[Redite] L’abandon du régalien et la lente décomposition française

Billet initialement paru le 17.01.2017

Macron est encore frais en poste et il me paraît un peu tôt pour faire un bilan de son action même si on commence à voir s’esquisser quelques tendances qui ne dépareraient pas les quinquennats précédents. Pour vous en convaincre, il me suffira de ressortir un billet qui a tout juste un an et qui viendra très à point compléter les derniers billets de cette semaine…

Ah, que cela fait du bien de savoir que cette France ne va pas si mal, au fond. Regardez, cette année encore, nos politiciens et nos forces de l’ordre ont su contenir avec brio les petits boute-en-trains qui allument des barbecues festifs avec les voitures du voisinage. C’est même Bruno le Roux, l’improbable ministre de l’Intérieur, qui nous le ment avec application. C’est donc que cela est vrai, n’est-ce pas ?

D’ailleurs, tout est contenu. On est passé de 602 « départs de feu » en 2015 à seulement 650 cette année. C’est une augmentation si modeste qu’on peut l’oublier. Presque. Après une rapide enquête, il faut plutôt retenir le nombre de 945 voitures brûlées pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, ce qui marque une belle augmentation depuis 2013. Zut.

Il semblerait qu’en France, il y ait régulièrement quelques soucis à faire respect l’ordre, la loi et de façon plus générale, la conception la plus simple et basique de la sécurité. Pour un État qui se gargarise de sa puissance et qui ne renonce à aucune intervention, et alors que nous sommes en plein état d’urgence, faillir à sa mission régalienne essentielle laisse un peu à désirer.

Notons que la situation n’est pas nouvelle. Notons que ce ne sont pas les dernières décisions de Hollande en matière de justice qui provoquent ces problèmes, et qu’ils ont émaillé les présidences précédentes. C’est bel et bien une tendance de fond.

Tout comme celle qui veut que certains quartiers pudiques pardon sensibles soient maintenant des zones où plus aucun service public ne peut s’opérer sans risquer l’émeute. Plus de police, bien sûr, mais aussi plus de pompiers, d’ambulances, plus de poste, de commerces ou… de transports en commun qui évitent soigneusement ces endroits que la morale socialiste réprouve en les oubliant aussi vite pour éviter d’avoir à les gérer.

C’est ainsi que, pendant la Saint-Sylvestre, certains quartiers de Sevran (vous savez, la ville mise en faillite avec application par Stéphane Gatignon), du Blanc-Mesnil, de La Courneuve ou de Pantin n’ont pas été desservis par les bus de la RATP « par mesure de prévention », indique la prudente régie dont les déficits récurrents ne lui permettent pas trop d’acheter des bus neufs à chaque nouvelle année pour ces « zones émotives sensibles ».

Pour la Socialie, il s’agit d’une mesure de bon sens : par là, des gens brûlent des bus ? Arrêtons des les y faire passer, pardi !

Pour l’observateur lucide normal, il s’agit d’un énième renoncement en rase campagne des autorités qu’on paye manifestement bien trop grassement pour assurer une sécurité devenue factuellement inexistante. C’est encore un pas de plus vers l’abandon de bouts de territoires français sur lesquels on a déjà, petit à petit, vogué de lâchetés en renoncements et en compromissions.

Comme dans une myriade d’autres cas tous aussi déplorables les uns que les autres, on choisit donc encore une fois de taire le problème dans les médias (qui n’osent plus demander ce que font policiers, juges et politiciens dans cette affaire), de le contourner dans la pratique, et ainsi de le laisser prospérer et grossir dans son coin. Tant que le bourgeois votant n’est pas directement impacté (et encore, tant qu’il vote comme il faut), ces problèmes n’en sont décidément pas des vrais.

Malheureusement, de temps en temps, cette étonnante non-gestion des problèmes progressivement plus aigus, à force de pourrir la vie des citoyens honnêtes, finit par coûter la vie à quelques uns d’entre eux. Je me contenterai d’un fait divers sordide et récent, celui du « tueur de la Drôme », le cas consternant d’un récent libéré de prison, instable sur le plan psychiatrique, dont le parcours l’amènera à attaquer plusieurs personnes et en tuer quatre.

Ce n’est bien sûr qu’un fait divers sordide, et il serait idiot d’en conclure que la France est maintenant parcourue partout par de tels olibrius dangereux. Mais malheureusement, ce « simple » fait divers illustre parfaitement ces petits renoncements, ces lâchetés, ces abandons de la force publique face à ce qui va devenir un gros problème avec des morts à la clés.

Incarcéré pour trafic de stupéfiants, le jeune homme est libéré en septembre dernier. Il décide de quitter le foyer familial et se retrouve dans un TGV de la ligne Marseille-Paris. Sans billet, il est banalement débarqué à Avignon. Cela ne l’empêche pas de prendre un autre train (ouf ! Même en état d’urgence, il reste toujours aussi simple de monter dans un train en France), d’y déclencher une altercation (banale) avec des passagers au point d’en forcer l’arrêt à Valence.

Il en sera débarqué vers 22H et récupéré par les gendarmes locaux, qui ne voient en l’espèce qu’une scène banale. Faire arrêter un train, à 22H, et ainsi générer du retard (20 minutes) pour plusieurs milliers de personnes (ce train-là et les suivants), c’est, apparemment, une aventure banale qui ne déclenchera aucune sanction. L’altercation n’était vraisemblablement pas assez violente, et personne n’a porté plainte. Tout ceci est banal. Et puis, les gendarmes ignorent tout du passé (banalement violent) du voyageur sans billet, ignorent aussi qu’il a déjà été expulsé d’un précédent train.

L’homme, déclarant avoir des problèmes de santé et nécessitant un traitement, sera banalement amené par les pompiers aux urgences de Valence, qui ne resteront pas pour s’assurer qu’il est bien vu par une équipe soignante. Il y restera deux heures, mais sur place, personne ne sait banalement s’il a été vu par un médecin. En tout cas, il est parti en volant (banalement) un vélo. Ensuite, notre « pas vraiment fuyard » ira tuer trois personnes à leur domicile (une intrusion, chez soi, un soir de Noël, c’est banal) et une quatrième ailleurs. Enfin, les forces de police ont fini par l’attraper, dans le calme et une piscine de banalité, à la gare TGV d’Avignon le lendemain.

Rassurez-vous : tout comme dans les quartiers impressionnables sensibles, personne n’est, réellement, responsable et on ne pourra reprocher à personne, nulle part, d’avoir failli. Sur le plan du droit, personne n’a fauté. Tout s’est déroulé de façon convenue, calme presque : chacun fut laissé, banalement, à sa non responsabilité de n’avoir très correctement rien fait avec application. Tout comme pour l’absence de réaction rapide devant les Jean du Voyage qui s’excitent sur la voie publique en détruisant des voitures, tout comme chaque agression du quotidien, dont plus personne n’a rien à foutre (que ce soit pour des manants, comme à Lille il y a quelques années, ou pour des députés, offusqués que leur petite importance ne leur ouvre pas plus de droit à la promptitude des forces de l’ordre), tout comme pour tant d’autres affaires, la société française a choisi une voie, très claire : seul l’État sait quand agir, il n’agira que lorsqu’il le jugera bon (et encore) et rien, absolument rien ne pourra passer par le contrôle social, la responsabilisation des citoyens ou leur auto-défense naturelle qui seront durement réprimés.

La défense ne saura jamais être celle du citoyen pour lui-même, mais exclusivement celle des forces désignées pour tout le monde. Et tant pis si ça foire. Le contrôle social naturel, celui qui s’impose dans les sociétés policées, n’existe plus. Il est remplacé par la bonne parole d’un seul canal, les médias officiels, qui désignent par la force des choses ce qui se fait, se dit et se pense.

Le social, de nos jours, ce n’est surtout pas autre chose que l’État.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires31

  1. Le Gnôme

    Là où l’Etat doit être fort et dans son rôle, il est faible et inexistant, mais lorsque son intervention est illégitime, il pèse de tout son poids.

    De reculades en reculades, ça finira en guerre civile quand les gens se révolteront. J’ai quand même de gros doutes sur la capacité de révolte de la majorité silencieuse qui semble afficher une préférence nette à la sodomie plutôt qu’à la révolte.

    1. Stéphane B

      Ouai, du moment qu’ils ont panen et circus, ils ne bougeront pas. Il faudrait vraiment qu’un gros bo.del se fasse jouir pour lancer l’érection du peuple.

    2. Stéphane B

      En parlant de sodomie, le peuple a pris l’érection de l’UE en plein dedans concernant les 100k€ que ceux qui dépensent à tout va sans connaître le mot économie (sauf dans leur titre pompeux) nous ont imposé pour mieux nous voler. Pourtant de mémoire, c’était les premiers à gueuler de plaisir ou de honte lorsque cette sodomie a eu lieu pour Chypre

    3. Aristarkke

      En mai 1789, quand s’ouvrent les Etats Généraux, personne même parmi le Tiers Etat, sauf peut-être quelques excités isolés, façon Mirabeau, ne songe (sérieusement) à une révolution ou un coup d’État. Des remèdes à la santé financière décatie du royaume et des réformes sociétales modérées auraient probablement tempéré les esprits. Or le discours inaugural du Roi (en gros, on augmente les impôts pour passer le cap et on ne change strictement rien à tout le reste pour continuer comme avant) et le discours de Necker qui montre en fait que la situation financière est encore plus dégradée que ce qui était annoncé jusque là, vont vite échauffer les esprits et aboutir à la transformation en Assemblée Constituante. Ce pauvre Louis XVI, mal conseillé, subissant l’ influence frivole de M.Antoinette, va accumuler les bourdes (admettons qu’il n’y avait pas eu le moindre plan B vu la nouveauté de la situation après un bon siècle de pouvoir royal absolu) et ne plus arriver à s’en dépêtrer. Nous connaissons la suite.

      Pour l’ instant, on calme les Grançais à coup d’ élections quinquennales à haute dose où le changement sera invoqué rituellement, tel une divinité ex machina.

      Sauf que le gri-gri fait de moins en moins effet (vu que rien de sérieux ne change sauf l’amoncellement de prélèvements et de vexations infantilisantes) et que les dirigeants sont de plus en plus mal élus en légitimité, même si la pure légalité est respectée.
      Comme en 1788/1789, la classe moyenne est agonie d’ impôts et de taxes qui n’ ont aucun effet véritable sur la situation économique (maudite courbe de Laffer…)
      Pour l’instant, cela tient mais pour encore combien de temps, réellement???
      Les autres révolutions Grançaises ont toutes débutées sous des motifs légers, du style la goutte de trop dans le baril de vexation/spoliation.
      Plus près de nous, Ben Ali, le dictateur tunisien n’ a rien vu venir de la révolte qui l’ a emporté et qui a débuté finalement par une énième et routinière vexation mais cette fois là, de trop sur un vendeur des quatre saisons qui ne cherchait qu’ à nourrir sa famille…
      Tabasser l’ animal est une méthode chérie par de mauvais éleveurs pour le rendre craintif et lui bloquer toute velléité de révolte. Cependant, il faut néanmoins ne jamais acculer l’ animal au point qu’il n’y a plus d’autre solution visible que de faire front et d’ attaquer…
      Il y a suffisamment de cadavres de lionnes dans la savane, écrasées par les troupeaux de gnous qu’ elles avaient trop bien coincés sans laisser les ruminants s’ éparpiller, pour que cette hypothèse reste vérifiable.

      1. carpe diem

        très bonne analyse, mais je pense qu’il faudra des années pour qu’un « désenfumage » de masse incite la populace à se révolter. Le matelas bien douillet du social, l’illusion de la démocratie à travers les élections-spectacles, le poids de l’humiliation et surtout le nivellement;par le bas de l’intelligence et de la compréhension va peser lourd. Mais il suffit d’une petite étincelle, qui sait…

        1. Aristarkke

          Un article sur Contrepoints estime effectivement que le RU participe, comme vecteur important, au matelas douillet du social pour endormir le commun peuple et laisser ainsi la charge du pouvoir aux élites auto-proclamées.

      2. albundy17

        « Ce pauvre Louis XVI »

        Il parait que son bourreau ayant mal placé le Roi, la lame s’est abattue sur l’occiput et qu’il fallu peser à deux mains et de tout son poids sur le mouton pour finir le travail.

  2. Higgins

    Pour les feux de voitures au 1er janvier 2018, on en est officiellement à 1031 vehicules brûlés. Pour les sévices publics (le fait qu’enlever une simple lettre redonne tout son sens à cette notion n’est pas fortuit. Il y a un ordre sous-jacent dans le monde des lettres), ma fille est restée bloquée 1h30 vendredi soir à Montparnasse vers 18h00 car aucun train ne desservait plus les gares qui vont de Vanves-Malkoff à Sèvres-rive gauche (ligne qui dessert Versailles, la N).
    Par contre, emmerder les citoyens sur les routes (80 km/h) pour un bénéfice exclusivement financier, le Leviathan est champion du monde.

      1. Aristarkke

        La neige avec un thermomètre flirtant avec les 10 C a quand même dû paraître un peu trop gros au stagiaire de garde…
        Idem pour les feuilles mortes…

        1. Jeanne ère

          Bof, l’année dernière, le contrôleur en gare d’Angoulême nous a dit que le TGV que nous attendions, venant de Bordeaux vers Paris, avait un retard de près de 40 mn « à cause que les voies étaient gelées » .
          Il faisait 7°C en gare d’Angoulême. Certains voyageurs, fans de Smartphone et autres I Phones ont vérifié : il faisait la même température à Bordeaux….

          Peut être était ce le Réchauffement climatique qui fait geler les voies à 7 ou 8°C?

          1. Le Gnôme

            Les températures sont annoncées sous abri. Avec du vent, elles peuvent descendre rapidement, les journaleux appellent ce phénomène les températures ressenties. Mais de 7 à -2, cela parait difficile.

  3. Duff

    Je suppose que ça a déjà été demandé, désolé pour la potentielle redite du coup. Il me plairait assez d’avoir un lien direct vers le billet original dans le titre « billet initialement paru le » histoire de relire nos commentaires à chaud. Sur un billet qui n’a qu’un an, je ne suis pas trop anxieux mais sur les plus anciens ça peut être fun…

  4. Gosseyn

    Sait-on que le juge alsacien qui a refusé d’instruire une affaire pénale, relative à des faits d’escroquerie en bande organisée, n’a pas été inquiété, malgré une plainte en due forme déposée à son encontre ! ?

    Sait-on que la magistrate lorraine qui a dénié dire le droit dans une affaire relative à la liberté d’expression exerce toujours ! ?

    Sait-on qu’un magistrat parisien, auquel ont été apportées les preuves de la participation à des escroqueries d’un expert auprès de la Cour d’appel, n’en a pas tenu compte ! ?

    Sait-on qu’un ministre de la justice a failli à son obligation de respect de l’Ordonnance de 1958 ? Qu’il s’en sort sans suite ! ?

    Sait-on que les commissions disciplinaires du Conseil supérieur de la magistrature refusent systématiquement d’appliquer l’article 43 relatif à leur statut, de façon à n’incriminer aucun magistrat s’étant opposé à l’application de la loi ! ?

    Sait-on que le Président de la République et gardien de la Constitution a bafoué son article cinquième, vu les errements judiciaires constants qui dérogent au Traité de l’U.E., auquel sont statut imposerait d’y remédier ! ?

    Sait-on combien de parlementaires sont, de fait, receleurs de délits pénaux, dès lors que les réponses gouvernementales à leurs questions écrites sur ce sujet sont hors-la-loi et sans suite de leur part ! ?

    Sait-on la quantité invraisemblable de jurisprudences de règlement, toutes contraires aux lois et aux règles européennes, ont été et continuent d’êtres produites par nos si indépendants magistrats ! ?

    Sait-on combien de professionnels ont pignon sur rue, en toute impunité, alors qu’il est de notoriété publique et su de longue date que ce sont des délinquants confirmés ! ?

    Sait-on que le Conseil Constitutionnel produit et couvre des lois inconstitutionnelles, sans réaction aucune de nos  »grands » juristes et constitutionnalistes ! ?

    ETC.

    Silence et collusion médiatique en prime !

    Dormez, bonnes gens, l’État veut votre bien, par tous les moyens … et tout ceci lui sert !

    Alors, les voitures brûlées, dont une partie pour escroquer les assurances … Comment dire … ?

    1. Aristarkke

      Une voiture brûlée au cours d’ émeutes ou d’actions populeuses concertées n’ est pas indemnisable par la police d’assurance… Mais encore faut-il savoir lire…

      1. theo31

        Ensuite, ça dépend du contrat d’assurance. Comme la France détient le record mondial annuel de voitures brûlées (45 000), les compagnies doivent faire des pieds et des mains pour minimiser les coûts.

      2. Gosseyn

        La question n’est pas là. Sans parler des embrasements isolés hors toute action délictuelle repérée.
        Non, le problème est qu’à partir du moment où les élus, énarques, magistrats, et autres notables ont cessé de respecter la loi ou cessé de la faire respecter, par esprit de lucre ou idéologie subversive, tout cela se comprend au moins intuitivement : Laxisme généralisé par perte des repères moraux ou de la confiance dans les institutions.
        À peu près toutes les conséquences négatives pour la vie en société en découlent. La somme des incivilités et de toutes les violations de la loi en une seule année pèsent autrement plus lourd que 1000 voitures brûlées !
        Je m’étonne donc de la limitation de votre reprise de mes apports. Ne l’aviez-vous pas vu comme cela ?

          1. theo31

            N’empêche qu’il suffit de passer cinq minutes dans un TASS pour constater que les lois et la constitution de 1789 sont piétinés à mort et que des assesseurs ont la permission des juges pour menacer de mort des justiciables.

          2. Gosseyn

            Venant d’un conjoint de … (rappelez-moi voir, juste pour rire !), je ne suis pas surpris !
            D’autre part, votre remarque mi excédée, mi provocatrice, ne me fera délivrer aucun nom. Désolé, je ne carbure pas ainsi !

            Par contre, je puis rallonger la sauce, à votre guise :

            1 – Un blog très technique fournit les dispositions pratiques aux victimes de certaines de ces avanies, pour saisir la Commission Européenne, étant donné les obstructions judiciaires aux lois en leur faveur, que leurs avocats ne parviennent à surmonter.
            Victimes qui se comptent par milliers. Toutes paranos ? Or je vous précise plus haut qu’un black-out règne sur ce genre de dérives …

            2 – J’ai obtenu une (très) longue liste de magistrats ayant dérogé aux articles 321-1 et 432-1 du code pénal, dans l’exercice de leurs fonctions. Composée par des paranoïaques, aussi ?
            Ces manquements sont compatibles avec l’État de droit ?
            Vous balayez ce propos sans savoir de quoi il retourne ?

            Cela vous convient-il ? Je ne pense pas. Alors, faites comme moi : je n’ai pas souhaité m’occuper de ces affaires et elles existaient avant que j’en sois informé. C’est à leurs auteur d’assumer.

  5. Rooster en (carton) pâte

    Bonjour ici,
    Je vais être un peu HS mais j’arrive tard pour la charrette sur le dernier billet parlant du Bite-truc.

    Alors voila, ayant raté le train de la bite-machine il y a quelques années, j’ai voulu le reprendre en marche en début d’année. Cependant la démarche était « travaux pratiques ». Un peu dans l’idée « l’essayer c’est l’adopter » … ou renoncer.

    Armé d’un billet de 100€ (un slip ou deux…) en cash bel et bien anonyme j’ai acheté une Paysafecard tout aussi anonyme mais dont j’ai du créer un compte utilisateur pour en user :/

    Je me suis rendu sur le site VirWox pour y acheter des SLL bien virtuels que j’ai « tradé » (mort de rire) contre « des » BTC.

    Riche de 0.0056 satoshis de cette virtuelle monnaie mondialement controversé, mais si chaleureusement vanté par Nabila chérie, j’ai ouvert un Wallet (je pense, là, à vénilia, les papier peint, et je sais pas pour quoi…) et après avoir ouvert un compte sur Cryptopia@nouvellezélandeuh j’ai pris une/un altcoin un peu au pif. Disons celle qui venait de faire 1400% de up et qui replongeait bien.

    Jusque la tout va à peu prés bien, je rattrape le train 😉 Sur un investissement de plus ou moins deux slips il m’en reste plus ou moins un (145 FRC). Sauf que le coin en question semble faire coin-coin.

    https://www.cryptopia.co.nz/Exchange/?market=FRC_BTC

    Alors,

    1) Que penser de Cryptopia ?
    2) Que penser de Fire Rooster Coin

    Évidement j’ai entrepris ce voyage en terre inconnue sans parler une bribe du langage de l’empire, pas même le globish ou le franglais. Ça aide pas :/

    Je précise que mon souhait n’est pas de sauver mes slips. Mon « entreprise » était bien « travaux pratiques ». Sur la base de cet expérience pratique me voila riche d’enseignements… et de questions 🙂

    Si une âme charitable parle la langue des sauvages, connaît le site de trade sus-cité et mieux encore connaît FRC je serai pas fâché de comprendre pourquoi je suis pas devenu milliardaire… accessoirement ;-/

    Bien @ vous tous. C’est un plaisir de vous lire

    1. Flaghenheimer

      Si vous voulez parier sur une crypto monnaie je vous conseille de vous renseigner au préalable.
      Pour les sites de trading il faut comparer les frais. J’ai lu qu’acheter des BTC sur coinbase puis les échanger sur bittrex/binance était une bonne solution, je suis en train de tester ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.