Humanisme écologique : le flower power dans ta gueule

J’ai parlé à plusieurs reprises, dans ces colonnes, de la République Populaire du Bisounoursland, en pointant la douceur et la gentillesse haineuses dont elle sait faire preuve pour asservir le citoyen et le contraindre à des fêtes colorées, joyeuses et totalement écervelées pour oublier le caca dans lequel il s’enfonce à force de déresponsabilisation espiègle. Un autre aspect de cette République bananière est son écologisme de combat, ouvertement affiché : tout, absolument tout, sera fait pour parvenir à la protection ultime de la Nature contre le fléau humain…

Une application concrète de ce principe sous-jacent au bisounoursisme de combat est visible, tous les jours un peu plus, dans l’actualité.

C’est ainsi qu’on découvre, mi-stupéfait, mi-consterné, mi-attristé – je sais, ça fait 150%, mais l’indignation fait sortir hors de soi à 50% – qu’un groupe de Fluffies* n’a rien trouvé de mieux à faire de ses longues journées d’hiver que d’assigner Ikéa en justice pour sauvegarder l’existence d’un petit lézard local.

(* Pour rappel, un Fluffy est ce gentil écologiste extrémiste, personne cohérente qui souhaite de façon décontractée la mort de son prochain dans de longues souffrances pour assurer une descendance nombreuse aux otaries, baleines et autres crustacés au détriment de sa voisine de palier dont il sait pertinemment qu’elle ne trie pas ses déchets, cette vieille radasse.)

Lorsqu’on est un gros employeur avec des moyens financiers et qu’on est, un minimum, respectueux des lois en vigueur et de son image de marque, l’idée lorsqu’on s’installe sur un nouveau site est donc de faire l’ensemble des démarches requises pour que tout se passe bien.

Dans la plupart des pays civilisés, démocratiques et pas trop corrompus, le fait de bien respecter ces démarches évite de s’exposer ensuite à des poursuites. Dans une République Démocratique & Populaire, c’est un peu différent dans la mesure où l’insécurité juridique, fiscale et écologique expose n’importe qui à n’importe quel changement dans la loi, au caractère irascible des groupements de pression qui s’empresseront de mettre tout un tas de bâtons dans les roues pour montrer qu’ils existent et justifier ainsi les tombereaux de subventions dont ils s’abreuvent de façon directe ou indirecte.

Dans le cas qui nous occupe, Ikéa a donc – bêtement, je dois dire – suivi l’ensemble des contraintes administratives et environnementales qu’on lui imposait pour bâtir son site logistique à Fos-Sur-Mer. Bien mal lui en a pris puisqu’ainsi, il exposait clairement le flanc à toutes les rodomontades écologistes qui lui reprochent maintenant de massacrer des petits lézards, des oiseaux et des plantes vertes.

Le fait, bien sûr, que Ikéa paye des taxes et impôts, qu’il emploie de nombreuses personnes sur son site, tant pour le construire que pour le maintenir et en assurer le fonctionnement, tout ça passe évidemment au-dessus de la tête de ces gentils sauveurs de psammodromes.

Pti lézard à la con

Vous ne savez pas ce qu’est un psammodrome ? C’est normal : tout le monde, à l’exception de quelques hurluberlus, s’en cogne vigoureusement. Et tout le monde a raison.

Certes, détruire la faune et la flore exprès, pour le plaisir de détruire et casser, est stupide et ridicule. Mais dans cette histoire, on n’est pas dans ce cas là : Ikéa a réalisé moult études d’impact, et paye grassement – 1.7 millions d’euros, tout de même – pour compenser les éventuels dégâts causés. Eh bien ça ne suffit pas : on va lui reprocher de n’en avoir pas assez fait (le mouton est trop laineux pour qu’il soit laissé à gambader).

En réalité, à force de lois idiotes, de jugements ridicules et de lobbying écologiste belliqueux, qui placent systématiquement les petites plantes, les petits reptiles et les petits oiseaux au-dessus des activités humaines, il n’y aura plus lieu d’avoir des activités humaines du tout.

Si les lois « écologistes » qui sont d’application actuellement étaient passées il y a 10000 ans, il n’y aurait pas d’aéroports, d’autoroutes, de métros, d’installations électriques, de téléphone, d’eau courante. Il n’y aurait aucune technologie, pour être clair. L’humanité en serait encore à lutter contre la gastro et le scorbut, et l’espérance de vie serait ridicule et probablement de l’ordre de 20 ans. D’ailleurs, les gentizécolos ont cette tendance à naturellement oublier que sans la technologie, sans la domination de l’homme sur la nature, la plupart d’entre eux ne seraient pas nés, ou n’auraient tout simplement pas atteint l’âge adulte.

La nature, loin d’être une créature chétive et tremblante devant les poings fermés, puissants et bagarreurs d’une Humanité destructrice, est en réalité une force qu’il faut tous les jours combattre pied à pied pour arriver, simplement, à survivre. Relâchez la bride, quelques années, et les coûts s’en font douloureusement sentir.

Et je ne parle pas, ici, d’une éventuelle fermeture d’Ikéa, qui jetterait quelques centaines de chômeurs de plus dans les bras « nourriciers » et voluptueux de Paul Employ, ce charmant escort-boy généreux dans sa distribution de maladies vénériennes.

Non. Je parle de personnes qui, grâce aux actions idiotes, intempestives et répétées de ces insupportables écologistes de combat, finissent par mourir, purement et simplement. Et pas une ou deux, mais plutôt des centaines. Des milliers, même.

Je passerai pudiquement sur le cas, relaté ici, qui traîne depuis plus de trente ans, du DDT, et qui aura coûté la vie de millions d’êtres humains. Bravo les Fluffies.

Plus récemment, il y a le cas symptomatique de la Nouvelle-Orléans, et de l’ouragan Katrina. Un bilan supérieur à 1800 morts, qui auraient pu largement être évités si ces mêmes associations d’abrutis verdoyants n’avaient pas placé la survie de quelques animaux au-dessus de celle de leurs frères humains.

La vie de 1800 personnes, chiffre effroyable si l’on y réfléchit bien (c’est trois fois Oradour-Sur-Glane, hein), ce n’est rien si l’on doit sauver quelques poissons. Alors, construire des digues qui auraient protégé les premiers au détriment des seconds, c’est non. Surtout pas. Il ne faut pas : c’est mal.

Oh certes, on pourra toujours arguer que ces digues n’auraient peut-être pas protégé ces humains. Oui, mais elles auraient peut-être pu, d’une part, et d’autre part, les zélés zécolos sont bien les premiers à brandir le Principe de Précaution ! Que n’en usent-ils pas pour aider leurs congénères ?

Bah non : l’écologie, ça sauve les phoques, ça sauve les thons ou les hérons cendrés. Mais pour les Africains qui se font piquer par des moustiques et en meurent, c’est « Démerdez-Vous« . Pour les pauvres de la Nouvelle-Orléans, c’est « Tant pis bien fait« .

Je ne serai même pas étonné qu’un jour, on apprenne que le renforcement des digues devant la Faute-Sur-Mer n’a pu avoir lieu, entre autre, pour des raisons de lois littorales et écologiques, ou pour sauver un petit lombric argenté ou une grenouille sauteuse… L’Etat, trop content de ne pas avoir à remplir ses obligations de protection, n’aura pas eu à se faire prier pour laisser les constructions existantes se détériorer lentement.

Mais ce qu’il y a de bien plus inquiétant, dans tout ça, c’est la violence maintenant de moins en moins contenue dans les appels des associations soi-disant écologiques : non seulement, il faut sauver les petites araignées bigarrées, mais en plus, si on peut cogner un peu les humains autour ou écraser de taxes les méchants bipèdes, c’est encore mieux.

Là encore, on va se dire : ahlahlala, ce h16, il exagère encore. Tsk tsk tsk.

Bah non, même pas !

Par exemple, on trouve facilement des appels effrayants de Greenpeace, où la violence n’est pas masquée, et où certaines phrases font dangereusement penser – comme disait il y a quelques jours la Tartine au Brie – à d’autres époques et d’autres méthodes :

Nous devons les frapper là ou ça fait mal. Le temps est venu pour la désobéissance civile de masse via le pouvoir de nos votes, de nos impôts, de nos porte-monnaie, et plus encore.

Les canaux habituels ont échoué. L’heure est venue de la désobéissance civile de masse, pour couper l’oxygène financier au négationnisme et au scepticisme. Si vous êtes de ceux qui pensent que c’est non seulement possible mais aussi nécessaire, contactez nous. Parlons de ce à quoi ressemblera cette désobéissance civile de masse. Si vous êtes de ceux qui avez passé vos vies à miner une législation progressiste sur le climat, à financer de la science pourrie, à alimenter des débats bidons à propos de fausses solutions, et à réduire à coups de trique des gouvernements démocratiquement élus à la soumission, alors écoutez ceci :

Nous savons qui vous êtes. Nous savons où vous habitez. Nous savons où vous travaillez.
Et nous sommes nombreux, mais vous êtes en petit nombre.

Rassurant, non ? Ce ne serait pas issu par Greenpeace, le mot « climat » n’apparaîtrait pas, et si cela était estampillé FN ou NPA, prendriez-vous le message avec le même détachement ?

Oui, la rhétorique est la même : les graines de fachos sont, là encore, présentes. Et le fait qu’en réalité, la masse est de plus en plus nombreuse à se détacher des lubies écolos n’est pas étranger au regain d’agressivité de ces mouvances ; les dernières demandes consternantes de 400 « scientifiques » pour que la politique se mêle de science, histoire d’écarter toute dissidence, tout débat, et faire taire les outre-penseurs, illustrent fort bien l’esprit délétère qui anime ces Sauveurs de Gaïa. La réponse posée, d’un Courtillot par exemple, semble à la fois nécessaire et impuissante à endiguer le flot de conneries partisanes que, chaque jour, un Foucart ou un Huet déversent dans leurs opuscules sur-subventionnés respectifs.


Maison Foucart & Huet, Tripes et Volailles

Ces gens là font des morts, par millions, par action ou par omission. Ces idées, littéralement, tuent. Ces comportements, visiblement, ostracisent, séparent, divisent, provoquent la violence.

Le Flower Power s’est progressivement muté, au contact de la puissance politique, en Flower Power Dans Ta Gueule, et Que Périssent Les Faibles.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires48

  1. Laetitia

    Oui et c’est comme leur histoire de biocarburants pour pas polluer la nature, et qui forcément, a engendré une baisse de l’offre de certains produits alimentaires de base….

    Des tas de gens crèvent de faim à cause de ca, mais c’est pas grââââve hein.

    Bon sinon, il faut penser à péter la gueule aux type de greenpeace là. Ça ne peut plus durer ces histoires.

      1. Ils n’ont pas toujours été contre. Bref, une fois le mal fait, ils se sont rendus compte qu’ils avaient (encore une fois) merdé et se sont amendés. Bien.

        1. Laetitia

          Précisément. J’ajoute que le « pétage de gueule » se voulait une réponse aux mots doux de leur par cités dans l’article.

          Pour rappel: « Nous savons qui vous êtes. Nous savons où vous habitez. Nous savons où vous travaillez.
          Et nous sommes nombreux, mais vous êtes en petit nombre. »

          Alors vous allez me dire, qu’en fait, c’était pas une menace violente ou je ne sais quoi…Il n’empêche que venant de la part de gens qui préfèrent les œufs d’oiseaux à l’espèce humaine, j’estime être en droit de me méfier et d’en appeler à une défense (ici préventive et à moitié humoristique).

  2. sergio

    Il parait qu’en GB et aux USA les associations de defense des animaux sont classés au deuxième rang des plus dangereuses juste après Al-qaida

  3. Winston the only (other) one

    ce qui est agaçant (litote) avec ces abrutis d’écolos c’est qu’ils ne se rendent pas compte que c’est le Monde qu’ils détestent tant qui leur permet d’exister; nourriture abondante, technologie et liberté d’expression. Lorsqu’on est au chaud avec le ventre plein, on a du temps à consacrer à autre chose qu’à la survie… Bob Dylan expliquait avec humour que la culture Beat n’a pas atteint son village du Minnesota dans les années 50 car il faisait trop froid pour que les gens songent à autre chose qu’à rester chez eux.

    1. Cox

      Je ne vois pas en quoi le monde actuel nous permet plus d’exister que par le passé Winston. Vouloir changer certains aspects du monde ne revient pas non plus à le détester.
      Quant à Bob dylan, il a aussi dit:
      «Il y a de nombreuses manières d’écrire une histoire. Le sensationnalisme n’en est pas une.»

      à méditer dans les chaumières…

      1. Winston the only (other) one

        Cox : essayez peut-être d’aller manifester chez Poutine ou chez Loukachenko, simple suggestion. Encore qu’il paraît que la Earth Hour a fait un carton en Corée du Nord…

        http://www.lepost.fr/article/2010/03/27/2007819_immense-succes-de-earth-hour-en-coree-du-nord.html

        Bob Dylan a dit et écrit beaucoup de choses. C’est son métier. Mais je faisais référence à son vécu de natif du Minnesota, pas à sa carrière ni à son oeuvre.

        A propos vous aurez peut-être constaté que le Minnesota est bien moins peuplé que la Californie ou la Floride. Pensez-vous que le climat puisse y être pour quelque chose ? De là à penser qu’un raychofman, anthropique ou non, de quelques miettes de degré puisse être bénéfique il n’y a qu’un pas que j’ose franchir. Imaginez les rives de la Baie d’Hudson plantées de palmiers, ça aurait de la gueule et ça créerait de la place pour les millions de milliards de rayfugiés climatiques des Maldives ou des Tuvalus.

  4. Toni

    Greenpeace a écrit : »Nous savons qui vous êtes. Nous savons où vous habitez. Nous savons où vous travaillez. Et nous sommes nombreux, mais vous êtes en petit nombre. »
    Les électeurs pastèque ne devraient pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir abattu. Parce que dans le camp adverse; on est loin d’être en petit nombre. Je ne sais pas où vous avez trouvé ce texte h16 ni qui l’a écrit mais proposez à son auteur de venir en Colombie avec moi et mes amis de là-bas pour discuter du pays. Mes amis de Colombie lui feront une offre qui ne se refuse pas … Comme ce type de greepeace qui a écrit cela semble aimer l’écologie, mes amis Colombiens le feront passer quelques temps dans la jungle au milieu des bêtes et des insectes. Bref on lui apprendra à vivre.

    Laetitia a écrit : « Bon sinon, il faut penser à péter la gueule aux type de greenpeace là. Ça ne peut plus durer ces histoires. »
    Bien dit Laetitia.

    Autre chose certaines ZEP ingérables et soumises à l’univers de la drogue et du grand banditisme ont des maires … Europe écologie. La méthode des trafiquants de drogue et des gens du milieu vis à vis d’europe écologie est donc la bonne ??
    Comme dit laetitia je crois qu’on se laisse trop marcher sur les pieds.

    1. Voilà la source du texte : http://weblog.greenpeace.org/climate/2010/04/will_the_real_climategate_plea_1.html

      If you’re one of those who have spent their lives undermining progressive climate legislation, bankrolling junk science, fueling spurious debates around false solutions, and cattle-prodding democratically-elected governments into submission, then hear this:
      We know who you are. We know where you live. We know where you work.
      And we be many, but you be few.

      1. Flak

        moui moui, les commentaires du blog dechirent l’auteur pour son final menacant.
        J’ai pas peur de greenpeace qui sont des tetards, mais j’ai vraiment peur des gouvernements ecolos comm au Quebec, ou les blaireaux commencent a proposer serieusement l’idee de mettre des amendes aux gens qui ne recyclent pas en fouillant leurs poubelles, si si jvous jure.
        Bien sur les journalistes ne sont pas critiques et trouvent ca tres bien puisqu’ils sont des anes bates.J’attends avec impatience qu’un politique reprenne l’idee.

        1. Toni

          Flak a écrit : » mais j’ai vraiment peur des gouvernements ecolos comm au Quebec, ou les blaireaux commencent a proposer serieusement l’idee de mettre des amendes aux gens qui ne recyclent pas en fouillant leurs poubelles, si si jvous jure. »
          Je suis certain que les gangs Haitiens et d’Amérique du sud à Montréal vont trembler de peur et retourner dans le droit chemin avec un gouvernement comme celui-là.
          Bon je serais à la place du gang, je serais plier de rire.

        2. Dinsdale

          Ces flics des poubelles existent déjà à Bruxelles. La parade est de ne pas jeter dans un même sac ses déchets usuels et vos courriers. Pas ne nom pas de preuve.

        3. Flak

          mais euh Toni pourquoi tu parles des gangs? je ne vois pas le rapport…ou peux etre tu es reste aux greenpeace commandos qui n’existent que dans les reves humides du bobo de service qui tapote sur le blog de greenpeace.Ils seraient infiltres et demanteles en deux secondes de toute facon…

        4. Before

          @ Dinsdale : trier ses déchets usuels et son courrier pour pouvoir ne pas trier ses déchets …
          Hummm…

        5. Dinsdale

          à Before,

          vous avez raison, c’est un cas patent d’injonction contradictoire, mais là il ne s’agit pas de s’exonérer de tri mais d’éviter les amendes tout en ayant un comportement décontracté vis à vis de sa poubelle.
          Un moindre mal en somme.

  5. Dinsdale

    He oui, le combat idéologique pour la civilisation biodégradable est mené par une nouvelle race d’humains biodégénérés.

    Ne sentez-vous pas, en ces jours saints, les derniers tressaillements de ce souffle pathétique précédent au retour des Dieux d’antan ?

    1. Toni

      En réponse à Flak, que ce soit à Bruxelles ou à Montreal je disais juste que les gangs de casseurs se moquent mais alors se moquent mais alors se moquent complètement des électeurs pastèque. Concrètement imaginez dans la vie réelle une discussion entre un électeur europe écologie bien pensant et un djeun … L’électeur d’europe écologie risque de ne pas être gagnant et de perdre la face …
      Sinon je parle des gangs flak parce que là où le maire appartient à Europe écologie, on peut dire que les gangs prospèrent et que ce sont eux qui font la loi.

      Dinsdale a écrit : « He oui, le combat idéologique pour la civilisation biodégradable est mené par une nouvelle race d’humains biodégénérés. »
      ça doit être la cocaïne que les bobos Parisiens achètent (aux dealers) pour leurs soirées branchées. Ensuite comme il est difficile d’avoir un service après vente avec la came, ils deviennent biodégénérés.

      1. Dinsdale

        A Bruxelles, il s’agit de fonctionnaires qui ne font pas la guerre aux gangs mais foutent des amendes aux honnêtes citoyens dont le seul tort est de ne pas obéir aux injonctions de la municipalité fascinée par le contrôle éducatif et festif.
        Les gangs et les écolomutants cohabitent et nous emmerdent.
        Si seulement on pouvait les mettre sur même ring pour un combat à mort, les premiers armés de battes de base-ball et crans d’arrêt, les seconds de leurs cheveux sales et leur idéologie de mort !

  6. Cox

    Ba t’a raison en fait, je me dit : ah la la il exagère H16

    Quand tu cite les mots de Gene le contributeur de Greanpeace, tu oublie de préciser qu’il y a une note qui l’accompagne pour explique que l’auteur à délibérément un style dramatique, mais que la seule action proposée est la désobéssance civile ( et si ça, ça te choque alors c toi qui a rejoins bisounoursland).
    Il expliquent aussi que la dernière phrase sous forme de menace, concernent un rapport sur le lobbying anti-écologistes à l’encontre des dirigeants KOCH.
    Bref, dans la mesure ou Greenpeace recadre l’ensemble du commentaire pour se défendre d’une posture violente, tes propos ne sont pas justifiés.

    1. Tu n’as pas compris le sens du billet : ce qu’ils font est violent non par l’action directe (ils ne tuent personne pour l’écologie) mais en empêchant certains d’agir pour aider les autres, ou en imposant leur lobbying sur des bases non fondées. L’exemple du DDT est typique.

      1. Cox

        je ne remets pas en cause l’ensemble du billet H16, et je ne connais pas l’histoire du DDT donc je me garderais bien d’en parler. Ce que je dis c’est qu’en tant que lecteur, j’ai voulu vérifier cette histoire de greenpeace (c bien de ta part d’avoir cité ta source), et je m’aperçois que ce que tu qualifie d’un « appel de GP » est un fait un appel d’un membre qui ne reflète pas la position de GP.

        Ce genre de raccourci dessert l’ensemble du propos à mon avis

        1. Ouais bof, dans la mesure où c’est tout de même sur un blog de Greenpeace. Je doute que, par exemple, si j’avais à écrire ce que j’écris sur le climat dans les blogs de greenpeace, j’y reste référencé très longtemps, hein. Sérieusement, qui peut prétendre que Greenpeace est tout dans la subtilité et la gentillesse lorsque plusieurs de ses membres affirment vouloir user de la violence pour sauver les [baleines|phoques|tortues|lézards|grillons|oiseaux|insérer un insecte ici] ? Qui peut nier que cette organisation, comme beaucoup d’autres, manipulent des sommes toujours plus importantes d’argent à des fins de moins en moins claires ?

  7. Guild

    Je suis heureux de lire ces tribunes qui sont bien loin des bonnes idées du moment.

    Il y a eu un glissement de sens qui s’est opéré doucement entre environnement et écologie. L’écologie est l’étude du domicile, en somme l’écologie appliquée à l’Homme n’est pas motivée par la pérennité ou la protection de son environnement mais bien par la survie de l’Homme dans son habitat.

    La nature, comme vous l’indiquez dans votre billet, n’a pas attendu l’Homme pour durer. En 4,5 milliards, la planète a connu plusieurs crises environnementales majeures, dont par exemple la crise entre l’ère primaire et l’ère secondaire qui a vu près de 90% de ce qui est vivant disparaître… Un peu après vous le savez tous les dinosaures se sont éteint suite à une crise environnementale liée aussi au climat.

    La Terre survivra à l’Humanité, c’est pour moi une certitude… Ce serait d’une prétention sans limite que de croire que L’Homme serait pilote à bord… Il n’est ni plus ni moins qu’un passager dégueulasse certes, mais un passager. Dans un milliard d’année, les suivants désigneront une couche de sédiment sur une falaise et diront à cette époque il y a eu une forte production de divers polluants dans l’air et basta.

    Que les écologiste soient donc honnêtes avec eux-même ce n’est pas pour Dame nature qu’ils ont peur mais pour la survie de notre espèce.

    J’ai dû me perdre en chemin désolé si mes propos sont confus ou peut-être décalés par rapport à la discussion 😀

    1. La survie de notre espèce ? Bof, la plupart des écolos qu’on rencontre et qui chouinent dans les réunions officielles se préoccupent surtout de la survie des loutres cendrées et des têtards multicolores.

      1. Guild

        La loutre cendrée reste un prétexte pour garder une conscience tranquille. On va dire que ce but ultime de survie appartient au subconscient du mouvement écolobobochouineur.

      2. JG2433

        @h16

        Yves Paccalet a écrit un livre dont le titre est :
        « L’humanité risque de disparaître; Bon débarras »
        La survie de notre espèce ?
        Il s’en moque ; il en serait même plutôt satisfait…
        P.S. : Ce monsieur est un représentant élu sur la liste « Europe Écologie » de la région Rhône-Alpes (il me semble).

  8. Franck Boizard

    «J’ai parlé à plusieurs reprises, dans ces colonnes, de la République Populaire du Bisounoursland, en pointant la douceur et la gentillesse haineuses dont elle sait faire preuve pour asservir le citoyen et le contraindre à des fêtes colorées, joyeuses et totalement écervelées pour oublier le caca dans lequel il s’enfonce à force de déresponsabilisation espiègle.»

    J’aime bien cette phrase. Je trouve qu’elle résume la merde dans laquelle nous sommes.

    Le concept de «gentillesse haineuse» est fort intéressant. En effet, l’école de psychologie de Palo Alto a montré à quel point l’injonction contradictoire(double bind en anglais) est un outil de manipulation puissant.

    L’exemple classique est la femme qui dit à son mari : «Sois plus viril». Ou il obéit à sa femme, mais ce n’est pas de la virilité que d’obéir à sa femme ; ou il n’obéit et il reste non viril. Dans tous les cas, il est coincé et en position d’infériorité.

    Quelle solution préconise l’école de Palo Alto ? Non pas de rechercher une solution, mais d’éliminer le problème, sur le modèle «Maladie guérie, malade décédé».

    Hé bien, c’est exactement ce qu’a fait récemment un homme soumis : il a décapité sa femme.

    Or, la bien-pensance est une gigantesque injonction contradictoire, bien purulente. Elle prône le métissage tout en niant l’existence des races. Elle accuse les franchouillards tout en niant que la France existe. Elle appelle à la solidarité en promouvant la coercition étatique. Etc.

    1. Hoho

      Elle veut sauver le « modèle social français » en refusant de le réformer et en le laissant faire faillite.

      Je pense que ce qu’il y a de pire dans le climat politique français ce ne sont pas les idées de gauche, mais la formidable incohérence qui y règne.

      1. Laetitia

        « Je pense que ce qu’il y a de pire dans le climat politique français ce ne sont pas les idées de gauche, mais la formidable incohérence qui y règne. »

        Oui, et ceci à cause de la culture du compromis. On prend un petit bout de chaque revendication, on les colle ensemble: ainsi, tout le monde est évidemment mécontent, mais pas assez pour « retourner » le pays. Seulement ce que les politocards ne disent jamais c’est que ce truc là, à moyen terme, ca conduit à la catastrophe.

        Vous me direz, ils s’en fichent, ils ne seront plus là, ou alors, pour les plus chanceux d’entre eux, une maison de retraite bien confortable leur est automatiquement accessible, et même qu’ils auront droit au titre de « sage de la république ».

  9. T-Buster

    l’écologisme est, comme toutes les religions, un danger pour les humains par ses extrémistes, et ses dogmes, qui s’opposent au bien de l’humanité.
    c’est comme pour le réchauffement, il est toujours décris uniquement comme une catastrophe.

  10. Mr T

    Ca n’a aucun lien direct avec le billet (au demeurant, rafraîchissant comme souvent/toujours :)), mais juste attirer l’attention du profane sur un lien présent dans les colonnes du blog (décidément, merci h16) :

    http://www.dantou.fr/

    Pourquoi ? Parce que même si je n’y trouve plus grand chose de nouveau, c’est rédigé dans un style excellent pour le novice, à tel point que je n’ai pas pu m’empêcher de partager certains liens avec des anti-libéraux de pur souche (parce que le libéralisme, c’est mal hmm ‘voyez) en plaçant de grands espoirs quant aux effets que cela pourrait produire, tant encore une fois cela me semble diablement bien fichu et accessible avec un côté tout de même presque exhaustif.

    Si au passage ça peut attirer l’attention d’autres lecteurs de passage qui n’avaient pas remarqué ce site dans tous ces liens, tant mieux 🙂

      1. Mr T

        J’avais déjà parcouru un peu maîtredumonde, excellent dans son genre aussi il est vrai. En plus l’auteur fréquente (fréquentait) les forums jeuxonline, ce qui m’arrive occasionnellement aussi (personne n’est parfait), ça ne peut être qu’un type bien 🙂

        En tout cas je reviens même sur une de mes précédentes remarques, je suis en train de lire la partie sur la monnaie et le crédit sur le site de Daniel Tourre, c’est un tour de force d’avoir condensé la pensée de l’école autrichienne de façon aussi accessible, le tout avec un caractère encyclopédique, juste brillantissime. Je pensais être déjà bien familier des concepts développés par Mises, Hayek &co, bah non je découvre pléthore de nouveaux éléments de réflexion.

  11. wijngaards

    La lecture de votre article me donne une bouffé d’oxyène .
    Ouf je respire mieux.
    Le vrai écologie n’est autre que selon Darwin la struggle for live and the suvival off the fitisted si mon mémoire me trahit pas . Ceci est plutôt une concepte de la droit dans sa position le plus extrème. en somme nos fluffies veulent stopper l’évolution.Je dirais même pire ils veulent réduire la population du monde et reduire son progression économique . Les années 1960 avec Mansholt (club de Rome et ministre européen de mon Pays Bas préconisé déjà 0% de progression.)
    Nous sommes avec ces olibrus un peu comme à l’époque de Gingis Kahn qui voulais transformer les pays en champs pour les nomades et détruisait les villes et populations citadin ou sédantarisé.
    Nos pacifique « paix vert » ne sont pas ci pacifique que le nom semble suggérer.
    Il y a trois ans lors d’un petit séjour en USA je me fit apostropher par une miss qui voulait me vendre les bien faits de son organisation. Bien entendu je lui disait être interessé en rappidement je lui ai expliqué que en France nous appelons les écolos des pastéques que je traduit de watermelon avec le peu d’anglais que je poséde . C’est là que j’ai vu la vrai couleur et elle est devenu tout rouge en dissant fou de collère « discussion over ». Ce genre de plaisanterie n’est pas sans risque avec ces autentiques pacifistes.
    Le mois dernier une petit tour dans les grachten (caneaux) de Amsterdam . Dans tous les énumérations de tous les monuments figurait le greenpacehouse même là bas ils ont pignon sur canal.
    Le jour que le maire de Paris aura autant de vélos dans ses rues la consomation de canabis sera obligatoire

  12. philippepsy

    Euh, H16… ai je bien lu ou êtes vous totalement opposé à la survie de la grenouille sauteuse de La-faute-sur-mer (Mare Fauti Rana) ???!!!
    Facho !

  13. adnstep

    C’est bon, ça, si les écolos se mettent à la violence, ça justifie qu’on leur tape dessus. Voir ce qui est arrivé à Paul Watson, la grande gueule qui voulait faire la loi : http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/8442808.stm

    Précision : le Batboat avec les commandos à bord, c’est les fluffies de combat.

    Pour revenir à Fos, étant du coin, je comprend que les écologistes se battent pour empêcher l’installation d’une entreprise qui ne pourra que défigurer et polluer cet endroit enchanteur : http://bit.ly/cvohwu

    Ils sont d’ailleurs coutumiers du fait sur la côte, mais cela à plus à voir avec les durs combats Intervillesques qu’avec l’écologie. Trouver une petite fleur qui ne pousse que sur un terrain de 1000m² ça permet par exemple d’empêcher la construction d’un complexe de thalassothérapie, le temps de construire la même chose sur le territoire de sa commune, 1500m plus loin.

    Sauver les champs de posidonies, ça permet, lorsqu’on doit faire protéger un port mal abrité en construisant une nouvelle digue, de payer un bureau d’étude 6 millions d’euros, et 5 ans après de reconstruire la même digue qui entre temps aura montré qu’elle ne servait à rien, que les bureaux d’études parisiens ont du mal à calculer les courants et les vents en Méditerranée, et que lorsqu’on empile des gros cailloux sans les coller avec du béton, ça à tendance à s’écrouler, même en Méditerranée. Accessoirement, ça permet aussi de se rendre compte que les champs de posidonies migrent.

  14. alex6

    Enfin la chasse a la baleine telle que pratiquee par les japonais est d’une rare imbecilite/cruaute, sans compter que c’est parfaitement inutile.
    Leur attitude « menfoutiste » arrogante est assez typique at particulierement insupportable aussi.

  15. Cyril

    dommage tant de parti pris et de méconnaissance sur un sujet tellement passionnant.
    on dirait moi dissertant sur les impôts.
    pour info allègre et coutillot évitent soigneusement tout débat avec les scientifiques en question, qui ne réclament qu’une chose, non pas de faire taire allègre, mais que l’état prenne position en leur faveur contre tous les mensonges que déversent sans aucune honte les climato sceptiques.
    Arrêtez de faire croire que les écolos sont des salauds qui préfèrent les animaux à l’espèce humaine, moi qui suis dans le milieu (non rien de mafieux) ce que je vois est tout l’inverse! voulez vous qu’on discute des ravages du libéralisme? Les écolos veulent protéger des sites naturels intéressants, ça ne veut en aucun cas dire qu’ils ne veulent pas que les gens travaillent. Vous préférez peut être les patrons qui délocalisent sans autre excuse qu’une recherche effrénée du profit?
    Le chantage à l’emploi quand un patrimoine naturel est en jeu c’est simplement dégueulasse.
    pour finir, sachez quand même que greenpeace n’est sponsorisé par aucun état, et que c’est quand même lui qui a fait avancé un certain nombre de causes écologiques que l’on croyait perdu d’avance, et que jusqu’à preuve du contraire ce sont toujours les crs (l’état au service de vos amis les patrons) qui dispersent, parfois violemment, les militants, jamais l’inverse.

    1. Laetitia

      Non non non…Vous récidivez 🙂

      Même si c’est votre domaine, passer à l’offensive de la sorte ne vous apportera rien de bon.

      Pour vous donner un petit aperçu du genre de choses que nous contestons en règle générale je reprendrai cette phrase en vous citant: « que l’état prenne position en leur faveur contre tous les mensonges que déversent sans aucune honte les climato sceptiques »
      => L’Etat n’a PAS à mettre ses sales pattes dans les débats scientifiques.

      Ah oui et aussi: « Arrêtez de faire croire que les écolos sont des salauds qui préfèrent les animaux à l’espèce humaine, moi qui suis dans le milieu (non rien de mafieux) ce que je vois est tout l’inverse! »
      => Pouvez vous développer votre pensée? Peut être pourriez vous nous expliquer en quoi certains écolos ont pensé à l’espèce humaine quand ils ont par exemple fait pression pour la mise en circulation de biocarburants qui ont engendré d’énormes difficultés alimentaires, et la mort de personnes innocentes.

Les commentaires sont fermés.