Primaires de la droite : quelques enseignements

Bon, voilà, c’est fait, le premier tour de la primaire « de la droite et du centre » est passé et les journalistes vont pouvoir nous occuper quelques jours avec les résultats. En attendant, l’observateur libéral peut déjà tirer quelques enseignements du scrutin qui vient de se dérouler.

Une excellente nouvelle

Tout d’abord, il serait indécent de ne pas marquer une ou deux secondes de silence à la mémoire de Nicolas Sarkozy, seul président de la Cinquième République à être politiquement mort deux fois en moins de cinq ans.

bye bye sarkozy

Le petit Nicolas, devant la branlée magistrale que lui a infligé son ancien Premier ministre, et devant le score malgré tout supérieur d’un septuagénaire flou et mou, se trouve obligé de reconnaître sa défaite et d’annoncer dans la foulée se retirer (encore, à nouveau, one more time) de la vie politique, ce qui est somme toute une excellente nouvelle pour le pays. Nicolas Sarkozy, cette improbable rock star de la politique, ne devrait pas tenter un deuxième come-back électrique, et devra maintenant se contenter des compils’ et des soirées rétrospectives.

sarkozy-out-pour-la-france

Le mauvais cheval des médias

Ensuite et de façon évidente, on peut noter, en reprenant deux fois des coquillettes au beurre, que le pari des médias sur Juppé est bel et bien perdu : contrairement à tout ce qui a été claironné depuis des mois, il n’est pas arrivé largement en tête.

Oh. Comme c’est dommage ! La crédibilité des faiseurs d’opinion est encore une fois mise à mal !

gifa dr house sad triste snif

Certes, les sondages avaient, subitement, senti le petit moment « Brexit » se rapprocher à nouveau : suite à l’élection de Trump, on avait assisté à une remontée spectaculaire de Fillon chez les sondeurs et la multiplication des précautions oratoires chez les chroniqueurs officiels. Deux explications s’opposaient alors, la première voulant que les sondages étaient devenus nettement plus précis (pouf, comme ça), ou la seconde, bien plus réaliste, que les médias et les sondeurs, sentant que leur enfumage pro-Juppéiste risquait de leur exploser au museau, se sont sentis pousser une obligation déontologique de mettre un peu d’eau dans leur vin.

Malheureusement, les mêmes sondeurs et les mêmes chroniqueurs ne pouvaient pas non plus passer d’un quasi-déni de Fillon (au mois de Septembre, François Droopy bénéficiait du même petit commentaire amusé qu’un Copé ou un Le Maire) à la révélation qu’on tenait là un vainqueur potentiel sans passer pour des buses. Rassurez-vous, c’est chose faite : nos sondeurs et nos chroniqueurs sont maintenant officiellement des buses. Alors qu’un peu de lucidité permettait, dès janvier, de comprendre que Juppé était avant tout un candidat pratique pour une gauche aux abois, les médias n’ont pas arrêté de survendre le frétillant septuagénaire en essayant de faire croire à un élan, une véritable ferveur du pays pour un cheval de retour dont les dernières armes en politique nationale réellement opérationnelle remontent à 20 ans.

Bon. Ne soyons pas trop méchants envers les sondages. Au contraire des chroniqueurs, au moins avaient-ils parfois prédit Poisson devant Copé.

Une bonne image des tendances

D’autre part, cette primaire permet de dresser, à gros traits mais bien contrastés, les grandes tendances qui s’ouvrent pour la droite française.

Très manifestement, les tendances étatistes et protectionnistes en diable (« protection » étant le mot-clef de 5 candidats sur 6) ne permettent plus de porter un candidat. La notion de liberté, même si timidement présente chez Fillon, semble jouer en sa faveur. Le « libéral-conservatisme » de Fillon semble ce que veulent les votants de droite.

Cette primaire permet aussi de ramener certains prétendants de la droite à leur juste proportion. Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé, Bruno Le Maire ou Jean-Frédéric Poisson peinent à représenter 7% de l’électorat de droite. Encore une fois, l’audience médiatique accordée, notamment aux deux premiers de cette liste, permet de bien mesurer l’écart, que dis-je, le gouffre qui peut exister entre ceux qui sont les bons clients des plateaux télés et radios et ceux qui votent vraiment pour eux.

L’effroi des socialistes

Une autre observation s’impose : Fillon en tête, c’est, comme je l’esquissais dans un précédent billet, une douloureuse épine dans la stratégie de Hollande, et ce d’autant plus qu’est grand l’écart du premier avec le second dans cette primaire disputée.

Rappelez-vous : pour le président François, les deux larrons qui devaient l’emporter, c’était Juppé et Sarkozy, pas cet insignifiant bidule de Fillon. Ce qui était d’autant mieux dans ses petits calculs que ni l’un, ni l’autre n’ayant réussi à contenir leur égo surdimensionné, Hollande pouvait raisonnablement parier sur une guerre fratricide entre ces deux prétendants, même au-delà des primaires, qui aurait donné au président sortant de réelles chances de se faufiler au premier tour de l’élection.

hollande-prevoit-juppe-contre-sarkozy

Bref, pour notre pédalomane compulsif, tout ne se déroule décidément pas comme prévu. Pas de bol.

Et pour les autres socialistes, la situation prend un tour aigre. De tous les candidats, Fillon est en effet celui qui semble assumer le mieux une petite touche de libéralisme. Or, pour le socialoïde moyen, s’il y a bien un péché capital, c’est bien faire preuve de libéralisme, même à dose homéopathique.

Dans la primaire de droite, Juppé constituait alors le choix raisonnable : on savait, pour l’avoir vu faire, qu’il serait facile à faire plier (une ou deux grèves solides, et c’en serait terminé des pieds droits dans des bottes droites, le baissement de pantalon et le retournement de veste étant alors extrêmement rapides). Mais voilà : l’infiltration de quelques militants de gauche dans la primaire de droite n’aura absolument pas suffi à éliminer le vrai danger pour le PS (Fillon, donc) en concentrant les tirs sur Sarkozy (au profit de Juppé) au lieu de rester sagement à l’écart.

On peut donc d’ores et déjà parier sur un véritable déchaînement de tous les médias pour bien faire comprendre à tout le peuple que le Kraken danger Fillon vient de se réveiller et qu’il est plus rugissant que jamais. Attendez-vous à beaucoup d’articles consternants et d’approximations baveuses d’une presse aux abois.

Et maintenant ?

Et maintenant, la primaire, à moins d’être totalement sabotée dans les jours à venir, devrait logiquement désigner Fillon comme candidat naturel de la droite aux prochaines présidentielles. Gageons cependant, la vie politique française étant notoirement réputée pour ses rebondissements pathétiques de médiocrité, que l’une ou l’autre surprises nous attendent au tournant.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires356

  1. JiJiBé

    Mais quelle mascaro-rigolade !

    Après les primaires (très primaires) de la Droiche attendons celles de la Gaude qui devraient-être au moins aussi hillary-iantes que celles qui nous sont offertes un peu partout à l’endroit comme à l’envers à travers la planète.

    Petite larme pour Copé-lia…oui vous savez le ballet en deux actes (Léo Delibes) d’après le conte « l’homme au sable ».

    Sauf que là c’est l’homme au parc à sable avec son petit seau et sa pelle (du 20 novembre 2016) qui ira pleurnicher après son rateau auprès de papy Péju, histoire de récolter – peut-être- quelques bigorneaux provisoirement bourratifs sur les rives atlantiques.
    Pour des lendemains éphéméres et qui n’enchantent guère.

  2. channy

    HS mais on reste dans le domaine des petits excites qui se ramasse
    je veux parler de notre ami philippin Duterte, avec qui notre talonnette premier s il devait etre ministre des affaires etrangeres devrait beaucoup s entendre.
    Apres avoir traite les americains de monkeys car ils refusaient de lui vendre les fusils d assaut que l armee lui reclamait, L ami Duterte avait annonce qu il acheterait des armes russes, il avait annonce egalement qu il arretait toute cooperation militaire avec les USA…
    Sacre Duterte, apparement les #berkeley boys# philippins n ont pas goute ses derniers exces, puisqu il a annonce que comme Trump etait elu , il ferait les efforts demandes pour avoir les fusils US, et les manoeuvres entre la navy US et philippines ont bien lieu en ce moment au large de palawan..il se dit que les Berkeley boys auraient trouve les mots justes pour convaincre Duterte de l utilite de ces manoeuvres navales

    Sinon pour notre talonnette national, qui reve d etre president tous les matins en se rasant…sa retraite ne va pas durer

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.