Bitcoin en pleine fièvre

La France se retrouve à présent dans cette période un peu délicate où son ancien président n’est pas encore parti, son nouveau n’est pas encore arrivé, le gouvernement sortant n’est pas encore sorti et le gouvernement entrant n’existe même pas encore. Avec, de surcroît, des législatives particulièrement pleines de rebondissements, la presse française se retrouve ensevelie sous les sujets politiques, qu’elle traitera avec le brio qu’on imagine. Pourtant, le monde continue d’avancer, obstinément, et notamment celui des cryptomonnaies.

Et comme cela faisait un petit moment que je n’avais plus abordé ce sujet, je pense utile d’y revenir dans cette période où tout le monde se polarise un peu trop sur les actions politiques alors que, sur le plan économique, se jouent sans doute des heures décisives.

Je n’exagère pas et je l’ai déjà dit : de la même façon qu’internet a représenté une révolution humaine comparable à celle de l’imprimerie, les monnaies numériques – dont Bitcoin est le premier avatar – introduisent un bouleversement aussi fondamental dans l’économie, en annulant complètement le besoin d’un tiers de confiance (comme les banques) et en s’affranchissant intégralement et par construction des contraintes étatiques.

Or, de nouveaux chapitres sont actuellement écrits avec fébrilité et une bonne partie de l’Europe ne doit sa complète ignorance en la matière qu’à l’actualité particulièrement chargée sur le plan politique qui parvient à complètement occulter ce mouvement de fond (et de fonds) pourtant décisif.

Il y a bien sûr le simple cours du Bitcoin dont la valorisation journalière ne cesse de grimper. Atteingnant actuellement plus de 1700 dollars (1580 euros), la cryptomonnaie bénéficie toujours de son positionnement de premier arrivant dans le monde des monnaies numériques. Mais pas seulement : sur les six derniers mois, plusieurs nouvelles renforcent l’attrait que les investisseurs en particulier et le public en général peuvent montrer pour cette technologie.

D’une part, les régulateurs de différents pays commencent à comprendre que cette technologie est là pour durer. S’il y a encore débat pour savoir si, dans cinq ou dix ans (et a fortiori plus loin dans le futur), ce sera toujours Bitcoin qui représentera la plus grosse capitalisation (atuellement supérieure à 28 milliards de dollars), il n’y en a plus en ce qui concerne la blockchain, technologie sous-jacente de la monnaie reine : non seulement, un nombre croissant de banques a adopté celle-ci pour effectuer leurs opérations internes, comme je le mentionnais dans un précédent billet, mais encore trouve-t-on de nombreux exemples de cette technologie appliquée à d’autres domaines – signalons par exemple Tezos dont le fondateur, Arthur Breitman, avait répondu à un entretien pour Contrepoints il y a quelques mois et dont la société vient de lever des fonds auprès de Tim Draper, un milliardaire enthousiaste au sujet des cryptomonnaies.

Cette tendance des cryptomonnaies (et en particulier Bitcoin) à intéresser un groupe de moins en moins marginal d’investisseurs se vérifie de plus en plus à mesure que l’importance de la révolution en cours touche un nombre croissant de personnes. Si l’on doit garder son calme devant les prévisions parfois hardies de certains d’entre eux sur le cours futur de la cryptomonnaie, il n’en reste pas moins que le mouvement global d’investissement semble enclenché, d’autant que les fondamentaux qui favorisent l’expension de l’usage et de la valeur de ces monnaies sont raisonnables : non seulement, la croissance naturelle du nombre d’utilisateurs pousse à l’augmentation des prix, mais la valeur stockée par chaque utilisateur dans les monnaies cryptographiques ne cesse d’augmenter, poussant toujours plus de nouveaux entrants à s’ajouter à la foule de ceux qui viennent d’arriver.

D’autre part, on constate ces derniers mois une tendance à l’assouplissement de la part des régulateurs des pays les plus en pointe dans le domaine technologique. Ces dernières semaines, notons le cas du Mexique dont le ministère des Finances entend bien réguler les acheteurs et les vendeurs de la monnaie, sans toutefois réguler la monnaie elle-même. De l’autre côté de la planète, le Japon vient lui aussi d’assouplir sa position vis-à-vis de la monnaie, en l’acceptant comme forme légale de paiement. Pour certains médias, ce serait même la raison principale derrière la récente hausse du cours du Bitcoin. Du reste, cet assouplissement s’est directement traduit par une augmentation notable (et assez inattendue) de l’utilisation de Bitcoin pour les paiements effectués dans l’Île. Le même engouement est d’ailleurs remarqué en Australie où un système de paiement local par Bitcoin, « Living Room of Satoshi », annonce avoir permis de payer des factures à hauteur de plus de 4 millions de dollars en 16 mois.

En somme, le régulateur étatique est maintenant plus souple et semble un peu mieux comprendre les principes de monnaie cryptographique ; si cela ne change rien pour celui qui veut s’affranchir de la tutelle étatique (ce dernier profitant alors de la latitude disponible par construction dans le procédé de blockchain), cela aide en revanche les individus qui, précautionneux, souhaitent conserver un pied dans les deux systèmes, celui de la cryptomonnaie d’un côté et celui de la monnaie fiat étatique de l’autre, d’autant qu’à mesure que la valeur de Bitcoin monte, le nombre de participants augmente, rendant le système plus intéressant pour chacun.

Cet assouplissement du régulateur est particulièrement intéressant à mettre en rapport avec ce qui se passe dans certains pays où ce dernier, justement, tente absolument tout pour faire disparaître Bitcoin. C’est typiquement le cas du Venezuela où la cryptomonnaie sert de moyen d’échange particulièrement efficace et solide face à une monnaie locale gérée n’importe comment par le pouvoir en place et depuis complètement dévaluée ; j’en faisais mention dans un précédent article qui détaillait différentes façons que les citoyens vénézuéliens ont trouvées d’utiliser Bitcoin pour contourner les restrictions et autres pénuries que provoque le régime socialiste de Maduro.

Enfin, la hausse quasi-continue des cryptomonnaies et du Bitcoin en particulier profite aussi de l’élargissement continu du marché aux individus lambdas. Si, il y a quelques années, il était relativement compliqué pour ne pas dire presque impossible d’acheter des bitcoins en ligne avec une simple carte de crédit, ce n’est plus le cas depuis un moment. Évolution discrète mais réelle, de plus en plus de places de marché et de sites proposent maintenant l’achat de cryptomonnaies directement ce qui ouvre ces marchés spécifiques bien au-delà du public d’avertis voire de spécialistes informatiques de la question.

Pour illustrer, citons différents sites qui offrent précisément cette facilité, comme Kraken ou Bitstamp sur lesquels il faudra s’enregistrer en fournissant plus ou moins de données en fonction des volumes qu’on souhaite acheter ou Localbitcoins qui permet d’acheter directement à des particuliers ou via virement SEPA (banque à banque). On trouve même à présent des sites qui permettent de faire fructifier ses bitcoins en utilisant différents mécanismes de trading (Usi-Tech par exemple).

Si l’on ajoute à ce tableau le développement et le lancement de cryptomonnaies vraiment anonymes (i.e. qui garantissent l’anonymat des transactions au contraire de Bitcoin qui, lui, en garantit la publication complètement ouverte) comme Monero ou Zcash, qu’on factorise le fait qu’à présent, « l’industrie Bitcoin » crée de l’emploi et génère plus de deux milliards de dollars en deux ans, on comprend que cette récente poussée de fièvre de ces nouvelles technologies monétaires ne doit rien au hasard.

Certes, la rapidité et la violence de l’envolée justifie amplement qu’on puisse parler de bulle spéculative et il est possible, probable même, que ces cryptomonnaies continueront de connaître des trous d’airs dans les semaines et les mois qui viennent. Néanmoins, cela ne change rien aux fondamentaux qui installent progressivement et durablement ces cryptomonnaies dans le paysage financier mondial.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires149

  1. Le Gnôme

    Ce n’est décidément pas de ma couche géologique qui doit se rapprocher de celle d’Aristarque. Je comprends plus les variations du denier carolingien que ce truc là. Il va falloir que je potasse sérieusement le bidule.

    1. GrosBen

      En ce moment il y a beaucoup de spéculation et ça bouge fort. Mais regardez en 2015, le BTC n’avait pas plus varié qu’un gros indice boursier.
      Je pense qu’on retrouvera prochainement ce calme relatif sur le BTC pendant que les autres cryptos innovantes serviront de défouloir pour le trading.

  2. hub

    Merci pour l’article qui, contrairement aux habitudes de H16 pullule d’adverbes forts (« particulièrement » et « absolument » m’ont particulièrement marqué). Il y a sans doute un sous-entendu dans ce texte : nulle allusion à la France et son équipe de guignols professionnels, qui doivent saisir d’un mauvais oeil fiscal ce genre de système….

  3. Aristarkke

    On en apprend de belles ce matin sur Bfm : un rendement élevé ne favorise pas l’ investissement (par un nommé Koria ?)…
    Et la Grance n’ est pas un enfer fiscal…

    1. bibi

      Regarder l’état il arrive bien à investir de manière régulière avec un rendement négatif.
      Non monsieur la France n’est pas un enfer fiscal, ce sont les autres pays ou les hommes de l’état n’ont pas atteint le niveau français par faute d’Ecole Nationale d’Administration qui sont incapables de confier à l’état une part plus grande de la richesse produite.

  4. Jlr

    Une autre monnaie est en train de voir le jour. Elle est adossée au cours du pétrole : le Bilur. La logique derrière celle-ci m’échappe…

    1. Ceux qui ont bricolé ce truc n’ont pas compris le principe des cryptos. Adosser une crypto à un bien matériel, c’est … bizarre.

    2. MadeInCH

      Et si…
      Et si, profitant de la confiance (justifiée???) d’un truc adossé au pétrole, il était vendu plus de ce machin que de pétrole en stock?
      Comme pour certains vendeurs de certificat de possession d’or?
      Perso: J’achèterais pas.
      Pas confiance.

  5. Pat

    Même si j’ai compris le principe (je crois), c’est plutôt l’usage courant qui me bloque. Si je veux acheter une télé (ce n’est qu’un exemple) chez D***, je fais comment ? Et puis, j’aurais tendance à conserver une monnaie qui, même avec des hauts et des bas, n’arrête pas de grimper (quitte, au bout du compte, à finir le plus riche du cimetière…).

    1. MadeInCH

      A la gare CFF (Chemin de Fer Fédéraux) de Spiez (BernerOberland, canton de Berne), j’ai été surpris de voir que les distributeurs de billets acceptaient le csh, la carte de crédit, et … le bitcoin…
      Bon… Je ne sais pas du tout comment ça marche…
      Je crois que le Conseil Fédéral à rendu légal les transactions courantes en bitcoins il y a un an environ. Désolé, je n’ai pas de lien.

  6. Mateo

    Je m’attendais à ce que tu évoques l’éther mon cher H, qui a connu une envolée particulièrement spectaculaire! Quelque chose comme x80 ou x100 depuis son introduction.

    1. D.F.

      Jusqu’à ce que les investisseurs fébriles se rendent compte que l’Ether n’est pas une monnaie et n’a jamais prétendu l’être.

      1. Mateo

        C’est bien une monnaie crypto. Comme le bitcoin (avec un « b » minuscule), elle tire sa valeur elle tire sa valeur intrinsèque des services qu’apporte le protocole d’échange qui la nécessite (le protocole Bitcoin – avec un « B » majuscule – pour le bitcoin). Sauf que son protocole sert à l’établissement et au paiement de smart contracts, alors que Bitcoin sert aux paiements plus classiques.
        Elle a toutes les autres qualités pour être (ou devenir) une monnaie servant à autre chose que son utilité initiale: divisibilité, rareté, durabilité, fongibilité, etc.

        D’ailleurs même de grands groupes commencent à utiliser l’éther et les smart contracts sous-jacente pour leurs contrats, réalisant les économies que cela leur fait faire.

        En tout cas, les investisseurs « fébriles » qui on acheté de l’éther au tout début ont fait x100… même si son cours explose et que sa valeur est divisée par 10, ils auront fait x10.

        De manière générale, les monnaies crypto nous ont fait rentrer dans l’aire des monnaies-service, qui ne vont pas, comme certains le croient, a l’encontre des monnaies-marchandise, mais qui au contraire étendent, prolongent le concept, étant donné que la valeur, subjective, d’une marchandise vient en réalité du service que la marchandise rend.

        1. yp

          Petit bémol sur la fongibilité de Bitcoin, des boites proposent des services permettant de valider qu’un bitcoin n’a pas été utilisé pour des transactions liés « au crime organisé ». Je n’ai pas le lien, mais au moins un site se propose d’analyser les coins présents sur une adresse…

          1. Mateo

            En l’occurrence, je parlais des éthers Mais peut-être que est-ce la même chose pour les éthers.
            Mais de toutes façons, l’essentiel est que les unités de compte soit fongibles pour le quidam moyen, qu’un bitcoin ou éther soient identique à un autre dans l’utilisation courante.

            1. yp

              Oui, expéditeurs, destinataires et montants sont en clair dans la blockchain ; il y a au moins blockseer qui propose des analyses sur ethereum.

  7. Lark on the Wing

    Je le dis avant que Pheldge ne débarque : au Venezuela, la Bitcoin présente un défaut rédhibitoire relativement au bolivar ; en effet, de par sa nature même, il ne peut servir de substitut hygiénique…

      1. Black Mamba Warrior

        Et ma télé est allumée, Emma t’es là
        Et dire que ma journée est à peine entamée
        Emma tu m’as déjà scotché au canapé
        Emma t’es vraiment 10 fois plus belle que Tara
        Emma comment fais-tu pour être aussi sûre de toi
        Tes coups de pied m’ont quelque peu emasculé
        Emma je t’en prie rend moi ma virilité
        Emma t’es vraiment 100 fois plus belle que Tara
        Emma t’es belle et ma copine elle t’aime pas
        Emma t’es bonne et ma pile va bientôt claquer
        Emma t’es froide comme le carrelage de mes W-see
        Emma t’es vraiment 1000 fois plus belle que Tara
        Emma Emma Emma Emma
        Emma why-a why-a Emma why-a-é
        Emma why-a why-a Emma why-a-a
        Et ma télé va exploser Emma tais-toi
        Et dire que pour toi j’aurais gâché ma santé
        Emma t’as même pas réussi à me soulager
        Emma t’es vraiment périmée rhabilles-toi
        Emma why-a why-a Emma why-a-é
        Emma why-a why-a Emma why-a-a

        1. sam player

          Y a des pubs géniales… le seul problème c’est qu’on ne se rappelle pas la marque, et donc la pub rate son but…

          Sur la tablette ils auraient au moins dû faire apparaître la marque… car c’est une image qui reste…

  8. cherea

    Bonjour h16,

    tu proposes des solutions pour acheter de la crypto, bitstamp ou encore kraken, moi j’aime bien le atm, j’ai l’impression que ce n’est pas une solution que tu aimes bien?

    Que penses-tu du guichet distributeur de bitcoin ou autres monnaies??

    Cordialement,

    1. Je n’ai jamais essayé ces ATM, je n’ai donc pas d’avis. Il faut voir la marge que prend la société derrière, mais a priori, pourquoi pas ?

      1. cherea

        Pour le coup, là c’est entièrement anonyme, des billets contre de la crypto…les % dépendent de la société derrière, en gros de 5-10%. Pour l’expérience je conseille lamassu qui a la plus grosse part de marché, expérience utilisateur assez cool. Le souci de bitstamp ou encore kraken c’est qu’on peut toujours remonter au propriétaire de bitcoin par son premier achat avec numéro de carte de crédit et il faut montrer patte blanche…quand on ouvre son compte sur ces trucs-là.

  9. Mildred

    Le miracle s’est produit le jour où les gens ont accepté de changer leur monnaie- or contre du papier, le reste n’a été que péripéties. Alors pourquoi pas des cryptomonnaies en veux-tu, en voilà ?

    1. Caton

      Parler d’acceptation me semble excessif.

      D’après Wikipedia:

      « Dès les premiers jours de la Terreur, le 8 septembre 1793, la non-acceptation de l’assignat est déclarée passible de la peine de mort : les biens sont confisqués et le délateur récompensé. Le 13 novembre 1793, le commerce au moyen des métaux précieux est interdit et passible de la peine de mort. En mai 1794, toute personne qui aurait demandé en quelle monnaie le contrat serait conclu doit être condamnée à mort. »

      1. Val

        Merci Caton ! Toujours sympa de mettre en lumière ce genre de péripétie historique. L état est celui qui a les moyens de faire tout accepter. C est effectivement un miracle : transformer le plomb en or. (Les alchimistes ont perdu bcp de temps sur une figure de style)

      2. Aristarkke

        Alors là, c’est bas de rappeler certains des méfaits couverts par l’ Incorruptible, une des idoles au panthéon de l’ insoumis conducator bien de chez nous. Enfin, c’est ce qu’il dirait s’ il lisait ce blog…

  10. GrosBen

    Je vous conseille de jeter un oeil au Byteball: https://byteball.org/
    C’est une crypto qui utilise un tout nouveau type de chaine (DAG chain).
    C’est un russe qui l’a développée tout seul, il y a beaucoup de génie dans son travail que ce soit au niveau technique ou « expérience utilisateur ».
    Les Byteballs sont distribués gratuitement aux possesseurs de BTC (1 BTC = 62MBytes ~= 15€ au cours actuel). Il y a une distribution cette nuit, ne manquez pas de lier votre adresse BTC, vous n’avez rien à y perdre et si cette crypto perce ce sera le jackpot !

  11. Gosseyn

    Afin de faciliter les échanges entre la Russie et les États-Unis, une unité de compte sera créée : le Roublar ! Un conseil, ne souscrivez pas !

  12. D.F.

    Très bon article.
    Juste un point de détail : Monero offre un anonymat précaire car elle n’est pas blindée contre les futurs ordinateurs quantiques. Quand ceux-ci seront assez puissants pour craquer Monero (c’est-à-dire après-demain), ce sera toute sa blockchain qui sera rétroactivement déanonymisée, c’est-à-dire toutes les transactions Monero depuis l’origine. Pas très enthousiasmant.
    Pour ZCash, je ne sais pas si la situation est identique ou meilleure.
    Pour Dash, autre monnaie proposant une fonction de confidentialité des transactions, la blockchain est bel et bien quantum-résistante (excusez du jargon) et la monnaie fongible et intraçable. De plus les transactions sont instantanées, contrairement au vieux Bitcoin qui souffre beaucoup de ce côté-là, ce qui rend les transactions Bitcoin dans le monde réel (café au comptoir) encore très très hypothétiques. Personne n’a envie d’attendre dix minutes, voire des jours entiers parfois, que la transaction soit confirmée.

    1. Quand les ordinateurs quantiques seront assez puissants pour casser Monero, ils le seront pour toute blockchain, et tout algo de cryptage employé actuellement basé sur l’usage des clés publiques/privées soit sur la factorisation (RSA) soit sur les courbes elliptiques (ECDSA), en gros. Du reste, le souci ne sera pas sur Monero, mais aussi sur HTTPS, sur les échanges interbancaires, etc… Les fonctions de hash ne sont pas trop concernées (pas trop).

      On devrait cependant avoir quelques années devant nous.

      Pour la différence entre BTC et DASH sur leur rapidité, notez que la différence n’est pas réellement importante : vu la force de BTC (>1500 USD), petit à petit, il sera réservé aux grosses transactions (compensation interbancaire, immobilier, etc…). Et là, une résolution en 10 minutes est amplement suffisant.

      1. D.F.

        Oui, la perspective de Bitcoin comme réserve de valeur plutôt que monnaie de tous les jours est assez plausible. En tout cas, la situation est passionnante, comme vous le soulignez dans votre article. Et il n’est pas impossible qu’un certain nombre de cryptomonnaies coexistent longtemps, en fonction de leurs propriétés intrinsèques et de leurs usages. Même si, concernant Dash par exemple, je ne peux m’empêcher d’y voir tout simplement un « Bitcoin en mieux » : Bitcoin n’a plus pour lui, techniquement, que d’être le premier entrant. Il est vrai que ce n’est pas rien. Mais Bitcoin a aussi d’énormes problèmes de gouvernance qui pourraient contribuer à ce qu’il soit détrôné plus tôt qu’on ne croit. Beaucoup de rebondissements possibles (et même certains) au programme ! À côté de ça, la présidentielle 2017 nous semblera rétrospectivement d’une fadeur terrible. 🙂

    2. sam player

      Pour ce qui est de la lenteur éventuelle des transactions il y a une solution : payez le service : on a rien sans rien.

      1. D.F.

        Les jours d’engorgement du réseau Bitcoin, les frais de transaction Bitcoin dépassent en pourcentage ceux des réseaux de type Visa/Mastercard, notamment sur les petites transactions. L’intérêt de passer par Bitcoin se réduit alors beaucoup : mieux vaut rester dans le bon vieux fiduciaire, du point de vue d’un certain nombre de gens potentiellement intéressés.

        C’est pour cela qu’un investisseur précoce dans Bitcoin comme Roger Ver (« Bitcoin Jesus ») se tourne désormais, dans certains cas, vers certaines altcoins. Et que Bitcoin voit sa part dans le marché cryptomonétaire se réduire de mois en mois. Il n’y a pas de hasard. Bitcoin a des limitations sévères en termes techniques et de gouvernance, et le marché s’en rend lentement compte, pas encore au niveau du cours qui reste assez triomphal, mais quant à la domination de Bitcoin sur les cryptomonnaies.

        1. GrosBen

          Ou utilisez un autre service moins cher et plus performant.
          Le BTC pour les petites transactions, c’est fini. Mais il n’est pas mort pour autant, il reste une bonne réserve de valeur, moins volatile que toutes les autres cryptos.

        2. sam player

          « les frais de transaction Bitcoin dépassent en pourcentage ceux des réseaux de type Visa/Mastercard, notamment sur les petites transactions. »

          C’est idiot : vous comparez un système ou la commission est libre (BTC) et un système ou la commission est réglementée et plafonnée.
          Remember : il n’y a pas longtemps que les CB n’exigent plus de paiement mini… vous croyez que ça vient d’où ?

          Croyez vous vraiment que celui qui achète pour 1 euro avec sa carte bleue ne paie que 0.5% de commission ?

          Je discutais avec mon frère (plombier) ce week-end car il propose maintenant sur demande le 4 fois sans frais à des clients qui paient par CB… mais le prix intégre la commission car la question se pose au stade du devis et avant toute négociation. Et c’est encore la faute à la loi qui empêche de faire varier le prix suivant le moyen de paiement contrairement à beaucoup d’autres pays.

          1. bob razovski

            « Et c’est encore la faute à la loi qui empêche de faire varier le prix suivant le moyen de paiement contrairement à beaucoup d’autres pays. »

            bof… même en france cette variation existe. On a facilement 20% de remise pour un règlement cash :mrgreen:

        3. toto

          Le déploiement du lightning network sur Bitcoin permettrait d’avoir des transactions réellement instantanées et bon marché. Et pour déployer cette technologie, la première étape c’est d’activer « SegWit » (même si ça n’est pas 100% indispensable ça facilite grandement).

          Or SegWit est bloqué par Roger Ver (« Backdoor Judas ») et des mineurs chinois pour des raisons d’ego et de gros sous (coucou AsicBoost).

          Ces technologies sont en train d’être déployées sur Litecoin (d’où la hausse récente entre autre). Cela va être très intéressant à suivre.

          1. yp

            Lightning network ne résoud pas tous les problèmes : il faut une transaction validée pour ouvrir le canal, et une autre pour le fermer. Ca fait deux transactions sur la blockchain qui permettent d’en acquiter une infinité d’autres, du moins tant que les noeuds ligthning sont online (une déconnection ferme le canal).

            Une des seules applications que je vois c’est par exemple une interconnexion entre plateforme d’échange, ou une plateforme d’achange entre deux blochchaines qui implémentent segwit (le client d’une blockchain qui veut acheter disons du LTC contre du BTC, échange ses BTC contre les LTC d’un autre client sur la blockchain LTC).

            Segwit est un bordel sans nom en terme de protocole de transactions, ca va créer une dette technique monstrueuse à gérer à l’avenir. Les transactions actuelles ne sont déja pas super clean dans la blockchain, bitcoin XT avait proposé une solution, sur laquelle segwit aurait pu être greffé.

            De plus, le package dans lequel Segwit est compris (segwit, combien de BIPs ? 4, 5, 6 ?) fixerait les blocs à 1,9Mo tout en augmentant la taille moyenne des transactions (on cherche également à régler le problème de la malléabilité, donc pour rester compatibe avec des noeuds qui font tourner la version d’il y a 5 ans, on mettrait deux signatures pour une même transaction).

            Bref, on réglerait le problème de capacité réseau à court terme en se créant une dette technique qui sera 10x pire que la situation actuelle sous deux ans… Du point de vue technique, les Flexibles Transactions seraient beaucoup plus clean…

            Le problème de Bitcoin, c’est la gouvernance. Ca devient critique. Je crois que les devs de bitcoin core : -soit ne veulent pas prendre leurs responsabilitée – soit ils s’arquent boutent sur des blocs de 1Mo pour garder les petits noeuds (pourtant Sastoshi a été très clair la dessus, voir les échanges avec Mike Hearn et Gavin Andersen), et les mineurs sont pris entre la tentation de garder une situation qui leur confère des frais élevés, et tuer la poule aux oeufs d’or (que les gens se détournent de bitcoin à cause des frais)…

            Et donc on perd du temps… (Ca fait depuis début 2015 qu’on parle des soucis de capacité de la fin 2016 !)

            NB : Je parle même pas de la solution trouvée dans le but de modifier les frais afin de pouvoir en accélérer le traitement (possibilité introduite par la core team d’annuler une transactions …)

            1. toto

              Le simple fait d’avoir des transactions vraiment instantanées et gratuites de manière illimitée entre les principaux acteurs économiques est quelque chose de colossale. Ca veut dire que Monsieur Dupont a simplement besoin de télécharger l’application Bitsamp, Coinbase ou que sais-je et peux payer instantanément son café avec (en supposant que son commerçant utilise une solution de paiement elle même relié au lightning network). En pratique l’industrie bancaire a du souci à se faire.

              Pour Segwit si vous pouvez développer concrètement le problème je suis preneur. Il me semble au contraire que la plupart des développeurs sont en faveur de cette solution car elle leur facilite grandement la vie (cf. l’exemple du lightning network). https://bitcoincore.org/en/2016/10/28/segwit-costs/#risks-related-to-complexity-and-technical-debt

              Je ne pense pas qu’il y ait de problème de gouvernance. J’ai surtout l’impression qu’une minorité de mineurs chinois cherche à protéger/augmenter leur rente en utilisant des arguments douteux.

              Augmenter la taille des blocks n’est pas une solution viable à long terme et à le désavantage d’augmenter la centralisation de l’écosystème.

              1. yp

                En fait, segwit/LN va permettre de faire plusieurs transactions sans délai, mais seulement après en avoir validé une sur la blockchain.

                https://www.youtube.com/watch?v=y-Hswn6KmRY

                Le problème de M. Dupont est différent, il veut une transaction instantanée avec son commercant. Un peu facon Dash instantmachin. Mais ca ce n’est pas possible dans segwit (voir video de fabrice drouin ci dessus.)

                Maintenant, je rajoute des liens mettant en évidence les cotés déplaisants de segwit (gardez en tête que ce sont des articles à charge) :
                https://medium.com/@octskyward/the-capacity-cliff-586d1bf7715e
                http://www.deadalnix.me/2016/10/17/segwit-is-not-great/

                Et un lien un peu plus nuancé, par un membre de bitcoin classic :
                http://zander.github.io/posts/Flexible_Transactions

                Enfin un artcile de Mike Hearn sur le remplissage des blocs et des problèmes que l’on rencontre (l’article date de mi 2015…)
                https://medium.com/@octskyward/crash-landing-f5cc19908e32

                NB: quand je dis que segwit n’est pas le top, je parle du package particulier qu’on veut nous vendre dans les BIP141/142/143/144 (complexité due a un désir de faire fonctionner les anciens noeuds coute que coute, mise en place d’une limitation de taille de blocs qui ne fait que repousser le problème, vouloir régler pleins de problèmes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres en une seule fois), pas l’idée de l’implémentation de segwit en lui même.

                1. toto

                  Pour le lightning network et M. Dupont je n’ai sans doute pas été assez clair. J’entends bien qu’il faille établir un canal de paiement. La manière dont je vois les choses est que les principaux hub économiques (Bitstamp, Kraken, Bitpay, etc) seront reliés entre eux par le lightning network à la manière d’un réseau bancaire. En pratique M. Dupont ou le commerçant ne sauront probablement pas qu’ils utilisent Bitcoin. M. Dupont aura simplement à télécharger l’appli Bitstamp sur ton téléphone et scanner le QR code du commerçant. Bitstamp convertira les dollars de M.Dupont en bitcoins et les transférera instantanément à l’intermédiaire du commerçant via le lightning network. Cet intermédiaire, disons par exemple Coinbase, convertira automatique les bitcoins reçus en dollars et les affichera sur le compte Coinbase du commerçant. Bref en pratique on réinvente la banque grâce à Bitcoin. C’est pas évident à expliquer mais j’espère que c’est un peu plus clair.

                  Merci pour les différents liens. Concernant Mike Hearn pour le moment les faits lui donnent tort (Bitcoin ne s’est jamais aussi bien porté si on regarde le prix). Ok pour dire que ce n’est peut être pas aussi propre que si on partait d’une page blanche, mais finalement tout le monde est d’accord pour dire que Segwit est une bonne idée. Pourquoi donc ne pas le pousser via une soft fork maintenant, et si vraiment le besoin se fait sentir faire un update via une hard fork? Par ailleurs le protocol de base n’a t’il pas vocation à ne plus évoluer à partir d’un certain temps?

                  1. yp

                    J’ai passé pas mal de temps hier à me faire une idée sur cette histoire de taille blocs ; je suis de plus en plus convaincu que le refus de bitcoin core d’augmenter la taille des blocs tient au fait qu’ils veulent pousser segwit ; cette techno pour intéressante qu’elle soit, ne résoudra pas le problème des frais de transactions qui augmentent, mais permettra simplement de proposer des services construits au dessus de la blockchain.

                    En réalité, je ne savais pas qui était Roger Ver jusqu’à hier, j’ai donc googlé et tout sembe indiquer que ce mec est un anarchiste anti étatique et anti-centralisation qui gagne sa vie avec Bitcoin et dont la fortune est composée à 90% de bitcoins : Ca ne colle pas avec l’image de promoteur des banque et de fossoyeur du bitcoin qu’on fait de lui. J’ai donc creusé et ce que j’en tire est plutot inattendu :

                    Je soupconne les devs de bitcoin core de pousser l’agenda de leur employeur, à savoir Blockstream. J’ai vu une interview de Tone Vays ou il réponds à Roger Ver que des frais de 100$ par transaction ne lui semblent pas un problème et ou il affirmeeffectuer peu de transaction, ce que je compare à Roger Ver qui paye ses employés et certains de ses fournisseur en bitcoins.

                    Le seul moyen d’obtenir que les frais redescendent à zéro et que les temps de confirmation reviennent à une heure pour 6 confirmations (comme c’était le cas encore en 2014) est d’augmenter la taille des blocs – ce que la core team à empêché jusqu’a présent.

                    Bien sur tout n’est pas parfait et le client bitcoin unlimited semble codé avec les pieds. Mais les noeuds BU se font systematiquement DDOSser, au point que beaucup de noeuds BU s’identifient comme bitcoin core et l’ampleur de ces attaques ne peut être le fait que de quelqu’un qui dispose de vrais moyens technique.

                    Je note également que BU est censuré que le reddit de bitcoin (il faut aller sur r/BTC pour avoir des avis non négatifs sur BU).

                    Je commence à être convaincu que le but de Blockstream, à travers le gel de la taille des blocs, espère pouvoir maintenir des frais élevés, voir les augmenter, afin d’exclure les petites transactions de la blockchain et de pousser les utilisateurs de bitcoin à utiliser des technos « instantanées », mais centralisées et payantes, construite sur la techno segwit, qui est par ailleurs parfaitement adaptable n’importe quelle taille de blocs.

                    C’est la seule explication rationnelle que je vois à la non remise en cause du dogme des blocs de 1Mo, ou de vouloir fixer des tailles de blocs marginalement plus importante en empêchant toute évolution au dela de 1,9Mo.

                    Donc si l’on veut revenir à l’état d’usabilité/d’experience utilisateur des Bitcoin sur la blochain tel qui l’était en 2014 (gratuite, rapide), la seule chose à faire est de monter la taille des blocs, de faire en sorte que cette situation ne se reproduise pas est d’implementer un mécanisme de taille dynamique et de proposer un moyen de réduire le temps de propagation. C’est ce que propose BU.

                    Je ne dis pas que c’est la vérité, mais c’est l’opinion qui emmerge ce matin après mes recherches d’hier : il y a des incohérence dans la narrative derrière bitcoin core / segwit. Il faut que bitcoin évolue en restant indépendant d’entités étatiques ou privées. Il faut qu’il soit scalable. C’est ce que propose BU.

                    Dernière chose, je viens de tomber sur cet article (très spéculatif, mais cela expliquerait bien des choses en effet) :
                    https://falkvinge.net/2017/05/01/blockstream-patents-segwit-makes-pieces-fall-place/

                    L’interview Tone Vays vs Roger Ver sur defense distributed :

                    1. toto

                      Bon vous racontez n’importe quoi et nagez en plein gloubi-boulga complotiste.

                      1) SegWit de facto augmente la taille des blocks. Refuser SegWit mais demander une hard fork pour augmenter la taille des blocks n’est pas cohérent.

                      2) Bitcoin scalera obligatoirement par des solutions de second niveau. Je vous encourage à maintenir un nœud complet Bitcoin pour comprendre pourquoi personne de sérieux ne veut scaler en augmentant la taille des blocks. Le faire impliquerait qu’à terme seuls quelques data centers pourraient valider les transactions. Par ailleurs augmenter la taille des blocks centralise également le mining (puisque de gros blocks mettent plus de temps à se propager sur le réseau).

                      3) Blockstream n’emploie que quelques développeurs Bitcoin core. Les autres sont indépendants. Se pourrait-il que ces développeurs indépendants soutiennent et codent pour Bitcoin core parce que c’est la meilleure solution technique qui existe? Parce que c’est le mieux pour Bitcoin?

                      4) N’importe qui pourra maintenir un nœud lightning et participer à faire baisser les frais. Blockstream n’est pas le seul à travailler dessus et plusieurs implémentations sont prévues.

                      Comme dirait Andreas Antonopoulos: « Wake up ».
                      https://www.reddit.com/r/Bitcoin/comments/6889t7/antonopoulos_about_conspiracy_theories/

                    2. yp

                      1) La taille des blocs « augmentés » grace à segwit ne sera de toutes manière pas vérifiés par les noeuds non mis à jour qui ignoreront ces dernières. Ils ne seront pas rejetés, c’est tout. Ces noeuds ne serviront à rien de plus que s’ils étaient arrêtés (ou ignorés dans le cadre d’un hardfork). Cette histoire de refus d’un hard fork tiens plus du dogme que de la position rationnelle.

                      Avec l’accroissement de la popularité de bitcoin, en plus dopée par la disponibilité d’une solution autorisant des micro paiement instantané, l’augmentation de la capacité proposée n’est pas viable, même à court/moyen terme (<1 an). Si cette capacité arrive un jour, et il semble qu'au contraire, l'équipe veuille freiner l'augmentation (toujours dan l'idée de maintenir des frais élevés) !

                      https://github.com/luke-jr/bips/blob/bip-blksize/bip-blksize.mediawiki

                      2) Scaler par des solutions de second niveau, oui ; personne n'est contre. Elles peuvent d'ailleurs exister déjà sans segwit (Strawpay, dont le protocole fonctionne avec les faiblesses du protocole Bitcoin actuel). Sauf si cela doit se faire au dépends de la toute première ligne du texte décrivant Bitcoin de Satoshi Nakamoto – voir (1). Il avait d'ailleurs évoqué que le réseau irait en se centralisant – voir (2).

                      Vous semblez croire qu'aucune évolution en terme – ni de capacité réseau, ni de capacité des disques durs, n'a eu lieu au cours des dernières années. En réalité, le seul problème de scalabilité rencontré depuis deux ans, concerne le nombre de transaction que le réseau est capable de traiter par seconde. Concernant the great firewall of China, c'est certes un problème, mais n'est pas comme si la solution proposée par BU avait ignoré le problème.

                      https://medium.com/@peter_r/towards-massive-on-chain-scaling-block-propagation-results-with-xthin-792a752c14c2

                      3) J'ai passé assez de temps a avoir été lobotomisé par la narrative Segwit. La réalité est que sur les sites comme bitcoin fr, on ne fait que du bashing de tout ce qui n'est pas segwit, mais le plus bel exemple reste reddit de bitcoin.

                      Ce sont des gens comme vous qui ont fait partir ou mis sur la touche des developpeurs du calibre de Mike Hearn ou de Gavin Andersen, mais je suppose que ce n'est pas grave, puisqu'il s'agissait de blaireaux qui ne connaissaient rien à rien, n'est ce pas ?

                      http://gavinandresen.ninja/time-to-roll-out-bigger-blocks

                      4) peut être, mais si vous parlez de la difficulté de maintenir un noeud dans un réseau p2p (fonctionnement stateless), vous ignorez clairement ce que cela implique de maintenir un hub (fonctionnement stateful). Je peux vous garantir que les hubs seront beaucoup, beaucoup moins nombreux que les noeuds du seul fait de la complexité inhérente à leur maintenance, et que ceux qui formeront l'infrastructure du LN ne seront très probablement gérés que par des opérateurs dont c'est le métier (et soumis aux régulations KNC = plus de transaction sans montrer ses papiers).

                      (1) Qu'est ce que vous ne comprenez pas dans : "A purely peer-to-peer version of electronic cash would allow online payments to be sent directly from one party to another without going through a financial institution. " ?
                      https://bitcoin.org/bitcoin.pdf

                      Si le concept de registre décentralisé avec un accès également ouvert à tous les participants pour y écrire leurs transactions sans l'autorisation de quiconque, est tellement mauvais et qu'il faille le réécrire à partir de zéro, pourquoi cette équipe n'a pas simplement créé son altcoin ?

                      Pourquoi tient-elle délibérément en otage les utilisateurs du réseau en bloquant toute évolution de sa capacité depuis plus de deux ans, avec le joli résultat que l'on sait ?
                      https://blockchain.info/charts/avg-block-size?timespan=all
                      https://blockchain.info/charts/mempool-count?timespan=1year
                      http://charts.woobull.com/bitcoin-blocksize-fees/
                      http://charts.woobull.com/bitcoin-blocksize-confirm-time/

                      (2) "Only people trying to create new coins would need to run network nodes. At first, most users would run network nodes, but as the network grows beyond a certain point, it would be left more and more to specialists with server farms of specialized hardware. A server farm would only need to have one node on the network and the rest of the LAN connects with that one node."
                      https://www.mail-archive.com/cryptography@metzdowd.com/msg09964.html

                      Et comme je vous vois venir avec vos histoires de chinois : le moins mauvais moyen de gérer les évolutions d'une infrastructure commune consiste à faire confiance (qui n'exclue pas le controle) à ceux qui ont la charge les investissements dans la-dite infrastructure, qui ont donc un intérêt direct en sa pérénité, et qui sont par ailleurs quoiqu'il advienne déjà en charge de sa sécurité et rétribués pour cela, par le principe même du protocole Bitcoin : les mineurs. Et certainement pas à une équipe qui avoue ouvertement ne pas utiliser Bitcoin – et en plus prétends que des frais élevés sont une bonne chose !

                      PS : Régurgiter bêtement des phrases qu'on a lu, c'est bien. Essayer de penser un peu avec sa tête, c'est mieux…

        4. Mildred

          Une petite chose me turlupine tout de même : pourquoi presque toutes ces cryptomonnaies s’appellent : Bitceci ou Bitcela ? Et voilà qu’on nous parle même d’engorgement de réseau Bitcoin, d’investisseurs précoces et Dieu sait quoi encore ?

            1. Pheldge

              je reste stoïque ! (Al, tu chercheras le sens de ce nouveau mot, et tu pourras ensuite fièrement expliquer, à la table familiale, qui tu as désormais environ 401 mots de vocabulaire 😉

    3. toto

      Dash est basé sur Bitcoin par quel miracle serait il quantum resistant? Ils n’utilisent pas d’ECC?…

      Sur les transactions instantanées de Dash, en quoi est-ce différent d’une transaction 0 confirmation de Bitcoin?

      “Dash isn’t cryptographically private at all. Actually, I had a slide in the deck that was like, ‘Dash. LOL,’ and nothing else. It’s snake oil, and I’m just sort of beside myself about it.” Greg Maxwell

    4. yp

      Il n’y a que peu d’algorithmes post-quantiques et mis a part les algos à base de codes de correction d’erreur qui existent depuis 1978, ils ont été très peu étudiés et on peut raisonnablement douter de leur solidité réelle (je veux dire : même et surtout en environnement pré-quantique). De plus, mis à part l’isogénie des courbes supersingulière (algorithme de 2016 non éprouvé), les tailles des clés ont une taille qui les rendent très peu pratique, et je ne parle pas de la taille des signatures (typiquement plusieurs méga-octets) dont record de taille de signatures explosé fin 2016 par l’algorithme SPHINCS (11Ko), là ou une signature ECDSA fait le travail dans la blockchain entre 62 et 78 octets.

      Et il faut relativiser… Un ordi quantique ne semble pas prêt de voir le jour (problème de la décohérence). Certains scientifiques qui sont pourtant des chercheurs de pointe dans le domaine de la physique quantique se demandent si l’ordinateur quantique n’est pas l’équivalent de l’alchimie pour le XXIe siècle. Pour l’instant on arrive a avoir plusieurs qbits, mais on n’est capable que de factoriser jusqu’a 15. Et il se pose plein d’autres problèmes, par exemple dans un ordinateur classique à 8 bits, il est trivial d’arriver à traiter des nombres de 256 bits petit morceau par petit morceau, mais il semble qu’il s’agisse là d’un tour de magie hors de portée d’un ordinateur quantique…

      Pour revenir à Bitcoin, tant qu’une adresse n’a pas eu de retrait, la clé publique est inconnue (l’adresse Bitcoin est un double hash de la clé publique) et de ce fait, on peut dire que bitcoin est, d’une certaine manière, quantum résistant (les fonctions de hachage ne sont pas concernée par les algo de Shor ou de Grover). Vitalik Buterin avait écrit un papier dont le sujet était « comment rendre la blockchain bitcoin quantum-resistante lorque l’ordinteur quantique apparaitra ».

      Concarnant Dash et à ZCash, j’ai l’impression que sont des scams ; le créateur de Dash (monnaie qui a eue au moins 2 noms auparavant) a même prétendu avoir miné « par erreur » (!) 1,6 millions de coins avant de rendre le truc public, et les dashmens sont une vraie secte qui utilisent des moyens vraiment limite pour essayer de faire le buz autour de leur monnaie. Quand à Zcash, les créateurs se prélèvent 20% d’impot sur chaque coin créé. A noter que ZCash a forké en Zclassic (version sans préminage, ni d’impôt) qui va forker lui-meme le 23 mai en ZenCash (ou un impôt sera a nouveau prélevé)… De toutes façons ces deux crypto-monnaies (zcash et dash) utilisent les « Non-interactive zero-knowledge proof » (zkSNARKS) pour encoder des transaction, algorithme récent qui n’a pas encore été très étudié.

      En l’état actuel des choses, Monero est la seule monnaie anonyme éprouvée, si l’on peut dire (l’anonymisation a été sérieusement étudiée et validée, le réseau à subit des attaques d’envergure) ; c’est aussi la seule monnaie anonyme actuellement acceptée pour pouvoir acheter un bien ou un service.

      1. turlututu

        bavala : pour le coup je n’ai rien compris et je finis dans le même état que votre avatar !

        Finalement quelques Kruggerand achetés cash à Bruxelles devraient faire l’affaire.

        1. Aristarkke

          Je suis d’accord! Pour de bonnes relations, rien de tel que le basiQUE qui ne tombe pas en panne et que même les illettrés déchiffrent à l’ aise…

            1. Pheldge

              Absolument, Rael disposerait déjà secrètement d’un tel ordi, offert par ses potes les Elohims ! Notre correspondante végétale de Genève pourra je l’espère nous en dire plus 😉

    1. D.F.

      Bitcoin est susceptible de monter encore assez joliment, mais les vraies plus-values copieuses (et risquées) sont plutôt à chercher dans un panier bien choisi d’altcoins (cryptomonnaies autres que Bitcoin). Attention, il y a beaucoup d’escroqueries ou de vaines hypes dans le milieu cryptomonétaire, mais aussi quelques bijoux. Ne placer que ce qu’on est prêt à perdre, etc.

      1. Josselin

        Il y a plus de chances qu’il fasse beau un 25 juin qu’un 25 novembre. Je demandais en fonction des tendances, à ceux qui s’y connaissent mieux que moi.
        Donc pour votre BBQ, vous pouvez y aller, y a un risque relativement peu élevé.

        1. sam player

          « …vous pouvez y aller, y a un risque relativement peu élevé. »

          Réponse idiote si je peux me permettre… mais je m’y attendais c’était un appeau…
          Vous n’avez aucune idée des in/out, c-a-d ma situation actuelle, de ce que va me coûter ce BBQ, ni de ce que le mauvais temps pourrait me faire perdre : la femme de ma vie, mon job actuel, mon prochain job, le financement de ma start up… et pourtant vous n’hésitez pas à me donner des conseils !

          Stiglitz avait dit la même chose 5 ans avant la crise des subprimes et que Fannie Mae et Freddy Mac soient obligés de faire appel à l’état.

          « Today’s Wall Street Journal discusses a 2002 paper declaring that « on the basis of historical experience, the risk to the government from a potential default on GSE debt is effectively zero. » It’s authors were Jonathan Orzag, Peter Orszag and Joseph Stiglitz, who had won the Nobel prize in economics the year before. We’ve embedded it below so you can read the whole thing. »

          La suite sur businessinsider

          1. Josselin

            C’est complètement con comme remarque. Vous parlez d’une situation très particulière en omettant les détails, alors que fonction de l’endroit où on pose la question, on s’attend forcément à une réponse plus générale. Je vais pas sur un site malgache en posant la même question en oubliant de préciser ma situation particulière.

            1. sam player

              Merci… mais ce qui est complètement con, *comme vous dites*, c’est de croire que chaque situation n’est pas particulière.

              C’est d’ailleurs typiquement un raisonnement de socialo-communiste de vouloir appliquer des principes généraux à toute une société en tirant un trait sur les individualités.
              D’ailleurs ils sont faciles à reconnaître, ils disent toujours : « si j’étais à ta place… » mais le but n’est pas de se mettre à ma place mais de prendre mon pognon pour en faire ce qu’ils veulent pour eux.

              Vous auriez dû prendre m remarque pour un profond respect de votre individualité… c’est donc raté…

      2. Calvin

        Ton problème, Sam, c’est que tu veux le temps du 25 juin 2017.
        Alors que le GIEC est formel, le 25 juin 2117, il fera très beau et très chaud, partout, à cause du réchauffement climatique.

        1. albundy17

          Oui oui, ça fait longtemps que la collecte a commencé, on a presque ce qu’il faut pour t’acheter un truc chez Paul :

          .paul.fr/fr/nos-produits/39-le-flan-nature.html

    2. Dede

      « Est-ce qu’il est intéressant de rentrer maintenant ou la valeur risque de retomber ? »

      Puisque vous posez la question, je vais donner mon avis: ca va finir comme les pins’ ce bidule mais a 28 milliards le Ponzi, ca va faire tres mal. Si ca continue a grossir quelques annees, ca pourrait bien provoquer quelques drames…

  13. assylias

    Le bitcoin n’est ni fongible, ni anonyme, ce qui est à mon avis un problème structurel grave. Et cette traçabilité met les utilisateurs à la merci d’un état qui déciderait d’interdire les transactions en bitcoin.
    Par exemple, si un réseau illégal de trafiquants est mis à jour (drogues, armes etc.) et qu’on voit qu’ils ont utilisé le bitcoin numéro 1234, il est dans de nombreux cas possible de savoir qui détient ce même bitcoin aujourd’hui, ce qui peut avoir un effet important sur la valeur de ce bitcoin par rapport aux autres (« tainted coins »).
    Par ailleurs, il est simple de savoir combien de bitcoins ont été versés sur le compte de l’hôte de ces lieux, ce qui laisse à désirer en termes de confidentialité.

    Monero me semble très prometteuse de ce point de vue car elle a toutes les caractéristiques d’une vraie monnaie, en particulier la fongibilité et l’intraçabilité, en plus d’être décentralisée. Un peu comme une pièce d’un euro: on ne sait pas entre quelles mains elle est passée auparavant et si on fait un paiement avec, on ne laisse pas de traces. D’ailleurs, monero est particulièrement prisée dans les milieux libertariens.
    Evidemment, cette monnaie suscite certains réflexes pavloviens chez les citoyens modèles : « Pourquoi vouloir l’anonymat ? Tu as quelque chose à cacher ? » etc.

    Ce que montrent également toutes ces monnaies c’est la puissance de la concurrence qui a permis l’apparition de nouvelles monnaies à la suite de bitcoin (il y en a aujourd’hui des centaines) – dont certaines sont techniquement supérieures à bitcoin.

    1. « Par exemple, si un réseau illégal de trafiquants est mis à jour (drogues, armes etc.) et qu’on voit qu’ils ont utilisé le bitcoin numéro 1234, il est dans de nombreux cas possible de savoir qui détient ce même bitcoin aujourd’hui »
      Heu non ça ne marche pas comme ça. Il n’y a pas de bitcoins avec des n° de série. Il n’y a ni pièce, ni billets. Il n’y a que des balances de transactions.

      1. toto

        C’est un raccourci d’écrire ça mais on peut bien avoir une idée d’où viennent les inputs et s’ils sont plus ou moins louches. Donc la fongibilité de Bitcoin est potentiellement un problème. On peut espérer que les développeurs améliorent ça au fur et à mesure (CT, TumbleBit, MimbleWimble…).

      2. yp

        Je suis déjà tombé sur un site qui proposait de vérifier la qualité des bitcoins contenus dans addresse (je suppose qu’ils remontent les transcations en comparant les adresses sources à une base de donnée d’adresses utilisées par les mixer). Pas de lien, dsl 🙁

  14. fredbullot

    « Bitcoin is not just a currency, it’s a revolution »

    This short animated video is an introduction to Bitcoin made possible with donations of time and money from the Bitcoin community !

  15. Josselin

    J’attends pas forcément une plus-value copieuse, mais ne pas avoir une grosse moins-value d’ici à 6 mois parce qu’elle serait retombée à 300 dollars ! Ma question portait sur du plus ou moins moyen terme.

  16. Gieller

    Il faut décorréler la technologie du blockchain et les cryptomonnaies…

    Les unités de bitcoin ne sont pas illimitées, informatiquement, on ne pourra pas dépasser une certaine quantité de bitcoins (21 millions de mémoire), ce qui fait qu’il viendra un jour où il n’y en aura plus assez pour en faire une monnaie de référence mondiale car comme toutes les monnaies il viendra un moment où il y aura concentration.
    Tous les bitcoins ne sont certes pas encore minés mais plus on approche du seuil et plus il est difficile d’en miner, au point qu’il faut maintenant des salles entières d’ordinateurs très puissants pour pouvoir en miner encore un peu.

    De plus les cryptomonnaies sont super volatiles. Elle ne sont adossées à rien de tangible, et au moment où les pays émergents s’apprêtent à adosser leur propres monnaies nationales à de l’or ça la fout mal, la confiance ça ne marche qu’un temps.

    Le jour où nous aurons un pendant des DTS en cryptomonnaie là je ne dis pas, mais tant que ce genre de monnaies ne fera l’objet que d’initiatives individuelles ça ne prendra pas (combien de cryptomonnaies en circulation à ce jour d’après vous ? 7 ? 10 ? 20 ? Non, il y a actuellement plusieurs centaines de monnaies différentes, vous pouver voir les cours pour certaines d’entre elles : http://www.bitcoincours.com/p/cours-crypto-monnaie.html )

    Par contre que de grosses entreprises s’intéressent à la techno du blockchain oui, c’est un fait il faut que la France se taille une part du gâteau et rapidement…

    1. « ce qui fait qu’il viendra un jour où il n’y en aura plus assez pour en faire une monnaie de référence mondiale »
      Il y aura 21 millions de BTC, mais en réalité, il y aura 21.10E14 satoshis (2.100.000.000.000.000) ce qui est amplement suffisant pour une monnaie d’échange.

      « plus on approche du seuil et plus il est difficile d’en miner »
      Non. La difficulté est fonction du nombre de mineurs, pas du nombre de bitcoins minés.

      « les cryptomonnaies sont super volatiles »
      Pure conséquence d’un marché étroit. Et la volatilité de certaines matières premières est comparable.

      « Elle ne sont adossées à rien de tangible »
      C’est un token d’échange, donc c’est normal. Comme l’euro et le dollar, du reste.

      « la confiance ça ne marche qu’un temps »
      C’est justement pour ça que Bitcoin a été créé : pour se passer de confiance (au contraire des monnaies fiat).

      Vous ne comprenez pas ce qu’est une monnaie.

      1. Gieller

        Je ne connais pas grand chose en monnaie et je ne suis pas Bitcoin compatible. Cela ressemble plus pour moi à un pari spéculatif plutôt qu’à une véritable monnaie utilisable dans la vie de tous les jours…

        Je trouve la techno trop complexe pour le particulier non geek, pas encore assez souple au niveau utilisation, et qui nécessite le stockage de son portefeuille chez un prestataire (sans garantie d’honnêteté ou de sécurité) si on ne veut pas prendre le risque de tout perdre (je ne sais pas si le blockchain permet de reconstruire son porte monnaie en cas de destruction physique).

        Et en plus nous avons déjà eu la preuve que ça n’était pas infaillible puisqu’il y a déjà eu vol et détournement… Ensuite la cryptomonnaie implique une connexion permanente à un réseau, plus de réseau = plus de monnaie !
        Sur le continent il est peu probable d’avoir une panne de réseau générale, mais dans les îles oui, ça arrive même plusieurs fois par an.

        1. bibi

          Les monnaies fiat, elle ne sont pas volatiles et on connait déjà la valeur à long terme vers la quelle elles tendent : 0.
          Depuis l’abandon de l’étalon or les monnaies fiat ont perdu 97% de leur valeur.
          On ne peut guère s’étonner que des alternatives aux monnaies étatiques surgissent quand la technologie le permet vu que l’utilisation de l’or comme monnaie a été rendue impossible par les hommes de l’état à cause des taxes à l’achat et/ou à la revente.

        2. sam player

          Trop complexe ?
          Oui c’est bien connu que les conducteurs de véhicules ne veulent pas prendre le volant sans tout connaître de leur véhicule : la thermodynamique, la direction, la géométrie, la suspension… des p’tis génies j’vous dis.
          Idem pour le GPS….

          1. Nathalie MP

            J’avais la même idée que vous, mais je pensais à mon lave-linge. Heureusement que je n’ai pas besoin de tout savoir sur son fonctionnement pour être une femme libérée ! Cependant, je visualise très bien ce qu’il peut faire pour moi.
            De même je commence à voir assez bien ce que la technologie de la blockchain peut faire pour résoudre certaines questions sans tiers certificateur.
            Par contre je vois moins bien ce que la crypto monnaie peut faire pour moi. Une fois que j’aurai acheté mon premier bitcoin, j’en fais quoi ?
            J’ai décidé de me lancer, en me disant que les idées d’utilisation me viendront en l’utilisant ; j’ai donc prévu de me faire offrir un bitcoin pour la fête des mères, mais très honnêtement pour l’instant je manque de visibilité. Pour l’instant j’ai retenu 2 intérêts : situation à la vénézuélienne, produit financier à haut rendement.

            1. sam player

              [Mode français insoumis : ON ]

              Arghhhh la fête des mères, ce relent de la france pétainiste et de la collaboration et des heures les plus sombres de notre histoire, cette fête judéo-chrétienne des cathos intégristes de la messe de 11h et des conservateurs arc-boutés sur la morale… Vade retro Nathalie Multi Purpose

              [Mode français insoumis : OFF]

              1. Nathalie MP

                [Insoumis : ON] Sans compter que derrière l’évident relent de vieille France, on trouve aussi un scandaleux relent de mondialisation assez poussée puisqu’il s’agit au final de consommer, oui, vous avez bien entendu : consommer, des produits qui en cette occasion viennent souvent de chez l’horrible Bernard Arnault ou de chez l’horrible Steve Jobs. Alors une crypto-monnaie ! [insoumis : OFF]

            2. albundy17

              « situation à la vénézuélienne »

              Genre de situation qui développe les capacités d’ingénieries de tout un chacun !

              Ils viennent d’inventer le popolotov :mrgreen:

                1. albundy17

                  Disons que c’est une nouvelle version du cocktail molotov, mais avec ce qu’ils ont « sous la main »

                  google.fr/search?q=poopootov&gws_rd=cr&ei=XSUTWfS9Lo2Ta_yji_AL

            3. bibi

              Nathalie êtes-vous vraiment une femme?
              C’est bien la première fois que je vois une femme dire qu’elle ne saurait quoi faire avec de l’argent.
              Le BTC c’est exactement pareil que l’argent de votre mari, vous pouvez le dépenser bien aussi en chose inutile.

              1. Nathalie MP

                « êtes-vous vraiment une femme? »
                Je vois qu’il vous faut des preuves 🙂
                [mode insoumis ON] Ouin, ouin, parler de l’argent de mon mari est une atteinte à ma dignité de femme, vous n’êtes qu’un machiste, et je refuse de débattre avec vous ! Ouin, ouin [mode insoumis OFF]

            4. La question « qu’en faire » est la même qu’avec ceux qui investissent de l’or. A priori, rien (« ça ne se mange pas »). Et puis parfois, ça grimpe (spéculation) ou ça tire d’un mauvais pas (zimbabwéen).

              1. Nathalie MP

                Bonjour et merci beaucoup pour votre réponse. Donc c’est bien ce que j’avais compris.
                Tout comme j’ai bien compris que s’il n’y a plus de réseau il n’y a de toute façon plus rien (sauf peut-être de l’or ?)
                Vous aviez cité Kraken, c’est toujours votre recommandation ?

                1. Lark on the Wing

                  Kraken, c’est le nom du Grand Serpent de Mer des contes nordiques… bad Juju, je dirais… d’autant que Krak, c’est évocateur… mais bon…

                2. L’or reste valable, réseau ou pas. Mais s’il n’y a vraiment plus de réseau, je ne suis pas sûr qu’avoir de l’or serve à grand chose dans le moyen ou long terme…

                  Kraken reste une excellente plateforme, oui.

        3. « qui nécessite le stockage de son portefeuille chez un prestataire »
          Ben non justement.

          « si le blockchain permet de reconstruire son porte monnaie en cas de destruction physique »
          Bien sûr que oui. Par construction. Votre portefeuille, c’est en réalité juste votre clé privée, seule chose dont vous avez besoin. Tous vos bitcoins sont en réalité présents dans la blockchain.

          « nous avons déjà eu la preuve que ça n’était pas infaillible puisqu’il y a déjà eu vol et détournement »
          Non. Il y a eu vol & détournement de portefeuilles centralisés dans des institutions tierces. Il n’y a jamais eu vol ou détournement de btc stockés dans la blockchain.

          « plus de réseau = plus de monnaie ! »
          À l’heure actuelle, plus de réseau = plus de civilisation alors « plus de monnaie » est un détail complètement insignifiant. Et si vous parlez de pannes de courant temporaires et localisées, alors le problème n’a rien à voir avec Bitcoin mais tout avec le fournisseur d’électricité (et même dans ce dernier cas, vos bitcoins sont en sûreté).

          En réalité, vous ne savez pas comment ça marche, mais vous avez des idées très arrêtées (et fausses). Dommage.

        4. Calvin

          Je pense que le concept des cryptomonnaies est aussi compliqué pour le français moyen que l’a été la carte bleue pour les anciens des années 80.

          Tiens, quand Marco Polo a expliqué le concept du papier monnaie imposé par l’empereur chinois à ses sujets, les banquiers vénitiens ont éclaté de rire et l’ont pris pour un menteur.

          1. Aristarkke

            Ah, ces jeunots qui imaginent qu’ avant leur apparition, régnait la préhistoire…
            La CB en Grance, c’est depuis la fin des années 60 et elle a commencé à se développer durant les 70’…
            Mais les banquiers étaient circonspects parce que le seul moyen utilisable, en la période des paiements uniquement par facturettes, était la ponction différée en fin de mois (avec arrêt des prises en compte, une semaine avant la fin du mois). De facto, tu ne pouvais l’ avoir qu’avec une situation financière stable, vu la tentation de vivre au dessus de ses moyens que cela pouvait induire…

              1. Aristarkke

                Juste fâché sérieusement! J’ ai arpenté les rives du Fleuve Bleu bien avant lui mais il a réussi à faire croire qu’il était le premier européen à les avoir découvertes! 😉

      2. Mateo

        On peut considérer le bitcoin comme une « monnaie-service », par analogie avec les monnaies-marchandise ». La valeur du bitcoin (la monnaie) provient de Bitcoin (le système de paiement), indissociables: le service rendu par le système de paiement Bitcoin, permettant d’effectuer des versements avec n’importe qui dans le monde de façon sécurisée et rapide, sans besoin d’utiliser une infrastructure centralisée, a une valeur, et c’est de ceci que provient la valeur du bitcoin au départ.

        Je considère même les monnaies-marchandise comme un cas particulier, un sous-ensemble, des « monnaies-service »: la valeur d’une marchandise telle qu’un métal précieux, provient au départ du service qu’elle rend, comme la valeur d’un monnaie cryptographique provient au départ du service que rend le système avec lequel elle est indissociable.

  17. calal

    il n’y a aucun rapport entre la montee du cours du bitcoin ,montee des cours de bourse, et le bilan des BC occidentales?

  18. cyprus.ill

    Vous ne mentionnez pas l’Ether, dont le cours a explosé ces dernières semaines et qui utilise la technologie blockchain de façon très complète avec les « smartcontracts ».
    Le potentiel de l’Ether me semble colossal…

    1. Eh bien pas moi. Ça me semble mal fichu (problème fondamental sur la définition de contrat, notamment). Mais bon, chacun voit midi à sa porte 🙂

          1. cyprus.ill

            Intéressant. Je n’étais pas au courant de cette affaire. J’ai cru qu’il faisait référence au hardfork qui avait eu lieu l’année dernière et qui s’était soldé par un split ETC/ETH

          2. yp

            Grosso modo, après le hack par un voleur qui a mis en oeuvre un défaut dans le code de l’application distribuée « theDAO », la branche ethereum officielle (tradé sous le nom de ETH) a choisi d’effectuer une opération qui à permis aux investisseurs de « theDAO » de récupérer leurs tokens (il y en avait pour 50 millions de dollars quand même).

            Une (petite) partie des utilisateurs d’ethereum a considéré que le code étant censé être la loi sur la blockchain et qu’il a été exécuté de façon légale, il convenait de continuer la blockchain originale (donc sans revenir sur le vol). Les tenants du principe d’immutabilité ont donc « forké » et les token de cette chaine sont désormais tradés sous le nom d’ETC (pour « classic »).

            Avis perso : Si la team doit intervenir sur la blockchain chaque fois qu’un truc illégal va s’y produire, ils ont trouvé une occupation jusqu’à la fin de leur jours…

  19. yp

    Désolé 🙁 En substance : méfiance avec les altcoins qui prétendent être la solution miracle à tous les problèmes de l’humanité. Avec une prime de 30 milliards de dollars à celui qui cassera les algorithmes utilisés par bitcoin, ils figurent sans doute parmis les technologies cryptographiques les plus étudiés de ces dernières années…

    Et le quantique risquent de rester confiné pendant quelques décennies encore, au domaine des chants religieux.

    L’or c’est bien aussi (mais nécessite de l’associer au plomb).

    1. albundy17

      « Et le quantique risquent de rester confiné pendant quelques décennies encore, au domaine des chants religieux. »

      normal pour des cantiques :mrgreen:

      Mais quid du super machin chinois : papergeek.fr/la-chine-cree-lordinateur-quantique-le-plus-puissant-au-monde-25578

      1. yp

        Je n’en avait pas entendu parler ; cela dit, le problème fondamental du calculateur quantique c’est la décohérence – la superposition d’état d’un atome, le photon ou spin ne fontionne que jusqu’a ce qu’une particule vienne perturber l’état de superposition. L’article semble suggérer (je peux me tromper) qu’ils ont juste trouvé un moyen de provoquer l’état de superposition plus rapidement et que de ce fait, ils puissent lire l’état plus rapidement (il faut lire un grand nombre de fois un état d’une particule pour en déduire une probabilité fiable).

        https://www.youtube.com/watch?v=YPlAWN3k6So&list=PLe39E2s5HyN44dFP30bSf7KoMj9cI8jP0

        Avoir un machin qui fournit des résultats dont on se fout s’ils sont ce qu’on cherche, c’est une chose… Lui faire exécuter ce qu’on veut (voudrait?) qu’il exécute en est une toute autre…

Laisser un commentaire