Du jaune, du vert, du vieux : enfin, la protestation pour tous !

C’est à nouveau la semaine, pardon le mois, que dis-je, la saison des grèves en France. Comme je le mentionnais dans de précédents articles, la rentrée est systématiquement l’occasion pour le pays d’entrer dans une période d’intense gréviculture.

Cette année, il y a même conjonctions de différentes grèves, dans une belle confusion.

Gilets jaunes sur le retour, réforme des retraites, hystérie climatique, voilà amplement de quoi générer quelques belles manifestations. Cependant, cette fois-ci, on peut déceler un phénomène un peu différent avec l’apparition du Français Essentiel, celui qui râle, manifeste, proteste, défile mais le fait pour tellement de raisons à la fois qu’on ne sait plus exactement ce qui motive le mouvement d’humeur ou, pire encore, la nature précise des revendications qui partent rapidement dans tous les sens.

On pourrait peut-être dater la cristallisation de ce phénomène avec l’apparition des Gilets Jaunes, épitomé du concept même de raisons multiples et de revendications large spectre tellement confuses que plus personne n’y comprend rien.

Avant ce phénomène, on pouvait aisément repérer des mouvements de grèves aussi pénibles que confus, avec les manifestations Kronenbourg-Merguez des indéboulonnables syndicats de la fonction publique, réclamant toujours « plus de moyens », des « revalorisations de salaires / avantages / primes », la « fin des cadences infernales » et autres poncifs installés dans le paysage français comme de véritables églises dans le landerneau politico-économique national. Ces manifestations ne concernaient cependant pas tous les Français, loin s’en faut (et la perte d’audience drastique des syndicats sur les 50 dernières années en atteste).

Inversement, les participants à la « Manif Pour Tous » n’ont pas du tout pu bénéficier du statut de phénomène récurrent, toléré ou habituel et se sont donc copieusement fait taper dessus.

La situation était problématique : une partie des Français s’est ainsi retrouvée dans l’incapacité de griller des merguez de façon festive et récurrente, et (comme l’a montré un précédent billet) la revanche électorale n’était même plus possible pour eux puisque, rapidement, il n’a plus dominé qu’un seul type de discours formaté et autorisé, le reste étant consciencieusement interdit (par la loi ou par la bonne société).

Il fallait donc trouver un moyen simple, une soupape d’expression populaire pour que chaque Français puisse enfin râler et défiler dans l’égalité de la protestation solidaire pour tous.

Et là, paf, instant de génie : Roger sort son gilet jaune !

Rapidement, comme on l’a vu par la suite, il fut impossible de décider une bonne fois pour toutes si Roger était un facho de droite, un abruti de gauche, rien de tout ça ou beaucoup des deux en proportions totalement inconnues.

Oh, bien sûr, au début, tout était clair : on sentait bien que les revendications, fort éloignées de l’éternelle litanie syndicaliste du manque de moyens, ne cadrait pas avec le phénomène habituel, compris et toléré. Cependant, dès que les copains de Roger ont commencé à réclamer plus d’aides de l’État, quand bien même Roger n’était pas d’accord, personne ne l’a écouté et les journalistes, se retrouvant enfin en terrain connu, se sont mis à parler des copains de Roger.

Sans surprise, le phénomène Gilets Jaunes est devenu un fourre-tout confus de revendications plus ou moins improbables, dont une caractéristique ressort : on n’est plus sûr du tout qu’elles soient de droite. Comment, dès lors, couvrir d’opprobre Roger et ses potes ? Au moins un sur deux fait partie de ceux qui défilent régulièrement dans d’autres manifestations quasiment adoubées du pouvoir, et l’autre, une fois sondé, apparaît clairement indécis… Un Gilet Jaune, finalement, on ne sait pas ce que ça veut : le pouvoir, les médias et les classes jacassantes ne peuvent pas le salir ouvertement, mais ne peuvent pas plus le défendre.

On a toujours vu que la France était difficile à réformer car peu importe qui gouverne, les Français descendent dans la rue dès que ça bouge. Partant de là, Macron n’a aucunement l’intention de réformer vraiment quoi que ce soit. En revanche, il pourrait utiliser la fine stratégie de figer les Français dans la routine de la manifestation plus ou moins calme mais finalement totalement contrôlable et ne rien réformer du tout, faisant ainsi entrer ces grèves et mouvements d’humeurs dans le cadre du « business-as-usual ». La technique a très bien fonctionné avec les Gilets jaunes, elle fonctionnera pareillement avec les autres.

Macron a donc toute latitude pour organiser des choses qu’on ne va pas lui reprocher : taxer plus mais en douce, renforcer les chaînes avec l’Europe, ramasser davantage de cash pour lui et sa clique, faire semblant de bidouiller une retraite avant de lâcher l’affaire, ramener plein d’immigrants dans le pays où être contre est officiellement ignominieux.

Les problèmes de la France sont déjà difficiles à identifier pour un Gilet jaune qui peut à bon droit se sentir complètement esclave d’un système sans comprendre comment il l’est devenu.

Avec ces développements, ces problèmes vont devenir encore plus emmêlés les uns dans les autres. Dans ce cadre, une frange revendicative qui ne sait pas contre quoi elle tempête est un très bon radiateur à mécontentement : on manifeste, on s’époumone, et comme ça ne correspond à rien de concret, on se félicite que le gouvernement soit de plus en plus à l’écoute. Sans les bonnes clefs d’analyse, une partie du peuple s’enferre dans les manifestations, les hystéries, les cris et les expressions violentes d’un mal-être généralisé, et correctement manipulé, finit par réclamer encore un peu plus de ce qui a causé son malheur en premier lieu.

C’est ainsi que, sans risque, le gouvernement vire au vert : l’écologie et la politique identitaire sont un exemple type de deux secteurs dans lesquels l’État peut continuer à augmenter son intervention, alors qu’elle est déjà à son maximum dans la plupart des autres secteurs. Et ainsi, moyennant un paravent de réforme ici, un arbre planté là, on enfume et on oublie les Gilets jaunes qui, de toute façon, ne savent pas ce qu’ils veulent.

Voilà, petit-à-petit, l’apparition du Français Essentiel, ce râleur invétéré mélange de Gilet jaune, d’écolo à tendance hystérique et de vieux attaché à sa retraite et à un modèle social que le monde ne nous a en réalité jamais envié ni copié.

Jusqu’à présent, Macron a été habile dans sa chimie politique lui permettant de réaliser cette synthèse de Français Essentiel : au début dépassé par la virulence des Gilets jaunes, il a progressivement intégré une touche d’écologie de plus en plus forte, le vert adoucissant nettement l’acidité du jaune.

Le Gilet jaune moderne sera vert tendre, ce qui lui donnera la pérennité écologique de celui qui va sauver la planète et contre lequel il sera politiquement suicidaire de se positionner. Par la suite, on introduira progressivement des doses de cette formidable solidarité qui fonde le pacte républicain ♪ tsoin tsoin ♫, ce qui permettra aux vieux, déjà foutrement bien syntonisés avec Gaïa, d’intégrer le mouvement d’ensemble.

Une fois la fusion du jaune, du vieux et du vert enfin opérée, on aura enfin le Français Essentiel Ultime, ce manifestant qui ne sait pas pourquoi il manifeste mais le fait dans le calme et la pondération pour un résultat aussi peu concret que possible mais strictement écolo ou vivrensemblesque.

Le futur est imprévisible : va-t-on assister à l’apparition de Gilets Verts avec Greta en tête, ou verra-t-on des Gilets Vermeil avec Attali en porte-parole ?

Le suspense est intenable.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires310

    1. Jacques Huse de Royaumont

      L’Angleterre s’effondre en bon ordre, la France se relève en désordre, dixit Churchill.
      Sauf qu’on ne se relève pas…

      1. Al Bundy

        Faut tout de même admettre que le peuple français est particulier, être encore en vie avec les tonnes de boulets que les connards de politiques nous enfilent comme les perles un lendemain de repas arrache gueule…

        1. durru

          Al, la France c’est comme un chameau. Il part en désert avec plein de réserves dans les bosses et, tant qu’il y a encore des réserves, ça se voit pas trop que la nourriture et l’eau manquent.
          C’est seulement une fois que les réserves sont finies que ça pose vraiment problème. On s’en approche…

          1. Al Bundy

            « On s’en approche… »

            Ouais, c’est ce qui se dit depuis plus de 2 siècles.

            Je faisais référence à ces « petits entrepreneurs », qui arrivent même parfois à dépasser le seuil des 50 salariés (des fous !) Ceux ci me laissent sans voix.

            Tu les laches ds un pays comme les états unis avec les codes de là bas, et l’habitudes des contraintes d’ici, ils font un carton

        2. Pythagore

          L’adversité peut être décourageante mais aussi stimulante. Question de dosage. Qq chose me dit que le dosage est lentement en train de partir en sucette. La grève, tjs la grève. On en est à quel chapitre ?

          1. Al Bundy

            « Question de dosage »

            Faire buter quelqu’un tout les 2 pas, ou le laisser poursuivre son chemin tranquillement, la vie se chargeant déjà des embûches…

            J’ai lu il y a peu, il y a tellement d’opportunité d’emploi en france que le nombre d’auto-entrepreneur explose.

            Arghhh ! Le manque à gagner !

            En effet il y a un abattement sur les cotises durant 3 ou 4 ans, passant de 100 % (je crois) à 0 durant la période, alors comme y’en a plus (+) à tondre, ils vont retoquer le bazar, comme ça, même ceux ayant quelques velléités de s’en sortir par eux même, resterons dans le canap au rsa ou un truc du genre.

            Que des connards !

            1. Pythagore

              Ah ? Macron veut supprimer le statut d’auto-entrepreneur ? Cela faisait parti du programme de Hollande (son prgrm étant essentiellement de l’anti-Sarko) mais il a renoncé.

              1. Al Bundy

                Non, pas supprimer, y’a bon, il veut diminuer les exo de charges, ces enfoirés de chômeurs se mettent à bosser et ne paient pas avant de naître

  1. Le Gnôme

    Ce pays est réellement foutu, on manifeste pour tout et son contraire et les seuls vainqueurs sont les charcutiers qui fabriquent les merguez et les chipos; avec les vignerons qui vendent le rosé.

    1. P&C

      C’est la conséquence du diviser pour régner + système tellement complexe que plus personne n’y comprend rien : tout le monde manifeste pour ses problèmes personnels immédiats, dans la cacophonie.
      Manque plus que Momo la ceinture farceuse.

  2. Aristarkke

    Si ça se trouve, il doit bien y avoir des GJ qui réclament la baisse des taxes sur les carburants en approuvant le programme de suppression radical des véhicules personnels, sauf émargement à la Nomenklatura (déconner a des limites bien bornées)…

    1. Le Gnôme

      Comment vont faire les bouseux pour se déplacer le jour où le véhicule individuel va être interdit, vont ils vivre façon mennonites, avec carriole tirée par un cheval ?

            1. Al Bundy

              tu causes de sa voix ?

              « Dans des courées  »

              Ma première maison, 70 m² habitable sur 3 niveaux, rénovée en 5 ans de week end, vendue le triple. façade de 4,3 mètres, lumières allumées toute l’année tellement il fait sombre dans ces baraques de merde, même l’été (ds le nord l’été c’est du 13 au 17 juillet, le reste du temps il pleut)

              5 ans de poussières, Peg n’en pouvait plus ^^

      1. Theo31

        Comme en Roumanie. Le conducator avait fait cependant fait une énorme connerie : il a laissé vivre des milliers d’enfants non désirés qui sont devenus des adultes avec la rage au ventre.

        1. durru

          Désolé, vous faites erreur : le décret qui interdisait les avortements a été donné en 1967, les enfants non désirés en question étaient des très jeunes adultes en 1989. S’ils ont participé au soulèvement, ils n’en ont pas été une pièce maîtresse.
          Et pour ce qui est des carrioles, elles n’ont jamais vraiment disparu de Roumanie, en fait. Des gens prévoyants 😉

              1. Al Bundy

                Tes stats parce que tu as vu 2 carnes ds ton village ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu un massif rachat de vieux canasson ds les pays de l’est pour en faire des lasagnes et raviolis.

                J’ai plutôt tendance à me référer aux stats et dire d’un acheteur pris la main ds le pot de confiture de la contrebande de bidoche de l’époque.

                1. durru

                  Je dis pas qu’il y a pas eu, Al. Je dis que c’est marginal, vu que tu en trouves toujours pas mal dans à peu près tous les coins pauvres. « vieux » => ils ont pu renouveler leurs stocks et rester rentables 😉

                  1. Al Bundy

                    Marginal pour alimenter les usines à lasagnes, je pencherais plutôt sur marginal, ton constat, on ne parles pas ici d’une ou deux tonnes de viande, tu comprends ?

                    1. durru

                      Je te conseille de faire un tour là-bas, tu choisis le(s) coin(s) paumé(s) que tu veux et tu vérifies par toi-même.
                      Il y en a moins qu’avant, c’est évident, mais le pays n’en a pas été vidé. Et, encore une fois, le gros des stocks venaient d’entreprises qui produisaient ce qu’on attendait d’elles, les étiquettes étaient trafiquées une fois en France. C’est en tout cas la conclusion de l’enquête sur la boîte de l’ancien rugbyman de Carcassonne (ou quelque part dans le coin) au coeur du scandale.

                    2. Al Bundy

                      « tu choisis le(s) coin(s) paumé(s) que tu veux et tu vérifies par toi-même. »

                      Ben non, j’ai pas de base de données avant / après, je vais pas me fier à « ho ben on dirait qu’yen a moins qu’avant mais y’en reste »

                      C’est du même acabit que ton « étude » statistique de travaux sur routes payantes sur ton seul trajet …

                    3. durru

                      Bah non, c’est toi qui comprends pas. L’échange était parti de l’affirmation de P&C qui supposait que la loi UE aurait massacré tous les vieux canassons.
                      Jamais dit qu’il n’y en a jamais eu qui aient fini en lasagnes, hein…
                      Mais, malgré les lasagnes et les lois débiles, il en reste (pas mal). C’est tout.

                      Quant aux autoroutes, tu demandes à qui tu veux de comparer la qualité des services en France et ailleurs, surtout comparé aux prix.
                      Je trouve hallucinant de devoir démontrer qu’une activité de type monopole, intimement liée aux décisions politiques (prix, financements, etc, etc), se plie in fine aux travers du capitalisme de connivence.

              2. Grosminet

                « Il suffit de se promener sur des petites routes de campagne » on en voit régulièrement sur les nationales, et encore parfois en périphérie des villes. Et en ce qui concerne leur présence à la campagne il n’y en a pas que dans les coins pauvres…

                  1. MCA

                    Voici la réponse à votre angoissante question :

                    https:/ /www.ifce.fr/wp-content/uploads/2019/07/IFCE_OESC_Note_thematique-Effectifs-equides_juillet2019.pdf

                    1 060 000 bestioles fin 2016

                    A RETENIR
                    • 1 060 000 équidés en fin d’année 2016
                    • 2/3 de chevaux de selle et poneys
                    • 2/3 hébergés en structures
                    • 31% des équidés en structures agricoles
                    en Normandie, Pays de la Loire et
                    Bretagne

                    Ca fait un bon paquet de lasagnes.

                    Pas de bol pour les caisses de retraite :

                    Un cheptel qui vieillit
                    La population équine est jeune, plus du tiers de la population
                    a 6 ans ou moins. La moitié a entre 7 et 19 ans et 11% ont plus
                    de 20 ans.
                    Du fait des évolutions évoquées ci-dessus, la population est
                    vieillissante : entre 2008 et 2016, la catégorie des moins de 3
                    ans a vu ses effectifs fortement diminuer en lien avec la baisse
                    des naissances alors que la population d’équidés de plus de 10
                    ans a augmenté. Sur la période, l’âge moyen de la population
                    est passé de 8,4 ans en 2008 à 9,9 ans en 2016.

  3. durru

    « un facho de droite, un abruti de gauche, rien de tout ça ou beaucoup des deux en proportions totalement inconnues. »
    Génial, merci Patron ! Quoique, ça peut aussi être l’inverse (facho de gauche, abruti de droite), pourquoi stigmatiser ?

  4. Theo31

    Le dernier tweet est vrai ? Si c’est le cas, j’avais raison de dire que Gilles et John puent du cul depuis le début.

    Un article disait que les GJ du début puisaient leurs revendication dans TOUS les partis, lesquels sont sans exception socialistes.

    1. Al Bundy

      Il y avait une gilet jaune, au tout début, qui posait LA bonne question: Ou va tout ce pognon de dingue, faisant référence aux 1057 milliards de prelavements divers

        1. Pythagore

          Ca me fait penser au film avec De Funès et sa machine à fabriquer de la bouffe en plastique (le grd restaurant ?).
          D’un côté, y’a le cash qui rentre, de l’autre côté, y’a les petits fours qui sortent.

          1. Al Bundy

            L’aile ou la cuisse.

            A propos de trou noir, y’en a un super massif qui envoie un gros paquet de rayon X toutes les 9 heures, comme quoi les trou de cul émettent aussi

  5. Duff

    « renforcer les chaînes avec l’Europe »

    J’ai pas le souvenir de billets détaillant ce point.
    L’incapacité des britanniques à mettre leurs institutions et leurs représentants en conformité avec le référendum me paraît pourtant prémonitoire.

    Le sentiment de dépossession de leur démocratie par les peuples s’explique pourtant assez bien par le fait que ni leurs députés ni leurs juges ne planchent sur du droit local débattu par les élus du peuple. Combien même ils le feraient, ils ne sont pas du tout près à suivre la volonté du peuple même exprimée par référendum (2005 en France, 2016 en UK).

    Qu’il est bien loin le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

    1. Higgins

      Sur ce point, je ne peux que conseiller la lecture du petit livre de Michel Onfray : « Théorie de la dictature ». Les démocraties occidentales sont bien malades et, comme le dit si bien le proverbe chinois « Le poisson pourrit toujours par la tête ».

      1. Gosseyn

        La …  »démocratie » ? Oui, j’ai déjà entendu parler de ce mot très ancien. Mais, dans la réalité, je ne vois pas à quoi il se réfère.

  6. cherea

    on remarque aussi que pour les marches pour le climat à Paris, on a eu le seul chiffre de 15 000 manifestants, marcheurs….et pas de chiffres différents selon la préfecture et les organisateurs…

      1. P&C

        Faut dire que le Macron a donné à l’UMP le baiser de la mort en leur piquant les vieux.

        La seule chose que peuvent faire les caciques de l’UMP est de faire monter les prix pour aller tapiner chez En Marche.

    1. Higgins

      Pour le sommet sur le climat à l’ONU, il n’y a eu que 66 chefs d’état qui se sont engagés : « La première journée du sommet pour le climat a été marquée par l’engagement de 66 Etats au principe d’une neutralité carbone d’ici 2050… Si la France et l’Allemagne font partie de la liste, il s’agit surtout de petits pays, qui représentent quelque 6,8% des émissions mondiales… » (https:/ /www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cinq-choses-a-retenir-du-sommet-de-l-onu-pour-le-climat_3629143.html)
      Pour faire clair, ça a merdé salement et notre pays est à la tête des plus cons de la planète….

        1. Pythagore

          D’abord, il n’y a pas besoin de ce type d’accord, ensuite, tt ce que les politiques font, est de nous appauvrir, de nous faire perdre des avances technologiques, pour des objectifs Harry Potter, de conte de fée.

          1. MCA

            +1000

            J’ai comme l’impression que les nantis commencent à paniquer à la pensée de manquer de carburant pour leurs jets privés et voitures de luxe, la solution toute trouvée étant de nous mettre tous à vélo d’urgence pour qu’ils puissent continuer à sabrer le champagne du haut des nuages.

            1. P&C

              +1
              Le discours écolo étant là pour faire croire au deal win win avec les classes moyennes et populaires, alors que ce sont elles qui vont en prendre plein la gueule.

      1. Blondin

        Légèrement HS – désolé – mais j’ai trouvé hallucinant l’intervention de la madone prépubère des hystérochauffistes. Elle commence son allocution par un pompeux « en tant que citoyenne ».
        Personne – mais alors vraiment personne – pour lui rappeler qu’elle est mineure et de ce fait qu’elle n’est pas citoyenne !

          1. Pythagore

            Oui m’enfin bon, je ne connais que la légende de Jeanne d’arc qui est enseignée, je ne sais pas si ca colle à la réalité, mais il me semble que ses actions ont été plus profitables que celle de Sainte Bukkaké, ce serait plutôt un mélange de Bernadette Soubirous et Don qui chiotte.

              1. Aelil

                @Val: Pas tant que ça, Bernadette voyait la vierge, Greta voit le CO2, bref Jesus n’est qu’un gaz, ce qui explique la grossesse virginale… Finalement tout est logique :p

                  1. Aelil

                    @Val, un truc qui s’est présenté comme l’immaculée conception quand même, et vu que Bernadette étaient illéttrée (courant à l’époque, aucu mépris là dedans), ben le curé a trouvé que ça devait cacher quelque chose… C’est pas ça ?

                    1. Val

                      @aelil l’establishment de l’époque procureurs , curés etc étaient très réticents vis à vis d’elle ils la prenaient pour une folle ou une manipulatrice. A l’inverse l’establishment d’aujourd’hui porte Greta au pinacle. Il faut prendre le temps de lire toute l’histoire …

                    2. Pheldge

                      @val : pas de soucis pour ça, du moment que c’est pas catho, ils croient ! c’est juste dès que y’a un morceau de christianisme qui apparaît que là, ils rejettent …

          1. MCA

            Que les médias se taisent et elle retourne instantanément au néant qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

            Les vraies questions à se poser sont :

            – pourquoi une telle insistance à lui tendre le micro?
            – qu’est-ce qui se cache derrière?
            – qui finance ce bintz ?

      2. Pythagore

        « ça a merdé salement et notre pays est à la tête des plus cons  »
        Mais non major, nous ne sommes pas la tête de con, nous sommes la tête de pont qui éclaire le monde de ses lumières clairement voyantes.

      3. Jacques Huse de Royaumont

        « notre pays est à la tête des plus cons de la planète ». Hélas.
        Et le mignon poudré déploie toute son énergie pour renforcer cette position.
        On a les objectifs qu’on peut.

  7. Stéphane B

    C’est chez Jean de Ginestous, c’est vert mais peut faire voire jaune et c’est interdit comme certaines manifestations type manif pour tous:
    ladepeche.fr/2019/09/25/toulouse-appeles-pour-un-incendie-les-policiers-decouvrent-un-laboratoire-de-drogue,8437314.php

    Sont forts Théo ?

  8. Gosseyn

    Un bon sujet pour H16, le milieu glauque du politiquement correct :

    Des procès pour diffamation sont intentés par Olivier Berruyer, du blog  »Les Crises », à l’encontre de rédacteurs du Monde, en particulier ceux proches du Déconnex, mais également et à venir, contre un de leurs fournisseurs d’intox orientées, Conspiracy Watch, blog qui voit des complotistes partout, à peu près comme ceux atteints de delirium tremens qui voient des rats noirs courir sur les murs !

    Si vous voulez voir un dégueulis de moraline de ce genre, en voici un sinistre exemple : https://youtu.be/XGUcOuK9x2s

    Avec eux, pas de problème existentiel : dans leur monde de licornes, tous ces méchants conspirationnistes sont peu ou prou liés avec l’extrême droite !

    La vérité révélée, par contre existe. Oui, oui, ils l’ont rencontrée en personne et elle guide la plume des rédacteurs du Monde ! TGCM.

    1. Pythagore

      Prétendre que le capital asservit les hommes, n’est ce pas également du complotisme ? Des complotistes qui dénoncent des prétendus complotistes.
      Prétendre que les capitalistes se désintéressent de l’environnement et ne sont intéressés que par les profits, n’est ce pas également complotistes ?
      Il y aurait un complot des capitalistes, contre les hommes, contre la nature, contre…. le marxisme ?

      1. Gosseyn

        C’est ce qu’il faut comprendre, ils reprochent aux autres leurs propres vices, ne parvenant pas à les dissimuler autrement, faute d’arguments opérants. Alors, c’est le retour de l’agit-prop chez nos socialistes nationaux.

  9. Jean Feutre

    Vu aux infos, gros plan sur les aides-soignants (aides-soignantes, aides-autres) qui dans le secteur public partent a 57 ans (dans le privé 62, allez expliquer pourquoi).

    Donc celle (ou celui, ou autre, mais bon, je suppose sur la base de mes prejudges) qu on interviewe dit qu « elle » a 35 ans et est deja fatiguée et malade et whatnot, donc comment pourra t elle faire son boulot a 60 ans + . L idee ne lui vient pas a l esprit que dans les 25 ans a venir, son boulot peut changer (assistance robotisée, autre affectation).

    Non. le travail , c est une souffrance. et ca ne change jamais. Il n y a qu a voir les pleurnicheries sur la disparition des caissieres de supermarche et des agences de banque. Ou sont les pleurnicheries sur les crieurs de journaux, les forgerons, les ouvriers des chantiers navals, les collecteurs de crottin et les tonneliers ?

    1. MarieA

       »le travail , c est une souffrance. »
      Oui. D’où l’idée de filer un salaire contre, non?

       »et ca ne change jamais. »
      Oui. Tu vas nous dire que tu travailles gratuitement, depuis toujours et que tu continueras jusqu’à la mort?

       »Ou sont les pleurnicheries sur les crieurs de journaux, les forgerons, les ouvriers des chantiers navals, les collecteurs de crottin et les tonneliers ? »
      Peut-être parce qu’ils n’ont pas connu ces métiers. Quand on a moins de 850 ans, les collecteurs de crottin, on ne les a pas tellement fréquentés…
      Et on peut préférer les caissiers et les agences bancaires physiques, non? En plus de ça, vous ne payez pas moins cher vos courses en faisant le travail de la caissière, donc bon… Je peux comprendre qu’ils aient l’impression de se faire baiser sans contrepartie et n’apprécient pas.

      1. durru

        Ah… Et moi qui croyais que le salaire est la contrepartie d’une plus-value pour l’employeur. Qui s’en fout royalement si l’employé souffre ou s’éclate (enfin, pas forcément, mais bon, ça fait pas partie des critères pour établir le montant du salaire – sauf pour les sévices publics).
        J’ai jamais compris les discours de ceux qui nous annoncent tous les jours le chômage de masse à cause de la mécanisation de plus en plus importante de nos sociétés. D’un côté, c’est comme la pétition des fabricants de chandelles (ou la destruction créatrice, c’est selon). Et de l’autre, on oublie que les pays les plus robotisées présentent les taux de chômage les plus bas. Bizarre, vous avez dit bizarre ?
        Je ne peux que rappeler Bossuet, désolé…

        1. MarieA

          Oui et? En quoi le fait de toucher une rémunération empêche de ne pas souffrir de son travail?

          Jean Feutre prétend être étonné qu’une aide-soignante puisse souffrir de son travail parce que les robots dans 25 ans scrogneugneu, ben… je m’étonne de son étonnement.

          La souffrance au travail ou le plaisir au travail, quel lien direct avec les taux de chômage du Japon et de la Corée du Sud?

          Et croire que la France va être équipée de robots dans ses hôpitaux dans 2 ans euh….

          1. durru

            Bah non, justement, vu la mentalité, c’est pas pour demain la veille qu’on va équiper des postes de travail (en France) d’une quelconque aide mécanisée. Rien quand on voit les réactions face à la généralisation des caisses automatiques, on peut comprendre que l’envie de s’y mettre disparaît.
            Mais je peux vous assurer que les aides-soignantes seraient très contentes d’avoir ce genre d’aides. Sauf que, bureaucratie et mentalités aidant, même dans le privé le seul poste d’investissement « rentable » dans le domaine de la santé est… l’administratif.

            Vous pouvez ajouter l’Allemagne ou la Suisse aussi, à la liste. Le lien ? Bah, c’est justement la perception du travail. Les uns le voient comme une source de revenus, les autres comme une source de « souffrance ».

            1. MarieA

              « la perception du travail. »
              lol on dirait un sociologue français! La « perception » du travail! « Je vais changer ma perception de mon travail et je ne souffrirai plus au travail! »

              « Les uns le voient comme une source de revenus, les autres comme une source de « souffrance ». »
              j’ai l’impression que vous mélangez tout, souffrance physique, souffrance psychologique, ennui, argent, intérêt, etc… Encore une fois, en quoi le fait d’être payé suffirait pour ne pas souffrir au travail?

              « Mais je peux vous assurer que les aides-soignantes seraient très contentes d’avoir ce genre d’aides. »
              Non, sans blague !!!! Je pensais qu’elles apprécieraient plutôt des sacs de 100 kilos sur le dos pour soulever les vieux impotents du lit au fauteuil.

              « vu la mentalité, c’est pas pour demain la veille qu’on va équiper des postes de travail (en France) d’une quelconque aide mécanisée. »
              C’est davantage un problème d’argent que de mentalité pour l’état français.

              1. durru

                La question n’est pas de savoir si on « souffre » ou pas au travail. On peut très bien « souffrir » aussi à ne rien faire. C’est bel et bien une question de perception de la notion de travail dans la société française socialistoïde. « Exploitation de l’homme par l’homme », hein. On assimile le travail à de l’esclavage.
                Le point de départ était quand même une jeune de 35 ans, qui se projetait pour toute sa vie future dans sa situation présente, sans envisager aucune évolution. Ni de son travail, ni de sa carrière, rien…

                « davantage un problème d’argent que de mentalité »
                Sans blague ? Mais pour ajouter des postes administratifs partout, des postes qui n’existaient pas il y a 10 ou 20 ans, mais sans lesquels l’activité se déroulait tout à fait correctement, il n’y a pas de « problème d’argent » ?

                Non, il n’y a qu’une seule explication, je reprends la citation que j’avais mis plus bas : « pétrifiés en projet ».

                1. Husskarl

                  On est payé parce que c’est chiant de faire tel ou tel boulot (sorte de souffrance), si c’était l’éclate, les gens seraient bénévoles.

                  1. durru

                    On est payé parce que le boulot en question doit être fait et seul il ne se fait pas et, malheur suprême, il est nécessaire. Eclate ou pas, ça n’a pas d’importance, à la fin.
                    Parce qu’il y a aussi plein de vrais bénévoles dans des assoces (pas les lucratives sans but, les vraies) un peu partout dans ce pays, et ce n’est pas 100% éclate partout, et pourtant…

                    1. Al Bundy

                      On est payé en échange d’un service / plus value rendu, ceux et celles se faisant super chier ds leur profession et rendant donc une qualité de merde et/ou des ulcères seraient bien inspiré de changer de profession

                    2. Husskarl

                      Jamais croisé un specimen qui s’éclate dans son boulot toute la journée. Le sujet n’est pas de constater si ca a de l’importance ni de débattre de la finalité (travail accompli car il ne s’effectue pas tout seul) mais de constater que le travail est qqch de chiant dont on se passerait assez volontiers si on le pouvait.

                      On vous donnerait le choix entre une rente très confortable et travailler toute votre vie, vous choisiriez la rente comme tout le monde.

                    3. Al Bundy

                      « On vous donnerait le choix entre une rente très confortable et travailler toute votre vie, vous choisiriez la rente comme tout le monde. »

                      Ouais, et y’en a, une fois la rente à vie actée qui se vautrent ds le canapé, et d’autres qui vont continuer à « travailler » même bénévolement, leurs salaires étant ailleurs

                    4. Husskarl

                      @Al

                      Evidemment, il faut bien s’occuper, mais vous ne travailleriez pas de la même manière (horaires plus light pour ne pas avoir l’aspect chiant) ni forcément dans le même métier.
                      Mais sinon, le métier payé n’est pas chiant du tout hein…

                    5. Al Bundy

                      Ben à chaque fois que je me suis fait chier ds un métier, j’en ai changé, le dernier je le garde pour le moment, je gagne pas grand chose mais je le fais en une trentaine d’heures par mois

                    6. Pythagore

                       » le travail est qqch de chiant dont on se passerait assez volontiers si on le pouvait. »
                      C’est pour ca d’ailleurs qu’il y en pleins, une fois à la retraite, qui dépriment…..
                      Le travail est aussi structurant ds la vie et les relations sociales, même si ca peut avoir des aspects chiants.

                    7. BDC

                      Bah si, moi je m’éclate dans mon boulot, mais avant faut en baver pendant 10 ans et je ne sais pas combien de temps ça va durer. En attendant je savoure.

                    8. sam player

                      «Jamais croisé un specimen qui s’éclate dans son boulot toute la journée. »

                      Ah oui on n’a jamais dû se croiser…

                      « mais de constater que le travail est qqch de chiant dont on se passerait assez volontiers si on le pouvait. »

                      «on» est un c**
                      Dit autrement : Tu prends ton cas pour une généralité…

                      Comme Al, je reste 3-4 ans dans le même job et quand j’en ai fait le tour et si on ne me propose pas autre chose je vais voir ailleurs… mais moi je n’en fait pas une généralité, je sais que la plupart des gens ont peur du changement, perso j’aime bien la difficulté, je choisis toujours les trucs les plus compliqués…

                    9. Husskarl

                      @Pythie

                      C’est pour ca d’ailleurs qu’il y en pleins, une fois à la retraite, qui dépriment…

                      Ca peut s’expliquer autrement, une personne qui ne sait pas s’occuper finit par penser à elle même. Pascal décrit assez bien le phénomène.

                      @sam

                      Dis m’en plus sur tes boulots successifs alors, ca m’intéresse.

                    10. durru

                      Purée, « la rente »… Le nombre de gens que je connais qui, arrivés à la retraite, ne savaient plus quoi faire de leurs vies.
                      Bah non, la société communiste (« de chacun selon ses capacités » – c’est à dire rien, et « à chacun selon ses besoins » – c’est à dire tout) n’est pas encore prête.
                      Faire quelque chose (avec obligation de résultat et tout et tout) structure l’existence. Voir la vie comme une souffrance est réellement l’aboutissement de la pensée coco.
                      Ce que je trouve vraiment grave, c’est que c’est désormais profondément encré dans les moeurs.
                      CPEF

                    11. P&C

                      ça me rappelle un reportage de Michael Moore…

                      Dans ce dit reportage, il interroge son père, ancien ouvrier à la chaîne chez Ford. Pas le plus glorieux des jobs donc.
                      Ce que le vieux aimait dans son travail était la bande de potes qu’il y avait, et le fait qu’il gagnait avec son seul salaire de quoi faire vivre sa famille, partir en vacances 15 jours par an, acheter une maison, et envoyer ses gosses à l’université.

                      La société est devenue plus violente et agressive, pas étonnant que ça déteigne sur le lieu de travail et que ça pourrisse l’ambiance et la motivation.

                    12. P&C

                      @Al
                      +1

                      Je connaissais un ingé, plus de 4000 nets par mois à l’IFP…
                      Il a fait un burn out,; largué son boulot et sa femme qui lui cassait les c*uilles. Aux dernières nouvelles, il était parti à la cambrousse faire chef d’atelier dans une scierie pour un salaire moitié moindre, et il ne s’est jamais autant éclaté.

                    13. Aelil

                      @Husskarl 18h05:
                      « Le sujet n’est pas de constater si ca a de l’importance ni de débattre de la finalité (travail accompli car il ne s’effectue pas tout seul) »
                      C’est pourtant ce qui est à l’origine du prix de toute chose il me semble: utile et/ou rare.
                      « vous choisiriez la rente comme tout le monde. »
                      La rente apporte une sérénité, mais ça ne veut pas dire l’arrêt de tout travail: bénévolat, les retraités qui gardent leurs petits-enfants (c’est toujours une forme de bénévolat)…
                      Maintenant effectivement sans besoin direct les métiers les moins tentant (définition liée au goûts donc ça peut varier, mais pour moi balayeur, éboueur, … entrent dans cette catégorie) trouveront plus difficilement preneurs, sauf à augmenter drastiquement les salaires car c’est utile et ça doit donc être fait. Si ça ne me prend qu’une heure et que ça me fournit de quoi me payer la ferrarri de mes rêves…

                    14. sam player

                      Durru 7h47 +1 (si, si… tombe pas de ta chaise)

                      HK 7h43
                      Liste sans grand intérêt: imagine tous les domaines d’activités, vraiment tous, transports, chimie, agro, nucléaire, mines, armement…

                      Métiers : tous les métiers de l’industrie depuis les études (dessinateur industriel) jusqu’à la production (dir op).

                      Un mal pour un bien: j’ai eu une main coupée et c’est ce qui m’a fait quitter le dessin de manière anticipée, mais j’aurais sauté le pas tôt ou tard, la prod c’est bcp bcp mieux payé.

                    15. Husskarl

                      @sam 8h33

                      J’aimerais bien voir ça à l’heure actuelle. Désolé mais j’ai l’impression d’entendre mon grand père. Je crois (et je me trompe peut être) que cette époque est révolue.

                      Changer de boulot radicalement et de domaine est devenu compliqué. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais le parcours, le domaine font que les rh disent non immédiatement. Aujourd’hui, selon ma petite expérience, il faut avoir déjà connu le métier et être du domaine sinon c’est pas possible.

                      @aelil

                      « La rente apporte une sérénité, mais ça ne veut pas dire l’arrêt de tout travail: bénévolat, les retraités qui gardent leurs petits-enfants (c’est toujours une forme de bénévolat)… »

                      Voilà, on s’occupe mais bizarrement, on ne retourne pas vers son métier (sauf exception). Parce que…c’est chiant. Y a pas de mystère.

                      @duruu

                      Les gens qui ne savent pas s’occuper effectivement s’ennuient, jamais dit le contraire.
                      Quant à l’obligation de résultat d’une activité, je pense que l’on trouve cela partout, pas besoin de travailler (au sens courant). Lire, calculer, entretenir son chez soi, faire du sport, etc… possède une obligation de résultat intrinsèque.

                    16. Al Bundy

                       » il faut avoir déjà connu le métier et être du domaine sinon c’est pas possible. »

                      Tu est ds l’erreur, de formation DUT génie mécanique, j’ai fais 3 ans en BE, mal payé et chiant, croisé dans le paris lille (1 h de trajet) mon patron suivant (gestion patrimoniale, 5 ans), éboueur 1 an, négociateur immobilier 5 ans, visiteur médical 5 ans, plombier depuis 2007 + 3 fois 1 an de congé parental.

                      C’était pas y a un siècle, je suis arrivé sur le marché du travail en 91

                    17. durru

                      @Huss 9h58
                      Aelil le dit très bien, pour conclure sur le salaire : c’est en échange de quelque chose d’utile/rare, point.

                      Le souci avec les RH et les difficultés à changer d’activité, c’est que la société française est en train de sombrer dans le socialisme le plus vil. Maintenant, c’est le conseiller de chez Paul ou le bullshit job de manager de mes deux qui va décider si un tiers est apte à acquérir certaines compétences, pire encore, si ces compétences sont nécessaires à la société.

                      Je ne dis pas que ce phénomène n’existe pas. Mais il faut un sacré paquet de connivence de la part de l’intéressé pour jouer à ce jeu. Je connais des personnes à la cinquantaine qui ont changé complètement de domaine d’activité (entre le financier et la santé, par exemple) pour vous garantir que rien n’est impossible, même en France.
                      Je dis une seule chose : le travail est une manière comme une autre de gagner sa vie. Celui qui n’aime pas être salarié n’a qu’à se mettre à son compte – professions libérales, artisans, commerçants, agriculteurs, j’en passe et des meilleures. Si le salaire est vu comme le remboursement d’une « souffrance », il faut changer de position et enlever la souffrance. Tout en continuant à subvenir à ses besoins, hein, car c’est trop facile de vouloir vivre sur le dos des autres, ce que la société nous encourage à faire, en fait.

                      Le gros souci, frappant dans le message d’origine de Jean Feutre, c’est que pour une partie de plus en plus importante de la société le travail est vraiment perçu comme une souffrance, pas loin d’un esclavage moderne, dont il faut se débarrasser au plus vite. Quand toutes les sociétés humaines qui ont progressé jusqu’à présent l’ont fait parce que leurs membres (ou, du moins, une grande partie) ont concédé à déployer plus d’efforts que pour simplement arriver à survivre.
                      Voilà pourquoi CPEF.

                    18. Pythagore

                      @Husskarl: je pense que le vrai problème est que les gens oublient pourquoi ils travaillent: pour se nourrir et se loger.
                      Lorsqu’il fallait chasser le mammouth et planter les carottes soi-même, sinon tu meurs, parce que personne ne le faisait pour vous, je ne pense pas que les gens se posaient autant de questions.
                      Celui qui n’a pas envie de travailler, pas de problème, va cultiver et chasser 🙂
                      Ou alors viens habiter en Grance…..

                    19. Aelil

                      @Husskarl 9h58:
                      « Voilà, on s’occupe mais bizarrement, on ne retourne pas vers son métier »
                      Je ne sais pas quelle est l’exception, mais en principe je vais pouvoir prendre ma retraite dans seulement quelques années, et pourtant je pense continuer à travailler (je ne me vois pas arrêter en vrai, par contre je serai tranquille dans le choix de ce que je ferai car libre), Bill Gates, Warren Buffet, Steve Jobs… continuent à être actifs alors qu’ils pourraient très bien juste tout arrêter vu les fortunes (OK certains sont maintenant à la retraite et plus en emploi, mais ils ont gardé leur emploi même une fois des rentes assurées).
                      « Aujourd’hui, selon ma petite expérience, il faut avoir déjà connu le métier et être du domaine sinon c’est pas possible. »
                      C’est malheureusement la vision de beaucoup de RH, mais c’est possible de contourner si tu trouves des similitudes et que tu leur montres qu’elles existent. Il y a souvent bien plus de ressemblances que de différences.
                      Quand je selectionne des épuipes pour des missions quelconques je me rend bien compte qu’un mec qui a de l’experience est une valeur plus sûre (mais des fois il a aussi des mauvais reflexes en contrepartie), mais pour les autres j’ai de toutes façons des essais et une période d’essai pour voir s’ils sont capables. Après ça dépend aussi de mes contraintes sur la mission donnée.

                    20. Al Bundy

                      Le gros malheur des français est de s’enfermer 20 ans ds le même taff même s’ils s’y font chier, ça devient des bons à rien et mauvais en tout qui se retrouvent sur le carreau si leur employeur ferme les portes

                    21. Pythagore

                      « Voir la vie comme une souffrance est réellement l’aboutissement de la pensée coco. »
                      Réflexion faite, j’adhère. Le socialisme ayant besoin d’enfants irresponsables habitués à exiger en fonction de leurs besoins immédiats, nous sommes éduqués à ne supporter aucune frustration. Société de l’enfant roi. Par ailleurs, il n’y a pas que le travail qui peut apporter des frustrations ds la vie.

                    22. Al Bundy

                       » il n’y a pas que le travail qui peut apporter des frustrations ds la vie. »

                      +8000, putain que ça passe vite, surtout le début

                    23. sam player

                      HK 9h58

                      Je n’ai jamais attendu après une personne des RH pour être embauché… je refuse de discuter avec qqu’un qui ne connaît pas mes domaines de compétences.
                      Un boulot sur deux, on est venu me chercher…
                      Ça ne me gêne pas non plus quand je réponds à une annonce anonyme, de dire lors de l’entretien que si j’avais su que c’était cette société, je ne serais pas venu…
                      Tout au plus je discute avec elle des tickets restaurant et des imprécisions ou des fautes de grammaire dans mon contrat… et donc à une RH qui, hors des clous, m’interroge sur mes qualités / défauts, ca ne me gêne pas de répondre que je suis parano et psychorigide, ça n’aura aucune portée, je dis ma vérité et ça permet de justifier mes demandes postérieures et de m’assurer qu’elles seront satisfaites.

                      Bien que j’ai claqué la porte de la dernière entreprise pour laquelle j’ai travaillé, il m’arrive toujours (comme dans d’autres entreprises où j’ai travaillé) d’intervenir à la demande des services techniques, j’y consacre environ 30-40h par mois en moyenne pour le fun.

                      En fait c’est toi qui me rappelle mon grand-père, tu as un schéma dans ta tête et tu n’en sors pas : think out of the box !

                      Les RH que tu rencontres sont un peu comme toi, c’est normal, c’est pour cela d’ailleurs que tu les rencontres… biais de perception…
                      Tu te positionnes dans la demande, ce n’est pas le meilleur moyen pour négocier… moi je ne demande rien et je peux imposer mes conditions.

                      Une anecdote qui résume tout:
                      Quand j’étais en Australie j’ai tellement pourri la vie au responsable de prod, qu’il a démissionné. Après coup je me suis dit que son poste m’intéressait mais je n’ai pas été le demander, sinon je n’aurais pas pu négocier (on ne peut pas être dans le demande et vouloir négocier)… et j’en ai donc parlé à l’ami d’un ami qui connaissait bien le boss et qui ne pouvait pas tenir sa langue… et le boss m’a convoqué pour savoir si le poste m’intéressait et là j’ai pu poser mes conditions dont une hausse de 30% mini du salaire (50% en réel).

                  1. Al Bundy

                    C’est toi qui est frileux PC. Je vais sans doute changer de métier d’ici 2-3 ans, question de capacité physique, c’est juste une question d’anticipation

                    1. Husskarl

                      @Al

                      Je pense que 2008 fut précisément l’année qui changea la gueule du marché.

                      « Le gros malheur des français est de s’enfermer 20 ans ds le même taff même s’ils s’y font chier »

                      Bien d’accord, mais pour changer, je ne trouve pas ça si simple.

                      @aelil

                      « je ne me vois pas arrêter en vrai, par contre je serai tranquille dans le choix de ce que je ferai car libre »

                      Tu vas donc travailler complètement différemment. Pourquoi ?

                      « C’est malheureusement la vision de beaucoup de RH, mais c’est possible de contourner si tu trouves des similitudes et que tu leur montres qu’elles existent. »

                      Faudrait déjà pouvoir leur parler et non recevoir un mail standard et laconique.

                      @Pythie

                       » je pense que le vrai problème est que les gens oublient pourquoi ils travaillent: pour se nourrir et se loger. »

                      Je ne l’ai pas oublié mais ca n’empêche pas que travailler soit chiant.

                      @duruu

                      « Je dis une seule chose : le travail est une manière comme une autre de gagner sa vie. Celui qui n’aime pas être salarié n’a qu’à se mettre à son compte »

                      Je ne peux pas me permettre ce luxe (droit d’échouer) en ce moment.

                    2. Aelil

                      @Husskarl 13h58:
                      « Tu vas donc travailler complètement différemment. Pourquoi ? »
                      Pas complètement différement, j’aurai juste une plus grande capacité à choisir mes missions. Globalement mon boulot est loin d’être chiant (extrèmement varié par nature), maintenant oui il arrive que je doive prendre un truc pas trop cool pour payer les factures, si tu retire ce soucis de payer les factures je n’ai alors plus jamais ce « des fois la mission est nulle ».
                      « Faudrait déjà pouvoir leur parler et non recevoir un mail standard et laconique. »
                      D’un autre côté si tu parles au RH avant les techniques tu pars mal, mes négociations RH je les fais avec l’appui technique, comme ça comme le dit Sam on ne discute plus que des tickets restaurants, vacances et autres goodies (genre le porte-clefs-de-voiture qui a quatre roues; la meilleure que j’ai fait c’est de sortir à une RH que je n’acceptait que deux sorte de paiement: les éspèces sonnantes et trébuchantes et les putes; rien que pour la tête qu’elle a fait ça valait le coup).

                    3. durru

                      @Huss 13h58
                      C’est Taleb qui présente ça d’une façon très imagée : « des chiens et des loups ». A la fin, il n’y a qu’une seule chose qui compte : si tu te comportes en chien ou en loup. Si tu n’es pas prêt à prendre des risques, ça se voit. Même sans parler d’aller travailler en indépendant.
                      Dans les bonnes vieilles démocraties populaires, il n’y avait pas de chômage. Chacun avait un job. Ça rassure. Mais après, à une seconde réflexion, on se dit que peut-être pas… Mais c’est la première impression qui reste.
                      Et question mentalités, on s’en approche dangereusement. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, le couteau et la crémière en prime. Dans la vie, il faut faire des choix. Ou alors, accepter les choix qu’on a fait et arrêter de pleurnicher. Mais, en fait, comme l’AS du message de départ, on fait des choix, on les assume pas et on pleurniche 🙂

                  2. Al Bundy

                    « Je pense que 2008 fut précisément l’année qui changea la gueule du marché. »

                    Ouais, et moi je pense que ce fut en 81-82.

                    En 2008 tout le monde couinait, je venais de m’installer, j’ai fait une excellente année.

                    Tout cela est en rapport avec Darwin, tu ne veux pas t’adapter.

                    « P&C ne semble jamais imaginer agir en travailleur indépendant, Al. Question de tempérament ? »

                    Pour le coup, mon prochain taff que j’envisage, va falloir que je mette de l’eau ds mon vin, je vais redevenir salarié, mais bon, je fatigue et j’ai toujours voulu être prof, alors avant de quitter la scène…

                    Une retraite avant la retraite ^^

                    1. Husskarl

                      @Al

                      Amusant, sauf que la gueule de l’emploi, quand je regarde la génération d’au dessus, donc la tienne, n’était pas tout à fait la même. C’était de très bonnes années, vous aviez des salaires et des avantages qui n’existent plus pour la simple et bonne raison que 2008 est passé par là. Vous vivez sur une autre planète.

                      @sam

                      Et quelle est la recette pour se faire désirer sans postuler ? Parce que ça m’est déjà arrivé, mais rarement, et le salaire était pourri.

                      Allez les vieux, donnez vos recettes aux jeunes =)

                    2. durru

                      @Huss 14h49
                      « Vous vivez sur une autre planète. »
                      Non, non, c’est la même (on est encore actifs et on change de boulot), c’est juste qu’on a accumulé une certaine expérience (d’avant 2008, si tu veux), qui se perd…
                      La « recette » ? Comme pour tout (avec les genre 1, par exemple ?) : donner envie, montrer que tu vaux quelque chose, te faire désirer. Pour ça, suffit de savoir ce que tu vaux (c’est vrai, c’est le plus difficile).

                    3. Husskarl

                      @durru 15h00

                      Pas de pleurnicheries, juste des constats.

                      Je constate que le travail est vécu comme chiant par beaucoup et dans ceux qui restent, une majorité n’ose tout simplement pas affirmer qu’ils se font chié. La théorie de l’éclate au travail, je l’entends tout le temps mais ne la vois réellement nul part.

                      Idem pour les RH qui te rangent dans des cases, c’est débile mais c’est comme ça. Toutefois, je ne vois pas de solution dans vos écrits. Savoir ce que l’on vaut, c’est bien mais si personne ne te propose un autre job (façon sam) ou si tu n’as pas de réponses favorables desdites RH, ca ne change rien.

                      Quant à être un loup, c’est super, mais faut nourrir la famille et payer sa maison. Je ferais ça plus tard.

                    4. sam player

                      HK 14h49

                      La recette, bah y a pas de secrets, faut prendre les projets qui paraissent complexes aux autres, ceux que personne ne veut : en fait ce sont souvent des projets qui sont un challenge pour l’entreprise (ie elle peut en crever), mais leur complexité est annihilé par le fait que l’on aura forcément tous les moyens à disposition, sans même avoir besoin de passer un coup de fil au n+2.

                      Accessoirement ça permet de rencontrer plus souvent le boss de la boutique… même que parfois il entre dans le bureau et ne dit bonjour qu’à vous, les autres ont juste droit au signe de tête, on peut même assister à la réunion du board quand on traite des affaires à plus de $10M…

                      En fait se faire remarquer à l’intérieur, et donc forcément à l’extérieur par la concurrence, surtout ceux qui n’ont pas eu l’affaire et qui se renseignent souvent sur qui a fait ça : mettre son nom partout ! Faire du reporting à outrance : les n+ aiment bien être informés… là on gagne des points, ils ont les réponses avant de poser les questions et ils dorment tranquilles…

                      Aussi être super carré dans les rapports avec les clients et les fournisseurs qui sont des employeurs potentiels. Un boulot sur 2 j’ai été débauché par un client ou un sous-traitant. Ça manque de professionnalisme partout et qqun de carré, voire intransigeant, se fait vite remarquer… faut même en rajouter un peu, moi je me force pas, je suis psychorigide…

                      En ce moment, entre autres, c’est pas un scoop, je répare des bagnoles, c’est pas un but en soi : bah j’applique les mêmes méthodes avec les particuliers, avec le même résultat : les clients apprécient que je dise « arrivée prévue à 10h22 », en fait ils font l’amalgame précision des horaires, précision du travail, c’est un tout… De la grosse manip’ en fait… et le prix devient accessoire…

                      Bon j’ai une bonne tête qui donne confiance, ça y fait aussi…

                    5. Pythagore

                      « Et quelle est la recette pour se faire désirer sans postuler ? »
                      Voir les commentaires de Sam. Tu dictes tes conditions.
                      Tu postules en disant ce que tu as envie de faire, ce qui te passionne, te motive et ce que tu peux apporter, plutôt que d’essayer de cadrer à une annonce. Soit ca leur va et t’as gagné, soit cela ne leur va pas et ds ce cas pourquoi voudrais tu un job, qui ne correspond pas à tes attentes ?
                      AMHA, c’est une erreur de se vendre comme la perle rare, demande leurs de quoi ils ont besoins, et dits leur ce qui t’intéresse toi.

                    6. Aelil

                      @Husskarl 15h29: Si tu trouves ton travail chiant c’est peut-être que tu as loupé ton orientation…
                      Pour les RH, prend l’habitude de les court-circuiter, ils ne servent à rien.

                    7. Aelil

                      @sam player 15h31:
                       » les clients apprécient que je dise « arrivée prévue à 10h22 », en fait ils font l’amalgame précision des horaires, précision du travail »
                      Lol, je fais exactement la même chose genre tu balances que d’après ton modèle ça a 83,17% de chances de passer sans accrocs et les mecs sont sûr que t’as des super techniques d’estimation alors qu’en fait tu balances un chiffre au pif…

                    8. Al Bundy

                      « C’était de très bonnes années, vous aviez des salaires et des avantages qui n’existent plus pour la simple et bonne raison que 2008 est passé par là. »

                      Vous avez plus d’avantages, y’a même une prime vélo que ton employeur doit te payer si tu viens bosser ainsi ^^

                      Le c’était mieux avant est une bêtise, avant, y’avait pas une cellule psy ouverte au moindre événement, faut constater que les générations cocon sont de plus en plus fragile et de plus en plus exigeante avant même d’avoir fait quoi que ce soit.

                      Tu causes d’un changement radical en 2008, as tu seulement bossé avant pour pouvoir en juger ? Moi oui, et après 2008 aussi, et je vais encore changer de taff bien que je sois un vieux croulant inrecrutable d’après les stats.

                      Le problème est visiblement ailleurs

                    9. Husskarl

                      Je ne vois pas quelles sont les projets dont personnes ne veut en regardant les boites comme ça. Hormis à être dedans…

                      Je vais postuler plus « agressivement » en dictant mes conditions, je verrais bien ce que ça donne, je vous donnerais des nouvelles d’ici peu.

                    10. sam player

                      Pythagore

                      Question de HK :
                      «Et quelle est la recette pour se faire désirer sans postuler ? »

                      Ta réponse:
                      « Tu postules en disant… »

                      :mrgreen:

                    11. durru

                      @Al 15h59
                      En fait, tout ce que tu dis confirme le « c’était mieux avant » de Huss. Car cette continue perte d’autonomie, cette fragilisation, ne sont pas une évolution dans le bon sens de la société, ni de la situation de l’individu dans la société…
                      Pour ma part, cette évolution vers toujours plus de socialisme ne va clairement pas dans la bonne direction.

                      Quant à la « frontière » 2008, j’ai plein d’amis qui disent qu’ils ont toute leur vie (adulte) vécu en « périodes de crise » (à peu près ton âge). Ça nous fait marrer les « crises » à répétition.

                    12. Pythagore

                      @Sam, arrrgghh zut 🙂
                      Ben trouver un job sans postuler, après c’est du réseautage classique. Connais tout le monde, sois bien avec avec tt le monde, et comme tu le dits. être réglo.
                      Faut faire comme Ségo avec Mimi 😉

                    13. sam player

                      HK 16h01

                      Tu ne vois pas quels sont les projets dont personne ne veut ?

                      Bah dans le métier de dessineux ou de chargé d’y faire ou de chef de projet ou de produit ou de R&D ou de BU etc…, y a toujours un moment où il y a distribution d’affaires : certains sautent direct sur les trucs faciles et en final il reste les trucs que personne veut… bah oui… si ils restent !
                      C’est une qualification par défaut…

                      Un truc que j’ai oublié de dire : c’est en interne, essayer d’entretenir au maximum de bonnes relations avec les collègues de travail n, n+ ou n-…
                      Le jour où ils changeront de boîte ce sera vos meilleurs ambassadeurs dans leur nouvelle boîte : souvenir d’un gars, responsable de prod avec qui je travaillais et qui avait été licencié… et qui a fait appel à moi quand, dans sa nouvelle boîte, la machine vendue à Philips ne tenait pas la cadence… ce qui arrangeait bien Philips qui venait de vendre son activité néons et qui rechignait à payer, y en avait pour 5 millions.
                      En fait je n’ai pas trop eu à me casser la tête pour qu’elle fonctionne à la cadence demandée, un de leur ajusteur monteur avait la solution depuis 3 mois mais personne ne l’écoutait…

                    14. sam player

                      Durru 16h22
                      Bah en fait, au contraire, si tu es entouré d’assistés, c’est encore plus facile de se démarquer du lot en montrant ton autonomie.
                      Un exemple dans une boîte comme nouvel embauché : Mon boss qui était aussi le boss de la BU m’avait prévu un parcours d’intégration d’une semaine pour visiter les BU et chaque service.
                      Ayant pris contact avant de me pointer et devant une indisponibilité qui mettait le planning en l’air, j’avais réarrangé ce planning, me doutant que le boss avait autre chose à foutre.
                      Quand il a pris contact avec moi pour savoir pourquoi je n’étais pas là où je devais être… il est tombé de sa chaise en disant « wah ça fait du bien de ne pas avoir qqun qu’il faut prendre par la main »
                      Et voilà, tu te démarques en faisant juste ton boulot… et en fait c’est plus facile qu’avant…

                    15. Pythagore

                      « Je vais postuler plus « agressivement » en dictant mes conditions, »
                      @Husskarl, n’oublie pas de poser des questions.
                      C’est quoi vos objectifs, combien de pers. ds l’équipe, quels sont les interfaces, c’est quoi vos problèmes ? Une fois que tu as fait parlé la personne avec qui tu t’entretiens, et que tu sais ce qu’elle attend ou recherche, c’est plus facile de mettre en valeur tes capacités correspondantes à la demande.
                      En posant les bonnes questions, les gens peuvent voir que tu as bien cerné le problème, une compréhension du sujet et compris ce qu’ils recherchent.
                      Parfois c’est préférable à vendre sa salade comme un politique.
                      Une fois que tu les as « ferré », tu peux parler de ce qui est important pour toi (tes conditions)
                      .
                      Y’a un jeune sortie de l’université qui, en entretient, nous avait demandé si éventuellement, il pouvait rencontrer les gens de l’équipe avec qui il aurait à travailler. C’était une façon de dire, pour moi c’est important de savoir avec qui je vais travailler. En fait c’était surtout une question d’age (il ne voulait pas travailler qu’avec des vieux), et on a pu le rassurer.

                    16. Pheldge

                      Al , toi, prof ? attends, t’es sérieux ? technique alors, parce que pour le cé-fran, comment dire … 😉

                    17. sam player

                      HK 16h01
                      Dicter tes conditions, amha tu fais fausse route, tu ne peux pas postuler et dicter tes conditions, ce qui te mettrait 2 fois dans la demande…
                      C’est seulement une fois que l’on te dit « on vous veut » que tu peux faire part de tes désirs… car là, la situation est inversée, c’est eux qui sont dans la demande.

                      Je ne crois pas me tromper, je coache pas mal de gens dans ce domaine et la réussite suit ce schéma.

                      Dicter tes conditions : c’est le vainqueur qui dicte, et tant que tu es dans le processus d’évaluation de ta candidature… bah t’es pas le vainqueur… et ça risque au contraire de te pénaliser avant qu’il t’es intégré dans le scénario.
                      Faut avoir recruté des gens pour savoir comment ça se passe dans la tête d’un recruteur. On peut faire le parallèle avec un achat : tu t’es donné toutes les bonnes raisons de choisir tel article et quand vient l’étape du prix, c’est accessoire… Tu as déjà les raisons d’acheter et changer d’avis c’est se dédire dans sa tête, c’est la déception assurée…

                    18. Al Bundy

                      « cette continue perte d’autonomie, cette fragilisation, ne sont pas une évolution dans le bon sens de la société, »

                      La fragilisation vient d’ou, d’après toi ?

                      Ce serait pas des frais sortis de l’école qui veulent 3.000, la clim et un gros ordi assorti des 35 heures ?

                      Et ça couine contre sont employeur au bout de 15 jours, mais jamais en face ?

                      Et ça se met en arrêt maladie à cause d’un mal de tête d’excès, peu importe que ça foute un peu la merde pour celui qui le nourrit ?

                      Je suis halluciné de voir les taux d’absentéisme, à croire que tout le monde est malade à crever 20 % de l’année, en comparaison hors période grossesse ma Peg a eu 2 arrêts d’une journée depuis ses 18 ans (enfin, + 1 de 4 jours mais c’était pour aller à Miami ^^) et pour ma part 2 arrêt un peu long, mais j’étais à l’hosto, pas pour une grippe à la pheldge.

                      Alors oui, ce doit être une question de mentalité

                    19. Al Bundy

                      « parce que pour le cé-fran, comment dire … »

                      J’ai déjà démontré ici même que le français ne m’était pas un problème, suffit d’y prêter un peu d’attention, et que quelques circonvolutions suffisent pour éblouir, ou un simple basculement / ajout d’adjectif superfétatoire transforme n’importe quelle phrase banale en une accroche inhabituelle.

                      HB m’en est témoin

                      En gros, tes exigences reposent sur du flan, dont tu t’exonères d’ailleurs fort régulièrement. Tu conserveras désormais pour toi tes réflexions puériles à cet endroit.

                      Et oui, évidement ds le domaine technique, pour tenter de donner la flamme de la plomberie et du chauffage à quelques jeunes crétins boutonneux en déshérence.

                    20. Pheldge

                      @ HK surtout n’oublie pas de mentionner que tu es exigeant sur les escorts. Puis tu ajoutes, que t’as quelqu’un qui est bien connecté, qui peut leur faire avoir des prix. Et dès que t’as signé, t’appelles le Papet qui pourra te donner des tuyaux « de première bourre » ! 😉

                    21. durru

                      @Sam & Al
                      Ah oui, c’est une question de mentalité, mais comme cette mentalité se généralise, il y en a de plus en plus qui l’ont ou qui, du moins, s’en approchent.
                      Du coup, ceux qui ne l’ont pas sont gagnants, s’ils font l’effort de s’en rendre compte.

                      @Huss
                      Refuser de prendre des risques dans la vie, c’est se mettre seul dans une position d’infériorité. Et Darwin dit que ça, c’est pas bon…
                      L’idée n’est pas de prendre des risques inconsidérés (l’instinct de survie – Darwin aussi), mais d’en accepter l’idée et, surtout, surtout, bien le faire savoir.
                      Tu as un métier qui est recherché ? Tu es compétent ? Pourquoi alors ne pas le faire savoir ? Vu le déclin du niveau des compétences, personne de sensé ne va chercher à te perdre. Et s’il s’en fout, c’est que vraiment c’était pas la peine de rester…

                    22. Aelil

                      @durru 16h22: « j’ai plein d’amis qui disent qu’ils ont toute leur vie (adulte) vécu en « périodes de crise » (à peu près ton âge). Ça nous fait marrer les « crises » à répétition. »
                      Faut que je retouve le sketch, mais déjà Coluche dans les années 70-80 parlait de la crise, des riches qui s’enrichissent et pauvres qui s’appauvrissent à cause de ça et te disait qu’il n’avait connu que ça… :p
                      On ne peut pas comparer, même pour ceux qui ont vécu les trentes glorieuses, les salaires étaient de fait plus bas (mais en progression plus marquée), les heures de travail plus nombreuses… Et si l’immobillier était moins cher ton emprunt n’était pas non plus à moins de 1% (plutôt beaucoup plus)… Bref il y a énormément de différences et on ne peut pas regarder juste les points positifs pour dire que c’était mieux.
                      J’ai l’impression qu’il y a une sorte de pessimisme qui s’installe, comme si de toute façon ça ne pouvait qu’aller en s’empirant, alors qu’il n’y a aucune raison; bordel à un moment l’avenir c’est nous qui le faisons !
                      On va revenir aux bases mais une crise financière c’est une des meilleures opportunités existantes (si ton objectif est de t’enrichir).
                      @durru 19h00: « Refuser de prendre des risques dans la vie, c’est se mettre seul dans une position d’infériorité. […] L’idée n’est pas de prendre des risques inconsidérés […] mais d’en accepter l’idée »
                      Voilà c’est exactement ça, tu ne peux pas avoir le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière et son postérieur… Tu estimes donc un niveau de risque acceptable, et tu te places à ce niveau, car pour donner une autre image, une assurance tu la paies, si tu considères qu’elle ne te rapporterait que peu tu économisera à ne pas la prendre. C’est toujours la même logique.

                  3. P&C

                    @Aristarke

                    Travailleur indépendant ? Je le suis pour mon activité de moddeur, mais ça me rapporte quelques 100 euros par mois.

                    Par contre, la bioch, le proche IR, la chimiométrie… je ne vois pas comment c’est possible.

                    1. Al Bundy

                      « Par contre, la bioch, le proche IR, la chimiométrie… je ne vois pas comment c’est possible. »

                      Sur ton acte de naissance version « meilleur des mondes » il est noté que tu doit faire ce métier toute ta vie ????

                    2. P&C

                      @Al
                      Ah, le coup du ‘les jeunes sont pas motivés, ils font pas d’effort, ils se mettent en arrêt pour un rien ».

                      Et si vous arretiez de leur mentir et de les entuber ?

                    3. Oh arrête un peu.
                      Dès que tu es confronté à l’embauche du côté patron, tu te retrouves devant des dizaines de candidats inadaptés, avec un poil dans la main, sans compter ceux qui se présentent juste pour avoir le tampon et continuer à toucher le chômage. La majorité des jeunes ne sont pas motivés, ne font pas d’effort, se mettent en arrêt pour rien. C’est un triste constat, mais c’est un constat fait et refait.

                    4. P&C

                      @Al

                      Vu mon espérance et ce que mes efforts de reconversion via POE ont donné, je dirai que mon choix se limite à bioch ou chômeur.
                      J’aurai bien aimé monter ma brasserie (avec des ruches à coté, pour l’hydromel), mais j’ai pas la thune, ni de recette originale (et je ne peux pas faire d’études de marché, sans compter que je ne peux pas brasser efficacement dans mon 16m2).

                    5. Al Bundy

                      Et pourquoi don ne pourrais tu pas faire d’étude de marché ????

                      Tu as un cerveau, mais il ne sert à rien.

                      Tiens, je te donne une idée que j’avais failli mettre en place avant finalement d’opter pour la plomberie, investissements environ 5.000 euros + location d’un local type garage / petit entrepôt, en cherchant un peu tu trouves des mairies louant des trucs à l’abandon entre 5 et 6 euro le m².

                      Tu te salis un peu, retour sur investissement en quelques mois, je te donne même le nom : D’Captou, logo un raton laveur.

                      Décapage portes, volets (surtout ceux à clair-voie, les gens qui en ont décapé un chez eux sont pret à payer pour faire faire les autres tellement c’est chiant)

                      Une grande cuve avec le produit miracle qui décape sans que tu foutes rien (une société Bordelaise vend le produit idéal, estampillé BIO, je ne me rappelle plus du nom), un coup de karsher, serrage en cadre durant le sechache. Fini.Tu peux faire la facture.

                      QI nécessaire, un peu plus de 80, mais aucun doigt ds l’anus.

                      En quelques mois tu pourras même tenter de trouver un smicard pour faire le boulot (et là tu comprendra le niveau de motivation des jeunes) te consacrant juste à faire la compta et vivre de tes rentes.

                      Toutes les sociétés que j’ai étudié pratiquant cette activité n’ayant pas mis la clé sous la porte avaient des bilans très honorable

                    6. A la suite de cette proposition en réalité très intéressante, P&C n’a que deux issues :
                      – trouve un moyen de la mettre en place
                      – trouver des excuses.

                      Il trouvera des excuses.

                    7. Pheldge

                      @ Aelil 8 h 50 oui, mais c’est sans comparaison ! le cerveau prélavé par l’EdNat, les jeunes arrivent avec des idées farfelues sur le monde du travail et des « j’ai droit » « je mérite » plein la bouche avant d’avoir commencé.
                      Les anciens, eux, au moins savent comment ça marche …

                    8. BDC

                      Faudrait déjà que les gens comprennent que pour gagner 2000€ nets, faut que leur travail rapporte au moins 4000€ au salaud de patron, hors coûts fixes (locaux, fonctions supports, etc). Et la différence va dans le tout à l’Etat.

                    9. P&C

                      @Al

                      Je n’aurai jamais pensé à un truc comme ça…
                      Même si ça n’a pas l’air très intéressant (j’ai pas continué dans la plomberie car je m’y faisais ch*er intellectuellement parlant).

                      @Phelge et H16

                      Oui, lorsque je dis qu’il faut arrêter de mentir aux jeunes, je pense évidemment à l’ednat et à la fac.
                      Du coup, aveuglé par tant de mensonges, confronté à la réalité froide du bilan comptable du patron, le jeune entre dans le déni et la colère.

                      Mais ce ne serai pas bon pour les jobs des profs.
                      Y en a même un qui, parait-il, s’est retrouvé en HP à cause de cela.
                      https://www.tvlibertes.com/politique-eco-n228-avec-le-pr-j-l-caccomo-enferme-de-force-en-hopital-psychiatrique-pendant-3-ans-a-cause-de-son-honnetete

                      @H16
                      La cellule est plutôt inconfortable, même si le taulier cuisine bien.

                    10. Pheldge

                      une rapide recherche montre que pour 2500 € de CA mensuel, il y a environ 510 en charges sociales RSI et 500 prélèvement forfaitaire IRPP restent 1400 € net !
                      Par comparaison, tu bosses 28 h contrat aidé, t’as droit à une PPA ( prime d’activité) éventuellement à l’APL qui te permettent de dépasser ce montant. Vive le socialisme !

                    11. Aelil

                      @Pheldge 9h02: Ce que je veux dire c’est qu’on n’en est pas arrivé là sans raison non plus: quels sont les « travailleurs » que l’ont voit le plus dans notre jeunesse ? La SNCF/les syndicalistes avec ses grèves médiatisées, et les profs…
                      Forcément c’est un cercle vicieux et la proportion croît donc.
                      Ca n’a pas empéché sur ce même blog des gens parler des glandeurs de la génération d’avant dans le privé etc etc… Bref les jeunes reproduisent ce qu’ils voient aussi et ne sont pas totalement responsables (surtout pas de l’éducation qu’ils ont subie).

                    12. Al Bundy

                      « (j’ai pas continué dans la plomberie car je m’y faisais ch*er intellectuellement parlant). »

                      J’ai choisi la plomberie et le chauffage car je ne savais ni souder, ni régler une chaudière, et que c’est un domaine qui affole les gens.

                      C’est d’ailleurs le coté très intéressant de ce métier, tu rencontre tout les horizons de personnes, et tous t’accueillent comme le sauveur, avec des merci quand ils tendent le chèque, tu comprends ?

                      Tu ne vois en fait pas la globalité. Ds le machin D’Captou, passer le karsher n’est en effet pas épanouissant, le contact clientèle, si, et ça te ferait certainement beaucoup de bien.

                      Enfin, l’indépendance, c’est le choix du salaire que tu veux, en fonction des horaires que tu souhaites.

                      un smic net, c’est 17 heures de boulot de plomberie, par exemple

                    13. Pythagore

                      @Aelil
                      « quels sont les « travailleurs » que l’ont voit le plus dans notre jeunesse ? »
                      Et les parents, la famille, les parents des amis ? Perso, sur le monde du travail, j’ai surtout appris de mes parents, même s’ils n’étaient pas spécialement loquasse sur le sujet, au fur et à mesure des années, on en apprend qd même pas mal.

                    14. sam player

                      Al 11h 22
                      Vu comme le sauveur !
                      Dans la réparation de bagnole c’est pareil… tu pourrais facturer le triple… y en a même qui arrondissent direct à la centaine d’euros supérieure, j’ai même eu le cas de 220€ arrondi à 500€ pour 2h de boulot et idem pour le contact client(e) hi hi et café, bière, apéro…. et vous allez bien manger avec nous à midi !
                      M’en fous, je suis pas aux pièces et mes clients sont globalement intéressants et friqués… dimanche j’ai été invité à l’anniversaire d’un et souvent à des barbecues avec piscine…

                    15. Al Bundy

                      Oui, j’ai des client(e)s comme ça, certain(e)s sont devenu des potes, quand je vais chez eux pour les petites interventions ils me demande de passer en fin de matinée.

                      Y’en a un aussi qui insiste pour me sucer, mais j’hésite un peu ^^

                    16. P&C

                      @AlBundy

                      J’ai un peu creusé ton idée ce week end en discutant avec un mec qui fait de la renov d’appart, entre deux bières.

                      Effectivement, elle a un certain mérite.

                      Ton choix pour la plomberie est intéressant : j’ai moi même renoncé à y aller car je ne savais (et ne sait toujours pas) pas souder.

                    17. sam player

                      P&C
                      “…car je ne savais (et ne sait toujours pas) pas souder.”

                      Ça commence mal effectivement, un plombier ne soude pas…

                    18. Al Bundy

                      « j’ai moi même renoncé à y aller car je ne savais (et ne sait toujours pas) pas souder. »

                      C’est marrant, moi c’est pasque je ne savais pas que je me suis lancé la dedans ^^

                      J’ai passé un CAP en six mois, j’avoue que les cours de vie civique (savoir remplir un chèque, par exemple, je jure que c’est vrai) m’ont fourni de bonnes parties de rigolade, finalement j’en ai été dispensé, ainsi que des cours de français et de math, peut être en regard de ma licence 😀

                      J’en ai profité pour passer l’exam d’habilitation élec B2R, comme quoi…

                      Sam : « Ça commence mal effectivement, un plombier ne soude pas… »

                      Heuuu, si. Aussi.

                    19. Aristarkke

                      On brase le cuivre avec une brasure (métal d’apport).
                      On soude quand on fait fusionner les deux pièces à réunir directement sans métal complémentaire.

                    20. sam player

                      Al, déjà on soude pas du fer, mais de l’acier, et j’ai bien dit que je ne parle pas des tuyauteurs mais des plombiers… et même si tu fais de temps en temps des gâteaux, tu n’es pas pâtissier…
                      L’acier ça représente quoi dans ton job ? 0.5% ? des accidents…
                      Harry : ou avec métal d’apport de même nature

                      Conclusion : P&C n’a pas besoin de savoir souder… point barre…

                    21. Al Bundy

                      « L’acier ça représente quoi dans ton job ? 0.5% ? des accidents… »

                      Sans doute un peu plus et quand bien même ce serait .5, on soude, ne serait ce que pour changer la moindre chaudière dont l’instal est en thermosiphon, ce qui n’est pas rare.

                      Même ma baraque 110 m² à l’origine: fer acier

                      Je parle fer car on parle de raccord série fer quand on demande chez le fournisseur pour distinguer du galva

                      D’ailleurs ça représente une grosse partie de la pratique en préparation du CAP, la soudure étant une autre paire de manche vs la brasure exceptée celle cupro phosphore demandant pratiquement le même savoir faire, celle ci représentant d’ailleurs une part également nécessaire ds la pratique.

                    22. Al Bundy

                      Conclusion: t’es plombier et tu sais pas souder, t’as besoin d’un collègue qui sait souder ou tu laisse filer les chantier

            2. Pythagore

              « Les uns le voient comme une source de revenus, les autres comme une source de « souffrance ». »
              L’ami d’un ami qui a un ami m’avait expliqué que ds la classe de sa fille, il y avait eu une discussion sur les métiers. Premier acte du prof, distribuer une grille de salaire par métier.
              Donc oui, le français a été bien éduqué,le travaille n’est qu’une source de revenu, et comme il n’est qu’une source de revenu, il devient une source de souffrance.
              Apparemment, le plaisir ds le travail ne peut exister en Grance.

            3. Pythagore

              Vu le prix simplement des lits mécanisés, je voudrais bien voir le prix des robots sensés remplacer les aides-soignantes, sachant qu’il faudra bien une opératrice derrière le robot, donc pas vraiment d’économie si ce n’est p-e de tps.

              1. durru

                Déjà, dans ce cas précis, il ne s’agit pas vraiment de remplacer, mais plutôt d’aider. Et donc d’améliorer la productivité et la qualité du travail.
                Et je reviens : en Grance, on ajoute des couches administratives tous les jours, au point que les EHPAD les plus huppés arrivent à être en manque de… couches (sans blague). Mais on manque jamais de sous pour payer les bureaucrates. Jamais. Je ne crois pas qu’un (gros) salaire récurrent soit moins important que le prix de quelques robots (qui, en plus, généralisés, verraient leur prix baisser sensiblement).

              1. sam player

                Ça me rappelle mes profs de dessin industriel, tous sauf un qui était dans le vrai : quand je suis arrivé dans l’industrie, j’ai dû tirer un trait sur les 3/4 de ce qu’ils m’avaient appris qui était complètement inutile et surtout contreproductif.
                Toujours le souvenir lors d’un examen blanc que celui qui avait eu une des meilleures notes avait dessiné un truc inmontable… mais bien présenté…

                1. sam player

                  « Tous sauf un qui était dans le vrai… »

                  était ou étaient et ça change le sens de la phrase… d’où l’importance de la grammaire.

                  À l’oral c’est ambivalent…

    2. Pythagore

      « Il n y a qu a voir les pleurnicheries sur la disparition  »
      Lorsque j’écoute les idéologues socialistes, j’ai l’impression que leur idéal, c’est le cadre supérieur (ou pas) derrière un ordinateur dans un bureau. Tout le reste doit disparaître. L’idéal, c’est d’avoir ses fesses 8 heures par jour derrière un ordi.

    1. Val

      @glot dans la même veine j’ ai bien aimé le gouvernement qui fait des économies en rabotant la baisse de taxes des micro entreprises… « j’ai été combriolée » « non pas du tout, ton cambrioleur fait des économies »

    2. Aristarkke

      Quand le bouzin tournera bien rond, l’état sera perpétuellement débiteur de crédits d’impôts, ce qui lui fera de l’avance perpétuelle. C’est un fusil à un coup mais sans le délabrement des finances publiques, c’est toujours bon à prendre, vu de leur point de vue.

      1. MCA

        « l’état sera perpétuellement débiteur de crédits d’impôts »

        Je pense sincèrement que c’est le but, avoir de la trésorerie à bon compte.

        1. MCA

          Tiens à ce sujet j’entendais hier au Jité de 20h00 que les impôts avaient baissé, et effectivement ils ont raison, mes impôts ont baissé.

          Comme ils m’ont piqué une bonne couche supplémentaire de CSG déductible, mes revenus ont baissé et donc mes (enfin…leurs…) impôts ont baissé.

          Ils se foutent réellement de la G du monde!

            1. Aristarkke

              Le morceau « déductible », non. Du moins pas encore…. Vu qu’ils en sont à traquer les pièces tombées entre les coussins du canapé, elle finira bien par être imposable, elle aussi.

            2. sam player

              Bah tu gagnes 1000 et on t’impose sur 1000, disons à 14% soit 140 d’impôt. Reste 860

              On te colle une hausse de CSG déductible de 5% soit 50 de CSG

              Toujours à 14% ton impôt sur 950 est de 133… youpi tu paies moins d’impôt… (133 vs 140) mais on t’a taxé 50 entre temps et il te reste 950-133=817 vs 860

              Qu’une taxe soit déductible n’en fait pas moins une taxe à 100%… cette taxe n’est pas déductible… de tes impôts… d’où la confusion certainement…

              1. Pythagore

                C’est une blague ? Rien compris.
                Mutti a été obligée d’annoncer une taxe carbone pour faire plaisir à l’electorat tout vert. En même tps le dégrèvement d’impôt pour ceux allant au travail en voiture sera augmenter….
                (Il est possible actuellement de déduire 30ct/km des impôts).
                On vous en reprend et on vous en redonne….

          1. Aristarkke

            Nous avons reçu un avis de liquidation d’impôt correspondant péniblement à un pour cent et des pouillèmes de ce que nous versons en IR et CSG. Tout de suite, on se sent plus à l’aise, de quoi avoir envie de voter Flop Joene, quoi ?

      1. Mildred

        Si vous dites vrai, à quoi sert-il de se lamenter sur des réformes qui ne verront jamais le jour ?
        Pourquoi ne pas nous réjouir d’avoir un Président qui sait si bien faire tourner les ballons sur son nez, dans toutes les instances internationales, au point de rendre verte de rage, Sainte Greta elle-même ?

  10. Blondin

    « On a toujours vu que la France était difficile à réformer car peu importe qui gouverne, les Français descendent dans la rue dès que ça bouge. »
    mouif
    Les Français arrivent à s’adapter – il suffit de voir, par exemple, à quel point le monde du travail a changé en 20 ans.
    Ceux qui ne changent pas sont les syndicats (d’où leur dégringolade) et surtout surtout la classe politique / la haute fonction publique.
    Comme ils ne veulent pas changer, ont subi une castration et une hontectomie, et sont de toute façon incapable de comprendre le monde tel qu’il est, ils ne font rien et prétendent que le pays est irréformable.
    Je suis intimement persuadé du contraire.

    1. durru

      +1000
      Très judicieuse remarque. Cela me fait penser à ce qualificatif lu il y a un moment et ô combien approprié : « figé en projet » (plutôt « pétrifié », en roumain en original).

  11. Pythagore

    Tout ceci révèle un défaut de formation de l’occident, où les gens sont incapables d’exprimer leurs véritables besoins.
    Personne n’éprouve le besoin de plus de taxes pour sauver gaia (à part les politiques). Certains éprouvent le besoin de vivre ds un environnement non pollué. Mais en quoi taxer permet de vivre ds un env. non pollué ?
    Certains éprouvent le besoin de services publiques, ok. Mais qui éprouve le besoin que ces services publiques soient rendus par l’état (à part les politiques) ?

    1. Le Gnôme

      Que des gens manifestent contre la fermeture du centre des impôts de Trifouillis les trois Pécores, de la poste du patelin et réclament des services publics de proximité me laisse pantois. J’habite en région parisienne, je les ai tous à portée de la main et je n’y mets jamais les pieds. Je règle mes problèmes par courriel, ça va plus vite.

      1. Al Bundy

        « Je règle mes problèmes par courriel, ça va plus vite. »

        lol

        non, c’est pasque t’as pas de problème, mais sinon en effet réclamer du sévice publique est pathologique

      2. MarieA

        C’est pourtant simple : on leur extorque toujours plus d’argent pour moins de services et des services de moins bonne qualité. D’où la grogne.
        Proposez aux gens : tu payes moins (avec chiffres précis) mais tu fais ça et ça par internet et ils râleront moins sur la disparition des centres d’impôts.

        Après, si ce n’est pas trop indiscret, j’aimerais bien savoir quel type de problèmes avec l’Etat vous avez résolu en utilisant que les mails ?

        Certains ici ont raconté leurs malheurs avec l’un ou l’autre service électronique de l’Etat, je n’ai pas l’impression que les Français y aient gagné au change… je prends un exemple personnel, quelqu’un m’a demandée de l’aider à payer une de ses taxes professionnelles, il fallait le faire via internet, car il n’y arrivait pas malgré plusieurs tentatives. On se connecte ensemble et le site de l’Etat ne nous laisse pas payer, la date limite approchait, nous contactons le service pour signaler le problème. Résultat, cette personne doit maintenant payer la majoration pour retard de paiement parce que l’Etat n’est pas capable de fournir un service normal et est malhonnête.

          1. Le Gnôme

            J’ai réglé un problème fiscal sans me déplacer, j’ai demandé ma retraite sans me déplacer, j’ai horreur de me déplacer dans les services publics, je suis comme Jean Yanne avec les départementales.

            1. Al Bundy

              « comme Jean Yanne »

              Bon sang que je le regrette….

              Cela dit, c’est pasque tu n’as jamais été confronté à un problème, un vrai, genre noeud gordien administratif, le Passim pourrait t’en raconter, ou encore, ma pauvre mère (84 ans) qui a récemment eu la visite d’un huissier pour de la taxe pro (^^) d’une boite dont j’étais gérant ds les années 90, un truc de ouf, la société ayant été radiée genre début 2000 du RCS s’est vu renaître cette année suite à on ne sait pas quoi (un stagiaire ???) et maintenant on me demande ma signature pour la refermer moyennant un peu de pognon. Je ne donne ni l’un ni l’autre, forcément, c’est ma mère qui flippe, des enculés je te dis

              Oui, j’ai vérifié, la société en question est réapparue au RCS en question.

      3. Citoyen

        Le Gnôme, ceux qui manifestent le plus contre ces fermetures, sont ceux qui y travaillent ou qui ont un proche qui y travaille … même les petits commerçants locaux y ont un intérêt … Question de gamelle … Et mine de rien, ça fait du monde …
        Les quelques autres, ne sont pas très habiles avec internet, et n’ont pas envie de se coltiner les km pour aller au patelin plus loin …

          1. Al Bundy

            C’est pasque t’avais pas les couleurs de la licorne en entier, ou des doigts très sales ^^

            « c’est tout ce qu’on peut niquer à quatre ans. »

            Je sais pas, une fillette de cet age s’est fait violer il y a peu, mais bon, après enquête il s’avère qu’elle s’était assise sur sa tétine.

  12. Citoyen

     » Il fallait donc trouver un moyen simple, une soupape d’expression populaire pour que chaque Français puisse enfin râler et défiler dans l’égalité de la protestation solidaire pour tous.  »
    Eh oui, H16, au départ, Roger a eu la bonne idée de revêtir un Gilet Jaune … Mais un peu trop rapidement, comme toujours, des copains (qui n’en étaient pas vraiment) de Roger ont accouru … Dans un premier temps, Roger était enchanté de voir autant de potes (qui n’en étaient pas) arriver pour faire nombre … Jusqu’à ce que Roger s’aperçoive que ses « potes » revendiquaient autre chose que lui, en criant plus fort que lui, étant des professionnels aguerris de la revendication … Et Roger compris, un peu tard, qu’il n’était plus chez lui dans son Gilet Jaune …
    Roger finissant par comprendre que, d’user ses pompes sur les boulevards, se faire matraquer pour des actions qui ne sont pas les siennes, et porter des revendications qui ne sont pas les siennes, n’était pas très malin, il s’est fait à l’idée qu’il valait mieux laisser la place …
    Mais Roger, même sans son Gilet Jaune, est toujours Roger, et il a pas mal de potes (des vrais) … Et ensembles, plutôt que de trainer leurs guêtres sur les boulevards, qui sont déjà bien encombrés par d’autres, et ne sert à rien, ils pourraient continuer ce qu’ils avaient si bien entrepris et n’auraient jamais dû lâcher, en détruisant discrètement, toutes les machines à racket sur les routes … Un bon moyen de se rappeler au bon souvenir de la mafia du micron, en faisant la une … Et si, par la même occasion, venait à l’idée aux potes de Roger, de cramer nombres de métastases locales de l’état et de Bercy, pour sûr qu’il arriveraient à retenir plus l’attention, que de s’user les pompes sur les boulevards en respirant des gaz incommodants … Et avec l’approbation à peine dissimulée d’un bonne partie de la population …

  13. lxy

    Mon instinct animal primitif m’indiquait mais pas très clairement- qu’il trouvait que quelque chose clochait chez ce brillant Macron. Je ne sais pas si j’ai juste mais j’ai effectivement trouvé quelque chose d’intéressant …Cest un fayot, vous savez ce type d’individu que personne ne piffre à l’école ou ailleurs. Au collège il fayote avec sa prof de Francais, à l’Université il fayote avec le philosophe Paul Ricoeur sous prétexte de l’aider à ranger ses notes, à l’Ena il fayote avec le milliardaire rouge, Philippe Hermand qui lui prêtera des sous pour acheter son appartement, il fayote avec Jouyet, avec Sarkozy, qui lui confiera un poste de Rapporteur de la mission Attali auprés de qui il a fayoté assidûment. Il fayote avec Hollande, mais pire il fayote avec Trump ou Poutine. Ca c’est pas grave. Mais pire avec Boutefkika en déclarant que la France est coupable en Algérie de crimes de guerre, il fayote avec Rohani,avec Greta, avec l’Onu des dictateurs, avec la Presse…

    Un fayot psychopathologique qui dénote un personnage faible et qui ne cherche qu’à satisfaire sa névrose narcissique. Il cherche à plaire pour pouvoir être admiré en retour. Il n’y a rien à attendre d’un tel bonhomme. Tant pis pour la France et les Français. (on a déjà eu 2 un peu comme ça : Giscard et Sarkozy)

    1. Al Bundy

      Ouais, c’est l’esprit, un jour  » faut faire gaffe à l’immigration, les bobo n’y sont pas confrontés », et le lendemain, un accord pour prendre 1/4 de tout ce qui débarque

  14. sam player

    Un bel article en vue pour le boss:

    Droits voisins: Google défie la France
    lefigaro.fr/medias/droits-voisins-google-defie-la-france-20190925

    La réaction du ministre et des éditeurs de journaux est énorme. Et comme dit un commentateur, ça rappelle l’affaire Altice vs Orange et Free : vous voulez qu’on vous paie, bah non et pas de souci on coupe le signal…
    Ici avec Google, c’est celui qui profite du moteur de recherche qui veut être payé, le monde à l’envers…

    1. Vassinhac

      +1
      Dans leurs réactions, les éditeurs avouent en filigrane que toute la valeur de leurs articles est dans les trois premières lignes (« l’information a une valeur », etc) alors qu’ils devraient voir ça comme la diffusion gratuite d’un teaser.

      Et l’appel à la « représentation nationale » pour contrer celui qui arrête de jouer quand le jeu ne lui va plus, c’est très soviétique !

      1. Vassinhac

        D’ailleurs quand les entreprises préfèrent arrêter un service plutôt que continuer dans ces conditions, ça s’appelle « la Grève », non ?

            1. durru

              « les éditeurs avouent en filigrane que toute la valeur de leurs articles est dans les trois premières lignes »
              Le nombre de fois que j’ouvre plus l’article, vu que j’ai tout compris du titre, je te dis pas 😉 Surtout pour certains titres de presse, c’est flagrant.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Donc Google rend service à la presse et devrait payer pour le service qu’il rend.
      Après les taux négatifs, voici la facturation négative d’un service.
      On vit une époque formidable.

  15. Al Bundy

    Moua ha ha ha ha ^^

    nouvelobs.com/politique/20190925.OBS18885/quand-cohn-bendit-recoit-un-appel-pour-participer-a-la-convention-citoyenne-sur-le-climat.html

      1. Al Bundy

        Les rédactions sont à la fête, enfin un ex présigland mort, on va même sans doute revoir giscard pour recueillir, mais ses impressions et lui demander quand donc tu claques ???

        S’il claque ds la foulée, qui va passer à la trappe ds les médias ? J’ai toujours en travers de la gorge D’ormesson vs halliday…

      1. Val

        @duff oui mais c’ est encore pire : il a fait un pacte avec Mitterrand pour faire chuter Giscard et on connaît la suite. Il a flingué le pays pour être président. Mitterrand était un fasciste déguisé en rose, Chirac un rad soc déguisé en bleu.

        1. Duff

          Je pense que VGA était assez grand pour se tirer une balle dans le pied tout seul, c’est sous lui que les ennuis ont commencé mais c’est vrai que Chirac et Mitterrand ont bien creusé en 26 ans… 🙁

        1. Al Bundy

          Ho bon sang, j’ai explosé de rire, c’était sur une autre planète ^^

          witter.com/i/status/1177178872724561921

          Surtout, ne buvez pas un café en lançant ^^

          1. Al Bundy

            En même temps, le principe « lui remplir l’estomac et lui vider les couilles » fut remplacé par « lui casser les couilles », tu m’étonnes qu’il aie virevolté

    1. Jacques Huse de Royaumont

      On a le choix : la rue de la petite ou de la grande truanderie

      A moins, qu’eu égard à sa capacité à planter des couteaux dans le dos de ses mentors, on ne renomme la rue de la ferronnerie en son honneur..

    2. Pheldge

      @ le Gnôme, j’ai entendu son éloge à la radio, même Tibéri en était impressionné … Et je vote pour le Quai de l’Hôtel de Ville pour devenir Quai Jacques Chirac
      Hidalgo fait mettre tous les drapeaux de la capitale en berne, et déclare que Chirac sera toujours le maire des parisiens, c’est pas beau, ça ?

      1. taisson

        Elle peut le faire ! Et elle ne sera pas la seule…
        Chirac est un de ceux qui à fait le plus pour parachever le travail de Mitterrand, : Faire de la France une province arabisée et socialiste d’une « Europe » à la pensée totalitariste, tout en protestant de son patriotisme, pour tromper le petit peuple.
        Ça à très bien marché pas mal de temps, surtout dans le monde rural !
        Pour cause d’obsolescence personnelle, il aura juste loupé son adhésion complète à la dictature « écolo », encore que… le principe de précaution, c’était déjà pas mal !!
        Pour ceux qui croient, mon premier avis aurait été de lui souhaiter les flammes de l’enfer !
        Mais quelques dizaines de siècles de purgatoire seraient déjà pas mal pour un ancien (communiste /chrétien) pour arriver à la paix de son âme !!

  16. Sosthène

    Des militants écologistes qui volent des portraits de Macron dans les mairies arguent de « l’état de nécessité » (« n’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace ») et sont acquittés.
    Du coup si nous aussi on va voler des trucs dans les mairies en réponse au péril imminent du socialisme ça marche ou pas ? 🙂
    https://www.dalloz-actualite.fr/flash/decrochons-macron-l-etat-de-necessite-climatique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.