Streaming, biométrie et hermétisme technologique

La situation est catastrophique à tout point de vue, mais cela ne doit pas nous empêcher d’en rire un bon coup. Dernièrement, nous nous sommes moqués d’un certain éléphant, du président de la République, du programme de l’UMP. Ce lundi, je vous propose de vous moquer des gesticulations parkinsoniennes des institutions étatiques lorsqu’il s’agit de mettre en place et gérer les nouvelles technologies…

Attention : je me garderai bien de passer en revue ici l’ensemble des cas, tous plus tordants les uns que les autres, qui illustrent à merveille la médiocrité abyssale et quasi-artistique, mâtinée d’une obstination qu’on pourrait qualifier d’autistique, de l’Etat et ses affidés dans l’organisation et le déploiement de gadgets un peu sophistiqués.

Il semble en effet que dès que l’Etat se mêle de se mettre à la page, il heurte de plein fouet le ridicule, se prend les pieds dans le tapis du bon sens, s’étale de tout son long dans la fange du gaspillage et de l’inutilité, et termine sa course avec de multiples factures qu’il s’empresse de présenter aux contribuables.

Les cas les plus amusants sont ceux des politiciens dont l’ensemble de la carrière aura consisté à éviter, par tous les moyens, de faire un effort cérébral intense pour essayer de comprendre un mécanisme, ou de mettre en place une méthode, une organisation. Généralement, soit cet effort est relégué au second rang de leurs préoccupations, soit directement imposé à l’un des sous-fifres qui sera désigné pour la tâche (que ce dernier refilera bien vite à un larbin quelconque).

Dès lors, tout ce qui comprend une composante technologique forte échappe rapidement à la compétence du politicien moyen, et ses décisions ne sont alors qu’un empilement de phrases toutes faites, préparées par l’un de ses communicants, lui-même pas du tout à la page, et que notre homme apprendra par coeur sans en comprendre le sens.

On se souviendra (pouffons ensemble) des explications embrouillées et foutraques de Sarkozy sur la nécessité d’intervenir pour stopper le réchauffement climatique auquel il mêlait des petits mots-clefs comme trou et couche d’ozone, dans un gloubiboulga typique du cuistre qui meuble.

« Des scientifiques et des savants du môôônde entier … se sont réunis pendant des mwâs et des mwâs pour dresser le constat – c’est le constat qui est accablant – le monde va à sa perte si on continue à émettre du carbone qui crée un trou dans la couche d’ozone et qui … brise les équilibres de la planète. »

Et les cuistres, une fois lancés, sont bien difficiles à arrêter. Cela n’a donc pas loupé : lorsqu’il s’est agi de parler du streaming, Sarkozy a repris son petit entonnoir, et a balancé une belle énormité qui nous ramène gentiment dans les heures les plus sombres d’internet vu par l’UMP :

« Sur les sites de streaming, l’idéologie du partage, c’est l’idéologie de l’argent : je vole d’un côté, je vends de l’autre »

Bravo Mr. Sarkozy, vous méritez un Entonnoir d’Argent.

Pour situer un peu les choses, expliquons ce qu’est le streaming en quelques lignes que même un politicien pourrait envisager de comprendre s’il mettait son cerveau en mode Concentration pendant un peu plus de 12 secondes.

Le streaming est une technique de transmission de flux de données en temps quasi-réel. Les paquets d’informations arrivent sur la machine avec un débit suffisant pour que la lecture puisse se dérouler sans accoups. Typiquement, le streaming fonctionne dès que le débit de réception est supérieur au débit de restitution au spectateur. Le streaming s’oppose au déchargement en ce que ce dernier impose d’avoir la totalité du fichier pour en assurer la bonne lecture, alors que le streaming travaille sur un petit bout seulement.

N’importe quelle radio internet travaille en streaming. La plupart des vidéos que vous regardez sur youtube sont en streaming. Les chaînes d’informations proposent souvent des flux qu’on peut lire directement.

Evidemment, on comprendra qu’un streaming de fichier, s’il n’est pas seulement lu, mais aussi sauvegardé dans un fichier, constituera un téléchargement valide (à peu de choses près) qui pourra être rejoué plus tard autant de fois qu’on le désire.

Le Chef de l’Etat (qui est rémunéré plus de 15.000 euros par mois et tient malgré tout les propos que vous avez lu précédemment) mélange donc allègrement un aspect purement technique (le streaming) avec une activité bien spécifique, celle qui consiste à prendre un contenu, le mettre à disposition, sans payer les droits de sa diffusion (qu’elle soit en streaming ou en téléchargement standard, du reste). Pas étonnant : dans sa petite tête, un vaste nuage de fumée opaque virevolte dès qu’on évoque ces sujets, et le petit singe qui joue d’habitude des cymbales en continu entre ses deux oreilles passe en mode hystérique.

Et le voilà donc lancé à l’assaut de ce nouvel Everest avec le projet, aussi flou que sans budget, d’étendre les droits de la HADOPI à ces nouveaux modes de pillage numérique troporribles et tout et tout.

Hadopi Of The DeadCar en effet, HADOPI, qui semble ainsi renaître de ses cendres un peu moisies, n’a jamais été prévue dans la loi initiale pour combattre le piratage sous cette forme, mais exclusivement sous celle du Peer-To-Peer dont tout indique que sa pratique devient marginale. Eh oui : HADOPI est déjà, en soi, — frissons d’horreur législative — un magnifique ratage technologique, monstre mort-vivant après avoir été mort-né (plusieurs fois). Sarkozy veut donc maintenir ce merdoiement institutionnel en étendant ses prérogatives, et lance l’opération … dans un nouveau foirage.

Caramba ! Encore raté !

Sans même savoir ce qui se nichera dans les projets de loi et les bidouilles législatives qui accompagneront cette nouvelle idée, on sent déjà que toute l’opération va, une nouvelle fois, se heurter au mur de la réalité : dès que le streaming illégal aura une chance non nulle de se retrouver sous les fourches caudines de la HADOPI, une nouvelle technologie apparaîtra ou prendra son essor et mettra, une nouvelle fois, les politiciens et les fonctionnaires de cette Hautotorité devant leur incompétence. Pour ma part, je parie sur le VPN ou les newsgroups, mais je suis sûr qu’on peut trouver plus rigolo.

Et si l’on ajoute au tableau la dernière taxe Sarkozy sur les FAI pour — selon lui — aider les fictions françaises (dont tout montre qu’elles ont certainement plus besoin de pentobarbital sodique que de subventions, afin d’en finir au plus vite), on comprend que la seule et unique motivation du président dans ce domaine technologique se borne à trouver des moyens de protéger ses copains des majors, adeptes du Capitalisme de Connivence, et à permettre à l’Etat français de continuer à survivre pour quelques jours de plus avec une nouvelle ponction.

Encore une fois, je tiens à le redire ici : ce type de ratage n’est pas un hasard ; L’Etat est institutionnellement en retard d’au moins une génération (et tant mieux), et ses sbires ne comprennent pas les enjeux dont il est question (et là encore, c’est aussi bien ainsi).

Il suffit de rappeler une autre magnifique bérézina, qui nous coûtera encore plus cher que la précédente hadopitrerie.

On apprend en effet récemment que les passeports biométriques … ne sont pas conformes aux normes européennes et que de très coûteuses opérations de remises aux normes devront être lancées. En effet, en vertu d’un arrêt du Conseil d’État du 26 octobre dernier, le ministère de l’Intérieur va devoir supprimer de ses bases de données la quarantaine de millions d’empreintes digitales qui avaient été prélevées à l’origine.

Il était prévisible qu’une telle collecte initiale était disproportionnée et tout indique qu’on le savait en haut lieu, mais qu’on a procédé tout de même, jugeant qu’aucun mouton du cheptel n’allait se rebeller.

Raté. Encore raté.

Ce n’est pas un hasard, vous dis-je.

C’est un style.

Losing : if at first you can't succeed, failure may be your style.

J'accepte les Bitcoins !

1BTNgpXevQuUaan85ue8fq1wWavRVjUCHA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires45

  1. Nicolas

    « c’est l’idéologie de l’argent : je vole d’un côté, je vends de l’autre »

    ????????????????????????????????????????????????????????????????????

    1. Le Diable probablement

      C’est sans doute pour mieux préparer en cachette la solution streaming éco-citoyenne que-le-monde-entier-nous-enviera, un Bouseflix où on pourra librement visionner toutes les productions sponsorisées par le CNC (et les lipdubs de l’UMP) pour 500 euros par mois avec un débit de merde, tout en creusant des déficits énormes et en enrichissant tous les petits Pascal Nègre en puissance.

  2. kelevra

    hadopi pour controler le piratage via la p2p soustraite a tmz qui se vautre en se faisant pirater, deja une reussite eclatante. ca commencait bien mais bon ca pirate toujours autant, sarko nous sort de son chapeau une baisse de 35% du piratage, quel rigolo.
    pour controler le streaming, le seul moyen c est le dpi, donc le controle de tout ce qui passe par les fai, pour tout savoir ce que l internaute moyen fait a ses heures perdus au bureau et ailleurs.
    deja 12 millions d euros jetes par les fenetres (tous les ans d ailleurs les 12 millions) pour chopper qui? apres l envoi de 17000 milliards de mails, 150 000 milliards de lettres recommandees, et la convocation de 325 millions de francais au tribunal. ah ben non, juste une dizaine de malchanceux convoques a la kommandantur pour incivilites. ah si le patron de hadopi a recu l ordre du merite, ouf la republique est sauvee.
    les juges ne vont pas etre deborde de travail et vont pouvoir continuer a se branler joyeusement sous leur bureau et remettre dans la nature des violeurs pas du tout dangereux.

    1. eheime

      « les juges ne vont pas etre deborde de travail et vont pouvoir continuer a se branler joyeusement sous leur bureau et remettre dans la nature des violeurs pas du tout dangereux. »

      > Nan mais t’inquiete pas, Fillon vient de sortir son calepin à petits carreaux, et entre deux poses pipis alors qu’il était au bistro en train de boire une biere avec un copain, il a préparé un loi.

      En effet il avait l’air terriblement choqué de cette affaire avec la petit agnes.

      C’est vraiment la larme à l’oeil qu’il a, au plus vite, redigé une petite loi-super-efficace.

      Desormais le violeur n’auront plus le droit de sortir de prison pour commettre des viols.

      Parqu’avant, il faut le dire, on était un peu bete. On savait bien que les violeurs avaient une franche tendance a commettre a nouveau des viols meme apres une condamnation. Et c’est vrai qu’en 20-30 ans , ça parait con, mais on a pas eu le temps de s’en occuper. Mais heureusement grace au meutre d’Agnes, on s’est vraiment penché sur le sujet en profondeur.

      Et hop !
      Fillon nous a pondu un ch’ti texte que je peux te dire que les violeurs ils ont interet a bien se tenir a carreau bien droit sans bouger. Ils claquent des dents tellement ils ont peur.
      Enfin bref, grace à Agnes, et surtout grace au genie de notre Fillon adoré-qui-pense-bien-pour-nous, paf, le probleme il est réglé.

      Donc, bon, voilà, revenons aux choses serieuses : Comment améliorer et donner encore plus de vigueur à la révolution des moeurs et la véritable prise de conscience nationale insufflée par HADOPI ? Meme si, il faut l’avouer, que le succes est tel, que quelque part il n’est peut etre meme plus besoin de faire un texte supplem…
      Euh, attendez on me dit d’arreter d’ecrir..
      Bon, désol..
      A+ ..

      1. T-Buster

        Il y a quand même un truc qui me chiffonne dans cette loi Agnès.
        Il a fallut 48h pour analyser le problème et faire cette nouvelle loi. Vite fait bien (quoi que) fait.
        Et moi qui croyait que ce gouvernement avait été élu pour nos protéger de tous les méchants. S’il sont capable de résoudre et enfin neutraliser tous les méchants violeurs de France et de Navarre, ils on glander quoi des quelques 40’000 heures depuis qu’ils ont été élus pour justement résoudre se genre de problème????

    1. No_name

      « envers les FAI »
      En fait, c’est surtout vous, pauvres cons-sots-mateurs Français qui allez être rackettés. Car la taxe sur les FAI, Sarko sait bien qu’elle sera répercutée: soit par un service moindre, soit par une augmentation du tarif.

      Remarquez, en Belgique, c’est la même chose: le PS veut taxer les PME sur les voitures de fonctions (bcp plus courantes qu’en France), en faisant croire que cette taxe ne sera pas répercuter ver l’employé…

      1. Aloux

        « En fait, c’est surtout vous, pauvres cons-sots-mateurs Français qui allez être rackettés »

        Certes, cela va sans dire (on commence a avoir l’habitude) mais merci de mettre le doigt là où ça fait mal.

  3. Guillaume

    Surtout que pour beaucoup de chose sur Internet, la légalité ou pas est sujette à caution, et non automatisable.
    Par exemple, dans le cas du streaming cher à Sarko :
    - Si je matte une vidéo Youtube dont la « bande originale » n’est pas autorisée, hadopi coupe?
    - Si j’écoute une webradio shoutast qui ne fait pas ses 40% de mierdasse-jeunes talents-quota-zaz-musique francaise, kouik?
    - Si je vais sur une plateforme straming légale aux états unis, mais ne donnant pas de thunes à notre SACEM (qui ne protège que ses propres interets), forbidden?

    Bref, avant de penser aux solutions techniques, il faudrait déja définir précisément ce qui est légal ou pas car c’est loin d’être évident. Sarko met la charrue avant les boeufs, comme d’hab.

    Franchement, il devrait décreter que le Cancer soit interdit, ça serait sympa!

    1. infraniouzes

      Vous me foutez la trouille. Je n’écoute, à longueur de journée, que des radios américaines de jazz via internet. Serais-je hors-la-loi ? Vais-je devoir payer à la Sacem les droits sur les musiques enregistrées que nos amis nord-américains ne lui payent pas ? Aurai-je la visite domiciliaire et matinale de deux Dupont & Dupond de Hadopi-Sacem qui me confisqueront mon ordinateur sans oublier de me laisser un convocation pour le juge ? Franchement, je suis perdu, vite un bon avocat car je sens les nuages noirs s’amonceler sur ma tête. . .

    2. Sébastien R.

      Perso j’écoute / le web une radio suisse qui émettait il y a quelques années sur Lyon : Couleur3 ! Défricheuse de talents (des vrai, pas de la merdasse française sous quotas) pas de pubs… le rêve…

      Je l’écoute d’autant + grâce à une appli sur mon téléphone… on viendra me le saisir ? Orange mon opérateur… complice (DPI inside) ?

      pitoyable comment on peut emmerder le pov’ citoyen

  4. Boutros

    Notre président a tout bon, et je le prouve :
    1. Il évite le paul emploi aux 12 clampins de l’organisme hadopiesque
    2. Il fait rentrer tout plein de sous dans les caisses et ainsi
    3. il garde son Ah Ah AH
    4. Il refile le bordel au successeur (ou successrice)
    5. Il nous permet de déguster du H16 les jours de morosité (= tous les jours).

  5. Web et SEO

    « c’est l’idéologie de l’argent : je vole d’un côté, je vends de l’autre »

    et lui c’est pas un peu ce qu’il fait avec ses subventions étatiques ?
    Quand on sort une citation pseudo-pseudo-pseudo-almost-pseudo philosophique, on prend au moins gare à ce qu’elle ne s’applique pas à soi.

  6. NEV

    Vous émettez l’idée que les technologies s’adpatent aux lois, mais ce n’est même pas le cas!

    Les newsgroup, les direct download, les VPN, tout ça sont des technologies vieilles comme le connecteur BNC et qui permettent l’échange de fichiers soumis aux droits d’auteur sans les payer…

    L’état n’est pas en retard, il se trompe tout simplement d’armement! (et de bataille aussi, en passant)

    1. Je n’ai pas dit que les technologie s’adaptaient. J’ai dit que les gens utilisaient la technologie la plus idoine pour contourner les lois idiotes, c’est un peu différent :)
      Et oui, l’état se trompe bien de bataille. D’où le demotivator de fin …

      1. Pascale

        Quand on voit les fictions française qu’ils faudraient protéger, on se dit qu’elles ressemblent plus à de jolies histoires pour Bisounours chargées de les éduquer. Bref, de la pure propagande au service du socialisme : tout le monde s’embrasse, sourit et s’aime.

        Quelqu’un sait si Audiard, Granier Deferre, Verneuil, Carmet, Sautet, Autant-Lara, Carné et tous les autres grands réalisateurs français avaient été aidés par des subventions étatiques ?

  7. Pschitt

    Un peu déçu que l’auteur ne parle pas des 35% de téléchargements illégaux en moins annoncés par le camarade Sarkozy, tout ça grâce à Hadopi…

    1. Pressé par le temps, je n’ai pas eu le temps (ni la place) d’évoquer tout ce que ces conneries sarkoziques m’évoquaient. Il y a tellement à dire…

  8. avis

    Hadopi?

    Un épouvantail à 12 millions qui occupe trois juges dans une voie de garage. Ne perdons pas de temps.

    Allons au fait: L’euro est mal. L’Euro est très très mal. Son minimum vital est engagé. Un comma profond vient d’être déclenché, car la respiration artificielle ne suffit plus.

    Mais déjà la polémique fait rage : ne faut-il pas mieux euthanasier les morts-vivants ?

    1. Le triple A de la France tiendra-t-il jusqu’à Noël ?
      La Banque d’Investissement Européenne ne serait-elle pas le canari dans la mine ?
      La BCE va-t-elle devoir acheter des bons d’états en urgence ?

      Le suspense est très fort. Le résultat, cependant, connu : la cata.

      1. avis

        « Le suspense est très fort. Le résultat, cependant, connu : la cata.”

        Non, il n’y a pas de suspense, si ce n’est le timing exact du à la fraude.

        La cata, non plus si nous expliquons clairement le pourquoi du comment, car cela représente une opportunité exceptionnelle pour libérer enfin les esprits créatifs, talentueux,…

        Les aventuriers des Temps modernes pissent à la raie d’Hadopi et autres dadvsi, qu’on se le dise.

  9. BA

    Lundi 21 novembre 2011 :

    Allemagne : la Bourse de Francfort finit en baisse de 3,35 %.

    L’indice vedette Dax de la Bourse de Francfort a fini lundi en baisse de 3,35 %, après des déclarations venues d’Allemagne montrant que Berlin reste sur une ligne dure face à la crise de la dette.

    Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a ainsi balayé lundi les propositions sur un rôle accru de la BCE, ou sur l’émission d’euro-obligations, en estimant qu’il ne s’agissait pas d’un remède miracle.

    France : la Bourse de Paris s’enfonce de 3,41 %.

    La Bourse de Paris a terminé lundi sur un recul de 3,41 %, passant sous la barre des 2.900 points, dans un marché en totale perte de confiance, paniqué par les risques de contagion de la crise de la dette.

    Espagne : la Bourse de Madrid chute de 3,48 % à la clôture.

    La Bourse de Madrid a clôturé lundi en chute de 3,48 % à 8.021 points, au lendemain d’élections législatives qui ont porté la droite au pouvoir, dans un climat général de panique sur les places européennes face à la crise de la dette.

    Les valeurs bancaires ont notamment été pénalisées : Santander, numéro un en zone euro par la capitalisation boursière, a perdu 3,45 % à 5,38 euros, BBVA a baissé de 3,48 % à 5,716 euros, et CaixaBank a glissé de 4,47 % à 3,63 euros.

    Italie : la Bourse de Milan clôture sur une chute de 4,74 %.

    La Bourse de Milan a clôturé lundi sur une chute de 4,74 % à 14.510 points, paniquée comme les autres places financières par les problèmes de dette publique dans la zone euro.

  10. Cretindesalpest

    H16, aucun rapport avec hadopi, mais as tu constate le déchaînement médiatique sur le traitement judiciaire de l’affaire epouventable d’Agnes. Car quand même, sur le figaro, ils racontent que 40 jeunes de 3ème sont partis seuls chercher Agnès après 18h30!.Imagine que cette affreuse affaire ce soit passée dans une école hors contrat, ou pire dans un mouvement scout. La presse aurait crie au scandale, à l’absence de surveillance, le responsable aurait été jete dans la boue et aurait été traîne devant une cour de justice. La rien !!!! On ne nous explique pas ce que faisaient les surveillants ni le proviseur. On ne cherche pas à savoir comment il a pu introduire un bidon d’essence. On ne cherche à savoir comment sont surveille des jeunes de 13 ans.!!!
    Car quand même vous ne trouvez pas surprenant vous, que 40 jeunes de 13 ans puissent sortir dans un bois de 14 ha sans surveillance ( pour aller chercher des champignons ) sans que les adultes soient questionnés?
    Moi, petit patron je suis responsable même quand un salarié dépasse la vitesse autorisée au volant ou si il ecrase quelqu’un en voiture. La le directeur est seulement questionne sur le fait qu’il connaissait les antécédents du jeunes ou non! Le belle affaire!
    Ne serait ce pas encore une pignouferie de la presse. Encore une fois, le doigt montre la lune et l’imbécile regarde le doigt.
    Dans cette affaire la responsabilité du directeur et des surveillants est à analyser et peut etre a rechercher au niveau de la surveillance exercée sur des enfants de 13 ans….mais la, on tombe sur un sujet qui fâche: comment exerce t’ils leur mission et quels sont leur responsabilités? Et que faisaient t’ils au même moment ou d’autres enfants se souciait de leur camarade de classe.

  11. pod

    Je ne sais pas si ce sujet en vaut la peine : on s’en fout, rien ne peut entraver la liberté formelle (et technique) du Web, certainement pas des molassons accro à la Décretitude.

    Pure démago à deux balles dans la ligne de la suppression des méchants méchants méchants paradis fiscaux.

  12. gnarf

    Sur une plus grande echelle, internet est quand-meme LE bidule qui permet de court-circuiter l’etatisme.
    Pas besoin de « relations » pour exister, difficultes a l’Etat de pratiquer son racket…empeche les politiques de compter sur l’amnesie generale (par ex. en ce moment on ressort l’intervention de Fillon en 2007 disant que la France etait en faillite et que Sarkozy lui a demande de se taire).

  13. BA

    Mardi 22 novembre 2011 :

    Le taux d’emprunt à court terme de l’Espagne s’envole.

    Preuve de la défiance persistante des investisseurs, l’Espagne a émis ce mardi 22 novembre pour 2,98 milliards d’euros de dette à court terme à des taux records depuis 10 ans. Une progression qui était attendue alors que Madrid vit depuis une dizaine de jours un fort regain de tension sur les marchés.

    Par rapport à la dernière émission comparable, fin octobre 2011, le taux des bons espagnols à 3 mois a doublé, à 5,1 %, contre 2,3 % la fois précédente.

    Le taux des bons à 6 mois a également fortement augmenté, à 5,2 %, contre 3,3 % lors de la précédente émission. La demande est restée forte, a précisé la Banque d’Espagne.

    Cette adjudication faisait figure de premier test de la confiance des marchés à l’égard du futur gouvernement du conservateur Mariano Rajoy. Après les changements de gouvernement en Grèce et en Italie, la victoire de la droite en Espagne aux élections législatives de dimanche n’a pas apaisé les marchés, qui s’inquiètent de la mise en place du plan de rigueur prévu par la nouvelle majorité.

  14. BA

    Mercredi 23 novembre 2011 :

    L’Allemagne s’est heurtée aujourd’hui à une demande insuffisante lors d’une émission de dette à dix ans, adjugeant seulement 3,644 milliards d’euros de nouvelles obligations à 10 ans alors qu’elle espérait en lever 6 milliards. Le rendement moyen ressort une nouvelle fois en baisse, à 1,98 %, contre 2,09 % lors d’une adjudication similaire en octobre, et 2,74 % en moyenne, a précisé la Bundesbank.

    Le ratio de couverture, qui mesure l’appétit des investisseurs, n’a atteint que 1,1, contre 1,56 en moyenne. Plusieurs analystes ont jugé l’opération très mauvaise.

    « Les Bunds commencent à perdre leur attrait parce que les marchés doivent commencer à croire à l’histoire des euro-obligations, et que l’Allemagne s’apprête, en substance, à garantir la dette d’autres pays », analyse Achilleas Georgolopoulos, stratège pour la Lloyds à Londres.

    L’Agence allemande de la dette a déclaré dans la foulée de l’adjudication que son résultat reflétait un environnement de marché très nerveux, mais ne signalait pas un goulet d’étranglement pour le refinancement du budget fédéral.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/11/23/97002-20111123FILWWW00462-l-allemagne-peine-a-ecouler-sa-dette.php

    L’Allemagne voulait émettre 6 milliards d’euros : elle n’a réussi qu’à placer 3,644 milliards d’euros.

    L’Allemagne elle-même est entrainée vers le fond de l’océan.

    L’Allemagne elle-même est entrainée vers le fond de l’océan par les Etats européens en faillite.

  15. BA

    Mercredi 23 novembre 2011 :

    Maintenant, ce n’est plus seulement la périphérie de la zone euro qui est touchée par l’explosion des taux d’intérêt.
    Maintenant, le cœur de la zone euro lui-même est touché : le cœur de la zone euro voit ses taux d’intérêt devenir exorbitants.
    Les investisseurs internationaux n’ont plus confiance dans six Etats européens.
    Pour six Etats européens, les taux des obligations à 10 ans sont au-dessus de 5 %.

    Belgique : 5,483 %.
    Espagne : 6,646 %.
    Italie : 6,969 %
    Irlande : 8,207 %.
    Portugal : 11,313 %.
    Grèce : 29,041 %.

    Aujourd’hui, il n’y a plus que trois personnes qui peuvent empêcher l’explosion de la zone euro.

    Qui sont les trois personnes qui peuvent empêcher l’explosion de la zone euro ?

    1- Dieu.
    2- Le petit papa Noël.
    3- Chuck Norris.

    http://www.chucknorrisfacts.fr/index.php?p=parcourir&tri=top&PHPSESSID=ee239d05568fdf808501c20f016f45d7

  16. Franz

    Heu, BA, sans vouloir être désobligeant, vous parlez de taux exorbitants mais hormis la Grèce et dans une moindre mesure le Portugal (qui le méritent pas mal), ces taux ne sont qu’à peine supérieurs à leur niveau moyen sur longue période…

    Je me rappelle, il n’y a pas si longtemps, aux US on prenait souvent 5% comme approximation « à la louche » pour le taux sans risque…

    1. Oui et non. Effectivement, les taux ne sont pas très élevés, mais les dettes, elles, n’ont cessé d’augmenter. On doit donc rembourser plus cher, mais surtout, beaucoup plus d’intérêt (assis sur des sommes de plus en plus grosses).
      Et ensuite, ce sont surtout les spreads qui sont intéressants et qui augmentent, accroissant les tensions dans la zone euro.

  17. channy

    H16 vous me surprenez..vous arrivez encore a vous enerver sur notre cher president pourtant surnomme Trou du cul du web en 2009…au moins notre cher president a defaut de resoudre les vrais problemes confirme que ,2 ans apres son titre, il est toujours le trou du cul du web..et pas pres d etre detrone il me semble

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)