By D Grace of God

Il est souvent difficile, dans le brouhaha des actualités consternantes ou délicieusement absurdes de distinguer ces petites histoires qui font le sel de la vie, mais avec l’avènement des réseaux sociaux, il se trouve que, parfois, certaines de ces tranches de vie colorées font surface et permettent d’éclairer l’humanité d’un nouveau rai de lumière. La petite histoire que je vous propose de découvrir aujourd’hui fait partie de ces tranches-là.

Tout commence il y a quelques mois lorsque Ben, un américain moyen sur les intertubes (qui tient parallèlement une chaîne Youtube, Pleasant Green) reçoit un message sur Facebook d’un certain Joel, vivant au Liberia, qui lui propose non pas d’agrandir l’une des parties de son anatomie ou de l’aider à hériter de son oncle multimilliardaire, mais tout simplement de lui venir en aide financière parce que, parce que bon.

Intrigué, Ben décide de lui demander en quoi il va pouvoir l’aider. Joel lui explique alors qu’il aimerait être journaliste et qu’il donne des cours d’anglais. Ben lui propose alors de tenter de prendre des photos avec le téléphone qu’il emploie pour se connecter ainsi sur internet. En substance, si les photos sont bonnes, Ben est prêt à les payer. À la suite de quoi, Joel parviendra à prendre des photos, se faire un ami de Ben et aider les enfants de son quartier à obtenir du matériel scolaire.

Oui. Vous avez bien lu et l’histoire mérite amplement d’être expliquée en détail. Pour les plus anglophiles d’entre nous, vous pourrez vous reporter à la petite vidéo ci-dessous qui résume le cheminement étonnant de ces deux individus, l’un tentant d’aider l’autre et l’autre qui, de fil en aiguille, parvient à réaliser quelque chose d’assez incroyable compte tenu du contexte (eh oui, vivre au Liberia n’est pas tous les jours une partie de plaisir, tant la misère et la pauvreté y sont installées). Ceux qui voudront éplucher le détail pourront se reporter à l’histoire vidéo ici.

Pour les moins anglophones, on pourra résumer l’aventure ainsi : les premières photos réalisées par le Libérien sont catastrophiques, tant la qualité de l’appareil est médiocre. Ben décide alors d’envoyer par la poste à Joel une petite caméra à 20$, en lui donnant quelques rudiments de photographie et les grands principes de composition. Joel s’entraîne et rapidement, les résultats étonnent tant Ben qu’il décide de produire un album relié avec les productions du photographe amateur.

Relayé par une astucieuse campagne marketing et présenté sur des plateformes de crowdfunding comme IndieGogo, l’album, intitulé « By D Grace Of God » (d’où le titre de ce billet), trouve rapidement son public. Le succès est largement au rendez-vous et des centaines d’exemplaires sont vendus partout dans le monde. Ben paye la part due à Joel et n’ayant pas besoin de sa propre part, lui propose de la reverser à l’une ou l’autre fondation ou oeuvre de charité que Joel connait autour de lui.

Non seulement, Joel trouvera une telle oeuvre, mais en plus ce dernier ira lui-même compléter les achats (ici : des cartables et du matériel scolaire) pour des enfants d’écoles voisines, profitant de l’occasion pour prendre quelques clichés qui iront à la fois documenter l’utilisation des fonds ainsi récoltés, et fournir quelques photos originales de ce qui se passe là-bas. En définitive, un petit message Facebook, lancé au hasard, aura complètement bouleversé la vie de plusieurs personnes, pour le meilleur.

Au passage, cette belle aventure est aussi une excellente illustration de ce que des individus sont capables de faire lorsque l’Etat ne s’ingénie pas à leur mettre des bâtons dans les roues.

Oh, certes, compte-tenu de l’état général du Liberia, on pourra arguer que Ben aidant Joel est une situation qui n’aurait jamais eu lieu si, dès le départ, l’Etat libérien n’était pas à ce point dans la panade : absence d’état de droit, insécurité galopante, corruption, tensions sociales, … On part de bas et l’aide fournie par Ben ne pouvait être que bienvenue !

Mais indépendamment de cela, force est de reconnaître que cette rencontre improbable entre un Occidental de la classe moyenne et un Africain pauvre n’aurait jamais été possible sans le développement fulgurant de l’internet, sans la présence de réseaux téléphoniques cellulaires au Liberia, sans même la possibilité pour l’un des peuples les plus pauvres de disposer d’un téléphone capable de prendre des photos (aussi médiocres soient-elles).

Or, il m’apparaît indispensable de rappeler qu’aucun de ces éléments n’aurait été possible sans le capitalisme.

Eh oui : Joel le Libérien a pu contacter Ben l’Américain grâce au capitalisme qui a produit l’intelligence, le matériel et le savoir-faire nécessaires pour relier tout ce beau monde. C’est grâce au capitalisme que Ben a pu se payer un appareil photo à un prix fort modique d’un côté de l’Atlantique ; c’est grâce au capitalisme qu’il a pu l’envoyer de l’autre côté de l’Atlantique ; c’est aussi le capitalisme qui a servi de terreau aux inventions nécessaires pour numériser les photos et les transformer, à l’autre bout, en un livre dont l’impression, la diffusion et la rentabilisation auront toutes été possibles directement par l’application d’un capitalisme tout à fait standard et si ce n’est débridé, en tout cas clairement aidé par une réelle liberté d’entreprendre chacun de ces actes finalement anodins.

En outre, il sera difficile de ne pas noter que c’est finalement l’action concrète d’individus (ici Ben et Joel), mûs par leurs intérêts particuliers, qui ont permis de façon complètement fortuite de faire découvrir (au travers d’un album de photos) une situation spécifique et d’apporter des bénéfices très palpables (du matériel scolaire) à des dizaines d’écoliers, montrant là encore de façon éclatante qu’en aucun cas, l’action de l’Etat ne fut nécessaire pour arriver à ce résultat.

Et alors que ce genre d’aventures humaines se multiplie, que, de façon extrêmement concrète, des centaines de milliers de personnes sortent chaque jour de la pauvreté, on aura à cœur de se demander combien de ces individus auraient pu sortir de la pauvreté plus vite encore si le capitalisme n’avait pas été soigneusement combattu, tant par les Etats lorsqu’ils saupoudrent les actions des uns et des autres de régulations, taxations et interdictions plus ou moins farfelues, que par les individus eux-mêmes lorsqu’ils s’emploient, en utilisant précisément les outils que le capitalisme leur fournit généreusement, à combattre pied-à-pied les bienfaits qu’il apporte.

Souhaitons en tout cas que cette aventure en inspire d’autres, que les Joel du Liberia ou d’ailleurs sauront faire connaître leurs besoins, au travers des technologies qui sont chaque jour plus abordables, aux Ben occidentaux qui pourront les aider dans leurs démarches constructives.

Parce que très souvent, sans l’Etat, ça se passe mieux.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires274

    1. kekoresin

      J’imagine la même chose en France. Preuves de la provenance des fonds. Création d’une assoc loi 1901. Imposition sur les sommes versées. Agrément de l’éducation nationale pour la compétence dans le choix des fournitures scolaires. Professeur refusant le cahier parce qu’il exige des petits carreaux gages d’un avenir radieux pour l’élève…

            1. Pheldge

              là, tu brodes … où-s’que t’as lu que tu manquais ? on attendait le délai normal avant de se partager tes possessions virtuelles, genre , ton accorte assistante 😉

              1. BDC

                Son ex assistante svp, qui va lui piquer une colère que l’avion détourné pour une scène de ménage c’est rien à côté !!! Partir si longtemps de la maison sans rien dire, après tout ce qu’on a fait 😥
                h16free.com/2017/11/03/59484-crispr-cas9-et-maintenant-guerissez-vous-vous-meme#comment-637021
                h16free.com/2017/11/03/59484-crispr-cas9-et-maintenant-guerissez-vous-vous-meme#comment-637079

    1. Calvin

      On est bête : on répond sur le champ aux sollicitations des mails de la DGFIP, et on passe à compter de messages internet faits d’opportunités gagnantes-gagnantes.

  1. Aristarkke

    Et sans taxes ???
    Et sans normes ISO ou CEE + 20 chiffres au moins pour faire sérieux???
    Et sans administration ???
    Et avec du mankagagné à tous les étages (comme le gaz autrefois)!!!

    C’est rien que des craques que vous nous baillez là, Monseigneur !!!
    Cépapossib’ autrement !!!

    1. Calvin

      On peut même dire que ça marche malgré les taxes, normes, administrations, impôts, amendes…
      Et on peut subodorer l’essor de nos semblables sans ces spoliations incessantes des socialistes suceurs de sève.

  2. Aristarkke

    Ben lui propose alors de tenter de prendre des photos avec le téléphone qu’il emploie pour se connecter ainsi sur internet. En substance, si les photos sont bonnes, Ben est prêt à les payer.

    Quel(s) type(s) de photo(s), plus précisément ???
    D’actualités, de faits divers, de people ou de black mambas locales en tenue(s) vaporeuse(s) si diaphane(s) qu’elles en deviennent invisible(s)???

    [on dirait par le saut abrupt, qu’il manque un passage,une phrase de raccord]
    Non ???

  3. Calvin

    Àrticle à lire en complément de celui de Contrepoints (éradication de la pauvreté : l’ONU refuse d’en comprendre les raisons).
    L’anticapitalisme des élites n’est que de la captation des richesses au détriment de ceux qu’ils prétendent aider.

  4. Higgins

    A envoyer à Mélenchon et consort (« le marxisme a ceci de bien qu’il permet aux imbéciles de répondre à des questions qu’ils ne comprennent pas).
    Sinon, je suis triste aujourd’hui. John Hillerman, l’acteur qui incarnait ce cher Higgins, est mort (http:/ /tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/john-hillerman-higgins-dans-magnum-est-mort_5ddd9544-c5e6-11e7-a746-54c3b98d380a/).
    Que vont devenir Zeus et Appolon et qui va s’occuper de la Ferrari de Robin Masters?

    1. Calvin

      J’ai vu oui. RIP.
      Le personnage était excellent en opposition de Magnum…
      Peux-tu garder la Ferrari le temps que j’ai mon permis de conduire ?

        1. Calvin

          Oui.
          Oui aux deux : « aie » et « détraquons l’ancêtre ».
          Plus on fait de fautes et plus il se déchaîne, en attendant, bien sûr, la mise en place de la grammaire inclusive, de l’orthographe évasive et de l’éducation invasive.

      1. kekoresin

        Le temps que tu passe le permis, il te faudra une voiture électrique.

        Sinon triste pour Hillerman avec un petit moment de nostalgie. Pour les dobermans, est-ce qu’ils mangent des inspecteurs du fisc ou de l’UUSS-AF? Si oui je les prends de suite!

              1. Aristarkke

                Cela doit dépendre du prix auquel il les a achetées. Au tarif usine de 87 (2 MF soit 300.000€), il a fait une bonne affaire en multipliant par 3,3 s’il revend actuellement le bolide, dernière création officielle d’ Enzo.
                Mais comme il n’y en a eu que 1.300 produites avec beaucoup plus d’ amateurs (Ferrari se pique de ne vendre ses super-modèles qu’ aux seuls véritables amateurs d’ icelles -comprendre ceux qui font partie des happy-few agréés), il y aurait eu des clients de seconde main jusqu’à 5 MF (750.000€).
                Or, si la fin des années 80 a correspondu à une intense spéculation sur les voitures de collection, il y a eu au contraire une sorte de krach (façon oignons de tulipe) sur ce marché dans les années 90. Évidemment achat au plus haut demande une période faste pour la revente avec bénéf’…
                Maintenant d’ avoir eu les moyens de bloquer 2 F40 il y a 30 ans, laisse entendre qu’il est un SDF, modèle belge…

                1. bibi

                  Le problème de la F40 c’est bien son niveau de production stratosphérique pour une super-car de la marque au cheval cabré. 288GTO 272 exemplaires.
                  F50 349 exemplaires.
                  Enzo Ferrari 400 exemplaires.
                  LaFerrari 500 exemplaires.
                  L’autre problème de la F40 c’est qu’elle n’est pas équipée de V12.

                  1. Aristarkke

                    Il y avait peut-être un niveau des finances assez bas à cette époque de la fin des 80’es ???
                    Notice wiki :
                    « En 1989, un an après la mort d’Enzo Ferrari, Fiat, devenu actionnaire majoritaire, met l’entreprise sous la coupe des « fonctionnaires de Turin ». Cinq ans après, l’entreprise, donnée pour morte, ne vend plus que 2 289 voitures contre encore 4 595 deux ans auparavant. À l’époque, même si les voitures étaient reconnues pour leur « prodigieuse mécanique », leur qualité et leur confort laissaient à désirer. »

                    1. theo31

                      Tout ce que touchent les fonctionnaires devient de la merde sauf le pognon gratuit des autres qui devient vertueux une fois dans leurs poches. Comme je ne suis pas surpris !

                    2. bibi

                      C’est un peu facile d’accuser la gestion de Ferrari par la famille Agnelli d’être responsable de la quasi faillite de la marque après la mort du Commendatore.
                      Si Enzo de son vivant a fait le choix de s’allier à un grand constructeur c’est bien parce qu’il savait sa marque financièrement fragile et soumise aux aléas des résultats en compétitions.

                      Quasiment toutes les Ferrari produites du vivant d’Enzo étaient de prodigieuses mécaniques avec une qualité de finition médiocre et un confort laissant à désirer, c’était de vrai sportives exclusives qui ne pouvaient se mettre dans les mains de n’importe qui, et ce qui a entrainé la chute des ventes c’est la baisse des prix des voitures de collections qui a fait qu’une Ferrari ne se revendait plus au dessus de son prix d’achat.

                      C’est le choix de la famille Agnelli d’avoir nommer à la tête de Ferrari Luca Di Montezemolo qui fut un collaborateur émérite du Commendatore au sein de la scuderia (c’est lui qui allait cherché Nikki Lauda alors obscur pilote payant en F1) qui aura permis le redressement spectaculaire de la marque.
                      Il a aussi réussi le tour de force de faire de Ferrari une marque dont les résultats financier sont maintenant décorrélée de ses résultats en compétitions au point de devenir le constructeur automobile le plus rentable du monde en augmentant la qualité de production tout en conservant l’essence même de la amrque.
                      Enfin sur le plan de la compétition c’est lui qui a ouvert la scuderia à l’international et constitué le trio Todt, Brawn, Schumacher avec lequel la scuderia réussira a damer le pion en F1 aux grands constructeurs que sont Mercedes, BMW, Toyota, Honda, Renault.
                      Son éviction de la tête de la marque au cheval cabré n’est nullement du aux résultats de la scuderia en F1 comme cela fut dit publiquement, mais à son différent avec Marchionne qui voulait augmenter de 33% la production pour la porté à 10 000 par an alors que Montezemolo ne voulait pas dépasser les 7500 et accroitre la personnalisation des véhicules pour augmenter la rentabilité.

                    3. Aristarkke

                      « Si Enzo de son vivant a fait le choix de s’allier à un grand constructeur c’est bien parce qu’il savait sa marque financièrement fragile et soumise aux aléas des résultats en compétitions. »

                      Il a dû se résoudre à vendre 50% de l’entreprise à Fiat en 69 pour retrouver de la solidité financière qui était chancelante depuis quelque années après qu’un premier projet de vente (en 63) à Ford avait avorté quasiment à la veille de la signature…

                      Mais fin 63, la victoire qui fuyait depuis deux ou trois ans, a resouri et jusqu’en 64 avec le titre en F1.

                      Quant à la F1, la Scuderia n’a pas brillé durant la fin des années 60 entre les « errements » d’Enzo sur la typologie des voitures, les progrés des Brittons et l’apparition du V8 Cosworth.

                      Déjà Ford derrière ce coup là…

                      Et ailleurs puisque Ford lui menait aussi la vie dure en endurance avec la GT 40.

                    4. Aristarkke

                      « à damer le pion en F1 aux grands constructeurs  »

                      Un artisan soutenu par un groupe mondial comme la FIAT n’est quand même pas du modèle standard associé habituellement à ce niveau d’entreprise.

                    5. Aristarkke

                      « alors que Montezemolo ne voulait pas dépasser les 7500 »

                      Si on considère Ferrari comme du luxe automobile, c’est Montezomolo qui a raison.
                      Le véritable luxe ne doit pas pouvoir être croisé à tous les coins de rue car c’est aussi la rareté qui dénote le caractère de luxe, excitant le désir d’avoir quelque chose que tout un chacun ne peut avoir, même en y mettant le prix, simplement par une sorte de numerus clausus.
                      Si je ne m’abuse, Montezomolo estimait que c’est Maserati qui devait assurer les « volumes » pour amortir industriellement les coûts de Ferrari.

                  2. Aristarkke

                    Je ne sais pas vous, mais ce n’est pas le détail qui me gêne le plus…
                    Doté des moyens qui vont avec (après le passage de Bercy), je m’en accommoderais fort bien, je vous assure même si cela heurte les aficionados…

                    1. albundy17

                      je n’y connais rien, mais ces bagnoles ont surtout la réputation de fiabilité plus qu’aléatoire, d’une grille de changement de vitesse de merde, de confort du même acabit, et livré avec des boules qui c’est

                    2. Aristarkke

                      Oui, Al.
                      D’ailleurs, quand tu regardes les annonces, elles ne sont guère kilométrées pour l’immense majorité d’entre elles, preuve que ce sont surtout des jouets de vitrine…
                      Les verrouillages de boite manuelle sont très durs, compte tenu des couples à encaisser et à faire passer mais cela doit faire partie de la signature obligatoire.
                      Quant au confort avec une voiture rase-mottes à très hautes performances, ce ne peut pas être du « featherbed ».
                      Il y a dans les environs de mon patelin une F458 gris sombre qui promène de temps à autre mais elle doit littéralement escalader les ralentisseurs à l’extrême ralenti d’autant qu’il y en a au moins trois qui sont hors norme (trop hauts) pour ne pas racler…

              2. Aristarkke

                La 308 GTS de Magnum a été l’ entrée de gamme Ferrari après la Dino 246 GTS…
                Selon LVA, sa cote serait de 110M€ pour un prix il y a 35 ans de 40/45.000€ (mais avec un pouvoir d’ achat très supérieur à l’ époque).
                Mais c’est un modèle de « grande série » à l’ échelle de Ferrari, donc « banal »…

                1. Aristarkke

                  En fait, la cote LVA de la 308 GTS est très optimiste ou correspond à un véhicule neuf de 35 ans encore en rodage.

                  Un coup d’oeil sur le web montre des prix en Grance entre 60 et 80.000€, y compris chez les pros…

                  Alors qu’une Dino 246 GTS (qui est LE modèle qui me ferait craquer chez Ferrari) est, semble-t-il introuvable à moins de 350.000 € et encore…

                  Elle était trouvable à Lille au début des années 80 pour 60/70.000 F soit le prix d’une 323 I neuve… (il y avait alors une concession Ferrari sur le Nouveau Boulevard qui était nouveau depuis un siècle comme aurait dit Marcel Pagnol…)

                  1. albundy17

                    « il y avait alors une concession Ferrari sur le Nouveau Boulevard  »

                    j’ai vécu un peu rue françois de Badts, mon seul locatif, juste à coté, ils faisaient des essais ou des tours de quartiers, enfin, ça passait sous ma fenêtre, bruits impressionnants, trop métallique à mon goût, m’enfin ça reste Ferrari.

                    ça reste aussi juste une bagnole, je ne suis pas très masculin à ce sujet, en fait les véhicules je m’en tape du moment que ça transporte ce dont j’ai besoin quand j’en ai besoin :mrgreen:

                    J’ai un vieux pote qui s’est acheté (étiquette) une 911 (obligé à marcq en boeul) elle pourrit dans un garage depuis 3-4 ans, maintenant il investit dans du sûr, à base de malt à kéko et qu’il me fait partager quand je vais ds le chnord. ça tombe bien je ne pourrais pas financièrement tester ces produits 😀

                    J’aimerais bien m’offrir une bagnole avec un bruit ou tu sais que tu crames trente litres à l’heure, sourd, diesel marin en eau, trident (je ne me rappelle plus la marque), mais faudrait virer les gamins et Peg ne veut pas.

                    m’enfin c’est juste pour entendre un bruit

                    1. Aristarkke

                      La concession était effectivement au 116 de l’avenue de la République, là où il y a maintenant un hôtel.
                      La rue F de Badts était une transversale à cette hauteur.

                  2. bibi

                    Il y a une grande confusion autour des Dino, entre les modèles de compétition qui sont des Ferrari et les modèles de route qui eux sont produits sous la marque Dino qui est la filiale de Ferrari (1968-1986) commercialisant des modèles 6 cylindres tel que les 206GT et GTS (noté ici que contrairement à la Porsche 901 qui finira par s’appeler 911 il n’y a eu aucun problème pour Enzo à commercialiser en France des voitures dont le nom comport un 0 central, il faut dire qu’il a toujours entretenu de bon rapport avec la famille Peugeot, et qu’il possédait plusieurs modèles de la marque au lion), la 246GT et GTS et la 308 GT4 2+2.

                1. Aristarkke

                  Peut-être parce qu’il vaut mieux laisser planer un profond silence sur la traduction de ce mot.
                  Officiellement issu du patois lombard, il signifierait « fabuleuse bête » (avec un sous-entendu sexuel) et aurait été prononcé par Bertone l’ayant aperçue lors d’un essai routier d’avant mise en production, ce qui est du n’importe quoi puisque Bertone a été le carrossier attitré de Lamborghini à partir de la Miura, produite cinq ans avant.
                  D’un article de mes archives de revues automobiles, ce mot serait plutôt issu d’un patois d’Emilie-Romagne, lâché par un essayeur/metteur au point du prototype rétif au sortir d’une séance d’essai, difficilement traduisible qui signifierait quelque chose comme d’aussi aimable que « P…. de B….. de S….. »

                  Bref, nous ne sortons pas du genre un à propos des automobiles (accordées au genre deux jusqu’en 1919)…

                2. albundy17

                  « la Lamborghini s’écrit « Counetache »  »

                  j’ai adoré ses formes, la Diablo moins racée.

                  Sinon il y a aussi des gens qui parlent de chaurizo, et d’autres de pains au chocolat(s?).

        1. Pheldge

          Keko, « est-ce qu’ils mangent des inspecteurs du fisc ou de l’URSS-AF? » je ne pense pas, par contre, le cochon, lui oui ! en plus le cochon, tu peux en tirer profit ! 😀

    2. MCA

      @Higgins 10 novembre 2017, 9 h 20 min

      HS,

      Major, (et tous ceux/celles que ça intéresse)

      Vous aviez dit que ça pourrait vous intéresser, alors je vous communique l’info :

      Les éconoclastes font une conférence le 6 décembre à l’Ecole Militaire de Paris.

      Si le cœur vous en dit, inscription sur leur site avant le 29 novembre.

  5. Aristarkke

    Mélusine chérie : voici quelques zakouski pour entamer ensuite le week-end, l’oeil serein et la conscience satisfaite et béate du devoir accompli :

    Tout commence il y a quelques moiS

    l’intelligence, le matériel et le savoir-faire nécessaireS (les trois en même temps sont indispensables pour aboutir à cette fin heureuse)

    avec les productionS du photographe amateur. (jamais deux sans trois dit le dicton ! 😛

    mûs par leurs intérêts particuliers

  6. Pheldge

    T ‘es terrible Papet, incorrigible satyre libidineux ! faut tout de suite que tu viennes avec tes pensées perverses et malsaines,polluer un billet que il nous en raconte une belle histoire, qu’elle est jolie comme un compte conte de Noël ! 😉

    1. Aristarkke

      Ben quoi ???
      Je fais avancer la connaissance de tous les dessous de l’histoire, non ???
      C’est parce que je t’ai devancé sur ce coup-là que tu regimbes autant ???

    2. Aristarkke

      Je voulais juste vérifier que c’était une histoire que Calvin pouvait lire…
      Américain, producteur, photos,…
      par les temps qui courent, cela peut prêter à confusion, non ???

      1. Calvin

        Tu voulais savoir si Ben, en tant qu’occidental, pouvait être accusé de maltraitance des africaines et proxénétisme virtuel aggravé ?

  7. Aristarkke

    « Joel, vivant au Liberia, qui lui propose non pas d’agrandir l’une des parties de son anatomie  »

    A vous lire, c’est un procédé qui a donc marché au moins une fois…
    Ce ne fut pas trop douloureux ou plutôt agréable ???

    1. Pheldge

      oui, proposer un truc farfelu, c’est possible, ça ne veut pas dire y croire, encore moins l’avoir essayé ! t’es vraiment irrécupérable !

      1. Aristarkke

        Et toi, tu patauges dans la semoule… 😕

        à la différence du galapiat qui a tout compris

        [tu devrais envisager de consulter. Ta vieillitude commence à se faire remarquer… 😉 ]

    2. bibi

      Il y a plein de partie de votre anatomie que vous pouvez faire grandir avec une bonne hygiène de vie.
      En buvant 5 litres de bière de jour au bout de quelques années vous aurez réussi à faire grandir votre foie et votre prostate.

        1. Aristarkke

          Non, là, c’est avec les potions de M. Mamadou, grand mage africain comme le Patron l’imaginait dans son récit, entre deux motos russes à démarrer…

  8. Bonsaï

    « Souhaitons en tout cas que cette aventure en inspire d’autres, que les Joel du Liberia ou d’ailleurs sauront faire connaître leurs besoins, au travers des technologies qui sont chaque jour plus abordables, aux Ben occidentaux qui pourront les aider dans leurs démarches constructives. »
    Ce doit être un test pour le cadeau de Noël, du style faisons connaître les joies du capitalisme aux petits africains qui vivotent encore sur le mode de l’échange néolithique…

    1. Pheldge

      Bin faut espérer qu’il donne de meilleurs résultats que le « faisons connaître les joies de l’internet aux petits africains qui vivotent encore sur le mode de l’échange néolithique… » qui produit des arnaqueurs et autres « brouteurs » à une cadence quasi industrielle ! 😉

    2. Calvin

      Malheureusement, l’Afrique vit surtout et encore trop sur le mode du clientélisme et de l’accaparement des aides mondiales.
      CÇa ressemble plus à l’esclavage antique et aux socialismes et nationalismes modernes.

  9. Stéphane B

    HS: mes condoléances major. lefigaro.fr/flash-actu/2017/11/10/97001-20171110FILWWW00013-l-acteur-john-hillerman-est-mort-a-84-ans.php

    1. Calvin

      Oui.
      Ce Joël, qui va répandre le poison du capitalisme et détourner les gens pauvres de la solidarité mondiale au profit de la charité individuelle, est le pire terroriste d’Afrique.
      On devrait même intervenir au Liberia pour interdire toute émancipation étatique.

    2. Aristarkke

      Ou évasion fiscale vers un paradis du même tonneau…

      (Le Liberia est un paradis fiscal dont l’une des particularités est de ne jamais faire apparaître le nom des personnes physiques sur ses registres du commerce. Le Liberia fait partie des pavillons de complaisance) -extrait de wiki-

      Avec un nom pareil, ce pays est une provocation pour les ministres des finances…

  10. Pat

    C’est aussi grâce au capitalisme que la Chine est sortie de la pauvreté, et que (malheureusement) le Parti Communiste Chinois a sauvé son cul. Cette cohabitation capitalisme-communisme prouve bien que le capitalisme n’est qu’un système économique (et pas une idéologie politique) et qu’à l’inverse le communisme n’est qu’une idéologie politique (de type dictatoriale) économiquement nulle.

    1. Le Gnôme

      Ils peuvent remercier Deng Xiaoping pour qui disait « Peu importe qu’un chat soit blanc ou noir, s’il attrape la souris, c’est un bon chat  » Le chat est bicolore, blanc d’un côté, rouge de l’autre.

    2. Gosseyn

      Un peu short, votre vision des réalités chinoises !
      Pour ne pas dire caricaturale, bien entendu.
      Mais n’est-ce pas souvent ce qui en connaissent le moins qui en disent le plus ?

        1. Gosseyn

          Et vous avez appris votre métier sans jamais aller dans un bureau ou une usine.
          Alors qu’il vous suffisait d’y passer quelque temps pour tout apprendre.
          Mais alors, quel dommage !

          1. Calvin

            Si je peux me permettre, autant vous avez raison sur le fait que beaucoup de gens racontent tout et n’importe quoi sur la Chine, sans même retenir le quart du dixième de leur « essence », autant, sur les mots ci-dessus de Pat, je ne lis que des généralités pleines de bon sens :
            – la Chine est sortie de la pauvreté grâce au capitalisme : OUI
            – le PC chinois a sauvé sa peau : encore OUI
            – le capitalisme n’est qu’un système économique : OUI
            – le communisme est une idéologie politique : OUI
            – de type dictatorial : OUI
            – économiquement nulle : mille fois OUI.
            Après, on parle bien plus de communisme et de capitalisme, plus que de Chine.
            Ce que décrit Pat est aussi bien réel en Inde, en Tanzanie, et, a contrario, nous explique bien l’évolution du Venezuela ou de Cuba.

            1. theo31

              – le capitalisme n’est qu’un système économique : OUI

              Faux : c’est un système juridique de droits de propriété légitimes. Le système économique, c’est le libre marché.

              Petit, faut arrêter d’écouter/lire les conneries des marxistes. 😀

            2. Gosseyn

              Il est toujours possible de généraliser. C’est le principe du condensé. Ce qui ne dispense pas le lecteur de relativiser, face à des affirmations binaires ou catégoriques, souvent peu réalistes.
              En ce sens le court commentaire du Gnôme a un sous-jacent historique bien plus pertinent. Cela oblige à en connaître un minimum, ce qui n’est pas un obstacle en soi.

            3. Aristarkke

              Mais Pat ne raconte pas n’ importe quoi, faisant référence à sa vision en direct live de la Chine des premières années post-Mao…
              Pour être allé à St Pétersbourg, curieusement ne sont montrées aux touristes que les réalisations de Pierre le Grand ou celles de ses successeurs et sont occultées (on en voit quand même, en passant et sans commentaires du guide, des bouts, plutôt des lambeaux à proprement parler) celles du glorieux régime libérateur inventeur du Goulag.

              1. Pat

                Dans ma vision (d’une réalité sûrement caricaturale) de la Chine de cette époque, je n’ai vu qu’une seule voiture (mais beaucoup de deux roues et quelques camions). La voiture (avec chauffeur) était occupée par un officier (certainement de haut rang) de l’armée chinoise.
                C’est sûr qu’il y avait moins de pollution due aux gaz d’échappements (j’essaye de « relativiser »).

                1. Aristarkke

                  Dans la vision de Anihildalgo, ce sont les Chinois à Paris qu’elle veut réaliser: peu de voitures sauf celles de la Nomenklatura et beaucoup de vélos/vélibs…

          2. Val

            Lo Gosseyn je ne comprends pas votre charge contre Pat, d’autant plus que vous n argumentez aucunement sur les points qu’il a évoqués et qui vous chiffonneraient . Alors votre point, à part celui que vous vous posez en expert livresque , quel est il ? PS : en ce qui me concerne je suis allée dans une usine en chine en 89 😉

            1. Gosseyn

              Val, le 10 à 10h22, je ne dis qu’une chose, c’est d’être moins catégorique (au sujet de son précis théorique), les réalités chinoises étant à l’évidence plus relatives.
              Il semble que Pat s’en soit vexé. Le dérapage qui s’ensuit vient de là. Ais-je tort là dessus ?
              Bref, livres ou voyages n’y sont pour rien si l’on soulève un point de bon sens, ou bien est-ce différent sur ce forum ?

              Je n’ai pas non plus exposé la raison de ma reprise des propos de Pat : Capitalisme et communisme sont politiquement intégrés dans ce pays, ce qui est une situation historique tout à fait originale. Souvent mal perçue et mal comprise. Mais nul n’a l’obligation de percevoir cette interaction comme dépassant les clichés, il est vrai.

        1. Pat

          Je pense que l’attaque que j’ai subie était très personnelle (bien qu’il ne me connaisse pas), sûrement suite à des commentaires passés qui n’ont pas dû lui plaire.

          1. Gosseyn

            Grooossière erreur.
            Un, je ne mange pas de ce pain là.
            Deux (miracle!), je dispose d’une bibliothèque de centaines d’ouvrages sur la Chine (étudiés!). Mais pas ceci seulement.
            Ce qui fait que si je continue mes recherches durant un certain nombre d’années, je commencerai peut être à comprendre ce pays et pouvoir avancer le début d’un avis personnel.
            Entre temps, et à forces raisons, les avis péremptoires de gens qui ont tout compris en faisant un peu de tourisme ou à fond dans leur activité professionnelle, eh bien, comment dire …

            1. Aristarkke

              Vous avez choisi de tenter de comprendre la Chine plutôt que les femmes parce que, tout bien réfléchi et toutes choses égales par ailleurs, cela reste plus facile ???

              1. Gosseyn

                Sans hiérarchie ni subordination, pas d’argument d’autorité.
                Sauf pour les post-soixante-huitards qui ont bien intégré ce moyen de subversion (parmi tant d’autres) à même de déporter les débats au profit de leurs visions idéologiques.
                Le factuel et le cartésien n’étant souvent pas très compatibles avec leurs grands-messes révisionnistes.
                Vous en seriez donc ?

                1. Bonsaï

                  « leurs grands-messes révisionnistes. »
                  Vous semblez reprocher au commentateur Sam d’être cartésien, mais votre propre vocabulaire vous dépeint en marxiste grand teint !
                  Comme quoi, on se trahit mieux soi-même…

                  1. Gosseyn

                    Bonsaï, vous commencez par faire un contresens au sujet de Sam (que je charrie un peu !) et vous terminez en me reprochant d’utiliser le vocabulaire adéquat.
                    Vous en déduisez une option politique. Wow !
                    Qu’est-ce que cela aurait donné si j’avais parlé de la pluie et du beau temps ! ?

            2. Pat

              Donc avoir lu des centaines d’ouvrages sur la Chine vous donne la « connaissance universelle » que tous nos dirigeants et universitaires de ces 40 dernières années nous ont fait et continuent de nous faire bénéficier avec le succès que l’on sait. Allez-y, expliquez-nous la Chine, puisque vous êtes omniscient.

              1. Gosseyn

                Je ne puis vous répondre faute de question sur le sens initial de mon commentaire. Il vous pose apparemment un problème (d’ego?).
                Je n’ai pas non plus besoin de vous répondre puisque vous le faites. Mais rien n’indique en ce cas que ce soit pertinent. Mais vous vous y livrez tout en m’abaissant. Paradoxe révélateur. Trouvez ce qu’il révèle en vous. Chan.

    3. kekoresin

      Les chinois ont toujours eu le commerce dans le sang. Le communisme n’est qu’une passade qui perdure grâce aux fonds capitalistes mais qui finira par disparaître. Pour nous la transition risque d’être plus problématique!

    4. theo31

      Le capitalisme remplit le frigidaire, le socialisme le cimetière.

      C’est grâce au capitalisme que des pays ont pu passer la transition démographique sans trop de dégâts en améliorant substantiellement les rendements agricoles.

    1. sam player

      Ce n’est pas une histoire de chance : ça ne pouvait qu’arriver ainsi.

      Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir….
      En d’autres termes… Plus ça rate et plus on a de chances que ça marche…

  11. chbet

    L’origine de cette histoire sympathique, c’est simplement un peu de bonté, d’altruisme etc. Rien à voir avec le capitalisme (enfin, si peu…)
    Sans internet, ce bienfaiteur aurait peut-être trouvé quelqu’un d’autre à aider plus près de lui. Sans internet vous n’en auriez pas entendu parler. Certes, avec 20$ on fait certainement moins de miracles en Occident qu’en Afrique.
    N’avez-vous pas succombé à la tentation de mettre la loupe sur « ce qu’on voit » (enfin… ce que le capitalisme veut que vous voyiez), par opposition à « ce qu’on ne voit pas »? Et qui fait moins de pub à Facebook.
    Le bien ne fait pas de bruit.

    Bon, cela dit, j’aime bien votre blogue!

    1. Calvin

      Ne regardez pas seulement les moyens techniques.
      Pour que Ben aide Joël, il fallait que Ben vive dans une certaine aisance financière (appelons ça une inégalité) et suffisamment de liberté et de moyens techniques.
      Ben s’est d’abord constitué un capital (argent, connaissances, audience) et l’a mis au service d’un autre.
      C’est cela, la magie du libéralisme.

    2. « Sans internet, ce bienfaiteur aurait peut-être trouvé quelqu’un d’autre »
      Mébienssure
      Avec des « si » on met Paris en bouteille. La réalité, c’est que c’est avec internet et le reste que tout ceci a eu lieu. Et que ça arrive de plus en plus souvent 🙂 .

    3. Dr Slump

      Sans parler de l’appareil photo numérique hein… je vois mal comment ce gars en Afrique aurait pu prendre ses photos, les développer et les partager aussi largement avec un vieux truc à péloche… je le vois d’ici chercher un photo-service dans la brousse!
      Et je fais l’impasse sur un paquet de facilités techniques offertes par ces gadgets modernes numériques et informatiques, qu’il aurait très facilement pu utiliser juste avec 20 dollars de pur altruisme, mébiensûr!

      1. Pheldge

        Bah bah bah que t’es défaitiste ! ces mecs là, ils ont inventé la machine à reproduire et multiplier les billets de 500 €, tu cois que c’est un bête développement à 3 bans qui va les arrêter ? 😉

          1. Pheldge

            incroyable ! tu connais pas l’arnaque ? tiens, lis et régale-toi :
            leparisien.fr/espace-premium/actu/l-arnaque-aux-billets-noirs-continue-a-faire-des-victimes-01-10-2012-2193147.php

            1. albundy17

              pitoyable, même moi j’aurais fait la part des choses, celui qui est présenté comme chef d’entreprise, l’article est est lui même une escroquerie.

              Kim jong un (ou deix ?) pourrait très bien fabriquer du dollar, il en est d’ailleurs soupçonné.

          2. Aristarkke

            Le 500€ a toujours cours légal et reste utilisable partout pour te libérer de la dette que tu contractes à l’occasion d’une transaction. Simplement, il est stigmatisé par le délire gouvernemental (c’est une invention grançaise qu’un gouvernement entretienne de la suspicion sur sa monnaie dans le but de faire disparaître le cash). Une banque ne peut te le refuser sauf à prouver qu’il est faux mais il est probable qu’elle s’empressera de le signaler à Tracfin et autres autorités…
            En revanche, il ne serait plus imprimé pour le faire disparaître en douceur…

    4. kekoresin

      Avec le communisme, Joël aurait eu droit à une kalash. Il est indéniable que tout ça est la résultante d’Internet, outil que n’aurait certainement pas été développé par un régime autre que capitaliste.

      1. Calvin

        « Avec le communisme, Joël aurait eu droit à une kalash » sur sa tempe.

        Cette correction s’impose puisque les régimes dictatoriaux prennent tous comme première mesure l’interdiction de posséder des armes, et comme deuxième mesure d’épier tous les citoyens pour qu’ils filent droit.

    5. chbet

      les réponses sarcastiques à mon commentaire sont pavloviennes
      j’espérais les éviter en m’obligeant à écrire « j’aime bien votre blogue! » mais apparemment ça ne suffit pas
      j’ai l’impression qu’il faut faire sa profession de foi pour être admis ici
      comme libéraux, je vous trouve un peu fermés, les gars

      je n’ai pas dit que le capitalisme c’est mal et encore moins que le communisme c’est bien; je dis simplement que cette histoire ne démontre rien des bienfaits du capitalisme, c’est tout!
      on nage ici en plein syllogisme:
      « Ben aide Joël grâce à Internet
      or les capitalistes ont créé Internet
      donc le capitalisme c’est bien »

      mais on aurait pu dire:
      « Ben aide Joël grâce à 20$
      or la FED vomit du $
      donc la FED c’est bien »

      1. a/ Il ne faut pas lire tous les commentaires comme des attaques personnelles non plus (en tout cas, je n’en vois pas).
        b/ Je maintiens qu’il est difficile de ne pas voir l’oeuvre du capitalisme dans cette histoire. Depuis le fait que le Joel dispose d’un moyen d’accès (capitalisme) à internet (capitalisme), en passant par la réalisation d’un livre (capitalisme) payé par crowdfunding (capitalisme), qui lui permet ensuite de récupérer son profit (capitalisme) jsuqu’à en faire don à des enfants, … on voit tout de même pas mal de capitalisme à l’oeuvre. Vous voyez un syllogisme sans voir que ce qui a motivé Joel en premier lieu est bien l’appât du gain, que c’est cette même recherche de profit qui a poussé Ben à faire un livre, par exemple.
        c/ Vous oubliez le troisième élément : le billet montre aussi que la non intervention étatique permet à ces actions d’avoir lieu, et que ce n’est pas l’Etat qui vient en aide à Joel, au contraire.

        1. robert

          Internet est une pièce fondamentale dans votre explication, mais à ses débuts, Internet s’appelait Arpanet et était développé par la DARPA.
          Pas si sûr que la genèse soit bien capitaliste.

          1. Renseignez-vous mieux. La façon dont Arpanet a pu être exploité pour se transformer en internet est purement capitaliste, aucun doute là-dessus.

            1. robert

              « se transformer en internet est purement capitaliste », pas vraiment:

              1973 L’Angleterre et la Norvège rejoignent le réseau ARPANET avec chacun 1 ordinateur.
              1973 Définition du protocole TCP/IP : TCP (Transmission Control Protocol) et IP (Internet Protocol).
              1979 Création des NewsGroups (forums de discussion Usenet) par des étudiants américains.
              1983 Adoption du protocole TCP/IP et du mot « Internet ».
              1983 Premier serveur de noms de sites (serveur DNS).
              1984 1 000 ordinateurs connectés.
              1987 10 000 ordinateurs connectés.
              1989 100 000 ordinateurs inter-connectés.
              1990 Disparition d’ARPANET.
              source wikipedia
              Donc DARPA et universités à la source d’internet.
              ce qui n’empêche pas son essor grace au capitalisme.
              Il arrive, par accident, que les états prennent de bonnes décisions, le reconnaitre n’est pas réduire l’importance de leur ocean d’erreurs et malversations.
              C’est une période que je connais un peu, j’étais à l’époque chercheur en Mathématiques/Algorithmique dans une université parisienne.

          2. Pheldge

            on évitera toute comparaison avec la belle machine créée par notre administration à nous, par décence … oh et puis allez, le MInitel, anybody ? 😀

      2. Aristarkke

        Vous parlez à un moment de ce qu’on ne voit pas. Comme vous ne citez rien, c’est difficile d’avoir la pupille en alerte. Dites-nous donc ce que l’on ne voit pas et qui, forcément est grave pour que la conséquence en soit dommageable pour le débat.

      3. Pheldge

        Le libéral, ou aspirant libéral, ou sympathisant, est un horrible individu, qui dévore du bébé communiste au petit déj ! comme il y a une pénurie de la dite denrée ( c’est normal, chez les communistes, la pénurie, c’est le quotidien …), on se rabat sur ce qui passe, selon l’adage « faute de grives … » 😉
        Cela dit, on accepte le débat, la discussion, faut-il qu’elle soit argumentée …

      4. kekoresin

        Il ne faut pas désespérer chbet et c’est vrai qu’on a tendance à vite sauter sur le bourricot. Le capitalisme est protéiforme et engendre parfois des excès surtout de la part des états. Ce que beaucoup pensent ici c’est que les outils dont on dispose permettent plus d’efficacité que de passer par de lourds mécanismes souvent corrompus. Même les ONG captent une grosse part des dons alors qu’ici deux individus très éloignés géographiquement arrivent à un résultat efficace.

      5. bibi

        Quel autre système de production de bien et de service que le capitalisme permet de pouvoir s’offrir en une heure de travail de quoi acheter une caméra vidéo et de l’envoyer à l’autre bout du monde?
        Ce sont bien les moyens privés de production qui ont permis à un pas riche Ben d’offrir à un pauvre Joel un outil lui permettant d’améliorer grandement sa qualité de vie et par la suite celle de nombreuses autres personnes.

      6. sam player

        Chbet, ne vous inquiétez pas, beaucoup avaient bien compris votre façon de souffler le chaud et le froid dans votre commentaire genre les 2 copines : « t’as pas un peu grossi toi ? Mais tu as bonne mine quand même !  »
        C’est l’appât du gain, pas forcément que financier (ça peut être aussi la liberté, d’où les efforts de guerre), qui nous fait avancer, et c’est ce qui conduit au progrès techno. Il n’y a eu aucune avancée technique dans les pays de l’Est tant qu’ils ont été sous domination de l’URSS : les gens n’avaient aucun intérêt à développer à cause du non respect de la propriété et de la spoliation. Regardez leurs bagnoles de l’époque !

          1. Aristarkke

            Vous n’avez peut-être pas connu vu l’ ancienneté, mais il avait les appareils photo Zenit dont un modèle reflex qui offrait une alternative aux japonais, plus chers mais aussi beaucoup plus avancés et perfectionnés.

          2. kekoresin

            N’oublie quand même pas que la France loue des Antonov pour approvisionner ses soldats en Afrique de l’ouest. Les Soyouz qui emmènent des Pesquet dans la station internationale et accessoirement les ramènent. Y’a aussi la vodka indispensable pour conduire les innombrables T55 encore en service. Hips!

            1. bibi

              Les Soyouz sont un assemblage de fusées V2.
              Mais on peut rajouter à la kalach et au Thérémine les Antonov.
              Qui sait avec les connaissances de l’ensemble des contributeurs peut-être arriverons nous à trouver d’autres choses inventées en URSS qui ont réussi à s’exporter.

              1. Pheldge

                les cornichons ? quand j’étais môme, on m’avait raconté que c’est comme ça que l’URSS payait ses fournisseurs occidentaux ! 😀

              2. theo31

                Ils ont inventé la famine en temps de récoltes records. En 1987, la récolte de blé fut exceptionnelle en URSS mais une grosse partie fut perdue faute d’entrepôts, de tracteurs et de camions en état de marche et de carburant. La France nationale socialiste de Pétain connut la même situation. mais c’est toujours la faute aux méchants capitalistes enjuivés.

                C’est quand même grâce au communisme que le cannibalisme a refait son apparition dans l’URSS de Staline.

    6. Pheldge

      @ chbet : Et voilà, encore un constat des ravages de l’EdNat qui diffuse des idées socialiste depuis 40 ans ! « capitalisme » c’est un gros mot, c’est horrible, pire que la lèpre et la peste réunies. Lui reconnaître des vertus ? pas en France, en tout cas !

    7. MichelC

      Ce que vous n’avez pas vu, c’est que Ben aime gagner de l’argent et NON le détenir. C’est ce que ne voient pas nos polytocards. L’important, pour Ben, est d’entreprendre dans des projets qui réussissent. Pour cela, il a besoin de liberté, vous savez, celle que nos polytocards tentent par tous les moyens de nous confisquer. La liberté d’agir, de communiquer, de prendre une décision, de faire un choix, d’utiliser son temps comme il l’entend, tout ce qu’abhorent nos polytocards. Si Jöel n’avait pas fait l’effort et persévéré, il est probable que Ben aurait été aidé d’autres personnes.

      Conclusion : gagner de l’argent n’est pas un vice mais une vertu. C’est ne rien faire qui est un vice. Et ce ce à quoi nous encouragent nos polytocards.

      1. Pheldge

        Mais ça va pas ? « gagner de l’argent n’est pas un vice », non, c’est pire, c’est une abomination, un crime ! et pour le Pape actuel, c’est un péché mortel, aussi grave que l’émission de CO2 qui ne saurait connaître le pardon ni l’absolution !

        1. Pat

          Michel Rocard (qui, sauf erreur de ma part, est à l’origine de la CSG, minuscule impôt totalement indolore) rêvait d’une société non marchande (parce que le mercantilisme, c’est mal). Dans cette société idéale, tout serait gratuit, et à chacun selon ses besoins. Vous avez besoin de pain, vous allez chez le boulanger, et vous vous servez. Rien à payer. C’est-y pas beau, ça ?

              1. Aristarkke

                Obligation respectée par DSK qui a toujours pensé que les minettes de 20/30 printemps lui tombaient dans les bras et ailleurs tout à fait gratuitement, séduites au delà de toute retenue par sa mâlitude sexagénaire…

              2. Pheldge

                Oui mais dans la société non marchande, on n’achète pas ! donc tu vas voir une escort, et tu gagnes un coup, gratos, parce que ça marche comme ça, sans argent, grâce à l’état qui s’occupe de tout ! 😉

                1. bibi

                  Vous vous offrez les services d’une accompagnatrice parce que vous n’avez pas envie de boire seul votre café, et coup de chance vous êtes tombé sur une nymphomane qui habite juste à côté, et qui vous demande avant que vous ayez fini la première gorgée, si vous n’avez pas envie de la baiser.

              3. albundy17

                « il est interdit d’acheter des services à caractères sexuels. »

                Ha, finalement le soulagement des handicapés dans ce domaine n’est pas pris en charge par la sécu ??

                ça a dû rester dans les cartons

                1. bibi

                  Si les prestataires de services sont des hommes de l’état c’est pas pareil.
                  Tous les jours vous payez les hommes de l’état pour qu’ils vous enculent toujours plus profond, et c’est parfaitement légal, au point que refuser est illégal.

          1. kekoresin

            Rocard avait bien compris que les grenouilles pouvaient se laisser cuire en augmentant lentement la température fiscale. On commence avec un petit 0.3% et on arrive bientôt au point d’ébullition. Peu ont le réflexe de sauter en dehors de la marmite…

          1. Pheldge

            Non, ce Pape est d’abord un coco ! de toutes façons les prélats sud américains, avec la théologie de la libération, sont tous des cocos …

    8. channy

      @Sans internet, ce bienfaiteur aurait peut-être trouvé quelqu’un d’autre »

      Dans ce cas il faut compter sur les hasards de la vie,et c’est pas gagné,disons qu’internet permet à des gens qui ne ce serait jamais rencontré dans la vraie vie tant leur parcours de vie est différent ,de se parler, se connaitre ,de developper autre chose que la taille de leur penis lol…l’aspect intéressant de ce cas c est que Ben a permis à Joel de gagner de l’argent par son travail
      Quand j’ai bossé au Cambodge des belles histoires je peux vous en citer à la pelle, mais toutes reposaient sur la générosité des personnes( souvent des barangs)…certains ont fait en sorte que les choses perdurent..la plupart pour encaisser les subventions avec des projets à la noix comme ouvrir un restaurant « école »au milieu de Stung Meanchey la plus grosse décharge de Phnom penh.. »manger des plats à 10 dollars US au milieu d une décharge fallait y penser!
      Après H16, le capitalisme permet aussi de voyager à prix modiques partout sur la planète et rien n’interdit aux voyageurs d’avoir les yeux ouverts et de regarder le monde qui les entourent au lieu de passer leur temps à faire des selfies qu’ils mettront sur facebook…on peut tout a fait acheter des cahiers, un tableau,des livres à une école qui manque de tout..ou acheter des sacs de riz à un orphelinat, rien n interdit de parrainer un enfant que vous avez rencontrer durant votre voyage ,bien sur cela se fait en votre âme et conscience …

  12. Dr Slump

    Arrêtez tout! A donner l’exemple de bonnes initiatives individuelles comme celle-ci, vous allez donner l’idée à des idiots des illuminés d’en appeler jusqu’à l’ONU pour les bousiller subventionner!
    Chuuuuut! le bien ne fait pas de bruit… eh ouais on en est là!

        1. Dr Slump

          C’est là que Kouchnouille est malin: il utilise les caméras (numériques) pour trimballer un sac de riz devant de pauv’ z’africains :mrgreen:

      1. Dr Slump

        Présenté comme ça, c’est sûr que ça semble idiot. Cela dit, ce serait sûrement plus intelligent d’agir ainsi, sur le même principe qui veut qu’il soit plus utile, pour aider un pauvre, de lui apprendre à pêcher qu’à lui donner du poisson. C’est tout l’exemple donné par cet article.

  13. Theo31

    Pour un soce, il aurait fallu racketter Ben pour filer le pognon à Joël après s’être servi copieusement. Un Africain qui s’en sort, c’est intolérable.

  14. kekoresin

    Je me souviens de mes parents qui allaient en Gambie avec des paquets de fournitures scolaires. C’était bien mais, outre le fait que ça faisait un peu « toi y’en a bon blanc », cela n’était pas à la portée de tout le monde et l’implication était ponctuelle.

    Ici, ce qui est formidable, c’est que cela perdure et que cela n’a rien à voir avec de la charité bien que ce soit charitable. Joël gagne de l’argent qu’il met à profit pour l’avenir des gosses qui sont eux-mêmes l’avenir du pays. Certes c’est modeste mais récurent, et il faut bien apprendre à marcher avant de courir.

    1. Vassinhac

      Ce qui me navre avec ces voyages c’est qu’on crame pour plus cher de transport que de fournitures…

      C’est comme les gens qui font des « défis » (marcher 50 km dans des montagnes loin de chez soi, etc.) pour « soutenir » Oxfam, ce qui consiste à réclamer du pognon à ses connaissances à l’occasion d’une balade entre copains : cela serait plus simple de demander du pognon directement, voire de donner le sien propre (mais pas à Oxfam, pour ce que j’en pense !).

        1. Calvin

          Ce qu’il y a de débile dans cette pubpaganda, c’est qu’après le « clip », les messages expliquant ce qu’ils veulent dire peuvent être modifiés et cela fonctionne :
          « Chaque année, les médias utilisent des subventions et des niches fiscales qui limitent l’entretien et la construction d’hôpitaux… »
          « En finançant les JO en 2024, combien de chambres ne pourront pas être créés ? Combien de malades seront refusés ? »
          Etc…

      1. kekoresin

        Je te parle de ça dans les années 70 et mes parents ne faisaient pas de exprès. Ils voyageaient d’abord pour se faire plaisir mais pensaient ramener des petits cadeaux au passage.

      2. channy

        Oxfam c’est l’ong qui au Cambodge prenait des petits arrangements avec les lois sur la construction afin de ne pas payer de taxes foncière,et ça donnait des leçons aux officiels Cambodgiens, j’avais adoré.

      3. Val

        @Vass +100 sans compter les voyages dits humanitaires qui sont souvent un gros business. Un exemple pris au hasard : ça fait bien sur un CV d’avoir fait de l’humanitaire, c’est un must pour rentrer dans certains facs ou écoles ici ou au UK, US alors les djeunes vont soi-disant faire de l’humanitaire (en fait du tourisme ) dans des structures soi disant humanitaires (en fait des gros fakes pour faire du fric ) on nage en pleine imposture à tous les étages …

        1. @Val : absolument sans rapport, BDC cherche à vous joindre mais je n’ai pas d’email valide pour vous. Pourriez vous me contacter sur mon email ?

    2. bibi

      Il y a des gens qui dès qu’ils sont capable de faire un pas, préfèrent apprendre à courir avant de marcher, car ils ont vite vu qu’ils allaient plus loin et plus vite avant de tomber et que même si la chute faisait plus mal, ils se relevaient tout aussi bien et pouvez recommencer.

        1. bibi

          Cela n’a rien à voir avec le fait d’être philosophe, c’est juste de l’observation, ceux qui vont le plus loin dans la vie sont ceux qui savent qu’ils vont tomber, qu’ils vont se faire mal mais qui auront toujours la force de se relever et de recommencer.
          Ceux qui avancent en marchant par peur de tomber ne vont généralement pas très loin, et la première chute est souvent un coup d’arrêt définitif.

          1. Pheldge

            keko, je sais que le sam, il nous revient en forme, tout guilleret et grivois, pour pas dire franchement libidineux, mais je ne pense pas qu’il évoque ce stylo là ! 😉

    3. channy

      @Je me souviens de mes parents qui allaient en Gambie avec des paquets de fournitures scolaires. C’était bien mais, outre le fait que ça faisait un peu « toi y’en a bon blanc », cela n’était pas à la portée de tout le monde et l’implication était ponctuelle.

      justement Kekoresin le capitalisme,a permis au transport aérien de se démocratiser,les prix ont chuté…comme ceux des fournitures scolaires au passage le mieux c est de parler avec le maitre d école et de voir ce qu il a besoin…ensuite sur le fait que cela fasse « toi y’en a bon blanc » je pense que c est votre point de vue, vos parents pensaient surement le contraire…..après comme vous le dites c est souvent de l aide et de l implication ponctuelle…mais hors ONG ou autres structures étatiques

      1. kekoresin

        En ce temps là, ils avaient besoin de tout. Sur le « toi y’en a bon blanc » ce n’est absolument pas mon avis mais celui que certains pourrait avoir, du genre de ceux qui veulent censurer Tintin au Congo.

        En tout cas je trouve que c’était une très bonne chose. Je pense que s’ils avaient connu internet ils auraient pu faire plus que du ponctuel en étant directement et efficacement reliés avec des connaissances sur place.

        Pour ce qui est du transport, la Gambie n’est, comme à l’époque du reste, pas vraiment une destination phare et cela reste onéreux, mais globalement les trajets sont plus abordables. Je me souviens quand même que dans les années 80 j’arrivais à chopper des billets A/R Paris New York pour 500 balles en stand by.

        1. Aristarkke

          « La Gambie a une économie de marché libérale caractérisée par une agriculture traditionnelle de subsistance et une dépendance historique à la culture de l’arachide. Son commerce d’importation, construit autour de son port, de faibles droits d’importation et de procédures administratives minimales, alimente un trafic vers le Sénégal. Il faut y ajouter une industrie touristique. »
          (extrait de la notice Wiki, section économie)

      2. Aristarkke

        Dans les ONG de bonnes oeuvres, il y a la Fondation Clinton qui ne consomme dans son fonctionnement que 88% de son budget (unité de compte M$, tout de même)…

  15. albundy17

    Amusant, après le léger dérapage budgétaire de 14 milliards pour ces 7 premiers mois, j’apprends que le Sénat va supprimer la hausse de la CSG pour les vioques, encore 5 milliards à trouver sous les sabots

      1. MichelC

        Marrant, c’est le seul endroit, avec le mistral et tramontane ou cela vaut l’os.
        Le problème au bord des autoroutes, c’est les blocs de glaces projetés à quelques centaines de mètres.

        1. albundy17

           » c’est les blocs de glaces projetés à quelques centaines de mètres. »

          Hummm, bloc de glace formés par ces vents glaciaux ?

          par cntre j’ignorai que cela puisse se passer, c’est documenté quelque part ?

          1. MichelC

            C’est un phénomène connu. Par fort vent, la glace ne peut se former, trop chaud, mais plus au nord de la vallée du Rhône, cela peut se produire.

                1. MichelC

                  Et cerise sur la gâteau, plus le bouzin est immense et plus le bloc de glace va loin :mrgreen:
                  Il n’y a pas que les canards à être cible…
                  Des moulins à vents avions, c’est à mourir de rire 🙂

          2. Aristarkke

            C’est un phénomène connu sur les ailes d’avion dans certaines circonstances. mais ils disposent de circuits de réchauffage pour décramponner la glace en formation qui peut augmenter en volume et poids à la façon de la boule de neige…
            Aller implanter un système de réchauffage sur des pales d’hélice, fatalement tournantes, requiert un haut niveau de précision mécanique…

            1. MichelC

              Ces systèmes ne se trouvent que sur le bord d’attaque de l’aile.
              Et encore, cela ne peut être enclenché en permanence. De toute manière à 10000 mètres, aucun problème.
              Sinon, il faudrait embarquer un réacteur nucléaire… comment dire… …

              1. albundy17

                « Aller implanter un système de réchauffage sur des pales d’hélice, fatalement tournantes, requiert un haut niveau de précision mécanique »

                Avec un peu de chance, l’éolienne pourrait être auto suffisante…

                le phéno n’est pas connu que sur les ailes d’avion, on m’a parlé de sonde pito..

                1. Aristarkke

                  La sonde « Tube de Pitot » (du nom de son inventeur français) sert à mesurer la vitesse exacte de l’avion. Son gel fausse la mesure. C’est la cause retenue dans un des accidents d’avion d’Air France…

                  1. MichelC

                    C’est la cause retenue dans un des accidents d’avion d’Air France…

                    C’est l’excuse donnée par AF. En fait la formation des pilotes, copilote en l’occurrence, était plus que médiocre. C’est bien un erreur de pilotage qui a mis l’avion à la mer, la sonde défaillante n’étant que le premier élément déclencheur.

        1. bibi

          Non c’est 5.6 millions le nombre de statutaire dans les 3 fonctions publiques en activité, à cela il faut rajouter les 3.7 millions de fonctionnaires retraités.
          Ca fait donc en gros 9.3 millions d’électeurs qui serait directement impactés par une réforme à laquelle il faut ajouter le conjoint dans le cas ou il n’est pas fonctionnaire, ce qui nous fait au final à la louche aristarkkienne un tiers de l’électorat.

          1. MichelC

            Le pire qu’on on discute avec des personnes d’âge mur, que l’on dit qu’il y a au moins deux fois trop de ponxionnaires, tout de suite on nous répond que c’est pas bien de penser que l’on va les virer sur le champ.
            Comme si l’on était un crétin parce que l’on dit qu’il y en a trop, et qu’il n’y aurait aucune solution autre que de tout résoudre en 5 secondes.

            1. bibi

              Même en les virant sur le champ ce n’est pas pour autant que leur emploi disparait.
              Si par exemple on supprime l’EdNat en un coup de crayon il y a bien 1.1 millions de fonctionnaires en moins mais pas avec 1.1 millions d’emplois en moins, par contre il en va tout autrement avec les administratifs qui font souvent un travail inutile quand il n’est pas contre-productif.

            1. bibi

              URSS 1991 : 293Mhab
              Russie 2016 : 144Mhab
              Il n’y a pas 5 fois moins d’habitant en Russie qu’il y en avait en URSS.

              Le nombre de fonctionnaires en Russie était de 1.16M en 2000, il est passé à 1.65M en 2012 (j’ai pas trouvé plus récents) donc je doute fort que Poutine ait multiplié leur nombre par 3.

  16. simindocht

    Tiens, ça me rappelle une vidéo postée par notre hôte, le billet date du 8 septembre 2011:

    Sinon, on est d’accord que poursuivre des buts « égoïstes », c’est généralement servir l’intérêt général. Les actions collectives soigneusement organisés sont à peu près invariablement contraires à l’intérêt général

Laisser un commentaire