Programme du FN : la distribution d’argent gratuit continue

Alors qu’on attend toujours un programme un peu concret et chiffré du PS, et un candidat un peu concret et chiffrable de l’UMP, le Front National de Gauche (qui est, rappelons-le, le frère ennemi du Front de Gauche National) nous gratifie d’un programme concret et n’hésite même pas à nous le chiffrer devant nos yeux gourmands. Et ça tombe bien, les chiffres, j’aime bien.

Question timing, c’est un peu raté pour Marine Le Pen, mais ce n’est pour une fois pas la faute de la principale intéressée : elle ne pouvait pas prévoir qu’une agence de notation (méchante, méchante agence) choisisse précisément cette semaine pour dégrader la France et, en conséquence, faire passer la présentation chiffrée de son programme en troisième plan de l’actualité, derrière Free (méchant, méchant opérateur télécom) et cette dégradation scandaleuse…

Avant d’analyser, regardons rapidement les grands ensembles proposés par la dirigeante du FN.

L’ensemble des calculs se base sur une hypothèse de croissance jugée « tout à fait réaliste » par la candidate allant de 0% en 2012 à 2,8% en 2017. Pour ma part, j’aurais tendance à considérer que ce 0% est un chouilla optimiste, mais bon, soit. Cependant, cette hypothèse s’additionne d’une sortie de l’euro dont on peine à voir comment elle sera menée, tant le chemin est étroit pour un retrait ordonné de la monnaie unique sans catastrophe.

Et avec ces deux hypothèses, la Marine nous gratifie donc d’une augmentation des dépenses dans la Justice, la Sécurité, la Santé, pour un coquet total de 25 milliards d’euros pardon de FN-Francs (remplaçant putatif de l’euro, hein, puisqu’on en sort, n’oubliez pas). Auxquels on ajoutera dans la même foulée une exonération des charges sociales des entreprises histoire, de 20 milliards d’euros, soi-disant compensée par une taxe à l’import. En tout cas, dans le meilleur des cas, ça nous fait une ardoise de 25 milliards supplémentaires. Et dans le pire, on explose largement les 45 milliards.

Heureusement, la candidate veut aussi tailler dans le gras en coupant de vilaines dépenses inutiles. Par exemple, la suppression de la participation de la France à l’Union Européenne économise 11.7 milliards d’euros. Là, c’est facile, puisqu’on sait assez bien ce qui sort. Elle propose aussi de limiter l’immigration et passer le quotas d’immigrés de 200.000 à 10.000, ce qui lui permet d’afficher une quarantaine de milliards d’euros d’économies avec ce poste.

Ici, je dis stop.

Réaction violente

Oui, effectivement, elle peut bien supprimer les quotas d’immigration, mais ça ne fera pas tarir, instantanément, le flux d’immigrés qui arrivent en France. Surtout des immigrants illégaux, puisque, par définition, ils se foutent des quotas comme de l’an 40. On m’objectera qu’avec tous les nouveaux milliards dédiés à la sécurité, le problème sera vite réglé. On pourra alors remarquer que jamais, nulle part, l’augmentation des moyens de l’Etat pour la sécurité n’ont abouti à une meilleure sécurité du citoyen honnête. En revanche, cela s’est toujours traduit par une augmentation notable des dérives totalitaires (c’en est même une caractéristique).

Mais le pompon de l’économie vient, d’après notre candidate, de la sortie de l’euro elle-même puisqu’elle devrait procurer, d’après des calculs dont on ne voit pas comment ils peuvent tomber même approximativement à côté de la réponse, la somme assez extraordinaire de 87 milliards d’euros.

Je le refais en plus court : vous biffez le « € » des billets de banques, vous remplacez par « FNF » par exemple, et hop, la France gagne 87 milliards d’euros (ou de FNF, on ne sait pas trop). En cinq ans. C’est démentiel. Mais il suffisait d’y penser.

Non, sérieusement, c’est bluffant. C’est au-delà du bluffant. C’est extraordinaire. Non, plus que ça. C’est … c’est … oui, voilà, c’est magique puisqu’au final, ce que veut dire Mme Le Pen, là, avec ce calcul, c’est que l’Euro coûterait à la France la somme tout de même assez fabuleuse de 87 milliards d’euros par quinquennat, soit plus de 17 milliards par an, qui passeraient donc, actuellement, dans l’utilisation de cette monnaie.

Moui, ok, soit.

Mais où ?

Dans la compétitivité perdue ? Comme les Allemands, qui ont la même monnaie et sont plus compétitifs et exportent partout dans le monde ? Ah non, zut, ce ne doit pas être ça. Dans un taux de change défavorable ? Ah bah non, nos importations et nos exportations étant en grande partie vers l’Europe, l’argument ne tient pas (en tout cas, pas à hauteur de 17 milliards). Dans l’inflation ? Heu, je ne vois pas non plus comment (mais je veux bien écouter les idées que vous, ami lecteur, vous pourriez avoir).

En revanche, on voit assez bien ce qu’une sortie de l’Euro pourrait nous coûter (en frais de change, par exemple, ou en dévaluation). Ici, peu importe le montant, il s’agit juste de montrer qu’on voit assez bien ce qu’on perd, mais pas du tout ce qu’on gagne. N’oubliez pas que la liberté d’imprimer du FNF à volonté n’est pas réellement un gain, contrairement à ce que certains gogos veulent nous faire croire (inflation, anyone ?)…

Enfin, encore une fois, le projet prône un retour à l’équilibre budgétaire pour … 2018, c’est-à-dire, encore une fois, après la fin du quinquennat. Encore une fois, il s’agit bel et bien de l’étalon en or massif qui permet de déterminer à coup sûr que ce programme est un Foutage de Gueule : aucun programme ne prétend revenir à l’équilibre aussi vite que possible, pendant l’exercice présidentiel du candidat. À chaque fois, ce dernier semble préparer le terrain pour le second quinquennat, toujours placé sous le signe du bonheur compact et complet atteint grâce à un premier quinquennat finement calculé. Et à chaque fois, l’équilibre n’est jamais atteint dans les quatre, trois ou deux ans (sans parler de la première année).

Evidemment, quelques remarques fusent déjà sur ce programme, mais la candidate s’est déjà habilement préparée :

« J’entends déjà la horde d’économistes et d’experts, vous savez les experts patentés du système, qui n’ont d’ailleurs jamais prévu la crise et contrairement aux miens d’experts, et contrairement à ceux que je consulte, venir m’expliquer que ce plan de désendettement est impossible, absurde, isolationniste, fou. »

Ce qui tombe bien, c’est que je ne suis pas économiste ni même expert, j’ai prévu la crise (comme d’autres d’ailleurs), j’ai prévu que le triple A de la France ferait un double-salto arrière carpé avec éclatage des ratiches au sol, et que ce pays avait déjà passé le point de non retour qui rend, dès lors, caduques les tentatives de rattraper le biniou avant son dégonflement définitif.

enjoy socialism

Cela me met donc dans une position confortable pour dire clairement que ce plan vaut celui du Front de Gauche National, celui du Parti Officiellement Socialiste et celui de l’Union pour un Mouvement Socialiste, ou celui du Mouvement des Étatistes Démocrates, c’est à dire rien.

C’est encore un plan qui vise à accroître le rôle de l’Etat, de la redistribution.

C’est encore un plan qui n’équilibre rien sur toute sa durée d’application.

C’est encore un plan qui oublie les fondamentaux de l’économie puisqu’il taxe à qui mieux-mieux en croyant créer ainsi des ressources alors qu’il ne fait que déplacer des sommes qui s’amoindrissent d’autant que les taxes sont lourdes.

Bref, c’est un plan voué à l’échec puisque basé sur des idées déjà testées (le protectionnisme, l’interventionnisme, le socialisme) et qu’elles ont, toujours, en tous lieux, en tous temps, foiré.

Une seule conclusion : ce programme est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires97

  1. infraniouzes

    Je ne crois pas plus au programme économique du FN qu’à celui du PS (encore sous presse) qu’à celui de l’UMP (encore au marbre). Tout ça c’est foutaises et billevesées.
    Je ne crois qu’au. . . mien qui a le mérite de la simplicité et de la rapidité. On ferme IMMÉDIATEMENT tous les conseils généraux et régionaux et on renvoie tout ce beau monde – QUI NE SERT À RIEN – chez soi. Les salariés à PaulEmploi, les élus à … rien du tout puisque, étant élus, ils ne sont pas salariés. Ils ne touchent que des indemnités et ne peuvent prétendre à des allocations de chômage… Vous me direz; c’est cruel, injuste, méchant, antidémocratique, antisocial etc. Mais les malheureux dont les entreprises délocalisent à tour de bras, c’est quoi ?
    Voilà un programme simple, percutant, efficace qui aura le mérite de plaire aux agences de notation et à tous les financiers de la terre.
    Mais fallait-il encore y penser…. (Rire de benêt)

    1. deres

      Votre idée serait une catastrophe. La plupart des élus sont des fonctionnaires en disponibilité. Tous ces pontes débouleraient donc immédiatement dans leurs administrations en réclamant des postes à hauteur de leur estime d’eux-même. Je suis certain qu’en se servant de leurs réseau, on verrait fleurir sous les six mois un nombre incalculable de nouveaux services, de hauts conseils, de haute autorité, de commissions, d’associations subventionnés, …

      1. La solution consiste à les virer purement, fermement et simplement.
        Dès lors que les Français commenceront à avoir faim, ce sera relativement simple à faire passer. En attendant, on peut être sûr que rien ne changera.
        (Regardez en Grèce : les mesures « d’austérité » se traduisent par un état qui … dépense plus !)

      2. infraniouzes

        Erreur cher ami; beaucoup sont de petits fonctionnaires, qui n’ont pas besoin d’être en disponibilité. la vacuité de leur travail et la minceur de leur responsabilité ne les contraignent pas à une présence épuisante dans leur conseil respectif. Tout n’est qu’enfumage à tous les étages, faire croire qu’on travaille comme des mineurs de fond, voilà la principale… activité de ces gens. Et beaucoup s’y laissent prendre. Ce qu’ils font (à supposer que ce soit d’un quelconque utilté) est préparé, mâché, remâché et machouillé par des fonctionnaires salariés qui sont légions dans ces barnums. Tout ce beau monde mouline à vide mais convaincu de son importance et de son « indispensabilité ». (Chic, j’ai inventé un mot nouveau).

        1. Nicolas

          « Erreur cher ami; beaucoup sont de petits fonctionnaires, qui n’ont pas besoin d’être en disponibilité. la vacuité de leur travail  »

          Voila : les fonctionnaires sont en réalité des moines Bouddhistes qui ont atteint l’extrême Vacuité ! 😉 Ca mérite bien un salaire, ca..

          OM sur toi !

    2. breizh06

      Alain Lambert (qui n’est pas un rigolo en matière budgétaire, cf. rapport Pébereau) avait proposé cela il y a un an :

      http://www.guardian.co.uk/world/2011/mar/23/french-civil-servant-bored-workforce?mobile-redirect=false

      « But even he acknowledges the difficulty, describing the changes as « about as easy to achieve as banning the kilt in Scotland » because they mean job losses for elected councillors and upheaval for the civil service.

      Lambert said he believes half of the civil service should be sacked immediately as a « wake-up call » for the country.

      « Administrations pass on their complexities to families and businesses with more and more Kafkaesque regulations, then harass them with audits which paralyse both public and private activity and initiatives, » he says.

      Lambert says reform is frustrated by the sheer size, weight and power of the civil service. « In France, these administrations dominate the political body, even become merged with it, » he says. »

      GoogleTranslate: « Un politicien puissant sur la droite de l’UMP, il était le ministre du Budget à Paris jusqu’en 2004 et a été la force motrice pour les réformes. Mais lui-même reconnaît la difficulté, en décrivant les changements comme «à peu près aussi facile à réaliser que l’interdiction du kilt en Ecosse », car elles signifient des pertes d’emplois pour les conseillers élus et de bouleversements pour le service civil.

      Lambert a dit qu’il croit la moitié de la fonction publique devrait être limogé immédiatement comme un réveil pour le pays.

      «Les administrations de transmettre leurs complexités aux familles et aux entreprises des réglementations de plus en plus kafkaïen, puis de les harceler avec des audits qui paralysent l’activité à la fois public et privé et des initiatives », dit-il.

      Lambert dit la réforme est frustré par la taille, le poids et la puissance de la fonction publique. «En France, ces administrations dominer le corps politique, même se confondent avec elle », dit-il.
      « 

      1. Nicolas

        « Lambert said he believes half of the civil service should be sacked immediately as a « wake-up call » for the country. »

        Cool !

        1. breizh06

          Il y a aussi le passage déprimant « In France, these administrations dominate the political body, even become merged with it ». #oligachie

    3. coriolan

      Peut-être…
      Mais la liberté a-t-elle un prix ?
      J’ose affirmer (et en tous cas espérer) que je préfère un appauvrissement relatif généralisé en échange d’un retour à une souveraineté qui, à long terme, se révelera protectrice de notre identité, de notre mode de vie et de notre génie propre. Et qui, pourquoi pas, nous protégra d’un effondrement général.

  2. kelevra

    desesperant de betises ce programme comme celui des autres partis, dans la surenchere socialiste c est a celui qui racontera le plus de cretineries. comme disait goebels « plus le mensonge est gros mieux ca passe ». cotoyant des ouvriers,j entend ce qu ils disent : la pluspart vont voter pour elle; elle parle de virer les etrangers, les ouvriers travaillent pour un salaire pas tres eleve et ils voient les nouveaux arrivant vivre mieux qu eux sans rien faire grace aux aides. et surtout les 35h n ont rien apporte aux ouvriers au contraire meme, ils travaillent moins en effet mais les salaires sont restes bloques depuis 10 ans.
    de plus les ouvriers sont en premiere ligne face aux delinquants dans les cite, et il faut bien le dire ces delinquants sont essentiellement noirs et arabes, l islam venant se greffer par dessus tout cela, le vote FN ne peut que progresser.

  3. g.gekko

    Ben 100% d’accord avec toi pour leur programme.

    Mais si je veux rester en France, et pas partir aux states pour choisir Ron Paul, quel est, à ton avis le moins pire des clowns qui se présentent?

    Moi je suis effaré de voir qu’il n’y a aucun candidat pour proposer moins d’impôts, moins de charges et moins d’état…

    1. Aucun. Si je dis CPEF, c’est notamment à cause de ça. Il n’y a pas d’homme providentiel. Il n’y a qu’une enfilade de clown.
      Tu peux voter pour celui ou celle qui accélérera le mouvement, si tu veux. Ça fera gagner du temps.

      1. gem

        C’est ce que j’envisage sérieusement. MLP est le bon cheval pour ça. Parce que MLP ne sera jamais élue, même si elle arrive au second tour elle y perd contre tous les autres.
        L’avantage, c’est que l’élu qui gagne elle ne gagne pas vraiment, comme Chirac l’a montré il n’aura ni la légitimité ni les couilles d’appliquer son programme de merde, même avec une majorité parlementaire.
        MLP c’est le vote blanc amélioré.

        1. something

          Le vote MLP a aussi l’énorme avantage d’emmerder la bien-pensance toutes tendances confondues, et surtout la gauche, comme jamais un bulletin blanc, une abstention ou un BdE ne pourra le faire car c’est un vote exprimé et donc un désaveu cinglant pour toute cette saloperie. Pour cette raison je l’envisage aussi parfois bien que sans enthousiasme.

      2. NEV

        Je le dis et le répète, en votant systématiquement pour les plus petits (et ne surtout pas s’abstenir), un minuscule parti ou une tête inconnue (je ne connais pas les détails en France donc excusez moi si certaines choses ne s’appliquent pas), le peuple pourrait donner un signal clair qu’il est prêt à soutenir une personne aux idées radicalement différentes du troupeau de clowns.
        D’abord montrer que le peuple demande le changement, ensuite l’offre arrivera d’elle même.

        1. Pod

          Je souscris; ce type d’initiaitive permet de conserver positivement le symbole du vote tout en évitant (et en désavouant) les cohortes de bras cassés du sérail socialiste plus ou moins rouge, autrement dit, plus de 99% de l’offre proposée à ce jour.
          (Il n’y a donc plus que les fonctionnaires de gauche à voter ?)

    2. Maleypart

      C’est invendable en France, où une augmentation moins rapide de la masse salariale du secteur publique (et non une baisse), suite au non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2 est « ultralibérale », « casse du service publique », etc…

      Quand j’en discute avec des amis, une fois les (vrais) chiffres sur la table, ils tombent des nues.

      Mais continuons comme ça, après tout l’argent pousse sur les arbres, et Laffer est un dangereux charlatan.

      1. Nord

        « Mais continuons comme ça, après tout l’argent pousse sur les arbres, et Laffer est un dangereux charlatan. »

        +1, évidemment!

  4. Pere Collateur

    C’est une perte de temps de commenter ce programme.
    Son role est de faire paraître le FN fréquentable. C’est tout.

    On ne passe pas comme ca d’idées vaguement « libéral » (on se souvient du cheque éducation de Le Pen père) à la défense de l’état et du fonctionnariat.

    En admettant que le FN arrive au pouvoir, tout cela sera jetté à la corbeille et on en reviendra au discours de base: Zero immigration Africaine et liquidation du fonctionnariat, car c’est ce que l’élècteur du FN espère.
    Pour l’europe, pareil, il n’y a aucun intéret d’en sortir. On aura peut etre un peu de remu ménage sur Schengen, mais sans plus.

    Vous avez perdu votre temps en vous penchant sur cet affichage. Mais bon, comme on aime bien vous lire…. ^^

    Et ca vaut aussi pour les autres zozos qui concourent pour le même maroquin.

    1. Pascale

      Certes mais quand on lit les commentaires sur les sites FNophiles, on s’aperçoit que la haine du riche (les capitalistes apatrides, les financiers, etc) et des profits (j’y ai même lu un commentaire qui préconisait une échelle des salaires tout le monde confondu, entre 1 et 6) les rapprochent trop de la gauche, de l’extrême gauche et finalement de la bien-pensance chez lesquels il est de bon ton de s’indigner contre les inégalités de revenus.

      C’est un esprit déplorable de voleur qui, avec ses certitudes de constructiviste, ne voit même pas où se situe le problème moral et éthique de délester certains du fruit de leur travail et de leurs efforts pour le « redistribuer » aux autres.

      Comme c’est l’ambiance générale dans tous les partis et dans tous les esprits (sauf chez les libéraux), MLP s’est formatée sur cette « bien-pensance ». On ne crie plus trop « haro sur l’immigré » mais « haro sur le riche ».

      Comme toute idéologie socialiste, elle génère la haine de l’autre en dressant les uns contre les autres. Avant c’était l’immigré contre le Français, maintenant c’est le riche contre le pauvre (ou les supposés tels). Elle a simplement fait se déplacer cette notion de monter les gens les uns contre les autres.

      J’ai entendu un jour Besancenot expliquer que la droite ne voyait les gens que de manière bipolaire (ou manichéenne) et articulait ses arguments autour de la séparation entre immigrés et Français. Il avait oublié de dire que la gauche, elle, elle sépare tout le monde autour de la notion riche/pauvre.

      Bref, seul le libéralisme me semble réellement humaniste, puisqu’il respecte l’individualité de chacun, son travail et sa propriété privée. Seul le libéralisme n’est pas dans une dichotomie et considère l’Homme dans son essence, et non pas à travers ses possessions ou ses richesses ou ses origines.

      1. Nicolas

        Il y a une grosse parti du FN qui est constitué de mec de Mai 81 baisés par les Socialo qui leur ont préféré finalement les immigrés..

        Donc, ils sont pour le socialisme, mais avec eux qui touchent les sous sous plutôt que les autres.

        « délester certains du fruit de leur travail et de leurs efforts pour le « redistribuer » aux autres. »

        Le distribuer, ca suffira. Di re redistribuer, c’est laisser entendre qu’il y a eut une distribution (par qui ??) et une erreur (à corriger)..

        « On ne crie plus trop « haro sur l’immigré » mais « haro sur le riche ». »

        Ca fait ‘achement longtemps qu’on insulte le riche. J’ai un livre de la Pléiade. Dans le tome sur Beaudelaire, le gars chargé de l’édition s’étonne que Beaudelaire n’est pas dénoncé les parasites sociaux, les bourgeois -et sans doute parce qu’il en était lui même un, blalbla.
        Le type n’a pas l’air de se rendre compte de l’hénormité qu’il écrit !

        « Elle a simplement fait se déplacer cette notion de monter les gens les uns contre les autres. »

        C’est le résultat inévitable du socialisme. Puisque plus de 80% de ton revenu dépend en définitif de l’Etat et pas de ton travail/épargne, la priorité, c’est la lutte politique pour le contrôle de l’Etat. Le reste, on s’en fou.
        Evidement, c’est suicidaire, mais bon, c’est Darwinien.

        1. Pascale

          «  »On ne crie plus trop « haro sur l’immigré » mais « haro sur le riche » » »
          Mais c’est récent au FN. Même si ça ne l’est pas dans l’âme française.

      2. Pere Collateur

        Certes, vous avez raison.
        La crise, le chomage, le manque d’argent, tout ca concours à envier et voir meme à hair les derniers des mohicans qui ont encore 3 copecs de plus que le lambda.
        C’est plutôt humain comme réaction. Ca ne dépend pas de son éventuelle étiquette politique.
        De plus, comment en vouloir à celui ou celle qui, étant dans la mouise, nourrit du ressentiment envers ceux qui n’y sont pas.
        Bref, je ne suis pas sur du tout que le trait marquant de l’élècteur potentiel du FN soit la haine du riche ou supposé riche.

        Cependant, il faut bien comprendre que parmis ces gens il y a maintenant le gros des troupes de la classe moyenne/moyenne sup, qui bosse dans le privé.
        Et ce qui les font enrager, c’est de se faire tondre pour financer tous les autres: Richers rentiers, retraites dorées de baby boomer, immigrés en mal d’allocations, fonctionnaires sert à rien, j’en passe et des meilleurs… Alors qu’eux n’ont droit à quasiment aucun avantage…
        Voilà ou se trouve, à mon avis, ce qui caractérise le mieux les millions de gens aui vont voter pour le FN en avril, mai et juin.

        Et j’en reviens à ce que je disais précédemment, le programme présenté ne refletant absolument pas les apiration des sympatisans FN, il n’est donc là que pour des raison médiatiques, ou il faut montrer patte blanche pour se faire inviter.
        Vous remarquerez que ca marche, puisque des repésentants FN sont maintenant invité un peu partout, sans que ca choque plus que ca.

        1. Nicolas

          « Richers rentiers, retraites dorées de baby boomer, immigrés en mal d’allocations, fonctionnaires sert à rien, j’en passe et des meilleurs…  »

          Les riches rentiers, comprendre les gens qui donne à manger aux autres, qu’on a voulu « euthanasier » et qui ont du fuir le pays, seraient coupable de quelque chose ???

          C’est tout de même pas la faute d’Einstein s’il a du quitter l’Autriche, merde !

          Les socialistes, ils sont décidément incroyables..

        2. Pascale

          « Humain, trop humain » Nietzsche

          Enfin, perso, je ne suis pas jalouse des milliardaires et il ne me viendrait pas à l’idée une seconde d’aller les voler.

          @ Pére Collateur
          «  » »Bref, je ne suis pas sur du tout que le trait marquant de l’élècteur potentiel du FN soit la haine du riche ou supposé riche. «  » »
          Ce n’est pas le trait marquant mais c’est devenu un trait important très socialoïde, très dans la mouvance moutonnière actuelle. Au niveau des idées le FN est parfaitement rentré dans le système.

      3. stilicon

        « Bref, seul le libéralisme me semble réellement humaniste, puisqu’il respecte l’individualité de chacun, son travail et sa propriété privée. »

        ->archi bravo, Pascale. +1 ! pour ça et le reste de votre commentaire.

        En adoptant une vision libertarienne du monde, j’ai fini par voir tous les autres courants de pensée politique contemporains comme de vils utilitaristes et finalement, pour dire les choses crûment, comme des néo-esclavagistes, qui, bien souvent, n’ont pas même conscience de l’avilissement moral dans lequel ils sont tombés.
        Et cela me fait penser que la première ligne de défense de la liberté devrait passer aussi très simplement par un ostracisme social plus rigoureux à l’encontre de tous ces voyous, institutionnels ou pas, qui prétendent nous asservir. Traiter un fonctionnaire comme une personne respectable, c’est déjà collaborer.

        1. Un bémol cependant : l’état est, maintenant, partout. Il diffuse ses subventions, le capital volé à droite et à gauche, et ses largesses, facilités, prébendes, partout. Tous, à un moment, nous en avons profité. Un étudiant qui aura eu accès à l’école « gratuite », un chômeur, et même un prestataire de services pour une institution d’état, est alors mouillé.

          J’aurais tendance à souscrire au propos concernant les politiciens, dont la fonction, par nature, est d’asservir les autres à leurs desideradata.

  5. daredevil2007

    Toujours aussi bon de vous lire de bon matin, Hash… Pour votre constat, rien à ajouter…

    P.S. petites corrections « soit-disant = soi-disant » ; « Auquel on ajouter dans la même foulée = auxquels on ajoute dans la même foulée »

  6. Le Gnome

    De tous les programmes, il n’y en a pas un qui propose moins d’Etat, moins de dépense et moins d’interventionnisme.

    Je vais commencer à me renseigner sur les dates d’ouverture de la pêche à la truite.

      1. Le Gnome

        Il faudrait déjà qu’il y ait un candidat. Or, il n’y en a aucun. D’aucuns essayent de présenter Bayrou comme libéral, ce qui me fait doucement rigoler. Jaune.

    1. Stéphane

      « De tous les programmes, il n’y en a pas un qui propose moins d’Etat, moins de dépense et moins d’interventionnisme. »

      Ce genre de choses s’imposera de lui-même lorsque l’Etat sera à court d’argent gratuit.

      Les programmes politiques sont une forme de spectacle fantaisistes et il faut les prendre comme tels.

      1. Maleypart

        « Ce genre de choses s’imposera de lui-même lorsque l’Etat sera à court d’argent gratuit. »

        Il imprimera alors des billets de monopoly, sortant de l’euro et de la rigueur allemande pour continuer ses délires quelques temps… on aura enfin nos avenues à la gloire des gouvernements Weimar ou Mugabe, qui ont permis, eux, à leurs population d’être très rapidement milliardaire.

        Il ne faut pas se leurrer, notre pays est drogué à l’argent gratuit, et il fera tout pour ne serait-ce qu’une petite minute de plus de « trip »…

        1. Stéphane

          Certes, certes.

          Mais j’oubliais de mentionner que ce genre de spectacle ne s’apprécie que depuis une certaine distance de l’épicentre 😉

      2. Before

        Je ne suis pas aussi optimiste. Je crains fort que lorsqu’on arrivera à la fin de l’argent gratuit, c’est une poussée encore plus forte de socialisme à laquelle on assistera : ne jamais oublier que nous sommes en France !

        Ensuite, peut-être, on reviendra à la raison, mais après des années d’énormes difficultés…

        1. Nicolas

          « Je crains fort que lorsqu’on arrivera à la fin de l’argent gratuit, c’est une poussée encore plus forte de socialisme à laquelle on assistera : ne jamais oublier que nous sommes en France ! »

          Peronisme ?

        2. gem

          oui, on pense forcément à l’Argentine, qui était à la fin de la 2nd guerre mondiale sur le podium en terme de revenu/richesse par tête. Ce grand malheur consumériste a heureusement été dompté par de judicieuse réformes nationale-socialiste (Péronisme).
          La France est en déclin depuis … longtemps. Mais comme on partait de très haut ça ne s’est pas vu, et on peut encore descendre très, très bas avant que ça ce voit assez pour justifier un renversement de la vapeur, qui n’est même pas sûr, en plus. Quand on croit avoir toucher le fond il y a toujours assez de cons aux manettes pour trouver encore le moyen de creuser.

  7. XAVIER

    il y a des bonnes choses dans ce programme,dommage que cette candidate se sente obligée de faire ces incantations etatistes/protectionnistes.
    et bien sur dommage qu’elle se sente obligée d’être aussi évasive et modérée sur les solutions.

    la république oligarchique a tué la population française et les instruments de productions français.

    les deux sont liés et les tous autres candidats y ont participé :le fn non.

    a ce titre il est plus légitime que les autres partis (tous) pour parler de ça.

    1. Le FN n’y a pas participé car il a été tenu à l’écart du pouvoir, pas parce qu’idéologiquement, il pourrait s’en écarter. Ce parti désire ardemment taper dans le pot de confiture mais il a besoin d’un tabouret pour l’atteindre. La crise lui offre le début de ce tabouret, je pense.

    2. Nord

      Allons, allons! s’il y a bien quelques éléments intéressants, il y a surtout une belle et grosse facture impayable malgré les gesticulations Lepéniennes, faut quand même pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages! Lesdits éléments intéressants ne sont pas finançables, et l’argent qu’elle propose de ne pas dépenser (prestations sociales, sortie de l’Euro, etc) ne permettra aucunement de couvrir les coûts. Et au-delà il y a une dérive totalitaire qui me déplaît fondamentalement, je ne reviendrai pas là dessus.

      Alors après, oui effectivement on peut naturellement envisager le vote FN comme un bulletin blanc amélioré, c’est pas con …

      1. XAVIER

        EUH « totalitarisme »
        -c’est bien le candidat/president sarkozy qui a supprimé les dernieres possibilité d’achat d’armes à feu libres et qui essaie encore de restreindre actuellement
        -c’est bien l’ump et le ps qui ont mis en place la biometrie , cni nouvelle formule
        -qui ont essayé de lancer une grosse surveillance de l’internet
        -la généralisation des cameras , la carceralisation de la société (encadrée de vigiles comme de shooligans de foot)(mobilier publique transparent anti bombes ,grilles etc)

        ça c’est l’ump et le ps qui l’ont fait .

        la dictature c’est de ne pas pouvoir marcher librement dans la rue . cet etat ne garantit pas ce droit en france jusque dans les centre villes au nom du vivreensembleuh

        1. Nord

          Euh non, « totalitarisme » au sens politique, c’est à dire en gros que toute explication (et partant: toute solution) trouve sa source dans une seule et unique grille de lecture. Wikipédia dit: « Le totalitarisme est le système politique des régimes à parti unique, n’admettant aucune opposition organisée, dans lequel l’État tend à confisquer la totalité des activités de la société. […] le totalitarisme signifie étymologiquement « système tendant à la totalité, à l’unité. »

          Je vais me faire plaisir en point-Godwinant alègrement: le chômage? c’est la faute aux juifs. l’insécurité? c’est la faute aux juifs. les glaïeuls ne fleurissent plus? c’est la faute aux juifs.

          Il ne faut pa réduire le totalitarisme à la dictature, qui n’est finalement que l’une des formes possibles d’organisation socio-étatique. C’est en ce sens d’ailleurs que je n’hésite pas une nanoseconde à qualifier l’écologisme de totalitarisme, mais pas forcément de dictature.

          Il ne faut pas perdre le sens des mots, ni les dévoyer: la dictature, ce n’est pas comme vous le dites « ne pas pouvoir marcher librement dans la rue ».

          Alors oui, bien sûr vos exemples sont pertinents en soi, mais ils ne sont le fait que des partis ayant eu accès au pouvoir, ce qui n’est pas le cas du FN, enfin pas à l’échelle nationale. C’est donc normal que ce ne soit pas le FN qui …

        2. Nicolas

          « Le totalitarisme est le système politique des régimes à parti unique, n’admettant aucune opposition organisée, dans lequel l’État tend à confisquer la totalité des activités de la société.  »

          Pas terrible comme déf (cf Arendt)..

          « Je vais me faire plaisir en point-Godwinant alègrement: le chômage? c’est la faute aux juifs. l’insécurité? c’est la faute aux juifs. les glaïeuls ne fleurissent plus? c’est la faute aux juifs. »

          Les juifs ? C’est la faute au juifs !
          (Bein oui, ils se reproduisent socialement -ce qui d’après Karl Marx est très très mal..)

        3. Web et SEO

          « -la généralisation des cameras , la carceralisation de la société (encadrée de vigiles comme de shooligans de foot)(mobilier publique transparent anti bombes ,grilles etc) »

          et vu combien MLP est prête à dépenser en matière de sécurité, à mon avis elle ne compte pas s’arrêter là.

    3. Théo31

      La seule motivation de la famille Le Pen est de pouvoir tremper sa cuillère dans la grande gamelle de soupe d’argent gratuit des autres dont elle est exclue depuis 40 ans. Comme tout socialiste qui se respecte, c’est la jalousie qui motive la mère Le Pen.

      On ne peut pas se dire anti-système et mettre tout en oeuvre pour en faire partie. Mais bon, les socialistes et la cohérence…

  8. XAVIER

    -je pense aussi que le fn n’a pas achevé sa mue …ou n’a pas encoré été remplacé par un vrai parti

  9. XAVIER

    « Ce parti désire ardemment taper dans le pot de confiture mais il a besoin d’un tabouret pour l’atteindre. La crise lui offre le début de ce tabouret, je pense »

    « taper ds le pot de confiture  » peut etre certains dirigeants… Le gros des militants (d’un parti purgé et repurgé) non . on parle de gens qui basiquement se font cracher dessus ou autre quand ils tractent

    « la crise » cette expression me semble etrange …et etonnante de votre part.

    en toute objectivité avec des médias normaux et d’autres dirigeants (moins autocrates) (les histoires de « dérapages »n’etant que des prétextes) ce parti serait plus haut dans les votes.

    Reste l’extreme inquietude de l’empilation de lois et de réglements securitaires votées depuis 5 ans dans l’indifférence générale par l’ump et le ps …

    …quand on couple ça avec le discours ultra gauchisant « ah ça ira ça ira les aristocrates à la lanterne »….

    ….on se dit qu’on aura peut etre bien un 4 aout 2012

  10. daredevil2007

    Tiens, Hash, que pensez-vous de ceci : « Ainsi, un État ne fait jamais défaut car il ne PEUT véritablement plus lever des impôts, il fait défaut car il ne VEUT plus rembourser, car il a plus d’avantages à cesser de rembourser qu’à continuer. C’est sans doute cynique, c’est la “raison d’État”, et tout un chacun a le droit de trouver cela malsain. C’est pour cela que je suis contre la dette publique.

    MAIS on n’a pas le droit de jeter des monceaux d’anathèmes sur les États : c’est la règle du jeu, elle est fixée depuis des siècles – que dis-je, plusieurs millénaires – aux prêteurs de faire attention et d’être prudents. Je trouve lassant cette ritournelle contre les États “impécunieux” (qui se sont simplement endettés pour payer des intérêts aux plus riches, soit-dit en passant), sans JAMAIS parler de la responsabilité des emprunteurs.

    Car oui, pour moi les fautifs sont essentiellement les prêteurs – parfois à leur corps défendant, c’est vrai. Mais il est dans la NATURE HUMAINE, des politiques, des États, de préférer faire de la dette que d’être rigoureux. Comme pour un ménage. Si les prêteurs jouent le jeu de le dette, comme un simple “COFITELEM” endettant à outrance des smicards, et bien qu’ils prennent leurs pertes au moment du défaut. Ne me dites pas que le prêteurs à la Grèce en 2007 ne pouvaient pas savoir qu’elle truquait ses comptes, n’appelait pas les impôts nécessaires ou n’avait pas de cadastre, je me rappelle des débats à ce sujet au moment de son entrée dans l’euro en 1999… Je ne me serrerai pas la ceinture pour eux, à chacun d’assumer les conséquences de ses choix… »
    tiré de blog :
    http://www.les-crises.fr/perte-du-triple-a-france/

    Comment justifier la spoliation en 2 leçons, elle est pas belle la vie 😉

    1. Ben voilà : les états qui s’endettent, c’est la règle du jeu…

      Moi, je dis : « On ne peut pas reprocher à la justice d’être laxiste et de relâcher des criminels : c’est la règle du jeu que certains tuent, violent, pillent. C’est aux victimes d’êtres prudentes ! C’est dans la NATURE HUMAINE de dépouiller et se faire dépouiller ! »

      Les irresponsables et les imbéciles, toujours les plus nombreux, auront toujours raison quand il s’agit de jouer à celui qui gueule le plus fort.

    2. Nicolas

      Bof, moi je te calme ce genre de propos en rappelant que dans la dette, il y a la Sécu et les retraite (Ta da !) et que oui, ils vont se faire enculer à sec par l’Etat, que c’est dans la nature des choses, et tant pis pour ceux qui ont fait confiance à l’Etat pour se soigner et/ou pour leur vieux jours.

      En général, le mec reste coi après ce genre de pavé 😉

    3. Nicolas

      « Diplômé de l’Institut de Science Financière et d’Assurances et de l’EM-Lyon, parisien, je suis membre du Conseil d’administration de l’Institut des Actuaires, qui représente cette profession de référence en termes de gestion du risque dans la finance et l’assurance. »

      Hum, ca serait pas en plus l’un des responsable de la crise, ce type ?
      Et DSK et son complice : A MORT !!!

    4. Macsime

      Du calme, il n’y a pas que du mauvais dans ce message :

      « Si les prêteurs jouent le jeu de le dette, comme un simple “COFITELEM” endettant à outrance des smicards, et bien qu’ils prennent leurs pertes au moment du défaut. »

      Ça, par contre, ça fait plaisir à entendre.

      1. Un COFITELEM, comme il dit, c’est souscrit par un type qui prend un risque et qui est responsable devant la loi d’avoir pris ce risque.
        Il y a (heureusement) des millions de smicards qui ne prennent pas ce risque. Ceux qui l’ont pris et qui veulent s’exonérer de leur responsabilité sur le mode « oui mais on m’a mis un flingue sur la tempe », pardon, mais non.

        J’en ai déjà parlé plein de fois sur ce blog. L’endettement n’est pas une fatalité : des millions de familles sur des centaines d’années me sont témoin.

        1. Macsime

          Certes, et je te lis depuis assez longtemps pour le savoir. Je suis d’accord avec l’idée que protéger de trop les emprunteurs, c’est favoriser l’irresponsabilité et donc l’abus d’argent gratuit.

          Mais tu ne m’ôteras pas de l’esprit que la faillite de préteurs qui prêtent à des personnes à des taux inférieurs à ceux normalement dicté par le marché (et donc plus facilement acceptable par ces Etats Smicards) parce qu’il savent qu’ils courent un risque inférieur voire nul (Too Big To Fail), est un mécanisme de régulation du marché au même titre que la responsabilité des emprunteurs.

          Normalement, dans le cas d’espèce qui nous intéresse, les taux d’intérêts de certains pays européens auraient du grimper progressivement bien avant. (Et si mes souvenirs sont exacts, c’est même toi qui en avait parlé, de cet effet pervers de la corrélation des taux de toute la zone Euro sur le taux le plus bas : l’allemand.)
          Peut-on vraiment exonérer les établissement financiers de toute leur responsabilité pour avoir accepté des taux aussi bas? Leur perte en cas de défaut serait-il une injustice absolue? Je ne dis pas que c’est souhaitable (parce que si ils carafent, on carafe aussi), mais ça ne parait pas si choquant.

          Pour les « smicards irresponsables » c’est un autre débat car comme tu le dis, la proportion d’irresponsables est tellement faible (enfin 700 000 dossiers de surendettement, ca fait du 1% et des brouettes quand même…) qu’il n’y a pas d’augmentation assez substantielle du risque encouru par les créanciers (Cofitelem XD) pour faire hausser les taux de façon à défavoriser ces emprunts irresponsables. Encore une fois, seul remède : l’éducation.

          1. « Peut-on vraiment exonérer les établissement financiers de toute leur responsabilité pour avoir accepté des taux aussi bas? »

            Toute, non. Mais il ne faut pas oublier que ces établissements, pour la plupart, n’avaient pas le choix (Bâle).

            Et pour l’éducation, la faillite (personnelle, ici) en est une forme. Elle est impossible si on est déresponsabilisé.

        2. Nicolas

          « qu’il n’y a pas d’augmentation assez substantielle du risque encouru par les créanciers (Cofitelem XD) pour faire hausser les taux de façon à défavoriser ces emprunts irresponsables. »

          De toute façon, ce sont les emprunteurs honnêtes qui payent pour les autres.

          Faudrait rétablir un peu de prison pour dette, 5 ans, ca calmerait les cinglés..

  11. Pascale

    «  » »qui se sont simplement endettés pour payer des intérêts aux plus riches, soit-dit en passant) » » »

    Il est bien évident que se sont les riches qui peuvent prêter puisqu’ils ont de l’argent. Le fait d’être riche ne signifie pas qu’ils doivent prêter leur argent GRATUITEMENT.

    1. Nicolas

      Bof, même pas. Les banques prêtes l’argent des comptes bancaires.
      Ca aussi faut le rappeler.

      Parce que les jolies discours s’effacent lorsque les gens prennent conscience que la banque risque de leur étouffer leur salaire du mois parce que la Grèce ne rembourse plus..
      Ainsi, une banque ne fait jamais défaut car elle PEUT véritablement toujours étouffer l’argent de ses clients, elle fait défaut car il ne VEUT plus rembourser, car il a plus d’avantages à cesser de rembourser qu’à continuer. C’est sans doute cynique, c’est le Business, et tout un chacun a le droit de trouver cela malsain.
      MAIS on n’a pas le droit de jeter des monceaux d’anathèmes sur les Banques.
      c’est la règle du jeu, elle est fixée depuis des siècles – que dis-je, plusieurs millénaires – aux client prêteurs de faire attention et d’être prudents. Je trouve lassant cette ritournelle contre les Banques imprudente (qui se sont simplement endettés pour pouvoir rembourser les dépôts de leur clients, soit-dit en passant), sans JAMAIS parler de la responsabilité des clients.
      Car oui, pour moi les fautifs sont essentiellement les clients des banques – parfois à leur corps défendant, c’est vrai. Mais c’est le Bussnes.

      Sinon, les emprunt d’Etat, c’est aussi l’assurance vie, 41 millions de comptes (!) en France. Ca fait beaucoup de riche, dites donc !

  12. Pod

    Je souscris tout à fait aux commentaires rédigés plus haut concernant le repositionnement de ce FN qui a fait bouger les lignes de son discours en passant des (très très) méchants immigrés aux (très très) méchants riches; la base collectiviste assistée a ainsi une nouvelle rengaine à mettre dans ses oreilles rougies… Ce changement de chanson démontre toute la duplicité de ce parti improbable, prêt à investir tous les interstices de la médiocrité ambiante.

    CPEF : grave grave mon pote…

    1. Nicolas

      Le tout Etat, ca ne marche pas. Mais ca fait 40 ans que, plutôt que d’en prendre acte, le peuple cherche un sauveur qui fera enfin fonctionner correctement le bastringue, et est très décu. Il peut encore attendre longtemps..

      Malheureusement, l’Etat est vissé dans le crâne d’une maniére indélébile :

      « -Bref, revenir à un Etat libéral, comme en 1850/1860.
      Rédigé par : Nicolas | le 16 janvier 2012 à 06:13 | Répondre | Alerter |

      -Un état libéral basé sur de grands travaux et une politique de fort engagement gouvernemental dans la vie économique…

      Haussmann (avec une volonté de socialiser les constructions, premiers HLM, et oui…), les chemins de fer (qui bien que privés, étaient régis par une réglementation stricte), canal de Suez,…

      Il est vrai que la tendance était libérale. Mais tous s’accorde à dire, que c’était une politique libérale fortement étatisée. Et de nature saint-simoniste. Donc pour l’ultra-libéralisme, on repassera. »

      heu..? Comment dire..

  13. XAVIER

    -je souscris au constat de l’etat maman omniprésent (donc soft totalitaire)
    -« c’est la règle du jeu que certains tuent, violent, pillent. C’est aux victimes d’êtres prudentes ! C’est dans la NATURE HUMAINE de dépouiller et se faire dépouiller »
    ça par contre je ne comprend pas trop …
    on va dire que le darwinisme social ,les plus gros « ferments de vie » qui bouffent les plus petits (jack london « loup des mers ») tout ça ok ….
    … apres c’est une question d’objectif et de vision de l’avenir …si les élites d’un pays/population abandonnent cette population ( abandon à la télé, consumerisme et à la tiers-mondisation -physique comme culturelle)…le résultat donnera euh une afrique du sud à la brésilienne?
    il est amusant de constater que ce principe (inaltérable) le fort mange le faible est à la fois nié et soit disant combattu (en apparence et tant qu’il concerne les peuples occidentaux) par ces mêmes élites mais entériné et favorisé dans le même temps….

    je pense que une nouvelle relation entre l’etat et lapopulation est en train d’appraitre en europe…sur les résultats donnés par 60 ans de social démocratie consumériste….

    pour la france ben …le prochain président /majorité risque de devoir solder les comptes et les apurer ….à tous points de vue

    1. C’était en référence à l’article cité plus haut qui fait la même erreur de raisonnement.
      Non, les gens qui commettent des fautes SONT responsables, et NON PAS LES VICTIMES.

      Même si le meurtre et le vol font partie de la nature humaine, les responsables sont pourchassés. Donc les emprunteurs qui ne remboursent pas, c’est peut-être dans leur nature, mais ils doivent tout de même être condamné.

    2. Nicolas

      « il est amusant de constater que ce principe (inaltérable) le fort mange le faible est à la fois nié et soit disant combattu »

      ?? On n’est pas en Afrique, hein ?

      Maintenant, redonnons leur sens aux mots. Il ne s’agot pas de fort, Bill Gates ne soulève pas de la fonte, mais d’intelligence.
      Et personne ne mange personne. Les idiots sont bien content de pouvoir avoir des ordinateurs alors qu’ils n’y sont pour rien du tout dans leur advenue.
      Par contre ils ne seront pas milliardaires. Leur problème.

      « si les élites d’un pays/population abandonnent cette population  »

      C’est le cas : 35% de l’économie française a été vendu pour permettre à l’élite de partir. Il faut bien que la minorité se défende comme elle peu de la spoliation de la majorité, l’exemple des juifs (qui eux à l’époque sont resté) n’étant pas probant.

      Les français sont à poils, mais ne le savent pas, et continue leur discours et pratiques de braconniers. Tant pis pour eux. Leur niveau de vie à déjà baissé en valeur relative, maintenant ca va être absolument : Bill Gates n’a pas besoin de la France et peu vivre ailleurs.

      1. Théo31

        « ?? On n’est pas en Afrique, hein ? »

        Pas besoin d’aller en Afrique. Le socialisme est un tribalisme.

  14. XAVIER

    « Il ne faut pas perdre le sens des mots, ni les dévoyer: la dictature, ce n’est pas comme vous le dites « ne pas pouvoir marcher librement dans la rue » ».

    eh bien la majeur partie des electeurs et des medias et politiques devoient ce mot dans ce cas 🙂 . et la majeur partie de ces intervenants ne cessent de parler de dictature et de république en danger….

    PS /et je vous remercie de ne pas meler « les juifs » à ça ,FRANCHEMENT LOL

    1. Nord

      Et si j’étais juif? vous n’en savez rien donc 1/ je point-Godwinne comme je veux, surtout quand c’est ironique et 2/ restons-en au LOL sur ce sujet cher ami.

      Sur le terme « dictature » et ce qu’on en a fait, vous savez on n’en n’est plus là! Que pensez-vous du verbe « [s’]indigner »? Ou du substantif « [ultra-]libéral »? … hein, hein? admettez qu’on est quand même que l’usage communément accepté (par des cuistres, je vous le concède) est plutôt discutable, non? Et le « prix démocratique » dans certains magasins – comme si un prix pourrait être « démocratique » … eh bien je vous rassure: ça ne choque personne.

      C’est bien pratique d’ailleurs, la Novlangue (cf. Orwell, donc), ça évite de réfléchir … peut-être un pas vers le totalitarisme d’ailleurs.

      Mais je m’égare hors-sujet …

  15. Jacques

    Si vous avez raison sur le programme économique apparent du F.N., pour le reste, je ne suis pas certain que le F.N. soit un copié-collé des autres partis. Et là, il pourra gagner des points, même chez les libéraux ou apparentés. Ne serait-ce que par sa capacité éventuelle de renverser la table politicienne actuelle. La table rase serait une manière de remettre les pendules à l’heure, quelque part. Et de toute façon, on va à la faillite et à la plus grande pauvreté, autant choisir, donc, sa manière d’y aller !

    Ceci dit, la situation géopolitique actuelle est encore moins réjouissante que la situation politique et économique du pays. Outre la faillite, nous aurons probablement aussi la défaite et l’occupation. Et l’occupant n’aura rien de libéral, à coup sûr. Autant se mettre dans le camp le moins mauvais, celui de ceux qui aiment leur pays, même si leurs idées ne sont ni libérales ni libertaires. Ce ne sont pas les libéraux qui se distinguent en temps de guerre, de toute façon; ce n’est pas le libéralisme qui fait la Résistance, ce ne sont pas les libéraux qui décrochent les victoires non plus, ce sont ceux décidés à combattre le mal, quel qu’en soit le prix!
    C’est juste tant mieux si quelques uns ou beaucoup parmi eux sont des militants de la liberté.

    Enfin, je crois que le temps n’est plus aux chaisières, ne vous en déplaise.

  16. pi31416

    Ah! je reconnais dans le programme économique du FN la douce France de mon enfance qui carburait à la monnaie de singe, dévaluation sur dévaluation sur dévaluation.

    La France Eternelle, d’ailleurs, car, à part un petit siècle d’honnêteté (de Napoléon à la Guerre de 14) qu’avons-nous vu? Des virtuoses de la planche à billet, des artistes des assignats républicains, des saltimbanques aux singeries monarchistes de John Law, et auparavant, plus simplement et toute honte bue, ch’t’emprunte ton fric et pis ch’te fais couic (le beau Philippe et les Templiers).

    Le programme économique du FN, c’est le retour aux sources de la France Eternelle. Ça eut marché (comme dirait Fernand Reynaud)… ça marchera encore.

  17. BA

    Lundi 16 janvier 2012 :

    Mario Draghi (BCE) : « Sans triple A, le FESF doit être renfloué. »

    Strasbourg (Parlement européen) – Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a estimé lundi que le Fonds de secours européen FESF, privé de sa note AAA par Standard and Poor’s, devrait être renfloué pour garder sa force de frappe en l’état.

    Il faut des contributions supplémentaires des pays encore notés AAA pour que le FESF conserve la même capacité ou puisse prêter au même taux, même après une dégradation, a-t-il dit lors d’une audition devant le Parlement européen.

    (©AFP / 16 janvier 2012 20h33)

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Draghi_BCE_sans_triple_A_le_FESF_doit_etre_renfloue160120122001.asp

    En zone euro, quatre Etats sont notés AAA.

    Ces quatre Etats AAA sont des Etats du nord de l’Europe : l’Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Finlande.

    Dans les mois qui viennent, ces quatre Etats AAA accepteront-ils de payer des contributions supplémentaires au FESF pour aider les autres Etats de la zone euro ?

  18. pascale

    Bonsoir, faut il que nous soyons désabusés pour envisager le vote fn comme vote blanc amélioré; à ce stade de la mélancolie, marine va empocher les patates…une autre solution serait possible, celle d’enrayer cette élection 2013, par un vote majoritaire (+50%) blanc. après un léger temps de stupéfaction et de bordel, je me plais à imaginer que devant l’ampleur du mépris, les cerveaux et le bon sens se remettent à fonctionner, pour et avec les français…rêve-je?
    pascale

  19. pascale

    + 50 (de blanc) au 1er tour, encore plus au second tour, de façon à ce qu’aucuns ne puissent être départagés, je m’enfonce là??

      1. pascale

        c’est gentiment dit! mais mathématiquement en y ajoutant le taux d’abstention, on parviendrait à une peau de chagrin en matière de légitimité

  20. Joseph

    Cher Monsieur, d’accord avec vous sur le poids de l’Etat, pas d’accord sur l’euro; ce que l’euro coute à l’economie française c’est de ne pas pouvoir dévaluer pour rééquilibrer les conséquence du différentiel de compétitivité avec, essentiellement, l’Allemagne. C’est la déflation et la dépression, le chômage et la désindustrialisation, qui remplacent la dévaluation.
    Avant de ricaner, lisez: Charles Gave, JJ Rosa, J. Sapir, J. Goldsmith, Ph. Villin… et on en reparle?
    Ce qui est extraordinaire c’est le nombre de gens qui ne maîtrisent pas les phénomènes monétaires et qui pérorent péremptoirement (genre « un franc égale un euro mais c’est pas possible »!) sans même essayer de se former un chouia.

    Pour votre info Nomura a évalué à 10 % la dévaluation du franc/mark en cas d’éclatement de l’euro

    1. La dévaluation n’est qu’un symptôme. Et pour votre gouverne, Gave est un libéral qui a parfaitement raison sur les causes des problèmes de l’euro (donc oui, je l’ai lu), mais je doute franchement qu’il rejoigne l’analyse farfelue de la Martine. Et question phénomènes monétaires, j’ai quelques vagues notions, manifestement bien plus solides que les vôtres qui me permettent d’affirmer que ce que raconte Le Pen, c’est n’importe quoi. Elle veut sortir de l’Euro, pourquoi pas. Mais ses calculs sont complètement faux.

      Alors oui, je ricane.

    2. Nord

      Sapir? Diantre, effectivement on est dans la maîtrise des phénomènes budgétaires, il n’y a aucun doute!

      Gave et Sapir dans le même exemple, fallait oser!

    3. Nicolas

      « ce que l’euro coute à l’economie française c’est de ne pas pouvoir dévaluer pour rééquilibrer les conséquence du différentiel de compétitivité  »

      Dévaluation : c’est pas le truc qu’on fait régulièrement sans résultat tout le long du XXéme siècle ? C’est sur : un jour, ca marchera..

      1. Nord

        Certes! Et j’ajouterai que puisque la dévaluation peut aussi intervenir du fait d’une émission supplémentaire de monnaie par la banque centrale *ET* que les Epson de la BCE tournent à plein régime (comme celles de la Fed d’ailleurs) il y a bel et bien dévaluation de l’Euro.

        Alors ce que coûte l’Euro, hein? Joseph nous sert juste une soupe insipide et bien calibrée pour gogos patentés. La France importe pas loin de 60% des biens consommés (commerce intra-européen seulement) alors le retour au Franc, la dévaluation, je me marre !!!!

        Par contre, ce que coûtent les cuistres …

Les commentaires sont fermés.