Logement et garantie des loyers : GLI, GRL, GUL sont dans un bateau, VISALE les pousse…

Un texte de Nafy-Nathalie et h16

Les propriétaires le savent : depuis les années 80, il est possible de s’assurer contre les risques d’impayés locatifs en souscrivant une GLI (garantie de loyers impayés). Cette assurance ne couvre malheureusement les pertes potentielles de loyers que dans le cas des « bons » locataires, dont le dossier est solide. Pour les autres, cette absence de GLI leur complique singulièrement l’accès au logement.

Pire : les entreprises sont elles aussi victimes collatérales de cette absence d’accès à une garantie locative qui empêche ainsi la mobilité de salariés. Dans une récente étude du CREDOC demandé par le MEDEF de 2012, on apprend que

« 40% des établissements se disent affectés par les difficultés de logement de leurs salariés et pour une entreprise sur quatre, elles compliquent même le recrutement de nouveaux talents. »

oh noes

Résoudre ces deux problèmes était l’objectif de la GRL (Garantie pour les risques locatifs) en réassurant les assureurs privés, ce qui devait les pousser à prendre en charge les dossiers de locataires plus délicats (typiquement, ceux dont le loyer couvre jusqu’à 50% des ressources, sans CDI), afin de leur faciliter un accès au logement.

En 2007, cette GRL sera l’objet d’une promesse de campagne du candidat Sarkozy qui visait à la transformer en Garantie Universelle. Cette garantie devait alors devenir obligatoire pour tous les propriétaires avec en contrepartie une interdiction du dépôt de garantie et du cautionnement personnel. Dans les faits, Sarkozy élu a bien interdit le cautionnement s’il se cumule avec une GLI ou une GRL, mais s’est contenté de réduire de moitié le dépôt de garantie plutôt que le supprimer totalement.

Sarkozy grimace

Manque de pot, la GRL ne fonctionne pas et lorsqu’elle sera remplacée par la GRL2 (avec ce petit chiffre qui donne immédiatement un côté hollywoodien à la production gouvernementale), elle ne marche pas mieux : malgré les incantations, les assureurs privés ne travaillent toujours pas à perte et si un locataire met plus de 40% de ses ressources dans son loyer, son risque d’impayé est trop important. Or, la quasi-totalité des contrats proposés ont enregistré ces dernières années des ratios de sinistres à primes supérieurs à 100 % et le fonds de compensation menaçait de ne plus pouvoir couvrir les pertes. Au premier janvier 2016, l’expérience sera donc abandonnée.

Parallèlement à la vie mouvementée de la GRL (puis GRL2), la majorité politique change en 2012. À la faveur de l’élection d’un dessert lacté, Cécile Duflot déboule au ministère du Logement et de l’Égalité des territoires (en Socialie, tout peut s’égaliser, des cheveux jusqu’aux territoires en passant par les sexes). De ses mains graciles et avec sa méthode rigoureuse, elle reprend le projet d’une garantie universelle, la mutualise à la grosse louche et décide avec la lucidité qui la caractérise d’évincer les assureurs privés pour contourner le problème : le dispositif, appelé Garantie Universelle de Loyers (GUL), était né. Il devait être public et financé par une taxe sur les loyers. Il devait couvrir à la fois les impayés et les dégradations locatives et entrer en vigueur au 1er janvier 2016.

Malheureusement, le sort s’acharne sur la pauvre Duflot qui aura eu décidément bien du tracas avec l’immobilier. Sa belle mesure est, dès le départ, critiquée par les professionnels de l’immobilier et les assureurs qui parlent de concurrence déloyale, avant d’être finalement jugée « trop coûteuse et complexe à instaurer » par son propre ministère.

almost-fail

Au passage, soulignons la précision diabolique des calculs de son ministère qui aura estimé ce coût entre 250 et 950 millions d’euros (du simple au presque quadruple, ça donne une idée du pied à coulisse), chiffres aussi diaboliquement corroborés par un rapport de l’Inspection générale des Finances qui pointera un montant compris entre 254 et 994 millions (toujours ce joli rapport de 1 à 4).

Truc bidule mal boutiqué, critiqué tant par les professionnels concernés que par son propre ministère, Cécile essuie donc un nouvel échec qui restera discret, puisque Manuel Valls, retoquant le projet, n’y renoncera pas officiellement. Pour faire bonne mesure, du côté des associations de défense de consommateurs (comme la CLCV), cet abandon est tout de même critiqué.

GRL2 terminée, GUL abandonnée, l’année 2016 commence bien mal. Heureusement, VISALE (VISA pour le Logement et l’Emploi) arrive en février : ce n’est plus une garantie obligatoire, mais un cautionnement facultatif fonctionnant sur les mêmes principes que le LOCAPASS des années 2000. Le locataire peut faire le choix de le demander ou non, et le propriétaire reste libre de choisir un locataire avec ou sans VISALE, étant précisé qu’il ne peut cumuler une assurance pour ses loyers impayés avec ce dispositif.

À l’origine, VISALE ne concernait que les salariés de plus de 30 ans en CDD ou en période d’essai d’un CDI dans les 3 premiers mois de leur prise de fonction et pendant la durée de leur contrat de travail. Maintenant, les salariés de moins de 30 ans sont éligibles, quel que soit leur contrat de travail, dans les 12 mois de leur prise de fonction et pendant la durée de leur contrat de travail. Depuis le 30 septembre, VISALE a été étendu à tous les jeunes de moins de 30 ans. Tous ? Ne vous emballez pas. Il faut exclure les non boursiers rattachés au foyer fiscal de leurs parents (soit 75% des étudiants). Quant aux demandeurs d’emploi de plus de 30 ans, ils pourraient y avoir accès fin 2016 ou début 2017 mais rien n’est encore fait.

Concrètement, VISALE assure les loyers et charges en cas de défaillance pendant 36 mois maximum pour les résidences principales dont le loyer (chargé) est inférieur à 1500 euros à Paris et 1300 euros dans le reste de la France. Bonne nouvelle pour le contribuable : les locataires restent redevables des sommes versées par VISALE qui tentera de les recouvrer auprès d’eux. L’espoir fait vivre.

Quelques mois après sa mise en place, les premières impressions sont mitigées. Les associations de consommateurs regrettent le côté facultatif qui va empêcher l’accès au logement des précaires sauf dans les zones les moins tendues. Les professionnels sont, eux, plutôt satisfaits.

« Tel qu’il est annoncé, ce dispositif nous semble bien ficelé, sachant qu’il a l’avantage d’être gratuit pour le propriétaire bailleur et le locataire »

indique Paul Philippot, délégué général de l’Union nationale des propriétaires immobiliers (Unpi).

Malgré tout, Laurent Vimont, patron de Century 21, rappelle que

« Les bailleurs choisiront le candidat qui a le meilleur dossier et la meilleure caution. (…) Les propriétaires veulent des cautions physiques. Ne pas avoir un proche comme caution, c’est déjà étrange et donc inquiétant pour eux (…). Ce dispositif va faire pschitt, comme les précédents. »

oh-noes

Difficile de donner tort au représentant de Century 21 : en effet, passé les 36 mois couverts par ce dispositif, le propriétaire doit recourir à une autre garantie pour se prémunir contre un impayé et il pourrait avoir du mal à faire reprendre son dossier auprès d’un organisme délivrant des GLI. Il n’aura donc que très peu d’intérêt à aller, dès le début, vers VISALE.

Un autre élément permet de douter de la pertinence du dispositif : lors de son élaboration, le gouvernement imaginait 300.000 jeunes par an se précipitant pour bénéficier de VISALE. Alors que l’année est déjà bien entamée, seuls 4.000 dossiers ont été finalisés pour le moment.

… Et c’est tant mieux, parce qu’en réalité, le procédé n’est pas e gratuit : si le dispositif semble ne rien coûter, il reste tout de même financé par l’Action Logement (l’ancien 1% logement devenu depuis 0,45%) et donc par un pourcentage d’imposition sur le volume de masse salariale des entreprises. Une ruée sur VISALE et une augmentation des sinistres pourraient donc impacter négativement les entreprises.

L’histoire des GLI, GRL, GRL2, GUL et VISALE est, en elle-même, une belle illustration de la façon dont les politiciens se mêlent de notre vie quotidienne : ils ont multiplié les dispositifs, ainsi que leurs annulations, pour finalement s’apercevoir que celui qui avait été instauré il y a quelques années était probablement suffisant, tout en ayant dépensé pas mal d’argent du contribuable dans ces expérimentations hasardeuses.

VISALE n’échappe pas à la règle : selon toute vraisemblance, ce dispositif ne va rien révolutionner du tout et aura le mérite douteux de dégrader encore un peu plus la situation actuelle. Bien joué.

well-done

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires153

  1. Le Gnôme

    Il paraît qu’à l’étranger, celui qui ne paye pas son loyer est expulsé rapidement, ce qui a pour avantage d’exclure tous ces trucs destinés à assurer aux propriétaire d’être payé. C’est tout simple, non ? Mais en France, on aime le compliqué.

    1. Bonsaï

      En effet.
      A Genève par exemple, une location est subordonnée à un dépôt bancaire de trois mois de loyer.
      Et au premier mois d’impayé, des menaces officielles d’expulsion sont signifiées par recommandé.

      1. Gossein

        Caution plus possible expulsion pour impayés ? Voyons, c’est bien trop efficace pour intéresser un politicien français vivant grassement des dispositions démagogiques qui ont permis son élection !
        Déjà, Bonsaï, faire appel à la responsabilité des locataires et des bailleurs, voyons, ce n’est pas raisonnable, puisque tout pourrait bien se passer sans intervention étatique…
        :))

        1. Gossein

          Oh, et puis la loi de 1989 sur les baux locatifs contient une disposition inconstitutionnelle, favorable aux locataires au détriment des bailleurs.
          Pourquoi se gêner à tordre l’égalité des droits des citoyens, puisqu’il y a plus de locataires votant socialiste (L.R. inclus) que de bailleurs ?
          Ce qui a fait l’objet d’une q.p.c. que la Cour de cassation, officiellement  »indépendante », s’est fait un malin plaisir de rejeter en falsifiant la question posée. Protection des politiciens dévoyés oblige.
          Cela s’explique à son tout par le fait que la loi de 2009 sur les q.p.c. est elle-même inconstitutionnelle !
          Loi dite constitutionnelle par le Conseil constitutionnel. Ce qui, selon la formule adaptée, n’engage que lui !
          Or, la réponse à cette problématique posée à son Président (L. Fabius) a été que la constitutionnalité de ce genre de dispositions ne relevait pas de ses prérogatives. Oui, vous avez bien lu !
          L’indice de corruption de la France est une des explications …

  2. Aristarkke

    Accès au logement compliqué??? C’est surtout une conséquence de la mollesse des décisions judiciaires face aux loyers impayés, outre les délais d’ obtention d’icelles. Dans les pays où la Justice rend des décisions fermes et nettes dans le respect des codes de lois, bref où le respect du droit de propriété et des contrats se fait normalement, il n’y a pas besoin de tout ce fatras de garanties, de cautions, de tiers-garants, etc… ce qui simplifie les démarches et garantit une offre convenable de locations…

    1. Aristarkke

      Soit dit en passant, quand vous savez la teneur générale ferme de la Justice quant à ses décisions et leurs applications concrètes en matière de loyers impayés, donc quand vous savez ce que vous risquez très vraisemblablement, vous êtes normalement incité à respecter la règle du jeu. Mais si vous pouvez parier avec de belles chances de réussite sur la mollesse de la Justice à appliquer les textes de lois, donc à vous en sortir très peu esquinté d’une procédure de recouvrement, cela est malheureusement très (trop) incitatif pour les aigrefins.

  3. Aristarkke

    GRL 2.
    Cela ne pouvait marcher avec ce type de suffixe presque pas suranné. Avec GRL 2.0, tout de suite, cela vous la posait comme modernité et sa face en aurait été changée.
    (celle du monde, je ne sais pas…)

    1. Aristarkke

      Élève Calvin, vous copierez cinquante fois: Seul Alexandre Dumas a mérité de la postérité en annonçant Trois Mousquetaires pour en livrer quatre au final!

      Vous devriez prendre garde, mon jeune ami. La politique, cette perfide, semble vous attirer avec sa propension aux promesses non tenues mais vous n’avez pas encore bien assimilé ses mécanismes. Un politicien chevronné promettra quatre pour tenter d’offrir trois (il pense à ses frais, sa remun’, ses bonnes oeuvres) avant finalement de s’en tenir à un et demi de réalisé dans les meilleurs cas… (mais toujours un de comm’ pour lui… au minimum…)

      1. colvert01

        Papa tu me donnes 5 € ?
        – 4 €uros ?
        – Qu’est-ce que tu vas faire de 3 €uros ?
        – Tu n’as besoin de de 2 €uros !
        – Tiens ! Voilà 1 €uro !
        – Partage avec tes 10 frères !

  4. Larebil

    Euh, ne pas payer son loyer, ça ne devrait pas être considéré tout simplement comme du vol et traité au pénal ? Mais en France voler un propriétaire (forcément riche, forcément haïssable), ce n’est pas grave bien sur.

    1. Gerldam

      Il n’y a pas si longtemps, juste avant la dernière guerre mondiale, tout un chacun savait que, dès la paie, on devait soit payer directement son loyer soit, si ce n’était pas le bon jour , mettre le montant du loyer dans une tire-lire à laquelle on s’interdisait de toucher et on se débrouillait avec le reste. En effet, au premier loyer impayé, on pouvait être expulsé manu militari. A l’époque, la police aidait ceux qui étaient dans leur droit (les propriétaires qui, ayant mis à disposition un logement leur appartenant, attendait le loyer en retour).
      La loi de 1948 sur les loyers, concoctée et votée par les communistes ont figé les loyers pendant de nombreuses années et démarré la mauvaise habitude de protéger le pauvre locataire, exploité par les ignobles propriétaires, assoiffés de sang.

      1. Vassinhac

        Au contraire, c’est la loi de 1948 qui les a libérés…
        L’expression « location loi de 1948 » signifie « location loi d’avant 1948 ».

        1. Gerldam

          C’est innexact: la loi de 1948 sur les loyers limitent ceux des constructions d’avant 1948, d’où sans doute votre erreur. En 1973, il en restait encore 1000000 en France..

  5. Pere Collateur

    Moi ce qui m’épate c’est qu’il y ait encore des gens qui acceptent de mettre leurs biens en location.

    J’avais tenté l’aventure à la fin des années 90. Bon je n’ai pas eu de problème de locataire indélicat, mais après un calcul rigoureux du rendement de la location, j’arrivais à un minable 2.2 %. Le livret A était à 4 %. J’ai vendu sans autre forme de procès. Je m’en félicite d’ailleur tous les matins. Surtout quand je vois les avalanges de conneries qui ont été pondue depuis sur le sujet et l’explosion des taxes foncières.

    Y a t il quelque chose de plus con qu’un socialiste sur cette planéte et dans cette dimension? Je cherche.

    1. Aristarkke

      Par rapport à votre premier paragraphe, pourquoi pensez-vous qu’il y ait en permanence des dispositifs de défiscalisation partielle des revenus immobiliers si issus d’ achats de neuf???
      C’est notamment pour tenter de maintenir des candidats bailleurs en compensation des départs de plus en plus difficiles à remplacer dès lors que la faible rentabilité nette (et acquise avec ô combien de risques, difficultés et tracasseries) est perçue dans sa triste réalité…
      Quand vous voyez (dans le Nord) l’ impôt foncier représenter maintenant entre deux et trois mois de loyer à lui tout seul, que sa seule progression annuelle fait plus que manger l’augmentation annuelle du loyer quand elle a existé, vous commencez déjà à vous refroidir…

      1. Pere Collateur

        Je pense que vous voulez parler des machins style robien, scellier, pinel etc..

        Et bien même pas. Vers 2004, j’étais de passage chez mon banquier pour qu’il me fasse un virement pour payer la nouvelle voiture que je venais d’acheter. Celui ci en avait profité pour tenter de me glisser un investissement de ce type, avec tout le tralala sur les avantages fiscaux.
        A l’époque je ne connaissais pas du tout et j’avais donc étudié le truc sans préjugés.

        Et bien c’était pas triste: Deja on choisis pas ou est est construit le truc. Fallait louer un certains nombres d’années avant de revendre, sinon bye bye l’avantage fiscal, et en plus j’avais calculé qu’il y avait un surcout de 20 % sur ce genre de machin.
        Conclusion: Poubelle.

        Donc si un type qui s’y connait pas trop en arrive en 2 heures à deciser qu’il faut pas y mettre les pieds, qui donc investit la dedans?

        1. bibi

          Par définition sauf dans le cas ou il s’agit d’une prime à l’achat, il faut fuir tout investissement subventionné par l’état.

        2. Jeff84

          En effet, en 15 ans, je n’ai jamais vu un programme de ce genre qui vaille le coup. Que ce soit pour moi ou les clients de mon cabinet. J’ai même un modèle pour leur détailler toutes les raisons pour lesquelles ils ne doivent surtout pas le faire. Il n’y en a qu’un qui ne m’a pas écouté, et il s’est retrouvé avec une rentabilité négative. Le loyer + l’économie d’impôt ne couvrait pas les charges + les intérêts.

          Par contre, c’est formidable pour les investisseurs comme moi. J’attends la fin de l’engagement de location, tout le monde veut vendre au même moment, et comme il y a souvent beaucoup de lots, les prix s’effondrent, et je prends les moins cher. En général, ils se retrouvent avec 20-30% de moins-value. Dans les DOM-TOM, j’ai vu du -40% (sur un bien acheté avant qu’elle ne soit cliente).

          Pour le régime fiscal, la location meublée est une bénédiction. En gros, il s’agit d’éviter le régime des revenus fonciers (qui est un viol fiscal), pour se mettre dans le régime normal des entreprises, où on peut vraiment déduire toutes les charges. Quelques crétins prétendent que c’est une niche fiscale, c’est faux. C’est le régime foncier qui est une aberration.

            1. BDC

              Ça marche avec ceux qui sont allergiques aux impôts et qui ne voient pas que les appartements/immeubles sont invendables ensuite sans une forte décote, et que c’est un piège sans fin où il faut sans cesse « investir » et gérer des locataires, sous la tutelle de l’Etat. Ce qu’il y a de fantastique c’est que les moutontribuables tentés de fuir l’impôt sont cornaqués étroitement par l’Etat pour le servir quand même.

  6. Bonsaï

    Comme disait Copé, l’Assemblée c’est le lieu de la (co)production législative.
    C’est à dire de la procréation, pour ne pas dire la ponte frénétique de petits textes bidon qui s’additionnent les uns aux autres comme de la mauvaise herbe et qui étouffent peu à peu le paysage mental des Français.
    A quand la prochaine République pour dégager un peu tout ce fatras inutile…

    1. Aristarkke

      Arbolito Mio, ce n’est pas de changer de république (travers Grançais) qui changera cette mentalité de diarrhée législative permanente. Une vraie dysenterie…

    2. Val

      @bonsaï c est le tableau parfaitement décrit. Je goûte particulièrement l illustration des mauvaises herbes 😉 insulte suprême venant de vous à n en pas douter.

  7. Gastoon

    Deux choses :
    D’abord, lorsque j’ai vu les termes ‘un côté hollywoodien à la production’, j’ai tout de suite eu les violons de ‘Psychose’ à l’esprit. Tcham tcham tcham tcham TACHM TCHAM TCHAM, et le rideau de douche en sang. C’est dire si ça va bien se passer…

    Ensuite, c’est assez hallucinant de voir que la moitié du billet est juste là pour poser le décor, et présenter les différents dispositifs.

    C’est simple. C’est français.

  8. maraboutorm

    Une seule solution : créer un organisme public (une belle usine à gaz n’en doutons pas, et dont la direction sera assurée par d’anciens élus non reconduits, les élections étant pour bientôt) par lequel les propriétaires et locataires seront obligés de passer pour le paiement des loyers. Ça va forcément bien se passer. ^^

    1. bibi

      Il suffit de nationaliser le logement avec prélèvement à la source du loyer qui sera calculer par une autorité indépendante au cas par cas.

      1. bob razovski

        Pourquoi faire compliqué :

        – nationalisation du parc immobilier
        – attribution des logements au mérite socialiste (je vote BIEN, je pense BIEN, je fais ce qu’on me dit, quand on me le dit, je ne conteste pas)
        – perte du logement en cas de dénonciation ou de baisse de croyance et d’implication dans le Dogme

        1. bibi

          Il faut bien payer un loyer pour faire vivre et croitre le socialisme, la bête ne peut survivre si elle se nourrie uniquement de votre croyance.

  9. baichette

    Édifiante politique socialiste…. Quand comprendront-ils?

    Une faute à corriger « afin de leur facilité un accès au logement »: faciliter

  10. Rastapopoulos

    « lors de son élaboration, le gouvernement imaginait 300.000 jeunes par an se précipitant pour bénéficier de VISALE »
    Ce qui est rigolo c’est de se vanter du succès de ce genre de dispositifs.

    C’est un peu comme se vanter de subvenir aux besoins de 5 millions de chômeurs.

  11. bob razovski

    VISALE (VISA pour le Logement et l’Emploi)…

    J’aime ce petit côté bancaire.

    je vois bien le slogan : VISAle, CBthon ! (puisque nous sommes vendredi)

    Alors qu’en fait, c’est un MASTER-CARD : une cuisine politique digne de MASTERcher et un montage digne de House of CARD.

    😉

        1. Pheldge

          Pheldge, il est en cances-va en métropole, et change de cambuse souvent, alors, il se fait rare, bicauze qu’en plus il a dû se payer une carte prépayée pour se connecter et suivre un peu … 20 € + 25 € de recharge en 3 jours ! alors, ne lui en veux pas s’il se met nage 😉

  12. Dr Slump

    J’ai arrêté la lecture au début de l’épisode VISALE. Au-delà, ce n’était plus une série comique, mais un film d’horreur, dans sa énième suite, du type Freddy 4 ou Saw 6.
    Et encore, y’a des films d’horreur qui sont marrants à côté de ça. On croirait voir un père martyriser sa petite fille, encore et encore, la réduisant toujours plus à l’état d’handicapée.

    1. MCA

      Oui, ça me rappelle une remarque : « quand je lis la réponse je ne comprends même plus la question! » :o))))

      Et dire qu’il y a encore des gens qui arrivent encore à trouver un logement avec ce fatras de complications…

  13. René-Pierre Samary

    GLI, GRL, GRL2, GUL, VISALE… N’étant ni propriétaire ni locataire, et encore moins bailleur, tout ceci me touche peu. Mais ayant comme principe que dans toute assurance, il y a une part d’escroquerie, je n’en vois qu’une (d’assurance) qui serait satisfaisante : celle de pouvoir virer sans délai celui qui vous vole, en ne payant pas son dû.
    J’ai bien aimé Monsieur UNPI, et son « dispositif qui ne coûterait rien à personne ». Ah ! Vraiment ? Ca existe, ces choses qui ne coûtent rien à personne ?

        1. Pheldge

          usufruitier ? je suis sûr qu’il préfèrerait la « nue propriété » 😉

          Et non theo, je n’ai pas écrit « l’anus propre y était »

        1. René-Pierre Samary

          Un peu tout ça, en fait, selon les époques et les circonstances. Avec une ligne de conduite : être là où la vie est moins chère*, et surtout là où on me fait moins chier. Ce n’est pas toujours le grand confort, et ça se paie, d’une façon ou d’une autre. La liberté ne va pas sans quelques épines, mais quelle satisfaction de pouvoir dire, dans la mesure du possible, « non » et « je vous emmerde » !
          Dans le genre « Oncle Archibald », si vous voyez :
          « O vous les arracheurs de dents,
          vous les cafards, les charlatans,
          les prophètes…
          Etc…
          Payer les violons au bal des escrocs de l’égalitarisme, très peu pour moi. Un minimum, et j’en suis fier, à bientôt 74 piges, et ça continue. Cela sans vouloir donner de leçon à personne, l’esprit vagabond, ça doit être atavique.

          * Là, je ne parle pas du prix des tomates, mais de ce que cela coûte en terme de qualité de vie, subjectivement.

  14. Bonsaï

    HS : Enivré par son propre pouvoir médiatique, Zemmour dérape…
    « Une enquête préliminaire a été ouverte, vendredi 7 octobre, pour « apologie du terrorisme » après les propos d’Eric Zemmour dans le mensuel Causeur, a appris franceinfo de source judiciaire. L’essayiste y déclare « respecter les jihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient ».

    1. Val

      @bonsai c’est sûr que la police de penser correct (la PPC pour les intimes our rester ds le style du post) est tres en forme . A la fois c’est assez compréhensible de la part de politiques qui ne respectent rien ni personne et pour qui aucune cause ne mérite leur sacrifice .

      1. Bonsaï

        C’est vrai, les adeptes de la pensée « correcte » sont trop contents d’attraper enfin l’insolent petit bavard.
        Mais « apologie du terrorisme », avec un bon avocat il sera vite lavé de tout soupçon notre indispensable poil à gratter !

        1. petit-chat

          N’étant pas l’ennemi du système en propageant l’idée de guerre civile, qui plus est doté de la bonne origine, à mon avis ce sont les parties civiles qui vont se retrouver en taule et à l’amende.

            1. René-Pierre Samary

              Pour avoir assister au EZ show à Gaveau et l’autre jour à Béziers, et avec beaucoup de sympathie pour le poil à gratter, je pense qu’il va parfois un peu trop dans le sens du poil. Gare à l’hybris, Eric !

    2. sam player

      Hier soireelisabeth Lévy était sur BFM TV pour défendre non Zemmour mais pour dire que ce qu’avait dit Zemmour n’était pas de l’apologie.

      A un opposant qui disait que ce qu’avait dit Zemmour était du même niveau que ce qu’avait dit Rouillan (et qui l’a renvoyé en prison pour 14 mois dixit) il a fallu qu’elle rappelle que Zemmour n’avait jamais fait d’attentats et je rajouterais qu’il ne fait pas l’objet d’une mesure l’empêchant de s’exprimer dans les medias !

      Il me semble que dans cette polémique on est exactement au même niveau que l’amalgame fait entre « je comprends » et « je suis d’accord ». Décidément il y en a des qui comprennent que ce qu’ils veulent comprendre et dans le sens où ça les arrange.

      Là où Zemmour a aussi raison c’est qu’il faut arrêter de prendre les terroristes pour des abrutis.

      Bon, ces jours sur RTL sont comptés, l’amicale des journalistes en appelle à la direction… faut que ça cesse !

      1. « il faut arrêter de prendre les terroristes pour des abrutis »
        Mmh abrutis non, mais pas des lumières et l’image de losers est tout de même assez visible.

        1. Dr Slump

          Oui, au mieux des frustrés de la société, et bien souvent aussi des frustrés sexuels qui trouvent dans la « mort pour Allah » une jouissance sublimée. Ils ont été entraînés, rompus au maniement des armes, ne sont pas totalement idiots et couards, mais restent de pauvres types frustrés, et abrutis de fanatisme en compensation. Bref, c’est bien le manque de liberté qui les conduit à tuer et se faire tuer. Triste humanité.

            1. Dr Slump

              Ah, les communistes, y’en a encore de vrais… en France! On a les meilleurs communistes du monde, ils le sont de leur plein gré! Mais par quel mystère sont-ils tellement accrochés à leurs rêves de grand soir?? Ca m’échappe totalement.

        1. petit-chat

          Un assassin, en premier lieu de ses coreligionnaires, ne me semble pas entrer dans le domaine du « croyant » tel qu’on le côtoie.

          1. Bonsaï

            Et n »oublions pas, chers amis, que notre terme « assassin » vient lui-même de l’arabe « hashashin ».
            C’était le nom d’une secte de bandits, dont le chef et les acolytes fumaient du khif pour planer confortablement pendant leurs raids guerriers…

            1. Dr Slump

              Ca, c’est du mythe fumeux bouffé par les mites. Pour réaliser des opérations d’assassinat, d’infiltration, d’espionnage telles que celles que ces adeptes menaient, il ne fallait certainement pas être dans les vapes et dans le kif.

              1. Aristarkke

                Les vapes et le kif servaient surtout à les persuader que les beautés que le Vieux de la Montagne leur faisait voir durant leurs trips, leur seraient accessibles après de bons états de service…
                Cela améliorait la valeur et la désirabilité de la carotte…
                Sinon, pour l’ action, ils étaient sobres…

          2. Aristarkke

            Ce ne sont pas exactement des coreligionnaires puisqu’il y a des branches ou courants distincts dans l’islam (salafisme, chiisme, etc…) qui prétendent chacun représenter le « vrai » islam à l’ exclusion des autres, s’autorisant ainsi à taper sans vergogne sur ces « apostats »…

  15. sam player

    Il tombe bien ce billet car j’avais été sollicité il y a quelques jours car un jeune couple m’a informé dernièrement que tout en gagnant correctement leur vie on leur demandait une caution pour couvrir le loyer car l’assurance du propriétaire ne voulait pas les prendre en charge because CDI de moins de 5 ans et pas de droits aux APL because salaires au-dessus du plafond. Pour info c’est du neuf dans du Pinel et dans une grande ville où il y a de la demande de logement… Donc ça arrive que le Pinel serve à quelque chose. Le loyer est très raisonnable 690€ TCC (même le chauffage) pour 70m².

    Je leur ai proposé le Locapass… mais gros fail car ils m’ont appris que depuis 2010 ce dispositif n’existe plus pour les bailleurs privés qui ne sont pas des personnes morales, même les SCI familiales sont éjectées du dispositif.

    Grosse rigolade : Le Locapass est en fait financé par le 1% patronal (à destination du logement) mais il n’est possible de l’utiliser depuis 2010 que dans le logement social (HLM) et donc en fait l’état se sert de fonds privés pour garantir les loyers des locataires du domaine public, c’est pas cher, c’est les autres qui paient !

    Comme d’hab ce sont les classes moyennes, celles qui n’ont pas le droit aux APL qui doivent généralement supporter les augmentations de loyers générées par les aides mais qui en plus se font éjectées aussi des dispositifs de garantie… double peine !

    1. Bonsaï

      Et du coup les gens deviennent dingues, tiennent des propos décousus et n’ont plus goût à rien (sauf à la nourriture, c’est déjà ça. Mais même là, on a intérêt à consommer strictement bio si on tient un tant soit peu à ses abattis).
      Heureusement qu’ici nous avons notre Lanceur d’alertes perso, notre Détective privé…

    2. Nafy-Nathalie

      Oui on a coutume de dire que le locapass a disparu mais la réalité est plus nuancée.
      Mus par une logique qui leur appartient, ils ont considéré que :
      – le privé devait être financé par le propriétaire s’il était une personne physique
      et ils ont supprimé le locapass et empilé les grl et autres assurances
      – le public et le privé appartenant à des SCI pouvait continuer à être financé par les entreprises et ont maintenu le locapass.
      C’est totalement absurde et inéquitable.

      1. Val

        @Nathalie à la fois l absurde et l inequite sont les piliers du socialisme. Le socialisme à pris pour modèle la course de handicap avec pour finalité que tous les chevaux arrivent gagnants . Si ce bel idéal implique de casser qq jambes et tordre qq nez cela ne leur pose aucun pb .

        1. Pheldge

          ♪♫ « devant sa place, rouge et avide, le Patron regardait ,Nathalie, il allait lui servir son chi… guide … Nathalie » ♪♫

          1. Nafy-Nathalie

            Hahahahahaha !!!

            Bon … Y a 15 jours je trimais à la cave (scribe ou serf selon la sémantique) et maintenant je suis emportée par mon enthousiasme (élan) et je guide …
            Si ça se trouve vous me prenez pour un serf-volant … lol

            Pardon ! Hahahahaha ! Mais dimanche soir, les jeux de mots foireux sont permis, non ?! LOL
            OK … je me prends toute seule par le colbac et je me sors … LOL

            PS : merci du sourire.

            1. Pheldge

              Chère Madame Nathalie Nafy ( Faut que je fais-z-attention, bicauze que je voudrais pas être allôooo à l’origine d’un incendie diplomatique entre patronales Nathalies … ) sachet que le jeu de mot, le calembour , spirituel, subtil, et raffiné, c’est mon domaine ! pour ce qui concerne « les jeux de mots foireux », la place, « relativement » libre le dimanche soir pour cause d’éthylisme aggravé, est donc à vous ! 🙂

              1. Aristarkke

                Tiens, là, nous n’avons pas droit à la complainte du vioque en Alaska à propos de la cherté des abonnements mobiles hors zone…
                Dès qu’il s’agit de faire le joli coeur, y’a plus de budget en travers de ta voie, de fait!!!

                1. Pheldge

                  Pour ce qui est du « vioque en Alaska » , je crois que sa bielle (de Cadix) est partie vivre son vît , dans un claque aux États Unis …

    3. Aristarkke

      Sam, je crois deviner que ton projet pour lequel tu as des pudeurs de rosière à nous en parler est de monter des lignes de bus Macron…
      Tu assaisonnes ton propos de car en bon nombre, même fort-mal-t-à-propos que tu te trahis…

    4. sam player

      Des nouvelles : vu qu’il y a pas mal d’appartement dans cette résidence ils en ont eu un autre de 65m². Je leur ai demandé de se renseigner sur le prix du leur vu que le bureau de Bouygues Immo est toujours au pied de l’immeuble pour la vente des derniers lots : 165,000 euros ! Loyer 690 euros TCC incluant le chauffage.

      En estimant les charges à 90€ environ ça fait un loyer de 600€… et faut vraiment trouver des pigeons pour acheter car puisque le capital divisé par 20 ans est déjà supérieur au prix du loyer ! (687.50 vs 600)

      Le locataire fait une bonne affaire et c’est le seul…

  16. sam player

    HS du Sam dit et il était moins une :

    Entendu aux infos : Sécurité Routière, la mortalité a augmenté de 30% en septembre. (c’est énorme !)

    Lu sur lefigaro.fr (c’est déjà moins énorme)

    L’office national interministériel de la sécurité routière (ONISR) a annoncé, vendredi, que le nombre de tués sur les routes françaises avait bondi de 30,4% en septembre. 335 personnes ont perdu la vie, soit 78 de plus qu’en septembre 2015. Des chiffres qui mettent un terme à la tendance à la baisse amorcée entre juin et août. Selon l’ONISR, «cette hausse de la mortalité routière est à mettre en regard de la comparaison statistique avec un mois de septembre 2015 exceptionnel, qui avait connu une baisse très forte du nombre de personnes tuées sur les routes (-17,4% ndlr), en partie en raison de conditions météorologiques très défavorables, marquées par de fortes pluies et inondations» qui limitent les déplacements.
    ___________
    Waouh… Bah non en fait, elle a augmenté de 7.7% par rapport au car la comparaison se fait avec un mois de Septembre 2015 exceptionnel comme dit ci-dessus.

    Donc je récapitule : 335-78= 257 morts en septembre 2015 et chute de 17.4% donc septembre 2014 devait être à 257/0.826 = 311 en septembre 2014.

    Et donc septembre 2016 : (335-311)/311= 7.7%

    Aout 2016 avait fait -9%… on n’en a pas entendu parler…

    Et en fait sur l’année 2016 on en est à +3.3% vs les mêmes 9 mois de 2015…

    1. albundy17

      Oui mais au moins nous sommes prévenus, il va pleuvoir du PV, d’ailleurs depuis une semaine je vois bien plus de contrôles que d’habitude

      1. Aristarkke

        En IDF, je n’ai pas trop remarqué de recrudescence policière mais beaucoup de personnel est bloqué par Vigipirate et cie…
        En revanche, il y a en cours une vaste transformation des radars feux rouges simples en radars feux rouges + vitesse dont l’ avantage est d’être discret et de ne pas obliger au panneau avertisseur préalable. Sur ce dernier, il faut remarquer le retour de ces panneaux en lieu et place des machins lumineux de Sarkozy. Encore du pognon bien utilisé grâce à lui…

    2. Pheldge

      en tripotant un peu les chiffres, tu vas voir que le Flamby il va nous sortir en décembre un de ces « retournement de la courbe » dont il a le secret, et qui complètera son glorieux bilan, après avoir fait « disparaître » le trou de la Sécu, la quasi totalité des chômeurs « comptabilisés à la télé », et le déficit !

      En passant, j’emprofite pour citer de mes moires, ce sage dicton patronal, adapté d’un adage de son (plat) pays d’adoption : « n’ai-je en eau, vendre, no hell, hante des cendres … »

        1. sam player

          FH l’homme du compromis : un demi soldat dans un demi char pour livrer un demi-combat (Malraux)

          « Je n’ai rien contre les politiciens. Ils ne sont pas particuliers à la IVe République. Ils ont peu changé depuis la Grèce. En gros, ils forment, depuis des siècles, un club de négociateurs. Aux objectifs historiques – donc à long terme – ils substituent toujours l’objectif immédiat, c’est-à-dire, dans les temps modernes, électoral. Le gouvernement que M. Mitterrand nous promet, c’est de l’histoire fiction, comme il y a la science-fiction. Qu’est-ce que cette politique de gauche qui n’ose pas prononcer les mots « classe ouvrière » ; qu’est-ce que cette autorité que s’arroge M. Mitterrand sur le parti communiste ? Mais s’il avait la moindre autorité, le parti communiste ne le soutiendrait pas, les chefs des autres partis, pas davantage ! Dans ce cache-cache où chacun attend l’autre au coin d’un bois, M. Mitterrand a le choix entre Daladier et Kerensky. Il n’y a pas d’union des gauches, le peuple entier le sait, et les politiciens le proclameraient dès que le pouvoir serait atteint : l’objet réel de l’union, c’est l’élection. Je ne veux pas parler ici d’intérêt, mais d’une réalité historique plus profonde, que j’appellerai le compromis comme moyen naturel de gouvernement. La fin de la IIIe République en fut l’expression la plus dramatique, et la IVe, l’expression la plus pitoyable. Lorsque, avant la guerre de 1940, il fallut concilier les défenseurs des divisions cuirassées et ceux des armes traditionnelles, on mit un demi soldat dans un demi char – et le résultat ne se fit pas attendre. Cette conception du gouvernement n’a jamais résisté au danger de la patrie, depuis la Convention jusqu’à Clemenceau ; elle ne résiste pas davantage à la transformation sans précédent de la civilisation, à laquelle sont confrontés les États modernes. Mais elle a conservé sa valeur électorale, parce qu’un programme commun concerne ce qu’on fera, non ce qu’on fait. Le génie du politicien, c’est de contourner l’obstacle. D’où sa singulière incapacité – on l’a vu en 1940 – à faire face au drame. D’où la nécessité où sont les politiciens d’inventer un monde imaginaire dans lequel les obstacles réels – le sous-développement, les autres nations, la misère, la transformation sans précédent du monde – sont remplacés par un seul adversaire : l’adversaire politique, transformé en diable. La religion des États totalitaires, c’est le manichéisme épique : celle des politiciens, depuis bien longtemps, c’est le manichéisme électoral. »

    3. René-Pierre Samary

      Les habituelles statistiques manipulées, pour faire cracher au bassinet. L’accidentologie de la voiture est, en Europe, de +/- 0.7 morts par 100 millions de km/passagers. Celle du deux-roues de 13,8. Celle du déplacement pédestre de 6,4. Celles du transport nautique de 0,25, soit seulement 3 fois moins que l’automobile. Celle du transport aérien de 0,035, soit seulement 20 fois moins.
      Si l’on considère que la conduite automobile est autorisée à plus ou moins n’importe qui, c’est étonnamment peu. Je viens de faire 5000 km en un mois sur la route, et n’ai pas vu le moindre accident, ou signe d’accident. Juste un camping-car cabossé. Où se cachent-ils, tous ces morts ? Seulement 5 situations un peu critiques (voitures chevauchant deux files, ou zigzaguant). Sur 5 cas, 4 femmes au volant, c’est triste mais c’est comme ça.

        1. René-Pierre Samary

          En revanche, l’accidentologie des policiers en hausse constante. Il faut dire qu’ils n’ont même pas le bon sens de sauver leur propre peau, ces braves gens, qui sont censés protéger les braves gens. Armés, ils se laissent attaquer sans riposter. Aux US, ces amateurs de cocktails molotov seraient restés sur le carreau. Ici, ils se consoleront avec l’indignation de Cazevide…

          1. albundy17

            En même temps, s’ils répliquent, 1 – ils risquent la taule, 2 – La paix sociale (et le business local) sont rompu(s)

            ça ferait désordre à 6 mois de son deuxieme mandat.

            Quoi qu’à la réflexion, de bonnes échauffourées aideraient à un pseudo duel pépére / le pen

            1. René-Pierre Samary

              La tôle ? Légitime défense, non ?
              Mais je sais bien qu’ils ont des ordres.
              Ce qui est incompréhensible (ou trop compréhensible), c’est qu’une marque de fermeté, de la part du gouvernemaman, enverrait un signe de fermeté à la population, favorable à pépère, au contraire. Une seule explication : les couilles, ça ne repousse pas.

              1. Pheldge

                Pour ce qui est de tirer, is ne sont pas obligés de tirer pour tuer, et je crois qu’on es forme plutôt à blesser … alors pas la taule, mais plutôt les dommages et intérêts !

  17. Peste et coryza

    Le gros problème reste que les prix de l’immo sont immondes au regard des salaires… 3 fois plus cher qu’en Allemagne.
    Payer + les gens peut donc être une solution…

    Sinon, l’entreprise (ou un groupement d’entreprises) peut très bien acheter un immeuble, et y loger ses employés, au moins le temps qu’ils trouvent une solution.

    J’en connais qui avaient laissé des employés poser leurs tentes et s’installer dans les bureaux (ben oui, c’est chauffé, il y a de l’eau potable et des toilettes…)… sans parler de ceux qui vivaient dans des camions stationnés sur le parking de la boite.

      1. Peste et coryza

        C’est la solution de mes élèves de 2nde…
        Le reste (logement d’entreprise ou dans l’entreprise) constitue des solutions déjà mises en œuvre.

    1. charl

      Faudrait déjà que l’entreprise gagne plus pour payer plus. Et comme la marge est normalement déjà optimisée, ce n’est pas possible de manière immédiate.

      Il faut donc regarder où part l’argent inutilement. La seule réponse se nomme Taxe&Impôts.

      Pour le prix des loyers, le raisonnement peut être le même et « étrangement », on arrive au même résultat.

    2. sam player

      @P&C

      « Sinon, l’entreprise (ou un groupement d’entreprises) peut très bien acheter un immeuble, et y loger ses employés, au moins le temps qu’ils trouvent une solution. »

      P’tain c’est pas gagné !
      Je te rappelle que les entreprises cotisent déjà au 1% logement pour… construire des logements.

      Tu crois qu’une entreprise c’est un porte-monnaie sans fond ? Elles te donnent déjà du boulot, ça suffit pas ?

      1. Peste et coryza

        @Sam Player

        Déjà, on ne peut pas ire qu’elles embauchent en masse, mais vu comment vont les affaires et la massue à taxes, ça se comprend.

        En rep tchèque, ça se fait beaucoup… mon employeur (labo de nanobio) logeait tous ses employés, du Head à la femme de ménage.
        Cela se fait également en cote d’azur, les patrons y sont forcés par la cherté des loyers (et vu qu’il ne peut pas augmenter ses employés…), et ça fait la différence quand on veut recruter un bon employé… parce que sinon, il ne peut pas venir, car son salaire ne lui permet pas de se loger dans le parc privé.
        Mon oncle dépannait ses apprentis prometteurs en les logeant à pas cher dans une baraque qu’il possédait, pas loin de la boite.

        Oui, le problème s’appelle taxes et co… sans compter qu’il va falloir de plus en plus payer les potentats locaux.

        1. sam player

          En descendant à Heathrow, les 3 premiers anglais que j’ai vu étaient noirs… tous les anglais sont donc noirs.

          « …et vu qu’il ne peut pas augmenter ses employés… » : ah, bon, y a une loi ? Et celui qui a son propre logement gagne plus ?

  18. Aristarkke

    Tiré d’une publicité lue en bandeau dans un autre site (malpensant) : Ce service nouveau de cautionnement est qualifié de gratuit.
    Je ne sais pas pour vous mais j’ai l’impression que le pognon des autres n’ y est pas utilisé à dose homéopathique…

  19. Emmanuel M

    Pour les entreprises, deux solutions simples :
    * s’installer hors de la région parisienne, au moins pour une partie de l’activité
    * s’installer hors de la zone fiscale française

Laisser un commentaire