[Redite] La confiance des Français dans les médias traditionnels se bidonne tous les jours un peu plus

Article initialement paru le 26.01.2018

Il y a un an, je découvrais le résultat d’un sondage annuel qui confirmait la tendance déjà observée l’année d’avant (2017) à savoir que les Français, globalement, font de moins en moins confiance aux informations débitées par les médias en général et la presse traditionnelle en particulier.

Avec un petit côté amusant dans ce qu’il avait de pathétique, la presse s’était d’ailleurs emparée du sondage pour noter des améliorations ici ou là et fanfaronner sur l’importance des canaux officiels pour lutter contre les rumeurs, fake news et autres infox qui parsèmeraient les réseaux sociaux et les médias du monde numérique.

La réalité, plus blafarde, révèle cependant que l’auditorat ou le lectorat n’est pas dupe : plus les mois passent et plus semble forte l’impression d’avoir dans les médias (français notamment) une véritable caisse de résonance des mêmes discours et des mêmes positions politiques ou économiques, de la même pression sociale qu’on entend partout.

D’ailleurs, le sondage de cette année ne laisse aucun doute : la confiance continue de s’éroder. Et sans même évoquer le probable sauvetage de l’Humanité, épave journalistique en cessation de paiement, quand on voit comment sont traités la plupart des sujets, on ne peut que souscrire à la défiance générale.

C’est avec un grand ouf de soulagement et le petit chuintement de satisfaction que seul un retour à la normale sirupeuse peut offrir que tous les journalistes du pays (ou presque) ont récemment découvert le résultat du baromètre de la confiance des Français dans leurs médias. Et les résultats sont là, rassurants : les médias traditionnels ont retrouvé leur crédibilité auprès de leur lectorat.

Beau résultat que celui-ci. On le doit d’ailleurs à l’institut Kantar-TNS-Sofres, dont le « senior vice-président » est – très commodément – un certain Sébastien Auzière, le fils de Brigitte Macron : grâce à un sondage commandité par La Croix et réalisé avec brio par l’institut, le petit train-train quotidien des médias français peut reprendre, sans plus s’inquiéter des bosses et des nids de poules qu’il avait rencontrés les années précédentes.

On apprend en effet avec force petits graphiques colorés que là où, les années précédentes, les interwebs et autres réseaux sociaux semblaient gagner du terrain en terme d’importance et de crédibilité pour l’information, cette année, la radio, la presse et la télévision regagnent quelques couleurs. La tendance est inversée, mes petits amis !

Certes certes, mes braves lecteurs, l’étude oblige quand même à remarquer que si la confiance remonte, l’intérêt des Français pour l’actualité est, lui, plutôt en berne. En pratique, il n’a jamais été aussi faible depuis trente ans : 38% des sondés affirment n’avoir qu’un intérêt assez ou très faible pour les calembred actualités que les médias actuels nous débitent pourtant avec un enthousiasme qui rappelle la production de saucisses industrielles pour choucroutes de supermarché.

En somme et comme le titre avec une pudeur de violette Fransph Incter, les Français sont apparemment moins friands d’actualité mais nettement plus exigeants sur la qualité des saucisses qu’on leur débite.

On se demande bien d’où vient ce besoin aussi soudain qu’étonnant d’une information de qualité alors que le paisible troupeau de contribuables français, qui subventionne ces productions jusqu’à présent sans broncher, ne s’est jamais vraiment agacé de l’invraisemblable bouillie qu’on lui fournit.

Quitte à tenter des hypothèses extrêmement hardies, peut-être peut-on se dire que ces Français veulent absolument donner le change lors des sondages, sur le mode : oui, certes, la propag les informations que vous me donnez ne m’intéressent guère, mais au moins, lorsque je me penche dessus, je tiens à ce qu’elles soient solides, bien moulées et pas trop odorantes, m’voyez ?

Ce ne serait pas si étonnant quand on sait que, quelques semaines avant le sondage, une vaste campagne (à l’habileté discutable) avait été lancée pour bien faire comprendre que les Français ont une fâcheuse tendance à verser dans le complotisme.

Le lien n’est en fait pas si ténu : dans un premier temps, on prépare les Français en les traitant, en loucedé, d’aimables imbéciles complotistes. Au besoin, on en profitera pour rappeler (avec toute l’instance habile que les médias français savent déployer) que le complotisme est l’anti-chambre de l’extrémisme, de la radicalisation et de l’amalgamisme fulgurant que toute la société française s’emploie à combattre.

Dans un second temps, on pousse (tout aussi habilement) un agenda visant à combattre les « fake news » et autres rumeurs puantes sur les réseaux sociaux et autres opuscules non sanctionnés par le pouvoir. Ce sera d’autant plus facile que a/ les réseaux sociaux déviants sont connus, b/ les opuscules nauséabonds aussi et c/ que je vous ai à l’œil, toi et toi et toi aussi.

Dans un troisième temps, on découvre, avec un bonheur difficile à cacher par une titraille presque humide que, ô joie, la relation quasi-charnelle des Français avec leurs médias d’information (mais si, mais si) n’est pas rompue et que les petits bisous peuvent reprendre de plus belle.

C’est vraiment trop mignon.

Ce qui aboutit le 23 janvier avec une vague probablement pas déferlante mais tout de même très insistante de petits articles bien remontés pour expliquer que oui, les Français retrouvent confiance dans leurs médias traditionnels.

Par exemple, 20 Minutes nous propose sa version de la vérité officielle, dans laquelle on en profitera pour glisser l’importance de l’éducation aux médias, cette dernière étant apparemment suffisamment spécifique pour qu’il soit vaguement demandé à l’Éducation Nationale de participer à la bonne formation des élèves. Vu l’historique flamboyant de cette institution en matière de formation, il n’y a absolument pas lieu de s’inquiéter.

Malheureusement, le 22 janvier, soit à peine une journée avant, le même média, 20 Minutes, nous proposait l’analyse de l’étude annuelle Edelman (que j’ai déjà évoqué dans ces colonnes) portant sur (je vous le donne en mille) le jugement des médias par les citoyens.

Manque de pot, mauvais cadencement des fake news informations, collision d’actualité ? Le résultat n’est pas beau à voir puisqu’au contraire de Kantar et de la Croix, l’étude conclut que, pour la première fois depuis 18 ans que l’étude paraît, les médias sont jugés l’institution la moins fiable du monde. Ainsi, en France, 67% des Français sont résolument sceptiques face à leurs médias.

Sapristi de saperlipopette, on dirait vraiment que certains se payent ouvertement la bobine des Français. Voilà en effet qui fait tache : une information donnée le 22 janvier se trouve contredite dans les mêmes médias le 23. Et cette information porte sur la confiance dont on crédite les médias. Le tout alors qu’une campagne bat son plein contre les méchantes informations qui discréditent les médias.

À n’en pas douter, tout ceci inspire réellement confiance, ne trouvez-vous pas ?

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires136

    1. Calvin

      Pas besoin. Faut obliger toutes les collectivités à en acheter deux ou trois dizaines d’exemplaires par jour.

      Mieux, que l’Etat achète tous les numéros de l’Huma pour le distribuer au coin de chaque rue. « Gratuitement », évidemment…

    2. Aristarkke

      Elle avait déjà bénéficié d’un abandon de créance de 4,5 M€, il y a deux ou trois ans.
      Mais comme il reste encore des Cocos dans ce pays, ils devraient se cotiser pour la cause de leur journal favori. Quand on aime, on ne devrait pas compter ses sous. Non ???

    3. kekoresin

      Oui mais comme le disait un ancien premier sinistre en réponse à une question parlementaire sur la subvention de 6 millions de grillos européens annuels depuis 2009 pour garantir la flottaison de l’épave rouillée dans les eaux troubles du Cocoland, « c’est pour garantir la diversité de la presse dans le paysage français » – et pour ça mes amis, rien n’est trop cher!

      Mais bof, ce n’est qu’une dépense inepte parmi tant d’autres plus ou moins rigolote; une de mes préférées étant le musée de la sécurité sociale. CPEF

        1. Calvin

          Faut être honnête, le Code de la SS est si compliqué, si changeant, et la Sécu étant une usine à gaz si compliquée, il fallait bien une école… de managers qui ne managent rien, ou plutôt pour que rien ne bouge.

        2. Stéphane B

          Et cette école fait même des cours sur FUN
          fun-mooc.fr/courses/course-v1:EN3S+77002+session02/about

          afin que nous puissions mieux « Comprendre les enjeux de la sécurité sociale »

      1. Val

        @keko je croyais à un hoax … ben non, château cossu, gestion confiée au « Comité Aquitain d’Histoire de la Sécurité Sociale », belles sinécures pour progénitures de la nomenklatura. Je cherchais un musée des impôts, domaine dans lequel notre nation excelle , mais non pas encore, ça va venir.

      2. Aristarkke

        Mais rien pour assurer la garantie de la diversité de l’assurance-maladie dans ce même pays.. Nada… Que dalle…
        Toujours des concepts plus égaux que les autres !!!

  1. Calvin

    À noter dans les combats tragiques de notre presse-paresse, leur nouvelle lubie : attaquer des journalistes qui font, eux, correctement leur job, c’est à dire de renseigner, lire (vraiment) les études et rapports, poser les bonnes questions.
    Par exemple, la meute de France2, qui, à la remorque de la militante Lucet, attaque Géraldine Woesner (Europe 1), coupable de montrer que la dernière merde (désolé, on ne peut pas employer un autre mot) d’Envoyé Spécial sur le glyphosate est rempli de propagandes, de mensonges par omission ou pas, d’unformations fausses ou biaisées.
    Attaque ad hominem, accusation d’être payée par le Diable, diffamation, tout y passe.
    Triste époque.
    Triste presse.
    Triste pays.

    1. sam player

      J’ai pas suivi ce truc, mais si tel est le cas, ça valide exactement ce qui leur est reproché : le système de la pensée unique de cette caste des journalistes… on dit tous pareil, on se soutient, rien ne doit dépasser…
      Alors que le summum du journalisme serait justement enquête et contre-enquête pour essayer de s’approcher de la vérité, ça les grandirait tous…

      « Si un chiffre, même faux, attire l’attention sur un problème réel, fait progresser la cause, où est le mal ? »
      Schneidermann – épave journalistique (Libé) – dans la série « mentir utile »

        1. Calvin

          Dans le cas du glyphosate, Macron n’a pas commandé la presse.
          Son annonce de sortie du glyphosate en 2020, c’était pour faire plaisir et garder Hulot (qui, lui, est sorti avant 2020 :mrgreen:), et il a confirmé que sa promesse de sortie serait intenable, moins d’une semaine après la diffusion du Dévoyé Spécial.
          Il reste néanmoins un président sans colonne vertébrale.

      1. Arthourr

        Effectivement, les médias n’informent plus : ils « donnent à réfléchir » pour faire « progresser des causes ».

        Aimable cache-sexe pseudo-responsabilisant le lectorat pour justifier une absence de déontologie et des parti-pris quasi-avoués.

    2. kekoresin

      Vu ce matin sur France 24 un journaliste (certainement débauché de Pif gadget) se baladant avec son pchitpchit roundup, questionnant habilement et avec la rigueur scientifique d’un enfant de 4 ans un vendeur en jardinerie titulaire d’un master en chimie. Ce produit extrêmement nocif est si dangereux que sa détention est interdite depuis le 1er janvier! Un substitut existe en « bio » mais il vous faudra pulvériser 4 5 fois par an. Pour mieux illustrer son propos, le niaiseux va à la rencontre d’un jardinier, un vrai avec un chignon et une barbe soignée, qui arrache à la main les herbes folles de son potager de 13m² en ville. « Des solutions alternatives existent donc. Il ne reste plus qu’à faire pression sur les politiques pour offrir un avenir à nos enfants. » Fin

      1. Val

        @keko j’adore la soluce alternative : c’est sûr que jouer les coolies h24 à arracher pliés en deux les herbes folles dans les champs c’est un bel avenir pour les jeunes … surtout hyper crédible et réaliste avec un smic au prix où ils est , ça va faire cher la laitue française … les mêmes zozos achèteront sans moufter les laitues chez lidl venues par avions de pétaouchnok désherbées au roundup …

      2. MarieA

        « un jardinier, un vrai avec un chignon et une barbe soignée, qui arrache à la main les herbes folles de son potager de 13m² en ville »

        Ceux qui sortiront l’humanité de la faim et de la misère avec 3 patates bio à l’année…

        1. kekoresin

          Lorsque j’ai suggéré qu’il serait difficile de produire en quantité suffisante de cette manière, une de mes connaissance m’a rétorqué que c’était un faux débat avec tout le gâchis, toute cette nourriture jetée avec laquelle on pourrait nourrir tout le monde. J’ai conseillé à ce mec pourtant loin d’être crétin de passer un scanner pour savoir s’il n’était pas infecté par une colonie de Shadoks!

            1. Dr Slump

              Faut faire gaffe quand on se fait appeler le « meilleur d’entre nous », y’en a un, il est passé par la case cour de justice, a du s’exiler au Canada pour se faire oublier, et il a fini en dansant la gigue devant de vieilles rombières bordelaises :mrgreen:

            1. Husskarl

              Ce gaspillage existe mais il est engendré par une série de normes, lorsque les choux fleurs ne sont pas conformes, on les balances. Donc c’est durant la récolte et de par les normes…

      3. kekoresin

        Parfois il faut observer l’ennemi pour savoir ce qu’il se passe dans son camp. Je regarde régulièrement les mainstreams et je peux constater par moi-même l’ampleur de la propagande et le degré d’indépendance vis à vis du mécène gouvernemental. Loin d’être fastidieux, l’exercice déclenche chez moi une certaine hilarité face au clash de plus en plus visible entre les seniors abreuvés aux pis informatif de l’état, les jeunes souvent perdus dans les méandres du net et une masse au cerveaux congelés égarés entre les réseaux sociaux et les Ch’tis à Hollywood.

  2. Dr Slump

    Ce ne sont même plus les fake news, mais les fake médias. Et les fake journalistes. A quand les fake présidents, les faxe députés, les fake lois, la fake démocratie? Ah, on me chuchote à l’oreille que c’est déjà le cas… merdalors!

          1. Calvin

            Vrai lapsus, malheureusement.
            Suzie n’a pas encore dit oui, on continue les exercices.

            Ça progresse dans sa décision, quand même, on en est au 50/50.

            J’espère juste qu’elle ne va pas faire appel à un ami !

    1. Husskarl

      Cest la suite du programme, on attire le Pékin d’abord, avec des mots dont il ignore la signification comme Liberté ou Égalité, puis on fait évoluer la loi a posteriori avec le label « progrès » incontestable sauf si vous êtes fascistes.

    2. sam player

      Bah MarieA, je comprends pas, tu devrais plutôt te réjouir qu’il y en ait qui fassent le boulot à ta place… à moins que tu veuilles les faire périr toi-même ? Esplique stp !

  3. Aristarkke

    A propos de fake,traîne sur Twitter une interview d’une représentante des foulards rouges, mouvement en soutien de Flop Joene… Qui n’a rien fait de mieux que de se parer d’un foulard blanc +Jaune à dominante … jaune…
    Cela fait sérieux de montrer qu’on a tout compris du panache blanc d’Henri IV…

    1. Aristarkke

      On me dit qu’Hermès ne fabrique aucun foulard en rouge, estimant (jusqu’à maintenant) le potentiel de vente inexistant dans sa clientèle

  4. Mildred

    Cet Auzière de Kantar-TNS-Sofres est tellement magique que Macron devrait – ni une, ni deux – le mettre à la place de Castaner qui va commencer à poser de sérieux problèmes à la présidence à cause de ses méthodes que les Français supportent de moins en moins.

  5. paf

    dites les amis je viens de découvrir avec stupefaction (je ne vis pas en france) la manif des foulards rouges, les mous du bulbe suces-bite du gouvernement.Je suis impresionne par la niaiserie de cette bande de moules, probablement pricipalement constituee de retraités, de fonx et de vieilles greluches macrobio …Le niveau de veulerie et de soumission est impressionnant, sans meme parler de leur complet refus de la realite pour ceux QUI LEURS PAYENT LEURS FOUTUES RETRAITES ET SALAIRES .
    Recemment je me foutais mechamment de la gueule de mes beaux parents ex-fonx et de tous leurs pairs qui a AUCUN MOMENT n’ont soutenus les jg. ..Et pour cause: ce pays de cretins (exclus ceux qui viennent ici) DETESTE les salauds qui travaillent dur.Les foulards rouges sont des minables qui meritent ce qui va leur arriver.

    1. Calvin

      Bof.
      Personnellement, j’ai soutenu les GJ tant qu’il s’agissait de faire sauter (bravo les mecs) la taxe supplémentaire sur les carburants (et je serais allé jusqu’aux 80 km/h).
      Beaucoup moins depuis qu’ils réclament le retour de l’ISF.
      Je n’ai pas trop d’empathie pour les FR (foulards rouges) mais pourquoi pas (s’ils défendent la suppression de l’ISF – lol).
      Non, ce que je regrette, c’est l’absence de contre-manif quand les syndicats réclament plus de sous, plus de fonx, plus de cadeaux.

      1. Aristarkke

        Les remises en cause fiscales du début ont fondu pour être remplacées maintenant par une position résumable en :
        on ne touche à rien de quoi que ce soit à l’état-providence, on ne conteste aucunement le niveau des dépenses étatiques à condition que tout le bouzin de prélèvements qui va avec tombe sur les voisins d’à-côtés, y compris en remettant l’ISF ancienne version en route…

        En attendant, perso, je constate que les prix des carburants battent des records (le E10 ou le gazole à 1,41 ou 42 € le litre aux stations d’hypermarchés locales dont celle de mon Carouf local, systématiquement classée cette dernière citée, dans les trois stations moins chères de l’Essonne) alors que le pétrole se traîne depuis la mi-novembre aux alentours de 61/63 $ le baril…)

          1. Aristarkke

            Faudrait éplucher la loi de finances 2019 pour avoir le détail de la myriade de taxounettes qui infestent le biotope du carburant.
            N’empêche que nous nous trouvons à payer maintenant (bien) plus cher que quand le baril valait 110/120€ à la grande satisfaction du Venezuela et d’autres…

            1. Dr Slump

              Et encore, t’as p’t’être pas détaillé les factures d’EDF mon vieux. C’est comme pour le pétrole: un max de taxes, en augmentation exponentielle.

              1. Aristarkke

                D’EDF, pas récemment pour cause de liquidation annualisée.
                Mais j’ai lu des articles mal-pensants sur ledit sujet.
                En revanche, pour celle de la Régie de la ComCom du coin pour l’eau potable, si.
                En gros, à peine un petit 50% pour le H2O et un gros 50% pour le reste : abonnement et un paquet de taxes et de contributions à des entités diverses et variées comme les Voies navigables de France + la TVA en chapeau…

                1. Dr Slump

                  Pour les « voies navigables de France », euh, c’est pour sauver la disparition des marins d’eau douce? Pendant qu’on délaisse le 2 ou 3e domaine maritime du monde? Ce doit être l’exception culturelle ou un truc dans le genre.

                  1. Pheldge

                    « on délaisse le 2 ou 3e domaine maritime du monde » ah c’est vrai qu’il faudrait entretenir la mer, avec un gros paquet de contrats aidés (ça ferait plaisir à MarieA), pour nettoyer l’eau de mer, la laver, la faire sécher, la repasser … fini le chômage ! 😉

    2. WorldTour73

      J’ai plus de mépris pour ces foulards rouges que pour les wahabites et tous les barbus de la terre. Ya vrmt des français irrécupérables.

    3. MarieA

      +100

      Je lis les premiers commentaires des articles du Figaro, les 2 premiers samedis, les commentateurs exultaient et soutenaient les GJ, maintenant ils ne cessent de leur cracher dessus. L’un d’entre eux a carrément écrit : « qu’ils arrêtent de déranger les gens qui veulent faire des achats le samedi! » Voilà le grand peuple révolutionnaire que nous vante tant Mélenchon!
      Une tisane et au lit!

      Ces sales soixante-huitards ont envie de continuer à voler les jeunes générations pour profiter jusqu’à la dernière seconde de leur niveau de vie injustifié, et ils comprennent que si le fonctionnement du système change, les jeunes feront tout pour ne pas se faire racketter.

      1. kekoresin

        En règle générale, des révolutionnaires décidés « à ne rien lâcher » qui font la révolution tous les samedi entre 10h00 et 20h00, ça a une légère tendance à me faire pisser de rire sur le chien de mon crétin de voisin! Pareil pour les rois de la couine qui se veulent pacifistes engagés et qui se prennent un bon gros coup de lance-patates dans les chicots.

        Quant aux gilets bleus, aux foulards rouges et aux slips marrons, ils ne sont que quelques poignées d’insignifiants qui croient encore que ce pays peut s’en sortir avec de la bonne volonté, du courage et une musique classique entraînante. Ces bouffons ne sont que la marge incompressible de zozos qui traînent dans tout groupe de bipèdes, mais ils ont droit de défiler, de s’exprimer et surtout de voter persuadés qu’ils sont que cela sert à quelque chose!

        1. MarieA

          Oui, c’est vrai que c’est plus intelligent de manifester H24 tous les jours. Comme ça on perd son emploi et on meurt de faim. On sera très certainement efficace pour manifester depuis le cimetière.

          Encore une fois que les génies qui critiquent aussi brillamment fassent quelque chose d’aussi efficace que les GJ. On attend semaine après semaine la preuve de leur légitimité à évaluer les démonstrations de mécontentement des peuples, entre leur iPhone et leur ordonnance de Viagra, il est légitime de penser qu’on attendra longtemps.

          C’est bizarre parce que les mêmes ne font jamais une seule remarque sur la façon dont les gens manifestent en Amérique du Sud, par exemple. Apparemment, c’est moins drôle que d’essayer d’humilier ses concitoyens derrière son écran.

          Si quelque a une idée géniale sur des façons efficaces de manifester un mécontentement qu’il les fasse connaître.

          1. kekoresin

            Bahbahbah, j’aime bien les gilets jaunes mais pour ceux qui se disent révolutionnaires à heures fixes c’est autre chose. Et puis je n’adhère pas à toutes les revendications, loin de là! Je ne vais certainement pas aller brailler sur un rond point pour la suppression de l’ISF, pour réclamer plus de services publics ou plus d’énergies renouvelables.

            Faire quelque chose? Oui, faire chier l’administration pas les commerces par exemple.

            Humilier mes concitoyens? Bof, je ne cherche à humilier personne, j’en critique certains par contre.

            Et puis Marie, mourir de faim en France en se retrouvant au chômage, sérieusement?

            1. Passim

              « Et puis je n’adhère pas à toutes les revendications »…
              Il faut se mettre dans la tête qu’il n’y a pas un catalogue officiel des revendications estampillées « gilets jaunes », keko.
              Il y a de tout sur les ronds-points ou sur les champs. Une seule revendication fait l’unanimité, c’est : « arrêtez de nous casser les couilles ! »

              1. kekoresin

                Oui oui, j’ai posté là dessus. Mais le cri unanime sur la destruction fracassante d’attributs masculins s’accompagne aussi de propositions réclamant plus d’état. Pour beaucoup plus de pouvoir d’achat veut dire plus de salaire mais pas moins de ponctions sociales.

              2. Pheldge

                pour les revendications, je suis de l’avis du Papet : on ne touche à rien de quoi que ce soit à l’état-providence, on ne conteste aucunement le niveau des dépenses étatiques à condition que tout le bouzin de prélèvements qui va avec tombe sur les voisins d’à-côtés, y compris en remettant l’ISF ancienne version en route…

                Ceci expliquant assez bien (pour *celui qui fut « l’adorable Pheldge » 😉 ) l’attirance que GJ exerce sur la petite MarieA

                *je ne doute pas de ma disgrâce après ça …

            2. P&C

              ça se voir que tu ne visites pas trop certains coins riants de notre pays… où les gens ne touchent pas les aides sociales car ils ne savent même pas qu’elles existent.

              Plus généralement, on a surtout affaire à des gens qui se privent un jour ou deux histoire de pouvoir payer d’autres frais.

          2. La prise de la Bastille fut faite par une poignée de personnes décidées (on parle de quelques dizaines). De nos jours, c’est Bercy qu’il faut cramer, et ça aurait globalement le même résultat.

            1. MarieA

              Oui, mais on rêve complètement, ça n’arrivera jamais parce que nous n’avons pas d’armes et en face nous avons des flics vraiment violents et suréquipés. Il ne faut pas non plus imaginer que les flics sont déchirés intérieurement entre leurs intérêts de citoyen lambda et les ordres qu’ils reçoivent, contrairement à ce que je pensais les 2 premiers samedis. Pour être allée vérifier leur visage après qu’ils aient gazé et jeté des bombes de désencerclement sans raison sur des gens qui manifestaient sans rien faire, je n’ai vu que des visages souriants, paisibles et calmes.
              Mais oui, ce serait le rêve de faire exploser ce bâtiment aussi immonde par l’esthétique que par la fonction.

              1. « ça n’arrivera jamais parce que nous n’avons pas d’armes et en face « 
                ah ah ah
                Vous êtes adorable de naïveté (je le dis sans ironie ni moquerie). Ne changez rien 😉

                  1. kekoresin

                    Ils ont permis à la minuscule armée Finlandaise de repousser 6 divisions soviétiques, de leur botter le cul en cramant les chars dont eux-mêmes ne disposaient pas. Ce sont eux d’ailleurs qui l’ont baptisé comme ça, rapport à Molotov qui avait ordonné le bombardement de la Finlande en assurant que c’était de la nourriture. Les Finlandais gueulaient avant de balancer leurs petites bombes incendiaires: « merci pour la bouffe Molotov, tiens voilà un cocktail! »

          3. Husskarl

            Une révolution ça se fait violemment, c’est le premier élément. Aller face aux CRS a poil n’est pas la meilleure méthode sauf a avoir quelques milliers de boxeurs pro dans son camp…
            La seule chose qui pourrait tout déclencher, c’est une grosse bavure bien sale.

          4. P&C

            Révolutionnaires ?
            Non.

            La révolution, c’est lorsque que l’on donne des noms et des prénoms aux problèmes, et qu’on associe une longueur d’acier ou un calibre aux solutions.

      2. Gosseyn

        Le Figaro sélectionne la tendance qu’il souhaite afficher, en censurant davantage les opposants. Il n’y a que si cela fait un flop complet que la tendance s’inverse. Ce qui s’est nettement vu avec l’affaire Fillon et souvent depuis. Ce doit être leur version de l’intégrité journalistique.

        1. Passim

          « leur version de l’intégrité journalistique »
          C’est tout-à-fait ça. Un main sur le plateau de la balance, jusqu’à ce que cela devienne intenable… Cela est vrai pour tous les médias, à peu près. Ils forment l’opinion, tout en étant son reflet. Jeux de miroirs… un peu orientés.

        1. Passim

          Les gilets jaunes médiatiques, par définition, sont ceux que les médias sélectionnent. Pourquoi cette sélection ? Voilà une bonne question, qui touche déjà à l’exercice du métier de journaliste…

          1. MarieA

            Il faut aussi comprendre qu’être une figure publique est à double tranchant. Si on veut rassembler le plus de gens, on est tenté d’embrasser, par l’apparence en tout cas, des idées qui ne sont pas forcément les siennes, celles qui semblent être populaires. Ça crée un cercle vicieux.

            Ensuite, on est en France, on en parle ici à longueur d’articles, les Français, nous tous, avons le cerveau lavé avec le socialisme.

            En plus de ça, il faut comprendre que les groupes d’extrême-gauche, antifas, black-blocs, sont les plus bruyants, actifs et violents (et efficaces!) donc oui, c’est eux qui obtiennent le plus de couverture médiatique.

            Mais, je pense quand même qu’il faut rester unis jusqu’à ce que nos intérêts communs soient atteints. On aura tout le temps de s’opposer après.

            1. Pheldge

              « Il faut aussi comprendre » … oui, c’est pas compliqué, le Papet l’expliquait plus haut : plus de pognon gratuit « pour les pauvres et les démunis », et bien sûr, payé par les autres …

              MarieA, j’attends la fin logique de votre raisonnement : »faut faire payer les riches, les patrons et les actionnaires … » Encore un petit effort ça vient, vous pouvez y arriver 😉

              1. sam player

                Un bémol Pheldge, il est fort possible que, pour déconsidérer le mouvement*, les médias mettent en avant les revendications d’une partie des GJ sur la nécessaire redistribution…
                Mais, si c’est le cas, c’est, contrairement à ce qu’on pourrait croire, un très bon signe.
                Je te laisse trouver la raison.
                Un indice : déconsidérer redistribution

                * : mode parano ON

                1. Pheldge

                  ouais, j’ai entendu la ventura sur ReuTeuLeu, ce matin, qui évoquait « ceux qui bénéficiaient de la redistribution » parmi les GJ … mais y’a un long chemin !

              2. MarieA

                @ Pheldge 28 janvier 2019, 8 h 37 min :

                Je crois que tu t’inventes des histoires, des propos que tu attribues aux autres. Où est-ce que j’ai dit qu’il fallait taxer encore plus les plus riches? Où ai-je dit que je souhaitais plus d’aides sociales? Nulle part.

                Je suis pour 0 état, donc 0 taxe et 0 aide sociale, 0 retraite par répartition, 0 fonctionnaire, 0 tout.

            2. Pythagore

              « être une figure publique est à double tranchant. Si on veut rassembler le plus de gens, on est tenté d’embrasser, par l’apparence en tout cas, des idées qui ne sont pas forcément les siennes, »
              2 commentaires:
              1. L’homme politique qui veut faire avancer le schmilblick ne se souciera pas de sa « figure publique », il essaiera de faire avancer ses idées et si elles ne trouvent pas preneur, ainsi soit-il, il ira vers d’autres intérêts. Combien de fois De Gaulle a-t-il « menacé » de démissionner.
              .
              2. Les hommes politiques qui auraient plus notre préférence ici, sont absolument incapable de vendre leur projet, embourbés qu’ils sont ds la novlangue. Je regrette qu’aujourd’hui seules 2 personnes à ma connaissances soient capable de faire front et de casser la novlangue, i.e. Onfray et Branco (2 neo-insoumis). Je ne partage pas leur vision politique, si ce n’est le girondisme/délocalisation d’Onfray, mais je constate que se sont les seuls à essayer de donner du sens et à casser la pensée unique de façon efficace.
              Je constate que ceci ne nuit en rien à leur popularité.
              Où sont les hommes de droite, et les libéraux ? Néant.

  6. Higgins

    Ce matin, j’ai tenté d’écouter « L’esprit public » sur France Culture. L’émission était, entre autres sujets, consacrée au discrédit qui entoure les merdias, Je n’ai pas tenu 20 mn. Mis à part Philippe Manière qui s’est inquiété à juste titre des atteintes répétées à la liberté d’expression et/ou d’opinion au nom de la lutte contre les fakes news, rien ou si peu sur le rôle malsain et ambiguë joué par les merdias officiels. À les entendre, la doxa officielle n’était aucunement à remettre en cause. Une fois la parole officielle ennoncée, la messe est dite et il n’y a rien à dire de mieux. Malheur à la parole contradictoire. Rien sur les informations tronquées dont nous sommes abreuvées au quotidien, rien sur la nouvelle morale décrétée par quelques médiocres et nulissimes plumitifs comme vient d’en faire la triste expérience Dany Boon avec la sortie de Merdiapart sur « l’optimisation fiscale ».
    Le poisson pourrit par la tête dit le proverbe. Je pense de plus en plus que la crise qui traverse nos démocraties vient en priorité de notre oligarchie que d’un peuple qui, grâce au Net, découvre enfin la réalité des choses.

    1. paf

      ce qui est genial c’est que l’expression Fake News a ete sortie par Clinton au moment ou de vraies informations sur elle commencaient a circuler sur internet; immediatement reprise par le genial Trump, tout le monde sait qu’elle designe le media mainstream, pricipal promoteur de fausses nouvelles.Et maintenant ce meme media mainstream essaye de nous faire croire que nous sommes victimes de fake news venant d’independants tout en se faisant regulierement griller en train de carrement mentir ( Covington etc ).Et cela arrive apres des decennies passees a nous raconter que le journaliste est litteralement le garant de la liberte.Laissez moi rire.

    1. kekoresin

      Moins d’oseille, plus d’abeilles!
      Moins de pollution, plus d’associations!
      Moins guerre, plus de bière!
      Moins de cons, plus de fions!
      Allez hop, j’enfile un foulard rouge et … ben rien, j’enfile un foulard rouge!

  7. Pheldge

    Fake ou pas ? l’article intitulé « des nouvelles de kekoresin »
    lepoint.fr/faits-divers/indre-ivre-il-s-echappe-des-urgences-en-volant-l-ambulance-26-01-2019-2289082_2627.php

    1. kekoresin

      J’les ai bien baisé sur c’coup là! 🙂

      Qu’elle bande de blaireaux, laisser les clefs sur le contact. 3 grammes d’alcool pour moi, 3 de QI à 2 pour eux. Vainqueur: Kéko par KO!

  8. MarieA

    Merci Emmanuel Macron, encore une nouvelle hausse d’une taxe absolument ignoble :

    « La taxe applicable pour ce type d’opérations, baptisée “taxe d’aménagement”, a en effet vu sa base de calcul bondir de 3,8% au 1er janvier, après une hausse de 3% l’année dernière »

    « Rappelons que les abris de jardin ne sont pas les seuls à être soumis à ce prélèvement : de fait, cette “taxe d’aménagement” s’applique à toute opération d’aménagement, de construction, de reconstruction ou d’agrandissement de bâtiment ou installation soumise à un permis de construire, un permis d’aménager ou une déclaration préalable. Donc, par exemple, à la construction d’une maison, d’une piscine, d’un garage… »

    https://www.capital.fr/votre-argent/nouvelle-forte-hausse-en-vue-de-la-taxe-abri-de-jardin-en-2019-1323470

    1. kekoresin

      Nom complet: taxe d’aménagement et d’espaces verts. Dans beaucoup de secteurs on a également la taxe sur la préservation des zones sensibles qui a connu également quelques montées de fièvre. La taxe abri de jardin peut ou non être appliquée par le maire ou la communauté de commune, mais qui renoncerait à un bon gâteau au chocolat pour le partager avec ses amis? Merde, personne a ramené une bouteille de champ’? Vite une taxe animal domestique! Avec la TAXE, la fête est plus folle…

        1. albundy17

          Pour le coût des survols hélicoptères afin de repérer les abris de jardin et piscines non déclarées.

          D’ailleurs, les piscines de moins de 10 m² n’étant pas taxées, il est de bon ton de peindre la toiture de la cabane en bleu ciel.

          1. Pheldge

            et les drones alors ? je pense monter un petit business juteux : tu payes la « protection », ou j’envoie la photo de ta piscine à mes potes de la DGFIP ? 😉

  9. Aristarkke

    Sur Twitter, la chasse aux Foulards Rouges, faux « citoyens indépendants », vrais militants de Flop Joene est ouverte et c’est un carnage, vu le nombre débusqué et flingué médiatiquement…

    1. kekoresin

      Oui, j’ai entendu ce midi une jeune femelle foulard rouge répondre à une perche à micro, femelle également: « je suis ici pour que les exactions cessent au plus vite. » – Qui s’exprime comme ça dans la rue?

    2. Stéphane B

      Après les gilets jaunes, les foulards rouges, bientôt une nouvelle série avec « la corde de chanvre » et son lot de « cravates noires ».

  10. goufio

    Selon le Rapport Cour des Comptes https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/12-aides-presse-ecrite-Tome-2.pdf, je cite :
    « Le secteur de la presse écrite regroupe environ 3 350 entreprises, emploie 59 000 personnes dont 21 000 journalistes, et publie 8 000 titres. Son chiffre d’affaires qui dépassait 10 Md€ en 2000 n’atteint plus aujourd’hui que 7,5 Md€. La dégradation apparente de sa situation s’explique principalement par la diminution de la vente de journaux imprimés : alors qu’il s’élevait en moyenne à 7 milliards au cours de la décennie 1990, le nombre annuel d’exemplaires diffusés est actuellement de 4,3 milliards, tandis que les recettes publicitaires sont passées dans le même temps de 3,8 Md€ à 2,4 Md€. En regard de ces chiffres, le montant total des aides dont bénéficie le secteur est élevé en valeur absolue et représente une part croissante de son chiffre d’affaires.
    Selon le périmètre et les conventions retenus, leur montant total en 2017 oscille donc entre 580 M€ (documents budgétaires) et 1,8 Md€, dont un peu moins de 130 M€ d’aides budgétaires directes »
    Si je m’arrête à des ratios simples 59.000 / 3.350 = 17,6 personnes par entreprise de presse dont 6,27 journalistes en moyenne ! Il doit y avoir des fausses entreprises avec un ou deux journalistes ou sans. Les subventions de 580 M€ à 1,8 Mds€ soit 9.830 € à 30.508 € par personne ! Ils n’ont plus besoin de travailler.
    Selon les données de la Commission de la carte de presse, le salaire moyen d’un journaliste est ainsi de 3.912 euros brut par mois en CDI, contre 2.273 euros pour un pigiste, et seulement 2.108 euros pour un CDD.14 sept. 2015

  11. paf

    c’est vrai que les revendications des gilets jeunes sont passées de l’anti-taxe au socialisme les plus vulgaire, mais ca n’est pas inattendu ni etonnant, ils comptent toujours, et j’avoue que c’est vraiment l’arrivee de ces gogols de foulards rouges qui me fait réagir: c’est tellement pitoyable, et les medias leurs lèchent le cul tellement fort, qu’on est dans le foutage de gueule guignolesque de toute beaute.Ces connauds ont peur qu’on remette en cause les institutions.Mais nom de Dieu, quand elles sont perverties a ce point bien sur qu’il faut cesser de les respecter! Bien sur qu’il faut se soulever quand la sodomie taxatoire vous rend pauvre! Mais bon il faut avouer qu’entre les revendications communistes de certains gj et le manifestations geriatriques pro-gouvernement, on nage dans la gogolerie la plus complète.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.