[Redite] Macron, l’excitation du renoncement

Billet initialement paru le 12.12.2016

Il y a deux ans, la France découvrait progressivement le candidat « Macron », et laissait sa presse s’amouracher du jeune énarque, frétillant vendeur d’un vaporeux programme aux accents de surprise-party d’adolescent. Pourtant, au-delà de l’enthousiasme quelque peu artificiel qu’il semblait déclencher, on pouvait déceler à la fois la vacuité du personnage ainsi que les gros écueils étatistes que son programme renfermait déjà.

Deux années plus tard, les gros doutes levés dans le billet d’alors se trouvent confirmés. Les Français ont, encore une fois, loupé le coche. Ils ont à nouveau élu un petit politicien socialiste au lieu d’un Homme d’État.

La primaire socialiste est peut-être lancée, mais rien ne l’indique vraiment. Quelques candidats improbables se sont, vaguement, exprimés dans une presse pas vraiment galvanisée. Valls a pourtant démissionné avec force mise en scène et reportages en direct de Matignon et de l’Élysée, mais rien n’y fait : objectivement, tout le monde s’en fiche. Parallèlement, Emmanuel Macron semble enflammer les foules.

C’est ainsi que le 10 décembre 2016, un véritable phénomène s’est produit au Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris puisque des milliers de personnes ont été prises d’une transe quasi-biblique en écoutant el lider carismático Macròn exposer les grandes lignes de son « programme » politique.

Tout y était : ambiance surexcitée, drapeaux, discours fleuve, promesses à gogo (et à gogos), grandes déclarations lyriques et même l’indispensable voix cassée des fins de soirées en boîte de nuit à hurler des formules toutes faites pour essayer de choper. Pas de doute : on est bien loin du freluquet de la politique qui a passé deux ans de stage de « Field Office Manager » à Gouvernement SARL où il aura essentiellement apporté le café et des polycopiés baveux aux vieux éléphants socialistes et il aura régulièrement ruiné la communication des caciques par quelques sorties faussement choquantes sur l’entreprise, les profits et sa façon de faire les choses.

C’est, véritablement, un homme, que dis-je, une bête de scène qui vient de naître avec du poil aux pattes, de la testostérone à revendre et un vrai potentiel à signer pour une pub L’Oréal. Ça va dépoter sévère, ça va claquer de la mamie, ça va envoyer du steak, ça va brutaliser du chaton mignon, c’est Manu qui vous le dit !

Et avant d’éplucher un peu le programme qu’il n’en finit pas d’esquisser, reconnaissons tout de suite que l’homme a su y faire puisque, défiant l’establishment, il est tout de même parvenu à rassembler des milliers de personnes à cette occasion, que la rumeur insiste qu’il aurait bel et bien levé près de 3 millions d’euros auprès de donateurs (dont on ne sait rien) pour financer sa campagne, qu’il en rencontre encore régulièrement et qu’il compte emprunter encore plusieurs millions afin d’assurer une campagne tonitruante.

Autrement dit, on sait maintenant qu’on n’a plus à faire à un individu lambda, qui se serait mis au trot en marche seul, mais bien à quelqu’un qui a, très probablement, préparé ses arrières et ce, depuis un moment. Tant mieux : il gagne ici en crédibilité et permet d’inquiéter durablement les autres candidats qui se bousculent au premier rang. Peut-être cela incitera ces derniers à clarifier leurs propositions et à se démarquer autant que possible les uns des autres, nous sortant ainsi de la purée de poix illisible dans laquelle les néo-corporatistes de droite et les paléo-socialistes de gauche ou l’inverse tentent de nous noyer depuis quarante ans.

Cependant, toute cette forme survitaminée aux couleurs chatoyantes et au micro qui pulse du décibel fébrile ne doit pas nous faire passer au-dessus du fond, car petit-à-petit se lève le voile sur ce qui se cache derrière « Je vous fais marcher » « En marche », le mouvement de Macron. Et là, c’est tout de suite moins excitant.

Oh, bien sûr, comme un précédent article de Contrepoints le faisait remarquer, il y a bien quelques points surnageant qui pourraient faire penser à une réforme dans le bon sens de l’État et de ses administrations : une fiscalité du travail plus engageante, un droit du travail simplifié, décentralisation, tout cela semble intéressant. Sauf que c’est très flou : peu ou pas de précisions sur la forme que prendraient concrètement ces réformes, leur ampleur, leurs coûts et la façon dont il envisage de financer tout ça (et non, là, le crowdfunding ou l’appel au don ne suffira pas).

En outre, il y a tout de même beaucoup trop de gros morceaux d’étatisme bien gras dans son « programme », terme décidément fort galvaudé et définitivement mal adapté à ce qui ressemble plutôt à un patchwork pastel de promesses vagues et de slogans un peu creux. Entre le camouflage des cotisations salariales dans une CSG bien dodue, une augmentation de la fiscalité du revenu du capital de 1,7% (alors même que la fiscalité du capital est déjà un handicap catastrophique en France), des bricolages plus ou moins heureux en défaveur des retraités par exemple, il y a largement de quoi prendre autant de recul que nécessaire de la Fabuleuse Aventure du Guilleret Monsieur Macron.

Mais surtout, et alors même que le premier tour des élections est encore à plusieurs mois, notre brave Emmanuel semble sur certain sujet clairement En Marche… Arrière : il semblait pourtant entendu que notre homme voulait revenir sur les 35 heures, qui sont devenues au fil des ans l’un des dogmes les plus intouchables et imputrescibles du système social à la française et surtout, le marqueur typique du socialisme français. Manque de bol, le discours de samedi dernier n’a guère laissé de doute : le candidat ne touchera finalement pas à la durée légale. Remballez. Et lorsqu’on lit l’avalanche de propositions sociales (socialistes) de Macron, on comprend que l’ex-ministre tente à présent de ramasser les miettes de la gauche du milieu, du centre et de l’à-peu-près à l’oreille duquel son programme murmure assez bien.

Bref, avec plus de beurre en broche que de libéralisme, beaucoup d’éléments de langage mais rien derrière, des réformes comparables à des séries françaises (floues, mal cadrées et financées par tout le monde et personne à la fois) et, déjà, des renoncements sur des éléments majeurs, toute cette excitation nous a un petit parfum déjà senti, déjà vu, déjà entendu.

Oui, ce petit parfum d’attrape-gogos, qu’on peut déceler avec la couverture médiatique extrêmement complaisante à son égard (le nombre d’articles qui lui sont consacrés est bien plus grand que pour n’importe quel candidat de la primaire socialoïde, par exemple), qui occulte à présent avec application le bilan franchement médiocre de deux années au ministère de l’Économie, et qui refait furieusement penser aux meilleurs moments d’un certain Alain Juppé il y a quelques mois.

La presse semble désirer ardemment Macron, peut-être parce qu’il est neuf, parce qu’il n’a pas de casseroles, et parce qu’il permet peut-être enfin à la gauche de trouver un point de ralliement pas trop violent, presque décent, modestement centré et capable de fédérer à l’instar de ce que fut un Bayrou en 2007 qui n’est plus maintenant que l’ombre rabougrie de lui-même.

Macron, c’est un peu le centre gentil, réformateur mais pas trop, opposition rêvée à Fillon, qui ne viole pas trop l’égo des sociaux-démocrates, coincés sans lui devant un choix pathétique avec Montebourg, Hamon ou Mélenchon. Mais Macron, ça ressemble un peu trop à Juppé, la jeunesse en plus, avec ce côté phénomène très médiatique, trop peut-être pour être totalement authentique.

Et pour les Français, malheureusement et au vu du programme et de ses déclarations, tout tend à faire penser que Macron n’offre aujourd’hui qu’une révolution de coton, ce coton que les kidnappeurs enduisaient jadis de chloroforme…

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires105

  1. Hussard Bleu

    Je m’ennuie, le Maquerond me barbe, il pleut et la chasse dans ces conditions, à mon âge, hein, et pas vacciné contre l’influenza ?… alors, je pastiche, pour apéritif, ma suzeraine de Bourbilly :

    Je n’hésitera plus outre à partager, mon cousin – et quoi que j’en aie, étant suire d’un grand caudataire ès Languedoc – vos désolants rabutinages touchant le triste prédicament où s’abîme ce Riaume, en lequel notre Roy, nouveau Céladon, entre deux gambades de frivole ubiquiste en pays estrangers, a changé France-la-Doulce en la sentine de l’Univers.

    Les Vestes Saures estoient exaspérés, les voilà enragés contre le pouvoir royal qui, par ses intendants, ses gouverneurs, ses courtisans, ses gazetiers aux gages, et les ministres eux-mêmes, montre, chaque jour, une confondante vacilité où s’entremêlent le mépris et la frayeur.

    Ce n’estoit point assez que le chanoine Grivot, aigre topiqueur s’il en fut, ait laissé dire à la venvole que les Malcontents n’estoient que « gueux pétuneurs, adonnés à l’orge de frelat », mais falloit il encore, pour ce que le malheur fût complet, que le Dardmalin, sorte levantine de tâte-au-pot, déclarât que – s’il estimoit « normal » de payer un repast d’estaminet parisien, arrosé au saute-bouchon, au tarif de 50 pistoles – les Malcontents pouvoient bien, eux, manger leurs enfants, dont ils estoient riches.

    Ce qui ne manqua point de porter au rouge la colère des Jacques, lesquels, à défaut de manducation de leur progéniture, en estoient parfois à se nourrir d’herbes et de racines, sans même pouvoir se chauffer en leurs chaumines.

    Cependant que les Principaux et les Importants – qui, tantôt soutenoient le Roy, tantôt le frondoient – mettoient umbresse et suspection entre leurs troupes et les Royaux, le Marmouset, Ministre Prime, long et raide, barbu autant que chauve s’estoit lors jeté en un fâcheux détroit, ayant commencé une manière de catholicon touchant le prix des picotins et sa compense pour le petit peuple, d’une si étrange complexité, que le Roy lui-même déclaroit qu’il n’y comprenoit goutte.

    Mais ce Tamerlan, nonobstant ses fallaces ad usum delphini – aidé de son armée de vide-goussets et de frères de l’Entrecôte – renonçoit pas à dévorer la moitié et davantage de la chevance des sujets du Riaume, sanglante pillerie pourtant portée, environ ce temps, à 48,4 du cent de toute l’industrieuse portion de la Nation.

    Il avoit, par des marches souterraines, rattaché ses pataches subreptices et ses mouches de dénonce aux bancs des changeurs lombards, bavarois ou juifs, et obtenu ainsi listes de ces sujets restifs à l’impôt, à qui il entendoit bien faire rendre gorge.

    C’est là toutefois qu’il avoit malestimé la force des liens secrets du Roy avec tout ce que le Riaume comptoit de financiers et de traiteurs, privances formées dans ces cavernes dorées où s’entassoient ducats et thalers, florins et couronnes, schillings et roubles, et tous les trésors de Golconde.

    Un subtil fouet claqua à ses écoutes, et à vau-de-route, le Barbiflore dut se faire valésien et battre fiscalement chamade pour traiter cette honteuse cavillation aux frais du Riaume, car les gens de finance n’entendent guère plaisanterie lors qu’elle touche leurs intérêts.

    Monsieur de Créqui en fit une plaisante épigramme, un quatrain qui court les ruelles, et annonce la catastrophe de cet enfant d’Edouard :

    ci-gît Grand Barbifère
    de son Roy le protonotaire,
    qui fut un héros des LR
    et un zéro au prime ministère

    Vous devez vous ronger d’avoir escrit et publié votre « Histoire Amoureuse » qui n’offensa pas que Votre Servante, et vous prive de voir comme moi, revenue de Grignan, l’actualité des choses à Versailles et Paris… Mais peut-être suis-je seulement envieuse de vos bucoliques séjours d’Epiry et Chazeu ?

    Vous en dirai davantage, au fil des evesnements.

    Croyez, en l’attente, en mes tendres sentiments rabutinesques, qui vous ont dès longtemps pardonnés vos indiscrétions, et toujours aimez votre

    Marie de RC, marquise de S

      1. Hussard Bleu

        hmm! le compliment calviniste sent l’ironie hollandaise, là où les Religionnaires sont en nombre….

        quant au souhait de M. Stark, un « sanlé » feroit bien mieux mon affaire, s’il ne pleuvait pas la semaine prochaine… ou une bécasse… le poil et la plume : mon seul intérêt commun avec le Roy…

          1. adawong1789

            Faut que les gens inutiles, voire néfastes, arrêtent de dicter des bouts de phrases qui font un semblant de livre : on ne peut plus rien dire sans que notre pensée soit suspecte! Déjà que la novlangue massacre notre belle langue française…

  2. albundy17

    « ça va claquer de la mamie, »

    ce point est bien atteint, et avec les pensions de reversions bientôt supprimée, ce sera double combo

    1. Calvin

      Faut d’abord qu’elle se débarrasse de son sparadrap d’ex. Celui qui est à l’origine réelle des GJ et prétend les entendre.
      Bref, on parle du couple le plus hontectomisé de la planète (après les Clinton).

    1. Higgins

      Oui et les marcheurs jaunes en veulent surtout que le gouvernement, si j’en crois ce qu j’ai lu, persiste et signe. Franck Boizard signale sur son blog qu’à Pau, les CRS auraient fraternisé avec les manifestants. Bilan, une manif qui finit bien. Ça sent le roussi.

      1. Hussard Bleu

        twitter.com/Quentin_TOP/status/1068961165387227136

        C’est à cela que vous faisiez alluse, Major ?
        Au vu des commentaires, ce n’est pas encore les Gardes Françaises… mais cela pourrait arriver…

            1. Iskanderkul

              J’ai vu une autre interprétation des CRS qui auraient fraternisé, pas à Pau, mais la remarque était identique dans la même situation, donc j’essaye de chercher la vérité :

              c’est dans un commentaire de cette vidéo (qui est intéressante, en plus) :

              Gorrillaz Park
              il y a 4 jours
              « c’est pas des CRS a droite a 5;20 c’est des gendarmes mobile. Oui vous vous en foutez sauf que c’est extrêmement différent et ils enlèvent leurs casque pas pour le soutien mais surtout parce que quand on est en statique dans une situation calme on enlève les casque pour ne pas se fatiguer et ne pas créer de tensions avec les personnes en face, s’ils avaient voulu prouver leur soutien ils auraient enlevé leurs calots, et jamais ils ne le feront parce que meme s’il sont avec vous ils sont gendarmes et policiers avant tout, ils doivent respecter les ordres, c’est pas la révolution là. »

                1. Iskanderkul

                  Voilà c’est cela, je voulais mettre le lien sans faire apparaître la vidéo dans le message, c’est plus discret, mais je me suis trompé ; avec cet exemple, je saurai faire !

                  1. Iskanderkul

                    En fait non, je ne comprends pas, je tombe sur un pastiche de la guerre des étoiles. Bon je n’ai pas bien saisi l’allusion, peut-être ça veut dire que les flics sont des rigolos.

                    1. Iskanderkul

                      Comment on fait pour faire apparaître soit la vidéo, soit seulement le lien dans un message ? je vois que les autres participants savent faire, mais pas moi 🙁

                    2. Ca dépend comment WordPress interprète. Copiez/collez le lien, je regarderai après pour arranger au besoin.

                    3. albundy17

                      quant c’est du youtube.com, ne rien ajouter derrière le lien et ça s’affiche directement, les autres, jamais réussi

  3. albundy17

    C’est étonnant ce besoin de rencontrer des porte paroles autoproclamés des GJ, z’ont pas compris LA revendication ? Z’ont pas la télé ? Faut mettre en place encore une commission (grosse) pour déterminer l’origine de création du groupe ?

    Vivement la semaine prochaine, les gauchiards se rassemblent pour cramer paris.

    Une journaliste tout à l’heure: « ils n’arriveront pas à casser l’esprit de noel »

    lol, comment peut être aussi invertébré

    1. Dr Slump

      Du même genre que l’idée fulgurante de Christophe Barbier. C’est du journalisme Made in République de France, on le reconnaît à la qualité

    1. Citoyen

      Pour les foulards rouges, ça doit être des membres irréductibles de LREM – La Racaille En Marche – (euh, il me semble qu’il doit y avoir une erreur dans le libellé, mais je n’arrive pas à voir où ?… si quelqu’un à une idée …), qui doivent sentir que le sol se dérobe sous les pas du messie, et qu’il faut faire quelque chose pour tenter de le sauver ….

  4. Mildred

    Je réponds ici, à Pheldge qui sur « France Misère », m’enjoignait de lire un article de Brighelli dont j’extrais un membre de phrase : « la sodomie est quasi obligatoire ». !
    D’une pierre faisant deux coups, et en y apportant une petite modification, elle correspond parfaitement au sujet du jour, à savoir, Macron, et devient : « la sodomie est obligatoire » !
    J’apprends par ailleurs que, pour la presse internationale, Macron a perdu la main ! Mais qu’est-ce que ça peut foutre : pour sodomiser les Français, a-t-il vraiment besoin de sa main ?

    1. Stéphane B

      Ne sois pas dur (vu le contexte de ton intervention, ce terme est approprié), car le pauv vieux, sur son île, bientôt la pénurie des matières premières. Enfin, ça, c’est ce que dit radio pravda figaro

  5. albundy17

    rhhhooo…

    BHL annonce qu’il va quitter la france si les GJ poursuivent….

    actudujour.com/bhl-annonce-quil-quittera-la-france-si-les-gilets-jaunes-continuent/

        1. Dr Slump

          Tout faux, chez nous, ce sont les « valeurs de la république » qu’on invoque dans les temples de la foi… euh, fiscale, et rectale.

  6. Tess

    Le bordel étant ce qu’il est et à mon avis ce n’est pas par hasard. L’Allemagne demande à la France de céder son siège de l’ONU à l’Europe et celle ci va mettre la France sous tutelle. Je sens que tout va bien se passer. Macron n’est qu’une marionnette qui se contente de foutre le bordel comme il était prévu.

      1. Bof.
        La souveraineté d’un Etat, c’est deux choses :
        – l’impôt
        – l’armée.
        Le reste, c’est de la fanfreluche.

        Or, la France est encore totalement responsable des dépenses et recettes fiscales (aucun des dérapages constatés n’est imposé par Bruxelles, au contraire, c’en est même grotesque de pouvoir imaginer le contraire) et d’autre part, il n’y aura jamais d’armée européenne (Bruxelles, combien de divisions de blindés ?). Autrement dit, on est dans le pipeau.

      2. Pythagore

        Une entité qui propose de transférer ses propres pouvoirs et responsabilités à une autre entité, est une entité qui avoue sa propre incompétence me semble-t-il. S’ils s’estiment incompétents et incapable de gouverner, qu’ils dégagent, un peu curieux de rechercher des responsabilités pour ensuite s’en délester.

  7. albundy17

    Je me demandais combien de temps il faudrait attendre, ben ça y’est, y’a enfin un journaliste qui a évoqué une manigance de Poutine derrière les GJ ^^

    1. Hussard Bleu

      lagauchematuer.fr/2017/03/13/91-des-francais-pensent-que-les-medias-mentent-a-quand-la-pluralite-dans-la-liberte-dexpression/?fb_comment_id=1640954932588443_1642225669128036

      1. MarieA

        Donc 9% de débiles mentaux irrécupérables.
        Le plus drôle : « Déjà la très grande majorité des Français estimaient que les journalistes sont franchement de gauche (86 %), loin des réalités (89 %) et incapables d’objectivité (99 %). »

        1. MarieA

          Pour vous donner une autre preuve du professionnel et du sérieux des journalistes. Je connais quelqu’un qui a eu les honneurs de la presse sans raison particulière autre que le lavage de cerveau idéologique dont il faut abreuver les Français matin, midi et soir.
          Cet article aurait suivi une conversation autour d’un café, d’après l’auteur.
          J’ai lu l’article en question… Un festival de conneries, je ne sais pas ce qu’a raconté la personne pendant l’interview mais rien n’a été vérifié par le « journaliste », ça c’est certain.
          Une litanie de mensonges et d’inventions destinée à servir la propagande cosmopolite et multiculturelle et qui visait à faire passer une personne kinder bueno pour un authentique africain soucieux de ses racines et de ses ancêtres.
          Un descendant d’immigré africain qui a « réussi » alors que cette personne n’a ni réussi ni n’aime les cultures africaines et n’y a mis les pieds que 2 fois dans sa vie contraint et forcé.
          Le genre de personnes qui, quand elle voit des danses africaines traditionnelles à la télé, rigole à gorge déployée.

          1. Pythagore

            « un authentique africain soucieux de ses racines et de ses ancêtres »
            Qu’ils ont de la chance ces africains d’être autorisé par la doxa à honorer leurs racines et leurs ancêtres. Mais ceci ne serait-il pas du racisme et du populisme, comme lorsque nous nous souhaitons honorer nos racines ?

            1. MarieA

              La règle est :

              France < Crotte de chiens < Europe (hors France) < Pays hors Europe avec une majorité de Blancs < Le reste du Monde (< Israël?)

  8. nordyck

    Bonsoir ,
    Pour info : au nord du nord-ouest , en nord-Finistère , plus de carburant . Pas de gestion de crise par la préfecture , pas de réquisition. >Donc , les professionnels de santé , pompiers , gendarmes …cherchent du carburant .
    Personne ne sait que faire à la préfecture !! Cela a commencé vendredi pour certains pompistes . Si c’est pas voulu , ça y ressemble .
    Comme dit le patron des lieux , ça va bien se passer …

    1. Citoyen

      C’est qu’il risque d’y avoir un mankagagné de taxe sur le carburant. Et là, c’est grave …. Le sinistre Edouard va y remédier …

    2. MCA

      Ils peuvent essayer de mettre en pratique les solutions qui nous sont proposées : transport en commun, patinette, ̶C̶h̶a̶r̶ ̶à̶ ̶v̶o̶i̶l̶e̶, marche à pied, patins à roulettes, vélo, etc…

  9. adawong1789

    « un point de ralliement pas trop violent, presque décent, modestement centré »

    Il n’est jamais trop tard pour mal faire. Pour la décence c’est archi mort depuis un moment déjà

  10. MCA

    Histoire de me faire une idée personnelle de la situation je suis allé faire un petit parcours touristique hier aux Champs Élysée et aux environs et juger la situation suite aux évènements de samedi.

    Présence policière réduite, tout paraissait calme sur la plus belle avenue.

    Les employés de la ville s’affairaient encore autour de l’Arc de Triomphe à effacer les derniers outrages laissés par les manifestants.

    Par contre changement de décor Avenue Friedland et Boulevard Haussmann.

    On ne compte plus les vitrines défoncées, agences bancaires ravagées, tas de pavés au pied des façades laissant penser qu’ils ont dû voler bas et en rafales, routes et trottoirs jonchés de restes de grenades et de traces d’incendies, chantiers en cours éventrés, plaques métalliques ordinairement aux pieds des arbres jonchant le sol etc…

    Réellement une insurrection comme Paris n’en a pas connue depuis longtemps.

    Pour bien juger l’ambiance qui y régnait, voici un court métrage qui dépeint ce qui s’est passé et qui laisse présager la suite.

    https://www.youtube.com/watch?v=euYtLs2LthQ

    Si d’ici 4 semaines, ce gouvernement d’amateurs campés sur leurs ergots n’a pas résolu le problème autrement que par l’entêtement, le mépris et la suffisance dont il fait preuve depuis le début, je crains réellement le pire pour PARIS et les grandes villes françaises lors de la nuit de la St Sylvestre.

    Très inquiétant!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.