Des fissures dans le réchauffement ?

Tout fout le camp ma brave dame ! Regardez, il y a quelques jours encore, tout le monde, dans un seul et beau rassemblement de milliers de limousines et de centaines de jet privés à Copenhague, se préparait à lutter enfin contre le vilain dioxyde de carbone et la pollution atmosphérique qui font augmenter les températures, en accroissant la pollution atmosphérique et le dioxyde de carbone pendant que les températures chutaient.

Et patatras, alors que la deuxième semaine d’agitations et de gesticulations écoloïdes bat son plein, rien ne va plus : tous les indicateurs se tournent vers « Bordel Total » alors que l’organisation de la conférence accumule les problèmes, anicroches et rebondissements.

Sans même parler du Climategate qui aura été très habilement repoussé en dehors des lieux de rassemblement (il ne faut pas choquer le bourgeois qu’on va sauvagement ponctionner ensuite en lui disant que tout ceci, c’est du flan éco-conscient), il semble qu’en effet, rien ne va plus comme avant : les (prévisibles) manifestations de fluffys ne se terminent plus en chanson à fumer de la beuh mais deviennent de véritables joutes et autres tournois festifs (et über-citoyens) entre la police et les tenants d’une démocratie alternative très très participative. Copenhague ne ressemble plus vraiment à Copenhague.

C’est rigolo : tout ce beau monde se rassemble pour sauver la planète, mais certains sont plus prêt que d’autres à diminuer l’impact carbone des autres humains, éventuellement en aidant leur passage dans le monde suivant à coup de lattes. Les fluffys ne sont pas tous pacifiques, manifestement. Ambiance.

Sentant d’ailleurs que la partie Politiquement Correcte de la conférence leur échappe, les organisateurs ont peut-être cru bon de limiter la distribution d’accréditations, évitant ainsi d’en servir trop aux branleurs membres de certaines ONG.

Côté Politiquement Correct, ce n’est pas mieux non plus : ça se chicane méchamment pour savoir qui sera le plus ponctionné, comment on va équarrir les coupables et surtout, comment répartir ensuite le gros gâteau de taxes qui seront récoltées (mais sur cette partie, chut, il ne faut rien dire, rapport au bourgeois qu’on ne doit surtout pas effaroucher).

Bilan : ça se crispe, ça rouspète et ça coince, à tel point que la présidente, Connie Hedegaard, pète un plomb et démissionne.

Bref : si accord il y a, ce sera un truc obtenu à l’arrachée, compromis piteux de gens fâchés, version molto mollo. À la limite, tant mieux : tout retard pris à faire l’andouille est bon à prendre, l’humanité a bien d’autres chats à fouetter plus importants, ici et maintenant, que les vapeurs spectaculaires de riches oisifs adorateurs de Gaïa et des soupes bio.

D’autant que dans le même temps, les prétendues certitudes en béton armé que si on y croit pas on est bête ET négationnistes ET qu’on va griller comme sur une poêle à frire … se font de moins en moins solides.

A tel point que même Le Monde, l’antre de Foucart (de la maison Foucart et Huet, Tripe & Volailles), se retrouve quasi-forcé de laisser paraître un incroyable brûlot ironique anti-réchauffiste, dans lequel l’auteur commet l’impudence climato-scandaleuse de douter (oh !) et va même jusqu’à démonter les mécanismes en jeu.

On y apprend notamment que les états, bien conscient du four que va faire Copenhague et tout à fait lucides sur la portée d’hypothétiques accords de réduction de CO2, se préparent déjà à nous faire avaler l’étape suivante, la géoingénierie qui promet, là encore, de grands moments de technologies coûteuses avec du vrai bon gros bonheur fiscal à la clef :

La géoingénierie pourrait en fin de compte devenir une sorte de plan B que la bureaucratie internationale tiendrait prêt à sortir un jour de son chapeau après nous avoir martelé que restreindre les émissions de CO2 était une question de vie ou de mort.

Et ce n’est pas tout : alors que, côté climat, des doutes se font jour, les méthodes … musclées de musèlement des sceptiques apparaissent de plus en plus clairement. La vidéo suivante est actuellement l’une des plus consultées sur Youtube. On se demande pourquoi …

Quant à Gore, bravant les températures de plus en plus glaciales (d’un monde qui se réchauffe qu’on vous dit), il s’est rendu à Copenhague et a décidé de baratiner quelque peu sur une fonte des glaces assez … fausse.

Les temps changent : ce qui était certitude hier ne semble plus aller de soi maintenant ; plus le temps passe et plus l’argent que les états vont récupérer par de fumeuses taxes vertes semble se diriger directement vers les poches des politiciens et le remboursement de dettes colossales que la crise aura mises à jour ; les accords à Copenhague semblent de plus en plus compromis…

… Quant au réchauffement, il se fait désirer, surtout en France où le réseau électrique est mis à rude épreuve.

Il serait assez cocasse que, cet hiver, des écolos anti-nucléaires et forcément réchauffistes subissent de longues coupures de courant et se retrouvent à se cailler violemment les miches, non ?

J'accepte les Bitcoins !

1M5woYF2iWf4Gup2ovWF7q3CgFRoU4cmvd

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires25

  1. Groucho Marx

    « Il serait assez cocasse que, cet hiver, des écolos anti-nucléaires et forcément réchauffistes subissent de longues coupures de courant et se retrouvent à se cailler violemment les miches, non ? »

    Mon rêve secret. Et les coupures d’électricité les empêcheront de déverser leur tombereau d’insanités sur les blogs pro-rca. Là, ce serait le bonheur.

    Il semblerait que la justice US ait ouvert une enquête officielle suite au climategate, sur le blog de PapyJako

    http://www.lepost.fr/article/2009/12/15/1841437_climategate-ca-chauffe.html

  2. gakool

    Tout d’abord mes hommages à tous.
    En particulier à ceux qui tentent encore vainement de se persuader que tout ce qu’on nous raconte à propos du climat (et surtout à propos de l’incidence des activités humaines) ne serait que du flan…

    Tenter vainement de se persuader… Faut vraiment être très très mauvais pour ne pas y parvenir.

    Le coup du « Climate Gate » en plein sommet qui permet de diluer l’information alors que rien dans les documents ne remet en cause ni les théories ni les preuves, je m’incline avec le chapeau qui traine par terre.

    Encore un qui n’a rien lu, rien vu, mais qui sait tout.

    Juste deux choses pour vous :
    1- Actualisez votre vocabulaire, on parle de changement climatique ; puisque le réchauffement est global mais que de forte disparités sont constatées : plutôt stable à l’équateur et vraiment plus chaud aux pôles ; et bien évidemment les saisons resteront (il faudrait que la terre arrête de tourner autour du soleil pour qu’elle disparaissent…), en revanche il est tout à fait possible qu’elles ressemblent de moins en moins à celles que nous connaissons (en terme de durée et de norme).

    Actualisez votre vocabulaire : on ne parle plus de changement climatique, mais d’arnaque écolo. Par exemple, expliquez en quoi une taxe carbone va aider les gens qui tombent malade de la malaria. Comment le fait de pédaler en France va aider les Chinois à manger à leur faim. Etc…

    2- Si vous pensez que tout cela est inutile, demandez-vous ce que vous feriez au volant d’une voiture sans frein alors que vous vous apprêtez à dévaler une descente à 15 ou 20% d’inclinaison… On prend une autre route ou on répare les freins?

    Evidemment, si la voiture est en réalité un vélo et que la pente à 15% est en fait une côte à 10%, je pense que …. – plouf ! – vous entendez, c’est votre analogie qui tombe à l’eau. Comme les données du GIEC ne valent pas tripette, prendre des décisions sur des données fausses conduit rarement à de bons résultats.

    Je ne me fais pas trop d’illusion sur l’issue du sommet, j’espère tout de même que certains politiques pourront en pousser d’autre à voir plus loin que la puissance de certains lobbies et la ténacité de certaines habitudes.

    Vous voulez parler du lobby nucléaire, par exemple, qui pousse à la roue des réchauffistes, comme derrière Jouzel, qui a fait toute sa carrière au CEA ? Ou le lobby « vert », qui permet à Gore de toucher de confortables revenus ? Ou à Goldman Sachs – dont Gore est au board, d’ailleurs – de vendre ses rapports promouvant la lutte contre les GES alors qu’ils ont plein plein d’actions dans des entreprises « écolos » ? Ou derrière le président du GIEC, Pachauri, qui bouffe à tous les rateliers ? Allons. Petit comique, va.

    Je vous le dis à vous qui avez l’air un peu sceptiques (il faudra me dire qui vous a empêché de parler jusque-là, parce qu’il est vraiment mauvais!),

    Ah, on voit ici que rien ne vous ravirait plus qu’une absence de débat. Zut, ce n’est pas si simple.

    les moyens sont là pour changer notre impact sans pour autant sacrifier notre qualité de vie, alors si vous préférez allez vers des vies (même hypothétiquement) de merde, continuez à induire les gens en erreur et à ne penser qu’à vos intérêts.

    En attendant, hic et nunc, vous choisissez d’aider Gaïa patati et lutter contre le CO2 patata, et des gens crèvent de faim parce qu’ils n’ont pas accès à l’eau, d’autres de malaria parce qu’ils n’ont pas accès au DDT banni par des olibrius dans votre genre. Alors questions Petites Leçons de Morales, venant d’un bourgeon d’assassin comme vous, je n’en ai pas à recevoir.

    1. Gakool

      Je suis par hasard revenu sur mon commentaire, juste pour voir les réactions suivantes à la base, et puis je me suis étonné qu’il soit si long et si haché. C’est alors que je me suis aperçu que vous aviez eu la gentillesse de me commenter, du coup je trouve impoli de ne pas répondre, même pour un « bourgeon d’assassin » comme moi.

      Oh, rien ne vous y obligeait. Mais bon, il faut savoir prendre son plaisir, dans ce monde, sinon, on loupe des occasions de rigoler.

      Vous avez des arguments et de la culture (ou de la lecture faut voir), c’est bien. Utilisez les pour faire des choses constructives.
      Mélanger les débats n’est pas quelque chose de constructif. Bien sûr que je préférerais donner des milliards aux pays pauvres pour qu’ils se développent et bien sûr que j’aimerais casser ces lois sur les brevets pour que des personnes (qui ne le méritent pas) arrêtent de mourir de maladies que l’on sait soigner, etc. Mais simplifier le débat ou le complexifier pour embrouiller ses interlocuteurs ce n’est pas le faire avancer.

      Simplifier ou complexifier n’est qu’une question de point de vue. Pour le moment, il n’est ni plus simple, ni plus complexe, mais nettement plus futile.

      Le DDT est un poison pour le vivant et celui qui est dans nos rivières le sera pour encore très longtemps, alors pourquoi leur infliger ça, « sautez par la fenêtre braves gens, l’immeuble est en feu! » pourquoi ne pas essayer autre chose?

      Peut-être parce que ce n’est pas vrai. Par exemple, l’eau est un poison (des gens meurent par centaines tous les ans d’en avoir eu trop dans les poumons). Concrètement, l’utilisation du DDT avait quasiment réussi à faire disparaître la malaria. Son interdiction a provoqué une réapparition puis une explosion du nombre de cas. 1.000.000(+) de morts par an parce qu’on ne l’utilise pas, comme poison, je trouve ça classe.

      La métaphore de la voiture je l’ai retravaillée si vous voulez : un voyant sur le tableau de bord indique que quelque chose ne va pas et un panneau indique qu’on va aborder une descente avec virages fréquents, alors on s’arrête sur le bord de la route pour vérifier dans le manuel si c’est grave ou on accélère?

      Ah mais ça vous n’en savez rien : comme tout ce que dit le GIEC est maintenant sujet à caution (et plus), vous ne savez pas si vous avez un voyant allumé, vous ne savez pas lequel, et vous ne savez pas où il est. Dès lors, comment prenez vous une décision correcte ? C’est du pifomètre.

      Rigolo le coup du vélo, par contre foutre en l’air un rapport de plusieurs centaines de pages à cause d’une erreur de retranscription (le vrai chiffre était dans le résumé), c’est très osé!

      médekwâparlez vous donc ? Les rapports du GIEC sont truffés de conneries (les glaciers de l’Himalaya font 500.000 km² (!), ils vont tout fondre complètement avant 2035 (!), etc…)

      Quant au climate gate, une foutue histoire à un moment diablement propice pour les sceptiques n’est-ce-pas? presque trop beau pour être vrai. Et comment pourriez-vous savoir que je n’ai rien lu, je ne vous voit même pas dans mon lit le soir…

      Allons, tout ce que vous dites aurait un vague vernis d’intérêt si, par la suite du climategate, on n’avait pas encore empilé les ahurissantes nouvelles concernant le GIEC, son utilisation de rapports bidons et d’études d’étudiants boutonneux mal torchées, d’approximations scientifiques au doigt mouillé, etc…, etc…

      Il apparaît maintenant assez clair que les soi-disant rapports scientifiques de cette bande d’escrocs visaient surtout à faire mousser leur petite affaire, et que la réalité tant du réchauffement que de son origine humaine sont des plus discutables. La vérité, c’est qu’on ne sait absolument pas de quoi demain serait climatologiquement fait, et qu’on joue à se faire peur, vous le premier.

      Vous me paraissez tout bonnement un peu nerveux et très très motivé de vous persuader

      explique doctement celui qui vient, revient et re-revient sur mon blog pour tenter d’avoir le dernier mot. Petit marrant, va.

      que tout cela n’existe que dans la tête de milliers de scientifiques…

      milliers de scientifiques qui n’existent pas – le GIEC étant majoritairement composé de politiques – (contre des dizaines de milliers qui eux sont bien des scientifiques et dénoncent les bêtises du groupement…)

      Moi aussi ça me fait un peur tout ça vous savez, mais je sais que les solutions existent et que même si le réchauffement climatique se révèle être l’arnaque du siècle, ces solutions sont bénéfiques.

      Je résume donc : on se serait fait enfumer, mais c’est pas grave parce que les solutions à ce non-problème existent et elles seront bénéfiques ? Mais c’est extraordinaire, comme position, ça !

      La vrai question c’est pourquoi tant d’acharnement à rester comme nous sommes, car ce n’est pas cela qui sauvera les populations pauvres, contrairement à ce que vous insinuez.

      PS : si vous voulez un vrai débat, sortez tout ce que vous savez à des gens qui sont capables de tout assimiler et qui ont la capacité de vous répondre, sinon ce n’est pas un débat. Et quant ils vous répondent faites de vrais contre-argumentaires… ne devenez pas insultant, cela vous enlève votre crédibilité.

      Je fais ce que je veux avec mes trolls.

  3. Murps

    « Je vous le dis à vous qui avez l’air un peu sceptiques  »

    C’est amusant comme phrase.
    Je ne suis pas sceptique du tout. Je suis au contraire parfaitement convaincu.

    Convaincu qu’il n’y a pas de réchauffement et en particulier pas de climat global ni de température globale.

    En fait on peut être sceptique à propos d’une théorie ou absolument certain qu’elle est fausse.
    Avec ou sans le chèque d’Exxon/Mobil…
    :-)

  4. Flak

    « espère tout de même que certains politiques pourront en pousser d’autre à voir plus loin que la puissance de certains lobbies et la ténacité de certaines habitudes »

    vous croyez vraiment que ca marche comme ca?
    ahah c’est ballot.

    1. Gakool

      Comprends pas vos réponses.
      Vous m’avez pris pour un élève de CE1 peut-être?
      Le coup des saisons, il faut surtout l’expliquer au gens qui nient le réchauffement global parce que devant leur porte avant-hier il faisait plus froid que l’année dernière.

      Pour les lobbies et les habitudes, oui je crois que ça marche comme ça. Il n’y a qu’à trainer du côté du parlement à Bruxelles ou du côté de notre chère France fière d’avoir d’avoir participer au siècle des lumières pour le constater.

      1. Ah mais quand on s’imagine que le monde fonctionne selon les principes que vous décrivez, on s’expose à la moquerie ou à la dénonciation de naïveté. C’est comme ça.

    1. @argone : dos à dos ? Non, il est clairement pro-réchauffiste, et c’est transparent dans son article (dont pas mal de passages nécessiteraient une entrée dans les Pignouferies d’ici). Rien que pour parler de l’Optimum Médiéval, il est assez gonflé pour dire dans un article du monde que son confrère Courtillot a tort, mais, bizarrement, il ne va pas aller le trouver pour le lui faire remarquer en détail. Normal : son argument est bidon.

  5. bibi33

    L’augmentation de 1,6W/m² mentionné dans l’article est obtenu en partant du principe qu’il y’a une rétroaction positive entre les GES émis par l’homme et la quantité de vapeur d’eau (principal GES) dans l’atmosphère.
    Ce qui est totalement faux comme l’ont démontré Lindzen et al. dans leu article paru en 2009 dans Geophysical Research Letters.

    1. @La Chose Numérique : effectivement, la dette et la poche ne sont pas les mêmes choses, et ce n’est pas ce qui est dit. Il est dit que les taxes vont abonder les unes et tenter de rembourser les autres. Rien que de très banal, en somme.

  6. adnstep

    gakool, je vous soutiens totalement : la glace va fondre, et les eaux vont monter, jusqu’aux plus haut sommets de la Terre.

    Car Dieu, dans Son infini sagesse, a dit qu’encore une fois la Terre était invivable et que les hommes étaient corrompus… Il vous a demandé de construire une nouvelle Arche et d’y réunir un mâle et une femelle de chaque espèce animale et quelques humains dignes de foi…

    Et, comme il est écrit dans le Coran : « Et il construisait l’arche. Et chaque fois que des notables de son peuple passaient près de lui, ils se moquaient de lui. Il dit : ‘Si vous vous moquez de nous, eh bien, nous nous moquerons de vous, comme vous vous moquez (de nous)’. Et vous saurez bientôt à qui viendra un châtiment qui l’humiliera, et sur qui s’abattra un châtiment durable ! ».

    Et oui, vive le châtiment durable.

  7. Flo

    Tiens aux dernières (très courtes) infos on dirait bien que toute cette mascarade a lamentablement foiré.
    Ceci dit c’était plus facile à prévoir que la température en 2100.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)