Mondialisation pour tous

En France, dans le parti le plus socialiste des partis de pouvoir, on aime bien les vieilles idées poussiéreuses, les atmosphères enfumées aux senteurs naphtalines, et les concepts simplistes qui, enrobés dans des néologismes vaporeux, permettent de faire passer des vessies pour des lanternes et des slogans creux pour des programmes politiques. C’est ainsi qu’un frétillant gentleman farmer se focalise sur une démondialisation dont tout indique qu’elle n’est qu’une resucée fadasse du protectionnisme d’antan.

L’avantage de dire à tout le monde qu’on va démondialiser, c’est qu’on n’a pas besoin d’expliquer comment ça marche, tout le monde peut se faire une idée, généralement réjouissante, de ce qui va se passer.

C’est très simple, finalement. Puisque la mondialisation, c’est — forcément — des Chinois qui piquent le travail des Français, en démondialisant, on va arrêter cette fuite du travail, ou mieux, faire le contraire : des Français vont piquer le travail de Chinois. Et voilà, c’est fastoche, il suffisait de l’inventer.

Bon, ok, en pratique, cela revient à du bon gros protectionnisme qui tache, à une vigoureuse intervention étatique pour accroître les taxes à l’import et « relancer l’industrie », toutes activités qui appauvrissent la population et ne résolvent en rien le problème initial. Mais on s’en fiche parce que tant que ça dure, on peut toujours accuser les méchants (Chinois, ici) d’être responsables de la situation. Enfin bon, le principal, c’est tout de même de tout faire pour que la mondialisation s’arrête.

Parce que voyez-vous, la mondialisation, c’est l’hooooorreur.

C’est un bilan forcément négatif, des gens qui meurent de faim et qu’on emploie dans des conditions indécentes proches de l’esclavagisme dans des bouges infâmes pour produire des denrées dont, au final, tout le monde se fout ici, dans nos pays scandaleusement riches et prospères (encore que de moins en moins mais ce n’est pas le sujet).

Et lorsque la mondialisation permet d’offrir à des consommateurs kényans des Smartphones à prix cassés, c’est mal aussi.

Parce que les Kényans n’ont pas le droit d’avoir accès à ces technologies : ce serait, il va de soi, saper leur économie locale par l’import de produits chinois bon marché. Et par ricochet, ces smartphones produits à moins de 60€ ne doivent surtout pas bénéficier aux consommateurs européens et a fortiori français ! Montebourg est sur le pont et grâce à sa démondialisation, non, vous n’aurez pas accès à ce genre de choses !

Comme d’habitude, comme en témoignent ses analyses consternantes sur la crise, la bourse et le trading, le pauvre Arnaud n’a jamais rien compris à l’économie et à la finance et est donc naturellement victime d’un biais d’observation aussi grossier que grotesque.

Ainsi, il voit fort bien que l’ouvrier français à 9€ de l’heure se fait piquer son travail par des Chinois à moins de 1€ de l’heure. Mais il oublie de voir qu’ils sont une dizaine pour le même travail. Il oublie de voir que s’obstiner à produire les mêmes choses que les Chinois nous met directement en concurrence avec des populations pour lesquelles un salaire minimum moitié moins élevé que le nôtre constitue déjà une progression salariale fulgurante.

Et surtout, et c’est l’objet de ce billet, s’il s’attarde sur les problèmes de la mondialisation, problèmes du reste parfaitement entretenus par les conduites socialistes des affaires depuis près de quarante ans en France, il occulte de façon autiste les bénéfices pourtant immenses de cette même mondialisation.

En effet, pendant que nos politiciens sont les yeux rivés sur le passé grandiose d’une France largement fantasmée, et qu’ils s’emploient à tenter de reproduire avec des recettes d’antan qui ont déjà montré leur totale inefficacité, le monde, lui, ne les attend pas, et trottine même de plus en plus vite, loin des préconisations de ces branleurs calcifiés.

Pendant qu’ils s’échinent à faire des champions nationaux, qu’ils tentent par un keynésianisme débridé de lancer telle ou telle activité qui fit les gros titres des journaux il y a dix, vingt ou trente ans, les innovations et les technologies du futur apparaissent … presque systématiquement à côté des endroits qu’ils arrosent de subvention.

On pourrait prendre les biotechnologies qui ont tant de mal à décoller en France, les diplômés trouvant toujours plus sympathique d’aller voir ailleurs que leurs talents soient exploités par le capitalisme sauvage. Ainsi, pendant que nos politiciens se tortillent la nouille sur la démondialisation, il devient possible de faire le séquençage complet de son génome pour quelques milliers de dollars là où l’opération en coûtait un million il y a … 4 ans.

Coût du séquençage d'un génome complet

Quand on sait que pendant ces quatre années, les politiciens n’ont pas changé d’un iota leur façon d’agir, de comprendre le monde, on se doute que chaque micro-révolution les éloigne tous les jours un peu plus de la réalité que façonnent la science, les technologies ou l’économie de marché mondialisée qu’ils détestent tant…

Et des micro-révolutions, il y en a.

Tenez, vous n’avez peut-être pas entendu parler de Raspberry Pi, mais cette entreprise (pas du tout française) ambitionne de produire des ordinateurs complets, certes très simples, mais pour un prix défiant toute concurrence : 25 dollars. Et pour le moment, ça marche.

Que feront nos frétillants thuriféraires du Tout à l’Etat lorsque ces machines seront partout ? Quelle nouvelle réglementation vont-ils nous pondre pour empêcher tout un chacun de disposer de cette innovation pas française ?

Ce ne sera rien, soyez-en sûrs, comparé à l’agitation qui les gagnera, excités par les lobbies pharmaceutiques français si puissants auprès d’eux, lorsque la micro-révolution suivante atteindra les côtes françaises : le MIT travaille actuellement à un anti-viral, Draco, qui semble fonctionner sur un large spectre de virus puisque s’attaquant à la façon même dont ils sont conçus et qu’ils ont de se reproduire.

Pour le moment, Draco élimine 15 virus différents et pourrait être une piste sérieuse contre le SIDA. Gageons qu’un bon protectionnisme des familles évitera à toute une filière de laboratoires de fermer leurs portes dans notre pays !

Et lorsque la révolution des imprimantes 3D frappera là encore l’économie française (dans la médecine, par exemple), quelles seront les actions que nos suceurs d’impôts trouveront pour en ralentir la pénétration ? Inversement, quelles judicieuses décisions ont-ils prises (ou sont-ils sur le point de prendre) pour permettre à nos artisans, nos PME et nos industries de se préparer à ce changement de paradigme dans la réalisation d’objets à façon ? Sont-ils seulement au courant que tout ceci arrive, à grande vitesse ?

Evidemment, la réponse est non : les seules spasmes qui agitent encore le corps moribond de la classe politique sont ceux du keynésianisme et du protectionnisme.

Démondialiser ? Allez-y, mes braves andouilles.

Le monde vous regarde vous gaufrer.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires57

  1. Pere Collateur

    J’ai vu que le show TV des socialos avait réunit 5 millions de spectateurs.

    5 putain de millions de gens dans ce pays ont plusieurs heures à perdre un jeudi soir devant un écran à regarder 6 décérébrés s’agiter mollement devant des micros mous et des caméras complaisantes!

    J’hallucine! Si ca, ca n’est pas la preuve définitive et sans appel que ce pays est foutu, alors je ne comprends pas.

    Mais comment autant de personnes peuvent accorder le moindre crédit à ces solutions simplistes?
    Surtout que ces solutions « light » sont proposées pour résoudre des problèmes sacrément compliqués et ayant une multitude de variables.

    Vraiment je ne comprend pas…

    1. Alex6

      Vous semblez oublier un parametre, les Francais dans leur grande majorite sont des cretins acheves.
      On peut leurs resservir les memes conneries election sur election, ils fileront toujours aux urnes avec la memoire d’un poisson rouge.

      1. Pere Collateur

        Objectivement, autant j’étais d’accord avec ce constat il y a quelques années, autant actuellement je pense qu’on sous estime grandement le dégoût des gens pour leur caste politique.

        De plus, internet a changé pas mal de choses… Mais il semble que nos zélites n’aient pas encore vu la chose.

        Ça promet une franche tranche de rigolade aux prochaines élections.

        1. Alex6

          Je doute qu’il y ait « rigolade ». Puisque le systeme est fait de sorte qu’un demago socialiste sera de toute maniere elu.
          Pour moi on continuera sur la lancee actuelle jusqu’au mur, aucun espoir.

    2. jabial

      J’ai regardé le show des socialistes et je te promets que je suis un libéral pur jus.

      C’est quand même utile de savoir ce que les autres proposent.

      J’avoue que c’est assez déprimant.

      1. Oui mais bon je suis sûr que tu faisais autre chose en même temps. C’est impossible que les six clowns aient mobilisé plus d’un quart de tes capacités.

      2. Calvin

        Sauf, que tu vas devoir aussi te farcir les inepties de Marine, la démagogie stupide de Nicolas, les gesticulations de Méchancon, etc…
        Tu n’es pas au bout de ta déprime !!

  2. Théo31

    « Mais il oublie de voir qu’ils sont une dizaine pour le même travail. »

    Voilà ! Le Chinois n’a pas la même productivité que le Français. La productivité, une notion totalement inconnue de ces abrutis de politiciens, sauf quand il s’agit de débiter des conneries insondables.

    1. Higgins

      Faux! Il existe des français dont la productivité dépasse largement celle de l’ouvrier chinois, ce sont nos politiciens. Pb: la productivité de ces derniers se mesure en connerie/mn et elle est proprement indépassable.

    2. Calvin

      Oh ! Ils ne font pas que débiter des conneries !
      Ils sont capables de faire des « Grenelle » et faire débiter des conneries par tous les lobbies de ce pays.

      1. Jacky Sossial

        Ils ne font pas que débiter des conneries : ils les FONT. Avec notre argent. Et ils sont très bien payés pour ça. Avec notre argent aussi.

  3. François

    C’est par hasard (Twitter) que je suis tombé sur cet article et je me permets d’y répondre, étant donné qu’aucune contradiction n’a été apportée dans les autres commentaires.

    Mon cher ami, que connaissez-vous du Keynésianisme et du protectionnisme ? A vous lire, pas grand chose. Vous accusez on-ne-sait-trop-qui (Montebourg ? Les socialistes ? La France ?) de ces horribles crimes, mais la réalité est tout autre.

    Il suffit de regarder les taux de change actuels pour comprendre que vous êtes à côté de la plaque. Le yuan sous-évalué, ça vous parle ? Ne serait-pas une forme de protectionnisme à l’envers (monnaie faible = prix faibles, donc produits compétitifs à l’exportation) ? Le « quantitative easing » pratiqué par la FED, ne serait-ce pas une gestion souple de la monnaie, pronée par un certain John M. Keynes ?

    A l’inverse, l’Europe est la seule grande puissance à s’imposer un régime strict de libre-échange et une monnaie forte, selon les préceptes des penseurs néolibéraux que sont Friedman et Hayek. Cela devrait vous plaire non ?!

    Je vais par ailleurs essayer de vous expliquer en quoi un protectionnisme raisonné aurait un effet bénéfique pour la commerce mondial et notamment les Chinois dont vous parlez sans cesse. Imaginez : l’Europe impose des droits de douane à ses frontières. Que se passe-t-il ? Croyez-vous que les entreprises du monde entier vont se détourner de l’Europe, alors même que ce continent est celui où le pouvoir d’achat est le plus élevé au monde ? Non, celles-ci viendront implanter leurs usines de fabrication dans les pays européens. Résultat ? Le chômage se résorbe, les salaires repartent à la hausse, et ainsi la consommation européenne se développe vigoureusement. Dans le même temps, les entreprises chinoises, indiennes, brésiliennes, etc. seront amenés à développer leur marché intérieur. Comment ? En augmentant les salaires de leurs ouvriers, c’est le fameux « 5$ a day » de Ford, qui augmentait les salaires de ses ouvriers pour que ceux-ci achètent ses voitures ! Les ouvriers chinois seraient donc les grands gagnants d’un protectionnisme européen, le parti communiste chinois en revanche…

    En réalité, le protectionnisme n’est pas tant une mesure de repli, mais un moyen de faire repartir les salaires à la hausse. Des salaires en hausse signifient une consommation accrue, c’est à dire un redémarrage des échanges commerciaux. Et c’est la tout le paradoxe : protectionnisme = reprise des échanges commerciaux au niveau mondial. Encore faut-il comprendre que la crise actuelle est une crise globale de la demande…

    1. Ah, un bon gros troll. Et un cuistre, c’est encore mieux.

      Mon cher ami, rien qu’à vous lire, j’en sais manifestement bien plus long sur le keynésianisme et le protectionnisme que vous. Pour le moment, je suis surpris que vous n’ayez pas encore cité Sitglitz ou le political pundit Krugman pour étayer vos fumeuses assertions, mais je pense que ça va venir très vite.

      l’Europe est la seule grande puissance à s’imposer un régime strict de libre-échange et une monnaie forte, selon les préceptes des penseurs néolibéraux que sont Friedman et Hayek

      Ouch. Entre l’assertion idiote, le name-dropping mal approprié et le non sequitur, c’est du lourd.

      « le protectionnisme n’est pas tant une mesure de repli, mais un moyen de faire repartir les salaires à la hausse »

      Et ça fait durcir les zizis, ça fait démarrer les motos russes et ça permet d’envelopper le chocolat dans le papier d’alu.

      la crise actuelle est une crise globale de la demande…

      Oh ohohoh ohoh ohoh.

      Oui, ça doit être ça.

      Bon. J’ai un peu autre chose à faire qu’à reprendre toutes les bêtises que vous alignez soigneusement. Joli troll, donc. Mes commentateurs habituels auront tout le loisir de vous expliquer pourquoi vous êtes un gros clown.

      Au fait, puisque le protectionnisme c’est super chouette, expliquez moi en quoi un produit plus cher aide ceux qui l’achètent ?

      1. François

        Héhé, on est dans le registre de l’invective, cas classique du savant préférant esquiver les doutes émis sur ses présupposés idéologiques.

        Non, simplement, les guignols comme toi, j’en vois des douzaines toutes les semaines et à la fin, ça lasse. Désolé, si tu étais original, j’aurais fait un effort, mais là, bof. Tu noteras que je t’ai laissé un peu parler, c’est juste pour montrer à tous que des cuistres comme toi, y’en a pour de vrai. C’est tout. Te fais pas un film.

        Mon assertion est idiote ? Prouvez-moi donc le contraire. Tenez-vous vraiment à affirmer que l’euro est une monnaie faible ? En effet, dur pour vous de l’affirmer sans risquer de passer pour un imbécile heureux.

        Invective, classique du type qui sent bien qu’il va avoir du mal.

        Par ailleurs, le name-dropping permet de mettre des responsables derrière la situation actuelle. Trop souvent entendons-nous de fumeux « experts » dire « la mondialisation, ben c’est comme ça, elle est ce qu’elle est, on n’y peut rien. Adapte-toi ou crève. »

        Voilà pourquoi je te traite de troll. Tu recraches la vulgate socialo-marxiste de base. Sans intérêt.

        Non, la mondialisation est un choix politique fait par des élites ayant perdu le goût de leur propre nation. Ce choix est basé sur une théorie économique néolibérale émanant d’auteurs bien connus ; il faut donc mettre des noms sur ces responsables politiques (Reagan, Thatcher, Delors, Schroeder, pour ne citer qu’eux) et ces penseurs de l’économie politique.

        Là, tu vois, tu enquilles du néolibéral sans savoir même ce qu’est le libéralisme. Quand je disais, plus haut, que tu étais d’une banalité tout ce qu’il y a de plus standard…

        Crise globale de la demande ? C’est flagrant. Les salaires des pays développés sont bloqués depuis 30 ans.

        Ce n’est vrai ni en parité de pouvoir d’achat, ni en valeur faciale. Juste débile. Même en Allemagne où ils ont subi les coûts d’une réunification, les salaires ont progressé. Et mieux : avec la même quantité de pouvoir d’achat, on dispose actuellement de biens de meilleure qualité, en plus grande quantité. Ce que tu baves n’est même pas corroboré par les faits devant ton propre nez : ton écran d’ordinateur et ton clavier sont obtenus avec moins de travail qu’il y a trente ans et c’est une telle évidence que tu passes juste pour un gros benêt en prétendant le contraire.

        L’endettement des ménages a permis pendant un temps de maintenir un niveau de consommation correct, jusqu’à 2008 et l’explosion du système. On a transféré ces dettes privés dans les comptes des Etats et aujourd’hui ceux-ci vacillent. Les plans de rigueur ne conduisent qu’à la déflation si l’on ne mène de concert une politique de relance… Principe de base de la macroéconomie…

        Eh, gros malin, comment tu réconcilies ça avec le fait que les Français, par exemple, sont parmi les peuples qui ont la plus grosse épargne privée ? Tu parles de dettes privées alors que ces dettes sont celles de la sociale-démocratie, accumulées sur des dizaines d’années, exactement d’ailleurs comme le prévoyaient les Hayek et Mises dont tu n’as absolument rien lu que c’en est juste consternant. C’est incroyable, cet aplomb pour dire des énormes bêtises… T’ais-je dit que tu étais un cuistre ?

        Enfin j’en viens à votre dernière question. Vous vous situez du côté du consommateur, ou plus théoriquement d’un point de vue de l’offre. Très bien. Mais pensez-vous aux conséquences sur la demande ? Vous êtes-vous jamais demandé quelles peuvent bien être les effets sur la demande du libre-échange ?

        C’est simple : la mise en concurrence de l’ensemble des salariés du monde fait pression à la baisse sur les salaires. Ce n’est pas simplement le cas des travailleurs Chinois par rapport aux salariés Français, c’est également le cas des paysans Chinois qui viennent à la ville chercher un emploi. Ils sont tellement nombreux que le patronat chinois n’a aucun intérêt à augmenter les salaires de ces salariés. Ils se plaignent ? Qu’ils dégagent, il y a de la main d’oeuvre qui arrive en permanence des campagnes! « Armée de réserve du capitalisme », ça vous dit quelque chose ?

        Et comment tu réconcilies-ça avec l’apparition d’un salaire minimal puis ses hausses régulières et récentes en Chine ? C’est ballot, c’est juste en parfaite contradiction avec ce que tu dis. Et en plus, les Chinois ont de l’inflation. Bon. Tu ne comprends absolument rien à rien. Et tu n’as pas répondu à ma question simplissime : le protectionnisme taxe les produits à l’import. Comment cette taxe enrichit ceux qui la subissent ?

        Résultat du libre-échange : les salaires n’augmentent plus. Alors vous me direz : c’est pas grave, puisque le libre-échange fait dans le même temps chuter prix des biens de consommation. Oui, dans un premier temps (années 90, 2000) ; sauf qu’en 2008, l’offre était si supérieur à la demande que ça a fait boom. Alors je sais bien que chez Jean-Baptiste Say (rien que pour toi, un peu de « name-dropping ») il n’est pas de surproduction possible, sauf que la réalité ne corrobore pas tout le temps les préceptes économiques libéraux que tu embrasses.

        La crise des subprime n’a rien à voir avec une question de demande, tout avec une question monétaire et les bulles créées par la Fed (Greenspan). La crise actuelle est un simple prolongement. L’endettement des états est directement lié à la sociale-démocratie et au mensonge qui consiste à faire croire qu’on peut distribuer de la richesse pas encore créée pour payer des soins gratuits, des assurances chômages indolores et des retraites dorées.

        Tu as un niveau bien trop faible pour prétendre participer à la conversation. Désolé. Tu es out.

    2. Calvin

      Bon, je ne vais pas répondre à tout, car cela me prendrait trop de temps.
      Je vais juste vous renvoyer ceci :
      « Mon cher ami, que connaissez-vous du Keynésianisme et du protectionnisme ?
      […]
      selon les préceptes des penseurs néolibéraux que sont Friedman et Hayek. »
      Mon cher « ami », que savez-vous du libéralisme ???
      Comment dire que Friedman ou Hayek sont des néolibéraux ?
      Ca veut dire quoi néolibéraux pour vous ? Nazi ?
      Le libéralisme est un tout homogène, tirant ses préceptes de l’expérience, donc évoluant finement au cours du temps.
      Mais il n’y a aucune rupture entre Smith, Bastiat, Mises, etc…
      Juste des préoccupations nouvelles, surgissant au gré des innovations.
      Mais justement, avec l’esclavage, le protectionnisme est un des premiers méfaits attaqué par les penseurs libéraux.
      Et si cela dure depuis autant d’années, c’est parce que le protectionnisme tire son essence de la peur : peur de l’étranger, peur de leur supériorité économique, peur de leur culture, etc… et surtout : peur de se remettre en question, peur des avancées technologiques, etc…
      Mais revenons à l’Europe : non, ce continent n’est pas entièrement libre-échangiste, malheureusement. Pas assez du moins.
      Je sais, vous allez dire « faisons un peu de protectionnisme ».
      Sauf que cela ne marche pas comme ça. Comme ce sera insuffisant (et plus il y aura de protectionnisme, moins ça ira bien), il faudra à chaque fois durcir les règles et augmenter les tarifs à l’entrée, etc… Au final, un peu de protectionnisme devient beaucoup de protectionnisme. Et oui, c’est une mauvaise chose pour l’humanité.
      Car, ce que vous ne savez pas, c’est que le protectionnisme mène directement à la guerre :
      http://www.contrepoints.org/2011/09/16/46139-le-protectionnisme-cest-la-guerre

      Bon, désolé, j’ai du mal à relire votre prose pour répondre autre chose.

        1. fifou

          En plus je suis sur qu’il se rende meme pas compte que son Audi, il la doit au libre-echange quand son protectionisme reve le forcerait a rouler dans une Renault imposee a tous, qualite niveau trabant, comme dans le reste des Komunistiche Skiray

          En fait, je ne comprends meme pas pourquoi les hommes politiques encouragent le libre echange alors qu’augmenter le protectionisme et l’intervention massive sur les marches commerciaux leur permettrait de toucher un max de dessous de table!

    3. gem

      ROLF MAO

      il est trop

      Tu crois qu’il aurait réfléchi deux secondes que, peut-être, il est pas le premier à passer par ici, qu’on a déjà vu son paquet de bullshit, qu’on a dàjà réfuté tout ça 100 fois ?

      Non évidemment. Réfléchir ça fait pas parti de son vocabulaire, et encore moins de sa pratique …

    4. Théo31

      « penseurs néolibéraux que sont Friedman et Hayek »

      1. Le néolibéralisme, ça n’existe pas.
      2. Friedman était un socialiste monétariste. Il a toujours soutenu la politique d’argent facile de la Fed.

      « il faut donc mettre des noms sur ces responsables politiques »

      La rengaine habituelle du socialiste qui cherche un bouc émissaire aux problèmes du monde.

      Le dimanche devrait être baptisé Audiard’s Day.

      1. gem

        M’enfin, comment peux-tu dire de l’auteur de « Free to Choose » qu’il était socialiste ? c’est inepte et insultant (pour lui et pour son fils David, un des plus connu anar-cap).

        Le seul rôle qu’il assignait à la Fed c’est … de n’en avoir aucun : fixer et annoncer largement à l’avance un taux d’intérêt raisonnable, et laisser les financiers se débrouiller. Ce qui n’est pas une politique d’argent facile, mais d’argent libre.

      2. DoM P

        On n’est pas obligé non plus de dire d’énormes conneries, hein.
        Il n’était bien sûr pas socialiste, et le dire ainsi est une insulte à sa mémoire et au gigantesque travail de démystification des théories socialistes qu’il a accompli avec sa femme.
        C’était un « monétariste », si tant est qu’on puisse le réduire à si peu, en ce sens qu’il pensait que les problèmes monnaitaires étaient la causes principales des grandes crises économiques.
        J’attends encore, personnellement, une réfutation crédible de cela.

    5. channy

      Ah toujours les chinois comme bon bouc emissaire, la chine en plus c est communiste, il respecte pas les droits de l homme…par contre bizarement on oublie l asie du sud est, la coree, taiwan… dont les exportations sont le pilier des regimes et economie en place… mais bon faudrait retenir plein de nom trop complique..

      tient bizarement ces pays ils sont quasi tous en excedent commercial avec la chine. pourtant la plupart ont des salaires minimum,certains ont des systemes de sante publique et meme de retraite.

      Faudrait arreter de se masturber l esprit et se sortir le poignet du cul. comme dit h16 c est pas en faisant la meme chose que les chinois que l on va s en sortir. faudrait aussi faire en sorte de soutenir vraiment nos produits a l etranger. pardon si cela interrompt les soirees de l ambassadeur et l oblige a aller visiter des gueux locaux, aussi que nos abrutis de patrons arretent d arriver avec leur gros souliers et investissent vraiment dans des outils de promotions.

      les produits alimentaires australiens, neo zelandais, allemands nous bouffent les rayonnages des supermarches locaux.

      la ou francois devient drolissime

      « les entreprises chinoises, indiennes, brésiliennes, etc. seront amenés à développer leur marché intérieur. Comment ? En augmentant les salaires de leurs ouvriers, c’est le fameux « 5$ a day » de Ford, qui augmentait les salaires de ses ouvriers pour que ceux-ci achètent ses voitures ! Les ouvriers chinois seraient donc les grands gagnants d’un protectionnisme européen, le parti communiste chinois en revanche… »

      le summum
      « Le cas des travailleurs Chinois par rapport aux salariés Français, c’est également le cas des paysans Chinois qui viennent à la ville chercher un emploi. Ils sont tellement nombreux que le patronat chinois n’a aucun intérêt à augmenter les salaires de ces salariés. Ils se plaignent ? Qu’ils dégagent, »

      Mais bien sur, on voit que manifestement vous n avez rien compris a l asie en general. mais peut etre vous y etes allez en voyage Edouard Leclerc ou pire encore avec le guide du routard.

      Croire que ceux qui tiennent les renes du pays en economie et politique( on mixe les deux la bas, un seul truc c est plus facile a gerer) vont lacher leurs enormes privileges et autoriser le mingong ou le pequin de base a consommer comme lui releve du fantasme pur et simple.

      regarder deja qui s oppose actuellement en thailande a l augmentation du salaire journalier. le patronat local avec les chantages habituels je vais licencier, gele des embauches, je ferme la boite ou je prends des immigres.

      en Malaisie ont fait mieux. on organise de grande foire a l emploi, avec des jobs sous payes qui ne permettent pas de faire vivre sa famille et puis apres comme personne ne n veut des ces jobs, on traite les locaux de sales paresseux (en une dans le journal ca le fait mieux) et on importe des immigres que bien sur on payera encore moins que les locaux (faut pas deconner non plus)

      Aux philippines Nonoy aquino a refuse egalement une augmentation significative du salaire minimum (forte inflation ici) car vous comprenez si on augmente trop les salaires les entreprises partent. euh il fait comment le philippin de base ? bah pas grave les overseas filipino ont un statut de heros a tenir et puis on est trop nombreux et l eglise nous emmerde quand on fait des politiques de controle famiale. donc on va faire une selection naturelle

      Arretez vos delires Francois en chine comme en inde un mingong reste un mingong, un intouchable reste un intouchable….

  4. infraniouzes

    Tout ça est une affaire de mots: regarder le couple Franco-allemand qu’on s’acharne à présenter comme les deux bœufs tirant l’attelage européen.
    En Allemagne, quand la gauche est au pouvoir elle fait une politique de centre droit. Quand la droite est au pouvoir elle fait une politique… de droite.
    En France: quand la gauche est au pourvoir elle fait une politique de gauche et quand c’est la droite, elle fait une politique… de centre gauche. Impossible, pour nos deux nations, de se rejoindre.
    Quand à Montebourg, je pense que par démondialisation il pense tout bonnement nous faire quitter ce monde, aller sur la lune dans des vaisseaux spatiaux faits de carton, papier et autres matériaux recyclés. De là haut nous contemplerons, en sirotant des cocktails synthétiques sous des palmiers en plastique, la planète bleue virer au marron caca sous les effets de la mondialisation. Votons pour Montebourg !

  5. TLVSAV

    Je suis triste de voir H16 tomber dans le panneau.

    Faut pas. Tu vas t’en remettre. Ou disons que tu vas tenter de troller un peu et tu oublieras.

    Reprenons quelques arguments développés

    1-L’INNOVATION PERMET DE SORTIR PAR LE HAUT

    -biotechnologie, bio-ingénierie
    -micro ordi à 25 USD
    -anti viraux de folie, séquençage génétique pour 4 francs

    … tout ça c’est formidable, mais CELA NE PEUT PAS FAIRE TOURNER UNE ECONOMIE.

    Ben non.

    Pourquoi ?

    Parce que toute la population d’un pays ne peut pas être ingénieurs, docteurs, chercheurs.
    Premier problème. On fait quoi de nos millions de peigne culs ? Chômeurs professionnels ?

    Il y a 20 ans, il y avait 0 webmestre. Normal, internet était embryonnaire. Je t’aurais dit à l’époque que des dizaines de milliers de personnes allaient vivre en développant des sites web, tu m’aurais sorti exactement le même argument pourri. Note bien qu’il n’y a plus aucun maréchal-ferrand. Bref : l’histoire prouve sans effort que tu te trompes. Je suis un peu triste que tu tombes dans ce panneau là.

    2-L’INNOVATION VICTIME DU PROTECTIONNISME
    C’est quoi le rapport avec la choucroute ? Avant, nous étions « protectionnistes »… pourtant cela n’a pas empêché l’innovation, la découverte scientifique.
    Si ?

    Il n’est rien dit de tel dans le billet. Donc 2 : tu te trompes. Je suis un peu triste (mais moins) que tu tentes cet homme de paille.

    3-LA MONDIALISATION C’EST FORMIDABLE CAR CA PERMET AUX KENYANS DE SE PAYER UN SMARTPHONE PAS CHER
    Ca m’en cogne une avec l’autre.

    Car enfin… y’a t il jamais eu une industrie des télécom, de l’électronique au Kenya ?
    Pincez moi je rêve.

    Ce n’est pas l’objet du billet. Homme de paille détruit, joli. Bravo. Hors sujet.

    Alors qu’il y en avait une Europe… et que virtuellement elle a cessé d’exister.

    Nokia, Sagem, Alcatel ont fermé leurs portes ? Ah zut. Tout va si vite de nos jours.

    Il s’agit donc d’un faux parallèle entre pays sous développés et pays occidentaux.

    Les Keynians seront ravis de l’apprendre. En attendant, ils auront des téléphones moins chers que nous.

    Si le bénéfice pour le Somalien est net en effet, car le smartphone chinois à 60 USD ne PEUT PAS DETRUIRE d’emplois dans son pays (puisqu’il n’y en avait pas)… l’Européen lui aussi profite du smartphone pas cher… au prix de son futur chômage (ou actuel, ou ceux de ses proches), et en tout cas de celui de ses concitoyens.

    Des Somaliens à présent. Tout ceci est un peu confus. Et selon vous, il vaut donc mieux des smartphones chers pour « sauver l’emploi » ! Ah oui. Parce qu’ainsi, l’argent dépensé en plus pour ces smartphones chers … n’est pas dépensé chez le livreur de pizza (oups, chômage des livreurs) ou chez les vendeurs de voitures (oups, chômage des fabricants). Et forcément, ça nous enrichit, parce que … parce que … Ah, je ne vois pas. Mais bon. Ca nous enrichit puisque nos smartphones sont plus chers.

    4-AUCUNE DISTINCTION DANS LA MONDIALISATION
    La « mondialisation » a cela de pratique que c’est un concept « unique », fourre tout. On met tous les pays au même niveau. Aucune hiérarchie.

    Grossière erreur.

    Car la mondialisation pratiquée par la Chine n’A RIEN A VOIR avec celle pratiquée par le Brésil par exemple.

    La Chine, le PCC, suit une politique délibérée, sur le long terme (début dans les années 80, durcissement après Tien Anmen) visant à imposer son hégémonie dans le monde… et donc à détruire les précédentes hégémonies : US et européenne.

    S’arrêter au différentiel de salaire permet de ne pas voir le formidable levier que les chinois appliquent en plus : le taux de change.

    Eh oui H16, les plus odieux protectionnistes, ce sont les chinois ! Tel le cheval de troie, depuis qu’ils sont dans l’OMC, ils nous empêchent d’appliquer des barrières douanières (c’est la logique même de l’OMC)… mais nous envoient des missiles sans arrêt avec un taux de change sous évalué, et fixé par leurs soins !
    Nous laissant totalement à poil.

    Bastiat a démonté ça il y a 160 ans. C’est juste pénible d’avoir, une fois de plus, à ressortir ça pour combattre des sophismes poussiéreux. Faites un effort, merde.
    http://bastiat.org/fr/recettes_protectionnistes.html
    http://bastiat.org/fr/protectionisme_et_communisme.html
    http://www.institutmolinari.org/laissez-passer-le-textile-chinois,724.html
    http://www.24hgold.com/francais/contributor.aspx?article=1936766242G10020&contributor=C%C3%A9cile+Philippe

    Rappelons que le taux de change en Chine est fixé par les autorités.

    Donc il s’agit bien d’une décision « politique ».
    Absolument pas « technique ». PO-LI-TI-QUE.

    Et moi je te dis que ça ne joue pas. On S’En Fout.

    L’objectif n’est pas simplement mercantiliste (faire de la thune), mais bien géo politique.

    Dès lors il faudrait peut être redescendre sur terre et oser regarder le problème en face.

    La Chine est notre ennemi absolu.

    Vite, tuons les tous, le Chinois est fourbe. Bravo.

    CQFD.

    Il faut être naïf pour ne pas voir l’incroyable « concordances » des temps entre leur entrée dans l’OMC (2001), et le début suivi de l’accroissement d’incroyables déséquilibres qui ont ravagé nos économies en 10 ans à peine.

    Et les explosions de la dette américaine liée aux bulles monétaires de Greenspan, non ? Rien à dire ? Et l’avalanche d’interventionnisme pour lancer une bulle immo ? Toujours rien ? Et les coûts de la soc-dem, qui endettent depuis 30 ans les pays européens ? Toujours pas ? Oooh. Zut alors. On dirait que ton analyse est très très boiteuse. Mais bon. Le Chinois est fourbe.

    Eh oui… les USA ont maquillé le désastre avec leur bulle immo à la con, la bulle de l' »industrie financière », et bien sûr l’endettement public. etc.
    Les pays plus faibles d’europe ont fait de même.

    La Chine est l’ennemi absolu.

    Ils sont fourbes, on l’a dit : ils ont réussi, alors qu’ils n’étaient pas encore dans l’OMC, à nous faire faire de la dette, à nous obliger à commercer avec eux, à nous endetter comme des gorets. Vraiment trop forts et trop fourbes. Nous sommes des victimes, c’est évident.

    Dès lors, se protéger contre cette agression (hyper violente, même si sans bombe et silencieuse), relève du simple bon sens. Et pas du tout d’un débat « technique » sur l’économie.

    Et le pauvre Montebourg n’a rien à avoir. Ni Mélanchon. Ni même Le Pen… Le problème les dépasse complètement.

    Nous sommes dans un au-delà nietzschéen.

    Je pense que nous sommes plutôt dans le nimportequoi gloubiboulguesque d’un type qui recrache les mêmes balivernes faciles et cherche un ennemi simple au lieu de voir que le principal ennemi de l’Europe, c’est elle-même.

    Mais bon. Rien d’inhabituel.

    Troll.

    Il sans doute déjà trop tard.

    Résumons :
    1- nos pays européens ne peuvent pas vivre sans industrie.

    Bof. Ils vivent quasiment sans agriculture et de surcroît, le tertiaire a dépassé l’industrie depuis dix ans. S’il n’y avait pas les cons qui cherchent des ennemis en Asie et les cons qui réclament des privilèges sans arrêt, s’il n’y avait pas les cons qui préfèrent les dettes au travail, on aurait même probablement une excellente santé financière. Mais bon.

    L’économie de la « connaissance » est un cache sexe pratique, mais sans lien avec une quelconque réalité. C’est à la dire la réalité du plus grand nombre.

    Ah. Oui. Bien sûr. Coupons internet, alors.

    2- la Chine utilise l’arme mercantiliste, doublé du levier du taux de change, pour détruire nos économies. Car l’hégémonie politique est liée à l’hégémonie économique (avec du militaire en plus, mais ce troisième élément découle des 2 premiers).

    Bof derechef. Ils ont un paquets de problèmes à régler en interne avant d’être réellement dangereux (à commencer par leur ratio de Mesquida). Mais je doute que ça t’intéresse. De toute façon, le Jaune Est Fourbe, hein.

    Conclusion : il faut se protéger contre l’agression, isoler la Chine… en quittant (nous) l’OMC et reformer une « vraie » OMC (qui ne soit pas dévoyée, pervertie comme le font les Chinois) entre pays occidentaux et émergents non agressifs. Donc barrières douanières féroces.

    Et tu oublies le rôle fondamental de la marmotte.

    Face à cet objectif stratégique, et urgent, mettre sur le même plan les bêtises que pondent les socialos, les gauchistes, est une erreur HISTORIQUE que malheureusement font beaucoup de libéraux.

    Ce syndrome de stockholm à l’échelle planétaire est tout simplement vertigineux.

    TLVSAV (Tous Les Voyants Sont Au Vert)

    Ce sont les clignotants qui sont au vert, et c’est rien avec ce qui va nous arriver. Bon. Allez, assez ri. Adieu.

  6. HussardBleu

    Du point de vue théorique, je me sens parfaitement libéral, et j’ai lu avec plaisir Bastiat, par exemple, qui écrivait (comme tout le monde, ou presque, en son temps) en français, et sans jargonner.

    Ceci étant, dans un pays comme la France où nous avons 12% d’emplois industriels et 24% de fonctionnaires et assimilés, à l’inverse exact de l’Allemagne, ou peu s’en faut, comment appliquer les recettes libérales que vous exposez avec talent, sans provoquer une explosion et une révolution sanglantes ?

    En admettant même que l’effet de ces mesures soit acquis rapidement ( disons deux ans) pour en voir arriver les premiers effets salutaires, comment admettre la paupérisation d’une masse de gens dont la révolte sera l’unique porte de sortie, car enfin, il faut aussi manger tous les jours ?

    Idem pour l’immigration : j’ai souvenir d’un débat où il était indiqué que, pour un libéral, l’immigration serait acceptable sans limites, mais que le renvoi des inutiles économiques le serait également : croyez vous sincèrement que l’on pourrait ramener à exécution ces retours forcés sans employer les armes ?

    Je crois que vous parlez et écrivez pour des êtres parfaitement rationnels : or, le Français – et ce depuis les Gaulois – est singulièrement émotif.
    Comme disait Rivarol « l’émotion gagnera toujours ses procès contre la raison » : on le voit chaque jour…. hélas…

    1. comment appliquer les recettes libérales que vous exposez avec talent, sans provoquer une explosion et une révolution sanglantes

      Ah mais je n’ai jamais dit que c’était possible. En fait, en France, il est trop tard. Quand je dis CPEF, c’est parce qu’effectivement, CPEF : on va vers un bon gros coup de collectivisme tristounet, avec pénuries, délations, gens ternes et gris et du malheur en barre pour ceux qui s’accrocheront à leurs illusions.

      Après cette douloureuse période qui durera probablement quelques années, là, on en reparlera. Mais en attendant …

        1. Oui, ce sera l’humain d’abord. D’abord l’humain. Et quand il ne restera plus rien d’humain, on s’attaquera aux animaux et aux plantes. Mais d’abord l’humain.

      1. gem

        ha zut, pas vu que H avez déjà répondu, à ça m’apprendra à laisser la page ouverte 1/4 d’heure avant de poster…

  7. Martin Lothar

    H16 : félicitations pour ce billet. Je crois que dans dix ans j’en banderai encore de rire ! Merci !
    Une petite question quand même : Ne croyez-vous pas que quand les Montenbourre, les Royalesdindes ou autres Barreauloin (oui, je sais que c’est votre amant celui-là, désolé) disent « Chinois » ils pensent en fait « Allemands » ?
    Dites-moi…

  8. Thomas

    @ tlvsav & François :
    Camarades, n’oubliez jamais que vous êtes sur un site ultra neo liberal, afin d’etayer votre défense du peotectionisme n’oubliez jamais de donner des exemples où cette politique à réussi.
    Par exemple voyez comme les neo libéraux ne parlent pas de deux états appliquants une politique peotectioniste depuis toujours (sans parler de taux d’imposition élevé ou de leur SMIC) : Singapour et Hongkong…
    Avec de tels exemple comment peut on défendre le libéralisme … Oh wait

      1. Thomas

        Le protectionnisme c’est comme le socialisme, si l’on est assez con pour y croire et le voter, alors on mérite toutes les bonnes choses que ça amène 🙂

        Le pire étant que même si ils en prennent plein les dents à cause de ces mesures, ca ne restera pas en mémoire, et 30 ans plus tard, un autre génie de la politique leur parlera une nouvelle fois de cela comme solution miracle. (comment ca 30 ans c’est bien plus que l’espérance de vie de l’économie française voir de l’UE?)

        Pour les stats je suggère aussi: http://www.statistiques-mondiales.com/singapour.htm (le taux de chomage ET le taux de croissance)

        C’est étrange, j’imagine que la plupart des commentateurs du blog ont depuis longtemps voté avec leurs pieds. Pourtant la stupidité des politiques français, même en étant protéger des merveilleux résultat, est énervante au possible.

    1. gem

      nouveau conservateur. En anglais « con » c’est juste une abréviation, l’importation en français ça fait une collision rigolote avec le sens habituel du mot…

  9. Pascale

    Ce n’est pas tant les Chinois qui sont accuses de piquer notre travail que les horribles capitalistes libéraux apatrides . Les méchants de l’histoire se sont eux pour 95% Des Français , qu’ils soient de gauche ou de droite.

  10. rocardo

    Quand on lit François et l’autre,c’est comme avec le Coran selon Houellebecq:on est effondré,effondré.
    Le pire,c’est que ces « idées » sont partagées par une large majorité de Français.Y compris à l’UMP,d’ailleurs:la réponse de Fillon à Montebourg motre que pour eux la mondialisation est un phénomène inévitable,mais NUISIBLE.Pas un pour développer un discours montrant en quoi la libération des échanges marchands enrichit le monde entier,y compris les Européens et les Français.
    Il est vrai que la compréhension d’un mécanisme aussi contre-intuitif demande un QI à 3 chiffres.J’ai bien peur que le théorème Frèche ne soit juste:en politique,il n’y a aucun intérêt à s’adresser aux gens intelligents.
    Quand j’ai découverts vos billets fin 2006,h16,ils me faisaient beaucoup rire mais je trouvais que vous exagériez.Depuis,chaque jour qui passe démontre la justesse de vos vues.Je vais donc amasser de l’or,de l’argent,…et du plomb,beaucoup de plomb(je compte mettre un bulletin René Galinier dans l’urne en 2012).

  11. rocardo

    Ah oui,le discours de François(Desouche?) est typiquement ce que l’on entend rabâcher par les journaleux et les intervenants sur BFM, »radio de l’économie »(il faut que je change de calbut,là,je me suis pissé dessus de rire).

    1. deres

      Pendant ce temps là en France, après l’interdiction de l’extraction des gaz de schiste en moins de temps qu’il n’a fallu pour inventer la méthode, les cerveaux carburent déjà sur la meilleur raison de ne pas exploiter le pétrole guyanais.
      http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/developpement-durable-1/d/decouverte-de-petrole-en-guyane-manne-financiere-ou-danger-ecologique_33467/

      maintenant, en France, on a du pétrole et des idées pour ne pas y toucher !

      1. fifou

        Personne a dit de ne pas y toucher

        On dit juste de faire attention et de pas y aller bille en tete en gros porcs irrespectueux et motive UNIQUEMENT (insistons bien sur le uniquement) par des interets a court terme

        Le Yin c’est bien mais avec du Yan c’est mieux

  12. scaletrans

    Pour ma part, j’ai pu contrôler mes sphincters.
    Quant à la machine à fabriquer à façon, ce n’est rien d’autre qu’un perfectionnement de machine à commande numérique lisant des fichiers Solid Works, Catia ou Autocad.
    Le jour où de telles bécanes pouvant fabriquer des trucs compliqués par électro-érosion, seront à portée du particulier, on en reparlera.

  13. kakaouet

    Ou du gourdon et des pulmes ! Exactement. Peut pas les saquer ses suceurs de sang. Après on s’étone de l’etat du pays : tous les assistés lui suce le sang sans vergogne, haa j’en ai la gerbe quoi ! Au bucher mitterand montebourg et ça bande de connards !

    1. Paf

      ok mais attention a l’orthographe.

      « du gouDRon et des pLUmes ! Exactement. Peut pas les saquer Ces suceurs de sang. Après on s’étonNe de l’etat du pays : tous les assistés lui suceNT le sang sans vergogne, haa j’en ai la gerbe quoi ! Au bucher mitterand montebourg et Sa bande de connards ! »

Les commentaires sont fermés.