Le Chat Spatial Géant Rose

Médias, vitesse de pénétration des idées et peluches intergalactiques ? … Quelques réflexions décousues, et, ce soir, une p’tite crêposuc’.

« _ Quand on lit certains articles, on ne peut en déduire qu’une chose : « Au secours on va tous mourir ! », suivi immédiatement après de « Vite, augmenter les dépenses publiques ! ». En réalité et contrairement à ce que prétend l’article du lien ci-dessus qui pose l’Armageddon en 2029, mes calculs montrent que le monde sera détruit en 2037 par un Chat Spatial Géant en peluche rose. Ça n’est pas une fatalité ! On peut l’empêcher ! Pour cela, il faut construire un filet de rétention Anti Chat Spatial Géant Rose. Evidemment, cela suppose, pour que ce genre de programme soit poursuivi avec sérieux, qu’il doit disposer du soutien du public à long terme.

_ Tu vas un peu vite en besogne. Il y a actuellement encore un débat au sein du Joint Center For Big Spatial Furry Objects Studies quant à la forme exacte de l’animal en peluche géant qui pourrait heurter la Terre de toute sa moelleuse importance dans les prochaines années. Certains ont en effet cru reconnaître une forme de poisson clown type Nemo.

_ Je conteste violemment ces élucubrations pseudo-scientifiques ! La forme du poisson clown a été écartée par les plus grands professionnels, qui sont, je te le rappelle, accrédités par le GIECs, le Groupement International pour l’Etude des Chats spatiaux, dont le sérieux me paraît autrement plus crédible que tes sources, d’ailleurs probablement à la botte des grandes corporations productrices de peluches bleues et oranges, qu’on retrouve comme par hasard dans les poissons clowns géants. Ta partialité me déçoit !

_ Je ne sais pas, mais en tout cas, il faut lancer une sonde pour pouvoir adapter le Big Furry Object Catcher Net en vue d’une prise optimale. Ceci augmentera sensiblement le coût du projet, il est vrai. Mais le jeu en vaut la chandelle ! Tous Ensemble On Peut Y Arriver, je te le rappelle. »

Le phénomène du Gros Chat Spatial Rose existe un peu partout, à différents degrés, et même dans les entreprises capitalistes totalement apolitiques, spécialement quand, correctement gérées, elles se doivent de bouffer à tous les râteliers, notamment ceux des subventions étatiques.

On observe alors en interne tout un paquet de processus de collectes de dons et d’aides qui seront, d’ailleurs, d’autant plus efficaces que les salaires dans ces grosses multinationales sont bons : ces salariés gagnent bien leur vie et les affichages « corporate » vantant telle ou telle pratique, telle ou telle association (coupon à remplir, petit chèque et signez au bas merci), les plus « corporates » d’entre eux se sentent vite coupables à 53,61% pour les hommes et 87,37% pour les femmes.

En gros, la multinationale capitaliste standard, consciente de son environnement « business » et soucieuse de ménager de bonnes relations avec les autorités publiques, s’engage à communiquer auprès de ses employés pour qu’ils remplissent un bulletin de participation à – par exemple – Médecins Du Grand Monde, Reporters Sans Tabous ou Défimachinvert, via un questionnaire du genre « Et toi, qu’as-tu fait pour Jésus/Gaïa/Les petits enfants/Les handicapés/… aujourd’hui ? » (biffer les mentions encombrantes) avec surtout, pour le cas du MachinVert, des promesses thermiques navrantes du genre « Je n’utiliserai plus ma climatisation », « Je mangerai moins de viande », ou « Je vais me taper 45 minutes de bus plutôt que 10 de voiture parce que renifler les dessous de bras des autres, ça n’a pas de prix ». Rien de bien étonnant.

En revanche, ceci donne une idée de la pénétration dans les mœurs de la lutte contre l’Attaque du Gros Chat Spatial Rose : les jeunes très chics et bobos qui garnissent les forums, les émissions télés, les articles de presses et autres nouveaux-médias de trucs qui « m’interpellent quelque part au niveau du vécu » ne font qu’aller vers les valeurs reconnues comme les plus positives dans la société, avec toutes les déformations culturelles du moment : le partage, la générosité, tout ça c’est très sympa.

Ainsi, certains ont rapidement classé la lutte contre le réchauffement climatique dans la catégorie « Trucs sympas de partage et de bonheur émotionnel vert », et pas du tout dans un but politique. On est passé d’un phénomène au départ politique pour en faire un évènementiel trendy, hype & fashion auquel il est bon d’adhérer, gentiment. Le Gros Chat Spatial Rose dispose d’un taux de pénétration culturel absolument terrifiant, encore plus puissant que la lutte contre le terrorisme qui ne rassemble que certaines franges de la populace.

On tient là une leçon profonde sur l’humanité (rien moins !) : plus les moyens de communication s’affûtent, plus la rapidité de pénétration de concepts globaux est importante, surtout si ces concepts sont correctement attachés à de grandes valeurs positives de groupisme douillet et d’amour partagé avec des sourires mièvres et une joyeuse implication festive.

… Et citoyenne, bien sûr.

Ainsi, au moment ou les Américains on fait péniblement appel à la lutte contre le terrorisme pour justifier un (très partiel) engouement de son peuple, le Gros Chat Spatial Rose l’a déposé à plates coutures par une pénétration culturelle jamais vue, avant, je suppose, le prochain concept encore plus affûté. Ceci est à mettre en alignement avec le Communisme, la notion d’Etat ou de Nation, qui ont tous dû passer par ces étapes où l’on aura présenté le concept comme über-positif et bon pour la santé, avec une constante absolument certaine : les caractéristiques de fonctionnement de l’Homme n’ont à aucun moment changé au cours de ce processus rocambolesque, ce qui prouve bien qu’il est capable d’avaler absolument n’importe quoi.

Et alors que les grosses entreprises relaient maintenant à pleine force dans leurs petits journaux internes, sur les machines à café et dans leurs comportements « corporate » les aventures du Gros Chat Spatial, on voit se pointer les effets néfastes, prévisibles, sur les populations les plus pauvres (les « pas corporate », donc) de ces aspirations joyeuses et mal contrôlées.

Petit à petit, le Gros Chat Spatial Rose va perdre en importance, et il nous faudra alors nous préparer à l’arrivée d’un gros chat spatial rose encore plus efficace.

J'accepte les Bitcoins !

1FfqVNh98u9dFoBwe4ZPUsjZJwikHbT9Hp

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires10

  1. Mateo

    Vous rigolez mais chez moi j’ai économisé pendant des mois (des années même!) afin de pouvoir me payer un anti-girafe pour mon jardin. Et bien ça marche! Pas une seule girafe n’est venu troubler ma quiétude depuis que je l’ai!

    Comment ça y’a pas de girafes en France? Et le principe de précaution vous en faites quoi?

  2. geo

    mince, c’est mon chat, une chatte persane (bleue à l’origin) mais génétiquement modifiée en rose pour emmerder un certain moustachu, qui lui aussi tient des propos apocalyptiques.

  3. Jesrad

    Tiens, ça me rappelle que j’étais seul dans le bus, ce matin.

    Toi aussi, prend les transports en commun surdéveloppés de l’IDF, car aller au bureau dans un véhicule de 25 tonnes avec chauffeur particulier, ça n’a pas de prix.

  4. Ozenfant

    J’passe déjà ma vie devant "Sci/Fi", trop, c’est trop !
    Les activistes parlent de "génocide" contre les femmes, au nom de la religion…. c’est quand même plus drôle que le chat rose de l’espace, ou bien ?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)