Fumer la moquette est dangereux pour la santé d’Attali

Attali, jusqu’à récemment, pouvait assez facilement prétendre au poste officiel de Troll des Vieux. On se souvient en effet de sa dernière pochade internautique, dans laquelle le docte philosophe/ conseiller / économiste nous expliquait qu’une resucée de la prohibition (version cigarette) serait une expérience à tenter pour le plus grand bienfait de l’humanité. Devant la bordée de commentaires et d’articles étrillant joyeusement les arguments en carton du troll, il n’a pas pu résister à relancer le bastringue ; las, quand on lit sa réplique, le doute n’est pas permis : de troll des vieux, il passe maintenant au statut de Gros Boulet Numérique.

Il commence, pépère, par nous rappeler que personne n’a contesté ses chiffres, comme le nombre de morts par cigarettes, le nombre de cigarettes fumées par an, et tout ce genre de statistiques palpitantes qu’on n’osera jamais tenir sérieusement pour les dégâts du socialisme et des prétentieux conseillers de nos princes.

En fait, personne n’a réellement pris le temps de détailler ces chiffres, parce qu’ils sont tout juste sans intérêt pour la discussion : des millions de personnes meurent aussi de l’alcoolisme, dans des accidents de voitures, par des armes diverses et variées, sans que l’interdiction constitue pour autant une piste sérieuse à étudier.

Mais puisqu’il nous nargue avec ses jolis nombres et ses pourcentages taillés au cordeau, notons tout de même qu’il prétend que le tabac aurait fait 100 millions de morts (comme le communisme, du reste). Cependant ici, il s’agit réellement de la cigarette : le nombre de morts par tabac à priser, à chiquer, chez les usagers de cigares ou de pipe, doit être pour ainsi dire inexistant. Contrairement à l’alcool ou l’héroïne, les effets du tabac et spécifiquement de la nicotine sont plutôt modestes, non psychotropes, et que c’est d’abord la fumée et les goudrons d’une cigarette qui provoquent les cancers.

Mais à la limite, baste, passons : c’est vraiment un détail dans l’avalanche d’arguments consternants qui va suivre, à côté desquels le fait que ses chiffres soient corrects ou pas n’a, finalement, aucune importance.

Jacques Attali, plein de bonnes intentions (?)

Selon Jacques, deux arguments seulement ont été avancés : l’un qu’il qualifie quasiment de trivial (« pourquoi pas l’alcool, tant qu’on y est ? ») et le second de sérieux (« les gens étant accros au tabac, si on les prive, ils vont tourner méchants »).

On pourra pouffer sur ce que le penseur philosophe économiste juge trivial et sérieux. Cependant, on sera étonné que l’argument plus complexe de la gestion de la prohibition, qui a lamentablement foiré tant pour l’alcool que pour toutes les autres drogues, n’est pas compté dans sa liste d’arguments officiellement retenus comme valables.

Or, c’est très très embêtant, ça ! C’est, en réalité, la principale raison pour laquelle une prohibition ne doit pas être envisagée. Tout simplement parce que, on le sait, on l’a vu, revu et re-revu … ça ne marche pas, du tout.

Pire : de très lourds investissements sont réalisés pour lutter contre les réseaux clandestins qui s’organisent, des équipes entières de police et de gendarmerie doivent être entretenues pour contrer les trafics, au lieu de s’occuper des vraies atteintes aux personnes, le tout pour un échec retentissant : la drogue continue d’être consommée, et l’alcool, prohibé en son temps, créa des monstres comme Al Capone et d’autres.

Mais non : même si la solution que Jaques propose est vouée à un échec cuisant et coûteux, il s’en fiche. L’important est de tenter un truc, peu importe qu’il soit inutile. On reconnaît là l’attitude maintenant habituelle des hommes de pouvoir : on s’agite, on propose des trucs en vrac, sans l’étude historique ou l’honnêteté minimale qui permettent d’éviter les erreurs, et on fonce en frétillant.

En fait, le pompon, ce sont les explications que notre Jacques fournit pour parer les deux seuls arguments qu’il conserve dans son trolling de niveau olympique.

Pour le premier, c’est tout simplement consternant :

La réponse à cet argument est facile : ces produits ne sont nuisibles que pour ceux qui en abusent, alors que le tabac est nuisible à la première cigarette. Il mérite donc un sort particulier.

« Nuisible dès la première cigarette ». Pouf. C’est Attali qui le dit, c’est donc comme ça. C’est ce qu’on appelle l’instant-addiction, ou le flash-cancer, je suppose.

Outre qu’il est évident que c’est médicalement faux (ou, disons, aussi faux que pour l’alcool ou le benji sans élastique) on pourra rétorquer qu’une cigarette tous les 10 ans ne peut pas être tenue sérieusement pour responsable d’un cancer, sauf par le plus parfait des imbéciles ou des hypocrites (n’écartez aucune option, on est surpris, parfois). Bref : on est dans le n’importe quoi lancé à la volée, au hasard, comme le ferait un ninja de la rhétorique pas très entraîné, les yeux bandés et les mains nues, dans un dojo sans lumière avec des adversaires équipés d’armes lourdes.

La seconde explication pour le deuxième argument donne quant à elle une image fidèle de l’infiniment con. D’après Jacques le Troll, l’interdiction pourrait provoquer le manque, et le manque pousser au dealer, ce qui …

… renvoie à une question beaucoup plus vaste : la loi peut elle interdire une addiction ? La réponse est évidente quand il s’agit d’une addiction au meurtre, au viol ou vol ; et la loi fait en principe dans ce cas la différence entre ceux qui sont responsables de leurs actes et ceux qui ne le sont pas.

Oui.

Vous avez bien lu, sous la plume d’Attali, la comparaison stratosphérique des fumeurs avec les tueurs et violeurs en série et les kleptomanes au stade terminal, puis un passage plus que stupéfiant et carrément hallucinogène sur la responsabilité légale de ceux qui exercent de tels actes.

Autrement dit, ceux qui fument sont comme des violeurs multirécidivistes sur leur propre corps. Le fait que le meurtre soit condamné dans toutes les civilisations et cultures, et que la consommation d’herbes ou de boisson qui font rire, de cigarettes qui détendent ou de substances qui font planer soit toléré voire ritualisé dans beaucoup n’émeut pas le boulet du web. Et Attali d’ajouter, en pleine méditation transcendantale à base de champis rigolos :

Pour ces actes d’automutilation, sous toutes leurs formes, le principe doit être simple : une société démocratique doit éloigner ses membres de ce qui peut leur nuire

Notez comme il vient ici de briser en petits morceaux son premier argument puisqu’il apparaît assez clair que l’alcool, les sucreries, les armes à feu, les voitures, les rasoirs à 4 ou 5 lames ou le benji sans élastique peuvent clairement conduire à des actes d’automutilation et qu’alors, une société démocratique doit en éloigner ses membres.

Le salmigondis de ses arguments se mord la queue par tellement de bouts, ses explications entortillées sont tellement pleines d’erreur qu’il devient impossible de ne pas tout rejeter en bloc dans un grand mouvement de dégoût.

C’est bien de dégoût dont il s’agit ici : ce que Jacques propose (et ce qui est confirmé par l’ahurissante conclusion qui suit) est une société de l’interdit, du contrôle millimétré des actions de chacun pour éviter que tout ce qui pourrait lui nuire soit à sa portée. Oui, très clairement, c’est le meilleur des mondes sauce Câlins Sous Prozac qu’on nous vend ici. Et pour faire passer sa sauce, il explique que si les gens fument, boivent, se droguent (ou font du saut à l’élastique), c’est pour combler des manques que nos sociétés et notre modèle de développement créent et ne veulent pas remettre en cause.

Gasp et zut alors : le saut à l’élastique les drogues et l’alcool étant utilisés dans toutes les cultures, la cigarette sur tous les continents, et ce depuis des centaines voire des milliers d’années, on peut se demander comment notre gros boulet peut relier ces vices ancestraux avec … notre modèle de développement actuel. C’est juste absolument n’importe quoi.

En réalité, le trolling d’Attali est parfaitement éclairant sur la nature profonde des thuriféraires de l’état et leur mode de non-raisonnement foisonnant. Les arguments exposés sont pathétiques, les liens logiques feront rire tous ceux qui examineront plus d’une minute ces abrutissantes tentatives d’enfumage, mais elles ont un effet : elles démontrent comment fonctionnent nos « élites », pour grignoter petit-à-petit, pouce par pouce, la liberté qu’ont ceux qui les entourent de faire comme bon leur chante, de ne pas rentrer dans leurs cases.

Attali démontre ici son insupportable envie d’aller se mêler des lubies des autres, coûte que coûte.

Et cet Attali, des gens l’encensent ! Des gens l’écoutent ! Des gens se disent « Bon sang mais il a raison !« , tout comme ils bondissent comme des cabris à la lecture des gribouillages de Hessel, le papy-purée des bien-pensants.

Sérieusement, la France a-t-elle encore besoin d’encenser ce genre de personnes ? Parce qu’actuellement, on voit surtout que la France montre tous les jours son efficacité redoutable à transformer un passé prestigieux en avenir pitoyable, précisément à cause de ces olibrius clignotants.

Attali est l’exemple type de ce que la France produit en terme d’intelligentsia : un porridge gluant de ce qu’on fait de plus consensuel, mou, sucré et un tantinet XIXème siècle.

Ce sont les hommes calibrés sur le même moule qu’on retrouve encore aujourd’hui à sévir aux manettes de l’état, qui aux postes de conseilllers, qui cabinétards invétérés de ministres gatouilleux, et qui font lentement mais sûrement plonger le pays dans des abîmes de perplexité et de conneries.

J'accepte les Bitcoins !

16A5vuCKMP8RDF4L2x5KxQhgFY9Fur6ATG

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires37

  1. Stéphane

    « Pour ces actes d’automutilation, sous toutes leurs formes, le principe doit être simple : une société démocratique doit éloigner ses membres de ce qui peut leur nuire »

    Je suggère l’interdiction d’Attali. :D

  2. boutros

    Il faut donc interdire les cigarettes, whisky et petites pépées, Ca fait moderne. Et puis les cigares qui font sauter les ministres. Et puis les pipes même si elles font vivre Saint Claude. Et quand on pense que le fellation peut être cancérigène… Qu’est-ce qui nous restera ? La télé et les oeuvres d’Attali. Ca va être gai !

    1. Aurélien

      « Qu’est-ce qui nous restera ? La télé… »

      Oui, mais il faudra reculer votre canapé, puisque nous sommes dans une société démocratique qui éloigne ses membres de ce qui leur nuit.

  3. Flo

    « Et quand on pense que le fellation peut être cancérigène… »

    Ah? J’avais cru que ça n’était que la mesure de l’augmentation des prix…

  4. Manassas

    Et qu’en sera-t-il du soma, de cette merveilleuse substance qui permet à tous de baigner dans un état euphorisant. Doit-on aussi le prohiber ?

  5. Kelevra

    vous avez raison une etude americaine sortie cette semaine indique que la pipe et le cunni sont 8 fois plus dangereux en terme de cancer que la cigarette concernant les cancers de la bouche et de la gorge. les retrovirus responsables des cancers du col de l uterus se developpant dans la bouche et la gorge, les scientifiques americains proposent meme de vacciner toute la population.
    malheureusement, contre la connerie, toujours aucun vaccin ni aucun medicament, attali ne pourra beneficier d aucun traitement legal. les balles de 45 ou 9mm en pleine tete restent le seul remede efficace pour ce genre de maladie incurable.

    1. Higgins

      C’est pourquoi le sexe oral va être, comme la cigarette, interdit dans les lieux publics et qu’on va voir foisonner des slogans type: « sucer tue » ou bien « l’abus de sexe oral est nuisible à la santé »!

      Pour Attali, encore une illustration du principe de Peter.

    2. vincent

      Deux anges discutent au paradis.

      « Oh Putain, dit le premier, tu sais quoi ? Dieu vient d’inventer un truc affreux. Ca s’appelle la vie. Il parait qu’on en meurt ! »

  6. Georges Kaplan

    « une société démocratique doit éloigner ses membres de ce qui peut leur nuire »
    .
    « Le Socialisme, comme la vieille politique d’où il émane, confond le Gouvernement et la Société. C’est pourquoi, chaque fois que nous ne voulons pas qu’une chose soit faite par le Gouvernement, il en conclut que nous ne voulons pas que cette chose soit faite du tout. »
    — Frédéric Bastiat

  7. estienne

    Vous êtes tous de méchants jaloux. Ce type a un savoir encyclopédique, il a déjà écrit tout seul plus de 150 ouvrages sur les sujets les plus divers – politique, économie, histoire, religion, etc. -, des biographies et je crois même des romans. Et tout cela l’air de rien, en toute simplicité et totale humilité.
    En tant que conseiller économique de Mitterrand, il a enclenché une croissance dont nous continuons de profiter, il a piloté la nouvelle Banque Européenne de mains de maître, il a conseillé, au début de son mandat, notre grand président Sarkozy, en suggérant 2500 propositions pour faire exploser la croissance, il propose aujourd’hui un gouvernement mondial qui mettrait bon ordre sur la planète, …et vous osez vitupérer contre ce que la France produit de meilleur, contre celui qui est admiré sur tous les plateaux de télévision et dans toutes les chancelleries pour sa très haute hauteur de vue, pour l’infinie profondeur de sa grande sagesse et pour l’efficacité de ses préconisations. Demain j’arrête de fumer.

    1. Higgins

      Et oui, il a conseillé Badinguet. Du coup, ce dernier est devenu un nouveau roi Midas sauf qu’à l’inverse de ce dernier, tout ce qu’il touche est loin de se transformer en or. Cherchez l’erreur (pas l’odeur).

  8. Flak

    Attali est vieux et a du se faire parler dans les oreilles par son medecin.Ou alors il a chope une saloperie dont il prete l’origine a ses potes fumeurs de cigares.

    « Pour ces actes d’automutilation, sous toutes leurs formes, le principe doit être simple : une société démocratique doit éloigner ses membres de ce qui peut leur nuire. Et pour cela, elle doit d’abord comprendre ce qui les amène à agir ainsi. Elle doit ensuite éduquer, inciter, puis interdire »

    c’est amusant qu’il parle d’automutilation en oubliant la vraie automutilation, celle des gamins qui se coupent pour savourer les endorphines qui en decoulent.Dans ce cas on ne peut pas l’interdire, l’education ne sert a rien.Ou plus exactement, c’est parfois de la que ca vient: que faire? doit-on interdire les parents qui n’eduquent pas bien leurs enfants, ou qui leur transmettent leurs nevroses?

    « Et c’est sans doute parce que nos sociétés ne savent pas, n’osent pas affronter cette question, parce qu’elles n’osent pas s’avouer à elles-mêmes que notre modèle de développement,  »

    allez, moi je vais te l’affronter ta question: c’est la faute du catipalisme.
    On a tous vu ce que Attila voulait dire:
    C’est la faute de la societe de conssemomation qui met les nounours en panique et les force a fumer et a prendre de la drogue pour compenser.
    Et donc comme on ne veut pas affronter en face la dure realite du fait qu’avoir 34 marques de deodorants disponibles est un ecueil philosophique, Attatroll s’en charge et propose la moins mauvaise solution juste apres la trenscandence: la prohibition.

    Bravo TataTrollali.

    1. Flo

      « Elle doit ensuite éduquer, inciter, puis interdire »

      Si c’est pour finir par interdire, ce qui précède n’est qu’une perte de temps ou une figure de style pédante!

  9. Flak

    le plus drole est sans doute la pseudo opposition qui est faite entre les francais-qui-sont-des-cons et AtaTrollali qui serait du cote de ceux qui ont compris.
    Qu’on m’explique alors pourquoi, vu de l’exterieur (de vraiment loin btw), TrollaTrilili est EXACTEMENT a l’image de ses semblables culturels puisqu’au lieu d’avoir un discours equilibre qui fait jouer responsabilite individuelle et etat de droit qui respecte les libertes, il balance des arguments innocents et incultes (ce qui est tres fort quand on a son profil). Personnellement j’y vois un Top Gun de la franchouille. J’y vois un Aigle de la Betise qui a son blog sur un grand quotidien franchouille.

  10. estienne

    Extrait de sa biographie sur son blog :

    « Jacques ATTALI a été nommé Président de la Commission pour la libération de la croissance française par le Président de la République depuis le 30 aout 2007. »

    Ben voilà encore une grosse French Commission efficace : depuis 3 ans que Attali l’étatiste – chantre de la gouvernance socialiste mondialisée et premier des intellectuels* – libère la croissance française, les exportateurs allemands et chinois ont la tremblotte.

    * Pour le plaisir, la dernière phrase de sa biographie sur son blog : « Selon le Magazine Foreign Policy (Mai/Juin 2008), « Jacques Attali est l’un des cents intellectuels les plus importants du monde ».

    L’un des cents, c’est trop de modestie ! Ce type devrait au moins être dans le top ten. Aller encore un effort Jacques, il te reste encore quelques années devant toi.

      1. YP

        Je ne suis pas sûr que ce classement soit d’une crétinerie profonde : C’est un classement qui atteste de l’audience que ses idées peuvent avoir (et ça fait peur…)

  11. Ieremenko

    « Elle [la société démocratique] doit ensuite éduquer, inciter, puis interdire. »

    Formidable.
    C’est formidable. La France d’Attali m’offre à moi, jeune citoyen chanceux et plein d’avenir, et à vous tous, citoyens engagés que je vous sais, d’assister sous nos yeux ébahis, au pourrissement intellectuel des élites gagnés par la gangrène socialiste.

    « Il n’y a rien de pire qu’une loi inapplicable ; elle discrédite l’Etat de droit dans son ensemble.  »

    Interdisons aux gens de penser autrement qu’à la pensée officielle. Comment ça on peut pas ? Attendez un peu vous allez voir, des incitations pour aller dans nos stages d’éducation et l’interdiction passera toute seule. Grâce à la méthode Attali, plus aucune limite pour l’Etat « de droit » !

    Formidable.

  12. Théo31

    « les gens étant accros à l’argent gratuit, si on les prive, ils vont tourner méchants »

    « le tabac est nuisible à la première cigarette. »
    Le socialisme aussi, et avec encore plus de dégâts.

    « Il mérite donc un sort particulier. »
    Tout à fait, il mérite d’être combattu sans répit.

  13. yoooook

    Pour une fois (et ce sera la derniere, promis), je te contredit.
    Quand attali dit que la premiere clope est la plus nefaste, il a raison. C’est aberant d’un point de vue médical, certes, puisqu’une seule clope ne peut pas te filer le cancer . Mais le mécanisme d’addiction à la clope, ( et il faut vraiment arreter de fumer pour s’en rendre compte) est tout à fait pervers. L’astuce c’est que la premiere clope est vraiment dégueulasse. ça te persuade que jamais tu ne sera accro a un truc aussi horrible. Là est le piege. C’est l’inverse de toutes les autres drogues qui te donnent du plaisir immediatement, (et qui donc te paraissent plus nefaste !).
    La clope est nuisible des la premiere taf, c’est évident, puisqu’elle te persuade que tu n’en fumera jamais plus que disons, deux ou trois, voire quatre ou bien….

    Apres, l’argumentation du monsieur A, c’est du flan, on est bien d’accord, et Attali est une tache, on est OK. Et tout le reste c’est du foutage de gueule collectiviste, ya pas de doute. Mais c’est ça aussi, le collectivisme, tu n’y crois pas la premiere fois et c’est tellement nul que jamais tu pense y adhérer et puis finalement mettre en commun quelques trucs, pourquoi pas et puis… HAAAAAAAAAA !

  14. LORREYTE

    Bonjour, je viens de parcourir votre papier sur Attali et la cigarette, et d’autres. Vous avez un don pour analyser/critiquer/, pas sans humour aussi. Cependant, je reste sur ma faim. Casser du Attali…Pourquoi pas du raymond Aron, du Thoreau, du BHL, du DSK, du JFK, on pourrait à l’infini, casser les personnes connus et pour beaucoup, respectées. Je suis maintenant un vieux monsieur, je me suis construit (mal, je dois admettre) sur des exemples de vies qui ont été (sont encore) utile à l’humanité. Vous, vous semblez vous construire sur la destruction des idées. Je ne vois pas trop le sens à tout ça. Sauf si psychologiquement, vous avez un besoin personnel de détruire les Icones (pour les remplacer par d’autres, évidemment).
    Je garde quand même un souvenir positive de votre blog intelligent et documenté.

    1. Je détruis seulement les idées néfastes ou idiotes et les bonhommes qui les portent avec fatuité. Attali rentre admirablement bien dans cette catégorie.

      En revanche, prenez Ron Paul ou son fils : ce sont des types biens. En politique, c’est très rare.
      La France a eu de grands hommes, ou des hommes qui lui furent indispensables. Elle a eu de grands penseurs. Mais actuellement, c’est la déroute. C’est tout.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)