Clownerie ministérielle : Bruno Le Maire veut une blockchain publique

Ah, les cryptomonnaies ! C’est un sujet complexe, qui porte à la fois sur la monnaie, l’économie, les mathématiques, l’informatique et la souveraineté de l’État. Autant d’éléments que maîtrise Bruno Le Maire – BLM pour les intimes – dont la puissance intellectuelle lui a permis de devenir le plus frétillant des ministres de l’Économie que le pays ait connus. Il était donc malheureusement inévitable qu’il lance (encore !) une réflexion à ce sujet.

De façon intéressante, ce n’est pas la première fois que notre effervescent ministre lance ainsi le sujet dans l’actualité. On se souvient par exemple qu’en 2018, il avait nommé un « monsieur Bitcoin« , dont on soupçonnait dès la nomination que la production en terme de rapports dodus permettrait de placer un nouveau jalon dans la longue histoire des conclusions consternantes d’organismes d’État.

La sortie du rapport, en juillet de l’année dernière, confirmait globalement l’impression initiale puisque les conclusions se résumaient essentiellement à vouloir, encore une fois réguler, encadrer et mettre sous la coupe de l’État une technologie dont l’essence même a toujours été de s’en affranchir. Si le rapport du Monsieur Bitcoin n’était finalement pas aussi périplaquiste que le fut le rapport Thery en son temps, il n’en demeurait pas moins assez peu opérationnel, se limitant au mieux à des constats sans intérêt (voire faux pour certains, ne nous leurrons pas), au pire à quelques recommandations qu’on avait déjà lues ou entendues ailleurs. Les animaux politiques apprécieront, les autres pourront donc oublier ce rapport, exemple vraiment standard de ce que la nomenklatura française produit de temps en temps en feignant d’influer sur le cours des événements qui les dépassent de loin.

Mais voilà : six mois se sont écoulés, et il était donc grand temps pour notre BLM national de remettre le sujet sur le tapis. Entre-temps, Facebook a dévoilé son projet de produire sa propre cryptomonnaie, le Libra, ce qui n’a pas manqué de déclencher deux types de réactions différentes selon le milieu considéré.

Chez les pratiquants des cryptomonnaies, la lecture du « white paper » (le document technique décrivant le fonctionnement et les objectifs du Libra) aura été accompagnée d’un intérêt modéré en ce que le développement d’une telle technologie par un géant comme Facebook en permet sa démocratisation. Malheureusement, les choix techniques de la firme de Zuckerberg, notamment celui d’en faire une cryptomonnaie arrimée à un panier de monnaies étatiques, rendent l’ensemble de l’opération nettement moins crédible. Si l’on y ajoute la façon dont le Libra sera piloté par une fondation dans laquelle on retrouve, notamment, des banques et des organismes de carte de crédit (ces entités-mêmes que les cryptomonnaies entendent dépasser), ainsi que les flous techniques qui entourent la future cryptomonnaie de Facebook, la prudence s’impose.

Prudence qui fut bien évidemment complètement absente dans les déclarations de nos politiciens les plus enfiévrés (qui sont aussi les moins compétents en la matière – ce n’est pas un hasard) : l’apparition de cette monnaie interne à Facebook a rapidement été ressentie comme un véritable affront à la souveraineté des États, laquelle s’exprime notamment par sa capacité de battre monnaie et de spolier gentiment leurs peuples au travers de celle-ci. Une monnaie indépendante des États, fût-elle estampillée Facebook, fût-elle arrimée aux monnaies officielles, est un coin enfoncé dans leur capacité à lever l’impôt, prélever des taxes ou imprimer du billet à rythme soutenu afin d’éponger des dettes contractées pour arroser les électeurs les plus naïfs… Insupportable !

Dans ce contexte, le brave Bruno ne pouvait pas rester les bras croisés. Pour lui, c’est absolument clair, « la France refuse qu’une entreprise privée se dote des moyens de la souveraineté d’un État », scrogneugneu non mais alors. Peu importe que Bitcoin et les autres cryptomonnaies existent déjà et se soient assez voluptueusement passés de toute autorisation auprès de la France ou du petit Bruno lui-même. Pour ce dernier, c’est dit : la France refuse, et puis c’est tout.

Dès lors, il faut agir :!

Eh oui : en France, lorsqu’on est ministre, l’incompétence n’est jamais une excuse pour ne rien faire. C’est sans doute armé de ce principe inaltérable même devant les pires déficits budgétaires que Bruno s’est courageusement lancé dans une nouvelle aventure idiote dans laquelle il va tenter de pousser tout le pays. Bien sûr, le résultat sera très évidemment un désastre, mais pour Bruno, encore une fois, ce désastre est préférable à l’inaction : selon lui, c’est sûr, pour contrer la proposition de l’insupportable Zuckerberg, il faut « une monnaie numérique publique émise par les banques centrales qui garantirait la sécurité totale des transactions, leur rapidité, leur simplicité et leur gratuité. »

Vous avez bien lu : selon Bruno, le fait pour une banque centrale d’émettre une monnaie permettrait, de façon quasi-magique, d’en assurer la sécurité des transactions, leur rapidité, leur simplicité et surtout, leur fameuse gratuité. Dans l’imaginaire du petit Bruno, la banque centrale dispose des mêmes pouvoirs que les licornes mythologiques qui, nourries avec de la bonne herbe fraîche introduite à un bout peuvent produire des richesses innombrables à l’autre bout (ou des prouts parfumés et des cacas colorés, au choix).

Dans ce monde parallèle où Bruno s’ébat avec des petits couinements télétubbiesques, il n’existe aucune des catastrophes monétaires régulières sur les monnaies étatiques, depuis les hyperinflations exponentielles jusqu’aux actuelles plomberies financières incestueuses mises en place par la Fed ou la BCE pour éponger les abysses financières de la crise de 2008 (elle-même provoquée par les politiques monétaires débilissimes des années 2000). La perte de plus de 95% de la valeur du dollar pour cause d’inflation sur les 100 dernières années n’est pas plus un problème.

Partant, on peut décemment demander à ces institutions pourtant catastrogènes de s’emparer à bras le corps de ces cryptomonnaies, c’est évident. Il semble tout aussi évident que les intérêts de l’ensemble des acteurs qui participeront à cette blockchain publique convergeront aussi magiquement que les licornes précédemment évoquées.

Ainsi, les pouvoirs publics auront à cœur – c’est toujours évident – de ne pas défausser leur monnaie (parce que ce n’est pas déjà ce qu’ils font sur une base quotidienne, n’est-ce pas).

Chaque autre participant ne sera que trop heureux que l’ensemble de ses transactions soit enfin accessible à tous les agents de l’État qui ne feront de ces Niagaras d’informations qu’un usage modéré et parfaitement en ligne avec ce qu’on peut attendre de démocraties tirées au cordeau.

En outre, cette cryptomonnaie publique, située sur une blockchain tout aussi publique, ne verra jamais la moindre censure d’aucune de ses transactions : on peut être d’ores et déjà certain que tout le monde y aura accès, tout le temps.

Enfin, la centralisation complète inhérente à l’aspect public de cette géniale invention n’offrira ni « point unique de défaillance », ni aucune opportunité pour l’État de s’immiscer encore plus dans notre vie quotidienne. Ce sera garanti, c’est Bruno qui le dit. Il y aura une charte avec un petit tampon rouge en haut à droite, et une petite licorne en bas à gauche, avec la signature de Bruno en bas au milieu. Garanti.

Cerise sur le gâteau numérique : toutes ces transactions seront gratuites, comme l’école, la couverture sociale ou la sécurité du territoire qui, comme chacun le sait, sont assurées par des armées de bénévoles et de citoyens aussi socialement responsables que baignés de leur naturelle abnégation (sans compter leur horreur de toute rémunération financière, bien pratique pour conserver les comptes de la Nation à l’équilibre budgétaire).

On le comprend : un ministre tente de s’approprier une fois encore une question qui n’appartient surtout pas au domaine de l’État et dans lequel les citoyens ont un intérêt primordial, vital même, à ce qu’il en soit le plus éloigné possible.

Heureusement, l’absurdité des propositions faites et du discours tenu montre que, comme internet il y a plus de 20 ans, les autorités françaises sont parfaitement à la ramasse. C’est plutôt rassurant.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires131

  1. Blondin

    Ainsi donc le frétillant Bruno affirme que « la France refuse qu’une entreprise privée se dote des moyens de la souveraineté d’un État ».
    En revanche, que la France ait abandonné sa souveraineté monétaire au profit d’un machin para-étatique européen sur lequel aucun contrôle démocratique ne s’exerce n’a pas l’air de le déranger une seconde.
    Lors du débat des primaires, la vacuité abyssale de ce sinistre en matière de politique étrangère, de souveraineté, etc; était apparu. Il continue de creuser !

    1. pabizou

      Le pb n’est pas la souveraineté monnetaire,c’est la planche à billet . Que l’emetteur soit la BCE ou la banque de france ne change pas grand-chose

      1. theo31

        C’est ça le problème de la monnaie : elle perd de la valeur avec le temps. La seule solution pour ne pas perdre du pouvoir d’achat avec une monnaie, c’est d’accroître la productivité et de laisser la destruction créatrice faire son oeuvre.

      2. Blondin

        Que le pb vienne de la planche à billet ne change rien au fait que le grand crétin nous parle de souveraineté monétaire alors que de facto elle n’existe plus.

        1. pabizou

          BLM parle pour se donner l’impression d’exister et d’être indispensable, ou pour le moins en espérant que nous on le croira . C’est une merde étatiste qui sait tout mieux que toi, et en vit très bien, dommage, c’est sur ton dos, comme tous les gens comme lui . Sans intérêt .

      1. durru

        Si tout se passait en France, entre Français, ça se verrait beaucoup plus vite. Et les effets seraient plus rapides. L’astuce de l’UE (avec BCE etc) est justement d’éloigner les sujets qui fâchent, tout les sujets et pour tout le monde. Ça me rappelle quelque chose…

        1. Blondin

          On peut aussi penser que sans la BCE et l’Euro, tout se serait cassé la gueule plus vite et que la France aurait – enfin – pris les mesures nécessaires.
          ou se serait enfoncée dans une sorte d’Albanisation ou de Vénézuélisme.

      2. theo31

        Le problème n’est pas la souveraineté monétaire mais le socialisme. Mais il est inutile d’expliquer cela aux fans de la grosse blonde, Asselineau ou Dupont-Feignant. Si l’argent était la richesse, ça se saurait depuis très longtemps.

    2. kekoresin

      La main qui reçoit est toujours en dessous de la main qui donne.

      La France reçoit beaucoup pour éponger ses errances. Que ce soit en Franc, Euro, Ecu, Librabitecoin, elle est de facto dépendante.

  2. jb²o

    Cher h16,
    Puis-je me permettre une question un peu digressive ?
    Concernant le bitcoin, je ne parviens pas à comprendre comment il continuera à fonctionner une fois tous les bitcoins émis, et donc une fois que le minage ne rapportera plus rien. Comment continuer à certifier les transactions?
    Question de béotien sans doute.

    1. Karizoc

      Le minage rapporte directement par émission de bitcoins à chaque bloc miné. Et cela va continuer ainsi, même si la récompense par bloc diminue de moitié tous les ~4 ans, jusqu’à ~2140.
      Il rapporte aussi à chaque transaction inclue dans le bloc. En effet des frais de transaction sont prévus, et ce sont eux qui, à terme (même si on a le temps de voir venir en 120 ans) fourniront les revenus des mineurs.

    2. Les transactions sont payantes.

      L’idée de Satoshi était que le volume des transactions grossissant, la valeur du BTC augmentant, le bénéfice des mineurs pour le traitement des blocs de transaction via les paiements des transactions garantirait la pérennité économique du modèle. Ceci suppose bien sûr un volume de transaction important ou un coût par transaction important ou les deux. Le volume important est impossible avec un bloc limité à 1Mo, ce qui rend la transaction plus chère.

      1. cherea

        Ah ah ah….tout le débat et tout le narratif sur BTC et BCH est dans cette histoire et la fameuse vision du White Paper de 2009. Pour les béotiens, je pose les termes du débat. Dans le White Paper de 2009 ( un peu l’équivalent du Coran on ne doit pas y toucher et ce qui est écrit dedans doit être vrai de toute éternité malgré les évolutions technologiques et c’est ce vers quoi on doit aller), Satoshi voit le btc comme un cash digital, à utiliser tous les jours pour payer son café…sauf que dans les faits avec l’appréciation et l’adoption qu’on a eue, le bitcoin est plutôt devenu une valeur refuge type or, btc= or numérique donc ça a de la valeur, donc on la garde…le vieux « la mauvaise monnaie chasse la bonne », avec un bloc de 1 Mo, les frais sont chers et le réseau est lent…À mon avis on on utilisera le bitcoin pour des transactions à fort enjeu type immobilier, rachat transnational d’entreprise où on se fout de payer 100$ de frais de transaction…de l’autre côté, BCH, bitcoin cash cherche dans le discours à réaliser la vision de Satoshi et donc bloc plus volumineux 8Mo…pour traiter plus de transactions et avec des frais moindres…Il n’est pas nécessaire d’opposer les 2…il est tout à fait acceptable d’avoir et du cash et de l’or dans son portefeuille…Faut se faire à l’évidence, il n’y aura pas une seule crypto-monnaie to « rule ’em all » mais bien une dizaine…qui se tailleront la part du lion tout comme il y a une dizaine de géants du web dans le monde entre les gafam, telcent, alibaba, rakuten…À vous d’investir sur la dizaine de cryptos dont vous pensez qu’elles apporteront de la valeur sur le marché avec une super technologie et adoption de masse…et c’est comme si vous aviez acheté du Apple, Google, Amazon il y a 15-20 ans, mettez tout cela sur un hardware wallet et revenez dans 10 ans…Normalement, vous pourrez avoir une retraite tranquille et agréable…Je ne vais pas faire de prévision mais bitcoin figurera parmi les 10 encore dans 10 ans…

        1. Val

          @cherea la dernière personne que je connais et qui a voulu acheter qq BTC s’est fait plumer car la plateforme a été piratée . Nous sommes au Far West numérique à l’époque où les banques se faisaient dévaliser toutes les semaines.

          1. theo31

            Ca me rappelle une histoire. Dans un village de Gers, attaque d’une banque : les gendarmes laissent faire, on sait jamais, une balle perdue ou un mort. Les voleurs trop contents qu’on les laisse piller les paysans sont allés braquer une autre banque abritant des comptes de paysans dans la foulée, avec le même résultat. 😀

          2. cherea

            Votre ami a mal fait son boulot de recherche…avant tout investissement, il faut étudier un peu le sujet. Si la plateforme s’est fait pirater et n’a pas pu rembourser, désolé d’être assez dur, mais c’est la faute de votre ami. Il a laissé la gestion de ses clés privées à un tiers et il était sûrement marqué dans les conditions d’utilisation que si piratage pas de remboursement…comme on dit « who controls the private key is the one who really owns the bitcoin » i.e. la propriété in fine des bitcoins est à celui qui contrôle les clés privées , dans le cas de votre ami l’exchange,(en général une douzaine de mots) et comme je le dis dans mon commentaire précédent, transférez vos bitcoins ou autres actifs numériques sur un portefeuille sécurisé dont vous contrôlez la clé privée, et je dis bien que on compte investir sérieusement un hardware wallet est indispensable et ça ne serait pas arrivé si votre ami n’avait pas inconséquemment laissé ses bitcoins sur un exchange. Après certains exchanges sont plus sérieux que d’autres: on peut citer Coinbase ou Kraken…

              1. cherea

                Coinbase pas convaincant niveau sécurité! alors là je suis vraiment surpris de ce commentaire et attends plus d’argumentation sur cette assertion. Coinbase et Kraken ont l’avantage de faire l’échange fiat-crypto ce que ne fait pas binance et pour votre gouverne Binance s’est fait hacker 40 millions de dollars en btc il y a 4 mois…je vous laisse taper « binance hack »…
                De toute façon comme je l’ai déjà dit, les cryptos c’est sur son hardware wallet

                1. Dr Slump

                  Impression purement personnelle. Kraken a des procédures de sécurité bien plus exigeantes que Coinbase, c’est bien simple, avec Kraken je n’ai pas réussi à passer en phase 2, pour permettre les transferts de fonds en euros, ils m’ont fait refaire 4 fois le selfie avec pièce d’identité et tout le tintouin, et me les ont tous refusés, à chaque fois pour des points de détail tels que « il ne faut pas que vos doigts soient sur la carte d’identité », ou « il faut que l’on voie votre bras sur la photo », à la fin j’en ai eu ras-le-bol j’ai abandonné.
                  Et pour le hardware wallet, oui, si on a misé plus que qq dizaines d’euros, c’est incontournable, et ce n’est pas très cher.

        2. Jean-Baptiste DAGRON

          Dans 10 ans les puissances de calculs auront progressé, qui sait qu’avec l’aide des premiers ordinateurs quantiques grand public le traitement sera moins « lourd » qu’à l’heure actuelle… Et je vous parle même pas des supercalculateurs français bien de chez nous qui minent déjà des cryptos… (chuuuuttttt…. n’allez pas le dire à BLM…).

          1. Dr Slump

            « des supercalculateurs français bien de chez nous qui minent déjà des cryptos »
            Hein?! quoi, qui, où, comment??? Vous pouvez en dire plus à ce sujet?

      2. jb²o

        Merci pour vos éclaircissements.
        Il est donc possible cependant qu’un blocage se crée dans une zone ou prix et la quantité ne seraient pas satisfaisant pour « miner/certifier »?

        1. cherea

          dans les faits non. Pas assez de récompenses ou de rewards sont distribuées pour les mineurs alors les mineurs vont vers d’autres blockchains pour miner, ceux qui restent sont plus récompensés…back to bascis, offre et demande, théorie des jeux et équilibre

      3. goufio

        En dehors des aspects techniques que vous avez soulevé comme la limite statutaire du nombre de bitcoin, aucun « jeton électronique » dénommé crypto-monnaie ne correspond à une réalité économique. En effet, ce n’est pas un moyen d’échange (ou pas encore puisqu’il faut passer par les monnaies fiat), pas une unité de mesure puisqu’il faut convertir comme ci-devant et encore moins une unité de réserve compte tenu de sa volatilité. En conclusion, aucune économie ne résisterait à ce type de jeton électronique sans aucune substance. Il faut peut-être le dire à BLM, bien qu’il soit rigolo à chaque fois qu’il l’ouvre et dire qu’il était dans le panel des candidats primaires de la « droite »(quand j’ai écrit primaires je l’ai fait exprès)

        1. « ce n’est pas un moyen d’échange « 
          Dès lors qu’on les utilise pour échanger quelque chose (y compris des monnaies fiat), par définition, si.

          Du reste, la remarque vaut pour n’importe quoi d’autre : tant qu’une monnaie n’est pas utilisée de façon suffisante, elle n’est pas une monnaie. On frise la tautologie ou plus exactement le raisonnement circulaire : comme c’est volatile, ça ne peut pas servir de monnaie, et comme ça ne sert pas de monnaie, c’est volatil.

        2. Aristarkke

          Ce n’est pas un système monétaire libératoire puisqu’il nécessite l’accord exprès des deux parties pour servir de monnaie entre elles.

  3. pabizou

    Plus con, tu meurs . Heureusement qu’il est là, ceux que les cryptos interessent sauront tout de suite quel choix ne pas faire s’ils avaient encore un doute… Et, en plus cet abruti va jouer contre son camp, il pourra toujours essayer de les diaboliser après ça . Un grand merci

    1. durru

      Mais c’était une très bonne affaire, figurez-vous ! Du crédit à taux négatif, ça veut dire que l’Etat aura gagné des sous dans cette affaire. Je suis même étonné qu’ils n’aient pas pris plus…

      1. MCA

        Et dans leur très bonne affaire ils se gardent bien d’évoquer le remboursement du capital, car ils ont beau parler de taux négatif, il ne l’est pas au point de parvenir à annuler le montant emprunté sur la durée.

        1. durru

          Ah, mais pour rembourser on fait un autre crédit, c’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé, la plupart des crédits récents ont été contractés parce que les crédits faits suite à la crise de 2008 arrivaient à échéance.
          Ils sont trop… comment qu’ils disaient déjà ?… techniques, subtils, etc, le pékin moyen ne peut pas les comprendre.

        2. goufio

          Et avez-vous pensé à tous ces souscripteurs de contrats d’assurance vie en fonds euros, qui paient des impôts pour que l’état leur verse des intérêts annuels et que leurs économies ainsi prêtées à l’état ne leur sera pas remboursées et que maintenant avec les taux négatifs ces mêmes épargnants vont verser des intérêts à l’état pour lui avoir prêté leurs économies, si cela n’est pas une spoliation ! c’est un FDG. J’ai entendu dire que l’état avait créé dès cette rentrée scolaire un diplôme de magicien.

  4. cherea

    BLM, bam, propose purement et simplement de faire le Minitel à l’heure d’Internet, du web et de la 5G, ça c’est du génie…GENIUS, keep on the good work.
    Comment lui dire…

    Ce qui est marrant à un plan plus meta c’est qu’après avoir abandonné la souveraineté monétaire à des entités « indépendantes » comme les banques centrales, ou la BCE, les hommes de l’État tels BLM essaient de récupérer cette souveraineté via la blockchain…

    1. durru

      Entités « indépendantes » dont les dirigeants sont nommés TOUS par les mêmes dont ils sont « indépendants ». J’aimerais moi aussi que tout le monde soit tout aussi indépendant par rapport à moi 😉
      Non, la (block)chain c’est pour avoir la « souveraineté » sur le pékin qui s’en sert…

    2. Val

      @cherea oui c’est assez comique …. ceci dit c’est assez inquiétant : creation d’un assignat numérique traçable appelons le FKCH -fuckchain pour les intimes- . Imaginons qu’ils imposent l’usage . Ils pourraient faire un contrôle des changes aujourd’hui impossible. Bien sûr certaines professions : fonx et autres obligés seraient payés en Euros, à la manière du Vénézuéla où les puissants sont payés en dollar et les autres en Bolivar .

      1. MCA

        M’est avis que comme la majorité n’y comprend que « couïk » ils essaient de dériver le concept pour orienter les mentalités vers un nouveau flicage à merci en affirmant que l’argent numérique grâce au blockchain c’est ce qu’on vous dit et non pas ce que H16 et d’autres tentent d’expliquer depuis des lustres.

        Bon, ici c’est raté pour BLM, il ne parviendra pas à nous détourner de la parole divine, mais ailleurs….

        Un point positif tout de même, s’ils se sentent obligés de descendre dans l’arène c’est que ça doit bien les démanger qq part et qu’ils ne savent pas trop comment s’en sortir car ils n’y comprennent rien, mais ce qu’ils saisissent très bien, c’est que le magot risque fort de leur échapper, autant dire l’horreur absolue.

  5. theo31

    Enculours

    J’ai failli retapisser l’écran du PC. J’en ris encore. 😀

    Sinon le suce-bites en chef de Bercy BLM aka Saint Nhectare ferait bien de lire la magistrale leçon de Francisco d’Anconia sur la monnaie et d’apprendre les mesures des superficies.

    1. Chat de nuit

      Le livre auquel vous faites référence est bien trop subversif pour ces gens-là. Si il le lit, il serait capable de le faire censurer….

      1. goufio

        Au contraire je crois que BLM l’a lu et qu’il se rêve en Wesley Mouch!
        N’oubliez pas qu’il est agrégé de lettres modernes notre BLM avant d’avoir passé deux ans à l’ENA (qu’aurait-il pu apprendre en deux ans si ce n’est que la rhétorique et la fumisterie …)

  6. taisson

    Derrière l’idée de compétence « moderne, bien en phase avec son temps » que nos « élites » veulent afficher, il peut y en avoir d’autres, moins séduisantes…

    Je ne comprends pas grand chose a la monnaie virtuelle, mais je pense que si elle passe sous contrôle de ou des états, il faudra vraiment m’expliquer la différence avec la monnaie fiat !
    Entre un flux monétaire papier contrôlé par l’état, ou une chaîne numérique dont la valeur finale sera également contrôlée par l’état, je ne vois pas bien la différence

    Et si tout ça, une fois bien contrôlé remplaçait la monnaie cash ?
    De confusions en confusions, ne serai ce pas la la véritable idée de fond ?

    Ou, comment transformer un truc super « moderne », qui serait encensé par tous les agités médiatiques au nom de la nouveauté, en système de contrôle absolu !!
    Il n’y à pas besoin d’être très compétent pour renforcer le totalitarisme !

  7. kekoresin

    Le lémurien a encore sorti un âne de sa poche ventrale! En France chaque jour apporte sa dose de connerie et on ne sait plus où donner de la tête. Ca peut venir de tous côtés, du haut, du bas, de n’importe quel azimuté planqué entre deux couches de crème du mille-feuilles géant, une vraie 3D de niaiserie made in RF.

    Alors comme ça notre petit marsupial des cimes veut une cryptomonnaie pour être dans le vent. Il faut que ça boume, hein les jeunes. C’est bat le Internet. Et ma monnaie que j’ai pensé dans mon esprit reflétera l’image de la France éternelle, indépendante du reste du monde car elle est trop bien et trop libre dans sa tête: le Librabite!

  8. Pheldge

    petit rappel sur BLM :M. « mon intelligence est un obstacle »
    lefigaro.fr/conjoncture/la-france-a-les-finances-publiques-les-plus-mal-tenues-de-toute-la-zone-euro-20190908
    et
    lefigaro.fr/conjoncture/la-france-fait-la-plus-grosse-levee-de-dette-de-son-histoire-20190905

    1. kekoresin

      Ouais mais Le Figaro c’est un peu orienté non? Selon L’huma, la France devrait emprunter plus et pas rembourser, donc tu vois, pas de problème.

      Bon, y’a pas que les finances, c’est tout le système qui est aromatisé au foutre de licorne. Les dettes ne sont que la conséquence de l’inconséquence…

      1. theo31

        Tout le monde sait bien que les dettes, c’est du vent et qu’un Etat ne peut pas être en défaut de paiement. Cette fois ce sera différent : pas de 35 % pour le 10 ans d’âge, le fric sera gratuit. On va plumer les riches, enfin ceux qui n’ont pas eu le temps de se barrer. Oh wait : l’URSS a fini comme elle a commencé : dans la merde.

        1. taisson

          « On va plumer les riches, enfin ceux qui n’ont pas eu le temps de se barrer. »

          Il semblerait que même ceux qui se sont barrés pourrons aussi déguster !
          Une Charmante députée… blonde à lunettes… S’en occupe sérieusement !!
          Voir les Echos..

            1. Aristarkke

              Ils rêvent (humide) de pouvoir faire comme le fisc américain…
              Mais la puissance de feu est trop faible pour pouvoir sortir des frontières.

        2. goufio

          Attendez la venue de Christine Lagarde à la tête de la BCE vous saurez ainsi ce que vaut une avocate sans formation économique, monétaire financière. Elle est plutôt pour une distribution (elticopter money) à Noël de 1.000 € par européen soit 130 milliards d’euros, l’argent n’ayant plus ou pas de prix cd’est bien connu et on peut tout essayer mais ça ne marchera pas. Si c’était possible la France aurait été riche avant l’euro et si une politique keynésienne avait un jour eu du succès on en aurait entendu parlé . C’est peut-être pour que les gens puissent consommer par ce qu’ils n’ont pas créé et relancer la machine économique à bout de souffle…ou pour trouver cette inflation improbable. C’est dur quand on a pas fait vraiment d’économie et un passage au FMI avec ses 350 économistes ça ne se fait pas par capillarité non plus. Je crois que l’on va rire …jaune.

    2. Blondin

      eh oui ; pendant qu’on occupe le bon peuple avec la lutte contre l’homophobie dans les stades (par exemple), on passe sous silence (enfin on essaie) ce type de catastrophe.

  9. BDC

    Trop intelligent… faut faire gaffe, avec BLM on peut perdre 3 fois sa mise …
    Bruno Le Maire : “La première (ndlr : des difficultés) c’est le risque de spéculation et donc le risque pour les épargnants. On trompe les épargnants. Les épargnants qui vont mettre leurs économies sur le bitcoin et qui ont investi avec un niveau du bitcoin à 20.000 dollars et qui aujourd’hui ne pèse plus que 6.500 dollars (ndlr : au moment de l’interview), ça voudrait dire qu’ils ont perdu trois fois leur mise. Donc faisons attention. Nous sommes là pour protéger les investisseurs, protéger les épargnants.”
    capital.fr/economie-politique/bitcoin-bruno-le-maire-enchaine-les-erreurs-factuelles-1272839%3famp

    1. durru

      Bah oui, trois fois, comme les chants du coq : une fois quand ils ont acheté les bitcoin, une deuxième fois lorsqu’ils les ont revendues, et une troisième fois quand ils ont écouté BLM.
      Mais quelle mauvaise foi, il faut vraiment tout expliquer… Son intelligence est clairement un obstacle.

      1. durru

        Il veut les protéger d’eux-mêmes, qu’ils ne s’enrichissent pas par hasard sans que l’Etat ne gagne au moins dix fois plus…
        Faut dire qu’ils n’en sont pas loin, chapeau.

  10. Oxymore Tarlatane

    « pour Bruno, encore une fois, ce désastre est préférable à l’inaction »

    Bruno est donc un Shadok : « « Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien, que de risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas ».

  11. Stéphane B

    HS bien qu’étant une parfaite clownerie lui aussi. Et en prime, c’est un copain du patron. Le résumé donné du livre est édifiant: un bon système stalinien. Quand je pense que des gens boivent ses propos et sont d’accords avec lui, je me dis que nous sommes vraiment très mal foutus. L’Histoire et ses morts ne servent à rien, désolant.
    ladepeche.fr/2019/09/12/cinq-choses-a-retenir-du-dernier-ouvrage-de-piketty,8408864.php

    1. Stéphane B

      J’ai mis un commentaire qui a été refuse, sans doute un coup de la licorne qui n’a pas voulu que je parle d’elle. Le voilà ci-après:
      « Trois questions qui anéantissent tout le raisonnement de ce type: qu’est-ce qui pousse un homme ou une femme à se surpasser pour s’extraire de sa condition ?
      Pense-t-il vraiment qu’en distribuant du pognon comme ça les gens seront plus heureux ?
      Est-il vraiment convaincu que le pognon sort du cul des licornes et qu’on peut donc l’utiliser de cette façon ? »

    2. Pheldge

      Ce genre de bouquin permettra de proposer des spoliations à seulement 60 ou 75 %, comme des solutions acceptables … de toutes façons le nombre de bénéficiaires de la redistribution excédant celui es ponctionnés, je ne me fais guère d’illusions …

  12. Sonia

    En vrai c’est qui le plus abruti : celui qui raconte ce type de conneries ou celui qui nomme le cretin pour qu’il puisse raconter des conneries ?

      1. Pheldge

        parfaitement, c’est de la politique ordinaire. En plus, Lemaire et Darmanin sont bien (définitivement ?) grillés à droite. Enfin, pour ce que la droite représente encore …

      2. Aristarkke

        Flop Joene avait aussi besoin de ce genre de gusses pour afficher son projet « rassembleur » des bonnes volontés par delà les clivages politiques…
        Présenter BLM ou Dard Malin comme de droite est osé sauf en l’ affublant de l’adjectif socialiste…

  13. Dr Slump

    Passons sur le crétin ministériel. Qu’il crée sa crypto, ça fera « sproutch » comme toutes les innovations high-tech de notre état-gère, et ça n’aura aucune espèce d’incidence sur le marché des crypto.
    Mais concernant les crypto, je trouve que le bitcoin est étonnamment stable ces derniers temps. Ca m’interroge. D’ailleurs, les marchés financiers sont étonnamment calmes, comme si de rien n’était, alors que tout le monde connaît l’inquiétante réalité balayée sous le tapis. L’oeil du cyclone?

    1. Lorelei

      Surtout ne pas bouger et laisser croire que tout est normal. Parce que le jour où tout va éclater, on ne sait pas ce qu’il en résultera.
      On a vu 2008 et ses conséquences, ce serait bien pire.

    2. Dr Slump

      On n’arrête pas de nous annoncer une crise dévastatrice qui n’en finit pas de ne pas arriver, le calme avant la tempête est une chose.
      Mais ce qui m’interroge le plus, c’est la stabilité du bitcoin.

        1. Dr Slump

          Evidemment si tu comptes à partir de la dégringolade qui a suivi le fork… mais le bitcoin avait grimpé jusqu’à $ 14.000 fin 2017.
          Il est remonté à un cours plus stable suite au crash, qui varie entre 8000 et 12000, bref autour de 10000.

  14. Stéphane B

    Et le dard malin qui remet une couche. Vive la hontectomie !
    lefigaro.fr/vox/politique/darmanin-la-france-retrouve-la-maitrise-de-ses-comptes-publics-20190911

  15. MCA

    Tiens, tiens, on dirait qu’ils commencent à avoir peur de perdre le pouvoir :

    Libra: la France refuse le développement de la cryptomonnaie « sur le sol européen »
    Paris, 12 sept 2019 (AFP) – Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé jeudi que la France refusait d’autoriser le développement « sur sol européen » de la Libra, la cryptomonnaie que Facebook veut lancer en 2020, estimant que « la souveraineté monétaire des Etats est en jeu ».
    « Je veux le dire avec beaucoup de clarté: dans ces conditions, nous ne pouvons pas autoriser le développement de la Libra sur le sol européen », a affirmé le ministre, à l’ouverture d’une conférence de l’OCDE consacrée aux défis des cryptomonnaies.

    suite sur : https:/ /www.atlantico.fr/node/3578970

        1. MCA

          Ce qui est amusant dans cette histoire, c’est qu’ils ont tardivement pris la mesure de la menace qui elle n’a rien de virtuel.

          Ils vont donc dans un premier temps tenter de faire peur et si ça ne marche pas, ils criminaliseront l’usage du Libra.

  16. Al Bundy

    Ari, de l’info pour pro ^^

    jacqueshenry.wordpress.com/2019/09/12/pollution-au-plomb-un-autre-debat-inattendu/

    Perso, j’y suis relativement peu confronté, mais j’avoue en avoir réparé sous l’insistance pesante des gens ne souhaitant pas l’alternative à plusieurs milliers d’euros.

    1. Aristarkke

      On se fait peur à bon compte en oubliant que le plus souvent, l’eau du robinet n’est plus en contact direct avec la tuyauterie plomb pour cause de couche de tartre bien épaisse.

    2. Aristarkke

      J’en rencontre encore dans Paris et tout ce qui est daté ante années 60 mais le tube est rarement intact, plutôt entrecoupé par des bouts de cuivre. Je ne répare plus mais propose de remplacer tout ce qui se trouve entre la première et la dernière section de cuivre, sinon au revoir.
      Je ne supporte plus les larmes de crocodile des pov’proprio’parisiens qu’ont pas de sous avec 1à 2 M€ sous les pieds…

      1. Pheldge

        bin, Papet, ça arrive aussi que le proprio soit rincé, au point de se taper la rénovation … t’en as connu un, y’a pas si longtemps, si ma mémoire est bonne. Bon heureusement pour lui,que d’après ce que je sais, y’avait pas de lourds travaux de ce type … 😉

  17. Pierre G

    Sans rapport avec le sujet initial, mais la question se pose :
    Après presque 10ans chez nos amis Outre-manche, et suite à des maladies graves (Charcot d’un côté, Cancer de l’autre), nous avons décidé de rentrer en France pour aider les parents et beaux-parents à surmonter ces épreuves respectives et finir leur vie avec leurs petits enfants.
    Au vu des lectures de ce blog, la vie en France risque d’être bien morose et difficile, ou bien est-ce juste une impression ?
    Quelles seraient les choses principales à prendre en compte pour le retour ( géographiquement parlant, le plus simple serait de revenir dans les Pays de la Loire/Maine et Loire)?
    Inscription permis de chasse, achat or?
    Comment se préparer psychologiquement à un retour ?
    Je suis preneur de tout conseil, et d’avance merci à vous tous!

    1. D’une part, bon courage. Les administrations françaises (toutes) n’accueillent pas les impatriés avec joie, c’est le moins qu’on puisse dire et il vous faudra vous armer de patience et de tous les moyens les plus retors pour les forcer à faire leur travail correctement pour vous réintégrer (n’hésitez pas à enregistrer vos conversations avec les préposés, conserver les noms, grades et fonctions de chaque intervenant, à tout faire via lettres recommandées avec accusé de réception, etc. pour les forcer à faire leur boulot). Pensez à escalader rapidement les hiérarchies, la force et les crocs montrés étant plus efficaces que les explications et les petits courriers, oubliés sous des piles d’autres paperasses.

      D’autre part, effectivement, un peu d’or, d’argent, de plomb seront nécessaire pour protéger vos biens. Les prochaines années ne seront pas plus joyeuses, au contraire.

    2. Val

      @Pierre Notre hôte exagère . En matière de pays j’essaye de m’astreindre à une sorte de zen : profiter des bienfaits d’un pays donné et ne pas attendre ce qu’il ne peut donner. Appliqué au nôtre ça donne : profiter du côté épicurien, retrouver ses amis, sa famille, la douceur du climat . De l’autre côté se préparer psychologiquement à la rudesse des rapports humains et pas seulement avec l’admin. Nous sommes rentrés depuis qq années maintenant et ça va tres bien. Perso ce n’est pas l’Angleterre que j’ai eu le plus de mal à quitter et de loin…

      1. Pierre G

        Juste au dessus de la trentaine, avec 2 enfants a charge, l’ainé en CP/CE1 le dernier sera scolarisé l’an prochain.
        Métier demandé sur le marché du travail (directeur de projets informatiques/Manager IT) mais plus dur a trouver hors Paris/RP, region que je veux éviter le plus possible.

        1. Val

          @Pierre il y a des îlots tout à fait vivables en RP, bien pratiques pour garder le bilinguismes des enfants mais je comprends votre préférence pour la province.

  18. Citoyen

     » … mettre sous la coupe de l’État une technologie dont l’essence même a toujours été de s’en affranchir.  »
    Voila, H16, en résumé, ce que le Bruno, et la caste dans laquelle il a pris son rond de serviette, refuse de comprendre, ou surtout feint de ne pas comprendre, tant cela met leur tension à rude épreuve … C’est qu’en fait, si les cryptomonnaies existent, c’est grâce, ou surtout à cause d’eux … Ce qui produit chez eux des dissonances cognitives assez insupportables, largement observables sur les photos, tant la certitude que des sous qui trainent dans la poche des gueux, échappent au contrôle de leurs petits doigts crochus, ce qui a le don de les faire bouillir de l’intérieur …
    Et donc, sentant bien que quelque chose leur échappe, ils se disent qu’eux aussi se doivent d’en être pour ne pas se faire larguer, quitte à passer pour des clowns (le ridicule ne tue pas) … Une partie de la population n’ayant pas encore compris que, l’un des intérêts des cryptos étant d’outrepasser la main mise des clowns sur leur existence, il leur reste quelques espoirs d’abuser les gogos … Ce qui sera toujours ça de pris …
    Donc, pour les gogos, voila la crypto sécurisée par l’état qui arrive insidieusement … C’est pas bô le progrès (version progressistes) ?…

    1. pabizou

      Il n’y a pas à se faire de souci, la majorité de ceux que les cryptos interessent savent qu’elles cessent d’être interessantes dès l’instant ou la main du politicien met les pieds dedans . Le seul intérêt de l’intervention de BLM, c’est qu’en ouvrant son clapet il participe à dédiaboliser les cryptos et va encore jouer à l’arroseur arrosé . Pour une fois qu’il sert à quelque chose….

  19. Al Bundy

    Bonne nouvelle, le pot de départ de draghi est conforme aux attentes des adorateurs du pognon gratuit.

    Vivement hélicoptère que j’en croque aussi

  20. Dr Slump

    Au vu des récentes communications à propos des crypto en général et du libra en général, un petit état des lieux serait fort bienvenu de la part de maître Hash ^^

    Le patron de JP Morgan réclamant que l’état régule les crypto, parce que srogneugneu elles doivent se plier aux mêmes règles que les banques sont typiques, et ce tandis que JP Morgan se prépare à lancer la sienne…

    Le sujet est à la une de nombre de quotidiens, y’a du remous, avec son lot de grandes frayeurs (des monnaies qui ne sont pas contrôlées par l’état, alerte!), des avertissements, des imprécations, et des universitaires pontifiants que les crypto ne sont pas viables et vont disparaître, ou qu’elles doivent, forcément, être mise sous le contrôle de l’état, comme toutes les monnaies, parce que l’état en est le garant incontournable gnagnagna gueuguegueu. BLM dit des conneries plus grosses que lui, mais il s’inscrit dans cette vague communicante, qui vise à préparer l’opinion publique.
    Alors, quelles perspectives, tandis que les crypto sont quand même encore loin de faire office de moyen de paiement courant, et que d’autres s’y intéressent au contraire comme moyen d’abolir le cash?

    1. sam player

      Bah justement le cash, on dirait qu’il ne reflue pas tant que ce que voudraient nos gentils états et la BCE… chaque jour j’apporte ma pierre à l’édifice… et je porte la bonne parole… mais peu sont perméables aux arguments…
      Dieu se rit…
      (un article récent dans le fig)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.