Un Total à somme nulle

Et c’est reparti pour un tour : la France va friser la pénurie de carburant ! C’est ballot, alors que l’économie repartait à fond les ballons !

Il y a, tous les jours, en France, au moins une grève ou un conflit social d’envergure en cours. C’est, avec le vin, le fromage, et les dictateurs totalitaires, une des principales productions du pays.

Quand ce n’est pas la SNCF, c’est l’Éducation Nationale. Quand ce ne sont pas les profs, ce sont les électriciens, les gaziers ou les contrôleurs aériens. Et quand ce n’est pas un service public, c’est une grande entreprise nationale, dont les intérêts sont massivement entremêlés avec ceux de l’Etat soit par subvention, soit par actionnariat, soit par connivences gluantes aux sommets.

Et cette fois-ci, pendant qu’Orly subit les affres d’une nouvelle grève de prestataires de services et fait ainsi profiter d’un rayonnement international la grévitude franchouille, c’est la Régie Nationale des Pétroles Républicains qui s’y met.

Oups, pardon – À lire les articles de presses parlant d’un Lefebvre qui veut rouvrir le site de Dunkerque et d’un Estrosi qui exige un CE anticipé, j’avais cru un court instant que l’entreprise Total avait officiellement basculé dans le giron de l’Etat français.

En réalité, si l’État n’est plus directement actionnaire du groupe, il en reste quand même le plus gros bénéficiaire, au travers des ventes de produits pétroliers en France : avec des taxes sur l’essence dépassant allègrement les 100%, on comprend que le fisc chouchoute le dealer et on comprend aussi pourquoi toute la classe politique veut toujours fourrer son nez dans l’entreprise.

Et c’est donc encore une fois un de ces magnifiques fleurons de l’industrie française, parfaite illustration en grandeur réelle de ce que le Capitalisme Patriotique peut produire de plus efficace pour emmerder les foules, qui va enfoncer une nouvelle écharde, pardon une aiguille, mmh non, finalement, un gros épieu dans le pied des Français qui seront, j’en suis sûr, très contents de participer à l’opération Renflouons La CGT Total – Dunkerque.

Bénéfices ? Total recall.

Notons aussi, toujours dans le chapitre Capitalisme Patriotique, que le rachat d’ELF par le pétrolier aura certes doublé l’effectif de l’acheteur mais lui aura aussi permis de « bénéficier » des méthodes de gestion sociale du gazier qui, accouplées aux syndicalistes déjà présent dans l’entreprise-mère, permettront d’aboutir à la situation qu’on connaît actuellement. Malin : on a changé le nom du bocal, mais on a conservé les mêmes cornichons…

Bilan ? On utilise les manœuvres habituelles d’intimidation par la grève, avec ici le puissant levier du carburant, et on se retrouve avec un merdier couru d’avance aux odeurs lourdes de marée noire : si la direction ne fait pas ce que les grévistes veulent, ces derniers menacent de mettre toute la France automobile à l’arrêt.

Au moins, on pourra se consoler en se disant que les grévistes, pour une fois, ne se cachent pas derrière un argument du type « On le fait pour tous ceux qui ne peuvent pas le faire, on le fait aussi pour vous, fiers automobilistes qui allez faire beaucoup de vélo prochainement ». Là, au moins, c’est clair, il s’agit de défendre son emploi, point.

Ici, ce qui me gêne n’est pas, en soi, la grève que ces syndicalistes mènent : tant qu’elle est légale et respectueuse du droit du travail (ce qui serait assez rare pour être noté, mais baste, passons), elle représente un des moyens dont dispose ces personnes pour obtenir ce qu’ils veulent.

Ce qui me gêne en revanche beaucoup plus, c’est, d’une part, l’appel à déclencher la pénurie par le leader syndicaliste, et d’autre part, l’intervention de l’État dans cette crise.

En effet, vouloir ouvertement le pire (la pénurie) est ici faire preuve d’une bêtise crasse, d’un manque profond de lucidité et, pour tout dire, illustre parfaitement l’esprit égoïste habituel chez les leaders collectivistes.

Économiquement, une fois la pénurie atteinte, on se retrouve dans la situation où, chaque minute qui passe, la France perd, littéralement, des millions d’euros en activité non fournie, en service non rendu, en production non faite. Cette perte n’est pas seulement irritante pour quelques banquiers et prospères actionnaires d’un fumeux patronat boudiné / nez crochu / etc… tel qu’on le représente dans les images d’Épinal à la mode gauchiste.

Elle représente, très concrètement, un nombre bien violent de nouveaux chômeurs, de nouvelles faillites d’entreprises. Et ces faillites aggravent en réalité la situation générale, celle-là même qui provoqua au passage la décision de Total de fermer la boutique à Dunkerque. Autrement dit, en souhaitant ainsi la pénurie, les gréviculteurs pratiquent, bêtes et méchants, la politique de la terre brûlée : plus rien pour eux, et plus rien pour les autres non plus. Il est vrai que lorsque tout le monde baigne dans la merde, au moins, il n’y a plus de jaloux.

D’autre part, l’intervention directe de l’Etat est, comme je l’ai souligné précédemment, une parfaite illustration de ce qu’est le Capitalisme Patriotique Franchouille & De Connivence : une entreprise privée, dans ce pays, ne peut prendre, finalement, aucune décision stratégique de long terme importante, sans qu’elle ne soit immédiatement inscrite dans le cadre d’une manœuvre politique qui, elle, est toujours de nature « court-termiste ».

Dans le court-terme, on se souviendra des longues années d’errance intellectuelle et de rattrapages douloureux, pénibles et au final totalement inutiles de toutes les filières du charbon et de l’acier : chaque action gouvernementale, chaque rallonge de budget, chaque aide d’Etat s’est, au final, traduite par un appauvrissement catastrophique des régions concernées, et de tous les autres contribuables avec elles : non seulement, le charbon et l’acier en France n’ont pas été sauvés, mais en plus, le tissus social local a été ravagé profondément, et ce, sur plusieurs générations.

Là où, dans d’autres pays, on a su, bien tragiquement mais efficacement, se faire mal une fois et rapidement, en France, on a réussi a faire durer la douleur pendant plus de vingt ans.

Ici, en intervenant avec les mêmes principes, les mêmes idées, et les mêmes méthodes, l’État obtiendra … les mêmes résultats : le raffinage en France disparaîtra, mais les efforts de l’État pour qu’il n’en soit pas ainsi provoqueront suffisamment de dégât, tant au niveau local qu’au niveau national, pour que tout le monde s’en souvienne pendant plusieurs décennies.

De la même manière purement égoïste que le syndicaliste et sa terre brûlée, les politiciens ne s’occupent ici que de leurs intérêts bien compris dans leur future réélection au moyens de petits moulinets et de grandes rodomontades.

La facture finale, au total, ces lascars s’en foutent : c’est le moutontribuable qui régale.

J'accepte les Bitcoins !

1LyPCMdAzvfuyWFihbCkkDrMd4XWgEaour

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires15

  1. Higgins

    Constat au combien lucide, mon cher H16. On a un autre malheureux exemple avec l’agonie d’Heuliez qui n’en peut plus de mourir. C’est tragique pour les personnes concernés et la ville de Cerizay (Deux Sèvres) mais ce n’est pas parce que le canard court toujours une fois la tête coupé qu’il est vivant et viable.

  2. Nick de Cusa

    Et il y aurait beaucoup plus d’entreprises viables s’il y avait moins d’impôts, charges et taxes, moins de harcèlement bureaucratique et moins d’inflation législative infernale.

    Autre aspect clé de la question Total : Borloo se déchaine comme un dingue pour inciter tout le monde à changer de voiture pour des modèles qui consomment moins. Sans aucune raison valable. Les syndicats de Total ont-ils réfléchi à l’impact de ce genre de politique sur l’emploi?

    1. h16

      De toute façon, Borloo pousse à une roue déjà lancée : les consommateurs ont naturellement intérêt à des voitures qui consomment moins, pas plus.

      1. Nick de Cusa

        Bof. C’est le cas en Europe mais on ne constate pas ça dans les pays où il y a pas / peu de taxes sur le carburant. C’est plutôt, là encore, la désincitation fiscale qui joue un bien plus grand rôle.

        1. h16

          Je me suis mal exprimé : les constructeurs automobiles ont tout intérêt à fournir des voitures qui consomment moins, parce que les consommateurs préfèrent toujours faire plus de km pour 1L. D’où la tendance générale : en 2000, on fait 2x la distance qu’on faisait en 1980 avec le même litron d’essence. Évidemment, ce raisonnement est d’autant poussé par les taxes compulsives de l’état sur le pétrole…

        2. hkhechai

          La situation est plus drôle quand on y pense. L’Etat s’est engagé depuis pas mal de temps à encourager (à l’aide d’avantages fiscaux) la consommation du gazole au lieu de l’essence. Or nos raffineries frôançaise telles qu’elles sont équipées produisent plus d’essence que de diesel. Du coup, ce que font les raffineurs français : on vend l’excedent d’essence aux USA et et on achète le gazole. Seulement, voilà avec la crise, plouf chute de la consommation aux States.
          C’est fou comme quoi chaque fois qu’il y a une grosse merde, les mains de l’Etat ne sont pas très loin !

          1. h16

            Et si on ajoute le fait que les pignoufs comme Borloo font tout pour que la consommation d’essence diminue (verdisme oblige), on a une image assez précise des agitations de l’état qui sabote les ventes de Total.

            Mais certains, ici, vous répondront que ménonménon, c’est le marché qui est très très imparfait.

            Tiens, bingo, je tombe sur ça : http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/social/20100225.FAP0583/total_la_france_doit_sortir_de_la_schizophrenie_estime_.html

            Chérèque :

            « On a d’un côté M. (Jean-Louis) Borloo qui nous demande d’acheter des voitures électriques, et de l’autre côté M. (Christian) Estrosi qui nous dit qu’il faut raffiner du pétrole. Pour quoi faire? Pour le stocker dans les caves? »

  3. Kassad

    Je crois au contraire que les syndicalistes ont en fait une vue à trèèès long terme : une fois que la France sera vraiment appauvrie ce sera à notre tour de recevoir les délocalisations des nouveaux pays riches … et donc des gisements d’emplois. La voilà la formule magique.

    Bon ok on fabriquera des espadrilles plutôt que d’avoir des produits à haute valeur ajoutée mais ce n’en sera que mieux (une vie saine et … durable). D’autant plus que cela permettra de grandir la population ouvrière avec les rêves humides de grand soir qui y sont attachés.

  4. Valuebreak

    bien vu, H16, quand vous dites que les grévistes ne se cachent même plus derrière des prétextes types « nous faisons la grève pour le consommateur-usager-bénéficiaire » …

    quand les corporatismes ne se donnent même plus la peine des faux semblants, ils sont fatalement destinés à se dresser les uns contre les autres … au final, c’est l’arbitre, l’état donc, qui devient la cible commune des protagonistes …

  5. Laglute

    C’est un peu le syndrome du Port Autonome de Marseille tout ça, avec une image CT-MT assez peu reluisante pour le pays. Les investisseurs étrangers apprécieront, c’est bien pour la confiance. Mais enfin, bon, une victoire à la Pyrrhus pour la CGT, c’est toujours bon à prendre, non ?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)