Coquette affiche et prises de bec LGBT

Ce week-end, je vous propose une réflexion de fond, une plongée dans les tourments psychologiques d’une minorité visible dont la vie, en République du Bisounoursland, est vraiment trop dure. Cette minorité est celle des personnes à la sexualité alternative bousculée qui revendiquent bruyamment leur différence en même temps que la nécessité pour le reste de la société de les traiter absolument comme tous les autres. Et ces personnes, inscrites dans des associations aussi colorées qu’effervescentes, nous font actuellement une petite crise de nerf au sujet d’une affiche. C’est, soyons clairs, assez coquet.

Comme tous les ans, Paris va pouvoir s’enorgueillir d’accueillir une nouvelle Gay-Pride, défilé chatoyant de chars à paillettes sous des déluges de mégawatts de musique techno permettant à des citoyens très très festifs et habillés de tenues extravagantes, avec des boas, des strings et des bas-résille rose fluo de se trémousser en rythme dans les rues de la capitale.

Et comme tous les ans, cette Gay-Pride — dont on sait déjà qu’elle se déroulera très bien avec aucun incident — dispose d’une magnifique affiche réalisée par un de ces collectifs joyeux qui organise les festivités.

Le suspense étant intenable, je dévoile immédiatement le visuel :

Gay Pride 2011

Ça roxxe, n’est-ce pas ?

On peut donc noter les éléments suivants :

  • un coq à la crête très rouge
  • un boa de plumes rouges
  • un petit slogan bien de chez nous: « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote« .
  • l’heure et le lieu de la « Marche des Fiertés »

Quand je vois un poulet, pour ma part, ça m’évoque – surtout le dimanche – la proverbiale poule au pot qu’il est délicieux de déguster encore chaude avec des pommes frites. Ce qui marche avec le poulet fonctionne avec le chapon, qu’on déguste dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, miam, slurp et qu’on peut ponctuer d’un « En 2011 je mâche, en 2012 je rote. » … Après tout, moi aussi je peux faire dans le slogan politicomique associé à un animal de basse-cour.

Et justement, cet animal et son plumage provoquent une tempête dans le petit monde associatif. En effet, l’association nationale Le Refuge, qui vient en aide aux personnes victimes d’homophobie, a demandé vendredi son retrait pur et simple parce le volatil « donne une image négative des homosexuel(le)s« .

L’affiche, d’après Le Refuge, stigmatise les personnes homosexuelles en les réduisant à des volatiles affublés de boas. Plus de trente ans après La Cage Aux Folles, «les clichés sont toujours véhiculés et atteignent leur paroxysme cette année».

Et je dois dire qu’effectivement, lorsqu’on voit ce que les défilés proposent en réalité, on est bien là dans la scandaleuse stigmatisation de la plume et du poil.

Gay Pride : plumes et poils

Il est évident, ici, que des clichés sont bel et bien véhiculés, sur de gros chars bariolés qui crament d’ailleurs du 50L au 100. La LGBT n’est donc pas éco-consciente, mais à la limite, on s’en fiche.

Je ne suis pas sûr que le coq soit, à proprement parler, un paroxysme. Le lapin (rose ou en chocolat) aurait aussi bien pu faire l’affaire : après tout, on en retrouve dans certains cortèges comme en témoigne la photo ci-dessus.

En tout cas, à la lecture du vibrant article de Labération, organe de presse qui ne recule devant aucune information dérangeante et n’hésite jamais à se faire le porte-voix des imbéciles les plus bruyants, on découvre d’autres pépites qui lèvent de façon parfaite tout doute sur les remuants individus qui agitent la polémique et qui déclarent, sans rire :

«Nos psychologues passent un temps infini à déconstruire ces clichés intériorisés par les jeunes qui refusent leur homosexualité et sont dans un déni d’eux-mêmes».

Apparemment, des énergies considérables sont donc déployées par des psychologues qui s’épuisent à déconstruire des clichés, et une bête affiche avec un coq flanque tout par terre. Il y a de quoi s’agacer, non ?

Quant aux auteurs de l’affiche, eux, ils assument totalement leur côté transgressifs de la mort qui couine et y voient même un détournement symbolique, sans doute dans une nouvelle conceptualisation de l’espace républicain réapproprié par ses citoyens alternatifs en quête d’une identité qui ne soit pas nationale mais transgenre ou un truc du style avec de l’impertinence, du poil à gratter, du second ou du troisième degré et une bonne louche de militantisme anti-fachos pour faire bonne mesure :

«Nous avons voulu détourner un symbole de la République, le coq, et nous l’approprier avec ce boa, qui est un symbole de travestissement, de transgression. La transgression fait partie des éléments identitaires du mouvement LGBT».

Voyez, s’pas, c’est très simple, le coq, le boa, le boa entoure le coq, le coq frémit de plaisir, ça se voit il est tout rouge, c’est de la transgression à l’état brut, et en plus, avec ce poulet au regard un peu fou, on se réapproprie la République, les enfants, c’est de la bombe.

L’avantage de vivre dans un pays riche, c’est qu’on a facilement le temps de s’y prendre la tête pour des futilités absolument consternantes. On peut y faire grève ou on peut aisément choisir des professions hypocaloriques : la société, souple et pas trop avare de ses largesses, laisse de confortables matelas à ceux qui savent comment s’y prendre pour profiter d’elle.

Les microdisputes et autres chamailleries ridicules de ces associations rentrent tout à fait dans le cadre de ces futilités où chacun va pouvoir obtenir un peu de médiatisation à condition de sortir le discours le plus amphigourique et les remarques les plus courroucées sur les détails les plus absurdes.

Objectivement, l’affiche est effectivement nulle parce qu’elle veut faire de la politique en même temps que vendre un défilé dont l’aspect choquant est devenu tellement entendu qu’il en est banal. Mélanger les messages, c’est s’assurer qu’aucun ne passera bien.

Et puis transgresser pour transgresser, choquer pour choquer, à force, ça lasse : lorsque c’est devenu une habitude, plus personne n’y prend garde. Le fait que nos histrions doivent se houspiller les uns les autres par presse interposée pour qu’on les remarque encore est une parfaite illustration de cette banalisation galopante à laquelle ils font tout pour échapper.

On peut même voir ça comme une bonne nouvelle : tant que la presse a le temps de s’occuper de ces niaiseries, tant qu’un blog peut se pencher sur ces amusantes bêtises, tant que des gens ont même le temps de déconstruire des clichés et transgresser la république à coup de coqs en boas rouges, c’est qu’il y a des réserves de richesses insoupçonnée dans ce pays.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires82

  1. Pere Collateur

    Bref, aucun intérêt ce machin…

    Reste plus qu’à attendre les vidéos des habituels débordements républicains en marge de ces superbes défilés colorés et festifs.
    Avec un peu de chances, il y aura enfin quelque chose d’intéressant à pondre sur ce bidule froufroutant.

  2. Ieremenko

    Merci pour cet article qui synthétise parfaitement la crétinerie « festive » de cette euh… polémique…

  3. Dages

    « En 2011 je mâche, en 2012 je rote. »
    mais comment tu fais pour trouver des trucs aussi géniaux ! xD hahahaha !

  4. Manassas

    un coq à la crête très rouge + un boa de plumes rouges
    « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote (pour le parti communiste, donc). »

    Bref ce gallinacé aux couleurs du drapeau monégasque, polonais ou autrichien est encore la preuve que les sujets les plus futiles sont traités en priorité par la presse.

  5. Flak

    moi ce que j’ai jamais compris c’est que pour se faire respecter il faille defiler avec une plume dans le cul…

  6. boutros

    et pis il faudra bien introduire de force dans les arriérés un argument aussi con que tondant : l’un dans l’autre ils sont très mignons, ils ont l’avenir devant eux et les autres à venir derrière et c’est la révolution en marche, pédestre bien sûr. Un coq (pour les anglophones) armé de ce boa dont on fait les pipes de St Claude à la Bastille saura maintenir, en fin de cortège, la paix des races… jusqu’en 2012 où on pourra se poserla question « et tes rots de Noël ? ».
    Bon je retourne me coucher.

  7. Olivier Autissier

    « c’est qu’il y a des réserves de richesses insoupçonnée dans ce pays. »
    Il y a aussi tes triples cons de votre espèce. Faire du cliché avec des clichés est d’une facilité déconcertante, d’une bêtise à tomber.
    Dans ces gays prides, si vous sortiez parfois de derrière votre écran, vous constateriez que la majorité de ceux qui défilent n’ont de plume pas davantage au cul qu’ailleurs. Seulement contrairement à d’autres, ils ont décidé de faire de défilé une fête. Il y a au moins un sens de l’amusement et de la gaité chez « ces personnes  » comme vous dites que vous êtes loin d’avoir. Vous êtes triste, mais pas à pleurer, je dépenserai mon énergie à plutôt vous railler ce que je vais faire d’ici à ce soir.

      1. Didier Goux

        Faire la fête est la seule raison d’être qui reste à ces malheureux, si bien “croqués” par Philippe Muray.

        Et ça pense être capable de raillerie…

        1. Barbara

          Désolée, j’ai lu site officiel et ce mot officiel a suffi à me faire décrocher.

    1. Flak

      c’est moi qui ai parle de plume dans le cul, pas H16 😉
      ce que vous me revelez est incroyable et je n’avais aucune idee les homos n’avaient pas de plume dans le cul en temps normal.J’en deduis donc que j’ai ete enduis d’une erreur fourbe par l’image donnee par cette gaie pride dont les photos

      http://www.google.ca/images?hl=en&q=gay%20pride&um=1&ie=UTF-8&source=og&sa=N&tab=wi&biw=2081&bih=1176

      disponibles sur internet semblent suggerer que la plumdanlcu soit un element essentiel du message vehicule.
      Je m’en excuse et a partir de maintenant je garderai a l’esprit que ce n’est pas une image precise du gai normal 😀

    2. Higgins

      Plutôt que de gay-pride, on devrait parler de triste-pride car c’est d’une tristesse à pleurer tellement c’est ridicule et, de mon humble avis, totalement contreproductif. Je me contrefous de l’utilisation des plumes (d’autruche, de paon ou d’ailleurs) faite par les tristes gays mais on est pas obligé de voir dans cette utilisation (la plumdanlcu pour reprendre l’expression de Flak) et dans cette conception de l’amusement l’avancée triomphale de la civilisation et du genre humain. Que voulez-vous, on a les plaisirs qu’on peut.
      Puissent les tenants de la plumdanlcu méditer cette maxime d’Hervé Bazin: « Tout pouvoir qui cultive l’hypocrisie de sa perfection ne tombe pas seulement dans le ridicule et dans les excès de la dévotion à lui-même; il détruit l’espoir de la nature humaine en la continuité du progrès. »

    3. Epicier vénéneux

      Il y a au moins un sens de l’amusement et de la gaité chez « ces personnes » comme vous dites

      Depuis quand le mot « personne » employé pour désigner quelqu’un est-il devenu à ce point péjoratif qu’il faille le mettre entre guillemets?

      Encore un mot à éviter ?

      1. Robert Marchenoir

        Un momosexuel a le droit de dire « personne » en parlant des momosexuels. Un normalo-sexuel, non.

        C’est le même principe qu’avec le mot « nègre ».

      2. lechenu

        Vous perdez tous les deux. Les mots importants étaient « comme vous dites ». Du grand Charles.

    4. adnstep

      Olivier, vous faites un grand pas dans l’acceptation des LGBT. Vous nous montrez :
      1) Que tous les gays n’ont pas de talent.
      2) Qu’un homo peut être aussi con qu’un hétéro.

      Vous avez effectivement, sans plume dans le cul, fait un grand pas pour l’égalité.

    5. Harald

      Magnifique site que celui d’Olivier Autiste Yeah.

      Quand je lis le navrant commentaire de ce triste sire, il me revient à l’esprit une 4ème de couv’ d’un bouquin de Desproges :

      «Sous le nez rouge du clown, il y avait une plume. Cette plume, Desproges me l’a plantée dans le cœur.»
      Corentin Fion. Les Cahiers de la marge.

      «Où ça ?»
      Ludwig van Beethoven

  8. boutros

    là où c’qu’ y a des coqs, y a des plumes et ils en font ce qu’ils veulent, en attendant mieux. Et pas bien gai, leur sens de l’humour !

  9. John

    Ces polémiques me trouent le c*l (désolé) …
    Il y a tellement d’autres chats à fouetter ces temps ci, c’est consternant.

  10. Nicolas B.

    Chacun fait ce qu’il veut de ses fesses et des plumes… Le plus embêtant dans l’histoire comme l’a bien signalé le tenancier est la revendication paradoxale à être considéré comme tout le monde alors qu’ils vont faire un défilé bruyant et très visuel… Et que, bien sûr, ce soit subventionné avec mon argent, et le votre bien sûr….

  11. Robert Marchenoir

    Donc, pour résumer :

    1. Nous avons une minuscule minorité de la population, les homosexuels.

    2. Au sein de cette minuscule minorité, se trouve une minuscule minorité, ceux qui trouvent malin de défiler avec une plumdanlcul (ou sans), sous prétexte qu’ils ne sont pas attirés par le sexe opposé (quel rapport ?).

    3. Au sein de cette minuscule minorité d’une minuscule minorité, se trouve une minuscule minorité, ceux qui sont indignés par le caractère provocateur de l’affiche d’une manifestation dont le principe même est la provocation.

    On mesure à quel point l’événement est considérable, et mérite l’attention médiatique toutes affaires cessantes.

    Qu’ils se mettent des plumes où ils veulent (ou pas), mais en silence…

    1. juni palacio

      Acculer au silence les micro-minorités jacassantes. Sage précepte venant de cette personne dont on peut surtout espérer qu’elle se l’auto-administrera..

  12. modernité

    Cet article ainsi que le déferlement homophobe qui le suit prouve que la marche des fiertés LGBT est bel est bien nécessaire !
    Pour aider les personnes ne connaissant pas la gaypride à se la représenter, on y trouve : 5% maximum de gay/trans/tavestis habillés de plumes et de paillettes + 95 % de manifestants venus pour regarder, défiler, revendiquer ou faire la fête.
    Où est le problème ? il faudrait défiler en faisant la gueule pour être mieux entendu et éviter ce genre de propos homophobes ? Si les plumes et paillettes vous dérangent, faites comme moi, n’en portez pas ! Mais évitez cette agressivité malsaine envers ceux qui font ce choix !
    En Hollande, LGBT et hétéros sont réunis pour cette manifestation, je regrette que les français n’en soit pas encore là… Un jour viendra où les français regarderont un peu moins leur nombril pour s’ouvrir aux autres… espérons qu’ils fassent ce choix plutôt que le choix Le Pen !

    1. « le déferlement homophobe »

      Non mais vraiment, tu t’es relu quand tu as bu ?

      Le problème, il est que ces défilés sont subventionnés, à la limite. Pour le reste, il n’y a pas vraiment de problème : vous faites ce que vous voulez, ça m’est égal. Cependant, arrêtez de geindre que vous voulez le droit d’être considérés comme tout le monde ET vouloir être différents à tout prix. C’est paradoxal.

    2. adnstep

      En fait, question homosexualité, le FN est très open (Vénussia Myrtil, Franck Beeldens, par exemple sont ouvertement homos).

      Par contre, je sens poindre la montée en puissance d’une autre minorité revendicatrice qui n’est pas copine-copine avec les homos : http://bit.ly/f8QsGU

    3. Harald

      Au delà de la connerie du propos de la(E?) soi-disant « modernité », ce qui frappe surtout chez ce genre d’olibrius c’est la contradiction, pour ne pas dire la schizophrénie :

      – Je veux être original, sortir du lot, je veux que l’on me voit. Mais je veux aussi être considéré comme M. Tout le Monde.
      – Je veux m’émanciper du carcan des valeurs de la société, mais je veux pouvoir me marier comme M & Mme Michu.

      Il fut un temps pas si lointain où l’homosexualité ne se vivait pas de manière aussi ostensible (est-ce d’ailleurs une nécessité ?) qu’aujourd’hui et on trouvait alors de vrais grands beaux talents comme Proust par exemple pour ne citer que ce dernier. Pour autant, on pouvait vivre une vraie relation sans s’afficher. Cela se savait et ne se disait pas, c’est tout. Le jour où ces tristes clowns à plume-où-ils-veulent comprendront qu’une des vertus cardinales de la vie en société c’est l’hypocrisie, un grand pas vers l’intelligence aura été fait. La transparence, c’est ni plus, ni moins que du fascisme. Seulement eux ont le droit, lorsqu’ils dévoilent à la presse ce que certaines personnes plus ou moins en vue désiraient cacher. Pe »tites ordures.

      Le progressiste quel que soit le domaine dans lequel il évolue, y compris dans le vélib qui a fait de Paris la capitale de la pédale, fait montre d’un fort instinct grégaire. La transgression c’est son credo (comme la plumdanl…). Il entend s’y livrer comme il lui plait, mais par-dessus tout, il veut que ses contemporains sachent ce qu’il fait, qu’ils l’approuvent, et autant que possible qu’ils s’y vautrent comme lui (on peut rêver). Le problème qui se pose au progressiste, c’est que la majorité silencieuse – qui l’est d’autant plus que les médias sont fermés « à ces ploucs rétrogrades » sauf pour les dépeindre comme d’irrécupérables abrutis – est plutôt conservatrice par nature. Mais le progressiste est ingénieux, il a compris qu’en faisant appel à la loi il pourrait transgresser en paix et, le cas échéant, traîner les obscurantistes opiniâtres devant les tribunaux ou les accabler de qualificatifs honteux dans les colonnes des journaux, les désignant ainsi à la vindicte assez peu populaire en vérité. C’est ainsi qu’on a créé les délits d’homophobie, de révisionnisme, de racisme (comme s’il y avait encore plus de 10 vrais racistes aujourd’hui), etc.

      Youpi, vive le progrès… et les plumdanl… !

  13. boutros

    Le jour où les français regarderont leur nombril pour s’ouvrir aux autres (!) qu’est-ce qu’on va s’emm..rder!

  14. scaletrans

    Encore quarante jours, et Ninive sera détruite… Ninive ne fut pas détruite car ses habitants firent pénitence, mais Sodome si ! Ooops, c’est peut-être pas l’endroit ?

    1. Modenité

      Pas de déferlement homophobe ? 😉 pour les revendications il s’agit justement du droit a la difference, ce qui impose en effet qu’on soit traité comme les autres (je rappelle que le fort taux de suicide chez les jeunes vient en grande partie du rejet de l’homosexualité). Lhomophobie tue… Et c’est bien pour ça que la marche des fiertés existe.

      1. Robert Marchenoir

        Mon Dieu, quel verbiage….

        Donc, pour que l’Etat empêche les homosexuels de se suicider, il faudrait que l’Etat oblige les gens à ne pas « rejeter » les homosexuels ?

        Mais ça veut dire quoi, « rejeter » les homosexuels ? Ca veut dire refuser d’avoir des relations sexuelles avec eux ? Ca veut dire ne pas se sentir d’affinités avec eux ? Ca veut dire ne pas avoir spécialement envie de les côtoyer ?

        En somme, vous voudriez que l’Etat oblige les gens à vous aimer ? Vous croyez que c’est le rôle de l’Etat ? Vous croyez sérieusement qu’un Etat peut obliger les gens à aimer une certaine catégorie de la population ? Vous pensez sérieusement que ce serait légitime et juste, si cela même était possible ?

        Vos revendications sont pathétiques. Elles témoignent d’un réel déséquilibre mental.

        Evidemment que de nombreux homosexuels vont avoir envie de se suicider. Quand vous avez des penchants qui vous mettent à l’écart de l’humanité malgré vous, qui vous interdisent d’avoir une vie normale et des relations humaines normales, évidemment que vous allez être tenté par le suicide.

        Qu’est-ce que l’Etat peut faire contre ça ? A part subventionner SOS-Amitié, ce qu’il fait déjà ?

        La seule chose qu’il pourrait faire, c’est subventionner la recherche scientifique pour tenter de guérir l’homosexualité. Mais ça, bien entendu, les homosexualistes ne veulent pas en entendre parler : ce serait nazi.

        Les homosexualistes pourraient trouver une aide auprès de l’Eglise catholique, qui prône la charité et la compassion à l’égard des personnes, mais ils sont tellement infantiles qu’ils pensent que l’Eglise est leur ennemi, sous prétexte qu’elle réprouve l’homosexualité.

        Les homosexualistes se plaignent de leur maladie, mais ils ne veulent surtout pas qu’on les en guérisse. C’est un syndrôme courant dans de nombreuses maladies mentales.

  15. Robert Marchenoir

    J’ajoute : les homosexualistes pensent que les autres sont responsables de leurs souffrances et de leur difficulté à vivre. Ils n’imaginent pas une seconde qu’il pourrait n’y avoir aucun responsable. Que c’est comme ça. Que c’est la vie. Que chacun doit porter sa croix, sans penser que c’est toujours la faute des autres, de l’Etat qui n’en fait pas assez, de Sarkozy qui est un fasciste, de l’ultra-libéralisme qui est un complot mondial.

    Que la merde se propulse parfois dans le ventilateur sans qu’on puisse rien y faire, et qu’il faut bravement en prendre son parti. Que c’est le propre de la condition humaine.

  16. Modenité

    Guérir l’homosexualité ???? Ça va être quoi le prochain commentaire ? Rétablir les chambres a gaz ? Les homos vivent très bien leur sexualité quand ils ne se font pas insulter, frapper ou rejeter par leur famille. Pourquoi êtes vous aussi haineux cher Robert ? Auriez-vous reprimé vos penchants ? 😉 bonne continuation.

    1. Robert Marchenoir

      « Guérir l’homosexualité ???? Ça va être quoi le prochain commentaire ? Rétablir les chambres a gaz ? »

      Merci de confirmer aussi rapidement mon analyse sur l’immaturité des homosexualistes, et leur penchant à la diabolisation immédiate, par l’étiquette nazie, de quiconque ne pense pas comme eux.

      L’homosexualité étant évidemment a) une déviance psychologique, b) quelque chose qui s’impose à l’individu, il n’y a aucune raison de penser qu’il ne soit pas possible d’en rechercher la guérison, comme celle de n’importe quelle maladie mentale, que ce soit par des procédés biologiques ou psychologiques.

      L’hystérie des homosexualistes à la moindre évocation de cette hypothèse, parfaitement rationnelle, raisonnable et même charitable, est tout à fait révélatrice.

      Vous noterez que je parle d’homosexualistes, et non d’homosexuels. Il y a de nombreux homosexuels qui se comportent comme des hommes, si j’ose dire, et qui n’éprouvent pas le besoin de prendre à partie la planète entière sous prétexte qu’ils ont des difficultés psychologiques.

      « Les homos vivent très bien leur sexualité… »

      Alors pourquoi est-ce que vous nous cassez les couilles ? Pourquoi chouinez-vous à cause du suicide des homosexuels ?

      « …Quand ils ne se font pas insulter, frapper ou rejeter par leur famille. »

      Ah, voilà. C’est toujours la faute des autres. Comme le « racisme », hein.

      « Auriez-vous reprimé vos penchants ? »

      Phrase qui vient toujours à un moment ou à un autre dans « l’argumentation » d’un homosexualiste, et qui est tout à fait révélatrice de leur névrose.

      Si l’on est opposé à leurs revendications grotesques, c’est, forcément, qu’on est un homosexuel caché.

      Autrement dit, ce que regrettent réellement les homosexualistes, c’est que tout le monde ne soit pas homosexuel. Ce serait évidemment bien plus désirable pour eux.

      Hélas (à supposer que cela soit souhaitable), c’est impossible. Un homme normal s’accommoderait de cette réalité. Il saurait faire la différence entre ce que la volonté humaine peut changer, et le reste.

      Quelqu’un qui souffre d’une maladie mentale ne peut faire cette distinction.

      1. Flak

        « il n’y a aucune raison de penser qu’il ne soit pas possible d’en rechercher la guérison, »

        ……………………………………..________
        ………………………………,.-‘”……………….« ~.,
        ………………………..,.-”……………………………..“-.,
        …………………….,/………………………………………..”:,
        …………………,?………………………………………………\,
        ………………./…………………………………………………..,}
        ……………../………………………………………………,:`^`..}
        ……………/……………………………………………,:”………/
        …………..?…..__…………………………………..:`………../
        …………./__.(…..“~-,_…………………………,:`………./
        ………../(_….”~,_……..“~,_………………..,:`…….._/
        ……….{.._$;_……”=,_…….“-,_…….,.-~-,},.~”;/….}
        ………..((…..*~_…….”=-._……“;,,./`…./”…………../
        …,,,___.\`~,……“~.,………………..`…..}…………../
        …………(….`=-,,…….`……………………(……;_,,-”
        …………/.`~,……`-………………………….\……/\
        ………….\`~.*-,……………………………….|,./…..\,__
        ,,_……….}.>-._\……………………………..|…………..`=~-,
        …..`=~-,_\_……`\,……………………………\
        ……………….`=~-,,.\,………………………….\
        …………………………..`:,,………………………`\…………..__
        ……………………………….`=-,……………….,%`>–==« 
        …………………………………._\……….._,-%…….`\
        ……………………………..,<`.._|_,-&« …………….`\

      2. Flak

        tu es deja grave quand tu profites de ce blog pour ramener ton hysterie anti-musulmans, maintenant tu nous ramenes la guerison des gauchers; c’est un blog liberal ici, pas la brosse a chiotte de l’internet.

        1. Robert Marchenoir

          Blog libéral ne veut pas dire blog d’abrutis. Des arguments, Flak ? Pour une fois ? Ou c’est trop vous demander ? Et vouvoyer les gens que vous ne connaissez pas, c’est un effort qui vous dépasse, aussi ? Libéral, ça veut dire sans gêne et malpoli, pour vous ? Vous avez trouvé ça où ?

        2. Flak

          des arguments pour quoi? pour le flot de n’importe quoi que tu nous vomis sous pression comme si c’etait retenu depuis un moment?
          silence, troll.

  17. Modenité

    Une telle outrecuidance ne me donne pas envie de répondre… Je préfère profiter du soleil ! Je prendrai rdv chez mon médecin une prochaine fois. Bonne journée robert

  18. Robert Marchenoir

    Flak :

    « Des arguments pour quoi? »

    Des arguments susceptibles de vous faire apparaître comme quelqu’un d’autre qu’un sale gosse abruti et mal élevé.

    « Silence, troll. »

    Le troll, c’est vous. Ca commence à

    1. Bon allez, ça suffit comme ça.

      On a bien rigolé, mais le coup de la maladie mentale, ça va bien deux minutes.

    2. Heimdal

      Robert, je viens de lire le dernier (brillant) billet du Pélicastre et les commentaires qui s’accompagnent et j’ai voulu savoir pour quelle raison il vantait votre courage…

      En lisant Flak, Modernoeud et tutti quantti, je comprends mieux… Ce n’est vraiment pas la peine de discuter avec cette racaille à deux balles.

        1. Heimdal

          Je n’ai pas « peur »: je n’aime pas les muslims.

          Et pour les homos, en fait, je m’en tape royalement, chacun faisant ce qu’il veut avec son cul. Ce qui m’insupporte au plus haut point, en revanche, c’est leur capacité (même s’il s’agit peut-être d’une minorité) à venir nous casser les couilles en nous disant qu’ils sont comme nous mais qu’il faut qu’on respecte leur différence. Le mariage: ils se le mettent dans le cul. L’adoption, encore pire. Et basta. Ils la ferment. Ils vivent tranquilles comme M. et Mme Tartampion, qui ne vont pas revendiquer leur « normalité » en gigotant à moitié à poil dans les rues parisiennes.

        2. Flak

          on s’en fout.L’article de h16 portait sur le ridicule de la contestation dans la contestation mais des gros epais dans le genre de Robert sont arrives pour donner leur avis neanderthalien sur la guerison des malades, et apres ses sorties tremblotantes sur l’islam qu’il est pas beau, Robert a scelle sa credibilite d’interlocuteur aux cotés du Pere Noel et de Daffy Duck, tout comme les autres roquets haineux dans ton style qui ne peuvent s’empecher de venir troller ici, confondant le discours critique de h16 avec une excuse pour degoiser leurs requetes bigotes pulsionnelles et blairotes dans un bruit strident de detecteur de con qui detecte a plein regime.

  19. A tous.
    Il faudrait comprendre que, contrairement à ce que le neuneu moyen pourrait comprendre, le billet *n’est pas* un billet sur l’homosexualité ou sur les sexualités alternatives, le mal-être des uns ou des autres.

    Le billet est simplement sur le fait que des gens ont assez de temps pour se prendre le chou sur une affiche qui présente un coq avec un boa (rien qu’écrire ça, je dois me relire). Le billet est sur le fait que des gens ont assez d’argent pour produire ce genre d’affiche. Le billet est sur le fait que de frétillants comiques se gargarisent de « déconstruire des clichés » alors que dans le même temps, on nous en asperge des tonneaux. Et enfin, le billet est sur le fait que tout ce froufroutant spectacle (et je parle bien de ce qui entoure la gay pride plus que de l’événement lui-même, devenu totalement banal) est directement possible grâce aux immenses ressources que la société doit détourner au lieu de corriger des problèmes autrement plus aigus comme (au hasard) la pauvreté, le chômage, la baisse de valeur des diplômes, etc…

    Accessoirement, ce genre de billet permet de détecter assez finement les cons.

    1. scaletrans

      Ce post à lui seul est un véritable bijou. Je suis confondu de perplexité en lisant ceci: « rien qu’écrire ça, je dois me relire ». Non, en fait c’est ce qui m’a fait le plus rire, comprenne qui pourra.
      Merci de nous agiter la cage thoracique avec ces petites merveilles, ça nous aide à subir la c…rie universelle.

  20. Nicolas

    Comprend pas : ils sont pour l’égalité ? Suffit donc qu’ils arrêtent leur conneries d’homosexuels et je ne sais quoi, voila tout..
    (Il y en a vraiment qui cherchent des trucs biens compliqués..)

  21. do

    « Guérir l’homosexualité ???? Ça va être quoi le prochain commentaire ? Rétablir les chambres a gaz ? »

    moi je comprends pas pourquoi quand on propose de chercher comment guérir de l’homosexualité, les homosexuels crient toujours au loup!
    qu’est-ce qu’il y aurait de honteux à ce que l’homosexualité soit, pour certains, éventuellement, une maladie, ou une névrose, un truc qui est arrivé à la suite d’un traumatisme affectif?
    Le célibat peut bien parfois être pathologique: ça ne choque personne! Et certains couples peuvent avoir fait une erreur (recherche d’un père dans un homme plus âgé, recherche d’une mère, etc…), on n’en appelle pas au nazisme pour autant! En quoi y aurait-il une fatalité particulière pour l’homosexualité?
    En quoi proposer à ces gens de chercher une possibilité de sortir d’une situation *qui en pousse quand même certains à vouloir se suicider* serait MAL?!?
    Quand bien même ça ne marcherait pas, est-ce qu’on n’explore pas plein de chemins qui ne marchent pas avant de trouver une thérapie pour une maladie?

    j’invite ceux qui sont homosexuels ET qui le vivent très bien, et ceux qui ne sont pas concernés et qui s’en foutent, à penser AUSSI à ceux qui ne le vivent pas bien du tout! en plus, je connais des gens qui en sont sortis, donc c’est parfois possible. pourquoi un tel tabou sur cette possibilité?

  22. Simon

    C’est mignon ce billet, tellement éloigné de toute espèce de réalité. J’adore les photos d’illustration, c’est bien connu, 10 personnes déguisées sont bien plus représentatives que les milliers qui sont habillés parfaitement « normalement » et qui sont l’essentiel des participants de ce type de marche.

    J’ai du mal à voir en quoi les ressources utilisées pour produire cette affiche et organiser la Gay Pride sont détournées d’autres préoccupations comme la lutte contre le chômage, la pauvreté ou autre, sachant que l’affiche a été réalisée gratuitement par une agence de com (et produire une affiche avec un coq, c’est pas pire qu’une affiche pour Leclerc ou Optic 2000) et que l’argent de la Gay Pride provient de dons de gens qui y participent ou sont sympathisants, et pas de subventions publiques. Gay Pride ou pas Gay Pride, ça ne change rien sur les autres questions essentielles. Et puis avec ce type de raisonnement, on peut se demander pourquoi chaque être humain ne consacre pas la totalité de ses ressources et de son temps à la lutte contre le chômage. Pourquoi il y a des gens qui lisent ?Pourquoi il y a des gens qui font des gosses ? Pourquoi il y a des gens qui vont à la piscine, au cinéma, au théâtre, qui font de la randonnée, des cours de claquette ou de tricot ? Pourquoi ne passent-ils pas leur temps à méditer sur la question sociale, les problèmes d’insertion ou de pauvreté ? Pourquoi c’est juste la Gay Pride qui vous pose problème ?

    Pour ce qui est de la guérison de l’homosexualité, les scientifiques et médecins ont tranché. L’homosexualité a été retirée des maladies mentales par l’OMS, aujourd’hui plus aucun psychiatre ou psychologue sérieux ne propose à un homosexuel de « guérir ». La messe est donc dite, tous ceux qui s’obstinent à vouloir y voir un « désordre » qui nécessiterait moulte compassion (oh le doux plaisir que de transformer l’autre en objet en l’enfermant dans une pesudo-souffrance) et l’usage intensif de la prière pour retourner dans le droit chemin sont dans l’erreur et prennent leurs désirs pour des réalités. Eh non les homosexuels ne souffrent d’aucun traumatisme spécifique, leur désir et leur amour n’a rien de pathologique, et horreur ultime, beaucoup sont parfaitement épanouis !

    1. Pipeau. La Gay Pride a reçu plusieurs (dizaine de) milliers d’euros de la Mairie de Parie. C’est dans les comptes, suffit d’aller regarder.
      Pour le reste, lisez tous les commentaires, ça vous évitera de poser des questions qui ont déjà été répondues.

  23. Simon

    Les comptes de quoi ? Sur le site de l’Inter LGBT, les derniers comptes datent de 2008_2009 et il n’y a aucune subvention. L’association revendique d’ailleurs ne recevoir aucune subvention et n’exister que par les dons. Mentent-ils ? Dans ce cas, pourquoi la mairie de Paris ou des contribuables ne portent pas plainte contre eux ? Je vous serai reconnaissant de m’indiquer le lien vers le document qui montre que la Marche de Paris a reçu des subventions publiques (c’est une vrai question, pas un défi).

    Pour le reste, je suis tellement ulcéré par votre complaisance à montrer les photos les plus clichés de la Gay Pride alors que la réalité est bien différente, et par les commentaires des tarés comme Marchenoir, que je n’ai pas lu les autres commentaires effectivement. Mais ça n’enlève rien au fait que vous avez une idée fausse des enjeux et de la réalité de la Marche des fiertés.

    1. Et je crois que vous avez une idée fausse de mes idées.
      Notez que le billet *n’est pas* sur les subventions, ni sur les homosexuels en général. Je l’ai déjà dit.

  24. Simon

    Sauf que vous dites que la marche a reçu des subventions publiques, alors que ça semble être faux (à moins que vous apportiez des preuves à cette assertion). Vous avez dit vous même que le problème était justement ces subventions, que s’il n’y en avait pas, les gens ont bien le droit de faire ce qu’ils veulent. Votre texte semblait dire aussi que la marche est illégitime parce qu’elle détourne de l’argent et de l’énergie qui pourrait être mise à profit pour des causes comme le chômage ou la pauvreté.

    Si ce n’est pas ce que vous vouliez dire, si votre but n’était pas de critiquer cette marche en montrant une fois de plus des images de gens déguisés et en disant qu’ils sont ridicules et inutiles, si vous ne vouliez pas dire que les revendications des homosexuels sont illégitimes, qu’ils font acte de soi-disant transgression uniquement pour le plaisir, tout en étant parfaitement conformistes, ce que j’avais cru lire, alors effectivement j’ai une fausse idée de vos idées. Mais dans ce cas je ne comprends pas l’objet de votre article.

    1. L’objet de l’article est simple : il est absolument ridicule de la part d’une association de s’ébouriffer devant une affiche présentant un coq au prétexte que cela serait un cliché alors qu’il y a, bel et bien, de tels clichés dans ce genre de manifs. L’objet de l’article est de montrer que les associations qui font le plus parler d’elles sont absolument plus caricaturales les unes que les autres et font un tort immense à la cause homosexuelle dont l’écrasante majorité des membres aspire surtout à s’insérer calmement dans la société. L’objet de l’article est de montrer que ces bruyantes associations, qui tètent toutes plus ou moins aux subventions (pas forcément pour la Gay Pride en elle-même mais pour tout le reste – une recherche de 3′ sur google avec subvention mairie de paris LGBT suffit à s’en convaincre – ) sont complètement parties dans leurs délires sans se rendre compte des dégâts qu’elles créent.

      Et pour votre gouverne, je n’ai absolument rien contre les homosexuels.

      1. Higgins

        J’ai cherché, par jeu, les subventions et j’ai trouvé, outre celle(s) mentionnée(s) sur le site de la ville de Paris, ceci: « …À ce jour, les subventions allouées par la Mairie de Paris au Centre LGBT sont de 100 000 €, selon un plan sur trois ans. La Mairie a aussi permis au Centre LGBT de s’installer dans des nouveaux locaux de 250 m², mis à neuf par une société d’économie mixte de la Ville de Paris, pour un loyer d’environ 5 800 € par mois hors charges. » ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_LGBT_Paris-%C3%8Ele-de-France )

        Sinon, comme H16, je n’éprouve rien pour les homosexuels, ni haine, ni désir, mais les adeptes de la « plumdanslecul » me les brisent profond et ont une action plutôt contreproductive.

  25. Simon

    On est donc bien d’accord, la marche des fiertés, n’est pas subventionnée par les pouvoirs publics.

    Le Centre LGBT de Paris a reçu des subventions. Ils accueillent des gens en questionnement sur leur orientation sexuelle, ils mettent en place des actions de soutien psychologique, des ateliers pour aider à trouver du travail… tout ça pour un public spécifique. Je ne vois pas en quoi c’est choquant. Moi je suis homosexuel et je suis allée dans une association pour les jeunes qui est aussi subventionnée par la mairie de Paris. Cette assoc m’a aidé à sortir de l’isolement, à aller mieux. Où est le problème ? Toutes ces actions ne sont-elles pas utiles ?

    Je crois que les seuls adeptes de la « plumdanslecul » c’est vous, parce que moi qui suis allé 3 fois à une Gay Pride, je n’en ai jamais vu^^ Pour ce qui est de la productivité des actions de l’Inter LGBT, ce qui est sûr c’est que si elles ne sont pas efficaces, elles ne sont en tout cas pas nuisibles. Si vous ne retenez que le 1% déguisé et que vous occultez les 99% qui viennent à la Gay Pride parce que cette journée dans l’année où ils peuvent être eux-même sans se cacher et revendiquer la reconnaissance de leurs familles, le problème vient de vous, pas d’eux. Quand on regarde, on voit souvent ce qu’on veux trouver, si on ne fait pas attention.

    Vous n’avez rien contre les homosexuels, mais je ne crois pas me tromper en disant que vous êtes assez opposés aux revendications de la marche des fiertés, non ? De même qu’à la revendication de considérer l’homosexualité comme une orientation sexuelle totalement égale à l’hétérosexualité. Dès lors, vous me permettrez de penser que vous n’êtes pas les plus honnêtes dans les conseils de militantisme que vous donnez.

    1. Joe

      On en revient à Bastiat, comme toujours. H16 n’est pas contre le travail de l’Inter LGBT mais il est contre son financement par l’argent public. Si vous pensez que ces actions sont bénéfiques et qu’elles vous ont servi et que vous en êtes reconnaissant, vous devriez être en mesure de mettre un peu la main à la poche à titre perso, non ?

      Il y a alors fort à parier que votre argent serait vraiment dépensé pour la mission que s’est confié l’association et non pour de la communication et du lobbying à la con.

      1. Simon

        Mais l’inter LGBT ne reçoit pas d’argent public. Donc il n’y a pas de problème.

        La mairie de Paris finance des projets spécifiques (un local où des jeunes qui se sentent mal peuvent se retrouver pour discuter par exemple, une permanence psychologique, une action de prévention contre le sida). Rien à voir avec la com ou le lobbying.

    2. Bon, je vais faire court :
      a/ non aux subventions, que ce soit pour les homos, la biennale des collectionneurs de bougies parfumées, l’internationale bigarrée des clowns à roulettes ou autre. L’argent des contribuables n’a pas à servir à ça.

      b/ il existe des douzaines (pour ne pas dire des centaines) de photos de la gay pride qui montrent des adeptes de plumdanlcul. Deux solutions : vous criez au complot, ou bien vous assumez que certains homos sont démonstratifs et que leur comportement, caricatural, est bien exactement à l’opposé de ce que cherche à dénoncer les agacés du gallinacé. C’est en partie l’objet du billet.

      c/ si à chaque fois que certains font une affiche, on a des discussions homériques (par voie de presse de surcroît) pour tailler des cheveux en quatre, si, ces associations sont nuisibles : elles montrent un pan grotesque de leurs actions. Si vous ne voyez pas pourquoi, je n’y peux rien, vous êtes trop éloigné des considérations des gens qui payent pour ces conneries. C’est aussi l’objet du billet.

      d/ enfin, les revendications d’égalité ne me gênent pas tant qu’il s’agit bien d’isonomie et de droits naturels. Quand il s’agit de faux droits, il va de soi que je suis contre. Et de grâce, renseignez vous sur ces concepts avant de jeter des anathèmes idiots sans comprendre.

      1. Simon

        Il ne me semble pas avoir jeté d’anathème.
        Soyez contre les subventions aux associations si ça vous chante, mais vous n’êtes pas le seul contribuable au monde et il semble que la plupart ne trouve pas déplaisant qu’une collectivité locale soutienne un tissu associatif dynamique qui permet la mise en place de nombreuses actions, outre celles que l’Etat ne prend pas en charge mais dont il a cruellement besoin.

        Il existe des centaines de photos de gens déguisés à la gay pride, mais des milleirs de gens réels qui ne le sont pas. Il existe aussi des photos de tas d’autres choses qui ne sont absolument pas représentatives de ces choses. Je ne cris pas au complot, mais cette façon de ne retenir à dessein qu’une caricature m’énerve profondément.

        Je n’entrerai pas dans le débat des soi-disant faux droits, je me moque complètement que vous considériez l’homosexualité comme une infériorité sous couvert de dire que c’est une chose différente qui mérite un traitement différent. Votre avis devient de plus en plus minoritaire.

        1. Votre petit côté collectiviste ressort dans ce commentaire, je ne suis pas étonné ; l’argent gratuit des autres, c’est toujours bon à prendre, n’est-ce pas ?
          En outre, vous montrez brillamment que vous n’avez toujours pas compris, et ne voulez pas comprendre, l’argument principal du billet. Du reste, vous continuez à plaquer sur les autres une image que vous vous faites d’eux, même si elle est manifestement fausse, pour mieux les railler ou les mépriser. Ne vous étonnez pas des comportements que vous observez alors.

  26. Simon

    En tant que citoyen et contribuable, je ne pense pas être plus illégitime que vous pour donner mon avis sur l’utilisation de l’argent public. Il semble que vous soyez assez peu à désirer un repli de l’Etat sur ses fonctions régaliennes, et que les gens apprécient de pouvoir inscrire leurs enfants dans des associations sportives et culturelles subventionnées en partie par les collectivités locales, que l’Etat voit un intérêt à subventionner des associations qui prennent en charge les publics en difficulté, mènent des actions d’insertion ou des activités utiles à la collectivité. Mais peut-être avez-vous raison. Si toute subvention était supprimée, et par conséquent toutes ces associations, la situation sociale serait autrement plus explosive et on rigolerait bien.

    J’ai bien compris ce que vous avez dit sur le billet, le but était de noter l’incohérence entre les photos de la Gay Pride et l’indignation du Refuge à propos de l’affiche et du coq. Mais le Refuge n’organise pas la Gay Pride et ses membres ne se déguisent pas et mettent encore moins de plumes dans le cul. Donc je ne vois pas bien la pertinence de votre billet en fait. Les associations LGBT ne sont pas un bloc monolithique et les gens s’y disputent tout autant que dans n’importe quel groupe humain.

    En matière d’image fausse et de mépris, à en juger par ce que vous avez écris, je pense que la phrase vous concerne également. Comme ça on est quittes, on se raille mutuellement et les vaches sont bien gardées.

Les commentaires sont fermés.