Rentrée des claques

Youpiiiiii ! C’est la rentréééééée ! Nos chères têtes blondes vont bientôt pouvoir trotter dans les cours d’écoles, cartables QuickSilver ou Barbie remplis à craquer sur le dos, et découvrir ou retrouver leurs petits camarades de classe dans laquelle ils passeront toute une année à massacrer la langue française et compter de travers en utilisant les méthodes délicieusement inefficaces que nos admirables IUFM sponsorisent doctement. La joie qui se lit dans les pupilles humides des bambins frétillants de se retrouver tous ensembles ne doit cependant pas nous faire oublier que l’instant est grave !

En effet, il ne faut pas se leurrer : si rien n’est fait et au rythme où vont les choses, bientôt, les petits loustics iront cul nu dans des écoles délabrées apprendre des rudiments de poterie tout juste armés d’une gomme, d’un post-it et d’un crayon mine à moitié mâchouillé.

Rendez-vous compte : le prix de la rentrée scolaire ne cesse d’augmenter !

Heureusement, l’Etat Français veille. En l’espèce, c’est Xavier Darcos, le ministre de l’Edulcoration Nationale, qui s’y colle, en acceptant que le gouvernement serve de tremplin publicitaire aux principales enseignes de grande distribution (Leclerc, Intermarché, Auchan, Carrefour, Système U notamment), qui en avaient bien besoin en ces temps de disette médiatique.

Et ce bon Xav Le Darc’, que nous a-t-il mijoté dans ses petits fourneaux étatiques ? Rien moins qu’une « Liste de Fournitures Scolaires Essentielles » dont les prix seront maintenus au plus bas. Eh oui ! Quand un ministre d’Etat français se lâche, ça claque grave dans les chaumières, et ça relègue facilement les décisions stratégiques américaines en Irak au rang de décisions chuchotées rapidement sur la couleur des moquettes de la Maison-Blanche, je vous le dis !

Effectivement, on ne fait pas dans la demi-mesure, dans le petit-suisse de cantoche des années 70, dans l’à-peu-près qui ruinerai la mesure aussi sûrement que l’alcool trop vif nuit à la précision de l’honnête homme : pas moins de trente (!) articles ont été sélectionnés par notre grand concommis pour figurer sur cette liste.

On ne peut s’empêcher d’avoir une pensée attendrie en imaginant notre jovial Darcos, un petit bout de langue coincé entre des lèvres appliquées, se pencher laborieusement sur une feuille de petit cahier grands carreaux, le crayon-mine fraîchement taillé, et écrire de sa petite écriture ronde et enfantine, bien sur les quadrillages Séyès, les articles soigneusement choisis avec les représentants des grandes surfaces ; pour un peu, on entendrait même, dans le fond de la grande salle où le petit Xavier s’applique à bien boucler ses b et barrer ses t, une ou deux voix s’élever pour dire « et n’oubliez pas la gomme, hein, m’sieur le ministre » ou « pensez au Bic qui écrit quat’couleurs, c’est pratique, ça, le Bic à quat’couleurs ! »…

Ainsi donc, mesdames et messieurs les parents, vous pouvez, maintenant, atteindre cette plénitude simple des gens honnêtes grâce au Cartable « Darcos », en vous procurant, dans leur totalité et avec exactitude les Articles De Xavier Darcos Qu’il Faut Pour Réussir Sa Rentrée. Vous pourrez ainsi participer à la baignade gratuite dans la moraline, le shoot de poppers novlangue et réaliser, ce faisant, un « moment citoyen » comme le dit notre bon ministre. Il y avait les moments Kodak, les sensations qui s’appelaient Coke ou un café qu’on nommait désir. Il y a maintenant les Moments Citoyens Darcos. Ca pète ! J’attends, pour tout vous dire, le moment où l’on apposera un petit sticker « Darcos Approved » sur les articles de la liste pour mieux les vendre.

Maintenant, on pourra regretter que le geste darcossien, aussi ample, noble et désintéressé fut-il, se soit arrêté en si bon chemin ! En effet, pourquoi n’a-t-il pas demandé aux écoles de se regrouper en coopératives pour acheter les dites fournitures en gros, directement aux producteurs qui plus est, pour en obtenir des prix encore plus bas, et de les redistribuer (avec contre-partie financière évidemment) aux joyeux élèves ?

Poussons le raisonnement plus avant : pourquoi n’a-t-on pas planifié au niveau des services de l’état une Production Nationale de Crayons de Couleurs et de Cahiers Petit Format Grands Carreaux 96 Pages ? Darcos serait alors devenu, en plus de ses attributions actuelles, Ministres des Crayons de Couleurs et Des Cahiers A Spirale, ce qui aurait été assez … poétique. Et justement, la poésie, on en manque, dans ce monde de brutes trop tourné vers le marché et les entreprises qui polluent !

Je note aussi qu’en toute bonne logique, si l’on assure un accès équivalent des élèves aux matériels scolaires, il faut introduire tout de suite des quotas d’utilisation de ces moyens pour les élèves. Il est scandaleux que les gosses de riches disposent d’un cahier de texte Titeuf là où l’enfant défavorisé des ZUP n’aura qu’un petit cahier tout miteux pas du tout coordonné à son Sony-Ericsson et à ses Nikes. Pour bien faire, je pense qu’on peut attribuer 100 cartouches d’encre Bleu Royal par élève et par an. Ni plus ni moins. On doit pouvoir envisager une dotation en gomme de 12g pour 1 an et 1 élève là aussi. Et ainsi de suite sur les trombones, les sticks de colle qui puent et les paires de ciseau rond au bout pour ne pas se faire mal.

Il restera ensuite à planifier la production, la distribution et la gestion des patchs en cuir pour les coudes, et le rêve sera enfin total ! La bureaucratie fonctionnarisante aura atteint toutes les couches de l’EdNat, depuis l’inspecteur d’académie jusqu’à l’élève Tartampion, qui devra remplir en trois exemplaires chaque demande de renouvellement de ses stylos bille et ses patchs en cuirs pour ses coudes.

Maintenant, une question au passage : pourquoi diable l’Etat, et le benêt du ministère, interviennent-ils dans cette histoire ?

Parce que les fournitures sont trop chères ? Allons, allons : pour l’équivalent de deux mois d’abonnement à Canal+, on fait des miracles. Ok, pas de protèges-cahier Barbie à ce prix-là, bien sûr. Pas de cartable DragonBallZ. Mais le prix du matériel d’enluminure de cahier a beaucoup diminué, depuis le Moyen-Âge…

Plus sérieusement, quand certains parents comprendront-ils que, s’ils veulent profiter des prix les plus bas, ils doivent avancer leurs achats de plusieurs semaines ?

Et qu’on ne me dise pas que les listes de fournitures sont décidées à la dernière minute par des enseignants aussi chafouins que méchants : le corps enseignant est au-dessus de ça ! Au pire, on peut toujours faire pression sur les établissements scolaires pour obtenir les listes de fournitures plus tôt. Ca s’est vu. Ca marche…

Alors, pourquoi l’Etat s’en mêle-t-il ?

Snif ! Snif ! …. Mmmh, mais, on dirait que c’est pour nous faire croire, encore une fois, qu’il est indispensable !


Le Môônde

J'accepte les Bitcoins !

1BeD1kfdhq16ZrQGPqtq8DMDQxWghFc5Zc

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires9

  1. Laglute

    Hash, j’ai eu exactement la même réaction que vous. Quelle ne fût pas mon hilarité en voyant nos soviéticus politicus fièrement exhiber la précieuse liste de produits à pas cher, tel le sésame de la triple félicité scolaire de cette rentrée 2007 !!!
    C’est sûr, ca tranche grave d’avec les problèmes z’économiques z’et sociaux que connait notre pays.
    Je vous rassure, Familles de Fraônce, association lucrative sans but, qui je le sais, a votre agrément ( ici h16.free.fr/index.php?200… ), s’est aussitôt empressée de déclarer que ça n’était pas suffisant, et d’entonner un chant revendicatif de plus.
    Mais puisque les francais aiment leur état, qu’on vous dit !!! Autant qu’il agisse pour se rendre indispensable, comme vous le dites si bien, bon sang !!! Faut qu’on leur prouve qu’on les aime !!!
    Pffff, ça devient vraiment lassant à la fin…

  2. Vincent

    M’enfin ! J’ai l’impression de lire un nouvel exemple de la véracité de "La route de la servitude", que je viens de refermer. So sad France…

    Mais quelle poilade par contre ! :D

  3. Emma

    Vous posez la question essentielle : pourquoi l’Etat se mêle-t-il du prix des fournitures scolaires ? Et vous y répondez, de façon tout aussi pertinente : pour faire croire qu’Il est indispensable.
    J’ai entendu hier Michel-Edouard Leclerc faire une réponse très judicieuse sur cette question en renvoyant le ministre à ses chères études.
    En effet, la seule question qui vaille est : pourquoi l’Etat se mêle-t-il de tout et de n’importe quoi ?
    Et la seule réponse qui vaille est : pour faire croire qu’Il est indispensable.
    Serions-nous les seuls, nous les libéraux, à nous en rendre compte ?

  4. chris

    Tout se tient mon cher H16. La liste Darcos… et la dernière trouvaille de Bercy : l’impôt plancher.

    On vous attend là dessus ! ;-) C’est un sujet en or.

    Au lieu de supprimer les niches fiscales (trop simple) ils vont les garder, et rajouter encore une couche supplémentaire : l’impôt plancher.

    Voilà. La boucle est bouclée. Même les socialos n’auraient pas osé.

    C’est la fraonce. Mais Sarko est au zénith dans les sondages. Alors tout va bien, non ?

  5. NL

    Oui, d’ailleur j’ai beaucoup aimé la phrase de MEL : "il y a deux sorte de distributeurs : ceux qui ne sont pas chers et les autres". Très bon ce Leclerc ! (ce n’est pas ironique)

    Tiens, une piste, pour Darcos : supprimer la TVA sur ces produits… et là, pouf, 20% de réduction sur les prix

  6. Vincent

    Comme disait ce bon vieux Batiat à l’époque, c’est nous qui avons rendu l’état indispensable en faisant en sorte que la "Fraternité" entre dans le cadre de la Justice et donc de la Loi. Car si, selon les étatistes, la fraternité, la bienveillance, et la solidarité ne sont pas des vertus législatives, c’est qu’elles n’existeront jamais ailleurs, spontanément…
    Donc au final, comme seul l’état est devenu garant de la Justice, il a la charge de la fraternité devant les prix élevés. Et pof! comme les individus sont déresponsabilisés et ininventifs, l’état est devenu indispensable et omniprésent. CQFD.
    L’état providence annoncé dès Bastiat…

  7. Laglute

    Remarquez, si la fraternité entre dans les cadres lois + justice, alors ces dernières ne servent plus à rien, car engendrant des exceptions, exhonérations, passe-droits…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)