Nouvelles de la France d’En Haut

Depuis le début des années 2000 et la saillie de Raffarin sur la France d’En-Bas et celle d’En-Haut, et bien que la définition de l’une et l’autre n’ait jamais été claire, jamais le décalage entre ces deux France n’aura été aussi flagrant. En effet, l’actualité nous rappelle hardiment que si la France d’En-Haut veut nous communiquer des choses, nous parler, son message est foncièrement différent de celui qui se gémit, tous les jours, dans la France d’En-Bas…

Et pour commencer, elle nous rassure tout de suite : la France d’En-Haut va bien.

D’ailleurs, elle va mieux que bien et ses petits doigts potelés se trémoussent gentiment de petits fours en petits fours, les amenant à sa bouche de cette précision de mouvement que seule des milliers de répétitions auront permis d’obtenir.

Car si le train de vie de la France d’En-Bas est arrêté en gare de Crise-En-Budget, avec décrochage de wagons et aiguillages coincés en direction de Dépressionville, celui de la France d’En-Haut continue de filer sur les rails de l’aisance joyeuse et insouciante vers Champagne-Et-Puth-Sur-Canapay.

La Cour des Comptes l’avait déjà noté,  et le député Dosière, qui est un habitué de la traque des dépenses élyséennes, le redit haut et clair : oui, le Président de la République du Bisounoursland mène grand train. 114 millions d’euros pour le palais, c’est tout de même une jolie somme. On se rappellera que rien que la « communication » revint, en 2009, à 7.5 millions, dans lesquels sont probablement comptés les frais liés au changement du site internet institutionnel de la Maison Blan…heu!  je veux dire de la Maison Républicaine.

En un mot comme en cent : gaspillages.

Nico et Carla en vacances

Alors que les Français réalisent de plus en plus qu’ils ne pourront pas éviter des coupes franches et massives dans leurs propres budgets, réduire leurs dépenses et réviser nettement leurs prétentions dans les prochains mois et les prochaines années, les dépenses du gouvernement et de l’Elysée explosent, et empilent montants astronomiques sur réceptions somptuaires, communication coûteuse et gouffres financiers institutionnels.

Oh, je vois d’ici les remarques sur un poujadisme plus ou moins assumé : réclamer un gros coup viril de rabot sur ces dépenses ne va pas redonner un second souffle à une France financièrement exsangue. Mais tout comme pour certains dogmes – le salaires des ministres, par exemple – la force du symbole est ici d’une importance vitale pour la crédibilité du chef de l’état : si lui, ses lieutenants, ministres, chefs de cabinets et cohortes d’aides-de-camp multiples et dispendieux ne font pas cet effort qu’ils réclament aux autres, il y a fort à parier que personne ne suivra.

Et l’issue de ce comportement, on la connaît très bien : une faillite retentissante, au champagne et sous des feux d’artifices.

Mais tout porte à croire que si la France d’En-Bas doit déjà faire des efforts, la France d’En-Haut refuse d’en faire. Catégoriquement.

Cette France d’En-Haut est un chouilla différente de la France d’En-Haut des paragraphes précédents, mais elle est bel et bien en haut aussi : il s’agit de la clique bedonnante et bon-vivant des syndicats.

L’un des efforts proposés est, bien logiquement, que les retraites du public ne soient plus si éloignées des retraites du privé. Et sans même considérer les montants ou les bases de calculs (vastes questions déjà trop explosives), une proposition avait été faite au cours de ce mois de créer une véritable caisse de retraite pour la fonction publique.

Il s’avère en effet que les retraités de l’État n’ont pas de telle caisse : leurs pensions sont payées directement dans le budget courant de l’État, avec tout le souci que cela peut présenter en période de tensions budgétaires comme on les connaît actuellement.

Las. La proposition n’aura pas tenu bien longtemps. Pas plus que celle qui consistait à inclure les régimes spéciaux dans la réforme : la France d’En-Haut ne veut pas qu’on puisse imaginer une seule seconde toucher à ces privilèges.

Créer une caisse de retraite pour les pensionnés du public ? Vous n’y pensez pas ! Ce serait mettre le doigt dans l’engrenage d’une remise à plat comptable de cette partie monstrueuse du budget de l’État, et mettre ainsi en lumière le bordel cyclopéen qui, jusqu’à présent, a permis de tenir tranquille une part importante de l’électorat traditionnel des socialistes de droite et de gauche.

Les réformes seront donc exclusivement portées par le régime général, et les bidouilles et arrangements correspondant aux retraites du public pourront continuer à grouiller dans les sombres interlignes du budget de l’Etat, loin d’un minimum de lumière qu’une caisse séparée permettrait d’apporter.

Mais le mieux, dans tout ça, c’est lorsque cette même France d’En-Haut se fout ouvertement de la gueule de la France d’En-Bas, en toute parfaite méconnaissance de cette dernière. La France d’En-Haut ne connaît plus celle d’En-Bas ; elle ne la méprise pas, ce qui serait contre-productif, mais elle lui porte ce regard dégoulinant de commisération et de préjugés que certains idiots nantis peuvent avoir à l’encontre de débiles légers.

La France d'En-Haut emmerde la France d'En-Bas

Typiquement, lorsqu’un certain Didier Le Reste, syndicacaliste et retraité cheminot, pleurniche à RTL sur sa retraite de 2300 euros net, on comprend qu’il mérite, comme certain autre privilégié élu républicain et ses 5000 euros pour un cadre moyen, de se faire redescendre dans la réalité avec quelques coups de latte bien ajustés dans un arrière-train devenu trop conséquent de ne l’avoir jamais beaucoup bougé des confortables fauteuils en cuir que les moutontribuables lui payèrent tout au long de sa brillante carrière de gréviste.

Pas de doute : la France d’En-Haut va bien, ne veut pas faire d’effort, et pète avec force odeurs dans la direction générale des citoyens qui raquent pour elle.

Nous sommes fin mai 2010. La dette est supérieure à 1500 milliards d’euros. Et ce sont toujours les mêmes qui payent et toujours les mêmes qui touchent.

Tout va bien. Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

13KuWupJ2fZs7kq7ebtLemJ9W78QMU95Xh

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires19

  1. vincent

    Sans oublier la progéniture de la France d’en Haut: Notre amie Rosie « One billion vaccines baby » Bachelot vient de fourguer son fils comme DG Adjoint de l’Inpes, machin étatique à l’utilité absolument évidente: c’est la contraction d’impétigo et d’herpès.

    Après avoir fait toute sa carrière dans les cabinets de maman, il prend enfin son envol, grâce, n’en doutons pas, à ses immenses mérites professionnels.

    C’est moins visible que Jeannot à l’EPAD, mais tout de même.

    PDBDM, CPEF.

  2. Nick de Cusa

    Il y a aussi plus haut : les budgets de fonctionnement de l’UE à Bruxelles (et ailleurs), cette UE qui réclame à ses membre de façon stridente des économies, explosent. Il n’y a pas que la France d’en haut qui nous exploite jusqu’à la ruine, il y a désormais aussi l’Europe d’en haut.

        1. Before

          c’est ce que je pensais, par déduction, le reste étant nettement moins drôle … (je parle du fond, pas de la forme)

  3. Serge Cheminade

    « On se rappellera que rien que la « communication » revint, en 2009, à 7,5 millions d’euros »

    Petit chiffre ;-) les frais de propagande de la France d’en haut sont bien plus vastes. Pour moi ce montant est supérieur à 15 milliards d’euros soit bien plus que le chiffre d’affaires de la presse qui n’est que d’environ 10 milliards d’euros.

    Dans une démocratie les élus doivent être à l’écoute du peuple pour satisfaire leurs souhaits. Dans une dictature ce n’est plus les souhaits du peuple qui sont satisfaits mais ceux des dirigeants. Pour que le peuple abandonne ses souhaits au profit des souhaits des dirigeants il est fait appel à la propagande.

    La France n’est pas vraiment une démocratie car elle utilise la propagande en abondance comme une dictature. Elle n’est pas non plus une dictature, tous les citoyens peuvent voter. Je n’ai pas de mot pour caractériser le système. Tu utilises République du Bisounoursland . Mais Bisounours s’applique à une ligne de jouets commercialisés par la société Kenner donc j’aimerai trouver un autre mot.

    En rédigeant la dernière page que je viens de mettre en ligne sur le « Ministère français de la propagande » http://www.orvinfait.fr/ministere_francais_de_la_propagande.html je parle de propagande. J’ai utilisé le terme de propagande mais il ne me paraît pas le mieux adapté. Lavage de cerveau me paraît le plus adapté. Si tu as mis communication entre guillemets c’est que tu pensais à autre chose. Est-ce « propagande » ou un autre mot ou expression?

      1. Valuebreak

        « lavage de cerveau, mais à l’eau tiède, préalablement aseptisée suivant la norme EN- 000000000, délicatement parfumée a l’odeur bisounours »

  4. jane

    bonsoir, j’avais cru comprendre que les caisses du privé alimentaient les caisses du « public »?
    Cette France d’en haut est décidément bien tentaculaire car d’un côté il y a les artisans,les entrepreneurs , les commerçants, les employés, les ouvriers, les sous traitants … les jamais sûrs du lendemain en un mot comme en mille… la minorité silencieuse quoi, et les autres, du fonctionnaire gréviste compulsif en passant par le notable, l’élu , le patron du cac 40 faisant bande à part. Il faut bien faire la différence de cette France finalement si tranchée et dont on se garde bien de souligner la scissure en fondant toutes les attaques possibles sur les « riches ». Toute cette fonction publique, si sûre d’elle, de son salaire, de ses droits, de ses acquis, fait finalement partie de cette caste à laquelle tout est dû. Eux au même titre que les autres vont devoir revoir leurs mauvaises habitudes. Qui aura le courage de leur dire? là est la question.

  5. Folliard

    Bonjour,
    L’article a du bon sens, certes. Mettre le doigt sur ce qui fâche en haut est toujours bien considéré… Du gaspillage, il y en a toujours eu. Peut-être même sous De Gaulle ! mais naguère nous n’avions pas les outils d’information à notre disposition aujourd’hui pour mettre en lumière au vu et au su de tout le peuple les éventuels débordements.
    Par ailleurs, sur notre site dédié au cac 40, nous évoquons aussi la dette des USA qui va finir par exploser et pour paraphraser la fin de l’article ci-dessus, nous pensons que comme d’habitude l’oncle Sam fera payer aux autres ses factures !
    Cordialement.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)