Où est passée la droite ? Derrick mène l’enquête…

C’est en tombant presque par hasard sur un bien aimable billet de l’Hérétique que je me suis rendu compte, de commentaires en liens, qu’on me lisait autant sur la gauche du spectre politique qu’à sa droite ou au centre. Peut-être, comme le pense Unhuman, cela serait-il dû à une critique plus marquée de l’actuelle droite au pouvoir, bien qu’en pratique, je ne pense pas avoir jamais été particulièrement tendre avec icelle sur les 4 années d’existence de ce blog. Mais une remarque de fond surnage de blog en blog : où est donc passée la droite, la vraie ? Et pour tenter de répondre à cette question, pour autant qu’elle fasse sens, j’ai contacté mon ami Derrick.

Et comme le bonheur c’est simple comme un coup de fil, j’ai appelé le célèbre inspecteur…









Me voilà bien.

Comme on peut le constater, les éléments rassemblés par Derrick montrent que la droite française, en pratique, n’existe plus que dans l’imaginaire politique de citoyens qui raisonnent encore en deux dimensions.

La réalité dépasse souvent l’affliction et force est de constater, comme je l’ai déjà fait assez régulièrement ici, que la différence entre la droite et la gauche tend à se gommer.

L’une comme l’autre ne fournissent qu’un curseur sur le type d’interventionnisme (social pour la gauche, corporatiste pour la droite), et plus aucun sur la quantité de cet interventionnisme. L’une comme l’autre ont bien des morceaux de projet de société, mais ont depuis longtemps perdu toute cohérence d’ensemble dans ces projets et se contentent de réagir à l’actualité à chaud, en se dispensant de toute réflexion sur le long terme.

Pourquoi ? Parce que cette réflexion ne s’inscrit plus dans les médias, et qu’elle ne permet pas à la politique, telle qu’elle existe en France, de fournir une plateforme de démonstration pour les hommes qui la portent, au contraire de la presse et de la télé qui offrent un support aisé pour le bling-bling et la ventilation effervescente.

Certains parlent parfois de pensée unique. En pratique, il n’y a même plus de pensée du tout : le politicien français se contente de réagir à chaud, immédiatement, pour coller à l’actualité comme l’escargot baveux à la feuille de salade, ce qui lui permet d’exister médiatiquement.

Regardez la situation économique, sociale : elle est catastrophique, elle devrait faire la une de l’actualité, comme sur les autres médias européens par exemple, mais on nous enfume avec de l’Identité Nationale, des histoires pénibles de népotisme ou consternantes de douches coûteuses, etc, etc…

Ce constat de porridge épais sur toute la politique française me force à abonder dans le sens de Derrick…

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires21

  1. René

    Bravo pour cette BD ! Et très bonne analyse par-dessus le marché !
    Bon boulot…
    N’empêche que c’est la dernière phrase de Derrick qui résume tout : Y’a plus rien à sauver. Ce pays est foutu…

  2. Evan

    H16, vous êtes fou.

    Tout en ayant raison d’ailleurs, ce qui ajoute au paradoxe.
    Ca permet en tout cas de déguster vos billets avec gourmandise. Faut dire aussi qu’en-dehors de l’humour, il ne reste pas grand-chose dont se goinfrer.

  3. Jesrad

    Comment en est-on arrivé à cette fusion molle et gluante entre droite et gauche au son de la social-démocratie triomphante ?

    Facile: en France on a tout plein de niveaux électoraux, du local à l’européen. Ce qui fait plein d’occasions d’alternances mandat après mandat, parfois plusieurs fois la même année. Et comme chaque camp défait ce qu’a fait le précédant sauf bien sûr ce qui l’arrange, et que chaque camp tente aussi de faire appel aux lubies des électeurs de l’autre camp, ne restent rapidement que les mesures et les revendications communes.

    Enfin je crois.

    « Pordtel de Scheiße »

    Helmut ? C’est toi ?

  4. Nick De Cusa

    Comme je me plais à le dire, nous sommes en régime de parti unique, avec comme ruse le fait qu’il y a deux moitiés qui « alternent » pour avoir chacune à son tour le groin dans l’auge. La politique menée, elle, ne change pas, on fait juste un peu de broderie de dentelle sur les bords (rajouter quelques centaines de pages au droit social pour aménager, mais pas supprimer, mais faire croire aux couillons qu’on supprime, cette crétinerie que sont les 35h), mais les murs porteurs, les 99% de l’édifice, sont reconduits tels quels quand une des deux moitiés du parti unique « reprend le pouvoir » à l’autre. Et puis on alourdit toujours un peu plus l’Etat.

  5. Gaël

    J’aime beaucoup, beau montage ^^

    Je suis curieux de lire ce qu’un Maurice aurait à commenter sur ce sujet…
    Oups, pas d’appel au troll on avait dit 😀

  6. Harald

    Nǐ hǎo Maurice, j’aimerais que vous m’expliquiez comment vous faites pour être servile à ce point ? C’est douloureux l’ablation de la honte ?

  7. alex6

    On se calme maurice, l’UMP c’est tout sauf de la droite. Logique puisque la droite est morte avec le XIXeme et la victoire du laicisme de combat. 68 fut le coup derriere la nuque, histoire de bien nettoyer et d’etre certain de ne plus jamais avoir de conservatisme au pouvoir. Et l’UMP fut…

  8. Hervé

    Pourtant l’exécutif renoue bien avec les valeurs fondamentales de la droite comme sur des sujets tels l’immigration, la sécurité, la ruralité ou encore l’identité nationale comme vous pouvez le voir actuellement, voilà désormais les priorités du gouvernement. L’Élysée a d’ailleurs rendu publique une lettre commune de Nicolas Sarkozy et du président du conseil italien Silvio Berlusconi, demandant que le prochain Conseil européen, en matière de lutte contre l’immigration clandestine en Méditerranée, ne se contente pas « d’un état des lieux », mais décide « immédiatement d’axes de travail ». Alors, vous avez beau faire semblant que la droite, n’existe pas, pendant que vous critiquez, nous agissons.

  9. Harald

    Il renoue avec rien du tout. C’est du vent, du blabla et au bout : nada, que dalle. La police doit toujours faire profil bas, les préfets et les directeurs départementaux de la sécurité publique veillent au grain.
    Sur l’immigration, là encore du vent fait avec la bouche. Les clandestins rentrent en France comme ils veulent et la machine ne suit pas. Des quotas sont demandés, seulement les effectifs étant ce qu’ils sont, plus de 50% sont relâchés dans la 1/2 journée qui suit faute d’OPJ disponible pour traiter les affaires. Et puis comme les places dans les C.R.A sont limitées…
    Quant à la tartufferie de l’identité nationale, je cite les intéressés :

    Eric Besson : « La lettre de mission que j’ai reçue du président me dit : “Notre nation est métissée. L’immigration constitue une source d’enrichissement permanent de notre identité nationale”. […] On a un président de la République qui a dit : “Je suis un homme de sang mêlé à la tête d’une nation métissée”. »

    Nicolas Sarkozy : « Je pense que les Français attendent une France d’après. […] C’est une France où l’expression “Français de souche” aura disparu. »

    Nous voilà tous fixés. Je conseille aux français de souche et/ou de cœur, de relire ce magnifique texte de Jean Raspail : la patrie trahie par la république. La droite française est morte depuis bien longtemps comme l’a souligné Alex6 et ceux qui tentent de faire croire que l’UMP a quoi que ce soit à voir, de près comme de loin, avec la droite traditionnelle française sont des escrocs.

  10. bibi33

    Hervé arretez les blagues, aujourd’hui les pompiers ne peuvent toujours pas faire leur travail des les « banlieues », alors franchement le retour de la sécurité il n’y a que les aveugles qui peuvent y croire.

    La ruralité j’y vis rien n’a changé à 5 km de chez moi toujours pas de haut débit.

    L’identité nationale, c’est de la foutaise en barre, quand le peuple vote non au TCE, on magouille pour faire approuver le traité de Lisbonne par le parlement, donc niveau bafoument de l’idendité nationale, on a du mal à faire pire que forcer une plus grande intégration dans l’Union au mépris du peuple.

  11. Hervé

    «  » »Il renoue avec rien du tout. C’est du vent, du blabla et au bout : nada, que dalle. » » »

    C’est un travail de longue haleine, tout ne peut pas se régler du jour au lendemain.

    «  » »Sur l’immigration, là encore du vent fait avec la bouche. «  » »

    Le gouvernement agit pourtant comme à Calais en arrêtant les passeurs, car il faut s’en prendre à la source.

    «  » »Hervé arretez les blagues, aujourd’hui les pompiers ne peuvent toujours pas faire leur travail des les « banlieues », alors franchement le retour de la sécurité il n’y a que les aveugles qui peuvent y croire. » » »

    Peut on en seulement 2 an et demi faire face à des décennies de laxisme ? Non ! Il faut nous donner du temps, et faire le bilan en 2012, plutôt que de dégainer à tout va.

    «  » »La ruralité j’y vis rien n’a changé à 5 km de chez moi toujours pas de haut débit. » » »

    Il faut savoir ce que vous voulez, plus ou moins d’état ?

    «  » »L’identité nationale, c’est de la foutaise en barre, » » »

    La majorité des Français, je suis sur ne le pense pas du tout.

  12. Harald

    S’il vous plaît, arrêtez de prendre les gens pour des perdreaux de l’année. La sécurité il a eu le temps de s’en occuper lorsqu’il était à l’intérieur. Et franchement, à part de belles déclarations ronflantes il n’y a pas eu grand chose. Il a créé les GIR ? Oui, et ? Le bilan est proche de zéro pour la bonne et simple raison que les moyens alloués sont dérisoires. Avant il ne fallait pas désespérer Billancourt, aujourd’hui ce sont les banlieues qu’il ne faut pas désespérer. On crée des machins histoire de donner des gages au bon peuple et on se débrouille en loucedé pour que ça ne fonctionne pas.
    Calais ? De la poudre aux yeux. Arrêtez là encore de nous la

  13. Harald

    de nous la jouer. Je sais comment ça fonctionne, j’ai participé au pseudo-nettoyage d’un camp de 300 roumains. on se débrouille pour laisser filtrer des infos sur la date et l’heure et seuls quelques pégrelus paumés qui comprennent pas la langue se font pigeonner et on peut ensuite parader devant les caméras.

  14. bibi33

    « La majorité des Français, je suis sur ne le pense pas du tout. »
    C’est pour ça que vous bafouez le peuple et son idendité en forçant sa dissolution dans l’Union?

    Comment peut-on oser parler d’identité nationale après ça.

    « Peut on en seulement 2 an et demi faire face à des décennies de laxisme ? Non ! Il faut nous donner du temps, et faire le bilan en 2012, plutôt que de dégainer à tout va. »

    Il est ou le karcher?
    Il ne devait pas les nettoyer, les cités?
    Putain ça fait 7 ans, et que c’est-il passé en 7 ans? rien!

    « Il faut savoir ce que vous voulez, plus ou moins d’état ? »

    Moi je veux moins d’état mais c’est vous qui dites que l’état s’occupe de la ruralité, et bien je préfèrerai que l’état nous foute la paix et qu’ils nous laisse nous organiser comme bon nous semble plutôt que de nous dire tous les deux ans le haut débit c’est pour dans deux ans.
    Si c’était moins compliqué et moins cher d’obtenir une licence d’opérateur, ça fait longtemps que j’aurai monté ma boite pour desservir en haut débit tous les hameaux reculés du coin ou je vis.
    Mais avec un président qui ne croit pas à l’utilité d’un quatrième opérateur mobile ce n’est pas demain la veille qu’on pourra concurrencer FT dans les zones grises ou blanches.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.