avait un accoudoir quand ma voisine s’est extraite (avec mal) de son emplacement

              2. sam player

                « Le billet d’avion paye au poids, c’est juste une farce. Le poids de l’avion à vide étant largement plus important que celui du passager à transporter. »

                Ouais, moi je sais, c’est que des capitalisses qui font ça rien que pour nous embêter et pomper les masses laborieuses !

                P’tain c’est vous la farce …. et dire que l’ednat nous coûte près de 150Mds par an, p’tain !

                2, 3 trucs pour un 747 pour un vol de 12,000 km :

                – La masse au décollage d’un avion ce n’est pas comme la connerie ce n’est pas illimitée et bien souvent les avions sont très près de la limite.

                – Cette masse maxi au décollage c’est un peu plus de 2 fois la masse à vide

                – La répartition de la charge c’est 3/4 fuel, 1/4 passagers + bagages + fret

                – Un 747 consomme environ 1/3 en plus entre à vide et à sa masse maxi.

                – Le commandant de bord connait exactement le poids de son avion car un poids c’est une altitude de vol optimale et une altitude + un poids c’est une consommation de carburant

                – Si au dernier moment on rajoute 2 tonnes dans un avion on est obligé de rajouter environ 1 tonne de carburant.

                1. JuJu

                  Travaillant dans l’aero, je peux vous dire que c’est le capitalisme peut être mais surtout la connivence qui pose problème.
                  C’est peut être un point de vue de salarié, mais il est devenu impossible de monter sa boite grace a Dassault, grace a de gros groupe transnationale, et nous salariés fabriquons des pièces de 20 ans d’âge tellement la structure de la chaine de travail est inutilement complexes le fric compte et pas le bon boulot.
                  On pourrait gagnez facile 20% de poids de structure d’avion si les dessinateurs étaient pas devenus des planquers
                  20% de sur qualité si on retirait les normes iso devenu des mafia ect ect.

    1. Calvin

      J’espère que tu n’as lu que la moitié er que tu finiras dimanche, nous épargnant ta râlerie habituelle…
      😉

      1. Bonsaï

        Non, il a raison de persifler, pour une fois j’abonde dans son sens.
        Nous sommes les lecteurs, nous sommes les commentateurs, nous sommes les arbitres éclairés, ne l’oublions pas…

      2. Pheldge

        tu rêves petit ! en bon vieux camé qu’il est le Papet , tu lui en donne une triple dose, qu’il se l’enfile d’un trait, et revient pleurnicher le lendemain en queu-man 🙂

      3. Aristarkke

        Que des lâcheurs!
        Je suis là à faire le sale boulot de râler auprès de sa Seigneurerie en raison de ce durcissement de régime (si si, il y avait -déjà -le samedi sans rien !!! maintenant étendu au dimanche !!!). Et plutôt que de vous joindre à ma blanche crinière pour former un choeur de pleureuses qui, qui sait? , aurait pu l’attendrir et la faire revenir sur sa décision, vous me laissez monter au pupitre tout seul et pousser les nenies de ma voix éraillée d’ ancêtre…
        Bravo!!!

        Sûr que Sa Seigneurie va frémir devant le risque de perdre UN lecteur sur la grosse vingtaine enregistrée…

        Parce que naturellement, le billet dominical ne vous intéressait guère au point que personne en dehors de Bibi n’ y inscrivait de propos…

        Je me retirerai donc sur l’ Aventin, ce week-end. Na!

        1. Bonsaï

          Que nenni Messire Starque vous n’êtes pas tout seul, me voici é la rescousse.
          C’est en effet bien mal nous traiter après que ayons pieusement gardé l’antre pendant quatre longues semaines…

          1. Aristarkke

            Bien aimable à vous de ne pas m’avoir fait défaut.
            Mais ce n’est pas notre troupe à la Don Quichotte qui aura impressionné ni impressionnera le rationneur, je le crains

          2. Pheldge

            Euh, en France, on emploie l’indicatif après « après que » … l’instruction des Helvètes n’a apparemment rien à envier à notre glorieuse Ed Nat ! 🙂

            1. Aristarkke

              Pour monter à l’ assaut, mieux vaut un ferrailleur qu’un pinailleur…
              (merci à Philou de nous éviter les regrettables calembours auxquels il s’adonne lamentablement).

        2. Pheldge

          qu’est-ce qu’il ne faut pas lire de bon matin ! « ma blanche crinière … » depuis quand t’as retrouvé des cheveux ? t’as finalement récupéré la perruque embaumée que t’avais chipée à Toutânkhamon ? 😉

  3. Aristarkke

    Comment cela une augmentation de 16,5% en 5 ans des impôts fonciers ? Vous parlez probablement de la seule part régionale dans ce fourre-tout. Parce qu’au total, nous sommes plus proches de 25/30% que de 16!
    (Méremptoire, pour la part de la commune de Lille, nous a collé 11% en 2015!!!)

      1. claribelle

        Quand on apprend (merci H16) que les compétences des départements vont diminuer, on ne comprend plus (et on avait aussi du mal avant) qu’une telle augmentation ait lieu (+ 65% !!!)

        1. bob razovski

          C’est que l’incompétence de qualité a un prix.

          Parce que ce qui nous coute cher, depuis des lustres, c’est l’incompétence crasse de ces gens là.

  4. Bernie Gunther

    « Certains présidents de région s’en inquiètent comme celui des Deux-Sèvres » : comment dire, la région des Deux-Sèvres …

    Quant à votre scandaleux procès en nouvelles impositions, alors qu’il ne s’agit que de taxes 😉 …

    Blague à part, article tout aussi pertinent que déprimant, comme à l’accoutumé …

      1. Calvin

        Marrant, tu n’as pas le même logo affiché sur tes posts, comme ici (couleur bleue) et sur le lien des derniers commentaires (couleur rouge).
        Vite, une loi, euh, un mail à h16.

        1. Pheldge

          Elle nous en a fait tout un plat ce week end … faut suivre gamin !
          Et j’ai observé que c’était le cas pour tous les pseudos sans gravatar.

            1. Royaumont

              Moi, m’accuser d’avoir fréquenté cette cour des miracles ? J’en ai appelé sur le pré pour moins que cela !
              Non, j’ai juste entendu un extrait du discours d’accueil des nouveaux élèves.

              1. Calvin

                C’est juste après le passage « la dette n’est pas un problème pour la France. »
                Il me tarde de faire l’ENA : les leçons sont simplistes et faciles.

          1. Deres

            Avant tout cela il faut un rapport avec un rapporteur.
            Et après, il faut une commission pour surveiller le phénomène.
            La dite commission sera évidemment dirigée par quelqu’un connaissant bien le problème, par exemple le rapporteur qui a lui même proposé la création de cette commission dans son rapport.
            CQFD
            Les énarques sont très productifs pour se créer des responsabilités fictives et des revenus réels.

  5. Gerldam

    Excellent billet! La façon dont nos ponctionnaires ponctionnent à droite, à gauche, au milieu et, quand c’est plein, en haut et en bas frappe l’observateur de stupeur et d’étonenemnt.
    Mais comment font ces franchouillards pour inventer tous les jours une nouvelle taxe?
    S’ils mettaient autant d’énergie et d’inventivité à réduire les dépenses de l’état, nous serions déjà au -presque- pliein emploi!

    1. Lambda Expression

      « Mais comment font ces franchouillards pour inventer tous les jours une nouvelle taxe »
      Facile, ils ne peuvent pas faire autrement. La taxe c’est la fallback solution.
      L’organisation générale est tellement un paquet de spaghettis a la merde que c’est indémêlable.
      Y’en a un qui tire un peu sur un bout et ça fait bouger l’ensemble du tas, provoquant des petites tensions a droite a gauche.
      Devant le risque de tous faire s’affaler, il reste la fallback solution, le patch sur le patch sur le patch : la taxe.
      Et roule ma poule.
      Il manque celui avec des couilles qui fera tout voler en éclat sans peur des taches de sauce.

    2. Deres

      Le souci je l’ai constaté en allant dans certains régions où le nouveau président tente de faire des économies. Aucune association ou institution n’accepte la moindre baisse de ses subventions sans combattre. Elle font toute du prosélytisme et de la propagande tout azimut contre toute tentative d’économie les impactant. Les tracts et autres actions pleuvent. La réalité est que les français veulent tous un baisse de leurs impôts mais une hausse de leurs avantages donc une hausse des impôts des autres. C’est un peu le phénomène « Not in my backyard ». C’est le résultat direct de 30 ans de clientélisme débridé qui verrouille le système.

      1. Royaumont

        Cf Bastiat :
         » [l’état], cette grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde « 

      2. Pat

        « La réalité est que les français veulent tous un baisse de leurs impôts mais une hausse de leurs avantages donc une hausse des impôts des autres. »
        Si c’était vrai, ce blog n’existerait pas, et nous serions tous fonctionnaires.

        1. Ben en majeure partie, les Français suivent le collectivisme. Donc plutôt oui, ils veulent une baisse de leurs impôts et pas de ceux des autres.

          1. charl

            On voit rarement des personnes prônant une flat tax, ceci dit j’en ai croisé une il y a quelques jours, j’aurais dû faire un selfie pour célébrer ça…

            1. La flat tax est un moindre mal (un moindre vol) à laquelle je souscris d’autant plus qu’elle se rapproche de 0.

              1. Bernie Gunther

                En effet, vive la flat tax !

                C’est simple, lisible, et n’empêche nullement la redistribution (et je suis du « mauvais » côté de la redistribution).

              2. Calvin

                Et ça, c’est les mauvaises années, car une partie de la flat tax doit alimenter un fond exceptionnel en coup de coup dur. Du coup, les bonnes années, on peut rembourser l’excédent !

              3. Pheldge

                Oui, proche de zéro, c’est ça, et le régalien qui va carburer aux dons volontaires ? ou bien on paye le service rendu sur facture, ce qui revient au même que la flat tax. Un Telethon pour payer » les policiers les juges, et les bidasses 😉

                1. bibi

                  Qui dit flat tax dit juste taux unique certains rêvent de la flat tax avec un taux à 100%.
                  Le régalien c’est 5% du PIB c’est assez proche de 0%.

                    1. bibi

                      Pas tant que ça en fait, car même si on donne pour mission à l’armée d’assurer uniquement la défense nationale (division du budget par 2), il va falloir quand même augmenter le budget de la justice, et concernant la police et la gendarmerie il y a surement trop de personnels mais ils sont totalement sous équipés.

                  1. astazou

                    avec distribution de tickets de rationnement en fonction de la fidélité au régime et de la déférence marquée par l’ACURABA (cf. le plouc émissaire) à ses supérieurs

  6. Bernie Gunther

    « et tout indique la création d’une nouvelle imposition affectant encore les contribuables les plus fragiles » : j’imagine que vous entendez pas là ceux qui contribuent « pour de vrai », pas ceux qui contribuent potentiellement.

    Ces derniers, par la grâce d’un clientélisme chirurgical, étant souvent destinataires des miettes de la ponction opérée sur ceux qui sont un peu moins fragiles qu’eux.

    Cela me rappelle une saillie sur les Enfoirés, en gros assimilés à des millionnaires qui demandent aux smicards de donner pour les allocataires du RSA.

    1. Votre vision des contribuables est amusante (au mieux) ou carrément fausse. Ceux qui ne paient pas d’impôts en France, ce sont ceux qui n’y vivent pas. C’est tout. Depuis le SDF jusqu’à Bettencourt, tout le monde est ponctionné, tout le monde. Le « potentiellement » est risible.

      1. Bernie Gunther

        Il est vrai que je prenais l’impôt dans le sens restrictif d’IR, ce qui dans le contexte de l’article est en effet inadapté (comme dirait Bill).

        Même si concernant la TSER, il me semble audacieux d’affirmer que « tout le monde est ponctionné, tout le monde » …

        1. Typique. Un coup c’est l’IR, un coup c’est autre chose, et comme ça, on peut toujours se défausser.

          La taxe, l’impôt, la ponction, la contribution, tout ça, c’est pareil et c’est du vol. Et tout le monde en France est volé. Tout le monde.

          1. Pat

            Mais beaucoup vivent du produit de ces vols, et d’autres non. La « redistribution » est très sélective.

          2. Dr Slump

            Et dans un pays de voleurs, c’est donc voler ou être volé. Ou sinon, s’envoler vers d’autres horizons.

        2. sam player

          @ Bernie

          « Même si concernant la TSER, il me semble audacieux d’affirmer que « tout le monde est ponctionné, tout le monde… »

          Celui qui est chômeur paie un impôt invisible mais certain et équivalent à un salaire : le manque d’emploi à cause des impôts des autres.

          1. Bernie Gunther

            Hé bé !

            Si les allocs perçues sont en fait un impôt invisible (un crédit d’impôt invisible, même, puisque négatif), là …

            Pour le coup, renseignez vous auprès du Patron si les impôts ne seraient pas alors un « cadeau invisible » plutôt qu’un vol.

            A moins que le vol lui même ne soit une « offrande invisible ».

            Pour paraphraser le Patron, tout est dans tout et réciproquement …

              1. Bernie Gunther

                C’eût pu mais non. Peut-être boutade un peu précipitée en réponse à « Celui qui est chômeur paie un impôt invisible ».

                Sauf à me trouver dans la 4ème dimension des flux financiers, les allocs chômage, pour le chômeur, c’est un flux entrant, pas sortant.

                D’où analogie (caricaturale ?) où le vol devient un cadeau et référence à votre maxime.

                Mais, là encore, quelque chose m’échappe peut-être …

                1. sam player

                  Bernie, un impôt c’est de l’argent que tu n’as pas eu. Quelqu’un est passé avant.

                  Pour les chômeurs :
                  – et d’une c’est assez drôle de faire cotiser celui à qui on cause le dommage comme si c’était une catastrophe naturelle (en fait c’est pas lui qui cotise mais c’est pareil).
                  .
                  – seul un tiers des chômeurs maxi touche une indemnité qui en plus n’a rien à voir avec leur salaire précédent.

                  Comme beaucoup tu t’attaques aux conséquences (indemnités) au lieu de t’attaquer aux causes (fiscalité, smic).

                  Faut toujours te mâcher la réflexion, tu ne pourrais pas faire cela toi-même ?

                  1. Bernie Gunther

                    ‘tain, c’est pas vrai ! On n’a pas déjà eu cette discussion à propos d’immobilier (un truc de remboursement de prêt, si je me souviens bien) où le pognon qu’on ne dépense pas est du pognon qu’on perçoit ?

                    Mais non de non !

                    Assimilez ce que vous ne chiez pas à ce que vous mangez si vous voulez, mais pas moi !!!

                  2. albundy17

                    « et d’une c’est assez drôle de faire cotiser celui à qui on cause le dommage comme si c’était une catastrophe naturelle  »

                    Il y a un moment que j’ai fait le constat au sujet du chômage dans ma belle famille, constat qui ne change pas avec la nouvelle génération arrivée maintenant en age de travailler.

                    Les 5 enfants et leur conjoints respectifs (zero divorce(s)?, ça doit être une étude de cas, hein sam) n’ont jamais connu le chômage, ou vraiment transitoire. Leurs enfants, une moyenne tout juste de 3 par couples reproducteurs ont pour la plupart pris des jobs d’été dès l’age légal atteint, et je les vois maintenant (ceux qui ont fini leurs études (ou pas)) tous avec un boulot, même celui qui est resté trop longtemps en hypoxie a la naissance, adorable mais faut expliquer encore plus longtemps qu’avec moi, ben il a un taf depuis 7-8 ans, avec évolution de carrière (dans le privé)

                    C’est peut être génétique, l’envie de ne dépendre de personne (en arlay david sonne)

                    1. Bernie Gunther

                      Génétique, je n’y crois pas : culturel plutôt.

                      Et même familial, cette dernière structure sociale qui fait encore assez efficacement face à l’aliénation de la dictature de la marchandise (Francis Cousin, même case que Jean-Claude Biiiip) et du court-termisme burkino-macronesque (au mieux, je ne parle pas des Chtis et des Marseillais).
                      L’Etat, comme le constate régulièrement la Patron, a depuis longtemps échoué (au mieux) ou démissionné (plus souvent), notamment dans ses missions d’éducation.

                      Perso, mon aîné frais diplômé s’est trouvé un boulot en start-up, pas méga payé mais, pour lui, mieux que grenouiller plusieurs mois à trouver le mouton à 5 pattes avant d’avoir commencé sa vie d’homme. Une fierté de son père, oui, qui a la faiblesse de croire que ce n’est pas QUE de la chance…

                    2. Deres

                      Le chômage n’est pas répartit aléatoirement entre les individus, bien au contraire de l’image qu’on voudrait nous inculquer dans les médias. Ce n’est pas une calamité qui frappe au hasard. Cela frappe en premier les cas sociaux, puis ceux qui ont peu de compétence et finalement ceux qui sont incapables de s’adapter.

                    3. bibi

                      Même dans une vision tentaculaire du rôle de l’état, il ne doit veiller à l’éducation que des enfants dont il est le tuteur légal c’est-à-dire auprès des pupilles de la nation, et des enfants dont la garde a été retirée aux parents pour la lui confier, pour tous les autres l’éducation ne doit en aucun cas être de son ressort.

                    4. Bernie Gunther

                      Pas tout à fait d’accord : même s’il aurait du conserver « instruction publique » au lieu de d’ « éducation nationale » (autre signe de l’objectif de destruction de la cellule familiale), l’Etat se doit d’instruire les citoyens.

                      Pour plusieurs raisons :

                      – conserver sinon améliorer sa position dans la compétition mondiale
                      – faire perdurer ce bel objectif de méritocratie républicaine, c’est à dire l’ascension sociale possible sur la base du mérite et non du seul patrimoine (économique et culturel) de son ascendance : la « vraie » égalité des chances
                      – au passage, challenger mes propres enfants dans leur ascension sociale, donc les tirer vers le haut par une saine émulation
                      – faire toucher du doigt aux jeunes que leur patrimoine civilisationnel (par exemple les cathédrales) ne s’est pas construit avec de l’égoïsme court-termiste mais dans l’esprit de contribuer à quelque chose de plus grand qu’une simple vie d’homme.

                    5. Rien de ce que vous décrivez n’est le fait de l’État, et compte tenu des résultats, il est plus que temps qu’il enlève ses pattes de ce domaine.

                      Pour les cathédrales et autres monuments, je trouve votre culot particulièrement comique.

                    6. Pheldge

                      MDR Bernie ! les cathédrales sont des monuments érigés à la gloire de l’intérêt général incarné par l’état l’Etat, c’est ça, j’ai bon ?

    2. Deres

      Rien que via la TVA et toutes les taxes frappant la production et la consommation, les français sont tous perdants. Le taux de fuite est trop important …

  7. Dr Slump

    « En termes de ratage épique, c’est une réussite à peu près totale. »

    Eh oui Charles-Henry, en doulce France nos bons à rien de représentants sont les meilleurs pour le pire. Au rythme où les taxes et les conneries s’amoncèlent, j’espère juste avoir le temps de mener à bien ma reconversion, avant de lever le camp.

      1. Dr Slump

        Voui mon bon Philou, j’ai eu plusieurs vies, plusieurs « réorientation » pro, alors le terme de reconversion est impropre en effet. Mais ma religion ne changera jamais: émancipation, liberté et libéralités, toujours! Sous le signe de l’apéro sacré! 😛

    1. Deres

      De toute façon, Flamby a raté systématiquement tout ce qu’il a entrepris dans son quinquennat (à part placer un maximum de copains dans des placards dorés de la République). Il aurait donc été fort étonnant que la fusion des régions soit un succès même mineur.

      1. honorbrachios

        si, il a réussi quelques trucs :
        Etre élu champion à tous les dîners de cons de chefs d’état, et d’avoir fait beaucoup rigolé les Obama &Co.
        A être le plus mauvais président français de tous les temps. Et pourtant la barre était placée très haute.
        D’avoir foutu la France dans une trajectoire pratiquement impossible à redresser

  8. Rastapopoulos

    Ce qui m’épate de plus en plus c’est l’omniscience des politiciens. Ils passent du ministère de l’agriculture à la justice, du conseil régional au ministère des finances, etc. Quand on voit la complexité dans chaque domaine, je me demande comment arrive-t-il à ne pas dire de conneries en réunion. Rien que pour tenir une réunion de 2h sur le sujet du billet du jour, faut avoir une vague connaissance du sujet ! Quand il s’agit d’argent, vous me direz qu’on apprend vite…

    1. Calvin

      Règle n1 : refiler le problème à un autre.
      Règle n2 : taxer.
      Règle n3 : obtenir des subventions.
      Règle n4 : promettre tout.
      Peut importe le sujet ou le domaine.

    2. Gerldam

      C’est simple. celui qui décide, ce n’est pas le ministre; lui ne fait que lire les fiches préparées par « les services ». Il serre les mains, lit des discours écrits par d’autres et sourit beaucoup. Tout cela, 20% de la population devrait pouvoir le faire.

    3. Gérard

      Et l’ENA, ça sert à quoi ? Parler pour ne rien dire, brosser l’électeur dans le sens du poil, vanter les valeurs de la République et honnir le populisme, ça fait partie des bases de l’enseignement. A partir de là, connaître et analyser les problèmes, ce n’est plus qu’une question secondaire (et même tertiaire), à supposer même qu’elle puisse se poser.

    4. bibi

      Il n’y a pas besoin de compétences particulières en fonction du ministère ou vous êtes.
      La fonction de ministre c’est être le porte-parole de l’administration, et être capable d’expliquer que pour régler un problème on va créer une taxe, et cela quelque soit le ministère.

  9. Guillaume_rc

    Excellent billet.

    Un petit complément : la fusion en cours coûte bonbon car :
    il y a tous les supports de com’ à revoir : choix du nom (généralement grotesque), site, tous les papiers officiels
    il y a aussi tous les organigrammes à revoir – ce qui dans certaines régions conduit à la paralysie quasi totale sur nombres de dossiers
    Il y a également recours à pléthore de consultants pour accompagner les Régions
    Il y a moult réunions, ce qui donne lieu à des frais de déplacement croquignolets
    etc.

    Certains m’objecteront que c’est provisoire, le temps de la transition.

    Outre le fait que ce temps sera long, j’ajoute qu’AUCUN site ne sera fermé. En Normandie par exemple, le siège officiel sera à Caen mais les locaux (et le personnel) de Rouen demeurent.
    En matière d’économie j’ai vu mieux.

    Enfin, les périmètres bricolés sur un coin de table sont idiots. Certaines nouvelles régions sont plus grandes que certains pays européens et ne sont pas du tout homogènes.

    1. Deres

      Pire, la règle dans la fonction publique est l’alignement par le haut des statuts. Les fonctionnaires des nouvelles régions auront donc les horaires de celles demandant le moins d’heures avec les salaires de celles donnant le maximum de primes.

      1. Deres

        Et encore pire, les endettements des régions étaient différents. Dans certains cas, la fusion d’une région endettés avec une région peu endettés est une magnifique prime à la, mauvaise gestion permettant d’éponger les déficits des administrations en trop sur le dos de celles plus raisonnables.

        1. Gérard

          Ben oui, c’est bien le principe des dotations de peréquation bien connues des élus locaux, qui permettent aux entités bien gérées de financer celles où règnent la gabegie et le clientélisme.

          1. Calvin

            Principe qui voit chaque année de moins en moins de gestions sérieuses et de plus en plus de laxistes du portefeuille des autres.
            Forcément, ça va bien finir…

    2. Royaumont

      Donc, si j’ai bien compris la réforme, pour économiser le salaire de 3 cantonniers payés au SMIC, on crée toute une batterie de commissions avec président, secrétaire, chauffeur et budget petits fours qui consomment chaque mois l’équivalent d’un petit siècle des économies espérées.

      Logique et efficace, comme toujours dans ce pays.

  10. Douar

    On a le droit également à ça localement avec les fusions des ComCom’s (communauté de communes) qui sont censées être une source d’économie. Et ceci, sous l’amicale pression de la préfecture (le pistolet sur la tempe: si tu fais le malin, ta dotation va fondre).
    Sur le papier, c’est supayr.
    En pratique, c’est le boxon, avec des statuts des personnels différents selon les comcom’s, sans oublier les choix des lieux des centres de décision. C’est en plus, chronophage pour les élus (réunions de 3 plombes pour essayer d’expliquer le fonctionnement futur, de mettre tout le monde d’accord; quand on est dans le privé, c’est déprimant). On en vient à oublier l’objectif de ces fusions, à savoir des économies.

    1. Gérard

      Oui, et avec un petit effet pervers dont tout le monde n’est pas conscient (ce serait dommage) : je prends l’exemple des budgets scolaires et périscolaires transférés aux ComCom – en toute logique les ponctions fiscales supplémentaires au profit de la ComCom devraient être compensées par des taxes « soustractionnelles » des communes … Faux : si vous baissez trop les impôts communaux, votre village bien géré ne va plus être « éligible » aux dotations de l’Etat … C’est pas génial, ça ?

      1. Deres

        Dans les faits, la ComCom se crée ses services centraux (RH, SI, Com, …) en parallèle des services centraux existants des communes. Donc point d’économie mais une explosion des dépenses. Pire, les « fusions » de services ne concernent généralement que des structures où il n’y aura quasiment aucune économie d’échelle. Typiquement, fusionner les piscines ou les médiathèques sans en fermer une ou deux, ne va pas vraiment en diminuer le budget. Plus amusant, il faut unifier les matériels et créer des liaisons pour permettre par exemple le prêt dans chacune des médiathèque et le transfert des livres. Donc créer des services supplémentaires (dont en fait personne n’a vraiment besoin) qui augmentent les coûts.

        1. sam player

          Mouais va jeter un oeil dans les mediathèques aussi vide que les bus sauf pour le wifi gratuit… et à un putain de débit.

          1. Deres

            Leur fréquentation n’a rien à voir avec leur coûts. les nouveaux services mutuels inter-commune ne seront probablement utilisés par presque personne. Pire, comme les locaux ont souvent un tarif réduit à la piscine de leur commune, cela étend ce tarif réduit a encore plus d’usagers, donc crée une nouvelle perte de recette …

  11. yoananda

    Vous n’avez pas compris, la réforme des régions, c’est le « choc de simplification » promis par Hollande.
    Ha oui avec le prélèvement à la source aussi !

    HAHAHAHA

    Hollande, il ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît.

    Seule bonne nouvelle, pour l’instant, personne n’a ratifié la COP21. Je ne pense pas que Oblabla le fasse avant de partir … mais sait-on jamais. Trump refusera. Hillary ? je ne sais pas…

    1. Royaumont

      La COP21 a permis à Minus 1er de dire qu’il allait sauver le monde sans que personne ne rigole (dans la salle). Ça n’a pas de prix, juste un coût modique de 199,99 millions seulement. C’est donné. A ce tarif là, pourquoi se priver, surtout que c’est le contribuable qui régale ?

        1. Calvin

          Il parle de l’organisation de la COP21, pas des milliards de subventions aux EnR, la transition énergétique, etc…

      1. Gérard

        Et la COP22 c’est pour quand ? Cette année ou en 2017 avant les prochaines élections qui entérineront l’inversion définitive de la courbe du chômage, à défaut de celle des températures ?
        Parce que le monde entier nous attend là-dessus, on le sent bien …

        1. Calvin

          Au Maroc, et c’est bien en 2016.
          C’est chaque année.
          Et oui…
          Le pire est dans 100 ans, avec 2 à 5 degrés celsius de plus (supposé) mais on mesure chaque année si on prend bien les 0,02 à 0,05 attendu. Et le pire, c’est que no, ça bouge pas.

        2. Deres

          Il suffit de confier les services mesurant la température à Flamby. D’ici un ou deux ans, grâce à la réorganisation de ces services, la courbe commencera probablement à s’inverser. C’est juste une question de méthode pour bien sélectionner les lieux de mesures, les corrections de saisonnalité, les catégories, etc.

          1. bibi

            Sans oublier un plan de formation massif pour les méchantes molécules de CO2 en les faisant passer de la catégorie A (Anthropique) à la catégorie D (Dissoute) pour qu’elles soient aptes à être embauchées par un méchant océan capitaliste en CDI (Carbonate à Durée Indéterminée).

  12. @SColligo

    Petit exemple concret en Pays de Loire, région concernée par aucune fusion que ce soit, mais où l’on transfert les compétences dans tous les sens, et notamment du département sur Nantes Métropole qui gère l’agglomération de 24 communes.

    Fin 2015, pour financer ces transferts et aussi compenser la méchante baisse de dotations de l’état, il faut urgemment lever 40 millions d’euros sur l’agglomération Nantaise pour pouvoir continuer à gaspiller comme avant.
    Du point de vue de l’exécutif, cela donne dans les communications officielle une hausse modérée de +5,75% de la taxe sur le foncier bâti.
    De point de vue du contribuable, pareil. Enfin non, parce +5,75%, c’est passer la taxe de 0,7% à 6,45%. x9 donc. 900%. Plus de 200€ d’augmentation pour un heureux propriétaire d’une maison de banlieue.
    Et les maires des communes de l’agglo (qui ont voté cette hausse ou on fait semblant de s’y opposer) de se targuer de ne pas augmenter les impôts municipaux.

    Heureusement, comme c’est pour compenser la baisse de dotations de l’Etat et financer du transfert de compétences, les impôts qui jadis finançaient les supers compétences de l’Etat et du département ont baissé d’aut… Ah… On me dit que « non, pas du tout ».

    1. Pheldge

      Pour Harry et sam : nous accueillons aujourd’hui un nouveau petit frère pour nos jumeaux terribles « incluer »et « excluer », dans notre grande famille des « amis de Laure » : le verbe très irrégulier « transférir » je transfers tu transfers , il transfert ! le premier groupe (enfin ce qu’il en reste …) se sent soulagé, merci ! 😀

      1. sam player

        Je la fais souvent celle-là… d’ailleurs je me demande si anciennement ce n’était pas une graphie autorisée. 😀

    2. sam player

      « Enfin non, parce +5,75%, c’est passer la taxe de 0,7% à 6,45%. x9 donc. 900%. »

      Ca effectivement c’est de la grosse arnaque.
      Ca devrait autoriser les contribuables à payer uniquement 5.75% de plus sur le montant de la part concernée. Ca leur ferait les pieds. Je suis sûr que ça tiendrait devant un tribunal.
      Idem pour FH qui tous les ans a dit que les impôts n’augmenteraient pas l’année d’après : bah y a juste à faire le même chèque en fait ! Niqué le FH.

      Hier, j’en ai trouvé une bonne aussi façon visuelle avec un histogramme que j’aurais jamais eu l’idée de faire :
      http://cache.media.education.gouv.fr/image/2015/45/6/Depense-education-2014-ENC_2014_15_482456.jpg

  13. Bonsaï

    HS : l’Afrique devra se passer de Facebook encore un moment :

    L’explosion de la fusée Falcon 9 de SpaceX, survenue jeudi 1er septembre sur son pas de tir en Floride lors d’un test, est un coup dur pour Facebook. Le lanceur devait en effet lancer samedi le tout premier satellite du géant de l’internet, construit par l’entreprise israélienne Spacecom et destiné à doter plus d’une dizaine de pays africains d’une connexion haut débit dans le courant de l’année prochaine. À présent, non seulement le lancement n’aura pas lieu, mais le satellite, baptisé Amos-6 et dont Facebook devait exploiter la bande passante en partenariat avec l’entreprise française Eutelsat, a été totalement détruit dans l’explosion. C’est ainsi près de 180 millions d’euros qui ont été réduits en fumée.
    in lepoint.fr

    1. albundy17

      « C’est ainsi près de 180 millions d’euros qui ont été réduits en fumée. » n’importe quoi.

      Du reste sego fait bien mieux en une phrase

      1. bibi

        Il y a quand même le lanceur, le satellite, les dégâts sur le pas de tir et les pertes d’exploitation, donc 180M€ ça me parait peu.

        1. Aristarkke

          Non mais là, on parle de constructions, installations, produits privés donnant lieu à compte d’ exploitation…
          Pas de la construction de ronds-points ou d’un musée…

  14. JiJiBé

    HS mais very important dans la lignée du billet d’hier :
    _______________________

    Nabilla critique Emmanuel Macron… à sa façon :

    Nabilla Benattia éé✔ @Nabilla
    « Emmanuel Macaron pas capable de dire qu’ils se présente au présidentielle »
    (DL du 30.08.2016)
    ____________________

    Bof ! Sam Férir aussi…Aux dernières nouvelles elle postulerait comme porte parole de la macron-économie et la maxi-lucidité abrutie. Surtout quand on sait que le macaron est un petit gâteau granuleux et moelleux à la forme arrondie.

    Vous voyez bien que ce pays n’est pas foutu !

    1. Calvin

      Nabilla étant suisse, c’est ce pays qui est foutu !

      bon…

      Elle est plutôt franco-suisse et née en France, mais du coup, c’est moins drôle.

        1. Calvin

          Si Nabilla fait des petits… oh my god, rien que d’y penser.. bref, faudra que des scientifiques les étudient.

          1. Pheldge

            Petit malheureux, ne dis rien au Papet ! Si Nabilla fait des petits, le Patron (à lui la puissance et la gloire pour les siècles des siècles ) risque de réduire encore le nombre de billets ! mauvaises nuits, biberons, couches … 😉 Harry ne s’en remettrait pas !

      1. Dr Slump

        Ah bon elle est suisse? Ca explique sûrement pourquoi elle est pas restée là-bas, et qu’elle a plutôt fait son trou en France. Oups. Mince, Pheldge va réclamer des royalties pour celle-là… 😀

        1. Pheldge

          Peut-être qu’elle « fait son trou en France » mais assurément, elle le remplit avec du franco-breton, blagueur « masqu’à-gazé », exilé chez les Belges 😉

    1. Gossein

      Venant de la part d’un État qui parvient à maintenir la corruption institutionnelle à un niveau assez élevé, ce site éhonté est stupéfiant !

      Voyons, tout pour la vitrine, institutions, lois, justice, organisme citoyens … dans les faits, ils oblitèrent les incuries du gouvernement et ses choix illégitimes, illégaux et inconstitutionnels …

      Et il y en a, encore faut-il se documenter ou avoir affaire aux services officiels pour s’en rendre compte.

      Mais enfin, le (dé)classement de la France en comparaison internationale, cela ne vous titille donc pas ? Ou bien vivez- vous de poncifs et dans le déni des réalités ?

        1. albundy17

          Hooo ! RPS !

          Je me demandais si tu avais fait une expédition punitive au RSI et que le GIGN avait réglé ton cas 😀

          1. René-Pierre Samary

            Chaque chose en son temps, amiwal. Celui-ci est fait de longues routes, pour préparer le futur.
            De passage à Paris, je me demande comment on peut tenir. Ca devient urgent, de quitter ce foutu pays, et notamment sa kapital. Lama-salope !
            A l’étape, un coup d’oeil chez notre vénéré patron, j’ai apprécié ses derniers billets, et les commentaires affligem, pardon, affligeants de Fifi le filou, et savants de sammy.
            3615, qui n’en veut, de mon, ma prose, un peu plantée ces derniers temps, et visible à nouveau sur http://triptyque.over-blog.com/

            1. Bonsaï

              Bravo pour l’autopromotion !
              Je n’aurais pas osé le lien direct, mais j »imagine que ça peut être présenté comme l’exemplification d’un certain libéralisme de choc…
              😀

              1. René-Pierre Samary

                Je fais ce que je peux pour occuper vos dimanches, en l’absence du boss (je signale aux hésitants que mes écrits couvrent tous les domaines de la pensée contemporaine, artistiquement emmaillotés dans d’apparemment anodines histoires qui servent de fil d’un rose harlequin, mais qu’on ne s’y fie pas, c’est du lourd – comme promotion, est-ce suffisant ?).

                1. MCA

                  Occuper nos dimanches? halte là marin! En l’absence du Boss, on bosse!

                  Nos dimanches sont biens remplis et le reste de la semaine également au point de négliger de laisser une trace « plumesque » en commentaire aux billets « patronesques » toujours aussi incisifs et percutants.

                  Il n’y a pas à dire, une plume trempée dans le vinaigre est plus dangereuse qu’un couteau fraîchement aiguisé.

                  On me glisse dans l’oreille que l’Elysée a d’autres chats à fouetter que de lire la prose Hacheseizienne.

                  Dommage! ils auraient sous forme condensée le mode d’emploi du comment redresser la barre, mais en réalité je crains fort que ce ne soit pas leur préoccupation première.

                  Un esprit tordu, dont je précise être l’opposé du mien, irait même jusqu’à affirmer que ce fatras indescriptible dans lequel notre France se trouve ne serait pas là tout à fait par hasard, et il irait même, le perfide, jusqu’à sous entendre qu’il en réjouirait certains… les gens sont méchants avec leur dirigeants, hein? ils se décarcassent alors que la croisière s’amuse?

                  Non? c’est l’inverse? je me disais aussi!

                  A en croire mon bâillement prolongé, la sieste m’appelle avec insistance et je ne saurais lui résister de peur qu’elle soit contrariée.(d’où l’expression bien connue de « sieste contrariée »).

                  Avant de m’y adonner pleinement à la façon des corbeaux qui volent sur le dos par crainte de voir la misère, il me reste donc à vous souhaiter à toutes et à tous une excellente fin de semaine et vous dire à lundi pour de nouvelles aventures.

                    1. MCA

                      Oh! Je reste persuadé qui ne ferait pas pire que l’actuel et que les précédents.

                      Donc pour les compétences, il a ce qu’il faut.

                      Par contre pour l’accès aux médias et les 500 signatures, c’est une autre affaire.

                      Rêvons un peu, Pheldge président et comme premiere mesure nous inviter à un déjeuner élyséen bien mérité, au frais des contribuable evidemment, il ne faudrait pas commencer à déroger aux bonnes habitudes…

                      Pour la suite j’ai des idées, mais, patientons, il y a un temps pour chaque chose…

                    2. albundy17

                      « Oh! Je reste persuadé qui ne ferait pas pire que l’actuel et que les précédents. »

                      Je te raconte pas le nombre de gayet…

                      l’élysée deviendrait un lupanar

                    3. MCA

                      @albundy17 – 4 septembre 2016, 20 h 40 min

                      … Et le nombre de scooters a garer dans la cour de l’Elysée, ça risque d’être pire qu’une concession!….

                      @Bonsaï – 4 septembre 2016, 15 h 52 min

                      « Je signe ! »

                      Halte là petit arbre! depuis quand un arbre helvétique (fût-il petit et charmant) a le droit de signer en territoire Franc????? :o)))

                    4. Pheldge

                      Ah ça, dans la cour de l’Elysée il y aura des voitures, je sens …
                      ami camarade lecteur, il y a un jeu de mot caché (oui, et ça lasse 😉 ) dans la phrase ci-dessus, seras-tu assez perds six cases ?

                    5. Pheldge

                      A la demande générale, quelques points de mon programme :
                      1/Plutôt que de parler de baisse des salaires j’imposerai la baise des salariés prise en charge par la secu.
                      2/Après « le président des bisous », je serai « le président des baises ouf ».
                      3/Je réactualiserai la devise d’Henry IV , « mettre dans le pot de la poule, tous les dimanches » …
                      4/Création du compte « pénis-bilité », une assurance souscrite volontairement, pour permettre à certains (et là j’ai une pensée particulière pour Harry et Al ) de bénéficier de la prise en charge de leurs viagra et autres prothèses.
                      5/Suppression de France TV, attribution de leurs fréquences à un GIE* Marc Dorcel-Jacquie & Michel ( on dira merci qui ? )
                      Extension de la « journée de la femme » , à tous les jours de l’année !
                      6/Et bien sûr, pour marquer mon empreinte libérale, suppression de tous les délits et amendes liées aux prestations privées librement négociées entre adultes consentants.

                      *GIE ; Groupement dans tes reinsd’Intérêt Erotique

                      dernière nouvelle : notre Rene Pierre à nous (RPS ) , me fait savoir qu’il solliciterait le reubeuhmaroquin de « l’a-condition féminine » …

  15. Pheldge

    Entendu à la radio ce dimanche : un vieillard sans doute grec, aurait été aperçu divaguant le long de l’autoroute A1, vers Lille, tenant un bout de tuyau, dans une main, et une clef à griffe dans l’autre … des automobilistes qui ont cherché à lui porter secours, ont décrit « un zombie en état de manque, qui entre deux borborygmes réclamait du hash … »
    L’âge est une malédiction, mais si en plus on y rajoute la dépendance toxicomaniaque … 😉

    1. Calvin

      Mais non, Harry a pris son week-end pour bosser chez Tartine Aubry, dans sa villa « l’Aventin ».
      Il lui fait des travaux, au black, contre une partie des marchés publics.
      Il semblerait également qu’il s’occupe de ramoner sa vieille chaudière, qui fonctionne à l’alcool à bruler…

    2. lxy

      En fait i réchamait du h16…sans doute un lecteur de ce blog qui n’avait pas eu sa dose comme c’était dimanche.

  16. Sébastien

    Vous rêvez tout éveillé si vous pensez que les français vont réagir au-delà de leur réputation de râleurs ou que les choses vont changer (pensée magique de primitif).
    L’Etat des français est lamentable dans tous les sens du terme.
    Et il y a de la marge vu toutes les saloperies qu’achètent les veaux.

    1. albundy17

      Intéressant de voir la mobilisation des asiatiques râlant contre « l’efficacité » de la sûreté. Dommage que les autres victimes journalières ne s’y joignent pas, ça aurait fait une manif de 66 millions de personnes, une apothéose pour pépére

      1. MCA

        J’ai entendu ça ce soir, ils réclament plus de police pour assurer leur sécurité….les fous!

        Résultat des courses : pour assurer leur sécurité, plus de radars sur les routes… et bientôt des drones.

        Et tu vas voir que ces ingrats ne diront même pas merci!

  17. albundy17

    Bonne nouvelle, on a oublié les trombes d’eau qui ont ruiné les patates et le grain, on peut enfin rappeler a tout le monde que la planète est bien trop chaude et que c’est toi le responsable.

    Je me suis frité avec une copine hier soir sur un sujet débile, les ours polaire et leur disparition programmée par toi zaussi, bordel on aurait cru à un enregistrement sur cassette betamax des programmes d’information républicain (PIR). Comme quoi goebbels avait raison.

    C’est con, je lui aurait bien mis une cartouche

  18. albundy17

    Tiens, j’apprends que pendant qu’ari déambule sur l’A1 en réclamant sont H du dimanche, l’ADP a collé une barriere sur la route pour faire chuter les cyclistes d’une course 😀

Les commentaires sont fermés.