Vidéosurveillons avec de coûteuses caméras en panne

L’actualité permet fort commodément de rapprocher dans une collision colorée deux éléments de ce paysage politique franchouille que le monde ne nous envie pas ; à ma droite, la vidéo-surveillance, alpha et oméga de la politique sécuritaire actuelle. À ma gauche, la Cour des Comptes, et sa progéniture régionale, qui s’empresse de faire moult rapports dont l’utilité à caler les grosses armoires ministérielles n’est plus à démontrer…

On savait déjà que les caméras de vidéo-surveillance avaient cet effet facilement quantifiable de ne rien changer à l’insécurité. Leur présence transforme plus souvent qu’à son tour une victime en star d’internet.

On trouve en outre plusieurs articles qui montrent assez clairement que ces caméras n’apportent aucun résultat tangible en terme de protection des victimes. Appendices inutiles d’une police déjà fort encombrée en gadgets électro-comiques, les caméras anglaises ont multiplié leur présence sans pour autant permettre aux forces de sécurité de fanfaronner sur des résultats probants.

Il apparaît en revanche limpide qu’en terme de résultats électoraux, la multiplication frénétique d’oculaires électroniques invasifs apporte suffisamment de bénéfices pour que l’expérience soit renouvelée à un rythme que d’aucuns pourraient appeler stakhanoviste. Encore une fois, le citoyen assiste, impuissant dans le meilleur des cas et réjoui dans le pire, à la multiplication des lois et des règlements sécuritaires dont les rejetons électroniques viennent tristement décorer les pylônes et les angles de rues divers, dans le chuintement discret de leurs rotules servo-contrôlées par un policier à l’attention très émoussée par un ennui qu’on imagine titanesque et répétitif, pendant que ce même citoyen va faire ses course, se cure le nez ou pisse contre un mur (ce qui est très mal).

Mais malgré cette multiplication soutenue, le constat persiste, obstiné et agaçant : ça n’apporte rien de plus en matière de sécurité. Estrosi, depuis sa ville de Nice, a beau par exemple pipeauter sur les extraordinaires apports de ces caméras, les statistiques officielles sont plus que décevantes : peau de zob, mon cher Christian, vos caméras ne favorisent pas le recul de la criminalité.

La cause est entendue : les CCTV, c’est tout pourri.

cctv bucoliques

Et c’est là qu’un rapport de la chambre régionale des comptes d’Ile-de-France sur la gestion de la commune de Boulogne-Billancourt depuis 2002, récemment rendu public, permet de faire un bon dans la consternation : non seulement, ces crottodrômes pour pigeons ne servent à rien, mais en plus, ils coûtent un pont !

Le citoyen, toujours scruté par des caméras, y apprend ainsi, alors qu’il a encore le doigt dans l’une de ses narines (ou le zboub à l’air, au choix) que, je cite :

Dans le cadre d’une enquête commune à la Cour des comptes et aux chambres régionales des comptes relative à la sécurité publique, il a été relevé aussi un manque de suivi dans les actions engagées, à l’exemple du contrat local de sécurité ou des six premières caméras de vidéo-surveillance aujourd’hui hors d’usage, en dépit d’une installation récente et des sommes conséquentes consacrées à leur implantation.

Dans ce même rapport, on apprendra aussi, dans le même souffle, une narine toujours bouchée ou la braguette toujours béante (vous avez toujours le choix, profitez-en, ça ne durera pas), que la commune en question a dépensé 800.000 euros pour installer 35 caméras. On y découvrira les frais de fonctionnement (planifiés) de plus de 500.000 euros à l’année, et, surtout, que ces caméras … merdent.

Oui : plusieurs des caméras ne fonctionnent pas, plusieurs ont été dégradées, et dans celles qui ne fonctionnent pas et qui sont dégradées, rien n’a été entrepris pour les remettre d’aplomb. A la limite, on s’en rassure un peu, puisque de toute façon, elles ne servent à rien.

Je résume donc : les caméras n’ont aucun impact prouvé pour la diminution de la délinquance ou de la criminalité. Elles coûtent un pont. Quand elles tombent en panne, elles ne sont pas réparées et tout le monde, en définitive, s’en fiche.

MAIS, et c’est là l’essentiel, les Bisounours seront rassurés puisqu’une autorité veille sur eux, et les voit, les entend, depuis le pylône le plus proche où des ménates, des pigeons et un jeune déçu occasionnel viennent faire leurs besoins, avec force coup de pieds lorsque l’occasion s’y prête.

A la faveur d’une idée idiote comme savent en pondre régulièrement nos politiciens, les caméras en grappe se multiplient donc dans le paysage urbain français, dans la plus parfaite indifférence de la plupart des médias qui se montent bien plus promptes à faire monter la mayonnaise d’une crise diplomatique divertissante, en dénonçant les méchants Mexicains qui font rien qu’à embêter la jolie Florence.

Malheureusement, les seuls domaines que ces caméras ont bel et bien réduit sont ceux du pouvoir d’achat des contribuables et de leur liberté individuelle.

Pas de quoi en parler, donc.

J'accepte les Bitcoins !

1NfGdppPqof3gx2UWCQefVMLsn8YyG3te9

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires33

  1. Joe

    23k€ la caméra et 14k€ d’entretien annuel par caméra. Effectivement, on se retrouve vite démembré (attention à ne pas laisser son zob à l’air trop longtemps !)

    1. monoi

      Wikipedia ou non, comme le pointe H16, les cameras anglaises ont foisonnees pour zero effet, si ce n’est deplacer les criminels vers les zones non surveillees au pire, et cree un nouveau marche pour les sweatshirts a capuche au mieux.

      Mais bon, on peut difficilement critique les politiciens de faire ce que les abrutis qui votent pour eux demandent. On a ce qu’on merite.

  2. Stéphane

    Je crois qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

    Suffirait-il d’installer des caméras de surveillance en Haïti pour que toute la criminalité cesse là-bas? Bien sûr que non.

    Une caméra seule n’a pas de sens. Il faut qu’elle s’inscrive dans un ensemble cohérent comprenant prévention, surveillance et sanction. C’est ce que les Anglais ont perdu en cours de route, je crois. Aujourd’hui ils ont plein de caméras mais rien ni avant ni après.

    Pour prendre l’autre extrémité du spectre, je suis sûr qu’aucun mariole ne s’amuserait à commettre un délit, même bénin, face à une caméra de vidéosurveillance à Singapour.

    Mais ça ne m’étonne pas que les gens s’étripent en se concentrant seulement sur le point focal (si j’ose dire) de la caméra, et non l’ensemble du processus dont elle participe. Une histoire de lune, de doigt et d’imbéciles, comme d’habitude.

    Et je ne suis pas surpris non plus que l’Etat français fasse un n’importe quoi ruineux dans le domaine: c’est un peu comme s’il nous habituait au pire à chaque coup.

    1. A mon avis, tant que le coût général de l’infrastructure sécuritaire est supérieur au coût d’une ou plusieurs patrouilles humaines standard, il n’y a pas photo (ou vidéo) : il faut choisir les moyens humains.

      1. Stéphane

        Une caméra et une patrouille n’effectuent pas du tout les mêmes missions en termes de sécurité: la caméra est surveille 24h/24 de façon passive; une patrouille de police n’est pas là en permanence, mais peut appréhender un suspect, etc.

        On ne peut pas comparer des chevaux à des sous-marins simplement en les ramenant à la dimension du coût.

        1. adnstep

          Question coût, c’est vite vu : d’un côté, on ne paye ni retraite, ni vacances, ni maladie et, en plus, on file du pognon aux copains.

        2. simple citoyen

          En termes de sécurité, il faut préciser:
          la patrouille de France est payée pour voler en faisant des accrobaties devant les caméras, alors que les policiers derrière les cameras de surveillance sont payés pour regarder TOUS les vols, accrobatiques ou non.

        3. Stéphane

          Il y a des caméras filmant en live – et permettent à un observateur de surveiller quatre rues en même temos, d’autres qui enregistrent et permettent, si les enregistrements sont gardés assez longtemps, d’élucider certains crimes.

          Je n’ai pas la prétention de dire que les caméras sont indispensables, mais comme pour tout, c’est une question d’utilité marginale. Si vous n’avez ni policiers ni caméra il est clair qu’il vaut mieux avoir une patrouille qu’un système de vidéo surveillance. Maintenant, si vous avez 100 patrouilles et 0 caméras, vaut-il mieux une cent-unième patrouille ou un premier système de vidéo surveillance? Selon la configuration des lieux et la criminalité, ça se discute.

          Les Suisses, qui n’ont pas encore entièrement abdiqué sur la notion de peine (mais il s’en faut de peu), obtiennent de bons résultats avec la vidéosurveillance. Pourquoi réussissent-ils là où des Anglais échouent? Simplement parce que le système judiciaire et pénal n’est pas le même.

    2. deres

      A ma connaissance, les caméras ne diminue pas du tout la criminalité mais par contre peuvent aider la police dans la résolutions des affaires car elles fournissent des témoignages beaucoup plus fiables que les êtres humains (heures, description des faits, des vêtements, …). Comme toute nouveauté, ce n’est bien entendu pas le miracle décrit par ses adeptes gesticulant. Le problème, c’est que en un point donné, la criminalité est très rare ! Autant une caméra sur un distributeur de billet a une chance de servir un jour, autant les chances d’une caméra en pleine rue de surprendre un flagrant délit d’agression sont quasi-nulle. De plus, avec la qualité des vidéos actuelles, contrairement à ce qui se passe dans les séries télé et dans les fantasmes totalitaires de nos politiciens,pas question de reconnaître un visage …

      1. flak

        c’est juste de la bonne grosse paresse a l’administration.plutot que de se coltiner une force de police, on se gave de contrats d’equipements et d’un minimum de larbins sans statut de force de l’ordre, le cul visse sur une chaise.

        1. Laurent

          Les forces de « l’ordre » sont pléthorique en France, pour qu’elle deviennent efficace il suffirait de :
          2- les mettre sur le terrain
          3- réorienter leurs objectifs contre la criminalité plutôt que d’employer 80% des effectifs à la chasse à l’automobiliste

        2. Higgins

          C’est sûr que pour les radars, ils ne restent pas longtemps HS. C’est vrai que eux, ils rapportent de l’argent (pour la sécurité, c’est un autre débat).

    1. « … que si une densité de caméras suffisante a été installée et si le système permet de disposer d’images et d’enregistrements de bonne qualité »
      Autrement dit, il faut jeter un fric dingue pour obtenir ce résultat, dont le rapport indique au passage clairement qu’il est à prendre avec des pincettes devant la modestie de l’échantillon considéré et des redressements statistiques opérés pour tenir compte des disparités importantes au sein de l’échantillon.

      1. flak

        les cameras de surveillance ont un avantage fondamental dans la societe qui l’entoure: ils ne procedent pas de la responsabilite individuelle.On n’est plus dans une societe ou l’on peut se proteger soi-meme; ca doit etre assure par quelque chose d’exterieur, quelque chose qui s’installe et se fait subventionner.
        De meme qu’on demande aux jardiniers anglais de ne pas poser de grillage coupants pour les doigts des cambrioleurs, on ne pourrait semble t-il intervenir qu’a posteriori pour chaque crime.On laisse la victime se faire planter, on passe sa mort sur Youtube, ou les memes petits cons que le planteur pourrons poster des commentaires rigolards, et puis peut-etre, plus tard, on elucide.

        1. Certes, mais les morts ont 2.5x plus de chances qu’on coince leur assassin qui fera 10 ans au chaud, max. C’est ça, le progrès.

          Non ?

          Ah bon.

  3. Maggiacomo Jean-Claude

    L’objectif des toutes ces caméras réunies ne réussira pas à cadrer l’ensemble des dysfonctionnements tels que Tapie gros sous, MAM qui voyage, les OGM qui nous dévorent, les licenciements pour sous-traiter moins cher,les chômeurs de ces entreprises payés par l’état, le pouvoir d’achat sans pouvoir d’acheter,Florence Cassez innocente à la sauce mexicaine, les chauffards drogués tueurs d’une jFille de 23 ans sur les clous…7 ans de bon programmes TV au chaud en taule, nos autoroutes soldés au BTP espagnol alors qu’ils allaient devenir gratuits, ARCELOR, SNCF, EDF vendus, aux indiens, aux italiens aux américains ou aux chinois, le bouclier pour protéger les riches des pauvres…
    Ils ne m’ont laissés que mon slip, j’ai peur que ça fasse pas terrible sur la photo !!!

  4. T-Buster

    Déjà que cet article traite d’un sujet dépassé.
    En effet les caméras de vidéosurveillance, c’est fini, ringard, hasbeen.
    Oui maintenant le fin du fin c’est d’installer des caméras de vidéoprotection!

    Bon on ne sait pas plus a quoi elles servent (a part de faire des trous dans les finances publiques), mais c’est plus modernes, donc plus facile a vendre à Mme Michu. Et c’st cela qui est important, pas le reste, qui ne sont que des broutilles pour libéraux aigris….

  5. Alex6

    Moyennement d’accord pour le coup. L’inefficacite des cameras en France est plutot a mettre au credit d’une inefficacite generale a faire regner l’ordre.
    Bref, il faut prendre en compte l’ensemble du probleme car il est evident qu’au sein d’une police sans pouvoir, les cameras n’apporteront strictement rien de plus.
    Utilisees de maniere intelligente, les cameras peuvent etre un bon complement a une force de frappe bien geree.
    Je ne connais pas bien l’exemple Anglais pour en parler mais l’Australie a vu la criminalite baisser regulierement sur les dix dernieres annees. Sans doute n’est-ce pas exclusivement du a l’usage des cameras mais il me semble precipite de dire qu’elles sont inutiles. Dans le cout des cameras, il faut prendre en compte le gain obtenu via l’optimisation de l’usage du personnel.
    Maintenant les Australiens utilisent une combinaison forces publiques / forces privees qui explique peut-etre plus certainement les gains obtenus.

    1. monoi

      Ce n’est pas precipite, c’est comme ca. Il est bon des fois de regarder ce que font les autres.

      Vous croyez que le criminel n’est pas au courant des emplacements de cameras? Il est pas con, il va ailleurs.

      Pourquoi croyez vous que l’on voit autant de sweatshirt a capuche? Ca decoule directement de ca.

      Tout ce que ca fait, c’est filme le connard qui va agresser quelqu’un ou je ne sais quoi d’autre, et qui l’aurait fait de toutes facons, camera ou non. Resultat, au lieu d’avoir une patrouille de police qui aurait pu prevenir de par sa seule presence, ou intervenir immediatement, on se fait agresser et apres, si on a de la chance, le type se fait choper.

      Perso, je prefere la prevention.

      De toutes facons, ca pose un probleme ethique de fond, qu’on entend jamais (mais bon, la france etant un etat policier depuis des lustres, ce n’est pas etonnant) mais ca s’arrete ou ces conneries? La progression logique, c’est qu’un jour, vous serez tous obliges de rendre compte de l’endroit ou vous etes a tout moment, ainsi que d’avoir votre ADN sur un fichier. Apres tout, si vous n’avez rien a cacher, vous n’avez rien a craindre, n’est ce pas? Et pendant ce temps, qui surveillera les surveillants?

      1. Eheime

        Apres avoir lu les differents commentaires ma vision change un peu (d’où l’interêt de ce genre de blog).

        L’interêt de ce genre d’outil releve du bon sens. Comme tout outil c’est l’utilisation qu’on en fait qui compte. Le présenter comme la solution ultime est evidemmment une erreur.

        De même qu’affirmer qu’il ne sert à rien sans évaluer l’outil dans la globalité et certainement un jugement hatif.

        Reste le cout inexplicablement elevé.

        1. « inexplicablement » ? Ah mais non. C’est très simple j’explique : je suis maire d’une grande ville et Robert, mon cousin, travaille – justement – dans une entreprise de BTP qui fait des ronds-points et installe des systèmes de vidéo-surveillance. Et – coup de bol – elle remporte facilement les appels d’offres que je fais passer, bien qu’un chouilla plus chère que les autres (mais les services sont plus étendus). Ensuite, c’est très simple : vous voyez les services ? Non ? Eh bien voilà.

  6. Crucol

    excellent billet comme toujours…

    petite erreur en fin d’article : « les seuls domaines ». ce qui me fait rebondir sur l’article précédent, croyez-vous mon cher H16 que le progrès des traducteurs automatiques peut aussi s’appliquer aux correcteurs orthographiques?

    sur ce bonne journée,
    Crucol

    1. Flak

      je trouve ca tout de meme un poil pete-couille quand l’integralite de l’internet est redigee en petit singe, qu’il y ait systematiquement toujours deux ou trois blaireaux pour rebondir sur les fautes mineures de H16.
      Ouvrir sa tronche sur l’orthographe des autres c’est rigolo quand on veille sur un forum et qu’on veut eviter de se retrouver trop vite a lire du sms; en revanche lorsqu’on vient sur Hashtable, c’est toujours grossieremenet a cote de la plaquiste et tout simplement malpoli de la ramener sur la petite faute qui aura passe a travers les mailles.
      Serieusement, je ne sais pas, mangez vos crottes de nez, trouvez vous une occupation.Arrtez d’etre des gros fucking nazes.

      1. Tututut. Ca me sert directement, puisque certains billets seront peut-être un jour repris en livre. Avoir quelques relecteurs, c’est très bien. Bref, Flak, ne t’emporte pas : là, c’est en bonne intelligence.

        :)

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)