Une France plus molle et plus câline

Nous sommes le 20 octobre 2012. La France se remet lentement de l’euphorie qui a traversé toute sa population lorsqu’enfin, le terrible joug sarkozyste s’est effondré un soir de mai et que le digne successeur de François Mitterrand a pris le relais. Cet autre François, de sa poigne virile de leader charismatique, aura, en quelques semaines, littéralement réenchanté le rêve français.

Car c’est en quelques semaines que tout s’est joué, à l’évidence, et le nouveau François n’aura pas eu tant d’efforts à faire que ça puisqu’il avait toute la population derrière lui. Et c’est donc à petits bonds frétillants que toute la population se sera précipitée dans ce quinquennat qu’on devine déjà foudroyant de succès.

HollanderrandDès les premiers jours en effet, le grand François s’est immédiatement illustré en poursuivant les actions énergiques que mena, jadis, l’autre François et qui mena le pays à la ruine aux verts pâturages que l’on sait.

Couronné de l’auréole éclatante consécutive au triomphe évident de ces premières mesures, le nouveau François s’est alors fermement concentré à rendre enfin le pays plus doux, plus moelleux tout en lui redonnant de vraies marges de manœuvres. Là encore, il n’aura eu pas eu à batailler : paradoxalement, le plus gros du travail avait déjà été entrepris lors des mandats précédents.

Et c’est donc une France plus douce et plus câline qui s’approche gentiment des commémorations de Novembre et des fêtes de fin d’année, avec les petits pas mesurés d’une personne sur une route verglacée rentrant sagement chez elle après deux litres de vodka.

Cette France a un nouveau visage : celui de la bonne santé scientifiquement imposée.

Ainsi, des mesures essentielles ont été prises pour éliminer effectivement les matières grasses, les sucres et le sel qui donnent, comme chacun sait, des maladies et des graisses jaunes très mauvaises pour la santé. Du reste, le président de tous les Français, lors de sa campagne, a montré qu’avec de la volonté, on pouvait retrouver le corps svelte et athlétique d’un homme dans la force de l’âge. Le « Régime Hollandais », habilement paru en juin juste avant les vacances d’été, s’arrache d’ailleurs en librairie et a même frôlé le Goncourt (qui est allé, de justesse, à Dominique de Villepin, pour son roman noir « Le Croc de Boucher »).

Et c’est donc une France svelte et débarrassée de ses frites, qui aborde le dernier trimestre de l’année. La production de topinambours, légume injustement boudé pendant les années fastes, bat son plein. Les rendements agricoles, scrupuleusement vérifiés par l’Union Européenne des Républiques Démocratiques Populaires, battent régulièrement des records.

Mais le vigoureux président est allé plus loin : joignant l’utile d’une taxation rigoureuse et finement orienté, à l’agréable d’une décision qu’on sait à la fois juste et morale, il a décidé de continuer d’augmenter les taxes sur les boissons méchamment sucrées. On se souvient qu’en 2011, cette taxe avait provoqué la grogne de quelques individus perdus aux nécessités sanitaires. Mais en 2012 et grâce à une propagpédagogie adaptée, la population a accueilli chaleureusement la mesure véritablement hygiénique qui a consisté à tripler la taxe initiale.

Elle a, dans le même mouvement, applaudi lorsque la taxe s’est étendue aux boissons à édulcorants. C’était salutaire : chacun sait que ces édulcorants, inventions diaboliques d’une industrie agroalimentaire sans scrupules, font mourir des hamsters lorsqu’on les nourrit exclusivement avec pendant seulement quelques jours.

Et surtout, la France s’est sentie, littéralement, ragaillardie lorsqu’elle s’est enfin prise en main sous l’impulsion de son président qui a décidé d’étendre encore une fois cette taxe aux boissons énergisantes, puis au thé et au café.

Il est à signaler que la grogne un peu vague qui s’est emparé des retraités lorsqu’il s’est agi d’augmenter les taxes sur la tisane et les déambulateurs a été rapidement réduite au silence grâce à une communication efficace de la part de l’Elysée. Ça change du prédécesseur autiste qui entendait mais n’écoutait pas !

Parallèlement et pour soutenir le train de vie nécessaire de l’Etat, maintenant seule source de croissance du pays, les taxations sur le tabac ont continué d’augmenter assez régulièrement. Le tabac se vend maintenant au gramme, dans certaines cités spécialisées, et c’est tant mieux : cette pestilence anti-salubre n’a plus sa place dans les centres villes propres et bien rangés dans lesquels des hordes de travailleurs survitaminés par leur 5 Topinambours Par Jour™ peuvent enfin faire du Vélivélo® en respirant l’odeur appétissante des voitures qui roulent à l’huile de friture (devenue inutile pour la cuisson, interdiction des frites oblige).

La santé passant aussi par une meilleure sécurité, notamment routière, le nouveau président n’aura pas hésité longtemps à mettre en place un bridage effectif des voitures rapidement étendu à tous les véhicules motorisés. Le bridage, assez habilement, permet d’atteindre 144 km/h sur autoroute, ce qui est juste assez pour se prendre une prune, autre source non négligeable de revenus compte tenu des 283.760 points de contrôle automatique installés dans le pays et qui permettent régulièrement de gauler les petits cons en voiture rapide qui tentent bêtement des go fast à 147 km/h pour ramener trois cartouches de Marlboro d’Espagne ou d’Italie.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

La France, réellement, a changé de visage, de rythme, de mode de vie.

Les mœurs y sont, résolument, plus douces : plus personne ne stresse. De toute façon, c’est taxé. L’espérance de vie dégringole, mais sans café, sans thé, sans chocolat, sans sucre, sans sel, sans alcool, sans cigarette, sans voitures rapides, l’existence paraît beaucoup, beaucoup, beaucoup, plus longue.

Les différentes sensibilités étant maintenant toutes représentées au gouvernement, l’égalité de traitement de tous est enfin atteinte. Les blagues sur les blondes, les femmes, les juifs ou les plantes vertes sont rigoureusement interdites, tout comme, du reste, toute forme de discrimination. L’humour Schtroumpf, d’ailleurs pratiqué avec brio par notre nouveau président à tous, est le seul qui gagne réellement ses lettres de noblesse dans cette période où plus personne n’est jamais stigmatisé.

Les repas, tant des cantines que des restaurants, sont planifiés au niveau national, et conçus diététiquement par une Commission créée à dessein. À force de mimes et de clowns, Le pouls de la capitale s’est progressivement assagi, bientôt suivi par celui de toutes les autres villes françaises. Vers 20:00, tous les soirs, les belles villes de France s’assoupissent doucement en digérant lentement les deux topinambours du soir, devant Chazal sur TF1.

Le pays ralentit, gentiment. Une douce odeur de naphtaline envahit chaque individu.

Ce pays cajolant est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1N5VCrXtdWyqoY534fuTz4y7gWnuCYv2gK

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires26

  1. Higgins

    Superbe mais terrifiant. On dirait du Desproges surtout « Couronné de l’auréole éclatante consécutive au triomphe évident de ces premières mesures,… »

    1. Jesrad

      Les TMS étant causés principalement par le stress et les émotions négatives refoulées, elles auront plutôt tendance à augmenter…

  2. Pascale

    Je me souviens qu’à la fin des 70s’ ou au début des 80s’ un livre était sorti dont le titre était « Suicide, mode d’emploi ». Bien qu’à cette époque l’État nous laissait encore libres de notre vie*, le livre avait été interdit et retiré de la vente. Comme si la personne qui voulait se donner la mort allait renoncer à son projet ou que le nombre de suicidés allait augmenter considérablement suite à la parution de ce livre.

    * pourtant j’avais du attendre 18 ans pour aller voir « Le Bon, la Brute et le Truand » qui était interdit aux moins de 18 ans. On croit rêver quand on voit la violence des films d’aujourd’hui que n’importe quel gamin peut voir en toute tranquillité. Aller voir un film interdit aux moins de 18 ans (et il y en avait beaucoup) était la subversion ultime.

      1. Panda Bourré

        Hélas, la seule chose véritablement mortelle dans ce livre est l’ennui qu’il génère…
        Donc pas la peine de l’envoyer à quelqu’un que vous n’aimez pas, ça ne marchera pas.

  3. deres

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/10/19/04016-20111019ARTFIG00673-la-retraite-a-62-ans-rapportera-5milliards-d-euros-en-2015.php

    En plus des réjouissances nauséabondes face à un déficit qui va diminuer mais rester un gros déficit, dans cet article, on voit apparaître un nouvel abus en puissance pour le futur. Le seuil de pénibilité à 20% permet de partir à la retraite à 60 ans à taux plein au lieu des 62 ans. Sachant que les fonctionnaires sont toujours plus gâtés par la médecine, y compris au niveau des pourcentages d’invalidité, je sens poindre une nouvel avantage acquis … Les jeunes retraités ayant 20% d’invalidité pour surdité ou mal de dos suite aux bruits intolérables des bureaux et à rester assis trop longtemps vont bientôt fleurir !

  4. deres

    Comme cela, Ségo poura créer un ministère du bonheur chargé du calcul de son indice de bonheur total qui bien entendu augmentera tous les ans conformément au plan quinquénal. c’est beau la planification.

    Je sens venir un méthode à la grecque lors de prise de pouvoir. Ils vont commencé par faire un état des lieux pour dénoncer massivement la gestion de leur prédécesseur afin de pouvoir tout lui mettre sur le dos. C’est facile car les français ne sont pas au courant que les socialistes, via la cour des comptes et le contrôle du parlement sont déjà au courant de tous. En bon français, cela s’appelle une chasse au sorcière. Après grâce au chiffres calamiteux de la crise, il sera possible de se vanter en permanence de la diminution des déficits alors que ceux-ci étaient censés disparaître.

    Déjà que Sarkosy a beaucoup déçu car il a très peu réformé malgré son agitation permanente, cela va être d’un immobilisme forcené avec un Hollande tout mou de base. Il ne faut pas oublier que c’est un homme de cabinet qui est peut être très doué pour la manœuvre politique, mais qui n’a jamais rien fait ni participé à aucun gouvernement. Un pur énarque inspecteur des finances, complètement membre du sérail.

    1. Pascale

      Avez-vous lu « Un bonheur insoutenable » d’Ira Levin ? Ou « Le Meilleur des Mondes » d’Aldous Huxley ? Tous les deux excellents, tant au niveau littéraire qu’au niveau des scénarios. Description du Bisounoursland totalitaire. Dans la même veine que « 1984 » de G. Orwell. Sauf que « 1984 » ne décrivait pas un monde au bonheur obligatoire et formaté au socialisme.

    2. Théo31

      Sans oublier que l’homme qui a autant de charisme qu’une huitre en rut n’a JAMAIS travaillé de sa vie (de même que la pleureuse du Poitou) et que toucher 30 smics mensuels sans créer la moindre valeur ne lui posent aucun problème de conscience.

  5. Yrreiht

    Mort de rire !
    Quitte à foncer vers la catastrophe, puisqu’on ne peut plus rien faire pour l’empêcher autant le faire dans la bonne humeur.
    Félicitation pour votre plume !

  6. eheime

    le 20 octobre, 2015

    « L’espérance de vie dégringole, mais sans café, sans thé, sans chocolat, sans sucre, sans sel, sans alcool, sans cigarette, sans voitures rapides, l’existence paraît beaucoup, beaucoup, beaucoup, plus longue. »

    Je note que vous faites encore du mauvais esprit Camarade H16.

    N’oubliez pas que vous ne devez votre existence qu’au Parti, ingrat que vous êtes.

    Dans un acte de pure bonté à votre égard, car votre écrit révèle un mal-être évident, j’en ferai part au Bureau Principal du Secrétaire Divisionnaire en Chef du Sous-Ministère des Citoyens-en-Détresse qui s’occupera de vous personnellement, j’en suis sur.

  7. Pascale

    Histoire du livre « Suicide, mode d’emploi » sur Wikipedia :

    «  » »En 1983, le Sénat adopte une proposition de loi réprimant la « provocation au suicide », laquelle est adoptée par l’Assemblée nationale en 19871. Cette loi prohibe non seulement la provocation au suicide, mais aussi la propagande ou la publicité pour tout produit, objet ou méthode présentée comme permettant de se donner la mort. Le livre est mentionné explicitement dans les débats à l’Assemblée comme exemple de ce que la loi vise à interdire2. » » »

    Sûr : l’État sait mieux que vous ce qui est bon pour vous.

  8. Calvin

    Très bonne analyse de politique-fiction.
    Mais, à mon humble avis, ça marche aussi bien (enfin, de la même manière, « bien » étant légèrement usurpé), si c’est Nicolas qui est réélu.
    En effet, je pense qu’il devrait lui aussi initier un second mandat pour rien ( (c) Chirac ), avec son quota de bisounourseries et même des morceaux de doucereuses câlineries.

    Certes, il y a peu de chances qu’il soit réélu.

    1. Pascale

      Pourtant je crois bien qu’il va l’être même si ça semble improbable aujourd’hui. Les primaires seront loin et lui, il aura toujours sur lui l’image du papa chef de famille qui assume et qui est donc capable d’assumer aussi sa paternité protectrice sur le bon peuple de France.

      1. Calvin

        Ouais, ben, ça me fout les chocottes !
        Parce que s’il est élu une deuxième fois, je pense que rien ne lui interdit un troisième mandat.
        Comme on continuera à aller dans le mur « à-cause-des-méchants-marchés-financiers », il sera encore le papa(ternaliste) chef de famille.

        1. Calvin

          (je me réponds à moi-même, en bon schizophrène)
          En fait, ça me fout autant les chocottes que si c’est un autre qui est élu.
          Au final, on perd à tous les coups.
          Merci à nos politiciens fraonçais qui ont inventé le concept du « perdant-perdant »……

  9. labolisbiotifool

    Je proteste : c ‘ est du racisme à l’ état pur !
    Avez vous gouté au moins une fois au topinambour ? Hein ?
    C ‘ est une merveille !
    La prochaine fois, choisissez plutôt la pastèque, y’a pas
    plus con : vert dehors, rose dedans :) et ça a gout de flotte !

  10. Alex6

    Automne 2012… je doute que ca soit aussi calme a cette epoque. Un petit coup de perte du triple A en septembre et ca risque plus de ressembler a la Grece en ce moment.
    Le peuple francais est imprevisible, meme ayant ete tres mou pendant de longues et molles decennies, il est capable du pire tres rapidement. Surtout qu’il y a des effectifs disponibles dans les banlieues…

  11. pod

    c’est taxé, c’est taxé (tagada tagada) c’est taxé, c’est taxé (tagada tagada)…

    Après tout, le bon gros flançois cajolera les foules de son bon peuple : « Kangoo à la friture et pavillon chauffé au compost, mais que vous faut-il de plus ? »

    Ce pays est vraiment tout à fait foutu.

  12. adnstep

    L’avenir de la France, c’est la sortie de l’Europe, et l’éclatement (voir le regroupement des communautés locales en Alsace).

    Certains des nouveaux pays créés s’en sortiront, d’autres resteront socialistes et ne s’en sortiront pas.

    La France ayant disparu, il n’y aura plus de dette à payer.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)