Ouf, la traque des vrais criminels bat son plein !

Il est de tradition, en France et le dimanche matin, au moment de grignoter un croissant ou deux, de lire la presse nationale. Ce n’est pas bien. Outre le niveau abyssal de cette dernière, se livrer à cet exercice coupable (généralement devant tout le monde, sans se cacher) pollue l’esprit et empêche la plupart du temps de voir au-delà de l’écume des jours. Et c’est très mauvais pour le coeur !

Rien qu’en regardant les gros titres puis les faits divers, on en conclut que cette société part en sucette grave, que les barbares sont à nos portes, qu’on se larde de coups de couteau pour un oui ou pour un non, que certains se font justice eux-mêmes, bref, que les déchaînements de violence se font de plus en plus nombreux, alors que les forces de l’ordre se font tous les jours plus passives, et que les criminelsprésumés innocents sont relâchés, avec un petit bisou républicain pour faire bonne mesure.

Eh bien, si on s’en tenait à une lecture superficielle de cette presse, on en conclurait bêtement que ce pays est foutu. Et là, je dis stop.

Tout d’abord, ce n’est pas le genre de la maison de faire du mauvais esprit, de déverser du fiel sur les nobles institutions républicaines, démocratiques, festives et savamment dosées que nos élites, probes et la tête haute, s’emploient à faire perdurer contre vents et marées dans cette magnifique contrée du Bisou Qui Cogne.

D’autre part, il semble acquis que la presse, par nature même, mettra bien en exergue les faits les plus saillants, les ratages les plus navrants et les scoops les plus crados, mais ne reportera pas les cas les plus triviaux où les méchants sont appréhendés, les gentils sont sauvés et la justice fait son travail de façon parfaite.

Soit.

Il n’en reste pas moins qu’en omettant de mentionner les cas où la police et la gendarmerie, le bras armé de la Justice, agissent de façon appropriée, dosée, calculée et réfléchie, on en vient à croire que nos braves représentants de l’ordre n’agissent plus guère dans le cadre des missions difficiles et ne servent que de décor sur les aires d’autoroutes.

Par exemple, comment continuer à croire que rien ne sera tenté, qu’aucune police ne sera envoyée dans une cité où le trafic de drogue, les viols en tournantes, les vols et le rackets sont monnaie courante alors que nous tous, citoyens, pouvons être assurés de leur présence pour le moindre harcèlement moral ?

Après tout, pour un tel harcèlement (bien plus grave que des viols, du trafic de drogue ou du racket, comme on s’en rappellera judicieusement), on n’hésite pas à mobiliser 45 policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) pour aller choper quelques papiers et perquisitionner les locaux de France 24.

Et c’est normal, après tout : les autochtones de ces locaux — dont certains sont de dangereux journalistes — sont, on le sait, loin d’être faciles et calmes et bien souvent, la police se retrouve dans de véritables guet-apens dont on devra les extraire à coup de GIGN.

Mais cette nouvelle a ceci de rassurant pour vous, citoyen, que, la prochaine fois que vous vous sentez vaguement harcelé au travail (un rapport à rendre un peu trop tôt, quelques éléments qui montrent qu’on vous bloque dans votre promotion, que sais-je), vous pourrez compter sur un bataillon de gendarmes pour venir tirer ça au clair. Et là, le harceleur aura intérêt à bien se tenir.

Et si l’on fait intervenir la police ou la gendarmerie pour mater les harceleurs, pas de raison de s’arrêter en si bon chemin : chopons un triplet d’informaticiens qui ont le vice abominable de mettre à disposition des internautes les liens sur des lieux de téléchargement d’applications ou de matériel multimédia, et — toute honte bue — d’en profiter avec de la publicité fort rémunératrice…

Là encore, se focaliser sur les petites frappes des quartiers chauds, sur les dealers, sur les multirécidivistes du racket, du vol à l’arrachée, ou sur les trafiquants de drogue ou de voitures volées, c’est oublier que notre pays pullule bien avant tout ça de dangereux contrefacteurs de logiciels, de films, de musiques et de livres électroniques ! Combien de familles déchirées, combien de jeunes fauchés par ces criminels sans scrupules ? Combien de milliards l’économie française perd-elle par ces dealers de produits numériques frelatés ?

Oui, la police a bien raison de s’occuper d’abord de ces vils techniciens de la copie illégale !
Mamies Dangereuses

Et surtout, si on chope les harceleurs moraux et les contrefacteurs numériques sans lésiner sur les moyens, n’oublions pas les gangs de grands-mères et autres groupes de vieux prêts à toutes les bassesses pour passer un après-midi loin de Derrick !

Il semble en effet inconcevable de n’envoyer qu’un ou deux inspecteurs pour relever une infraction ou un crime en plein milieu de la faune sans pitié d’une maison de retraite ou d’une association de loto dominical ; là encore, on a trop souvent vu l’affaire tourner à un carnage : les vieux, rappelons-le, n’ont absolument rien à perdre et n’hésitent généralement pas à faire immédiatement parler la poudre. Il n’est pas rare de lire les pires tortures que ces derniers feront subir aux prisonniers des forces de l’ordre qui n’auraient pas eu la présence d’esprit de venir en nombre suffisant et auraient dû se retirer lors d’un bingo dramatiquement agité.

Comme on peut le voir, à la réflexion, le crime est bel et bien poursuivi en France.

Il ne faut pas s’arrêter aux gros titres, il faut comprendre que, chaque jour, la juste dose de police et de gendarmerie sont employés pour choper le malfrat, que les parasites, les cancrelats, les vrais criminels sont pourchassés sans arrêt, traqués sans relâche et tomberont, tous, les uns après les autres, avec ou sans déambulateur.

Soyons donc rassurés ! Ouf ! La traque des vrais criminels bat son plein !

J'accepte les Bitcoins !

18Dg8HddCfGfjeJE9xAUE7TvPkZrK91VGc

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires18

  1. pseudo

    Bonjour Mr. H16 et merci pour vos chroniques que j’ai découvertes récemment et dont je commence à avoir du mal à me passer.

    Dans la ligne de vos exemples qui précèdent, savez vous qu’il y a une catégorie de présumés coupables horriblement dangereux pour la société, régulièrement traqués par les forces de l’ordre, mais rarement évoquée : les employeurs. Propriétaire d’une petite base de loisirs qui emploie jusqu’à 12 saisonniers, j’ai vu débarquer en pleine saison et pleine activité, 3 voitures de « fédéraux », avec 3 ou 4 gendarmes, dont 1 chef à l’air méchant qui voulait me faire réciter mon état civil et celui de mes vieux parents alors que j’étais en train de servir mes clients. Il était accompagné des représentants de l’URSSAF, de l’inspection du travail, de la jeunesse et des sports, de la DSV et je ne sais plus quoi encore. Il nous ont, disons … « tenu la jambe » durant à peu près 3h, j’ai failli écoper d’une prune de 3000 € car je ne disposais pas du registre du personnel manuscrit, (qui n’est plus obligatoire depuis 10 ans), et d’être embarqué pour outrage aux forces de l’ordre, ça je dois l’avouer, c’était presque justifié, mais ça n’était pas moi qui avait commencé !

    Comme les fonctionnaires ça ose tout et ça peut revenir, j’ai signé « pseudo », désolé.

  2. Sam lowry

    rassure toi ici à la Réunion nous avons un prèfet pétant dans les dorures des ors des Bourbons, il vient de limoger une brigade de gendarmerie, Racisme à la gendarmerie de bras panon le CRAN nous la joue « indigné »

    http://www.clicanoo.re/11-actualites/16-faits-divers/285144-niktamere-le-commandant-de-la.html

    Le préfet Michel Lalande a dit hier son indignation et sa consternation. Le colonel Le Mouël a présenté ses excuses aux personnes et associations choquées par cette affaire

    “Nous n’allons pas chercher à minimiser ces faits”

    1. Fred972

      Dans ce cas, H16 doit cesser immédiatement son action : seule la révolte ou la désobéissance civile de masse peuvent encore nous sauver à ce stade, car à moins de voter Marine Le Pen et d’avoir encore plus de socialisme personne ne fera le travail à notre place. Le pétage de plombs devient une nécessité, ça s’appelle une « révolution arabe » à la française, dirigée contre les oppresseurs locaux, enc…élus « du peuple » en tête mais pas seulement, et même loin de là.

      Notez que je n’ai pas parlé de nationalisme… Je suis contre cette doctrine, mais CERTAINES personnes « issues de l’immigration » (tout particulièrement de certaine confession…) se croient tellement tout permis qui plus est à juste titre, qu’il devient hélas! Nécessaire d’en mettre une bonne dose pour ramener l’ordre public, et merde pour la casse.

      Dont je ferai d’ailleurs probablement partie étant donné ma nature et ma localisation ultramarines.

      M’en fous, le flic de permanence a refusé d’enregistrer ma plainte dans deux circonstances, la plus récente après que je me sois fait agresser par des grévistes avec lesquels j’ai eu le tort de vouloir discuter pour les inciter à lever un blocage tuant à petit feu une entreprise locale, la plus ancienne alors que je m’étais fait agresser sur la route, sans oublier ma mère se faisant voler son sac : dépôt de plainte refusé pour cause de « trop de gardes à vue m’a’ame » , mais leurs collègues de me verbaliser joyeusement deux fois pour la même infraction, et certains fonctionnaires des impôts refusant de m’aider à faire valoir mes droits en cette circonstance précise pour des motifs ostensiblement racistes (j’ai le tort de ne pas être Noir en Martinique, juste métis et encore ce n’est pas si visible que ça) aussi je n’ai de toute façon plus rien à perdre à ce niveau et ferai ce qui est en mon pouvoir pour que ça change.

      Sans oublier le bruit des motos en échappement libre de certains connards (et c’est un candidat au permis moto qui le dit!) , « fêtes » diverses, écoles dirigées par des indépendantistes notoire cherchant à imposer au reste de l’île (soit 95% de la population) leur conception de la culture et de l’identité locales au prix des pertes d’audition de la génération suivante vu qu’à plus de 50m avec des bouchons d’oreille à 35dB d’atténuation et avec déjà une perte d’audition je comprends encore tout ce qui se raconte, toutes personnes qui ne sont jamais inquiétés tandis que je dois mettre mon client p2p en mode « chiffrement requis » les rares fois où je l’utilise, et ainsi de suite.

      1. adnstep

        « Tjenbé Rèd Pa Moli ! » (ancien de Schoelcher).

        « leur conception de la culture et de l’identité locales » : a Martignas, Gironde, banlieue pavillonnaire de Bordeaux, les enfants qui n’ont pas la chance d’avoir de parents qui les mettent à l’école privée bénéficient, en guise de cours d’éveil culturel, et après avoir passé une saison d’acculturation à l’arabe et au turc, à des visites d’un club de hip-hop, et de séances de tag à coups de bombes de peinture.

  3. Ieremenko

    Encore un article comme on les aime,

    « une cité où le trafic de drogue »
    Est ce un problème en soit, ou est ce que c’est le fait que ça apporte des problèmes le problème ?

        1. D.E man

          Et à chaque fois que ces « petits malins » s’entretue à l’aide d’armes à feu cela pousse les politocard a les restreindre encore plus! Pour éviter cela faite comme moi devenez membre de http://www.unpact.net

          P.S : ce message n’engage que moi à moins que h16 approuve l’initiative.

  4. Franck Boizard

    Je ne vois vraiment pas où est le problème.

    Il est bien normal que la police collabore à la politique de substitution de population poursuivie depuis trente ans par nos autorités avec une constance qu’on ne retrouve dans aucun autre domaine (sauf la destruction systématique de la culture et l’expansion indéfinie de l’assistanat).

    Il est donc logique de persécuter les vrais Français pour des broutilles et de laisser les «divers» régler en toute quiétude leurs comptes à coups de kalach.

    La police applique la politique décidée par nos autorités. Rien de surprenant.

  5. Théo31

    Les vieux devraient monter des gangs genre Hell’s Angels pour qu’on ne vienne plus les faire chier. Ou écrire de jolies missives à leur député juste avant les élections.

    1. Glam

      didons des Hells y en a dans mon coin, c’est pas des guignols.la police les laisse faire parce qu’ils patrouillent et matent la racaille, personne moufte quand ils tiennent une zone.

      1. Nord

        Tu me fais penser à Marseille, j’y ai habité étant ado … Les caïds les plus crapuleux étaient plus que tolérés par la flicaille, car ils empêchaient encore plus racaille qu’eux de tenir le haut du pavé.

        Bon, oui les Hell’s ne sont pas des Télétubbies, ils se sont encore frittés avec les Bandidos l’autre jour à Bruxelles (bilan 1 mort, si ma mémoire ne me fait pas défaut)

  6. Boutros

    Félicitations pour votre article, comme toujours, même si je n’interviens pas toujours. Il amène à plusieurs conclusions :
    - place aux djeuns, c’est vrai quoi, merde !
    - c’est du libéralisme appliqué ; ne pas s’attaquer au grand Kapital et à la Libre Entreprise (drogue, armes, producteurs de rap, bessonneries cinématophilesques, constructions de mosquées, débats TV etc…)
    - investissement économique : les vieux, ça ne reste pas longtemps en taule et c’est rentable financièrement, ça paie des amendes sans sortir le pitbull.
    - protection de la société contre ces monstrueux assassins sadiques et amoraux que sont les pirates.
    - et surtout, la presse nationale ne remplace que très peu avantageusement le papier hygiénique.

  7. Deres

    Dans la même lignée, je ne sais pas si vous avez vu le reportage sur la polygamie dimanche soir sur M6. C’était gratiné ! En bref, des travailleurs maliens viennent en France. La république, Grand Prince, leur donne le droit au regroupement familial. Donc il font venir leur première épouse avec de nombreux enfants. A ce moment, ils commencent à bénéficier des allocations familiales en quantité et aux logements sociaux prioritaires pour leur famille nombreuse (désolé, on n’a pas mieux que des 5 pièces …). Ensuite, comme ce sont des notables dans leur village au pays (avec notre argent) et que la richesse se mesure au nombre de femmes, ils en prennent de nouvelles. Celles-ci viennent en vacance en France et pas de chance accouche sur notre territoire (C’est fou le hasard …). Grâce au merveilleux droit du sol, cette enfant leur donne la nationalité française et permet aux autres de rappliquer (encore le regroupement familial). Et là, c’est jackpot, car la polygamie n’étant pas reconnue, la nouvelle épouse demande des allocations pour femme seule … Finalement, la politique de décohabitation intervient. C’est une nouvelle idée splendide de nos politiques. Comme la polygamie, c’est mal, les épouses ne doivent pas vivre ensemble. Donc on leur donne un logement social par épouse. Le mari est content car il peut aller d’une épouse à l’autre suivant les jours sans subir leurs engueulades … En plus, il pense s’intégrer à la société française (sic) car maintenant il fait comme les français, il a une épouse et des maîtresses. Les associations râlent un peu car elles pensent qu’il faut absolument leur donner des appartements sur les mêmes paliers afin de faire comme si c’était les différentes cases de leur village (on croit rêver !). Les allocations ne servent bien entendu pas aux enfants, le père les préemptant souvent. Comme ces familles dépassent souvent 10 enfants et qu’ils se concentrent dans les mêmes communes, les écoles sont vite saturés et déstabilisés. En plus, cela pèse sur le budget des communes je suppose par le biais des diverses subventions locales du genre cantine gratuite, … depuis 15 ans, la seule action des pouvoirs publics semble avoir été d’empêcher ces familles de se concentrer toujours dans les mêmes communes, donc de juste cacher le problème … Les allocations indues sont toujours versées (c’est pour les enfants) même en connaissant la situation. Au niveau des seules allocations familiales, les montants versés seraient de 300 millions d’euros par an !!! Je suppose qu’ils doivent aussi touchés d’autres allocations en tout genre (SMIC, subventions des communes, …) qui doivent encore augmenter ce montant.

    Et pendant ce temps là, on chasse le petit vieux qui joue au Loto dans le Gers car il risque de déstabiliser la société et de frauder 3 sous à la TVA.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)