Contribuables kamikazes

La magie de la démagocratie et de l’étatisme, c’est de permettre à chacun d’entre nous de participer activement à la vague d’attentats sanglants en Irak. Réjouissez-vous, cher lecteur : chaque jour qui passe, chaque nouvelle victime atrocement mutilée, éparpillée ou simplement choquée dans ce pays aura eu l’immense privilège d’avoir été mutilée, éparpillée ou choquée par une bombe payée de nos deniers, dans le cadre d’un mouvement sponsorisé par nos impôts.

En effet, l’évidence que personne ne voulait dire ou écrire a fini par être écrite et dite : la France a payé (chèrement) les ravisseurs d’Aubenas, de Chesnot et Malbrunot. Evidemment, la nouvelle a fui via un journal étranger… Et évidemment, l’état (au travers de ses représentants les plus dignes de foi) a clairement nié l’existence de tels paiements.

Il y a fort à parier que, dans les prochains jours, si l’affaire enfle un peu (ce qui est peu probable), un sous-fifre gouvernemental admettra du bout des lèvres les paiements en question, en disant en substance « Oui mais bon, si on n’avait pas payé, la Florence, elle serait morte à l’heure qu’il est ». Tout le monde repartira satisfait que les choses soient claires, et le présentateur du JT du jour reprendra deux fois du gigot quand il rentrera.

Bon.

Je n’en suis pas à souhaiter concrêtement la mort des pauvres journaleux concernés ; ils sont rentrés, tant mieux (ou tant pis, selon l’opinion qu’on a de leur prose). Mais j’en viens cependant à me poser quelques questions :

  • les autorités (notamment le Ministère des Affaires Etrangères) n’avaient-elles pas mis en garde tout un chacun d’aller en Irak ?
  • Les risques encourus (de prise d’otage) sont-ils compensés par la qualité des informations ramenées par nos brillants reporters ?
  • La doctrine officielle, qui consiste à ne pas payer, ne devrait-elle pas être d’autant plus solide que les gens qui se sont retrouvés sur place dans leur délicate position l’étaient, suivant l’expression consacrée, à leurs risques et périls ?
  • L’argent, il vient d’où ?
  • L’argent, il va servir à quoi ?

Reprenons : à partir du moment où les autorités ont émis un avertissement clair, pourquoi nos vaillants casse-cous de l’information se sont-ils rendus sur place ? Parce qu’ils sont journalistes, qu’ils ont la mission du reportage vécu dans le sang, et qu’ils veulent absolument se rendre sur place, pour être en prise directe avec l’actualité. Certes. Mais le gouvernement français, vous, moi, les autres, ne leur avons pas demandé ce sacrifice, cette prise de risques. Des organes de presses privés sont prêts à payer ? Tant mieux ! Des lecteurs sont prêts à subventionner leur voyage par leurs abonnements, leurs achats du journal ? Tant mieux ! Qu’une association de soutient des otages se monte, récolte de fonds et paye les ravisseurs, pourquoi pas ?

Mais, et ceci répond au « il vient d’où, cet argent ? », que le contribuable paye, pourquoi diable ?

Parce que ce sont des journalistes ! Les inconnus (plombiers, boulangers, sexeurs de bigorneaux de la Mer Rouge) partis sur place et pris en otage, eux, n’auront pas cette médiatisation. Et d’ailleurs, n’ayant pas cette médiatisation, ils n’iront pas en Irak. Pas fous !

Ici, on assiste au résultat de la loupe déformante de la démagocratie composée :
- des médias, qui amplifient des épiphénomènes pipoles et/ou musclés, font dans le spectaculaire avant le factuel et vendent de l’émotion
- des politiques, qui veulent bénéficier des retombées populaires d’un événement massivement couvert par les média
- des institutions démocratiques, qui permettent au plus grand nombre de tyranniser la minorité de ses lubies créées de toutes pièces par les deux acteurs précédents.

Moyennant quoi, tout le monde (les minoritaires et les majoritaires) paye pour qu’une brochette de risqueurs puisse continuer à sévir dans les colonnes baveuses de journaux de moins en moins objectifs.

C’est l’impôt Pétuncable : ce serait un impôt créé et levé pour payer Jules Pétuncable plusieurs millions pour qu’il ne mette pas à exécution sa menace de couper l’élastique auquel est suspendu, à 100 m au dessus du vide, Pierre Dubignou, le célèbre cascadeur de l’impossible.

Extraordinaire : cet impôt permet la survie de Dubignou ! Mais l’impôt Pétincable, celui qui fut utilisé pour Aubenas et consors, va plus loin !

Car en effet, non content de permettre la libération de journalistes privés payés par des intérêts privés dans des reportages privés malencontreusement pris en otages et non couverts par des assurances, des associations, etc, … , il permet aussi à de pauvres kamikazes sans le sou, à des terroristes poseurs de bombes un tantinet démunis, à des factions et des milices dans le besoin, … de continuer leur oeuvre salvatrice en Irak (et probablement partout ailleurs dans le monde où l’on peut distribuer généreusement du malheur, des bombes, du sang et des larmes à qui en a déjà deux caisses)…

Je dis ça, je m’avance un peu, mais il est en effet peu probable que l’argent des rançons soit utilisé pour l’ouverture d’une crèche. Avec des petits lits tous neufs.

Ainsi (et réjouissez-vous !), vous avez l’insigne honneur, citoyen français, de participer directement au terrorisme à l’effort de résistance irakien en sponsorisant de vos deniers la prochaine explosion meurtrière dans un rang d’ouvriers pauvres de la banlieu de Bhagdad. Grâce à vous, des douzaines d’enfants, de femmes et d’hommes seront joyeusement mutilés par le fruit de votre travail !

Et n’oubliez pas : payez vos impôts, soyez de bons citoyen. Car, et cela doit être rappelé, l’état sait ce qui est bon pour vous, et dépense plus judicieusement que vous votre argent !

J'accepte les Bitcoins !

1AZKQFaZ3g71NxpHpA2Hfiv8wUbTEAr8ZE

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires14

  1. chris

    Bravo. Mais il faut aller plus loin : l’opération se double d’un intérêt politique moins glorieux que celui de "comme les gars de la légion, on ne laisse pas un camarade derrière. on a réussi à les ramener".

    Non. L’opération était destinée à masquer le fait que notre soit disant "non engagement" aux côté des "forces du mal" (AKA USA) ne nous protégeait en rien de la vindicte des islamo-fanatiks-mafieux qui peuplent l’Irak.

    Ah ben, ça aurait fait mauvais genre d’avoir quelques décapités au cécateur, "comme" les américains. Eux ils les méritent en un sens puisqu’ils sont les méchants. Mais nous ! Car De Villenatouze nous avait vaillemmment protégés au Conseil de Sécurité de l’ONU. N’est ce pas ?

    Donc une fois de plus, la lâcheté l’a emporté, l’obsession du "pas de vague" l’a emporté.

    Et comme vous le dites, ayons confiance : nos chers euros seront bien recyclés : 50 % en mercedes benz et en putes de luxe (faut bien se détendre, hein ?), et 50 % en bombes bien dégueulasses.

  2. pp

    Je pense que cette "fuite" participe à la création du climat délétère, inaugurée par l’oportune "affaire Clearstream", en vue de provoquer un départ anticipé de Chirac afin d’éviter que l’élection n’ai lieu en 2007, année qui risque d’être troublée par des crises extrêment graves (et même peut-être avant 2007). Si c’est la pagaille généralisée le résultat de l’élection risque d’être un peu trop aléatoire, ce dont doivent se méfier certains pouvoir de l’ombre qui n’entendent pas que le contrôle des événements leur échappe. Il n’y a qu’à voir le mattraquage ahurissant qu’on nous assène sur la prochaine élection présidentielle, comme si tout était déjà joué : ce sera Sarkoléon, euh pardon … Sarkozy ou Ségo. Il se pourrait bien que de nouveaux scandales médiatiques apparaissent dans les semaines à venir.

    Bien que h16 ai raison sur pas mal de points, je refuse de me laisser manipuler, et je ne suis pas du tout d’accord de n’avoir pour seuls choix que Sarko ou Ségo.

  3. Oh, je ne donne pas cher de Ségo. Tous les pseudo-candidats un an avant la présidentielle ont fait pschitt (on se rappelera avec amusement de Lecanuet, Delors, Balamou, …)

    Non, en fait, j’attends avec impatience de come-back graisseux de Juppé ET de Jospin. Là, ça va sentir le Retour Vers Le Passé Décomposé…

  4. chris

    Je ne vous suis pas.

    La fracture est réelle, et a été à plusieurs reprises affirmée, entre les Français et le "haut" (j’inclus les délires médiatiques dedans).

    Le scénario que l’on nous vend comme vous dites, est mort dans l’oeuf.

    Le vrai scénario c’est :
    Sarko /Lepen
    ou
    Ségo / Lepen

    C’est mathématique. Une fois de plus, les gentils instituts de sondage nous disent que JLMP est à 11% d’intentions de vote. Que c’est bon de rire. Cela fait 20 ans que la même comédie dure.

    Lepen va capitaliser encore davantage les votes protestataires, mieux qu’en 2002 (car entre temps il y a eu la "crise" des banlieues, le référendum sur la Constitution, et maintenant le retour des affaires).

    Il est la clé du scrutin.

    Quant au retour de Jospin ou, pire encore, du québécois Juppé, là non plus je n’achète pas.

    10 ou 15 ans en arrière, pourquoi pas, ça aurait pu marcher. Mais aujourd’hui, non. Le rejet est tel, qu’ils sont tous cramés : tous les éléphants à gauche ou à droite sont cramés.

    Dès lors Sarko et Ségo sont à l’affiche. Le seul problème, c’est qu’ils ne seront pas au second tour l’un contre l’autre. Mais contre Lepen.

    Je savoure déjà les manifs après le 1er tour : "nooooooon le fâchisme ne passera pas". Des jeunes lycéens lanceront des pierres, on brûlera quelques voitures pour faire bonne mesure, et on glosera sur le retour de la génération morale, civique (relisez les manchettes de 2002).

    2007 ? Ca va être l’année délice et la comedia del arte… avant le grand passage à la caisse.

    Car n’oubliez pas : c’est tout l’enjeu (au-delà des histoires de personne, Sarko ou Ségo). En 2007 après la présidentielle, ca va être ceinture fiscale façon corset SM. Et ca va faire très mal.

  5. ac

    Exact!!! Je partage et je complete. Chirac fera tout pour demolir Sarko. De son point de vue (et de celui de tous les bonapartistes et rad soc deguises en bonapartistes) Sarko Lepen fera Sarko et il ne le veut pas, il doit donc viser un Sego Lepen, la Sego passera!

    Si on n’en veut pas de ce dernier scenario; il faut empecher Chirac d’aller dans ce sens! Il fau donc et c’est la seule voie qui reste aller vers un Sego Sarko en esperant que Sarko passe car en fait c’est le moins pire des scenario pour certains et pour d’autres Sarkozistes c’est bien evidement leur vue.

  6. Quand je citais Juppé et Jospin, il s’agissait d’une boutade ; non seulement je ne crois pas en ces chevaux de retour, mais ils sont politiquement grillés… Et je pense que Ségo se fera éliminer dès le 1er tour. Reste donc un Sarko-Le Pen très probable.

  7. Gaël

    Je suis assez d’accord avec h16, Ségo ne passera pas le premier tour. On commence déjà à sentir les vilainies qui se préparent parce que les autres ils sont jaloux (et en plus c’est une femme…). Sans compter les myriades de candidats de l’extrème. Ils ont tous compris la leçon de 2002, mais combien négocieront sérieusement avec les partis "sérieux" ?

    Reste une seule option… Sarko président…
    O_o
    (prise de conscience)
    Bouhouhouhou…
    Pays d’merde…

    Gaël, dépité

  8. ac

    Ruine, c’est deja fait par chiradsoc et Mitterand!
    Une couche de Sego pour transformer la dette contracte en votrre nom en une impossibilite absolue a s’en relever

  9. Filibert

    Pour ma part, je pense que Ségolène est fichtrement machiavélique (ie douée). Elle a prévu 3 étapes :
    - se placer à droite en se disant pro-Blair, rester muette à part ça pour ne mécontenter personne, pour monter dans les sondages auprès de la gauche caviar, du centre et de la droite anti-Sarkozy. Etant ainsi le candidat incontournable du PS
    - une fois candidate officielle du PS, virage à gauche (avec le lot de propositions démagos sur le droit à l’emploi qui commencent à fleurir sur son site,….), pour attirer les électeurs d’extrême-gauche et faire pression pour une candidature unique de la gauche. D’où ratissage large au 1er tour
    - après le 1er tour présidentiel, duel face à lePen, c’est gagné. Ou duel avec Sarkozy, retour à droite, pro-Blair, "je suis réformiste comme Sarko et en plus j’ai du coeur".

  10. ac

    Oui c’est certainement le scenario, d’abord gauche toute et ensuite tel que dit, option Blairisme. Ce scenario n’est probablement pas d’elle. Non qu’elle soit stupide, mais que le ps a l’habitude de ce genre d’action en sous main, surtout avec son culbuto de compagnon.

    Ou ils sont grilles, c’est ce que cela dit du traitement des conflits d’interet. Voila un responsable de parti qui a sa compagne comme candidate! Conflit flagrant! Je suis surpris que personne ne releve ce fait! Cela en dit long sur la suite, si d’aventure elle etait aux affaires alors que ce pays creve de conflit d’interet! Voila un theme ou ils sont dans l’erreur! L’exploite qui veut!!!

  11. Marco

    Robert MENARD (Reporters Sans Frontières), l’homme qui nous coûte 3 milliards…

    Et il n’est pas prêt de s’arrêter l’agité du bocal. Toucherait-il des commissions sur les rançons, le bougre?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)