Propriété privée chinoise : pour rappel, la Chine est toujours communiste

J’ai récemment reçu, de la part d’un de mes lecteurs expatriés (que je remercie au passage), un intéressant descriptif de ce qui se passe actuellement en Chine. Et alors que Xi Jinping semble avoir le vent en poupe, le pays est toujours une dictature et il est parfois bon de se le rappeler. Et dans une dictature, la notion de propriété privée n’a décidément pas le même sens qu’ailleurs ; dans ce cadre, la comparaison avec la gestion française de cette même propriété privée, même si elle est pleine d’entorse, laisse l’avantage à la France. Pour combien de temps encore ?

En Chine, on vient donc d’assister à la destruction extra-légale de dizaines « d’abris de jardin », c’est-à-dire des parcelles constituées d’une maisonnette et d’un bout de terrain contenant des plantations sous serre. Cette année, la location de ces petites propriétés comme résidence secondaire est en effet devenue très populaire parmi la classe moyenne pékinoise, avant que le gouvernement n’y mette son nez évidemment.

Un de mes amis pékinois m’a envoyé la photo suivante, un soir d’août :

Il s’agit des ruines d’un « abri agricole » (da pengfang, 大棚房) qu’il louait (1) dans la banlieue de Beijing. Adjacent à celle-ci étaient une serre et une petite parcelle de terrain, sur lesquelles il cultivait quelques plantes et arbres fruitiers. Ce type de résidences secondaires est récemment devenu populaire au sein de la classe moyenne pékinoise, car elles représentent un loisir peu onéreux qui répond aux préoccupations de la population urbaine sur la qualité de l’air ou de la nourriture.

Plusieurs centaines de ces constructions ont été détruites entre le 14 et le 15 août dans cette zone, sur décision unilatérale et arbitraire du gouvernement local. Ces destructions semblent être courantes récemment dans les environs de la capitale, mais je n’ai constaté de visu que celle-ci.

Les autorités ont justifié ces destructions en arguant que les aménagements effectués sur ces terrains contrevenaient aux lois en vigueur. Toutefois aucune décision de justice n’a pu être produite pour justifier cette démolition.

La raison inavouée, et aussi beaucoup plus plausible, est que nous sommes à la veille du 19e Congrès du PCC, période éminemment propice aux débordements sécuritaires et à l’arbitraire étatique. Ces destructions s’inscriraient alors dans une stratégie de contrôle et de reflux des populations immigrées de l’intérieur (waidiren, 外地人) installées dans la région pékinoise. Ces « abris agricoles » pouvant être utilisés pour loger des immigrants désargentés, le pouvoir préférerait ne pas prendre de risques et tout détruire.

Ce n’est évidemment qu’une hypothèse, les véritables raisons peuvent être beaucoup plus triviales (simple différend entre le gérant de la zone et une huile du gouvernement local).

L’auteur de l’article traduit ci-dessous, paru sur Wechat dans les jours qui ont suivi la démolition, est un des locataires qui a vu son bien détruit. Je ne connais pas personnellement l’auteur, je n’ai aucun contact avec lui et cette traduction n’a en aucun cas reçu son autorisation. Toute erreur ou imprécision est de mon fait.

Par prudence, j’ai effacé toute mention qui permettrait d’identifier trop facilement le lieu et/ou les personnes dont il est question ici.

Cette affaire me semble particulièrement emblématique du véritable obstacle au développement de la Chine : l’absence d’état de droit et de notion moderne de propriété privée. Peu importe les chiffres mirobolants (et probablement truqués) de la croissance chinoise, peu importe les changements de slogan et d’orientation du pouvoir, peu importe même la soi-disant lutte contre la corruption dont Xi Jinping s’est fait le champion : la Chine ne pourra pas atteindre un développement satisfaisant pour sa population tant qu’elle ne satisfera pas aux exigences les plus élémentaires de l’état de droit. Cette affaire, quoiqu’au fond anecdotique, montre le chemin qu’il reste à parcourir.


Je ne sais pas de quel niveau du gouvernement(2) l’ordre de s’occuper des « abris agricoles » est venu, mais ce qui est sûr c’est que les autorités dans toute la ville se sont levées comme un seul homme pour l’exécuter !

Les média officiels n’ont eu qu’à annoncer qu’il fallait en finir avec cette odieuse menace, qu’aussitôt s’est levé la clameur d’une armée de bulldozers partant à l’assaut.

Je suis moi-même locataire d’un de ces « abris agricoles », sauf que contrairement à ce qu’on raconte dans les journaux, le mien n’a rien d’une villa sur la Côte d’Azur. J’ai planté quelques arbres fruitiers sur mon lopin, un potager à l’intérieur de la serre, la surface habitable doit faire 9m² à tout casser. Il y a une mezzanine, c’est vrai, en bas il faut courber l’échine pour aller au toilette, en haut se plier en quatre pour entrer dans son lit. En bas, j’ai installé des sanitaires rudimentaires, une plaque chauffante, sur la mezzanine qui ne fait guère que 3m de long sur 2m de large, un lit spartiate qui me servait pour la sieste, ainsi qu’un minuscule climatiseur pour avoir un peu de fraîcheur. Non pas que l’isolation soit si bonne que je ne saurais faire usage d’un appareil plus imposant, mais tout simplement parce qu’il n’y aurait pas la place de le mettre.

Au début du mois d’août, l’autorité du village de XXX a placardé sur toutes les portes un « avis » nous prévenant qu’on allait s’occuper des « abris agricoles », avis bientôt suivi d’un autre du propriétaire de la zone pour nous avertir des travaux à faire pour se mettre en conformité. Le lendemain, nous étions anormalement nombreux sur notre parcelle, les voitures encombraient les allées. Nous sommes tous venus qui pour démonter ses toilettes, qui pour enlever ses plaques chauffantes, qui pour dissimuler à la hâte un bout de terrain cimenté en douce, en un mot pour nous mettre en conformité avec la loi. Les plus jeunes d’entre nous ont créé un groupe sur Wechat(3) sur lequel il donnait des conseils à leurs aînés sur les travaux à faire pour être tranquille. Ironie du sort, c’est de ce groupe de conversation qu’est venu le désastreux individu qui nous a frappé !

Comment le qualifier ? Sale gosse lui irait bien, a moins que ce ne soit plutôt une de ces personnes aigries à la recherche de n’importe quelle excuse pour faire parler un peu d’elle. Je ne sais plus sous quelle identité elle était connue dans notre groupe de conversation, mais elle a honteusement déformé la réalité pour produire un article mensonger dans lequel nous passons pour des nababs sans scrupules. Quelques exemples de ce sommet de journalisme : le minuscule bureau dans lequel s’effectuaient les tâches administratives est devenu « une structure de coordination pour le développement de la zone ». On va dire que je chipote ? À peine !

Nous avions un entrepôt commun pour nos semences et notre engrais dans la zone. Dans son article, cet entrepôt est inexplicablement devenu « un complexe de restauration collective ». J’y ai encore deux sacs de fumier, si ça vous tente je vous invite à dîner ! Non ?

Le propriétaire stockait une baignoire dans une des serres, sans qu’aucun de nous n’ait jamais su ce qu’il comptait en faire exactement. Il n’en fallait guère plus à notre pisse-copie pour transformer nos paisibles retraités en amateurs de shows tels qu’on en trouve dans le « Red Light District » de certaines villes européennes. Ça vous dérange si papy se rince l’œil pendant que vous prenez votre douche ?

Comment un compte-rendu si faux et malhonnête a pu sortir de presse reste pour nous un mystère. Cet article est paru en ligne le 14 vers 4h du matin. Quelques heures plus tard, alors que nous n’avions reçu aucun avis de démolition d’une quelconque cours de justice, ni aucun avis d’expulsion des autorités locales, une foule de jeunes hommes casqués en uniforme noir a fait irruption dans la zone. Ils étaient accompagnés de plusieurs engins de chantier. Nous en avons même oublié de regarder le taux de particules fines dans l’air ce matin-là : c’était la guerre ici !

Une journée n’a pas suffi. Les démolisseurs sont alors revenus le lendemain pour terminer leur sinistre besogne. 62 ans presque jour pour jour après la capitulation de l’Empereur du Japon, nous aussi, vieillards rabougris pas les ans, hissons le drapeau blanc ! Nous ne faisons pas le poids face à cette armée de gaillards casqués et tatoués de la tête au pied(4) ! Nous ne pouvons que regarder à bonne distance alors qu’ils se déchaînent contre nos terrains ! L’après-midi, le champ de bataille est sous la loi martiale, les responsables politiques locaux sont venus sur place. Moi, je ne suis qu’un vieillard sans grade, comment me verraient-ils de si haut ? Pourquoi viennent-ils, selon vous ? Pourquoi si ce n’est pour être pris en photo en train de planter le drapeau rouge ? On aurait dit la libération de Nankin. Mais dites-moi, nous qui jouons les « réfugiés » dans l’histoire, que comptez-vous faire de nous ?

Parlons un peu d’une de nos voisines. Mamie Le a plus de 70 ans, dont 36 ans d’ancienneté dans le Parti. Elle a 4 sœurs, dont la plus jeune a déjà la soixantaine. Les 5 sœurs ont entrepris cette année d’aménager leur lopin et l’abri attenant : pas un clou ni un planche n’est le fruit d’un quelconque détournement de fonds, pas une fleur ni une salade de leur potager qui ne soit le fruit de leur labeur, et tout cela pourquoi ? « Pour s’amuser, pardi ! » N’est-ce pas ça que l’on appelle une « société harmonieuse » ?

Ces lopins sont occupés à 70% par les anciens « jeunes éduqués »(5) qui, ironie de l’histoire, vont aujourd’hui d’eux-mêmes cultiver la terre avec ardeur ! Les hommes labourent, les femmes font la cuisine, qu’y a-t-il de mal à cela ? Est-ce que quelqu’un pourrait remonter mon humble doléance au Président Xi : est-ce qu’on a encore le droit de faire ça ? N’est-ce pas la « société harmonieuse » dont vous faites la promotion ? À moins que la « société harmonieuse », ce ne soit de nous forcer à venir en masse quémander au gouvernement qu’il nous verse l’obole pour nos vieux jours ?

Décidé par les masses pour le bénéfice des masses : c’est tellement beau qu’on dirait une proposition du Parti Communiste Chinois.

Franchement, n’est-ce pas de ce genre d’initiatives dont nous avons besoin aujourd’hui ? 500 foyers, plus de 1000 individus qui font face au gouvernement ? Cette fois, ce dernier n’a même pas pris la peine d’enrober son action dans la propagande, ni de mobiliser les citoyens par un patient travail idéologique, au lieu de ça ils se sont contentés de venir se faire prendre en photo en train de planter le drapeau rouge sur nos ruines. On avait l’impression que ce jour-là ce n’était plus une simple mise en conformité avec la loi, mais véritablement un acte de guerre. Comment se peut-il qu’autant de gens qui ont travaillé paisiblement toute leur vie pour subvenir aux besoins de leur famille devienne du jour au lendemain des vauriens et des traîtres que le gouvernement puisse traiter ainsi en ennemi ?

Le 16 août il ne restait rien de ce que nous avions fait, tout était enterré dans les décombres. Les fruits sur les arbres, la vigne que j’avais plantée avaient été arrachés par les combattants. Et mes oies, où sont-elles ? Mes poules ! Les citrouilles de Mamie Le ? Arrachées ! Un vrai carnage, on dirait qu’un tremblement de terre de magnitude 8 vient de passer par là ! Et ces « soldats », ils ont déjà entendu parler des « Trois grandes règles de discipline et des huit points d’attention »(6) ? Tant qu’on y est, ils n’avaient qu’à voler l’argent et les poules, comme des vrais bandits !

Catastrophe ! Un instant d’inattention, et nos droits se sont envolés comme des oiseaux dont on aurait négligé de fermer la cage ! État de droit, qu’ils disaient…

La grande armée est passée par là, ne laissant que désolation derrière elle !

Il pleut aujourd’hui, l’engrais biologique qui se trouve désormais enfoui sous les ruines va pourrir, il ne manquerait plus qu’une épidémie par dessus tout ça.

Mes frères, mes sœurs, fuyez tant qu’il en est encore temps !

[Fin de l’article traduit]


[Notes]
1. La notion de propriété privée reste très floue en Chine. Formellement, l’État seul peut être propriétaire de la terre. Ici, un investisseur a « acheté » à l’État l’usufruit pour l’ensemble de la « zone », qu’il a divisée en parcelles qu’il sous-loue ensuite à des particuliers comme mon ami. Pour simplifier les choses, j’ai décidé de parler de « locataire ».

2. Détail anecdotique, mais intéressant : l’auteur remplace systématiquement le terme 政府, « gouvernement », par « ZF », abréviation de la transcription pinyin « zhengfu ». Stratégie courante d’évitement de mots-clés trop facilement repérables sur un média aussi surveillé que Wechat.

3. Application de conversation en ligne extrêmement populaire en Chine, c’est aussi un réseau social, un médium d’information, un porte-monnaie électronique etc. Évidemment, il est prudent lorsqu’on utilise Wechat de supposer que tout ce qui s’y passe est parfaitement transparent pour le gouvernement.

4. Simple supposition, mais la mention des tatouages laisse penser que ce ne sont pas des policiers qui se sont chargés de la basse besogne de démolition, et ce n’est pas la première fois que j’entends que les autorités n’auraient guère de scrupules à déléguer à la pègre les opérations d’intimidation les plus scabreuses d’un point de vue légal. Toutefois, en l’absence de preuves…

5. 知识青年 : littéralement « jeunesse intellectuelle ». Terme désignant particulièrement la jeunesse éduquée des grandes villes qui alla parfois de son plein gré, le plus souvent contrainte et forcée, travailler à la campagne à l’époque de la Révolution Culturelle.

6. Doctrine de l’Armée Populaire de Libération relative à l’attitude à adopter vis-à-vis des populations civiles, souvent condensée dans la formule « [ne prendre au peuple] pas même une seule aiguille ou un bout de chiffon ». Cette doctrine a été globalement respectée par les troupes communistes durant la guerre contre le Japon et la guerre civile qui s’ensuivit, et a joué un rôle non négligeable dans la victoire finale des communistes.

—-
Lien sur l’article initial

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires110

  1. Kazar

    Eh bien, le communisme est loin d’être mort et fait toujours autant de ravages… Quand je pense que nous hébergeons un Mélanchon qui soutient un autre dictateur communiste, Maduro, j’ai envie de gerber, et encore plus quand je vois que plus de 7 millions de Français ont voté france insoumise (c’est volontairement qu’il n’y a pas de majuscule à France quand l’&autre mot derrière est synonyme pour moi d’insulte à l’intelligence), c’est à désespérer.

    1. Lorelei

      Insoumis pour contrer l’Ultra-Turbo-Néo-Libéralisme! Celui qui justifie de devoir être toujours plus suivi dans nos déplacements et nos mouvements de fonds.

      1. albundy17

        Il y a une insoumise, poissée par une affaire de hlm qu’elle occupe à vil prix : « je ne veux pas payer un loyer pour enrichir un propriétaire privé »

        le bailleur hlm devrait au moins réajuster de 40 % son loyer, pour être au prix du marché, nan ?

    2. Gosseyn

      Il ne sert à rien de partir d’un fait pour en faire une somme politique.
      Il faut partir de la somme des faits pour en extraire une ligne politique.

    3. Jacques Huse de Royaumont

      Dans le cas présent, s’agit-il du communisme ou de la Chine éternelle ?
      Si les rouges ont largement prouvé leur capacité à prendre des décisions stupides, arbitraires et violentes, il semble que l’empire du milieu n’a pas attendu ces cadors pour se forger une solide tradition de dirigeants injustes, tyranniques, ineptes et imprévisibles.
      Mao et ses brutes ont représenté un sommet en la matière, pas une exception.

    4. theo31

      Quand on voit tous ces députés qui se disent insoumis, qui vivent en HLM aux frais des pauvres et qui donnent des leçons à la terre entière, il y a des coups de pelle dans la tronche qui se perdent. Il n’ y a de bon communiste que mort.

  2. Aristarkke

    Nous prenons le chemin de la Chine…
    Il n’y a qu’ à voir comment l’ édification de modestes cabanes à outils et tondeuse préoccupe grandement les édiles…
    Je suppose que ceux chinois ont réagi ainsi parce que des taxounettes n’ ont pas été payées, histoire de faire un exemple édificateur…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Nous en prenons le chemin, mais l’ADP te dirait qu’avant d’arriver à pied par la Chine, il se passera du temps.

        1. BDC

          Merci Pheldge, vous avez lu dans mon cœur ! Me demande si ça se voit ou si je suis trop discrète … 😥 Mes dernières dans la série stations de bétaillère : Edgar Quinet, Houilles Carrière, voire Châtelet …

    2. albundy17

      C’est ce que je pensais à la lecture de l’article, imaginer tout ce PIB fruits et légumes perdu !

      Alors qu’il suffirait de bidouiller un peu plus leurs chiffres officiels, ou l’intégrer officiellement dans la croissance, un peu comme le CA des putes et de la drogue dans certains pays européen.

  3. Pat

    C’est beau, une « démocratie » « populaire ». Je n’aurai bientôt plus assez de guillemets tellement la Gôche a tordu le sens des mots.

  4. Gosseyn

    Heureux qui communiste a fait un long voyage en Chine ?
    La destruction des hutongs a toujours été un drame pour les anciennes familles qui y vivaient. Cela d’autant plus que l’indemnisation ne leur donne pas la possibilité de se reloger. La reconstitution d’abris dans des espaces à statut incertain a donc été un palliatif, nécessairement temporaire. La jeunesse qui s’y est livrée est pourtant bien consciente de cela. Rien ne leur interdit de s’en plaindre. Mais il ne sert à rien de tout noircir ou d’inverser les mobiles du cours des choses, car c’est justement sur ces mutations immobilières qu’ont pu croître rapidement des zones équipées de logements en d’industries. Il n’est donc pas correct de laisser entendre le contraire du fait de la déception entraînée par ses propres choix.

    1. Gerldam

      Les rares hutong qui restent -et qu’il est désormais interdit de démolir- sont un plaisir pour les touristes. mais il faut dire qu’ils n’étaient guère adaptés au monde moderne avec leurs ruelles étroites et l’absence d’hygiène dans de nombreuses cours où 7 ou 8 familles cohabitaient.
      Mais si on se souvient de Paris avant Haussmann, les égoûts et l’eau courante, on a une idée plus nuancée de l’affaire.

  5. Bonsaï

    « Ces destructions semblent être courantes récemment dans les environs de la capitale, mais je n’ai constaté de visu que celle-ci. »
    Ce petit texte est un délice pour la linguiste que je me flatte d’être, voire un beau morceau d’anthologie pour les fakes !
    Car oui, tout est bidon dans ce texte, on y voit le Japon toujours cité ce qui est fort improbable dans une population censée être chinoise et visiblement rurale.
    Photos des cabanes avant la démolition par les «  »gardes rouges » jamais nommés, mais pas après. Pas de preuves, c’est moche ?
    Bref, un petit tract anti chinois primaire, bricolé par des ados incompétents et peu cultivés…

    1. Ah, ça, c’est de l’analyse comme le petit arbre est capable d’en faire.

      Faut pas vous sentir obligée de commenter si c’est pour raconter des âneries.

        1. Dr Slump

          Bonsaï, faut vraiment que tu proposes tes services aux media et journaux français: tu ferai un tabac, ils s’arracheraient tes chroniques éclairées.

          1. Benway

            Splendide trolling et c’est un connaisseur qui s exprime… Bibi avait raison, les ravages de la pénurie de lithium sont effarants

            La Chine ou la Charia pour nos enfants, ou plus probablement un savoureux mix des 2, les paris sont ouverts!
            On finira par trouver Les Chinois à Paris (chef-d oeuvre!) plutôt utopique avec le recul.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        C’est de l’anticommunisme primaire. Pastille rouge, que dis-je, écarlate (inventée pour l’occasion, non mais !), au deconnex de l’Immonde.
        #denoncetonfacho.
        On n’est jamais assez dur avec les ennemis du genre humain qui disent que des méchancetés sur le paradis rêvé des prolétaires.
        lol.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Pour être sûr que tout le monde comprenne que c’est de l’humour à prendre au second degré, il faut forcer le trait jusqu’à l’outrance. Le propos doit se ridiculiser lui-même, sans laisser planer le doute sur l’intention de l’auteur.

            1. Pheldge

              Je peux aider, moyennant une honnête rétribution, à la hauteur de mes modestes talents … 🙂
              Pour toute information, écrire au Patron, qui se fera une joie de faire le facteur . Vous voulez enfin briller en société, être un hôte recherché, pour les dîners en ville ? n’hésitez plus !

              Pheldge™ : humour de qualité, plaisanteries subtiles et raffinées, premier, deuxième, troisième degré, voire n-ième, par récurrence.

    2. Opale

      Linguiste ? Quelle linguiste ? Vous lisez le chinois couramment, on présume ? D’ailleurs, on voit mal le rapport, aucune lien-source chinois n’est cité.
      le Japon ? Quelles mentions du Japon, ‘toujours cité » ? Il n’est nommé qu’une seule fois… Epargnez-nous vous remarques inutiles, s’il vous plaît…

        1. Val

          @MC A la fois c’est l’automne, certains arbres portent le rouge, le petit arbre fait sa crise annuelle. Attention, au printemps il sera vert :mrgreen: planquez le glyphosate, ou pas ..

          1. MichelC

            C’est peut-être un Mélèzito 🙂

            A propos, de glyphosate, un agriculteur se plaignait du Roundup. Vers la fin de son intervention, on apprend qu’il a été empoisonné par l’adjuvant, le mon-chloro-benzène et non le glyphosate lui-même.
            Aujourd’hui les machines agricoles sont très sécurisées, habitacle à air filtré. Aucun risque pour le pilote de l’engin. Et même, il est possible d’avoir un tracteur sans pilote. Mais que voulez-vous : crétinosaures préfèrent qu’il y ait plus d’émission de CO2, plus d’érosion des sols.
            En fait et à vrai dire, si vous crevez de faim, ils en auront rien à secouer. Ils se contenteront de brailler contre les riches.

  6. Gerldam

    Je connais aussi assez bien la Chine (mon fils y vit depuis qu’il a fini ses études et a épousé une chinoise). Ils possèdent une grande maison à Shanghai et une « cour carrée » à Pékin. Leur propriété privée n’est en aucune manière menacée. Il n ‘y aurait d’ailleurs pas autant de spéculation immoblière si c’était le cas.
    L’hypothèse d’une destruction de ces « abris de jardin » due au Congrès du parti me semble la bonne. Il n’est même pas exclu qu’une fois le Congrès achevé, il soit autorisé, ou du moins toléré, de les reconstruire.
    Le droit chinois est encore en formation et les sociétés étrangères paient très cher des avocats chinois, appartenant à de grands cabinets d’avocats internationnaux, pour savoir ce qui est permis, ce qui est borderline et ce qui est interdit. Souvent, ce sont d’ailleurs les avis de ces cabinets qui « font » la loi.
    Comme d’habitude, la réalité est plus complexe qu’un simple fait divers.
    Ceci dit, il est exact que, lorsqu’il y a une volonté exprimée du parti, les actes suivent les décisions dans la semaine qui suit (pas dans deux ou trois ans, voire jamais comme en France). Evidemment, il vaut mieux que la décision soit bonne. Ces dernières années, ce fut généralement le cas.

      1. Gerldam

        Je dis bien grands cabinets internationnaux ayant leur siège à Londres ou à New York. Je sais de quoi je parle. C’est cette appartenance qui donne la légitimité pour les clients que sont les grands groupes multinationnaux. Par ailleurs ces avocats parlent le langage de leurs clients, ce qu’un apparatchik ne saurait faire.

    1. Aristarkke

      Actes qui ne suivraient jamais les décisions françaises ???
      Sérieusement???
      Ce doit être ceux suivant les rares décisions pouvant arranger réellement les autochtones. Parce que quand c’est ceux qui vont en emm….r un max, on relève le gant des Chinois sans le moindre complexe d’ infériorité et ces derniers ne sont pas sûrs de gagner…

    2. Bonsaï

      Et voilà, cela fait plaisir d’avoir affaire à un point de vue informé et non biaisé par la propagande. Un peu d’objectivité n’empêche pas d’avoir ses propres idéaux politiques…

    1. Pheldge

      Badiou ? mais notre végétale Helvète fait ses dévotions devant son portrait tous les matins, avant de s’avaler un grand bol de muesli 😉

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Cette … chose a enseigné au lycée Louis le Grand et à l’ENS. Que nos dirigeants aient pour nombre d’entre eux été formés par des individus pareils explique beaucoup de leurs dérives.

  7. Bonne question

    J’ai habité 10 ans en Chine, et j’y retourne 10 fois par an, dans tous les coins de cet immense pays. J’ai constaté de visu ces destructions, mais aussi celles d’immenses usines. L’intention est en effet de renvoyer les populations dans d’autres régions moins peuplées et moins développées de Chine. Dans la région de Pékin, ce sont des centaines d’hectares qui ont été rasées cette année. Le gouvernement a promulgué les règlements de compensation. En fait le « propriétaire » reçoit des compensations qui peuvent être importantes. Il doit partager avec le locataire si celui prouve qu’il a ajouté de la valeur à la parcelle dans le cadre légal. Dans le cas de terrains non constructibles sur lesquels poussent des cabanes habitables, peu de chance d’avoir des compensations. Dans le cas où la construction était légale, les compensations sont suffisamment bonnes pour que la plupart des propriétaires préfèrent la destruction plutôt que de conserver un bien qu’il ne pourra plus utiliser. La grosse arnaque est de virer le locataire avant qu’il ait connaissance de ses droits. Un exemple récent, de la part d’un avocat qui gère ces questions : une zone commerciale ( à la chinoise, comprenez des maisons en brique pleine de stocks) a été détruite. Une centaine de locataire on reçut 300 euros de dédommagement de la part du propriétaire et sont partis d’eux même. 2 seulement ont contesté, cherché un avocat, et reçu chacun les 25000 euros que le gouvernement avait prévu…

  8. MichelC

    Et dans une dictature, la notion de propriété privée n’a décidément pas le même sens qu’ailleurs ;

    Il y a en quelques-uns en Grance, pour ne pas citer France Ô Nanisme, qui aimeraient s’en prendre encore plus à la propriété privée et priver de nombreux Français de leurs complément de retraite. Quelle différence avec les retraités Chinois cultivant leur petite parcelle ❓ Pour ces individus, dès que vous avez une once de liberté, c’est comme si vous étiez riche. Once ? once d’or pour ces dépravés.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le droit de propriété étant la première des libertés, sans laquelle toutes les autres ne sont que des vœux pieux, on peut même dire que le non-respect de la propriété privée est un marqueur fort d’une dictature.

      1. MichelC

        L’écart avec la Chine pourrait se réduire tout soudain, notre démocrature se transformer en dictature. Le pays en est proche. Il ne manque que le cygne noir qui mette la machine en marche. LMEM ❓ Telle est la question…

  9. Val

    Difficile par l’évocation de ce fait divers de se forger une opinion. On aurait pu faire le même article sur l’évacuation des Zadistes de Nantes ou la « jungle » de Calais ou un ̶i̶n̶c̶e̶n̶d̶i̶e̶ acte de démolition d’une ̶p̶a̶i̶l̶l̶o̶t̶e̶ case sur une zone non constructible .
    Le plaignant était il propriétaire du lopin ? Avait il droit de construire ? Qu’en est il du droit de propriété immobilier en Chine ?
    J’aurais aimé plus de précision sur le contexte légal des droits immo dans ce pays.

    1. bibi

      Le contexte légal est pourtant fort bien décrit dans le billet, en absence d’état de droit en Chine le gouvernement (ici local) détruit ce que bon lui semble sans avoir à se justifier.

      Le seul fait pour le gouvernement de ne produire aucun document légal en dit long sur comment fonctionne ce pays, et que celui-ci soit dans son bon droit ou non est finalement anecdotique vu qu’il agit de manière arbitraire.

      1. albundy17

        « en dit long sur comment fonctionne ce pays »

        C’est marrant, ça m’a évoqué une paillote cramée avec des casquette gign perdues dans la débandade ^^

  10. Mildred

    Il me semble et sauf erreur de ma part, que nous avons vécu des situations comparables, il y a quelques années concernant la démolition des cabanons de plage. Je ne crois pas que l’administration française se soit montrée moins arbitraire ou plus compréhensive que l’administration chinoise :
    « Quant au « déchirement » que cela peut provoquer chez les personnes qui passaient leur temps libre dans les cabanons, le directeur départemental adjoint de la DDTM dit le « comprendre ». Avant d’enfoncer le clou : « Ces constructions étaient dans des situations irrégulières. En construisant, même il y a un siècle, les gens savaient que les cabanons pouvaient être détruits. Il ne doit donc pas y avoir de surprise. » »
    Mais les mauvaises langues ne disent-elles pas que la France est le plus communiste des pays occidentaux ?

    1. Pheldge

      Mildred, au départ le domaine public (plage forêt, rue …) est imprescriptible et inaliénable, en droit français. Il y a alors des règlements possibles au coup par coup, voire à la tête du client. Une façon intelligente, est de régulariser les , du moins certaines, occupations illégales, par un bail taillé sur mesure, permettant à l’occupant d’avoir une visibilité sur plusieurs années.
      Pour un élu local , c’est un moyen de s’assurer de solides amitiés à peu de frais …

      1. Mildred

        Vous vous souvenez peut-être de ce terrain à Saint-Jean-Cap-Ferrat, non constructible, qui a été déclaré constructible pendant un quart d’heure, le temps que Raymond Barre obtienne le permis de construire de sa villa, avant de redevenir non constructible ?
        Je ne crois pas que les Chinois puissent faire beaucoup mieux !

    2. MichelC

      Au Cap d’Adge, notre administration très démocrate, au gant toujours de velours, sans la moindre exception …, a fait fermer le camping 4* au prétexte que quelques mobile homes étaient en situation irrégulière. Dans l’article, il était souligné leur faible altitude… Comme si l’on pouvait avoir une onde de tempête comme en Atlantique. Quand au débordement d’une hypothétique rivière, ce n’est pas 1 mètre de hauteur qui va changer l’affaire, vu que le sol est sableux.

      Quid des petits propriétaires de ces engins ❓ Leur bien n’a plus de valeur.
      Et pour quelle raison emmerder ceux qui sont en situation régulière ❓
      Si cela se trouve, le gérant du camping n’a pas su payer le pizzo au préfet nouer le contact avec le préfet l’autorité en l’arrosant bien de gras pots de vins tirant plutôt sur la barrique…

      La méthode est proche de la chinoise, juste plus sournoise : vous l’avez dans le baba sans l’avoir vu venir.

  11. Bonsaï

    HS : Entendu sur les news à la Télévision Suisse Romande : la Ministre française du travail, Mme Muriel Pénicaud, venue étudier le modèle d’apprentissage suisse.
    C’est pas chouette, ça ?

          1. MichelC

            Il faut financer les logiciels de transmission de données, plus les ponxtionnaires donnant les accès aux matamores fiscaux européens…
            Imaginez que les vieux se mettent au XBT : ou irait tout ce beau monde ❓

      1. albundy17

        ça grogne aussi chez les territoriaux, il y a des mairies/régions qui voudraient que les employés fassent 35 heures par mois, et ça, c’est pas acceptable. (parait il que toutes ces petites vacances représenteraient 80.000 emplois temps plein en équivalent, donc à 3.5 million le fonx…)

        1. albundy17

          pour paris, j’avais fait un rapide calcul, chaque fonx devrait nettoyer 1.5 km, chaque jour, pour couvrir la totalité du bitume parisien, ça fait du 200 mètres à l’heure ^^

  12. Cixci

    Bonsoir,

    « 2. Détail anecdotique, mais intéressant : l’auteur remplace systématiquement le terme 政府, « gouvernement », par « ZF », abréviation de la transcription pinyin « zhengfu ». Stratégie courante d’évitement de mots-clés trop facilement repérables sur un média aussi surveillé que Wechat. »

    A la lecture de la lettre il me semble que la personne dit quelque chose d’autre, et il le fait volontairement, comme vous le montrez d’ailleurs.

    Pour moi, il en appel simplement à la cinquième soeur, et demande à sa tête de dragon d’agir; pour l’honneur, pour l’harmonie naturelle des choses et pour éviter que les autres, soeurs, ne déstabilisent la zone.

    Il dit: aidez nous car sinon vous serez attaqué vous aussi. Vous en avez le devoir et nous vous en donnons le droit …

    Ce message à pour unique but de communiquer avec un chef.

  13. Cixci II


    39:20

    « si personne ne s’occupe de toi, tu reste un sauvage »

    voilà ce que les mao élites française disent de manière discrète, voilà le simple, et réel, message de la république. La république est à décapiter.

    Elle est pire qu’une royauté et pire qu’une dictature: elle est centrale et autoritaire.

    La république est la négation de toute différences, voilà pourquoi elle parle beaucoup de droit humain = car elle a peur que l’on découvre qu’elle ne les considèrent pas, tout simplement.

    Vous aimez la liberté, la république n’aime pas cet union pour la raison simple que cela signifie laisser à chacun la possibilité de la défier partout et n’importe quand.

    Bref.

    Il y a la liberté et il y a l’esclavage.

    La République est un système politique qui ne peut que rendre esclave chacun de tous.

    Et il y a un nouvelle chose à concevoir qui est l’inverse: un système politique qui peut rendre chacun maître de son destin, rendre chacun libre selon sa volonté.

      1. Jullius

        Ce concept n’intègre pas le contexte dans lequel il naît.
        Il est donc illusoir donc uthopique donc non possible, donc non souhaitable.

        Il est une différence entre l’esprit, la notion de concept, et la réalité, le peuple, le corps.

        On ne vend pas au peuple une illusion, un concept; ce n’est ni carthésien, et cela reste risqué, donc cela ne peut pas plaire aux citoyens.

        Aujourd’hui il ne faut pas jouer avec les mots, les idées, les concepts,
        aujourd’hui il faut montrer que cela fonctionne.

        Aujourd’hui,
        il faut un pasqua,
        il faut un richelieu,
        il faut un décartes,
        il faut un einstein,
        il faut un talleyrand.

        Bref, aujourd’hui, plus que des concepts nous avons besoin d’hommes et de femmes géniaux, talentueux, efficaces, diplomates, sensibles,
        bref, nous avons besoin de français exceptionnels et réunis dans la même équipe * gouvernement *.

        Je souhaite, et désir,
        que France soit gouvernée par les meilleurs,
        pour le meilleur et non, comme c’est le cas, pour le pire.

          1. Jullius

            « Il faut un pasqua/richelieu/… »
            Que Dieu nous en préserve !

            Que dieu, s’il existe, nous préserve ni du pire ni du meilleur,
            Que dieu, s’il existe, nous préserve d^’etre faible,
            qu’importe les hommes et les femmes lorsque compte l’avenir de tous.

            Renier les qualités de certains personnages de notre histoire, de notre mythologie étatique, ceci revient à renier non ce qu’il y avait avant mais ce qu’il y aura demain.

            Oui,
            Richelieu, non en tant que catholique mais en tant que stratège,

            Oui,
            Pasqua, non en tant que résistant mais en tant que stratège,

            Oui,
            c’est hommes ont protégés la France,

            Oui,
            c’est hommes ont induit le destin de tous
            pour le meilleur et jamais pour le pire.

            C’est un fait. C’est une réalité passée.

            Un stratège, oeuvre au bien commun.
            Un stratégiste, je me répète, dessine les contoures du bien commun,
            le périmètre d’action de l’état, il dessine le cercle qui permet aux stratèges d’évoluer, de dessiner lui-m^me des stratégies cohérentes, efficaces donc efficientes,
            et l’quipe listée précédemment est essentielle quant à la bonne conduite d’un état: dans le sens de lui permettre « d’être », « d’exister », tout en lui permettant de changer, d »évoluer, de muer aussi longtemps que cela puisse être.

            Bref.

  14. Cixci II

    Bonjour,

    Bon bon bon. Pourquoi vivons-nous dans la dualité? car nous sommes capable de concevoir notre existence ( 1 ) et donc le reste ( 2 ).
    Les maths notamment, les religieux également, sont dans la recherche, donc l’explication/théorisation, de ce qu’il y a avant ( et, aussi, pour les matheux de ce qu’il y a après, les religieux l’apres ne les passionnent pas vraiment ): il regarde un truc abstrait, le 0, l’éternel, le tout, le rien, mais ne peuvent que « jouer » toujours dans un cadre dual entre 0 et 1. Un cadre biasé car le 0, ils le théorisent. Le 1 restant observable par nature.

    Pourquoi j’écris ça? car dans la construction des communautés humaines, il y a deux bornes, deux limites: décentralisée ou centralisé.
    Celtes, berber ( précisons que ces derniers existent depuis plus de 50 siècles – 5000 ans d’histoire donc ) était organisés de manière décentralisée.

    Rome était centralisé.

    Les communautés centralisés mange toujours les commauntés décentralisée. Mais elles s’effondre d’un coup. D’un coup signifiant 1 siècle. Elles ne sont pas flexible, du moins elle sont uniquement capable de s’étendre, pas de changer.

    Les communautés décentralisées sont fortes dans le fait qu’elles peuvent s’adapter, éternellement muer. Mais elles sont faibles car elles sont divisable et peu optimiser, peu efficiente.

    La question que l’on nous impose est: veut-on être centralisé ou décentralisé?
    Et la réponse simple: nous aimerions être décentralisé mais nous allons disparaitre, il faut donc être centralisé.
    Je passe sur le fait que dans ce débat, certains induisent volontairement la question afin d’en tirer profit.

    La question devrait être: comment peut-on construire un état fort et flexible? comment être centralisé et décentralisé ?

    La réponse, ma réponse, est simple: l’on ne peut être les deux en même temps mais l’on peut permettre à certain composant de l’état d’être centralisés et à d’autres de ne pas l’être.
    Et là nous revenons à des choses extrêmements basiques:
    régalien = centralisé = force
    le reste = décentralisé = flexible
    la force protège le flexible, le sucre, la liberté, la beauté, la particularité…
    avec évidemment des exceptions ici et là.

    Ma deuxième réponse est que l’on peut aussi prendre un domaine d’activité et sur un point clef, là où le risque est élevé, y mettre un ongle de jacobisme, de centralisé, afin de permettre à tout le reste d’être flexible.
    Dans le cinéma, aujourdh’ui, l’état n’a pas un doigt, il y a mis deux bras et pour les petits prod ça fait très mal par là ou sa passe pour la raison qu’ils n’ont pas le choix que faire de la bonne cam avec de merde de chameau. Les gros font de la merde avec de l’or et les petits font de la merde avec de la merde.
    Serait-ce les limites de l’industrialisation de l’art ? je ne sais pas.
    Serait-ce logique, humain, précieux, qu’il ne puisse y avoir plus de super mega top films ? je ne sais pas.
    Doit-on tout de même laisser cette économie, quoique sans sub je sais pas si ça génère beuacoup de cash – parler d’economie est osé -, doit-on laisser cette économie mourir et devenir un outil de manipulation de masse utiliser par des individus ayant, je le pense, que des pensées basses ? non, je ne le crois pas.

    Bref, je crois qu’il est possible de redessiner les contours de notre état et de progressivement concevoir de nouveaux composants efficaces et changer/reparer/redesigner les vieux composants pourris par les idéologues, par les médiocres, par la connivence et pourri volontairement par d’autres états qui, eux, sont bien content que la France soit faible.

    Nul n’est tenu à l’impossible. Sauf les génies et les fous.

    Qui aura le talent et le courage de risquer sa vie pour la France?
    Qui sera le génie, et non le fou tel macron, qui conquerra la France?

    PS: « le fou tel macron » car il est, du moins pour moi, qu’une pièce d’échec au main d’un joueur qui n’est d’ailleurs pas foufou du tout. Je regrette juste qu’il engage la France dans un jeu dont #1 il croit maitriser les règles – mais il n’est qu’un pion ce qui signifie qu’il n’a pas à connaitre les règles, il ne peut pas les connaitres – mais ne les connait pas et #2 un jeu pour lequel personne n’a voté.
    Macron, si tu me lis, tu n’es qu’un Fou dans tous les sens du terme. Et le fou est toujours sacrifié. Ton destin sera cruel, il sera plus cruel que tu n’oseras jamais l’être avec tes ennemis.

    Cordialement,

  15. Balzac

    Mon message s’adresse aux services secret français, il s’adresse également aux hauts fonctionnaires, il s’adresse aux riches, aux pauvres, et bien évidemment aux classes moyennes.

    Il est du devoir de tous de concevoir un avenir français, maintenant.

    Nous avons le droit d’exiger son existence ( la justice ) et donc son application, et le premier des droits est celui de pourvoir s’exprimer librement. Sinon, comment serait-il possible de pouvoir se parler, et donc de choisir, de voter librement.

    Et si dans un commentaire d’un blog je peux être entendu, alors c’est bat. C’est super bat.

    Mais je doute que cela soit possible.

    Cordialement,

    1. Gosseyn

      Sachez que les services français n’ont strictement rien à faire de la myriade de commentaires de blogs. Sauf si besoin de réprimer ce qui va contre leurs intérêts, légaux ou pas.

      1. Périclès

        Sachez que derrières les services, secrets ou non, d’un état sont des individus qui eut peuvent avoir à faire, dans le sens de considérer, des commentaires de blogs non parce que ce sont des commentaires de blogs mais juste des avis, des idées, des écrits « commis » par des citoyens qu’ils servent.

        Pardonnez d’avoir une once de considération quant ) ces gens et non leur métier. De les considérer comme des personnes qui siège à mes côtés et qui mange la même bouf …

        Hey, moi je m’amuse. Je résume: on vit dans un état 1984 doux – de plus en plus doux d’ailleurs -, et il ne faudrait pas croire que ça racle les commentaires de manière automatisé … puis lorsque ça match ça les lis et les fait circuler vers le haut …

        Et puis Gosseyn, ne résumez jamais une personne à son métier car vous passeriez à côté du meilleur qui est la personne en elle même.

        Je ne vais pas vous expliquer le fonctionnement d’internet, ni des choses qui le parcours et encore moins vous démontrer de A à Z le fonctionnement logique des réseaux humains et donc la manière dont on peut les hackers au sens de savoir faire passer un message et qu’il atterrissent sur le bon bureau, « dans la bonne tête ».

        Ici c’est la France, pas la Chine, à pays différent méthode différente 🙂
        Mais bon moi je m’amuse, c’est un ping tout gentil, tout doux,
        pas subtile; ce n’est pas la même chose que de savoir amener un groupe diverse d’individu à faire des choses, à douter ou à savoir, à agir
        sans les connaîtres.

        Gosseyn, lorsque vous arriverez à amener votre message sur le burreau d’un président étranger, ou de l’un de ses ministres, sans les connaitre, sans representer personne d’autre que vous, sans être un major de promo – ou tout court ); – bah là vous pourrez comprendre une once des quelques mots que j’ai écris.

        Le plaisir me pousse à vous partager une réflexion.
        Si l’on peut concevoir un système et si à l’extrémité d’un système est une personne et si il y a des filtres et des automatismes pour faire circuler des informations alors il est possible d’utiliser ces automatismes et ces filtres pour faire circuler une information vers une destination précise.

        C’est un domaine qui est au croisement de l’ingénierie social et de l’ingénierie informatique. Chose impossible pour les sociologues et les informaticiens. Chose qui ne peut s’apprendre que par la pratique. C’est un domaine que j’apprécie tout particulièrement. Un domaine non pas juste utile dans les sphères politiques mais dans tous les domaines ( et qu’on me casse pas les noix avec la pnl ); vous savez que ça parle, vous savez que ça va parler donc vous pouvez induire ce qui sera dit ou et quand ( le contenu, le contenant et le contexte dans lequel les deux changent ). Vous pouvez anticiper la manière dont cela va être dit et le contexte dans lequel c’est dit. Bref j’ai même pas envie d’^tre propre dans mes explications ( ne serait-ce que cette petite phrase logée juste là fera que vous allez contraster tous mes propos d’une certaine manière :). Tout ceci est du domaine de la stratégie, de la logique pure, tout ceci est l’oeuvre de stratégistes ( définition du domaine de la stratégie – l’espace et les relations entre ses composants ) et non de stratèges ( conception de stratégies dans les domaines définis par les précédents – comment se déplacer, comment utiliser l’espace et ses composants ).

        Bref.
        Bien sûr qu’il faut leur parler, à ces ronds de cuires, bien sûr qu’il faut les hacker, bien sûr qu’il est important qu’ils sachent que cela doit changer, bien sûr que si on opère de manière traditionnelle et bien nous obtiendrons le même résultat. J’ai encore l’âge de voir émerger en France un état magnifique car juste et efficace donc stable. J’ai encore l’âge de voir la France être un grand pays qui induit le destin du monde non en l’imposant mais en étant désirable d’un point de vue extériur. Veuillez accepter mes excuses pour le fait de croire en mon pays, en mon peuple. De croire en la grandeur de l’esprit des hommes et de penser qu’en France, particulièrement ici, que chaque jour naissent de futurs citoyens libres et égaux en droits. J’ai le droit de le penser et j’ai le devoir de le dire, de l’écrire. Quitte ) passer pour un idiot. Cela ne me dérange pas le moins du monde.

        Bref, ceci sera mon dernier panflet *-)
        QUod vis esse velis.
        Soyez grand,
        soyez juste,
        soyez français.

Laisser un commentaire