Covid : vacciner les enfants n’est vraiment pas raisonnable

Par Nasier Ockham et h16

Et voilà, c’est la rentrée et avec elle l’occasion d’un bref regard sur un mois d’août particulièrement rempli de rebondissements qu’il sera difficile de lister et d’analyser les uns après les autres. Néanmoins, la pause estivale aura été l’occasion de quelques réflexions intéressantes et c’est grâce au remarquable travail d’un contributeur irrégulier de ces colonnes, Nasier Ockham, que je vous propose de revenir sur quelques données statistiques intéressantes au sujet de la situation actuelle du pays qui seront l’occasion de fournir plusieurs articles.

Dans ce billet, nous allons nous pencher sur la vaccination des jeunes de moins de 12 ans que notre gouvernement entend mener à bien fermement et avec beaucoup d’empressement, “quoi qu’il en coûte” comme le veut dorénavant l’expression consacrée par Macron.

Au passage, en allant éplucher les données d’OpenData disponibles sur les sites dédiés, il est intéressant de constater qu’à cette date et depuis l’arrivée du Covid en France (disons en Mars 2020 pour faire simple), trois enfants de 9 ans et moins sont morts du Covid, et quatre de 19 ans et moins. On pourra se référer à ce lien et cet autre pour trouver confirmation de ces chiffres. Le covid ne provoque pas d’hécatombe chez les enfants et représente même un risque extrêmement mineur.

Une fois ceci posé, notons qu’avec plus de 65 millions d’injections en France (dont 53 millions avec le vaccin Pfizer), la pharmacovigilance française commence maintenant à avoir un peu de recul sur les effets indésirables et immédiats des quatre principaux vaccins (Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Janssen) pour les personnes âgées de plus de 12 ans ; or, sauf à considérer que ces données sont subitement plus mal remontées que les années et vaccins précédents, ou inversement que cette base serait subitement prise d’assaut par une saisie compulsive de tout ce qui passe, on devra – cas moyen raisonnable – considérer que c’est une source de données valable au moins pour indiquer les tendances.

Comme les autorités insistent actuellement assez lourdement pour que les jeunes (de moins de 12 ans) se fassent à leur tour vacciner, il apparaît logique de se pencher sur ces retours déjà existants pour extrapoler à cette partie de la population, au moins en première approximation.

Pour le vaccin le plus utilisé, le Pfizer, des événements indésirables pour les plus jeunes apparaissent globalement comme ceux des adultes. Si l’on s’en tient aux données issues des déclarations officielles, pour toute la population, ces vaccins ont été suivis de 0.8 à 2.4 décès par 100.000 injection, et de 15 à 72 cas graves (cas grave voulant dire ici décès, mise en jeu du pronostic vital, ou invalidité ou incapacité à vie, ou hospitalisation, ou cas médicalement significatif). Les suites plus lourdes suivent la prise du vaccin Astra-Zeneca, suivi par Pfizer.

Emmanuel Macron a choisi d’obliger pardon de “fortement inciter” tous les Français à la vaccination par le truchement d’un pass sanitaire économiquement discutable, socialement lamentable et juridiquement bancal. Si l’on part du principe que cette fine idée parvient finalement à son but, à savoir que toute la population française se retrouve vaccinée, on peut alors estimer le nombre de décès qu’on devrait observer en pharmacovigilance, et ce pour chaque tranche d’âge de population considérée, qu’on pourra ensuite comparer au nombre de décès que devrait causer le virus, toujours pour la même tranche de population.

La figure suivante réalise précisément cela :

Elle permet de montrer dans les colonnes noires les décès qui sont attendus dans la pharmacovigilance suite à la vaccination (il s’agit des taux de la pharmacovigilance appliqués à la population par classes d’âge obtenues ici et ), par rapport aux décès Covid recensés depuis le début dans les hôpitaux ici et ) dans les colonnes rouges du graphique.

Il est à noter que l’estimation est précise pour les jeunes (populations en dessous de 40 ans), mais sous estime les décès par Covid des plus âgés car les décès en EHPAD ne sont pas comptés ici.

En terme de bénéfice/risque, le graphique permet d’assez clairement illustrer que la vaccination est vraisemblablement bénéfique pour les personnes âgées, mais son bénéfice s’étiole d’autant plus qu’on s’éloigne des âges supérieurs au point que, pour les moins de 40 ans, la pharmacovigilance indique dès à présent un risque plus important des vaccins que du virus : ainsi, les données actuelles indiquent qu’il y a plus de risque à se faire vacciner qu’à subir le Covid jusqu’à 39 ans, et que la vaccination est clairement un énorme bénéfice après 70 ans.

Une autre façon de visualiser ces risques est proposée dans les figures suivantes : il s’agit de modèles phénoménologiques qui permettent de prédire comment vont se produire les cas graves pour les plus jeunes, si on fait l’hypothèse que la proportionnalité non linéaire observée entre 20 et 90 ans se poursuit de la même façon pour les moins de 20 ans.

Cela permet de placer des plages de prédictions (colorées) pour les différents vaccins dans lesquelles on est sûr qu’il y aura 95% des cas graves, à chaque tranche d’âge, et la même chose pour la maladie elle-même (afin de comparer).

Autrement dit, on représente la probabilité d’occurrence de cas grave à chaque âge. Par exemple, la figure suivante essaye de représenter que pour les personnes de 30 ans, on est sûr à 95% qu’on observera au minimum 9 cas graves et au maximum 24 cas graves par 100.000 vaccinations avec Pfizer. Au même âge, on observera dans la pharmacovigilance de 10 à 50 cas graves après 100.000 vaccinations Moderna.

Et lorsque la plage d’une vaccination ne chevauche pas celle du covid, la balance bénéfice/risque ne sera bonne que si le vaccin diminue effectivement le nombre de cas graves du covid d’au moins le maximum de la plage considérée. À 30 ans, cela veut dire que Pfizer doit diminuer les cas graves de 24, et Moderna d’au moins 50 cas.

Dans certains cas, la balance bénéfice/risque peut être négative avant que les plages ne se chevauchent si le vaccin ne diminue pas autant les cas graves que nécessaire.

Enfin, dès que la plage du covid et celle du vaccin se touchent, on sait donc qu’à ce point, on est perdant avec une vaccination de toute la population avec ce vaccin : à ce point, en ne vaccinant que les personnes à comorbidité, on n’aurait aucune chance de créer un cas grave parmi des individus sains (sans comorbidité).

Idéalement, la plage balayée par le covid devrait se trouver systématiquement au-dessus des plages des vaccins, assurant ainsi que le vaccin est toujours moins risqué que la maladie. La vie réelle étant plus compliquée, on peut admettre que les plages de risques se rapprochent un peu pour certaines tranches d’âges, mais dans la zone où les plages de risques se chevauchent, même un petit peu, on est certain (avec 95% de confiance) que la pharmacovigilance vaccinale rapportera des cas graves supplémentaires qui ne l’auraient jamais été par le covid, sans que cela soit compensé par la réduction de morts du covid par le vaccin dans ces classes d’âge là…

Et si on regarde la même chose pour Astra-Zeneca, on obtient la figure suivante qui corrobore le précédent graphique au moins pour les âges les moins élevés : si l’on s’en tient aux données de pharmacovigilance, le modèle suggère que les rapport bénéfice risque est mauvais pour les personnes sans comorbidité jusqu’à 76 ans, mais le vieillissement nuance fortement cela et il est probable que le rapport bénéfice/risque de ce vaccin pour toute la population devienne vraiment positif quelque part entre 60 et 75 ans.

Au passage, on notera que l’Astra-Zeneca n’est pas recommandé au dessous de 55 ans en France, et que cela correspond au point où les deux courbes (la rouge et la verte) se rejoignent. Peut-être certains décideurs, ayant les mêmes données, aboutissent-ils à la même conclusion ?

Bien évidemment, tout ceci ne tient pas compte de l’état de santé général de chaque individu : certaines comorbidités (obésité, diabète pour n’en citer que deux) modifient très substantiellement le tableau et rappellent pourquoi la décision de se faire vacciner reste toujours une décision personnelle.

Mais potentiellement, ceci veut dire qu’une population de 15 millions de personnes jeunes, globalement en bonne santé (en tout cas logiquement en meilleure santé que les plus de 70 ans) et qui ont très peu de risques de mourir du covid – on parle de 1 risque sur 1,9 à 2,4 millions – vont échanger un risque incertain (celui d’attraper le covid) contre la certitude de prendre un risque entre 36 et 44 fois plus élevé en se faisant vacciner et ce dans le but de rassurer une partie de la population apeurée par des médias et des politiciens en roue libre (pour le dire charitablement).

Concrètement, cela veut aussi dire qu’on peut s’attendre, si l’on applique les données actuelles de pharmacovigilance aux populations les plus jeunes, à y compter 270 à 280 adolescents ou enfants décédés lorsque toute cette population sera vaccinée.

Est-ce bien raisonnable ?

Est-ce bien raisonnable d’oublier le principe de précaution ?

Est-ce bien raisonnable de viser cette population alors que les données s’accumulent de façon défavorable ? Peut-être est-il très utile de se rappeler avec insistance des cas précédents de retraits de vaccin suite à des pharmacovigilances défavorables, comme aux États-Unis en 1955 où les données observées après l’usage d’un vaccin contre la poliomyélite remontaient 55 paralysies et 5 décès (sur toute la population américaine), ou encore, en 1976, lorsqu’une campagne de vaccination de la grippe avait été stoppée lorsque les données de pharmacovigilances avaient remonté 1 décès pour 100.000 habitants.

Et s’il est vrai que les vaccins ne sont pas, en général, complètement dépourvus d’effets secondaires parfois graves – les chocs anaphylactiques du DT-Polio s’établissent entre 0.065 et 0.3 par 100.000 – la comparaison avec les vaccins actuels laisse quelque peu songeur, les cas graves observés suite à Pfizer pour la tranche des 20 à 29 ans s’établissant actuellement autour de 11 pour 100.000 (soit 36 fois plus que pour le DTP).

Au delà de cette question, ces statistiques imposent de rappeler le devoir du médecin, “primum non nocere” qui semble s’être évaporé depuis un moment dans les pays occidentaux, l’Australie et la France pavant un chemin catastrophique vers l’enfer sanitaire.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires663

  1. jmdh57

    https ://francais.rt.com/france/90214-ca-fait-mal-president-medef-demande-arret-du-pass-sanitaire-dans-les-centres-commerciaux

    Snif snif, une petite larme pour le pauvre MEDEF qui une fois encore surjoue

    1. Theo31

      Le boycott est une arme de destruction massive contre les commerçants n’ayant aucun respect pour les clients.

      Auchan Gramont n’aura plus jamais mon argent.

  2. Roanna

    Les comparaisons sont bien faites et un passage me semble particulièrement bien refléter une des raisons pour lesquelles je refuse le vaccin qui est celle là:

    « vont échanger un risque incertain (celui d’attraper le covid) contre la certitude de prendre un risque entre 36 et 44 fois plus élevé en se faisant vacciner »

    Ceci est également vrai à un âge plus avancé car rien n’indique que vous serez un jour atteint par la maladie (les raisons sont propres à chacun)
    Suivant les chiffres actuels il y a environ 10% de la population qui a été en contact avec le virus. En toute logique vous avez donc 10% de chance en moyenne d’être infecté sauf que en prenant garde à vos geste la probabilité tombe peut-être à 1% ou 1 pour mille et à partir de là suivant la tranche d’âge vous retombez à seulement 0,X% de cas grave ou de décès.
    Alors qu’en se faisant injecter le produit vous prenez le risque immédiatement sans être certain de ne pas développer de formes graves beaucoup plus tard et sans garantie d’efficacité immédiate.
    A chacun de peser le pour et le contre.

    1. Pierre 82

      Maintenant, chacun fait comme il veut, mais personnellement, la perspective de passer le reste de ma vie emmitouflé derrière un masque, en ayant une trouille bleue de choper une maladie, en restant à distance de tout le monde, surtout ne serrer ma main à personne, ne m’emballe pas beaucoup plus que de me faire vacciner. OK, si on est malade, qu’on fasse l’effort de rester chez soi et de s’isoler, pourquoi pas, mais pas plus loin.
      Fichez-moi la paix, je préfère prendre le risque de mourir du covid que de vivre dans un monde pareil. Surtout que si on laissait aux médecins la liberté de prescrire, le risque de mortalité tomberait très bas.
      Je refuse de négocier quoi que ce soit en dehors de ça, cette vie telle qu’on nous la propose ne m’intéresse pas. En d’autres termes, je me radicalise.

      1. Roanna

        Ce n’est pas parce que j’ai dit « en prenant garde à vos geste » qu’il ne faut pas vivre. Entre vivre et embrasser grand-mère sur son lit de mort suite au codid il y a un pas que je ne franchirai pas. Pour le reste « no problem ».

      2. Nemrod

        Franchement Pierre, ma dernière visite en ville ne me fait rien regretter du tout.
        Quel spectacle !
        Des masqués pas assis, aussitôt masqués au même endroit pourvu qu’ils se lèvent…l’altitude sans aucun doute.
        Des masques qui trainent partout.
        Des bobos avec des masques de bobo…originaux, plein de couleur…super !
        Un nouvel accessoire.
        D’autres que je serais curieux de frotter à une boite de Pétri.
        Une ambiance de dystopie sinistre.

        Etre le Paria d’un monde comme ça est un privilège, tout bien considéré.

        J’irais ce soir me retremper.

        Guetter l’ombre qui glisse au coin du bois…proche des bêtes et loin de la Bêtise.

        1. Higgins

          Ce matin, une damoiselle auprès de qui je m’enquérais du pourquoi de son masque (il faisait beau, température légèrement supérieure à 20)c, légère brise agréable, nous n’étions que tous les deux et je sortais de la maison) m’a répondu que c’était à cause du vent et pour la protéger du froid !!! Sic ! La bêtise n’a pas d’âge.

        2. Pierre 82

          Et encore, ce que vous appelez ville, c’est quoi? Nevers? Tout au plus Dijon?
          Un ami revient de Paris la semaine dernière, et m’a décrit ce même apocalypse. Le pire, c’est que le troupeau ne se rend même plus compte.

  3. Higgins

    Qu’en pensez-vous : https://www.voltairenet.org/article213844.html

    L’auteur sent le souffre mais, si on relie ses réflexions à cette vraie/fausse pandémie, on obtient un tout qui apparaît cohérent. Au sujet du pass, le mignon poudré n’exclue désormais plus son extension au-delà du 15 novembre : https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-sanitaire/emmanuel-macron-n-exclut-pas-une-extension-du-pass-sanitaire-au-dela-du-15-novembre_4757613.html

    J’en vois qui sont déjà inquiet. Je les rassure, une telle extension, si elle a lieu, fera l’objet d’un débat en bonne et due forme devant la chambre d’enregistrement, pardon, l’assemblée nationale. Je vais donc dormir serein.

    1. Nemrod

      Major, nous avions bien compris que le Pass sera prolongé.
      Ces gens sont des menteurs pathologiques.
      J’ai 2 semaines de vacances par an et je trouverais bien un pays sans Ausweis à portée de voiture.
      Ca me fera 14 restos ou bien 28 avouez que sur une année c’est bien, …mon argent ira à l’étranger…pas grave.
      Ici et avec les miens je mange chez moi ou chez eux.
      Les centres Commerciaux sont pour moi l’Antichambre de l’Enfer et je fuis la foule.
      Pour le Sport j’ai la Marche sportive dans un cadre idyllique et mes 50 pompes par jour.
      Non je suis prêt à durer comme ça sans soucis.

      1. durru

        « je trouverais bien un pays sans Ausweis à portée de voiture »
        A condition de pouvoir sortir (et rentrer). Ça commence déjà à ne plus être évident (filtres à l’entrée au Boulou très récemment, par exemple).
        Il va falloir s’armer de patience, entre autres…

        1. Citoyen

          Oui, mais au Boulou, ils sont à deux pas de Prades !… C’est pas de bol, ils doivent se sentir sous surveillance …
          Il faut bien qu’ils montrent qu’ils sont totalement en phase avec la junte sanitaire …Quitte au besoin a en rajouter quelques couches pour montrer leur soumission à la junte … C’est bon pour leur carnet de crédit social …

    2. Dr Slump

      Ah! Merci de rouvrir, littéralement, cette capsule temporelle. Revenir sur ce site après toutes ces années me fait quasiment revivre les événements comme si j’y étais, devant le poste de télé, à regarder les tours s’effondrer avec une perfection surréelle.
      Même intensité du choc psychologique orchestré sur l’épidémie et sur la destruction des tours, même prétexte politique sécuritaire employé pour restreindre en profondeur la liberté individuelle. Le choc pour sidérer, la guerre sans fin pour immobiliser les individus dans des matrices, des cocons de croyances paranoïaques.
      C’avait été une année vraiment étrange pour moi, d’un point de vue personnel, en plus du point de vue de ces événements.

      Concernant Meyssan, quelles que soient ses accointances, et quelle que soit la nature des régimes politiques qu’il soutient éventuellement, il reste important de savoir se placer du point de vue des pays du Moyen-Orient. Et de leur point de vue, on ne peut pas nier que les USA sont beaucoup, beaucoup intervenus chez eux, avec des conséquences beaucoup, beaucoup trop désastreuses pour qu’on les en excuse. Démocratie, mon cul, comme dit l’autre…

      1. baretous

        ma fille lors d’un gouter d’anniversaire d’enfants a rencontreé une femme qui habitait le quartier, son mari travaillant dans les tours retrouvé vivant mais à l’état de légume dans les décombres. Son mari et elle avaient constaté auparavant que le quartier des joaillers au pied des tours, le Diamond district était désert et toutes les boutiques fermées.

    3. Theo31

      Il sera prolongé jusqu’aux élections. Puis le pass numérique de Thales débarquera dand la vie de tous avec un joli crédit social à la chinoise en prime.

  4. Higgins

    « le Migon poudré (Jacobin) sait tout de suite quel est le gouvernement légitime et quelles sont les bonnes lois ; pour bâtir comme pour détruire, son procédé rectiligne est le plus prompt et le plus énergique. Car, s’il faut de longues réflexions pour démêler ce qui convient aux soixante- six (vingt-six) millions de Français vivants, il ne faut qu’un coup d’œil pour savoir ce que veulent les hommes abstraits de la théorie. En effet la théorie les a tous taillés sur le même patron et n’a laissé en eux qu’une volonté élémentaire ; par définition, l’automate philosophique veut la liberté, l’égalité, la souveraineté du peuple, le maintien des Droits de l’homme, l’observation du Contrat social. Cela suffit : désormais on connaît la volonté du peuple, et on la connaît d’avance ; par suite, on peut agir sans consulter les citoyens ; on n’est pas tenu d’attendre leur vote. En tout cas, leur ratification est certaine ; si par hasard elle manquait, ce serait de leur part ignorance, méprise ou malice, et alors leur réponse mériterait d’être considérée comme nulle ; aussi, par précaution et pour leur éviter la mauvaise, on fera bien de leur dicter la bonne. »

    Hippolyte Taine, « Les origines de la France contemporaine » (j’ai juste changé les mots cités entre parenthèses)

    1. Pierre 82

      C’est d’ailleurs ce tropisme d’omniscience et de toute-puissance qui causera leur perte. Rien à faire, mais que ce soit le mythe de Prométhée ou la tour de Babel, nos anciens l’avaient compris bien mieux qu’eux.

        1. durru

          Voyez-vous, le 25/12/1989 (et aussi par la suite), je me demandais comment tous ces militaires ont pu agir de la sorte avec les Ceausescu.
          Je crois que vous venez de me donner une piste très intéressante pour répondre convenablement.

  5. Totallystone

    Lundi j’ai emmené ma femme au resto.
    Le premier nous a refusé à la porte, le second nous a demandé les pass une fois installé et nous avons dû partir et dans le troisième, une fois installé le serveur est venu faire sa vérif, nous avons répondu que nous n’avions pas de pass et il est parti nous chercher la carte.
    Le tout nous a pris 15min, ensuite nous avons passé une très bonne soirée.

    C’est comme tout, l’écosystème va s’adapter assez rapidement, de manière analogue au travail au noir ou d’autre idioties gouvernementales.

        1. Higgins

          Lorsque Staline est mort d’une hémorragie cérébrale, il faisait tellement peur qu’il a été laissé agonisant pas loin de 24 heures, personne n’osant le déranger.

          1. durru

            Les informations sûres que nous avons sont très partielles et, du moins sur la page française de Wikipédia, l’hypothèse d’un retard dans l’intervention des médecins à cause de Béria est clairement évoquée (mais, évidemment, ça ne peut pas être prouvé).
            Après une beuverie, il s’est séparé de ses comparses à 4h du matin et donné l’ordre de ne pas être dérangé. Le lendemain à 23h, contrairement aux consignes, la femme de ménage rentre dans sa chambre et le trouve par terre, inconscient.
            Mais ce n’est qu’à 7h du matin suivant que des médecins le voient.
            Difficile de dire quand, lors des premières 19 heures, il a eu l’attaque, mais les 8 heures suivantes ont été clairement perdues. Et la peur n’est pas complètement étrangère.
            Bon, le complot des blouses blanches était passé par là aussi…

            1. Higgins

              Simon Sebag Montefiore fait un récit très détaillé de la mort du dictateur dan son ouvrage « La cour du star rouge » qu’on trouve dans la collection Tempus (deux tomes). Impossible à résumer car trop long. Je recommande ce titre.

              1. Theo31

                Les secrets du Kremlin de Bernard Lecomte. Facile à lire et souvent très drôle. On y apprend que Poutine est devenu alcoolique el allant vivre en RDA..

    1. Hagdik

      La semaine dernière nous étions, mon épouse et moi dans un petit village du Lot.
      Au resto à midi une ardoise à l’entrée : « Quelle que soit notre opinion sur ce sujet, nous sommes contraints de vous demander le passe sanitaire. ».
      La serveuse nous a demandé « vous avez le passe ? ».
      Réponse « oui ».
      Bon, installez-vous.
      Le « oui » lui a suffit, nous avons passé un bon moment.

  6. bastia69

    merci Théo pour ce moment

    j’ai une autre histoire

    -un petite entreprise siège social en France créer le 1er test covid 19 (disponible le 31/01/2020
    -la nomenklatura refuse les test de la petite entreprise , car délecte que 1 gène au lieux de 2 ,Malgré qu’il y a 130 pays qui utilise le 2 juin 2020

    PS:c’est NOVACYT

    c’est possible d’être aussi mauvais

      1. Aristarkke

        L’administration grançaise a procédé comme d’hab, en espérant pouvoir attendre que THE produit, merveilleux, panacée véritable arrive sur le marché, pas cher en plus et payable en cinquante deux échéances, la première dans soixante mois. Le sang contaminé peut fournir un indice à votre réflexion…

  7. Yanka

    Ma province ce jour (4 459 km², 286 685 habitants), 5 hospitalisés covid, un aux soins intensifs (à Libramont) et les 4 autres en unité covid ordinaire (2 à Libramont, un à Marche-en-Famenne, un à Bastogne). Aucun renseignement sur l’âge ou l’état de santé. Les masques demeurent obligatoires partout, les protocoles, etc. Si avec aussi peu de malades hospitalisés, on maintient les protocoles, alors ça ne va pas s’arrêter, surtout à cette époque de l’année. J’ai des envies de meurtre.

    1. Nemrod

      Chez moi.
      100kmx100
      220000 habitants
      20 positifs par jour
      10 hospitalisations
      3 reas.
      0 mort depuis x semaines
      Autour dire rien…me souviens même plus du dernier malade vu…
      Toujours le même protocole .
      On n en sortira jamais.

    2. Roanna

      Il faut arrêter de faire le lien entre la maladie et le passe.
      Le but inavoué n’est pas de guérir mais d’assouvir, alors on parle de morts et on s’efforce d’en rajouter là où il n’y en a pas.
      Tous les chiffres qui sont avancés sont de la réelle foutaise pour faire peur.
      Réfléchissons un peu.
      Prenons une moyenne d’âge de 75 ans il meurt donc tous les ans environ 900 000 personnes soit depuis le début de l’épidémie -1,5 ans – 1 350 000 personnes soit + de 10 fois plus que ceux qui sont décédés du covid et je ne compte même pas ceux qui seraient probablement morts d’autre chose au cours de ce temps même sans le covid puisque ce sont essentiellement des personnes âgées qui sont décédées.
      Il y a donc grosso modo 1/20 de décès en plus qu’en temps normal, et une grippe ordinaire en fait combien?
      Il faut arrêter de faire peur avec des chiffres, ils ne disent pas le fond des choses.

      1. Le nombre de morts par an en France (toutes causes) est autour de 630.000, pas 900.000.
        Influenza fait moins de 1000 morts. Les pneumopathies annuelles (y compris influenza) font autour de 10.000.

        1. Roanna

          Je veux bien, j’ai simplement fait un calcul basique 65000000/75=866000
          arrondi à 900000. Malgré tout, ça ne change pas fondamentalement l’idée.

          1. DoD

            Vous prenez une moyenne d’âge (ici 75 ans) et vous divisez la population (65M) par cette moyenne d’âge pour obtenir un nombre de morts par an… un peu de mal à vous suivre

          1. Roanna

            Je suis matheux basique de l’ancienne école.
            Ceci étant dit, je consulte les derniers chiffres de la moyenne d’âge
            Homme 78,6 ans
            Femme 85 ans
            Coupons la poire en 2 soit 81,8
            En moyenne donc, au bout de 81,8 ans toute la population aura été renouvelée.
            La différence actuelle vient du fait qu’il y a encore plus de jeunes qui arrivent sur le marché qu’il n’y a d’anciens qui le quittent et c’est bien connu les jeunes meurent moins que les anciens.

            Je n’ai pas de difficulté à reconnaître que mon calcul primaire ne tient pas compte de l’immigration et de la natalité qui est supérieure aux décès mais sur une population stable le calcul devrait être dans les clous.

    1. durru

      Faut quand même savoir que le discours au sein de la majorité en Roumanie (ancienne majorité, il faudrait dire, le gouvernement vient de voler en éclats) n’est pas uniforme. La composante « Renew Europe » (ce que j’appelle « les amis de Macron »), par la voix de la ministre de la santé, demandait il y a peu, des mesures restrictives au niveau de la France. Y compris un contrôle (par les parents, donc « la société civile », hein) du taux de vaccination des professeurs dans les écoles.
      Bien sûr, tout cela a très peu de chances de passer, vu le contexte actuel en Roumanie, mais la pression existe là-bas aussi… 🙁

  8. jmdh57

    Israël malgré une triple vaccination de 26 % de sa population adulte, a signalé un nouveau record de cas quotidiens de COVID-19 (40 % de plus que le pic de l’hiver). En fait ce sont des « vaccins » qui fonctionnent à l’envers, on ne l’avait pas compris… Plus tu vaccines, plus il y a de cas ! Quelle escroquerie ! Incroyable !!

    1. theo31

      Plus on vaccine, plus on flingue les défenses immunitaires qui deviennent perméables à tout plein de virus à mesure qu’on se dirige vers l’hiver.

      Dans une élection, ce n’est pas le proxo le problème, ce sont les complices. Le mignon en avait 20 vingt millions.

      1. durru

        Vu comme ça, les complices ne seront plus là pour les prochaines élections 😉
        En Roumanie, seulement « grâce » à l’absence de soins, il y a eu une sur-mortalité de 34k d’octobre à décembre l’année dernière.

    2. Nemrod

      J’ai été voir ça sur Worldometer.
      L’épidémie reprend en Israël et aussi en UK même si on le dit moins.
      En Israël ils ont des pics journaliers à une 40 aine de morts ce qui correspond à 300 chez nous, les anglais ont 150 morts dernièrement.
      Létalité plus faible que précédemment qui nous est expliqué par les effets du vaccin.
      Nombre élevé de cas qui nous est expliqué par le nombre de non vaccinés et une diminution dans le temps des effets du vaccin…
      Et évidemment le variant Indien : « qui a tout changé »
      Tout ça est bien alambiqué mais une seule conclusion pour les Experts : Vacciner !
      Encore ! et tout le monde.

      Suis pas expert mais le variant Indien ne se comporte pas du tout pareil en …Inde.
      Pays ou le taux de vaccination est très faible.
      Ces mêmes experts nous parlaient d’une moindre létalité naturelle du variant Indien mais ils n’en parlent plus…s’il tue moins c’est grâce au vaccin, sauf chez les non vaccinés et en Inde…vous suivez ?
      Non ?
      c’est normal.

      1. Oui, tout ceci est confus. L’explication « les vaccins ne servent à peu près à rien + le variant indien est peu létal » permet d’expliquer à la fois l’Inde, ce qui est observé en UK + Israel et ailleurs. Alors que le rasoir d’Occam permet d’éliminer les explications alambiquées officielles et de ne conserver que celle-là, simple et factuelle, cette dernière ne semble pas convenir. On se demande pourquoi.

      1. Nemrod

        S’il y avait ADE on verrait beaucoup plus de malades et de mort chez les vaccinés.
        Par contre je ne m’explique par pourquoi le phénomène de reprise épidémique est très parlant précisement en Israël.
        9 millions d’Habitants…
        Statistiquement c’est très improbable..
        Y a un truc qui cloche.

    1. Higgins

      J’en retiens que la France achète pour deux milliards d’euros de produit Pfizer (100 millions de dose !!!) dont l’utilité apparaît de plus en plus discutable lorsqu’on voit les brillants résultats en Israël.

  9. Pheldge

    bon, c’est bien beau tout ça, mais en attendant, il y a de vraies questions et de vrais problèmes* à régler :
    lepoint.fr/societe/une-francaise-sur-trois-n-est-pas-satisfaite-de-sa-vie-sexuelle-03-09-2021-2441251_23.php

    *je fais du coaching à distance, moyennant une honnête rétribution. Demandez mon mail au patron. Discrétion assurée, succès garanti, nombreux témoignages … 😉

      1. Dr Slump

        Moi j’en avais conclu qu’une femme sur trois sont des casses-couilles. On peut donc retenir, à ta manière positive, que 2 femmes sur 3 sont aimables.

  10. Higgins

    À l’hôpital Cochin à Paris, l’obligation du pass pour le personnel soignant est reportée au 15 octobre. 40% de ce personnel n’est pas vacciné (source Linkedin).

    1. Arthur H

      Mdr. Juste 5% d’infirmiers en moins va déstabiliser cette belle machine bien huilée qu’est l’hospital. Et ce n’est pas le recrutement de personnel administratif qui infléchira leur mauvaise gestion.

      Pan dans le musoi.

      1. Pierre 82

        Je crains que ce soit justement ce qu’ils cherchent: rendre les hôpitaux inopérants, et ensuite, les MSM embraieront pour accuser les non-vax d’être responsables de cette situation catastrophique. 80% de la population acceptera cette explication.

        1. Arthur H

          C’est pas faux, au vu du niveau de mensonge proféré sur tous les canaux de communications … ils peuvent se couvrir ainsi.

          Le problème de mentir vient que se souvenir d’un mensonge est facile, deux aussi, trois, quatre … se souvenir de 50 mensonges et de leur imbrication les uns avec les autres … cela va devenir épineux.

          J’ai envie de leur dire: bon courage bande de gros menteurs, ça va devenir de plus en plus chiant pour vous.

          1. Pierre 82

            C’est pour ça que j’évite de mentir: je suis beaucoup trop feignant pour ça, j’imagine qu’il faut une mémoire de fou, pour se rappeler des salades qu’on raconte à l’un ou à l’autre, en ayant peur d’être pris en flagrant délit. Trop de boulot, j’ai la flemme.
            Ma femme prétend que j’ai tendance à exagérer les faits, ce en quoi je ne peux pas lui donner tort. Mais je parle du mensonge frontal, pas juste d’en rajouter une couche pour mieux faire passer un message.
            Je préfère l’omission dans certains cas, c’est beaucoup moins risqué, du style:
            Mon chef: « Est-ce que tu as bien fait ce qu’on avait décidé à la dernière réunion? »
            Moi: « Euh,ouais, mais en tous cas, j’ai presque terminé, je vais pas tarder ».
            Ou une variante: « Ah, j’avais pas compris ça comme ça à la dernière réunion, ben je vais le faire, du coup ».
            Mais le mensonge pur, non, trop compliqué…

  11. HAYD

    Mais enfin tout ça c’est pour notre bien.

    En d’autre temps la religion de l’amour se souciait du bien de votre âme malgré vous, quitte à vous torturer et vous brûler, mais pour votre bien. Nos toubibs parisiens, omniscients, font pareil avec nos corps. Gardiens de l’orthodoxie, comme avant. 3 décès suspects HCQ, au placard ! Pharmaco vigilance sur vaccin, non mais on va quand même pas autopsier ou travailler sur l’imputabilité !

    L’infaillibilité papale s’est élargie à l’appareil d’état. Les paravents pseudo-scientifiques pour ceux qui les croit. La manipulation mondiale forcément juste, parce que c’est démocratique (!) et puis les états occidentaux c’est too big to fail.

    Et donc on réquisitionne les médocs pas catholiques, pas parce qu’ils ne fonctionnent pas , mais pare que c’est eux qui disent, pas les francs-tireurs. Non mais où irait-on si les gens étaient libres. Votre santé, c’est nous, mettez-le vous bien dans la caboche !

    Plus d’IVM dispo en Martinique, interdiction des autres traitements, pharmaciens en collabos comme en d’autres temps.

    Mais c’est pour notre bien.

    Les labos surajoutent à leurs machins. Pourquoi les limiter là où ils sont utiles si le marché peut être élargi ? Du pèze, du pouvoir. Les politiques sont nos sponsors, c’est pas l’inverse. Bon, dommage qu’il n’y ait que l’humanité comme horizon, une petite invasion martienne ça augmenterait la surface du marché.

    Mais c’est pour notre bien.

    Dormez tranquilles, ils sont infaillibles. C’est à ça qu’on les reconnaît…

  12. jmdh57

    « C’est parce que vous ne voyez pas l’utilité là où elle doit être, c’est à dire certaines poches. »
    Exactement
    En 25 ans de carrière dans l’industrie automobile & Co, j’ai toujours entendu en tant que fournisseur « Vous êtes trop cher ». C’est la 1ère fois dans ma vie que je vois le « donneur d’ordre » (si on peut le nommer comme cela) augmenter les prix d’achat de son fournisseur et pas de qques %

    1. Roanna

      Les scandales se multiplient plus vite que la musique.
      Au cours des autres présidences c’était un scandale par an (à la louche) maintenant c’en est un par mois et il y a encore et toujours des gens qui marchent dans la combine. Y a pas de doute ils doivent être de mèche.
      La mèche vaut quand même mieux la prendre loin du brûlot, les dépités LREM doivent commencer à se poser des questions car on s’en approche.
      Quand les 1ers rats vont sauter du bateau en marche la fête sera finie.

  13. Poo The Poo

    Bonjour M. Seize
    Sauf erreur de ma part l’article n’aborde pas la question de l’argument numéro 1 des zélés du vaccin : à savoir « en ne te vaccinant pas tu mets en danger les autres car tu es plus contagieux ».
    Cet argument dont j’ai encore du mal à comprendre le fondement scientifique (le consensus a été longtemps de dire que le vaccin ne rendait pas moins contagieux, avant un brusque changement de braquet ; d’autre part on a des contre-exemples suffisamment explicites comme la situation en Israël), rend caduque notre propre argumentation bénéfice/risque (« notre » pour parler des personnes ne souhaitant pas recourir au vaccin à ce jour), caduque pour tous ceux qui sont déjà convaincus à tort ou à raison par la propagande officielle.
    Bien à vous,
    Un fidèle lecteur (mais n’ayant jamais commenté jusqu’à aujourd’hui)

    1. Ici, cet argument n’est pas utilisé car il s’agissait de quantifier les effets indésirables du vaccin sur la population jeune.
      Mais en effet, cet argument n’a pas de fondement : on ne se vaccine pas « pour les autres » mais toujours « pour soi-même ». Le vaccin est destiné à protéger le vacciné, point. Avec ce bricolage, il apparaît que non seulement le « vacciné » n’est protégé qu’assez partiellement. La partie non-contamination des autres est une fantaisie introduite récemment pour justifier une immunité collective dont on comprend qu’elle est un effet plus qu’une cause.

    2. HAYD

      Un vacciné comme un non vacciné, positif, a la même charge virale dans ses naseaux, confirmé par 3 études : donc si le quidam est là, il transmet. Cependant, il est aussi dit que la moindre probabilité d’être positif pour un vacciné – qui dépend de l’état de « fraicheur » de son vaccin rend tout de même cette contribution du vaccin à la moindre contamination plausible. En gros, c’est faux médicalement, mais vrai statistiquement.

      A noter qu’ils n’en savaient rien au début de la vaccination. Parole, paroles. Je propose une étoile jaune pour les non-vaccinés et une date de péremption affichée sur les vaccinés, comme ça ce sera clair. Qu’au moins leur fascisme rampant soit clair. Ca chique peut-être aujourd’hui, mais vous verrez que si ça continue comme ça, cette provocation sera perçue comme acceptable dans deux mois.

Laisser un commentaire