L’Incroyable Conspiration

Les récents événements testostéronés de Grenoble et St Aignan ont provoqué, comme on a pu s’y attendre, une montée de virilisme d’opérette chez nos élus. D’opérette, car l’action concrète ne suit toujours pas, et comme le remarque fort justement ce fin praticien de la psyché humaine Philippepsy, le manque chronique de réponse aux exactions subies fait monter une saine colère chez des gens qui, d’habitude, sont honnêtes, calmes et plutôt enclins aux petits bisous que notre République adore distribuer en plus des sodomies festives. Que se passe-t-il au royaume des Francs, jadis si conquérants, preux et pas pleutres pour un sou ? Y aurait-il conspiration ?

Kevin mène l’enquête.

Kevin, c’est un de ces charmants Fluffys comme on en rencontre treize à la douzaine un peu partout : gentil, toujours prêt à aider les petits oiseaux et les marmottes, à planter une éolienne, très très compréhensif envers ceux qui ne sont pas né dans sa petite banlieue tranquille et sans histoire ; il aime le rap et les ritournelles simples, ne discrimine jamais rien ni personne, vote parce que dégensonmorpourça, et évidemment socialiste parce qu’à droite, ce sont tous des fachisses, et pense que tous ensemble, tous ensemble, on peut y arriver, sans trop savoir à quoi ni comment.

Evidemment, il voudrait bien devenir fonctionnaire, territorial de préférence pour ne pas être trop loin de son pôpa et de sa môman, mais son orthographe skyrockesque lui pose pour le moment quelques soucis.

Un beau matin, cependant, Kevin, jusqu’alors très compréhensif pour les racailles à casquette/survet’, se fait lâchement dérober son iPhone tout neuf reçu à son anniversaire quelques jours auparavant.

Il est tout véner le Kevin. On le comprend.

Mais … mais rien : Kevin n’a absolument pas de couilles.

Ce qui lui pose un problème de plus en plus gênant. Cela fait plusieurs mois qu’il voudrait s’en faire greffer une paire (une rumeur court que ce serait bien pratique, parfois), notamment depuis qu’il veut épouser Jennyfer, sa copine trans qui vient d’avoir une opération de greffage de foufoune pour ainsi former une union citoyenne et festive recommandée par les associations qui militent âprement dans son quartier.

Kevin, lui aussi, veut apporter sa pierre à l’édifice anti-discriminatoire et multiculturel fusionnoïde dont on lui chante les louanges sur les plateaux télés !

Seulement voilà : sans couille, point de salut. Pas d’union alternative expérimentale, pas de rébellion contre ceux qui le rackettent à la sortie du lycée, pas d’émancipation parentale, seule une adulescence prolongée jusqu’à une retraite par répartition, forfaitaire et rikiki.

Kevin, plein de cette assurance que seule la jeunesse peut excuser, se lance donc à la recherche d’une bonne et solide paire de couilles !

Au départ, il pense naturellement en trouver au supermarché local. Peau de zob en fait de couilles, il n’en trouve point : les étals des magasins de burnes sont vides. Quant à la hotline express 1-800-SPEEDY-BALLS, elle sonne occupé en permanence.

Tentant les filières obscures et le marché noir que la pratique quasi-quotidienne du petit joint citoyen décontracté lui avait fait découvrir, il se dit qu’il finira certainement par en trouver par ce biais, éventuellement d’occasion – mais bon état, peu servi, soyons un minimum exigeant. Après plusieurs semaines à interroger quelques sous-caïds du coin (dont l’un deux semble être, au passage, le voleur de son iPhone), la conclusion s’impose à lui : de nos jours, il est nettement plus facile de se procurer en France un Colt 45 ACP qu’une paire de balloches.

Kevin se rend durement compte que de couille point ne subsiste en royaume de Festivie : aucun fabricant ne se montre ; sur internet, les rares vendeurs s’avèrent rapidement être des sites fantômes et/ou abandonnés de longue date.

Couille en Stock

Kevin est stupéfait. Dépité, il songe un moment à se suicider, mais les jeux vidéos, la télé-réalité, les saillies de Frédéric Lefebvre et facebook lui permettent de remonter la pente.

En désespoir de cause, il se tourne vers le Gouvernemaman. Ce dernier sait, toujours, ce qu’il convient de faire en cas de crise. Vibrant d’un espoir nouveau, Kevin va donc, dans les semaines qui vont suivre, appeler chacun des ministères, remonter la hiérarchie confuse et complexe de toutes les commissions, de tous les organismes et institutions d’un état qu’il ne soupçonnait pas si tentaculaire.

Petit à petit, une nouvelle vérité, sombre, froide, terrible, se fait jour. Kevin découvre une conspiration gouvernementale qui consiste à couvrir de silence la disparition complète des couilles au royaume des Bisous Citoyens.

Des comités de justice, bien évidemment secrets, ont organise la répression et l’élimination des couilles dissidentes jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une couille, conservée en stase vivante par d’ingénieux mécanismes au sein du LGSPLLDLFPLCMPT, le Laboratoire Gouvernemental Secret Pour La Libération De La France Par La Couille Mais Plus Tard.

Cette couille est amenée régulièrement, dans une voiture blindée banalisée, aux membres du gouvernement dont l’un d’eux, tiré au sort, peut s’en servir pendant une courte période : elle permet ainsi au bénéficiaire temporaire de se sortir d’un éventuel scandale qui pourrait le toucher.

Rapidement alertés des découvertes plus ou moins invraisemblables du jeune Kevin, la presse s’empare de l’affaire. Libérature, le journal de référence, examine les pièces fournies et conclut à la rumeur mal fondée. Non, les couilles n’ont en réalité jamais existé en Festivie, et fantasmer sur leur existence revient à éviter la question de fond : quelles mesures sociales permettront d’atténuer le sort insupportable de ces jeunes qui se rebellent ?

Libérature relate la rumeur

Quelques jours plus tard d’une tempête médiatique qu’il a déclenché sans jamais pouvoir la maîtriser, Kevin, brisé, honteux et repentant, laisse tomber l’affaire : oui il a fabulé, non la couille, ça n’existe pas.

Evidemment, devant l’enfer médiatique, Jennyfer l’a plaqué.

On ne l’y reprendra plus.

J'accepte les Bitcoins !

1ARVMigfduGQyGuTjVsf4VaPsx2jkc8qFM

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires46

  1. ValLeNain

    Magnifique ! Allier le fond et la forme, j’applaudis !
    Reste que si le pauvre avait trouvé une couille, il n’aurait pas été plus avancé que ça, il en faudrait un nombre au moins aussi important qu’on a eu de vaccins anti-jesaispluquoi pour que ça serve, faisons confiance à Roselyne ! ;-)

  2. vincent

    Nom d’une couille, j’en ai cassé mon fauteuil de rire ! Ya pas à dire, les vacances, ça vous remet en forme.

    A quand un débat entre le professeur Kuying Yamang et le professeur Hans Trudükuhl ?

  3. bruno

    bravo et pour vallenain, non les femmes n ont pas de couilles jusqu a preuves du contraire, en ce bas monde tout est evidement possible, il suffit de voir l etat de l education « dite nationale » ou une majorite de femmes sont enseignantes, la police en talons aiguilles de course a pied, l armee en jupe et string commando, il fut un temps ou les cinq doigts dans la gueule du mioche avait du bon pour remettre chacun a sa place

  4. philippepsy

    Excellent article. Ah Dieu que j’en connais des petits Kevin. J’en avais même dressé un portrait dont j’étais assez fier mais il semblerait que l’un d’eux ait été lecteur de mon blog alors je l’ai ôté en catastrophe pour ne pas lui faire de peine. Comprenez qu’être en deuxième année de Sciences-Po et penser qu’on a tout compris de la vie pour finalement s’apercevoir que l’on est qu’un trou du cul manipulé par son époque soit une expérience terrible.

  5. raphael

    Un article d’anthologie !
    Grande forme. (ça promet pour le prochain sur la note chinoise)

    Hélas, si j’en crois les discussions actuelles sur un forum d’arts martiaux, les derniers candidats à la virilité ne jurent plus que par l’art contemporain.

    Nous sommes foutus.

  6. Higgins

    Moi, j’adore la couverture de l’album des aventures de Kevin. Pour les autres aventures de Kevin, j’ai également pensé à: Kevin au pays des Soviets, Kevin en RDC (ex-Congo belge), Kevin chez les libéraux (en Amérique), Les cigares du patron du Grand Paris, Le fœtus bleu (voyage aux pays des féministes), Le rêve cassé (, Lille noire (voyage au pays de M. Aubry), La taxe sur les trucs en or, La république (ou ce qui l’en reste) mystérieuse, Le secret de la Halde, Le trésor de Bercy le rouge, Les 7 billes de l’assemblée nationale, Le temple de l’oseille, Kevin au pays de l’or d’une-couleur-que-je-nommerai-pas-parce-que-ça pourrait-stigmatiser, Objectif Burnes, On lui a marché sur les burnes (à Kevin), L’affaire pas de bol (ou les mésaventures de Kevin en politique), Kevin au Bisounoursland, Les bijoux de la caste à Kevin, Vol 714 pour l’île d’Arros, Kevin et les propriétaires d’Arros, Kevin et l’Alph’art (ou Kevin rencontre Jack L.).

    Les titres ne sont pas déposés, d’autres propositions sont donc les bienvenues.

  7. Yul

    alors, au niveau de la fausse couverture Tintin: géniale, évidemment; mais attention, Rodwell est un taré, ça m’étonnerait qu’il lise le blog, mais s’il le fait c’est le procès direct.

    j’ai bien aimé la « fin » du faux article: « interprétation naïve »; « réalité autrement plus complexe »; tout à fait le genre de périphrase qui précède les grands moments de pipeaulogie dont ce journal s’est fait une spécialité.

    1. Higgins

      Je plussoie aux propos de Yul sur le comportement de Rodwell. Bien que Tintinologue convaincu et Hergéphile acharné, je suis assez Rodwellophobe.

  8. Franck Boizard

    J’ai été surpris moi aussi de constater chez certains droitiers une haine du flic inattendue. Mais comprenons nous bien : il s’agit de la haine du flic qui persécute les automobilistes quand les banlieues flambent.

    1. Oui, tout à fait. Le décalage entre ce qui est fait et ce qui devrait être fait est tel que l’injustice ressentie provoque justement cette haine.

  9. Loran

    A propos de couilles…
    Vous vous faites quoi a part un blog en étant planqué derriere un pseudo?

    J’hésite même à vous traiter de branleur du coup…

    1. Justement, petit scarabée : tu ne sais pas. Et comme tu ne sais pas, tu ne peux pas juger, ce qui t’oblige à te taire.

      Ceci posé, ton prénom est Kevin et tu as pris le billet personnellement ?

      1. Flak

        c’est marrant, c’est toujours la meme question a la con qui revient quand on parle d’un truc majeur totalement ignore par les tocards qui nous servent de journalistes, (juste avant le sempiternel ‘oui mais en Amerique c’est pas mieux’) :
        « eeet twaaa, tu fèè qwaaaa »

        et justement, a propos de couilles, c’est aussi amusant de constater qu’en fRance on a precisement interet a utiliser un pseudo quand on veut dire des choses evidentes, sous peine de se retrouver pourchasse par des gens, du genre ‘avec des couilles’, qui s’empressent de les utiliser pour faire taire les blogueurs qui auraient l’effronterie parler de choses evidentes et systematiquement ignorees par notre presse que le monde nous envie.

        Et toi, Loran, a part etre different (je suis Loran je suis different), tu fais quoi? parce que vu que personne ici ne doute que tu soies super couillu, toi plus H16 ca fait quatre couilles, c’est toujours insuffisant pour une nation.

        1. Loran

          « fRance »… le mot le plus utilisé sur fuckfrance.com… Ca situe le point de vue et souvent l’agenda…

          Pour l’amour du pays on repassera.

        2. Flak

          je ne connaissais pas fuckfrance.com, on dirait un site tout pourri, ce sont des fachos ou des cocos? :D

          « Pour l’amour du pays on repassera. »

          effectivement.On pourrait meme repasser souvent sans rien y changer…

        3. Loran

          Ce site date de la guerre en Irak. Il a été fait par des républicains et des sionistes à l’époque des freedom fries.

          Sinon dis moi mon petit flaquounet, tu n’aimes pas la France, tu en es parti, et tu continues à être tout balloné?

          Je ne comprends pas…

        4. Flak

          mmh moi il me semble commencer a comprendre tu as pris H16 pour un identitaire critique de l’immigration avec des tendances crypto-nationalo-racistes, mais je ne suis pas sur.

          Pas etonnant que tu n’y comprennes rien dans ce cas.
          Juste pour mettre les choses au clair, c’est le gouvernement francais, sa corruption et son absence de reaction face notamment au probleme des racailles qui foutent la merde partout sans raison, appuye par la presse francaise, odieuse d’inversion des valeurs et elle aussi depourvue de toute couille, dont H16 fait la critique.
          Les pauvres marrons clairs et marrons fonces de fRance n’y sont pour rien reellement, mais le fait que tu voies un message raciste la ou il n’y en a pas est malheureusement une constante dans tout echange d’idees en fRance, on n’y peut rien et ca pourrit tout, comme par exemple je ne sais pas moi, une racaille a la fete de la musique.

          je comprends pas ce que tu veux dire par « ballone », si c’est parce que tu me prends pour un nationaliste il faudra refaire ca aussi, je me contrefous des institutions de fRance et de sa republique merdeuse.

      2. Loran

        Je ne comprends pas toujours la cohérence de votre approche…
        D’un coté libertarien jusqu’au vomi et de l’autre, en pointillé, on critique l’immigration…
        Ce sont pourtant bien les deux cotés de la même pièce….

        Et être couillu, pour remettre en question l’immigration, c’est aussi s’attaquer à tous ces merveilleux entrepreneurs qui en France ou aux US font travailler les clandos.

        Etre couillu, pour défendre la France, c’est expliquer que la fin des frontières voulus pas les miltoniens et actés par maastricht c’est de l’immigration massive, et finalement la fin de la Nation.
        Mais je ne crois pas que votre problème ce soit la France ou la nation.

        1. Loran

          La:

          « très très compréhensif envers ceux qui ne sont pas né dans sa petite banlieue tranquille et sans histoire »

          Ceci dit, votre réaction me permet de comprendre mieux votre approche.
          J’ai juste une petite question pour etre bien sur, vous pensez quoi d’Israel et du Sionisme?

          1. Je vois que nous avons à faire à un altercomprenant hypocrite. Tout s’explique donc. Dans son esprit embrumé, parler d’une banlieue sans problème, c’est parler (en creux ?) des problèmes d’immigration. Limpide.

            Ça en dit long sur ta façon de « penser », au passage.

            Et pour répondre à ta question : Israel et le sionisme, je m’en cogne. Complètement.

        2. fifou

          1 point pour h16 (si je peux me permettre)
          Ca m’est de plus en plus insupportable ces esprits etroits qui lient imanquablement immigration et insecurite (dans un sens ou dans l’autre) et qui montent sur leurs grands chevaux a coups de zeureslesplussombres a la premiere phrase-excuse, ou qui laissent couler leur haine des que l’occasion se presente

        3. Loran

          A propos d’altercomprenant, je prends la remarque comme un compliment venant de vous!

          Effectivement, autant éviter l’ulcère.

          On pourrait faire une explication de texte sur votre phrase… Mais je suis prêt à vous concéder une erreur d’écriture, même les plus grands écrivains bloggueurs en font!
          Dont acte.

          Compte-tenu de ta façon de penser, je suis prêt à t’accorder une erreur de raisonnement. C’est courant chez les trolls.

          Sinon puisque vous avez fait un article sur les couilles… Force est de constater que vous êtes effectivement très très courageux, pour soutenir des thèses proches de celle d’un Madelin vieillissant des années 90, il faut au moins l’anonymat…

          Et toi, au fait, pourquoi tu ne nous en dis pas plus sur ton toi ? Après tout, toi, tu en as, de la couille à vendre, non ?

          Et pour vous Monsieur fifou, vous ne devez habiter ni dans le 9-3, ni même en Arizona pour imaginer qu’il n’y a vraiment, mais alors vraiment aucun lien entre immigration et insécurité.

        4. fifou

          Cher Loran,
          comme je l’ai souvent ecris sur ce blog que j’apprecie, je maintiens que l’immigration est uniquement un mouvement naturel des etres humains d’un endroit vers un endroit ou ils se sentent mieux (pour le climat, l’economie etc etc…)
          Moi meme je suis un multimmigre, j’ai quitte l’Iran pour m’installer en France (pour des raisons politiques: j’aime moderement les barbus), puis dans d’autres pays europeens (pour des raisons economiques: gagner des sous) et je me suis finalement installe en Angleterre (pour des raisons sociales: je prefere la vie et la mentalite ici). Combattre l’immigration est une connerie car quoi de plus naturel que de changer de lieu si on n’est pas bien la ou on est? Si je n’aime pas la pluie et que j’ai le courage de refaire ma vie ailleurs, va-t-on m’empecher d’aller vivre au soleil?

          L’insecurite est un probleme de Societe, une action condamnable qui malheureusement n’est pas condamnee comme il le faut

          Un delinquent est un delinquent point. Tuer ou voler ce n’est pas bien. le fait que le tueur ou le voleur soit un noir ne le rend ni plus coupable ni moins.

          Donc au lieu de passer son energie a debattre sur l’immigration, je serais d’accord avec h16 qu’il faudrait une politique musclee (ou une paire de couilles) contre la criminalite.

          Exemple: interdire aux roumains d’entrer librement en France: NON, fouttre au trou pour des periodes longues les pickpockets (roumains ou autres) et a la fourriere les caravanes des campings sauvages (de Roms ou autres): 100 fois OUI

        5. Loran

          Bonjour Fifou,
          cette discussion est intéressante.

          Nous sommes en désaccord sur le fond.
          Vous donnez la primauté à la liberté individuelle sur la notion de culture locale, de peuple finalement…

          Cela est tout à fait cohérent avec votre approche économique et même sociétale. L’histoire récente, vous donne également, en partie, raison.

          Ce que je déteste dans cette approche, c’est la fin de la notion de Nation, c’est à dire un imaginaire commun partagé sur un territoire donné. On se retrouve partout avec des sociétés « millefeuilles ». L’histoire a montré que cela menait le plus souvent à des conflits lourds et/ou à une restriction nette des libertés individuelles… On ne badine pas avec les identités…

        6. Mateo

          Moi, votre discours anti-sionniste (le terme politiquement correct pour ne pas dire antisémite) et nationaliste me fais penser que vous êtes un facho votant FN. Elle vous plaît ma lecture « en pointillé »?

        7. Mateo

          « Vous donnez la primauté à la liberté individuelle sur la notion de culture locale, de peuple finalement… »

          Pas du tout, nous disons que c’est aux individus de définir la culture, d’accepter ou pas ceux qui ne partagent pas leur culture, pas à l’état.

          Et d’autre part, personnellement cette notion de « Nation » imposée par le haut, par l’état, je m’en contre-balance. Cette notion est étrangère à celle de « culture locale » comme vous dites. Par exemple, la culture locale de ma région est presque plus proche de la culture espagnole que de la culture à « parisienne » ou « lilloise ». Rien à voir avec la nation. Et d’ailleurs je me sens d’abord du Sud, Occitan, avant de me sentir Français et je préfère chanter la Coupo Santo ou Se Canto que la Marseillaise.

        8. fifou

          @ Loran
          mon principe est de definir la notion d’identite personnelle comme un ensemble qui comprend autant les influences verticales (d’ou l’on vient- la culture de nos ancetres) que les influences horizontales (la ou l’on vit)
          je ne pense pas qu’il faille donner une primaute inconditonnelle a l’un des deux axes, mais s’adapter a certains moments ou a certaines situations. Pour moi c’est au contraire le blocage sur la seule identite verticale (ou son rejet complet dans certains cas) qui est source de conflits

          Je me sens tres Francais et je suis heureux de parler le Francais en langue maternelle car c’est, pour moi, l’une des langues les plus fines qui existe (je parle 7 langues couramment). Et c’est une chance de lire Voltaire en langue originale. Pour tout l’amour que j’ai pour la culture et l’Histoire francaise, je ne me sens pas bien dans la France d’aujourd’hui et je vis a l’etranger et c’est tout

    2. Flak

      « imaginer qu’il n’y a vraiment, mais alors vraiment aucun lien entre immigration et insécurité. »

      mais t’es grave toi! il te dit qu’on parle d’autre chose et qu’on a deja precise que H16 ne fait pas dans le raciss, tu persistes a inventer des trucs qu’on ne dit pas.

      1. Loran

        Rebonjour Monsieur Flak,

        Quand on écrit ca:
        « Ca m’est de plus en plus insupportable ces esprits etroits qui lient imanquablement immigration et insecurite « ,

        il me semble qu’il fait du sens de répondre ca:
        « imaginer qu’il n’y a vraiment, mais alors vraiment aucun lien entre immigration et insécurité. »

        je persiste…

        1. Flak

          si jamais on parlais d’un lien entre les deux,on parlerait de raisons economiques et politiques qui tiennent plus d’une EXTREMEMENT mauvaise gestion de l’immigration, plutot que d’immigres responsable de quoi que ce soit.
          Bien sur que 75% de racailles sont colorees, et bien sur ca n’a aucun rapport avec le fait que le marche de l’emploi soit extremement mauvais en fRance, ni aucun avec le fait que le tissu industriel fRancais soit quasiment mourant, ni aucun avec le fait qu’aucun effort de maintien de l’ordre ne soit effectue, etc etc.
          tu vois moi aussi je peux trouver des choses qui n’ont pas ete dites clairement mais sont aussi importantes que tes sous-entendus piteux.

          Il y a bien des raisons au bordel en fRance, bordel du uniquement et exclusivement au service calamiteux et insultant rendu par la republique francaise au peuple qui lui paye la soupe: pas d’emploi, pas de securite, pas d’avenir, beaucoup d’impots, beaucoup de foutage de gueule, beaucoup de gaspillage d’argent public, une presse vendue.

          maintenant que c’est clair de quoi on parle tu peux arreter de faire l’epais.

  10. adnstep

    Pov Loran, il y a encore des gens qui ne pensent pas comme lui en France, alors qu’il croyait que l’école nationale de redressement de la pensée, à l’œuvre depuis 40 ans, avait effacé toute inspiration déviante.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)