Un bon hooligan est un hooligan syndiqué

S’il y a bien quelque chose qui ne passe pas bien à la télé, c’est le vandalisme. D’une part, cela fait des images floues et mal cadrées, et d’autre part, cela montre le côté rugueux d’une réalité pas toujours agréable à voir ou à entendre : les gens ne sont pas tous gentils. Et dans notre République Démocratique Populaire de Bisounoursland, divulguer une telle information, c’est passablement gênant pour ceux qui nous gouvernent…

Pour bien constater à quel point c’est la médiatisation de la violence qui enquiquine nos ministres et non la violence elle-même, il n’y a qu’à prendre deux très récents événements.

Pour le premier des deux événements, nous allons remonter à samedi soir dernier ; reprenez du popcorn, enfilez un survet informe, une bière à la main, et hop, nous y sommes : un match de foot est organisé entre Monaco et Nice, et, à la fin du match, des hordes d’individus sont descendus des gradins pour aller cogner qui du flic, qui de l’individu d’en face, le tout sous l’œil des caméras.

Comme on pourra le constater sur les images suivantes, il s’agit essentiellement de jeunes probablement très déçus du score de leur équipe qui expriment à leur façon, à la fois citoyenne et festive, l’amère contrariété que soulève le résultat de la rencontre sportive. Comme quoi, on peut rester actif après une bonne bière.

Et évidemment, comme ça passe à la télé, l’impact est tout de suite plus fort et les réactions ne tardent pas.

Pour le petit combat de catch dans la confiture de framboise, nous prendrons cette fois-ci Michèle Jawlliot-MarieBreaker contre Brice Hortefire, le Désanusseur de Beauveau.

En substance, le 29 janvier, la première avait envoyé, dans une prise dite du Death Valley Driver, une lettre pas piquée des hannetons à Hortefire, critiquant le travail de la police dans les stades – « Alors Dugenou, il n’y a pas assez d’arrestations ! Ça mollassonne, tout ça ! » – , lettre que le Désanusseur de Beauveau s’était mangée en pleine tête :  c’est pas de bol, mais le match venait juste d’avoir lieu et les images encore fumantes de la rencontre atteignaient tout juste les rédactions de presse, toujours promptes à bondir sur un truc aussi salé.

Reprenant ses esprits, Brice n’a pas hésité à tenter un Gutbuster bien douloureux : « Que nenni la vioque, les arrestations de hooligans ont augmenté de 6.5% depuis le début de la saison !« . Il enchaîne ensuite, avec, on doit le dire, une certaine maîtrise de la prise, un magnifique Dragon Screw qui laisse la Jawlliot-MarieBreaker étourdie sur le ring : « En plus vieille baderne, ce sont les parquets qui ne sont pas synchros ! »

Et les deux catcheurs un peu clownesques de se renvoyer tour à tour dans les cordes en aspergeant assez généreusement les spectateurs de confiture de framboise.

On sent que le débat n’est pas prêt de s’éteindre, d’autant qu’on frise la surenchère à celui qui mettra en place les sanctions, les procédures ou les actions policières les plus fermes contre ces casseurs. Bisounoursland est maintenant assez loin : on va faire parler la poudre.

République du Bisounoursland

D’un autre côté, en revanche, c’est un calme plat à peine troublé par le petit gargouillis tranquille des ruisselets d’eau lancée par de puissantes lances à incendies sur un stock de journaux fraîchement imprimés.

Vous n’êtes pas au courant ?

C’est normal : ici, pas de combat de catch, pas de confiture qui vole dans tous les sens, pas de presse enflammée et … pas de téloche sur les lieux.

L’affaire est simple : Bolloré a décidé, il y a quelques semaines, de faire imprimer son journal, Direct Matin, non plus par les imprimeries de presse parisienne mais par l’imprimeur Brodard Graphique, dans la Seine-et-Marne. Le hic, ici, c’est que Brodard Graphique n’est pas sous la férule du Syndicat du Livre CGT, groupuscule mafieux qui n’en est pas à son coup d’essai en matière d’actions illégales et d’utilisation de la force brutale.

Et évidemment, ça n’a pas trainé : dans la nuit de mardi à mercredi, 30 nervis du syndicat de gros bras se sont introduits et ont, purement et simplement, détruit le stock à coup de lance à incendie.

Heureusement, MAM et Hortefeux sont montés au créneau,

  • l’une pour assurer que la Justice traquera jusqu’au dernier de ces cancrelats syndiqués qui empêchent finalement qu’un journal soit imprimé alors qu’on est encore, dans ce pays, sous le régime de la liberté d’expression (non ?),
  • l’autre pour mettre en place une surveillance policière des locaux de l’imprimeur afin que ceci ne se reproduise plus, et dépêcher une enquête vigoureuse dans les bas-fonds interlopes dans lesquels se vautrent avec délice les Yakuza du Livre CGT.

Ah euh bah on me fait savoir qu’en fait, il n’y a eu qu’une toute petite poignée d’articles de presse, ici ou , mais qu’apparemment, le couillomètre de la presse traditionnelle (Le Figalo, Labération, Le Maônde) affiche désespérément zéro. Ce qui se traduit, du côté des catcheurs de Prisunic, par une absence totale de réaction (et une persistance à se pouiller sur des actions aussi hooliganesques que grotesques).

Rassurez-vous.

Tout ceci est normal : vous n’entendrez aucun journaliste, l’œil affolé, crier au fascisme devant ces actes de destruction. Il n’y aura aucun blog de nos amis gauchistes pour dénoncer ces méfaits, alors qu’il s’agit pourtant d’une atteinte, claire, nette et précise au droit d’expression.

On empêche, physiquement, un journal de paraître, pour la simple raison qu’il n’est pas imprimé par des ouvriers syndiqués, ce qu’aucune loi, aucune morale ne permet de justifier : oui oui, il s’agit, clairement, de pratiques mafieuses, et très exactement assimilables aux exactions de certaines chemises noires dans les heures les plus sombres d’une certaine histoire, et pourtant, il n’y aura aucun crie d’orfraie, pas de hurlements à la censure, pas de billets incendiaires.

Mieux : lorsque de tels actes sont soumis à la police, bizarrement, les condamnations ne suivent pas ou sont étonnamment clémentes. Là encore, pas de réactions devant une justice manifestement à deux vitesses…

En France, lorsqu’un Hooligan est Syndiqué du Livre CGT, ni MAM, ni Hortefeux, ni les éternelles pleureuses médiatiques ne se lèvent pour tempêter.

Amicale des Syndiqués du Livre CGT

Je ne pourrai que conseiller aux « supporters » de Nice (ou d’ailleurs) de s’encarter rapidement.

Ça pourrait leur servir.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires14

  1. Winston

    La vraie devise de la Fronce, celle-que-y-a-pas-assez-de- place-au-fronton-des-mairies-pour-l’écrire-en-entier, c’est :

    Liberté (de dire oui-oui et/ou de se taire)
    Egalité (mais ça dépend pour qui)
    Fraternité (mais moi d’abord quand même et moi encore s’il en reste)

  2. Flak

    le premier numero de la revue de BD KOG (jamais sortie, et pour cause) a ete detruit de la meme facon.
    Les createurs ont fait faillite des le numeros 1.
    j’encule la france.

  3. Mr T

    Misère misère.

    http://fr.news.yahoo.com/4/20100201/tbs-usa-budget-deficit-7318940.html

    A lire pour savourer la novlanguz ;

    « Le président Barack Obama annonce s’attendre à voir le déficit budgétaire des Etats-Unis culminer à 1.560 milliards de dollars avant de diminuer, en présentant un projet de budget qui vise à la fois la maîtrise des deniers publics et la lutte contre le chômage »

    Quelle assurance, le gouvernement se rapprohe de 2 dollars dépensés pour 1 dollar récolté, mais on le croit, prêtez votre argent au trésor américain… freestaaïLe finger in ze nose. Et puis c’est pas parce que chaque prévision de déficit a systématiquement été sous-évalué d’environ 33% depuis au moins Bush Jr qu’on va jouer les esprits chafouins…

    « Nous ne pourrons pas réduire ce déficit du jour au lendemain car la reprise n’est pas encore généralisée »

    Traduire : plus l’Etat Fédéral (nous) se goinfre du pognon que vous avez pas encore gagné, moins il y en aura pour le secteur privé (vous), et mieux je serai à même de vous infliger un nouveau gangbang anal. Et la boucle est bouclée.

  4. Théo31

    On se souviendra qu’il y a quelques jours a été condamné un délégué CGT des docks de Marseille pour avoir passé à tabac un salarié qui avait refusé de se faire encarter de force par le syndicat. Mais comme il n’a pas voulu balancer ses copains d’aventure, il s’est retrouvé tout seul à charger et crie à l’injustice.

    On se souviendra également de tous ces clandestins passés à tabac et gazés par des nervis de la CGT dans une bourse du travail à Paris l’été dernier. Bizarrement, on a pas entendu une seule des pleureuses de gauche (où qu’elle était la mère Béart ?) aller faire la pute indignée devant les locaux de la CGT. En revanche, si c’était Hortefeux qui avait fait ça… 2P2M.

  5. carole

    M’enfin, m’enfin, vous vous alarmez pour des pécadilles.
    Tout va bien en France. Sur TV5Monde (Pujadas) nous parle depuis 2/3 jours en dossier Grand format : les francais et le sexe. Sont heureux, s’achètent des petites zigounettes, des petites lingeries, regardent de plus plus de X, en couple ou entre potes, s’éclatent quoi !!!!!!! Le salon du X à lyon surbooké, l’industrie en pleine croissance. Les francais libérés grâce à 69, heu non 68.
    Entre Martine qui manie le martinet avec Frêche et qui va couvrir la France d’un voile rose, et la sexualité de plus en plus débridée, de quoi vous plaignez vous.

  6. Essepe

    Enorme la retranscription du saccage par l’organisme de propagande france24:

    http://www.france24.com/fr/20100204-le-syndicat-livre-attaque-bollor-fendant-le-monde

    « La bataille engagée entre le syndicat et le groupe Bolloré avait abouti dans la nuit de mardi à mercredi au blocage de l’imprimerie Brodard et à la destruction de plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires de Direct Matin. »

    A lire ça on pourrait croire qu’ils se sont détruits d’eux mêmes ces journaux, pas par une bande de mafieux … une conséquence logique du différent entre bolloré et le syndicat.

    J’ai comme dans l’idée que si ça avait été l’inverse, des gars de bolloré qui tabassent un ou deux cgtistes par exemple, le ton aurait été beaucoup plus direct, avec des agresseurs et des victimes.

    Et vous pensez qu’ils vont finir sur le préjudice qu’a subi l’imprimeur, et sur la plainte qu’il a déposé ?

    Ba non le pauvre imprimeur qui a vu sa production détruite tout le monde s’en fout, la star c’est la cgt bien sûr :

    « Le Syndicat général du Livre et de la Communication écrite (SGLCE-CGT), a réunis jeudi en urgence l’ensemble de ses représentants dans les entreprises de presse. Dénonçant « le silence » du Syndicat de la presse quotidienne nationale (auquel n’appartient pas Bolloré), le Livre CGT a cependant appelé à des arrêts de travail dès jeudi soir dans la presse nationale. »

  7. Cultilandes

    Vous supposez, H16, que les salariés de cette imprimerie Brodard ne sont pas syndiqués, or ils le sont peut-être, éventuellement à la CGT, mais pas à la CGT DU LIVRE!
    Ça change tout.

    1. Oui, effectivement, vous avez raison. L’important ici étant que lorsqu’on est dans une imprimerie et qu’on n’est pas syndiqué « comme il faut », on a des problèmes. Ceci n’est pas normal dans un pays dit « de libre expression ».

  8. Information complémentaire, dans un journal qu’on ne peut pas qualifier « de droite » : http://www.rue89.com/2008/11/01/violences-trafics-menaces-les-coulisses-de-la-cgt-du-livre

    Mais beaucoup d’autres se taisent : très susceptible, le Livre peut bloquer la parution de leurs journaux et leur faire perdre des millions d’euros. « Off the record » cependant, des patrons se répandent sur des méthodes qu’ils jugent « mafieuses », voire « terroristes ».

    Pas moins de 5 000 armes dormaient dans un entrepôt des NMPP : fusils, carabines, armes de guerre et munitions ad hoc, toutes issues de la faillite de Manufrance dix ans plus tôt, et stockées là par des ouvriers CGT.

    A part ça, certains trous du cul hésitent encore à les classer dans les mafieux et trouvent le rapprochement avec les chemises noires un peu trop violent. Pov’ti’chous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.