Une rigueur à sens unique

Stupéfaction ! La France, éternelle et merveilleuse, va elle aussi devoir faire quelques micro-ajustements dans ses petits budgets histoire de passer un cap difficile ! Vraiment, là, on tombe des nues. Cependant, Fillon a pris les choses en main et on peut être sûr qu’avec un tel capitaine, on va pouvoir s’en sortir.

Il ne faut pas se leurrer : la nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans la presse nationale. Une avalanche de titres tous plus terribles les uns que les autres annonce un retour funeste à la rrrrrigueur, cette période où, on le sait, la soupe populaire rouvre, les pauvres sont jetés à la rue, le gouvernement s’astreint à ne plus rien dépenser et où le pays, de riant et joyeux, passe à gris et triste comme un dimanche de pluie à Dunkerque en février.

Et d’ailleurs, pour mettre dans l’ambiance, le Capitaine Fillon, qui reste seul maître à bord pendant que Sarkozy se fait de la Grèce en grignotant des petits fours dans des réceptions mondaines, a clairement déclaré qu’on allait en baver : le budget 2012 sera l’un des plus rigoureux depuis 1945.

Notez bien « l’un des plus » et pas « le plus ». Ceci laisse une très large marge d’interprétation sur l’ampleur réelle de la rigueur qu’il compte mettre en place. Marge d’interprétation d’ailleurs bien utilisée par tous les scribouillards et politiciens de tous bords qui n’en finissent pas de faire leur propre analyse sur la sauce à laquelle le contribuable va être dégusté.

On a ainsi évoqué une nouvelle journée de solidarité, avant qu’un autre François, Baroin celui-là, ne mette le holà. On appréciera d’ailleurs toute la saveur de la solidarité lorsqu’elle est présentée comme ça : il s’agit d’une journée où, officiellement, vous ne bossez pas pour vous ou pour votre employeur, mais c’est une journée directement pour l’état. Ce qui est drôle, dans la mesure où l’état ponctionne déjà par ailleurs 52% du PIB français, ce qui veut dire que sur toutes les autres journées, vous lui en lâchez déjà plus de la moitié, et que pour deux d’entre elles, il prend tout.

Comprenez bien : À 52%, c’est de l’impôt. À 100%, c’est de la solidarité et non de la flibusterie.

Simple, non ?

Dès lors, le principal problème du pays est de placer le curseur de solidarité au bon niveau, et 100% semble une option de plus en plus réaliste lorsqu’on voit le gouffre de dettes que nos clowns à roulettes se sont escrimés à creuser pendant les 40 dernières années.

Ceci posé, regardons ensemble le but fixé avec ce nouveau budget « de rigueur ».

Il est simple : il s’agit de trouver 6 à 8 milliards d’euros pour rentrer dans le déficit que s’autorise le gouvernement. Oui, vous avez bien lu. Le budget rigoureux est donc d’emblée déficitaire, et pour qu’il ne le soit pas trop (sachant qu’on frise la centaine de milliards de trou en 2011), il faut trouver 6 à 8 milliards supplémentaires.

Je le redis : un budget rigoureux est donc un budget en déficit de moins de 100 milliards.

Un budget rigoureux, c’est, pour nos hydrocéphales en pilote automatique à mouvement brownien, un budget qui affiche un chiffre un peu meilleur que

-100.000.000.000 €

au compteur.

A ce niveau d’incompétence, ce n’est pas le budget qui est en déficit de fonds, mais la France qui est en déficits d’imbéciles tant même le plus parfait des imbéciles ne parviendrait pas à sortir ce genre de couleuvres sans se rendre compte de l’inanité de son propos. Pas de doutes, nos politiciens sont en dessous de tout, et barbotent bruyamment dans une piscine de panique pure. Je pourrai prendre l’image d’un poulet sans tête, mais elle tombe à l’eau puisque chez eux, la décapitation ne constitue pas un manque critique.

J’exagère ?

Même pas. Prenez un ministre repris de justice au hasard, un de ces porteurs de maroquins qui a un casier, n’importe lequel, mettons Juppé, il fera l’affaire, et laissez-le prendre la parole sur cette rigueur. Paf, ça ne loupe pas, le poulet sans tête se met à courir et nous asperge au passage de quelques fientes intellectuelles. Je cite :

La TVA est un impôt bon pour l’emploi. Ce sont les plus modestes qui en profitent, ceux qui cherchent du travail. Il y a notamment deux effets bénéfiques à la TVA : elle ne taxe pas les investissements et elle est très favorable à notre commerce extérieur.

Et ce type dirige notre armée. Rassurant, non ?

Car en effet, mon brave Alain (vous permettrez que je vous appelle Alain, après tout, vous avez été affranchi, ce n’est plus comme si vous aviez un casier vierge, hein), si la TVA, c’est si chouette, si c’est si cool pour nos emplois, notre commerce extérieur et notre état ventripotent comme des sénateurs en fin de mandat, pourquoi diable s’arrêter à 19.6% ou même y ajouter seulement quelques points pour sortir le budget 2012 de sa passe délicate ? Pourquoi, mon cher Alain, ne pas faire péter les scores et l’amener à un bon 50% ?

Et puis rappelons-nous que nous devons absolument rembourser une dette colossale ! Autant viser directement un bon 100% dans un premier temps, pendant une poignée d’années (5 à 10, tout au plus) ! Non ? Comment ça, il y aurait quelques effets néfastes ? Allons, Alain, ne te dégonfle pas ! Tu l’as dit toi-même : c’est bon pour notre commerce extérieur et ça favorise l’emploi et une érection de star du X !

Bon, et à part ce but ridicule et les éminents taulards-en-sursis qui viennent nous débiter de consternantes niaiseries, qu’avons-nous ?

Côté avalanche d’impôts, c’est bien rempli : nouvelle TVA, relèvement des prélèvements confiscatoires sur l’épargne, augmentation de l’impôt sur les sociétés (dès décembre, bien sûr), plus toute la pluie drue de taxes diverses qui continue de s’abattre sur tous et toutes, avec pas mal de discrétion.

Et pour ce qui est des dépenses ? Eh bien c’est très simple : on ne réduit rien.

Oui, il n’y a pas de réduction des dépenses. Surtout pas : continuons d’asperger de pognon tout ce qu’on peut. Le pognon, on en a plein, il est gratuit, c’est Mario qui l’imprime à la BCE.

On va par exemple se contenter d’augmenter les dépenses sociales en fonction de la croissance prévue. Oui, vous avez là encore bien lu : on les augmente. Juste « moins vite ». Pour les promotions et les augmentations à l’ancienneté dans la fonction publique, on va les limiter ; là encore, il s’agit d’augmenter moins vite. Les salariés du privé apprécieront avec joie une sodomie fiscale aussi voire plus profonde, MAIS plus lente.

Le but affiché, sans honte, est donc de parvenir à 4.5% du PIB de déficit en 2012, puis 3% en 2013 et progressivement 0 en 2016, dates auxquelles aucun de nos joyeux décérébrés ne sera de toute façon en place pour fêter dignement cet achèvement. Oui, oui, on peut le dire : ils se foutent de notre tête.

Ce qui tombe bien puisque l’année prochaine, vous pouvez déjà parier (à peu de frais) que le déficit sera largement atteint, que la fameuse rigueur ne sera subie que par les mêmes (les classes modestes et moyennes, et surtout pour le privé) et qu’aucun de ces vendeurs de tapis pourris ne sera lui-même touché dans son budget personnel.

Il n’est plus minuit moins une. Minuit est déjà largement passé.

Ce pays est foutu, et il l’est d’abord à cause de l’incurie, de la stupidité et, avant tout, du manque de courage absolument pathologique de la totalité de la classe politique, incapable de seulement regarder la réalité en face, de comprendre les volumes financiers en jeux et de prendre les décisions qui s’imposent depuis au moins 20 ans.

D’autres pays, devant le mur de leurs dettes et d’un socialisme délétère, furent obligés de faire des remises à plat radicales (Nouvelle-Zélande, Suède, Finlande, Chili, tous les pays qui sortirent d’un coup du communisme) et tous ceux qui choisirent les voies du libéralismes (flat tax, réduction drastique de l’emprise de l’état, etc…) s’en sortirent rapidement.

Avec le boulet de l’Euro et l’atavisme socialoïde profond qui gangrène toutes les strates du pouvoir, vous pouvez parier que la France (et une bonne partie de l’Europe) ne choisira certainement pas cette voie.

Et se plantera.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires110

  1. Flo

    Mr Juppé, c’est même plus notre armée qu’il dirige, c’est notre diplomatie, c’est dire…
    Un économiste disait ce matin sur une radio qu’une étude menée dans plusieurs pays sur plus de 40 plans de réduction des déficits depuis 50 ans avait montré que les seuls à avoir fonctionné étaient ceux qui prévoyaient 80 % en réduction des dépenses et 20 % en augmentation des impôts…

    1. Stéphane

      En France c’est 100% augmentation des impôts, TO THE MAX!!

      Y’a encore beaucoup trop de gens souriants dans les rues. Il faut que ça cesse. Seuls les cadres du Parti ont droit au bonheur.

    2. yvesdemars

      en France c’est +5% pour les dépenses de l’ETAT et +20% pour les Impôts

      malheureusement ca conduit droit à la faillite

      Le problème c’est que l’ensemble fonctionnaires et assistés divers et variés représente plus de 50% des électeurs et ont tout intérêt à adopter la politique de l’autruche en refusant la baisse de la dépense publique dont ils bénéficient : mettre sa tête dans le sable à marée basse avec un poids de fonte aux pieds et attendre que ça se passe

  2. ODE

    Je fais partie de ces classes moyennes qui s’appauvrissent. Certes, on bénéficie d’aides, « grâce à » nos 3 enfants (mais ça fait partie des aides qui diminuent petit à petit) mais il est impressionnant de constater que, malgré des décisions successives de rigueur, justement, dans le foyer (réduction la plus forte possible du budget nourriture, vêtements et chaussures achetés sur ebay, aucun voyage, une sortie par mois, etc.), on reçoit des feuilles d’impôts avec des montants gigantesques, complètement disproportionnées avec ce qu’on est capables de donner. Mais il faut bien donner quand même! Alors… évidemment, on est incapables de la plus petite épargne. Je pense que la limite à notre moutonnerie sera atteinte le jour où de nombreuses personnes banales comme moi trouveront qu’entre ce qu’elles donnent à l’état (littéralement, tout!) et ce qu’elles en reçoivent comme bénéfices (aides familiales et de santé, entretien des routes, que sais-je encore) le déséquilibre est trop fort: le jour où on se dira que soulever réellement une fronde civile, multiple, voulue, organisée, méchante, revendicatrice (par exemple si un jour des milliers de personnes décidaient de ne pas payer leurs impôts) vaudra le coup, parce qu’on ne reçoit tellement rien de l’Etat, qu’on n’aurait pas peur de fermer le robinet des allocs et subventions. Autrement dit, on se dira que garder notre argent pour nous est plus intéressant que le donner à l’Etat qui visiblement n’en fait rien d’utile pour nous et nos voisins, ou si peu que c’est dérisoire.
    Car vous dites que le pays est foutu, mais nous? Nous sommes encore pleins de ressources, non? Qu’en pensez-vous?

    1. something

      Hier soir sur Yahoo, l’article relatif au « plan de rigueur » affichait 425 commentaires (quatre cent vingt cinq !). Je ne les ai pas tous lu mais beaucoup (tous ?) exprimaient de la colère contre cette classe politique arrogante, irresponsable et -il faut bien le dire- aussi inutile qu’onéreuse. Alors oui, arrivera bien un jour où « ça pètera », ce que personnellement je ne souhaite pas car en général ce genre d’évènement tombe dans l’escarcelle des communistes. Mais avant que ça ne pète il se passera probablement ça : http://fr.wikipedia.org/wiki/Courbe_de_Laffer

    2. YP

      Il n’y aura pas de grand soir. Pour penser à se révolter, il faut être capable d’analyse critique ; or, le nombre de concitoyens qui en est capable, même s’il est important dans l’absolu, ne représente qu’une très faible minorité dans ca pays.

      De plus, on oublie souvent que pour plus de la moitié des ménages, plus de la moitié des revenus proviennent de la solidarité. (cf http://fboizard.blogspot.com/2008/02/plus-de-la-moiti-des-franais.html )

      Ca ne changera donc pas sous l’influence du peuple. J’en suis à me demander si la seule solution ne serait pas de voter systématiquement pour le candidat le plus démagogique, de sorte que ce système se casse la gueule le plus rapidement possible…

      1. pod

        @YP
        le problème est que ça prendrait des générations pour aboutir et que la dictature et la tyrannie seraient loi bien avant la moindre amélioration.

        Le ‘Panem Et Circenses’ savamment entretenu et servi aux peuples occidentaux n’augure pas de possibilités d’insurrection. Et à l’ère de la Surcommunication (propagande), peu sont à même de piger ce qui se passe en dehors de la lucarne du 20H ou du C.A.S. et de leur C.A.F. locales. Tant que ça tombe… c’est quand ça s’arrêtera que ça deviendra croustillant… Et à ce moment-là, les Chazal, Ferrari et Pujadas n’auront (enfin) plus aucune importance.

        1. YP

          Justement, entre la compression des budgets des services régaliens de l’état et le merdier provoqué par la supression de l’argent gratuit pour acheter la paix sociale, l’effet ciseau pourrait devenir drôle.

    3. J’en pense que vous devriez, dès à présent, soit choisir l’illégalité (travail au noir, fraude) soit la fuite par l’expatriation. La situation présente est juste difficile à tenir pour vous actuellement ? Elle va s’empirer.
      Oui, le pays a plein de ressource, mais l’Etat (qui n’est pas le pays) fera *tout* pour survivre quitte à piller tout ce qu’il peut. Bientôt, les livrets A et les assurances vie seront bloqués. Etc…

      1. breizh06

        A ce propos, le journal de 20h de France2 expliquait comment un independant peut faire pour frauder le fisc.

        Un programmeur freelance expliquait comment domicilier ses comptes aux iles anglo-normandes, et devenir salairie d’une societe anonyme. Le reportage allait plus loin en expliquant le montage des Trusts et comment faire revenir son argent en France … !

        Le programmeur faisait passer son revenu Net de 3300Euros/mois a 8500Euros/mois.

        BTW, on ne sait toujours pas (#*@&^#) si la France a transcrit dans son droit national la possibilite, pour un salarie, de choisir son assurance maladie obligatoire chez un prestataire de l’UE…

        Peut-etre quelqu’un dans l’auditoire se rappelera de ce qui est arrive aux dirigeants de Buffalo-Grill quand l’idee d’affilier les salaries hors de France leur est venue a la tete ? (comme dit YP, L’état est une mafia qui a réussi…)

        1. Nicolas

          « Un programmeur freelance expliquait comment domicilier ses comptes aux iles anglo-normandes, et devenir salairie d’une societe anonyme. Le reportage allait plus loin en expliquant le montage des Trusts et comment faire revenir son argent en France … ! »

          Ca ne m’a pas l’air légal du tout ca..

      2. BugBreeder

        Je ne suis pas arrivé à trouver de sources, mais un ponte de l’UMP aurait déclaré il y a 2 ans après le fameux « ce pays est en situation de faillite » de Fillon « un pays qui a en épargne autant que sa dette n’est pas en faillite », il s’agirait de Christine Bouttin. Le problème est que cette épargne est celle des particuliers, en clair le gouvernement envisagerait de purement et simplement confisquer les comptes d’épargne des particuliers si ça allait vraiment très mal. Ça ne s’est pas déjà un peu produit en Argentine vers 2001 ce truc là, voire beaucoup ?

        1. Attendez vous, en effet, à ce que les livrets A et les assurances vies soient, un beau matin, saisies.

          Ce sera pour votre bien, évidemment.

    4. MarcusVinicius

      Dire que vous ne recevez « tellement rien » de l’Etat, est un peu fort de café.

      Allez en Somalie, ou même seulement au Burkina Faso pour voir ce que c’est que de ne rien ou presque recevoir d’un Etat.

      Qu’il y ait nécéssité absolue de réformer notre pauvre pays, je suis le premier à le dire, mais de grâce, pas de démagogie.

      De la même façon, je serais moins sévère que notre hôte sur le gouvernement actuel : il est effectivement impératif de diminuer la dépense, et ce nettement plus que ce que propose notre gouvernement. Néanmoins, tailler à la serpe et à l’aveugle n’aboutirait qu’à une chose : la récession. Prenons garde de ne pas tuer le malade avec le traitement. N’oublions pas qu’une partie très significative de notre économie vit des commandes publiques. Il faut leur laisser le temps de se retourner. Ce n’est pas avec 40 % de chômage d’un coup, et – 50 % de rentrées fiscales qu’on pourra s’en sortir. Faut aussi réfléchir deux minutes…

      1. La récession, vous allez l’avoir, de toute façon. Et mieux, vous allez avoir la dépression, précisément parce qu’on n’aura rien coupé du tout.
        Des pays qui ont fait des coupes drastiques, il y en a eu. Cette expérience a été tentée, déjà. Avec succès. J’en parle dans le billet.

        Et utiliser l’argument vasouillard de la comparaison avec la Somalie est assez comique. Normalement, quand on veut progresser, on se compare aux meilleurs, pas au plus pourris. Dire « Regardez, l’état fait des choses, comparé à la Somalie », cela revient, de fait, à admettre que toute comparaison avec des états mieux gérés (et qui offrent réellement un service de qualité face aux impôts ponctionnés) serait dévastateur pour l’état français.

        1. pod

          h16 vous auriez pu (et du) intégrer le Canada dans votre short-list des états vertueux ayant réussi à couper la gangrène de la dette étatique en comprimant totalement ses ressources. Bref, du sérieux et du salvateur.

        2. MarcusVinicius

          Merci de votre réponse.

          Je suis globalement assez d’accord avec la plupart de vos posts. Et même celui-là. Ce que je trouve risqué c’est la brutalité de la baisse des dépenses. C’est une chose que la théorie, c’en est une autre que la pratique. Je pense que viser l’équilibre en 3 ans aurait été raisonnable et plus « couillu » que le projet du gouvernement, mais je pense aussi que couper en une fois 30 ou 40 % des dépenses de l’Etat, c’est juste pas crédible.

          Pour ceux qui s’imaginent que je ne suis pas libéral, je les rassure sur ce point, j’ai lu les bons auteurs (Bastiat, Hayek, et plus récemment N. Lecaussin, je suis abonné à de nombreux blogs libéraux dont celui-ci, ainsi qu’à des sites comme l’IREF ou l’IFRAP, et personnellement il ne me déplairait pas de voir privatiser toutes les missions non régaliennes pures de l’Etat).

        3. Paf

          bon mais alors pourquoi ce post stupide plus haut?
          je veux dire, au moment ou l’on annonce que tout le monde va devoir raquer SAUF le gouv et ses serviteurs, arriver et dire que ouin-c’est-populiste et bof-c’est-pas-si-pire, c’etait tout de meme un peu con.
          tout de meme.

        4. fred2vienne

          le pire c’est de différencier le public et le privé.
          Je suis passé par les 2, et je peux vous dire que je préfère le privé, salaire plus haut, contrat carré,mais précarisation, contrat court, etc. le public c’est différent mais c’est pas le Pérou non plus.

          Pour le reste ca me fait rire, j’ai pas bac+12 mais mon banquier m’a dit que pour mon pret, la limite c’est 33% de taux d’endettement, donc je fais avec, j’ai pris un appartement en conséquence.
          Mais si on compare les 100k€ de mon appart (payé sur 20ans) avec ce que je gagne à l’année, ( genre 20k€) cela représente combien en pourcentage de dette? LOL
          si mon banquier regardait de cette façon, j’étais pas près de l’avoir mon appart.

          Bref, poudre au yeux.
          pour le reste je pense qu’on peut avoir un service public limité mais réactif (peut etre pas rentable) des protections sociales en fonctions des rentrées de l’état et des dépenses gérées correctement et non pas des magouilles abracadabrantesques!!!

          Le salut est dans la mesure, il faut savoir doser.

          1. Quel bordel de calcul approximatif.
            Tes 100 K€, c’était en crédit révolving, peut-être ?
            Je doute que ton banquier ait accepté.
            Et tous les mois, tu crées de la nouvelle dette ou ton budget est équilibré, pour rire ?
            Non parce que bon, la dette française, c’est du roulement, et chaque échéance est recouverte par une nouvelle dette à au moins 100% (plus maintenant que les taux ont grimpé).

            Bref, ta comparaison s’arrête aux portes de la compréhension complète des mécanismes en jeu.

      2. YP

        Toujours la même litanie pour sauver les tiques qui têtent au biberon de l’état. La vérité c’est que mieux vaut se couper l’ongle que le doigt, le doigt que la main, la main que le bras ; évidemment, si on attends que le corps soit pris dans l’engrenage pour agir…

      3. Alex6

        Il faudrait inventer un equivalent point Godwin pour les andouilles qui tentent de discrediter le liberalisme en employant l’exemple de la Somalie.
        Les exemples ou l’application du bon sens liberal a reussi abondent, inutile de tenter de faire diversion avec ce qui n’a meme pas l’arriere-gout du liberalisme. Pour votre defense, vous ne savez sans doute meme pas ce que ce mot recouvre mais tout de meme…

      4. YP

        De toutes façons, ça va être vite vu, la trajectoire de ce pays est semblable à celle de la Grèce. On n’est plus dans les réglages fins ou les ajustements micrométriques et l’outil adapté à la situation n’est plus la lime à ongles.

        Les grokoko ne comprendront jamais que cette crise n’est pas la maladie, qu’en fait il s’agit du remède à leur incurie.

        1. Paf

          moi je trouve ca pertinent de comparer la fRance a la Somalie, au vu de ce qui l’attend.
          Francais, francaises, vous allez comprendre pourquoi le fusil a pompe est passe en 4e categorie il y a quelques annees.C’est quoi la machette traditionnelle en fRance? le rouleau a patisserie?

    5. Arkh

      Il faut lire un peu de Bastiat de temps en temps : « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. »

      On voit les « aides » qu’on reçoit mais on se plaint de l’impôt. Désolé mais tant que la plupart ne seront pas foutus de comprendre que donner 5 pour récupérer 3 c’est de l’arnaque, il n’y aura AUCUN changement.

        1. Théo31

          « impôt douloureux s’il en est. »

          La TVA n’est pas proportionnelle aux revenus. Un clochard paie proportionnellement plus de taxes qu’un milliardaire, mais faut surtout pas le dire, c’est fasciste.

    6. pod

      @ ODE
      (…) « le jour où on se dira que soulever réellement une fronde civile, multiple, voulue, organisée, méchante, revendicatrice (par exemple si un jour des milliers de personnes décidaient de ne pas payer leurs impôts) »

      Je souscris, je reste étonné que le Web n’ait pas encore relayé de telles actions (réussie tout au moins)… à part la désobéissance sociale pour contrer ce système exsangue, que reste-t-il ?

      1. Paf

        les francais ont une peur bleue, apprise, des ‘fachos’ et sont victimes d’un conformisme social étatiste extremement lourd et omniprésent.
        N’importe qui se rebellant de facon non-festive sera désigné comme facho et destiné a l’opprobe.N’oubliez pas que tout allegement des taxes sur les citoyens est pour la presse dans son ensemble un ‘cout’ pour l’etat qui visiblement passe avant tout le monde.
        La discorde, la lutte fratricide et la guerre de tous contre tous prendront toute la place des que la ‘contestation’ sortira de son canape et cessera de se cantonner a internet.
        En un rien de temps le discours eventuellement liberal sera noye dans le n’importe quoi et le bolchevisme de ceux qui n’ont rien compris (je dirais 50% de la population).

        1. pod

          La récup à la 1917, c’est certainement l’issue que l’on pourrait prévoir. A moins que les libéraux ne s’organisent réellement en sortant enfin du Web… et même, je n’y crois pas du tout… misère, misère…

        2. daredevil2007

          Le problème n’est pas que la cure serait dévastatrice mais que le temps joue contre nous! Cela signifie que nous n’avons tout simplement plus les 3 ans dont vous parlez… D’ailleurs, la situation est tellement rose que le président américain et notre super Dupont national ont tenté de convaincre la chancelière allemande d’utiliser son stock d’or pour servir de couverture au fameux FEFS… Tout est dit!

        3. daredevil2007

          Je souscris absolument à votre propos! Il ne faut pas rêver dès que la situation va commencer à déraper, ce sont les bonnes vieilles solutions musclées, voire totalitaires qui prendront le dessus – Il ne faut jamais oublier que ce sont les mouvements les mieux organisées qui gagnent presque systématiquement… à bon entendeur 😉

    7. Isa

      Je suis d’accord avec vous : il y a une seule façon de « s’indigner » qui vaille et qui puisse toucher ceux qui nous « gouvernent », la grève du portefeuille.

  3. GM

    Et par-dessus le marché, il faut encore se peler cette impression désagréable de passer pour un prophète de l’apocalypse au moment de rappeler des évidences comptables accessibles à un enfant de huit ans, quand ce n’est pas en se voyant opposer les mérites de l’appauvrissement déguisé en solidarité éco-responsable. Sans parler de la façon dont la France prêche dans le monde sa foi socialoïde, non sans succès par les temps qui courent. On se demande de plus en plus pour où faire son baluchon. Tenez, en Suisse par exemple, c’est un coup à se prendre une déclaration de guerre de Sarko la prochaine fois qu’Obama lui fera un sourire.

  4. Le Parisien Liberal

    « Un budget rigoureux, c’est, pour nos hydrocéphales en pilote automatique à mouvement brownien, un budget qui affiche un chiffre un peu meilleur que -100.000.000.000 € »

    tout est résumé, rien à attendre de la boufonnerie de 12h00.

  5. YP

    « Avec le boulet de l’Euro et l’atavisme socialoïde profond qui gangrène toutes les strates du pouvoir, vous pouvez parier que la France (et une bonne partie de l’Europe) ne choisira certainement pas cette voie. »

    Remarque : L’euro n’a comme seul tord de nous permettre de nous financer à un coût qui ne reflète pas la performance économique de notre pays.

    Ce n’est pas la france, ni les politichiens qui choisissent, mais les français. Comme ce sont dans une très large majorité des grokoko assistés, ils retarderont le changement autant que faire se peut ; Le bon coté des choses, c’est que cela laisse un délai supplémentaire pour se casser, en ayant l’assurance que tout ce qui pourra être tenté pour que la machine continue, le sera…

  6. infraniouzes

    Je crois qu’il serait utopique d’attendre de grands bouleversements de nos clowns-à-roulette (J’adore cette expression). Tout homme politique (et son parti) n’a besoin que de 51% des voix des votants pour accéder ou rester au pouvoir.
    Alors il gave sa clientèle électorale d’avantages, de prébendes, de cadeaux et roulez jeunesse.
    Les 49 % restant n’ont qu’à baisser la tête et dire: à quand notre tour ? Les autres peuvent clamer: quel grand démocrate nous gouverne ! ! !
    Donc, en démocratie, il faut admettre qu’il y a 49% de malheureux et que c’est légal.
    Mais le sens peut s’inverser de temps à autres. C’est ce qu’on appelle le changement et c’est ce que nous propose de fromage de Corrèze. . .

    1. Calvin

      Non, Infraniouzes…
      Nos clowns à roulette n’ont pas besoin de 51% des votants, ce qui serait déjà énorme.
      Ils n’en ont besoin que de 20 à 25% au premier tour.
      Au second tour, les votants restants se répartissent entre les deux candidats en étant déjà certains d’être floués.
      Donc, en démocratie, il y a constamment 75% d’opposants !

      1. Pascale

        D’autant ^lus que nombreux sont ceux qui ne votent pas, qui mettent un bulletin blanc ou un bulletin nul.
        Donc pour être élu « le Président de tous les Français » et clamer que les Français l’ont choisi lui et qu’à ce titre il a le droit de tout faire, le pourcentage d’opposants dépasse allègrement les 75%, me semble-t-il

  7. caterina

    Je ne dois pas être en forme ce matin:
    quelqu’un peut se dévouer et m’expliquer la sentence de notre intègre Ministre? J’ai beau tourné les phrases dans ma tête, je n’arrive pas à comprendre le sens de:
    – un impot BON pour l’EMPLOI
    – le lien entre un impot sur tous les produits de consommation – dont les prix vont augmenter de facto – et un effet bénéfique pour les plus modestes, dont le salaire stagne: c’est toujours plus cher avec les mêmes moyens financiers: par quel truchement c’est bon pour eux?
    – le lien entre la TVA et le chomage?

    Je n’arrive vraiment pas à croire que les gens puissent gober un story telling pareil. Je ne suis pas adepte de la théorie du complot, mais de telles énormités, ça devrait faire un buzz terrible chez les journalistes. A croire qu’aucun d’entre eux n’est intègre…

    1. something

      Il me semble que c’est le même Juppé qui, en 1995, a annoncé vouloir relancer la consommation et qui, la semaine suivante, augmentait le taux de TVA de 18,6 à 20,6%… Allez comprendre…

      1. YP

        J’aime beaucoup la TVA, car elle taxe également le travail des entreprises locales ou étrangères : C’est un impôt qui n’obère pas la compétitivité des entreprises locales.

        1. YP

          D’une, les caisses de solidarité à la con m’ont couté presque 7 fois ce que j’ai lâché en TVA et 18 fois ce que me coute l’IR.

          De deux, le zéro impôt est une utopie. Il est par contre des méthode pour lever l’impôts plus justes que d’autres. (Evidemment il faut que le rapport prix/prestation global soit acceptable.)

        2. YP

          Nicolas B : le travail ne paie certe pas d’impôt. Par contre, une entreprise (personne morale), oui… Et elle est en concurrence avec des entreprises qui jouent avec d’autres régles du jeu.

        3. YP

          h16 > oui, si l’on considère que l’impôt sur les sociétés à été généré « sur le dos » des clients et qu’il est payé par les actionnaires (ou plutôt retiré du montant de leurs dividendes.)

          Ce que je voulais dire, c’est qu’avec la TVA, les entreprises étrangères sont également soumises au même niveau d’imposition (du moins sur le marché intérieur.) C’est le calcul de l’Allemagne.

        4. Calvin

          « C’est un impôt qui n’obère pas la compétitivité des entreprises locales. »
          Ah bon ?
          Parce que les employés d’une entreprise locale ne sont pas, justement, des locaux ? Ceux sont des robots n’ayant pas de salaire ni de besoins ?
          En réalité, ils vont payer cette fameuse TVA, et avoir moins d’argent pour dépenser dans d’autres produits, moins d’épargne, etc.
          Ils achèteront, certes, moins de chaussures chinoises, mais aussi moins de croissants, moins de moins de livres, etc…
          Ils auront moins d’économies, qui n’iront pas en investissements, etc…

          Tout impôt obère la compétitivité des entreprises locales.
          Reste à définir le niveau adéquat. C’est ce que tente de montrer la courbe de Laffer.

        5. YP

          Je me suis mal exprimé. Voir commentaire précédant.

          Ce que je veux dire, c’est que bien sûr moins d’impôt c’est mieux. Mais à niveau de taxation équivalent, mieux vaut l’avoir sur la consommation que sur la création de richesse. Point.

        6. gem

          D’accord, mais faut pas rêver : + de TVA ce ne sera pas – d’IR, de charges sociales etc. Ce sera juste … + de TVA, plus d’impôts, plus de charges.

        7. Théo31

          « mieux vaut l’avoir sur la consommation que sur la création de richesse »

          Pour la Xième fois : la TVA n’est pas un impôt sur la consommation. Elle frappe justement la richesse créée par les entreprises qui sert à payer le travail (salaire), le capital (banques et investisseurs) et le profit (actionnaires).

          T.V.A = Taxe sur la VALEUR AJOUTEE. C’est pourtant pas dur à comprendre.

        8. YP

          Oui, mais un produit fabriqué à l’étranger est aussi taxé. C’est le choix allemand – on augmente la TVA. Avec ça, ils payent une partie de leur système social avec une taxe prélevée sur les produits chinois ( et français aussi d’ailleurs 😀 )

          C’est certes une politique hyper mercantiliste. Pourquoi ne pas minimiser les charges des entreprises en les reportant sur la TVA ? (oui, je sais que dans ce pays ça ne va que dans le sens de l’augmentation des prélèvements…)

      2. Théo31

        « Avec ça, ils payent une partie de leur système social avec une taxe prélevée sur les produits chinois »

        Taxe payée par le client allemand qui achète ces produits.

  8. Bruno

    Les clowns à roulettes, grâce à l’Educ Nat et à la télé ont encore un bel avenir devant eux, si j’en crois cette nouvelle qui réjouit l’Huma;

    « 53% des Français opposés à l’interventionnisme des agences de notation
    Plus de la moitié des Français (53%) estiment que ce n’est pas aux agences de notation de fixer la politique économique du pays, mais aux hommes politiques, selon un sondage Ifop à paraître lundi dans le quotidien L’Humanité ».

    Une belle pierre de plus à mettre de côté pour le monument à élever à la bêtise des veaux du pays gaullien.
    Il est vrai que récemment encore on a vu un article de presse vantant les collèges où les notes ont été supprimées. . . il va falloir aussi interdire les thermomètres dans les bâtiments chauffés par l’Etat, les jauges à essence dans les voitures, les montres, horloges et autres dans les gares et aéroports, de même que les cardio fréquencemètres des joggers et coureurs à l’entraînement. Car tous ces instruments, sous prétexte d’afficher des mesures, n’ont pas à dicter leur conduite aux gens, c’est contraire aux droits de l’homme de faire des conneries. . .

    1. infraniouzes

      Pour arriver à l’absurdité extrême chère aux totalitaires (PC et autres staliniens), on supprime les élections et leur interminable cortège de chiffres et et de taux. On est élu par acclamation et vive la démocratie ! Mais dans le dernier rang il y a les sicaires du régime qui vous plantent leur mitraillette dans le dos pour que l’enthousiasme soit au maximum. (On avait ça à Cuba au début du castrisme). On peut rêver de ça, personnellement je préfère d’autres solutions.

    2. Pascale

      Et puis, surtout ça met le citoyen dans une situation de compétition intolérable et inhumaine vis à vis des autres et de lui même aussi d’ailleurs.

  9. Serge Cheminade

    ATTENTION à tes titres. Puisqu’il y a un sens unique c’est forcément qu’il y a un sens interdit. Les élus français n’en ont peut-être pas encore conscience. S’ils te lisent ils vont comprendre qu’ils peuvent mettre des amendes.
    Conclusion ne serait-ce qu’inciter à aller dans le sens interdit méritera une amende. Dur pour ceux qui sont encore en France comme moi.

    Les journalistes semblent déjà avoir intégré ce risque d’amendes. Ils respectent déjà le sens interdit. Voici un sondage vu ce jour sur francesoir.fr

    « L’augmentation prochaine de la TVA constitue…
    Une mesure juste et nécessaire
    Une mesure utile sauf dans la restauration
    Une mesure qui va pénaliser le pouvoir d’achat
    Une mesure injuste, il faudrait simplement taxer les plus riches »

    Autre choix? ATTENTION au sens interdit! (exemple : Une mesure injuste, il faudrait simplement arrêter de verser des rentes aux élus et les empêcher de jeter l’argent des français par les fenêtres. )

  10. Guillaume

    Les plus malins d’entre nous sauront se mettre du bon coté des hausses d’impots en passant les concours de la fonction publique. Ne pas être fonctionnaire, c’est la seule chose que l’on pourra vous reprocher ici bas.

    C’est un peu comme à l’armée, la gloire, souvent posthume, va pour les premières lignes, mais les plus malins savent se planquer à l’arrière.

    1. Calvin

      Tu as raison à court terme.
      A moyen terme, il n’y aura plus d’argent pour payer les soldes et émoluments.
      En effet, quand l’imposition (taxes, tva, IS, IR, etc…) aura atteint un niveau énorme (on n’en est pas loin), l’économie deviendra souterraine au maximum, et les rentrées fiscales seront minimales.
      Les gens qui auront des compétences utiles survivront.
      Les militaires pourront se recycler en mercenaires, mais les autres fonctionnaires…

      1. Pandora

        Mais le niveau énorme est déjà atteint !!
        Les hommes de l’Etat nous piquent déjà plus de 50% de la richesse nationale produite : l’économie souterraine a de beaux jours devant elle.

  11. deres

    Soyons réaliste, cela pourrait être bien pire. Nos clowns à roulette actuels ne sont peut être pas les plus ridicules sur le marché … Je vous rappelle qu’une grande partie de nos hommes politiques sont en mode pipeau intégral, nient le problème, accusent le thermomètre et demandent avec véhémence un exorcisme avec un sacrifice expiatoire. Des gouvernements débiles pourraient aussi nous fâcher avec tous nos partenaires en espérant seulement gagner quelques points dans les sondages par un coup d’éclat en vue des élections (cf. Papandréou). Je suis prêt à reconnaître que ce n’est pas facile de réformer le Grand Moloch sans faire tomber cet édifice branlant. Personnellement, je ne suis pas joueur et je redoute plus une révolution qu’autre chose. Personne ne peut anticiper le résultat.

  12. juni palacio

    Faut pas rêver ! La France s’est toujours shooté à la dépense publique. Et ça ne date pas de la République. Ne s’en est jamais sorti que par un effondrement total du système (Guerre, révolution, coup d’état…) . Incapable congénitalement de s’autoréformer.
    La tentative de Fillon n’a pour but que de sauver le AAA. jusqu’aux élections.

    1. C’est faux. Il y a eu de nombreuses périodes pendant la monarchie notamment où les dettes de l’état étaient moindres, voire soutenables, voire nulles.

        1. gem

          Et aussi, sous réserve, en 1610 (enfin, c’est ce que rapporte Voltaire dans « l’homme au 40 écus ».)
          On a donc repérer deux ou trois périodes dans l’histoire de France où la dette était de zéro. C’est quand même pas très « nombreux » … en fait je crois qu’on peut c’est exceptionnel.

        2. Nicolas

          Ainsi que pendant la première décennie du règne de Louis XIV.
          (Il avait du reste l’armée la plus moderne d’Europe,et aussi grande que la notre actuelle, mais plus efficace !)

  13. juni palacio

    « Le libéralisme est un courant de pensée de philosophie politique, né d’une opposition à l’absolutisme et au droit divin dans l’Europe des Lumières (xviiie siècle), qui affirme la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur le pouvoir du souverain. »
    Tu parles d’un libéral ! Libéral et monarchiste, c’est antinomique. escroc ! Je ne reviendrais plus sur ton blog.

    1. ph11

      « Tu parles d’un libéral ! Libéral et monarchiste, c’est antinomique. escroc ! Je ne reviendrais plus sur ton blog. »

      Relisez votre définition. En quoi une opposition à l’absolutisme et au droit divin signifie l’opposition à la monarchie ?

      Quel est le pays le plus libéral : la monarchie anglaise ou la république nord-coréenne ?

  14. Pascale

    Pourtant pour la grande majorité des Français l’ennemi ce n’est pas l’État. Ce sont ….. les riches, les « marchés », les spéculateurs et les entreprises qui licencient à tour de bras alors qu’elles font des profits.
    Donc les Français demandent à cor et à cri que l’État vienne réglementer tout ça, en s’imaginant que l’État va les sauver des méchants capitalistes qui ne pensent qu’aux profits et qui sont inhumains.
    Ils ne comprennent pas qu’en libéralisant l’économie tout le monde sera gagnant;

    1. pod

      Je ne suis pas d’accord. Les assistés, bras cassés et autres glandus sponsorisés l’auront dans l’os dans un tel système (les politocards en font partie et en première ligne siouplait).

      [Bah, le Péhesse du Bon Flançois n’aura qu’à s’en occuper avec le Bon Peuple de Gauche (et qu’ils les gardent)…]

      Mais que faire des VRAIS pauvres sans compétence(s) ni connaissance(s) ni culture (pas les intermittents de la fausse-misère-chomdu-au-caviar, les autres, les vrais « emprisonnés de la vie ») ??…

      1. daredevil2007

        C’est une bonne question! Peut-être un nouveau mouvement fasciste les enrôlera-t-il pour occuper les rues comme dans les années vingt…

  15. riri

    « Ce pays est foutu, et il l’est d’abord à cause de l’incurie, de la stupidité et, avant tout, du manque de courage absolument pathologique de la totalité de la classe politique, incapable de seulement regarder la réalité en face, de comprendre les volumes financiers en jeux et de prendre les décisions qui s’imposent depuis au moins 20 ans. »

    Manque de courage sûrement. Pour l’incurie et la stupidité, c’est moins sûr. On n’a jamais vu un homme politique en commission de surendettement.

    Ils connaissent très certainement les bonnes décisions à prendre, mais ce serait un suicide personnel. Ceux qui établissent les plans sociaux ne s’incluent jamais dans les charrettes et ne diminuent leur salaire (pour l’exemple) que s’il est déjà à un niveau très élevé.

    Les excès des politiciens font rêver le peuple bien qu’il les critique, et comme disait Renaud: « si l’roi des cons perdait son trône, y’aurait 50 millions de prétendants ».

    Le jour ou un candidat se présentera vraiment pour sortir la France de la merde, je suis même pas sûr qu’il passe le premier tour.

    1. riri

      Pourquoi cette question?

      La France reste un pays agréable à vivre, et le voir décliner est plutôt désolant.

      De plus,c’est le pays que je connais le mieux, il est donc plus facile d’en parler.

      Enfin, son influence au niveau européen et même mondial n’est pas nulle, s’y intéresser ne me semble pas incongru.

    2. Alex6

      Partant de la, chacun devrait ne s’interesser qu’a son village.
      Meme si je vois ca de loin et n’en subirait pas les consequences, cette acceleration de la chute m’inquiete, surtout pour tout ceux qui sont restes. Et puis j’ai encore de l’argent en banques dans l’hexagone, peut-etre pas ce que j’ai fait de plus malin…
      La France est un pays attachant sur bien des points, c’est bien pour cela que la decheance actuelle est encore plus insupportable meme pour ceux vivant a l’etranger.

  16. BA

    Lundi 7 novembre 2011 :

    Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.

    Les taux de l’Italie sont en train d’exploser leurs records : le taux des obligations à 10 ans est aujourd’hui de 6,656 % !

    Le graphique ci-dessous montre que l’Italie va bientôt demander l’aide du FMI et de l’Union Européenne :

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

  17. infraniouzes

    Tout le monde a en mémoire le leitmotiv de John Hammond, concepteur et propriétaire de Jurassic Park: « J’AI DÉPENSÉ SANS COMPTER ! »

    Hélas tout le monde connaît aussi la fin brutale de son grand rêve.

    Nous aussi nous avons nos dinosaures, en politique, et voilà pourquoi ça va foirer lamentablement.

  18. Nicolas

    Le problème c’est ceux qui touchent ne veulent pas savoir, ce qui payent en sont encore à se dire « Tiens ? Il y aurait une dette ?! Ah !? ».

    Donc avec ca dans 10 ans nous y sommes encore…

    Bon, j’achète de l’or ?

  19. FrédéricLN

    « manque de courage absolument pathologique de la totalité de la classe politique, incapable de seulement regarder la réalité en face, de comprendre les volumes financiers en jeux et de prendre les décisions qui s’imposent depuis au moins 20 ans. »

    Je sais bien que c’est facile et lapidaire d’écrire « la totalité », sauf que c’est faux. Ce chiffre de 100 milliards a été lancé dans le débat public par une personne qui fait bien partie de la classe politique (député, ancien ministre, candidat probable à la présidentielle). Et qui se bat depuis des années, au moins quinze ans, contre cette gabegie. Il n’est certainement pas classé comme « libéral », mais le bon sens n’est peut-être pas réservé aux libéraux ?

    A mon avis, tirer à boulets rouges sur « la classe politique » dans sa totalité, sans vouloir faire le tri entre responsables et irresponsables, c’est abdiquer son droit de citoyen à faire un choix… responsable.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.