SNCF : la belle assurance de Pépy

Cela fait maintenant trois semaines que la SNCF et la France avec elle subissent la grève perlée mise en place par une minorité de salariés qui visent essentiellement à empêcher toute évolution de leur entreprise. Cependant, à mesure que les jours chômés s’accumulent, les effets collatéraux de cette action syndicale commencent à se faire sentir…

Et alors que, au 3 avril – date de début des hostilités syndicales envers le petit peuple travailleur – rares étaient les articles de presse qui relataient l’agacement pourtant sensible d’une partie croissante des Français lassés de payer toujours plus cher un service toujours plus médiocre, on voit à présent apparaître plus facilement quelques remontées d’information nettement moins unanimes sur le soutien des usagers à ces revendications cheminotes.

La grogne devient palpable : assez logiquement, de nombreux abonnés SNCF réclament un dédommagement pour les jours de grève et plusieurs pétitions à ce sujet circulent sur les réseaux sociaux. Parallèlement, le tourisme pâtit directement de l’absence de préavis de travail d’une certaine partie mécontente de salariés SNCF.

Eh oui : si la grève de 1995, habilement placée entre les vacances de Novembre et celles de Noël, avait bien fonctionné grâce à une propagande assez consternante des médias subventionnés, il en va quelque peu différemment actuellement alors que les réseaux sociaux d’un côté et le calendrier de l’autre ne jouent guère en faveur des grévistes. De Facebook à Twitter, de pétitions en sites dédiés, certains clients de la compagnie nationale de trains ne se gênent pas pour faire connaître leur désaccord de plus en plus profond avec ce qui apparaît de plus en plus comme des revendications d’enfants gâtés, et ce d’autant plus que ce sont bel et bien les travailleurs les moins privilégiés qui subissent le plus fort préjudice de cette action syndicale particulière.

Ce mouvement finit par coûter très cher aux individus les plus pauvres dont le temps et les moyens sont les plus limités pour gérer les conséquences lourdes de cette grève sur leur vie quotidienne. Malgré l’affichage prétendument solidaire des grévistes, peut-être cette hypocrisie de plus en plus flagrante finit-elle par lasser certains cheminots ?

En tout cas, force est de constater un léger essoufflement du mouvement : au lieu de s’amplifier comme pourrait le faire croire une hypothétique convergence de luttes disparates avec Air France (elle aussi parcourue d’inévitables spasmes syndicaux), le trafic tend à s’améliorer malgré l’obstination de certains à vouloir bloquer le pays. Même Air France compte assurer 75% de ses vols.

Dans ce contexte, on ne sera cependant qu’à moitié surpris d’apprendre que la grève, destinée à s’étendre mollement jusqu’au début du mois de Juin, soit à présent prolongée jusqu’en août : l’impact n’aurait finalement été que bien trop faible pour pouvoir décemment parler de rapport de force favorable aux organisations syndicales pour s’arrêter en juin. Le fait d’étendre ainsi les actions de nuisance permet essentiellement de continuer à montrer ses muscles à peu de frais. Après tout, on peut obtenir une paralysie décente ou des tracas notoires même si une minorité toujours plus petite de salariés s’arrête de travailler, à condition de choisir les postes clés.

Guillaume PepyDe son côté, et comme à son habitude, Guillaume Pépy, l’actuel patron de la société publique massivement endettée, s’est à la fois montré rassurant et parfaitement à côté de ses pompes : pour lui, les prochains jours de grève se passeront bien. La fin de l’année scolaire, avec ses semaines d’examens et d’étudiants en voyage pour passer leurs concours, sera largement prise en compte par la SNCF. Quant à l’été, il ne sera pas copieusement saboté par l’amicale syndicale de la SNCF.

Lors de l’émission Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le patron de la SNCF a ainsi sorti, avec son regard bien droit fermement planté dans l’oeil gauche de son interlocuteur que, je cite :

« Il n’y aura pas de grève cet été car les cheminots sont des gens responsables. (…) Personne n’admettrait qu’un jeune qui se présente à un examen le rate parce qu’il est arrivé en retard »

Ah, il n’y a pas à dire, lorsque le grand chef de la SNCF s’exprime sur la belle responsabilité des cheminots, c’est vraiment trop mignon.

Le plus intéressant est sans doute qu’il a globalement raison : la grosse majorité des salariés de cette entreprise sont bel et bien des gens tout ce qu’il y a de plus responsables et de parfaitement professionnels. À ce titre, Pépy ne fait pas réellement un pari risqué en imaginant que ces derniers, dévoués et travailleurs, feront tout ce qu’il faut pour qu’en effet, les étudiants parviennent à leurs examens et que l’été ne soit pas qu’une longue litanie de plaintes de touristes perdus en rase campagne.

Malheureusement, il en va autrement de ceux qui font effectivement la grève. Il y a en effet comme un léger écart entre ceux qui font vivre (ou survivre) la SNCF au jour le jour et ceux, nettement moins nombreux mais bien présents, qui sabotent consciencieusement tous les efforts faits par les autres pour ramener l’entreprise à proximité de la rentabilité et d’un service décent.

Il suffit pour s’en convaincre de regarder la proportion réelle de grévistes sur l’ensemble du personnel pour bien comprendre les rapports de force en présence :

Comme on peut le constater, quel que soit le jour de grève, ceux qui ont décidé de rester chez eux sont toujours minoritaires par rapport au total des salariés de l’entreprise (on ne dépasse jamais les 40%). Le bilan reste cependant sans appel : bien qu’une très grande majorité de Français se prononce régulièrement en défaveur de ces mouvements sociaux à répétition, bien qu’une majorité même des salariés de l’entreprise refuse d’entrer en grève, l’entreprise se retrouve régulièrement presque totalement paralysée.

Dès lors, l’assurance de Pépy semble extrêmement fragile, d’autant que ceux qui refuseront de travailler sont aussi connus pour ne pas se contenter de regarder les autres faire, mais aussi pour activement empêcher leurs collègues d’exercer leur mission. D’intimidations en pressions plus ou moins fortes, on sait que le gréviste syndiqué saura se faire comprendre de ses camarades pas forcément d’accord mais finalement eux aussi grévistes, par la force des choses.

Dans ce contexte, difficile d’imaginer que les services de la SNCF seront correctement rendus, même pendant la période d’examen, même lors des ponts de Mai, même pendant les vacances, même si l’intérêt collectif (dont se gargarisent pourtant ces syndicalistes hypocrites) commanderait une autre attitude.

Combien d’étudiants devront subir un échec à cause de ce noyau dur de grévistes jusqu’au-boutistes ? Combien d’entreprises, dépendantes d’une façon ou d’une autre des services du rail français, devront mettre la clé sous la porte suite à ces grèves de 2018, générant combien de chômeurs ? Combien de touristes ne reviendront plus en France y dépenser leur argent après avoir été abandonnés au milieu de nulle part avec une petite bouteille d’eau ou un sandwich ridicule en guise de seul dédommagement ?

De la même façon, et alors que chaque jour de grève coûte 20 millions d’euros à l’entreprise publique (donc au contribuable, qui éponge toujours au final), on pourra encore une fois se demander si l’assurance de Pépy au sujet du non-paiement des jours chômés se conservera à mesure que le mouvement perdurera.

Devant ces constats, on en vient à espérer que Macron et son gouvernement jouissent, pour une fois, d’un contexte différent et retrouvent une paire de gonades qui a trop souvent manqué à tous les précédents dirigeants. Pari éminemment risqué qui vaut bien celui de Pépy.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires119

  1. Aristarkke

    Tant qu’elle n’aura pas croulé ou qu’elle n’aura pas été privatisée réellement, ce cirque continuera à chaque occasion…

    1. albundy17

      Un jouuuur, son Prince viendraaaaa, un jouuuur, il nous diraaaaa : Bon je prends la boite pour l’euro, exemptée de dettes dont vous faites votre affaire, associé à un allègement de charges patronales.

      La semaine dernière il y eut un mouvement de grève rassemblant pas moins de 10.000 infirmières, au Zimbabwe délimité géographiquement par ce fleuve leitmotiv de l’ADP.

      Toutes virées !

      1. Citoyen

        Même à un euro, pas sûr que ce soit une affaire …
        Il faudrait commencer par virer tout le personnel … qui serait d’un coût astronomique …

        1. Hussard Bleu

          Ca tombe bien, mais il faut dire que j’ai toujours eu le sens de l’opportunité en matière économico-politique.

          Il s’agit donc de la question 2 du Test QCM sur le Libéralisme (la question 1, je le rappelle concernait les « Retraités ») et cette question 2 est la suivante :

          Dans le cadre du Service Public, et donc essentiellement de la SNCF, en cas de grève bloquant le pays, seriez vous favorable, touchant ces « certaines catégories de Personnel » à

          1/ rétablir le supplice de la roue, en jouant pendant l’exécution
          youtube.com/watch?v=5hid10EgMXE

          2/ peut-être un brin exagéré, la roue : il me semble que le pilori et l’estrapade serait sans doute suffisants

          3/ moi, j’aime bien la Bête Humaine, et je pense que M. Pépie dans une Vierge de (chemin de) Fer, hé bien, n’est-ce pas, hein ?

          Je rappelle également le scoring sur les 50 questions :

          à 50 de score, on est un vrai Libéral ;
          à 100 : bon, ça passe, mais only just, hein?
          à 150 : je ne savais pas que vous viviez en Corée du Nord !

          Il est vraisemblable que Sam totalisera 49, sans même tricher…

          1. René-Pierre Samary

            Les « certaines catégories » doivent devenir incertaines. Invisibles. Indéterminées. Insaisissables. Pulvérulentes. Atomisées. Façon puzzle.
            La roue ou le pilori démembrent. C’est insuffisant. Je suis pour leur réduction au niveau sub-atomique.
            J’ai combien ?

          2. Vampirella

            Bah oui trop facile ! 49 pour Sam et Vampirella, vu que la question 2 est la même que la 1ère … les droitzàqui n’est-ce pas ? 😉

        2. Aristarkke

          Tout le personnel, peut-être pas car il y a quand même une part de non-grévistes.
          Mais un bon tiers, pour commencer, sûrement…
          Histoire de marquer le coup

      2. Aristarkke

        Toutes virées ???
        Quand même pas celles réservées et attachées au service de la caste dirigeante de cet affligeant pays???

        Le déc….age, cela va un peu mais faut pas trop pousser non plus…

  2. Le Gnôme

    Des syndicats responsables ? Allons, soyons sérieux, pas en France. Un patron de la SNCF responsable, certainement pas en France.

    Nous sommes un pays de phraseurs, la réalité économique nous est inconnue, et c’est pour cela que nous allons droit dans le mur.

    1. WorldTour73

      Un President de la République responsable? Non plus. En fait, il ya que les nazis et les liberaux qui sont responsables de tous les maux dans cette Republique d’opérette.

  3. Aristarkke

    « rares étaient les articles de presse qui relataient l’agacement pourtant sensible d’une partie croissante des Français lassés  »

    Nos télés-pravda se font un devoir de ne montrer que des usagés contents, ravis, d’être obligés de prendre des solutions alternatives.
    A se demander pourquoi, vu leur nirvana, ils prennent le train les autres jours « normaux »…

  4. Aristarkke

    « au sujet du non-paiement des jours chômés »
    Rarement mis en place r é e l l e m e n t en dépit des rodomontades convenues lors du mouvement.

    1. Stéphane B

      Et quand la SNCF veut le mettre en place, elle se retrouve devant le trinunal
      lefigaro.fr/flash-eco/2018/04/23/97002-20180423FILWWW00139-la-cfdt-cheminots-va-assigner-la-sncf-en-justice.php

    1. Pythagore

      Effectivement, il semble que seul le mot réforme suffise à déclencher des grèves. Qui se souvient encore du contenu de la réforme, y a t’il encore un contenu ??

    2. Le Gnôme

      Les cheminots sont semblables à la vielle noblesse d’Ancien Régime qui voulait la perpétuation de ses avantages acquis et que ceux-ci soient héréditaires.

      1. Gosseyn

        Ce n’est pas le sujet, me direz-vous, mais il existe des castes héréditaires de fait et plus ou moins par statut : Les hauts fonctionnaires, les notaires, la magistrature, les huissiers …, dont l’origine se situe dans le droit napoléonien.
        Mais j’ignorais que le statut des cheminots y figurasse.

        1. Aristarkke

          Figurer = verbe du 1er groupe tout ce qu’il y a de plus standard

          Donc : « y figurÂT »

          (mais que tu y figurasses aurait été correct)

            1. Pheldge

              le Major, un ancien de l’armée des Indes, nous dirait tu y fis Gujrat … D’ailleurs je crois qu’il est en ce moment en train de chercher un nain pacifique, car il n’arrête pas de dire « où t’as mis, le nain doux » 😉

              1. Stéphane B

                Tant que ce n’est pas le saint doux en disant: « je te la mets après le saindoux »
                Vve le sein doux caressé avec du saindoux !

            2. Aristarkke

              Reprenons en détaillant le propos à l’évidence fort (et trop) concis :

              mais [si vous aviez écrit] « que tu y figurasses », [cela] aurait été correct [par rapport à la conjugaison de l’imparfait du subjonctif].
              Cela vous convient-il mieux ???

          1. Aristarkke

            Mais sous Napoléon III, déjà un bon paquet d’iceux, employés par des sociétés privées du rail avec déjà de confortables avantages pour le personnel roulant (mais le boulot était dur sur les locomotives à vapeur de cette époque)

            1. Pheldge

              Papet, à cette époque, les « avantages » c’était pour motiver et garder le personnel qualifié, trop rare, loi du marché …

  5. Lorelei

    Pour paraphraser Coluche, « quand on pense qu’il suffirait que plus personne n’achète de billet SNCF pour que ça ne se vende pas… et que l’entreprise fasse faillite définitivement »

    1. Aristarkke

      Même pas sûr qu’elle fasse faillite, l’Etat se faisant une obligation annuelle de combler les pertes quelles qu’elles soient.
      Et comme le prix du billet ne couvre déjà pas 100% des coûts…

  6. Gerldam

    Deux petites remarques: il me semblait que la grève perlée consistait à appliquer toutes les règles de façon à ralentir considérablement le service public, comme le douaniers -qui n’ont pas le droit de grève- quand ils fouillent toutes les valises et tous les sacs, conduisant à des queues interminables.
    Ensuite parler « de pauvres gens qui paient toujours plus cher un service de moins en moins bon », il convient de rappeler que les billets des franciliens sont payés pour une large partie par tous les français, qu’ils prennent le train ou non. En réalité, le prix du billet devrait être sensiblement plus élevé s’il n’était pas subventionné, c’est à dire si c’était une entreprise privée qui rendait le service.

    1. – La définition que vous avez de « grève perlée » correspond plutôt à la « grève du zèle ».
      – ce sont bien les pauvres qui sont obligés de prendre les transports en commun. Et le peu qu’ils paient est encore trop cher pour un non service (indépendamment du fait que le delta est pris en charge par tout le monde).

      1. Adolfo Ramírez Jr

        Les pauvres de province qui n’ont pas de transport en commun paient 200% de taxes sur leur gazole pour subventionner les transports en commun de grandes agglomérations qui ne leur bénéficient jamais

      2. René-Pierre Samary

        Oui, et je préciserais la notion de « non service », qui semblera abusive – car il arrive que les trains partent, et arrivent à l’heure !
        Il y a non service quand celui-ci devient aléatoire. Quand j’achète un billet de train, ou d’avion, ce n’est pas un billet de loterie. Je dois avoir la certitude, la certitude quasi absolue, que j’obtiendrai ce pour quoi j’ai payé. Je n’achète pas seulement un transport, j’achète une garantie – sur laquelle je fonde un certain nombre de projets.
        Si la garantie n’est pas totale, j’achète un non-service.
        On peut étendre ce principe à l’État. Par le paiement d’impôts, j’achète la quasi-certitude que l’État remplit un certain nombre de devoirs envers moi. Qu’il soit admis qu’il les remplisse de manière aléatoire devrait pouvoir me dispenser d’acheter le « produit » État.
        En achetant à un instant « T 1 » un service qui ne sera fourni que de manière improbable à un autre instant « T 2 », ce à la discrétion du vendeur, je n’achète rien, en réalité, si ce n’est qu’une possibilité – et ce n’est pas ce pour quoi je paie.

  7. Pencilivy

    Quelle jolie perle que celle des cheminots responsables. On dirait la même faille spatio-temporelle où Macron avait dit aux autres pays « la France aime le risque »…
    Ils devaient être dans la même classe de français avec langue-de-bois en LV1 pour sortir ça. On ne dit pas « son propre nombril », on dit « service public », ça aussi, ça sonne mieux.

    1. Pythagore

      Lire le decodex, où le lecteur apprend que:
      « Cette prime n’existe plus depuis les années 1970 et la fin des locomotives… à charbon. La dernière a roulé en 1974, laissant la place à ses consœurs roulant au diesel puis à l’électricité. »
      .
      Par ailleurs:
      « Le cheminot peut certes partir à la retraite plus tôt que la majorité des employés français, mais il cotise davantage (7,85 % de cotisations pour le régime spécial, contre 7,05 % pour le régime général) et touche une retraite minorée (par rapport au taux plein) selon le nombre de trimestres cotisés manquants (166 pour tous les salariés). »
      .
      lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/06/18/prime-charbon-prime-pour-absence-de-prime-les-legendes-urbaines-de-la-sncf_4439497_4355770.html
      .
      Alors que le decodex FI, nous apprend que:
      « La retraite à 52 ans est uniquement pour les conducteurs de trains. Les sédentaires en revanche, et ils sont nombreux, doivent attendre 57 ans. Quant à la pension de retraite, le statut prévoit qu’elle s’élève à 75 % de la moyenne du salaire des six derniers mois de carrière. Pour le régime général, la retraite est calculée en se basant sur la moyenne des 25 meilleures années de salaire et c’est 50% de cette moyenne. »
      .
      Zuuuuttt, les decodex ont pas l’air d’accord!

      1. Pythagore

        Decodex FI: francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-retraites-billets-gratuits-prime-charbon-ces-idees-souvent-fausses-que-l-on-entend-sur-les-cheminots_2665032.html

      2. Aristarkke

        A-t-elle été réellement supprimée ou n’a-t-elle subi qu’une simple redénomination ???
        Parce qu’en Grance, une prime séculaire qui disparaît pour de bon, comment dire… c’est comme le beurre en broche…

        1. Pythagore

          Pas facile de savoir quelles primes existent. D’après la directive RH0001:
          .
          « Les agents de la Société Nationale des Chemins de fer Français reçoivent une rémunération
          mensuelle se composant :
          a) d’un traitement ;
          b) d’une indemnité de résidence.
          En outre, ils bénéficient :
          c) d’une prime de fin d’année égale à une mensualité (a + b), faisant l’objet d’un versement
          unique.
          Le montant de ces éléments correspond à un régime de travail établi sur la base d’une moyenne
          de 35 heures par semaine.
          Il peut s’y ajouter :
          – des primes de travail ;
          – des indemnités tenant compte de certaines sujétions particulières ;
          – des gratifications ;
          – des allocations attribuées à titre de remboursement de frais. »
          .
          Pour savoir exactement quelles sont les primes, il faudrait avoir accès à la procédure TT0009 que je n’ai pas trouvée sur internet.
          Il semble qu’il y est une prime de parcours et une prime complémentaire..

          Quelques élements de comparaison par rapport à d’autres pays:
          fr.myeurop.info/2016/06/14/les-cheminots-fran-ais-sont-les-plus-favoris-s-d-europe-14580

          1. Pheldge

            « Il semble qu’il y ait » merci de nous ménager le Papet ! 😉

            Ceci étant, si on gratte, à la Sécu, il y a une « prime de rendement » à ce qu’on m’a dit , alors, tant qu’à faire …

        2. Pythagore

          Un peu vieux, le document, mais voici un « résumé » du système de prime. Rien qu’en simplifiant, la SNCF pourrait probablement réduire les HR de 50%. Les syndicats ont l’air de militer pour la simplification d’ailleurs. Peut-être y aurait-il eu matière à négocié pour nos huiles fines du gouvernement ?
          Tout calculé au centime près, des Enarques à la manœuvre probablement.
          Rigolo: la prime de présence au-delà de 3 heures.
          .
          unacfo.free.fr/tacts_divers/2010_01_20.pdf
          .
          Y’a aussi les indemnités:
          sudrailpse.org/site/wp-content/uploads/2015/02/brochure-indemnit%C3%A9s-2015.pdf
          NB: désolé pour les sources un peu subversives.

        1. Lorelei

          @Gosseyn. Ils ont même des repos avant et après les vacances.
          Deux de mes beaux-frères travaillent à la Sncf. Un roulant et un « rampant ». Il vient de prendre sa retraite, un peu avant ses 57 ans après 36 ans de travail à la sncf, dont au moins 3 en mi-temps thérapeutique. il doit percevoir environ 1400 €. l’autre me dit qu’il sera en retraite à 53 ans et 4 mois avec environ 2200 € (dans 2 ans). Il ne continuera pas parce qu’il ne percevrait que 50 € de plus / mois et par années supplémentaires.
          C’est vrai qu’il a des contraintes lors des week-end ou de jours fériés.
          Mais, je ne les plains ni l’un ni l’autre.
          Ils ont aussi des centres de vacances spécifiques et leurs gamins ne paient pas la Sécu étudiante (pourquoi?Mystère)

  8. Val

    Un employé de la sncf(client d un copain) ne voulait pas faire grève . Trois types cagoules lui ont fait une petite « explication  » musclée ds les toilettes . Depuis il pose des RTT les jours de grèves.

    1. Stéphane B

      Ahhhh les méthodes de la gôche, toujours aussi pacifistes, tout comme l’est le PCF, la FI et autres groupuscules soit disant antifascistes, tout comme l’était (l’est ?) la CGT avec ses 5000 armes et munitions retrouvés dans un local de la CGT syndicat du livre, ahhh les douces méthodes …

      1. Taisson

        Les armes volées à la fin de Manufrance….
        Idéologiquement gardées pour la révolution, ou stockées pour être revendues…En se donnant une belle conscience révolutionnaire ?
        C’est sur que ça avait été plus facile avec des montres chez Lip !

        Il n’y à pas eu de grand procès médiatique, et les antis armes n’ont pas moufté ! Alors qu’ a cette période, quand on tombait chez un particulier un peu trop collectionneur, la presse en parlait pendant trois jours..

        Tous les gauchos n’ont pas d’autre objectif que de liquider les sociétés non collectivistes. Si l’on peut y arriver par glissements successifs et noyautage des lieux de pouvoir et de fabrication d’opinion, comme en France, on garde des organismes officiels, syndicats ou partis, et l’option violente est mise en sommeil, pour un moment plus favorable, de préférence quand la partie est gagnée, pour entretenir le mythe révolutionnaire…

        1. douar

          à propose d’opinion, est ce un hasard,mais j’ai noté la disparition des commentaires sur le portail Orange. Il faut dire que le passage à 80 km/h sur les routes (entre autres sujets de fâcheries) , provoque de l’urticaire à de nombreux internautes, et ils le faisaient savoir, en bousculant quelquepeu les lignes éditoriales.
          Désormais, pffff, finis les commentaires désobligeants vis à vis de la bienpensance.

  9. Jacques Huse de Royaumont

    Ah, Pépy, le visionnaire patron de la SNCF, claironnait dans les média en début d’année qu’il ne croyait pas à la grève. Bien vu, l’artiste.

    Il faut dire à sa décharge que cette grande horizontale sorite de l’ENA a bâti sa carrière sur des talents qui n’ont rien à voir avec le management d’entreprise.

  10. Jacques Huse de Royaumont

    Pour les étudiants, pas d’inquiétude, ils réclameront 20/20 comme à Tolbiac. Avec un diplôme aussi brillamment obtenu, ils auront fait la preuves qu’ils ont toutes les qualité requises pour assurer la relève à la SNCF…

    1. Calvin

      Surtout qu’au lieu de supprimer le statut des nouveaux embauchés, disons en semptembre, cela sera en 2020 !
      Ça nous fait deux ans d’embauches d’opportunistes, d’enfants de la la SNCF, de copinage…
      Rien qui aidera à sauver la compagnie du naufrage.

      1. albundy17

        « Pour être roulant à la SNCF il ne faut pas avoir plus que bac+1, ce qui doit probablement être illégal. »

        Stupide, maintenir ses mains sur une manette vérifiant que tu ne roupilles pas trop ne nécessite pas tes diplômes.

        Tu compte mettre des ingénieurs aux caisses des supermarchés ?

        1. bibi

          C’est bien connu que pour conduire un train il n’y a rien à faire, c’est d’ailleurs pour ça que les accidents ont lieu pour la plus part quand les conducteurs ne respectent pas la signalisation.

          Un jour il faudra qu’on m’explique dans ce pays pourquoi il est normal que le fait d’avoir un diplôme vous empêche d’exercer un emploi.

          1. albundy17

            « C’est bien connu que pour conduire un train il n’y a rien à faire, c’est d’ailleurs pour ça que les accidents ont lieu pour la plus part quand les conducteurs ne respectent pas la signalisation »

            Faudra que tu me donnes un listing des accident ferroviaire en france de ces derniers temps / années, hein. En bolivie, sans doute, mais c’est pas du Alstom tout automatisé

            J’ai fait un LRO Lille en cabine de « pilotage », et toi ? En tant que VIP peut être ? Moi c’était dû a un étrange retard, au bout de 2 heures d’attente il m’a invité, et j’ai vu le taff à faire, en cinq heures on a eu le temps de causer.

            Avoir un diplôme n’empêche pas d’avoir un emploi en france, c’est plus la valeur que les détenteurs de ceux ci, aux chevilles bien gonflées comme leur têtes, leurs accordent.

            Tu files un mauvais coton, bibi…

            1. bibi

              14 novembre 2015 – Eckwersheim : déraillement d’une rame d’essai de TGV (rame 744) sur la ligne nouvelle Paris – Strasbourg, faisant onze morts et quarante deux blessés, dont quatre graves.
              Le TGV est rentré dans une courbe à 265km/h au lieu de 178km/h.

              Avoir un diplôme empêche bon nombre d’individu de travailler dans ce pays à cause de conventions collectives qui font que des individus ayant obtenu un bac+5 et qui voudraient occuper un poste de technicien doivent être payés au tarif bac+5 (c’est notamment le cas dans la chimie) alors même que des emplois à bac+2 ne sont pas pourvu vu que les bac +2 sans expérience ne sont pas pris pour certains postes.

                1. bibi

                  En quoi le fait qu’il s’agisse d’une rame d’essai influe-t’il sur le fait que le conducteur est entré dans une courbe à la vitesse de 265km/h au lieu de 176km/h?

                  1. albundy17

                    Tu parlais DES accidents, tu me cites UN accident sur une rame d’essai, sur une ligne d’essai, avec les sécurités désarmées volontairement POUR l’essai.

                    En circulation normale, dès une vitesse excessive le volant se met à trembler façon crescendo, accompagné d’avertisseurs sonores, et si le cheminot lache ce même volant, le train s’arrête.

                    1. bibi

                      Excusez moi j’avais oublié que le réseau ferré français est à ce point irréprochable que jamais au grand jamais il n’y a de problèmes avec la TVM et que donc jamais au grand jamais un conducteur ne peut se présenter avec une vitesse trop élevé dans une courbe en situation commerciale.

                    2. bibi

                      Pour l’instant les dysfonctionnements de la TVM n’ont pas entrainé de morts, mais rassurez-vous à la grande vitesse à laquelle se dégrade la SNCF ça ne manquera pas d’arriver.

        2. Pythagore

          Pour le TGV, minimum niveau technicien à ma connaissance.
          Certains TGV sont équipés d’un volant, pas de manette.
          .
          20minutes.fr/magazine/coulisses-sncf/on-vous-dit-tout/comment-conduit-on-un-tgv-74344/

          1. Calvin

            Important de bien manier le volant, pour éviter les têtes à queues en train.

            Mais à la SNCF, vu le gabarit de certains camarades, ce serait plutôt des manches…

  11. Calvin

    Le problème que soulève ce billet, c’est que la majorité des agents (et par extension des fonctionnaires pour la fonction publique) mettent l’intérêt des usagers avant leurs revendications, mais que la minorité sape le travail de tous.
    En plus, les non-grévistes, et les présents font le boulot des jemenfoutistes.
    Pourtant, cette majorité, en situation de soumission, subit le surcroît de travail et n’ose remettre à leur place les syndicats, les grévistes, les fumistes.

  12. Val

    @Calvin je suis d’accord que la majorité n’est pas gréviste et bosse . Maintenant une fois dit ça je ne suis pas certaines qu’elle supporte la réforme en cours . Cela dit , à supposer que cette majorité silencieuse supporte les réformes, je veux bien que quelqu’un me donne la recette pour bypasser les syndicats .

    1. Calvin

      La réforme ne concerne pratiquement pas les agents actuellement en poste…
      Quant à discuter avec les synducats…. Comme l’a écrit dans deux billet h16 (dont celui là), tout dependdsi l’opinion publique est informée et donc si les médias informent sans trucage idéologique.

      Déjà, il suffit de leur dire qu’au R-U, les mêmes cheminots gagnent deux fois plus, sont mieux respectés et leur réseau est plus performant.

      1. Pythagore

        Une négociation, c’est du donnant-donnant. Si le gouvernement arrive avec ses gros sabots et sa réforme sans aucune contre-partie, c’est pas une négociation, c’est un acte autoritaire. Les syndicats ont alors la partie facile, et c’est donner le baton pour se faire battre, indépendamment de l’attitude des syndicats.
        Suffit d’aller sur les sites des syndicats pour voir les revendications, mais bon le gouvernement doit pas avoir internet. Une revendication semble être la transformation des primes en fixe, vu la complexité du truc, ca semble pas déraisonnable.

        1. Le Gnôme

          Le seul problème est que les primes ne rentrent pas dans le calcul de la retraite, sauf erreur de ma part. Les intégrer fera augmenter le déficit de ce régime déjà largement abondé par le tribuable.

          En cherchant un règlement ferroviaire du XIXe siècle, je suis tombé sur un petit opuscule disant que l’étatisation des réseaux serait une abomination, que ce serait fonctionnarisé et son efficacité irait en sucette. J’ai bien rigolé, le gars qui écrivait en 1880 avait les idées claires.

            1. Le Gnôme

              Ce n’est pas le sujet principal du texte, mais son aversion à confier les chemins de fer à l’Etat est l’objet de quelques pages;

              //gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54718177.r=Aper%C3%A7u%20de%20l%27Organisation%20militaire%20des%20chemins%20de%20fer?rk=21459;2

            2. bibi

              la-retraite-en-clair.fr/cid3198285/retraite-agents-sncf.html#comment%20est%20calculee%20la%20pension%20r

              4. Comment est calculée la pension ?
              La pension de retraite des agents de la SNCF se calcule de façon analogue à celle des fonctionnaires.

              la-retraite-en-clair.fr/cid3197041/fonctionnaires-comment-calculer-votre-pensionretraite.html#le%20montant%20de%20la%20pension

              1. Le montant de la pension
              1.1. La pension à taux plein des fonctionnaires civils et militaires
              La retraite à taux plein des fonctionnaires civils et militaires s’élève à 75% du traitement perçu les six derniers mois, hors primes.
              Certaines primes sont cependant prises en compte : c’est le cas de l’indemnité de sujétions spéciales pour les gendarmes et les policiers.

        2. Calvin

          Tu n’as pas tort.

          Mais le gouvernement n’est pas venu sans rien. Il a dit aux agents : « ça y est, d’ici 5 ans, la concurrence est totale. On fait quelque chose ou on fait l’autruche ? »

              1. Le Gnôme

                Un train belge de fret a été victime d’un sabotage dans l’Aisne. La concurrence aux cheminots de la SNCF a du mouron ç se faire.

                .lefigaro.fr/flash-actu/2018/04/24/97001-20180424FILWWW00137-la-sncf-denonce-le-sabotage-d-un-train-belge.php

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Ce qui les emeu t, c’est que la réforme est aux antipodes de leur préoccupation.

              Il y a tout de même une différence entre l’autruche et la CGT.

              L’autruche ne sait pas voler.

              1. albundy17

                « L’autruche ne sait pas voler. »

                Ville de Nancy, certains s’émeuvent des rémunérations du N°1 et de la numéro 2 cfdt, avoisinant les 17.000 mensuel. Monsieur 1, profil bas, la harpie par contre hurle a la discrimination, arguant de ses 100 heures de présence à diverses réunions petits fours et caviar de travail.

                Elle fut bien inspirée d’aboyer, nonobstant ce mini scandale local, le poste de sous direction de la région vient de lui être attribué pour bon et loyaux sévices.

          1. Pythagore

            Le baton ou le baton, c’est motivant pour accepter une détérioration de son statut. Où est passée la carotte ? Dans le derrière de l’autruche ?
            .
            Je ne peux m’empêcher de penser que la façon dont le président et le gouvernement gèrent cette réforme est du plus grand amateurisme, et à ce niveau et vu les enjeux (milliards de déficit), juste pas acceptable, quoiqu’on dise ou pense des syndicats.
            .
            C’est presque du « self fulfilling prophecy » comme disent les anglais. « Vous voyez, je vous l’avez dit, les cheminots, les Français,… sont butés et veulent rien changer. »

        3. bibi

          L’état n’a pas à négocié avec les employés d’une entreprise publique de manière générale, et il aurait encore moins de raison si il devait le faire de le faire une entreprise chroniquement déficitaire.

          1. Pythagore

            Tout à fait d’accord. Ca devrait être au PDG de l’entreprise ou ses représentants d’annoncer les réformes et de négocier et non au gouvernement. Une erreur de plus du gouvernement. Dans la mesure, où les mesures prévoient une modification du statut des employés, le PDG a à négocier avec les syndicats, quoique l’on pense de ces syndicats.

            1. bibi

              Non absolument pas, c’est une entreprise publique en déficit chronique, l’état n’a pas à négocier mais juste à imposer et annoncer qu’à la moindre grève sous quelle forme que cela, soit celui-ci dépose le bilan et vend la boite à la découpe.

              1. Aristarkke

                Notre (cher et ineffable) Premier Ministre a annoncé, au titre de la négociation que la dette de la SNCF sera reprise par l’Etat et, qu’en conséquence que ce ne sera pas cher puisque ce sera l’Etat qui paiera, les contribuables morfleront et devront mettre la main à la poche…

                Ce n’est pas comme si, par exemple, sa Majesté bien aimée :le Président de la République, avait annoncé il n’y a pas quinze jours, que l’augmentation des impôts était bloquée…

  13. René-Pierre Samary

    HS. Je viens d’appendre qu’il y aurait comme 3 miyards de trop versés à des demandeurs d’emploi en mal de rencontre d’emploi.
    Un interviewé sur A2 : « Le recouvrement des sommes trop perçues est assez difficile. »
    Et l’on s’étonne que je prenne du poids, avec toutes ces poilades…

    1. Aristarkke

      Et par ailleurs, il y avait eu un article d’un médecin libéral ( in Contrepoints ) nous narrant ses démêlés avec la SS, capable de lui faire perdre une demi-heure au téléphone pour justifier un non-remboursement de 5 € dans le tiers-payant…

      Comme disait un Sémite excédé de la duperie de certains de ses contemporains : capables d’arrêter un moustique au filtre et de laisser passer un chameau…

      [parce que tes poilades nous coûtent cher, ami RPS. Bon, tu me diras que je ne cotise pas à l’ASSEDIC…]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.