La grognasse a cogné

En ces temps agités de contestation ridicule, l’Assemblée Nationale, elle, ne refroidit pas. Pendant que les djeunzs continuent à se pignoler en groupe au rythme chaloupé de slogans immatures, entre une petite partie de babyfoot et un jam de musique bien lourd qu’un kazou n’arrivera pas à faire taire, les députés enragés collectivistes de droite, ne laissant aucun répit aux députés acharnés collectivistes de gauche, pondent encore une fois une loi empêchant les gens de faire ce qu’ils veulent.

En substance, nous revenons donc sur la sordide affaire des emplois disponibles via les enchères inversées.

Rappel des épisodes précédents : Nathalie Kosciusko-Morizet[1], commissaire aux bonnes moeurs et membre influant du politburo de l’UMP, s’était offusquée de voir qu’un site internet, Jobdealer.Net, pouvait proposer aux internautes chômeurs une alternative pour trouver un travail. En gros, une entreprise propose un travail, et ceux qui y postulent proposent leur salaire, de préférence en sous-enchérissant aux offres déjà présentes. Le principe est ici le même que l’étude des devis de plombiers (polonais ou non) et le choix du moins cher – point n’est besoin de s’étaler, j’en avais déjà parlé ici.

Cette fois-ci, après un intense lobbying de l’assemblée, la bougresse a réussi à convaincre une poignée suffisante d’élus vasouillards qu’il faut, pardon, qu’il faut absolument légiférer pour empêcher une telle chose (pas les devis de plombier, mais les enchères inversées, si vous me suivez).

Partant de ce principe, la loi L-121.10 vient de naître : il est désormais interdit (au décrêt d’application près, il me semble) de profiter du marché de l’emploi tendu en ces périodes de réjouissances syndicales pour embaucher des gens au minimum possible.

Si l’on réfléchit un peu, ceci revient, d’un côté, à présenter NKM comme la Jeanne d’Arc du Droit Du Travail, chevauchant son fidèle destrier (l’Assemblée) pour lui faire prendre la bonne direction (plus de lois) dans le but généreux de protéger les plus faibles (ceux qui n’ont pas de travail), et, de l’autre, à empêcher un industriel de mettre en place une solution pour mettre en relation des entreprises qui payent avec des gens qui bossent (ou voudraient bosser). Ceux qui n’ont pas de travail risquent donc, tout comme pour le CPE, de ne pas en trouver beaucoup plus.

Car enfin, qu’est-ce qui justifie que d’un côté, l’état puisse se permettre, lors de la passation de marchés publics, de jouer aux enchères inversées en demandant les prestations aux prix les plus bas, et que de l’autre, l’employeur ne puisse procéder de la sorte ?

On peut se réjouir de l’effort des administrations (avec une bien faible concrétisation, au passage) dans la baisse de leurs – pharaoniques – dépenses, mais cet effort n’aboutit-il pas, chère NKM, à pressurer tant et plus les sociétés de service, ces prestataires que l’état paye toujours moins ? Cela ne revient-il pas, de façon pourtant évidente, à pousser les patrons de ces sociétés qui travaillent pour vous, très chère députée, à embaucher des gens aux salaires les plus faibles possibles puisque de l’autre côté, l’état paye de moins en moins ? Et puis, députée de plus en plus chère (dans le sens coûteuse), n’aviez vous pas mieux à faire de vos émoluments, de vos moments perdus, de votre verve et de votre énergie, que de vous pencher sur d’aussi petites occupations alors que le pays, en proie à des spasmes qu’on pourrait qualifier d’agonisatoires, a réellement besoin de poigne, d’idées nouvelles et de cette liberté que vous semblez bien rapide à vouloir « canaliser » ? Hein ?

Mais ces questions d’économie et de bon sens semblent fort éloignées des réelles préoccupations de la mère NKM : ce qu’elle vise, ce n’est pas la réduction du chômage, la fin de l’exploitation honteuse par des patrons peu scrupuleux d’une masse taillable et corvéable à merci (et, pour ne rien oublier, la fin du capitaliste à haut de forme et gros cigare ventru) ; non, ce qu’elle vise, c’est l’électorat bienpensant, le bobeauf au bulbe laiteux satisfait de son combat de tous les jours contre l’inégalité, la malbouffe, les idées qui dérangent et les cors aux pieds.

Cet électorat, aisément manipulable par une presse docile toute acquise aux thèses faciles du Consensus Mou, lui, ne veut pas qu’on le choque dans ses conceptions.

Et ces conceptions sont simples, limpides, d’airain : le patron exploite – c’est scandaleux -, l’ouvrier trinque – c’est évident -, le syndicat proteste – c’est manifeste – et la loi protège – c’est nécessaire -. Les enchères inversées, c’est le libéralisme poussé à son extrême (!?), c’est le plombier polonais, la clef à molette entre les dents, venu égorger nos joints et nos tuyaux, c’est la porte grande ouverte aux tractations salariales au moins-disant (oh, mon dieu, je défaille).

Après cette interdiction de négocier le salaire à la baisse, les augmentations planifiées ne sont pas loin. Le salaire professionnel inscrit en loi, aussi. Après, pour être logique, on fixe les prix. Tous (on a bien commencé par celui du travail, autant finir par celui de l’endive ou du pain, après tout). Les tickets de rationnement ne sont plus très loin.

Et dans quelques semaines, quelques mois tout au plus, après un grand soir et un matin qui chante, alléluhiiiiiiia, chacun travaillera pour un salaire fixe, produisant des produits de prix fixe : tous égaux, enfin.

L’avenir est tout tracé, et il est merveilleux, tovarich NKM !

Yahoo! Actualités

Notes

[1] NKM pour les intimes et les impénitents de la faute de frappe dans les noms compliqués

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires8

  1. PiRm

    "Car enfin, qu’est-ce qui justifie que d’un côté, l’état puisse se permettre, lors de la passation de marchés publics, de jouer aux enchères inversées en demandant les prestations aux prix les plus bas, et que de l’autre, l’employeur ne puisse procéder de la sorte ?"

    En fait ca dépend des critères choisis pour passer le marché. Mais dans l’esprit de la loi des marché public c’est plutôt le mieux-disant qui est préconisé. Le moins-disant ne l’est que dans la cas de marchés spécifiques (marché négociés je crois)
    Cependant vous avez entièrement raison : un des perversions de la loi des marchés publique est de réduire les marges des entreprises. Mais n’est ce pas la meilleur des solutions pour éviter tant bien que mal la corrruption. Et peut on en voiloir à l’Etat d’appliquer une loi au fond assez libérale (Appel d’offre ouvert = s’inscrit qui veut). Et puis sont but est bien sur de faire des economies et de laisser aux entreprises la maitrise d’oeuvre. C’est bien une logique libérale non ?

    On peut se réjouir de l’effort des administrations (avec une bien faible concrétisation, au passage) dans la baisse de leurs – pharaoniques – dépenses, mais cet effort n’aboutit-il pas, chère NKM, à pressurer tant et plus les sociétés de service, ces prestataires que l’état paye toujours moins ? Cela ne revient-il pas, de façon pourtant évidente, à pousser les patrons de ces sociétés qui travaillent pour vous, très chère députée, à embaucher des gens aux salaires les plus faibles possibles puisque de l’autre côté, l’état paye de moins en moins ? "

    Drôle de contradiction… Les entreprises veulent offrir la prestation la moins chère (logique des marché publique ou non) et c’est sur les salaires qu’elle font des coupes… mais ne feraient-elle pas la même choses avec ou sans les marchés publique ? Ce qui justifierait des règles… humhum…

  2. Ah non ah non : si l’état s’autorise la pression sur les entités qu’il emploie (cela est normal, c’est de la bonne gestion), il est anormal qu’il empêche dans le même temps que ces entités réagissent aux contraintes qu’il impose.

    Ce qui est anormal c’est l’application systématique du Faites Ce Que Je Dis, Pas Ce Que Je Fais que nous propose une fois de plus un politique. Ou bien on impose à tous de ne pas faire d’enchères inversées, ou bien à personne. En tant que libéral, je souscris à la seconde option : pas d’interdiction : proposer ses services à moins cher qu’un autre ne nuit à personne et celui qui propose cette baisse est le seul à même de savoir jusqu’où il peut baisser ses prix. L’état n’a pas à intervenir dans cette décision, ni à fourrer son nez entre deux entités consentantes pour négocier à la baisse une prestation de service.

  3. arnaud

    @ Pirm: J’aimerais bien que tu m’explique la différence entre un mieux disant et et moins disant, car la d’ou je viens ( le bâtiment) il n’y en a pas a priori.
    Quand à la soit-disant logique libérale qui résiderait dans le fonctionnement des marchés publics, je ne suis pas d’accord. Cette bien nommée logique libérale vise à supprimer les marchés publics, donc voir une logique libérale la dedans; c’est un peu comme négocier avec un flingue sous le nez. Le problèmes des marchés publics c’est qu’on sait toujours qui va le remporter avant même que les candidats aient fait connaitre leur candidature….

  4. PirM

    "Le problèmes des marchés publics c’est qu’on sait toujours qui va le remporter avant même que les candidats aient fait connaitre leur candidature…."

    oui mais je parlais de la théorie. Parce que le principe est malheureusement dévié. Le principe théorique étant liberté (de candidatures), égalité(de traitement des offres) et transparence (des procédures), il me semble très juste.

    "Cette bien nommée logique libérale vise à supprimer les marchés publics, donc voir une logique libérale la dedans; c’est un peu comme négocier avec un flingue sous le nez"

    Oui mais en même temps, rien n’oblige une entreprise à chercher un marché avec l’Etat ou les CT. Quand elles le font elles connaissent les règles du jeu et savent très bien jouer avec. C’est donc bien libéral en ce sens.

    "J’aimerais bien que tu m’explique la différence entre un mieux disant et et moins disant"
    Effectivement dans les BTP c’est la même choses car les critères sont uniquement les critères de coùts et pour l’Etat ils sont formzlidés (prix du m3 de beton, terrassements, etc) mais dans les prestation informatique les qualitès fonctionelles d’un progiciel peuvent être privilégiées. Et quand un candidat est refusé cela doit (devrait) être jusitifé par le commanditaire de l’apelle d’offre.

  5. T.

    Je suis bien d’accord avec h16 sur son analyse. NKM m’a beaucoup déçu. Elle devrait pourtant savoir, puisqu’elle a suivi le cours de micro économie de l’Ecole polytechnique, que fausser les prix sur un marché revient à détruire de la richesse. La connaissance inutile comme le disait Jean-François Revel.

  6. Kazar

    Loi d’autant plus inutile et débile que le SMIC empéchait déjà de "sous-enchérir" sans limite. L’UMP n’est vraiment pas en grande forme…

  7. On notera, avec les dernières envolées législatives (cette dernière loi, l’ « égalité des chances », la DADVSI, la loi contre la vente à la découpe, …) que les parlementaires sont de plus en plus semblables à ces stagiaires devant un immense panneau de contrôle couvert de petits boutons, de loupiottes et de cadrans affolés qui font pouip pouip : pris de panique, ils appuient et tripotent tout en espérant arriver à calmer le truc. Etonnemment, cela emballe la machine.

    Bientôt, le panneau de contrôle va s’éteindre et l’état français va faire « pouf! ».

  8. Rocou

    Une précision pour PiRm:
    Dans le domaine du déchet, le résultat d’un appel d’offres est <b>toujours</b> celui du moins disant même si le cahier des charges prétend le contraire. Et c’est logique, il est plus facile, pour un élu de justifier son choix.
    En pratique et c’est systématique, les prix remontent par le biais "d’avenants".
    De la à penser que la corruption est généralisée…
    Mais bon, on s’éloigne du sujet. Pardon H16.

Les commentaires sont fermés.