Tiens, le FN dévoile son nouveau programme socialiste

Comme j’ai eu l’honneur douteux de mettre mon nez dans certains des programmes politiques qui sont disponibles ici ou là, que j’ai commenté la candidature des politiciens en mal de mandat pour mai 2012, et comme j’ai déjà couvert un peu l’extrême-gauche, il me fallait couvrir l’extrême-droite. Ca tombe bien, le site de la candidate du Front National nous propose son projet depuis quelques jours. Miam.

C’est donc sur un site à dominance de bleu foncé (bleu … marine, évidemment) qu’on découvre un petit mot d’introduction de la prétendante et le détail du programme, en plus de ses gambettes mises en valeur à l’extrême-droite droite du site par un petit cliché la montrant le regard décidément tourné vers la gauche.

(Ce qui en dit long, ne trouvez-vous pas ?)

On admirera, au passage, le professionnalisme léché du design du site. On est très très loin du Ségolotron du 2007 qui avait fait loler tous les tréfonds de l’internet.

En outre, on notera que le programme est déjà prêt, là où celui du Parti Officiellement Socialiste est encore en plein milieu d’âpres négociations avec les différentes tendances internes, externes et souterraines du Socialisme De Compromis Franchouille. Et le site de Marine soutient la comparaison avec celui de l’UMP, tant en terme de contenant qu’en terme de contenu (pas dur, du reste).

Ne nous emballons cependant pas. Quand j’écris « soutient la comparaison« , j’implique surtout une franche égalité, dans la rigolade notamment. On pourra s’en taper une petite lorsqu’on se rendra, par exemple, sur la page concernant l’équipe de campagne qui nous propose un méga-scroll de plusieurs kilomètres digne d’un Crédit cinématographique avec les noms des costumiers, des cascadeurs et des sociétés d’effets spéciaux qui ont participé à l’élaboration de ce conte de fée.

Anecdote amusante au milieu de la trèèèèèèèèèèèès longue liste de personnages (dont certains sont présents plusieurs fois), on trouve un certain Gilbert Collard dont on ne saura absolument rien. Du tout. Nib. Zéro. Que dalle.

Collard au FN, le néant.

Si, à présent, on se penche un peu plus sur le contenu du programme, il ne faut pas longtemps pour entendre les gémissements de nos amis journalistes, l’œil affolé et la plume vibrante de l’envie de parler de ventre fécond, de bête immonde, d’heures les plus sombres de notre histoire, ou, plus modestement comme pour les journalistes du Monde, de pleurnicher sur les mesures anti-immigrations d’une Le Pen en pleine forme :

Les mesures anti-immigration prévues par le projet de Mme Le Pen sont extrêmement dures.

Roh. Bah voilà, M’ame Le Pen, vous les avez tout bousculé, nos amis journalistes. Pourtant, sur le coup de l’immigration, ce sont bel et bien des mesures parfaitement en ligne avec le programme du FN depuis toujours. A la limite, on se demande pourquoi nos éditorialistes sur-subventionnés ne s’étonnent pas plus de trouver encore et encore les mêmes remarques poussiéreuses du père dans les programmes de la fille.

Je dis ça parce qu’a contrario, le reste du programme, sur sa partie économique, est l’officialisation concrète d’une cassure assez sensible de ce que disait, jadis, Jean-Marie. En effet, on se rappelle que le vieux grigou avait une tendance à vouloir plutôt supprimer les impôts, était très conservateur en matière de mœurs (et pour la suppression du droit à l’avortement), déployait une analyse assez pointue de la façon dont avait été dévoyé l’enseignement en France, avec à la clef une proposition proche de ce que certains libéraux prônent (le chèque éducation), et envisageait clairement une réduction du champ d’activité de l’état (bien que modeste lorsqu’on voit l’épaisseur de ses programmes).

En fait, tout se résumait à l’époque du Père Le Pen à sa formule lapidaire :

« Je suis socialement à gauche, économiquement à droite, et plus que jamais nationellement de France. »

Vous pourrez vous en convaincre en relisant les programmes de 2002 et de 2007, dans lesquels on trouve même des pépites (comme une référence en toute lettre au Droit Naturel). Bref : certainement pas libéral, mais en tout cas, pas totalement à gauche…

Avec Marine, cependant, les propositions sociales la classent clairement à gauche, et économiquement, il ne reste plus aucun vestige de la pensée paternelle. On aboutit finalement à un gros bouillon relativement traditionnel où tous les morceaux de légumes socialistes se mélangent dans la bonne soupe de la sociale-démocratie citoyenne, participative et très très nationale :

- Abandon de la PAC (youpi !) et mise en place de la PAF (oooh !). On se demande pourquoi ce qui ne marche pas au niveau de l’Europe devrait marcher en plus petit avec moins de moyens. La PAF, c’est un peu l’histoire d’une subvention et PAF l’équilibre du budget gouvernemental, et PAF les prix agricoles, et PAF la compétitivité, et PAF les petits producteurs…

- Réapparition de la TVA sur les produits de luxe, disparition des abattements sur les dividendes. Miam, plein d’impôts !

- Réindustrialisation à marche forcée avec intervention massive de l’État dans une grande politique. Avec des grands objectifs et des gros billets de banque.

- Fusion de la taxe foncière et de l’ISF, que les petits propriétaires vont tout particulièrement goûter avec plaisir.

- Au détour d’une page ou l’autre, on découvre le retour de la vengeance de la taxe Tobin, parfaitement et totalement socialiste, sur les transactions. Le FN ne serait-il pas au courant qu’elle a foiré en Suède ?

- Tiens, une avalanche de lois est à prévoir dans le commerce (Autorité de la concurrence, ententes illicites, abus de position dominante, etc…) et un renforcement nerveux et musclé des lois existantes (car renforcer, c’est agir, mais si mais si).

- « En cas d’envolée des prix des carburants, un plan sera adopté : abaissement de 20% de la TIPP » ; eh oui. Mais seulement en cas d’envolée des prix. Le reste du temps, on va tout de même continuer à taxer l’essence à plus de 100%.

- Revalorisation des pensions, des salaires de la fonction publique. Avec l’argent qu’on va trouver à la Banque de France suite à l’abandon de l’Euro. Vous verrez, c’est magique.

- On ne touchera pas aux 35h des socialistes officiels. On aménagera. Comme l’UMP.

- Et comme dans tout programme interventionniste qui fait du social et de l’égalité (camouflé sous le mot « justice ») son mot d’ordre, on aura droit à la création d’une pléthore de commissions Théodule (Caisse de compensation et d’amortissement de la dette paysanne, Fonds d’intervention pour la campagne, Conservatoire du patrimoine viticole, et le pompon, le retour d’un Plan, qu’on supposera Quinquennal, tiens, avec la Planification Stratégique de la Réindustralisation). On sent déjà la distribution de sinécures aux amis. Et les amis, on les connaît, ils apparaissent dans les crédits de fin de film, je vous le rappelle …

Dans tout ce fatras, on peine à voir le listing des mauvaises et vilaines dépenses qu’il faudra sucrer pour dégager des marges de manœuvre mais, seul point réellement positif, au moins est-il fait allégeance à un principe de sain équilibre des finances publiques… Dont on peut parier qu’il ne serait pas plus respecté avec le Front National qu’avec les autres partis, au vu du reste du programme, socialiste en diable.

En définitive, Marine officialise donc un virage clair vers un nationalisme plutôt social (à l’inverse par exemple d’un Mélenchon qui nous fait du socialisme plutôt national). Pour le reste, le FN de MLP ressemble pas mal à l’UMP.

C’est l’UMLP, en quelque sorte…

J'accepte les Bitcoins !

1KyHu7z3snQzAYa43VUx46qTCukqSFB4R4

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires97

  1. Lib

    Oui.

    Ceci dit, je me réjouis plutôt de l’abandon par le FN de son inspiration libérale. Ca la foutait un peu mal que le seul parti important un poil libéral soit le FN.

    Maintenant que tous les partis importants sont anti-libéraux, les choses sont claires : si on est dans la merde c’est à cause du libéralisme :)

  2. Nord

    Brillant, désopilant et finement observé. Un des meilleurs billets du seigneur de ces lieux.

    Détail piquant: un copain degôche à qui j’avais fait découvrir Contrepoints et #16 m’avait presque immédiatement retorqué la proximité d’avec les idées de papa Le Pen (version 20ème siècle). Un super-LOL plus tard je constatais qu’il était sérieux: les 2-3 conneries que JMLP à dites sur l’état et les impôts en font donc un (néo-ultra-hyper- et …)libéral et par voie de conséquence nous sommes alliés.

    Étonnant, non?

  3. Olivier de Tirer-Profit.fr

    Vous oubliez son projet économique far : Abroger la loi de 1973

    Pourtant l’abolition de cette loi ne suffit pas.
    Pour retrouver la souveraineté monétaire face aux banques, il n’y a que deux solutions :

    - Soit imprimer 1700 milliards d’euros (ou plutôt l’équivalent en francs) et racheter intégralement notre dette aux créanciers privés

    - Soit considérer qu’après tout cette dette est illégitime parce que construite essentiellement par des intérêts cumulés que nous n’avions pas besoin de payer, et répudier purement et simplement la dette

    Les deux méthodes auront des avantages et des inconvénients.
    La première est inflationniste, la seconde déflationniste.

    Mais dans l’un ou l’autre cas le « problème de la dette » disparaît instantanément.

    Les déficits publics ne seront plus un problème (soulagés déjà du poids des intérêts à rembourser). Ils ne devraient de toute façon pas en être un : en période de crise, des dépenses accrues sont nécessaires pour la relance et investir dans la réindustrialisation par exemple (même si je suis pour la suppression de certaines dépenses absurdes genre occupation militaire en Afghanistan). L’impératif, c’est de sortir notre gorge des mains des étrangleurs…

    Et encore une fois, là où je ne comprends pas Marine Le Pen, c’est que d’un côté elle prône la dévaluation alors que de l’autre elle milite pour le rétablissement de l’étalon-or…

    1. El Gringo

      « Mais dans l’un ou l’autre cas le « problème de la dette » disparaît instantanément. Les déficits publics ne seront plus un problème « 

      Ah oui, vraiment, plus aucun problème. Dans un cas les gens seront payés en monnaie de singe et dans l’autre ils ne seront plus payés du tout. Ils iront « réindustrialiser » le ventre vide?

      « L’impératif, c’est de sortir notre gorge des mains des étrangleurs… »

      Qui sont?

      1. Olivier de Tirer-Profit.fr

        Je voulais dire que sortir de ce système pour moi déclenchera forcément une inflation dont l’intensité dépendra directement de la vitesse à laquelle on augmentera la masse monétaire. Celle-ci étant fonction de la vitesse à laquelle on remboursera la dette publique sauf si on l’annule.

        Mais ne vaut il pas mieux laisser monter un peu plus l’inflation et contribuer à ce que l’érosion monétaire touche tout le monde en ne profitant qu’à l’Etat seulement?

        Ou vaut il mieux continuer à la maintenir à un faible niveau mais avec comme contrepartie l’appauvrissement des contribuables par une austérité de plus en plus importante au bénéfice des banques?

        J’expose juste ma vision des choses

    2. Nicolas

      « Pour retrouver la souveraineté monétaire face aux banques »

      C’est sur ca, des méchants qui ne veulent plus vous prêter pour que vous consommiez comme un porc, faut évidement employer des grands mots sans significations qui font savant : ca dissimule que vous êtes en train de vous branler.

        1. fifou

          imprimer 1700 milliards d’euros en francs et rembourser nos creanciers, quelle bonne idee!!!!!!
          Et avec la valeur qu’aura alors le franc le baril de petrole va couter le prix d’un appart a Paris, 2 mois de SMICs pour faire le plein ca va faire des heureux

          Et vu le poids des importations dans tout ce qu’on consomme l’economie va bien se porter…

          Une autre solution: chacun son imprimante, plus de salaires, on imprime tous des billets avant d’aller faire les courses (mais attention hein, imprimez uniquement ce dont vous avez besoin) ca peut marcher non?

          Votre diplome d’economie vous l’avez eu ou?

    3. Pascale

      «  » »en période de crise, des dépenses accrues sont nécessaires pour la relance et investir dans la réindustrialisation » » »

      Pas très libérale comme solution.

    4. Nicolas

      « Pour retrouver la souveraineté monétaire face aux banques »

      Moi, j’aimerai retrouver ma souveraineté en charcuterie et chaises métalliques face aux méchant commerçants.

      Que faire pour résoudre ce grave problème ? Comment étrangler ces étrangleurs ?
      Et surtout, putain, pour quoi faire ????

  4. infraniouzes

    L’action des politiciens (ou des politicards, au choix) me fait penser à ces canons à papiers de couleurs qu’on fait tirer lors des finales sportives ou autres manifestations. Des gerbes de papiers multicolores, dorés de préférence, jaillissent dès que l’artificier de services a pressé le bouton. C’est du plus bel effet, ça scintille, ça pétille, c’est la joie quoi…
    Et bien remplacez les bouts de papiers de couleur par des biffetons et vous avez précisément ce à quoi nos politiciens aspirent tous et font passer pour de l’action politique mûrement réfléchie…
    Et pour que ça continue éternellement, certains voudraient que la BCE se transforme en Moloch dévorant toutes les mauvaises dettes laissées par des États impécunieux et donne ainsi le champ libre aux politiciens désireux de tirer de nouveaux feux d’artifice.
    A ce jeu de trompe-couillon, devinez qui paiera l’ardoise ?

  5. Calvin

    Au final, ce ne serait pas la réponse de la Bergère au Berger ??
    A savoir que N.S. avait fortement pris des aspects du programme sécuritaire de JMLP en 2007, et que MLP se venge en piquant le programme (sic) économique (sic, lol et mdr) de l’UMP.
    En réalité, je reste persuadé que le FN vise à la fois l’électorat ouvrier (que vise aussi Méchancon) et l’électorat … euh… je cherche… « beauf » de l’UMP.
    C’est un pari risqué : souvent les gens préfère l’original à la pâle copie.
    Je ne suis pas sûr que Marine soit capable d’autant de surenchère que Jean-Luc, d’un côté, de l’aplomb de Nicolas, de l’autre.

    1. Théo31

      « le FN vise à la fois l’électorat ouvrier »

      C’est fait depuis longtemps. Les camarades du PCF adorent injurier ceux qui autrefois leur filaient leur voix. Les électeurs des partis de gauche sont respectables uniquement quand ça arrange leurs dirigeants. Ca en dit long sur la valeur qu’ils accordent à la démocratie.

      1. Calvin

        Tu parles de quelle époque ?? la nôtre, ou celle du pacte sovieto-nazi ??

        Et puis, tu vas fort !
        Ils respectent la démocratie, enfin, dite « populaire ».
        C’est juste un autre mot que celui que tu utilises !!

  6. Pere Collateur

    En effet, c’est bien social et festif tout ca…

    Cependant, je ne peux m’empêcher de penser que ce programme ne sert qu’à se rendre médiatiquement compatible avec ce qui est communément accepté et accpetable et qu’une fois en poste, revienne le natuel…
    Comme les autres en fait… CQFD

    1. infraniouzes

      C’est, hélas, logique. Vous avez déjà vu des manifestations de Droite, avec blocage des trains, fermeture des écoles et arrêt du courrier ? Moi pas… Les nuisances viennent toujours des « forces » de gauche. Donc, caressons-les dans le sens du poil et tout ira bien… Les gogos et bobos de droite suivront bien en traînant des pieds et en maugréant. C’est leur habitude.

    2. Gunnrunner

      C’est marrant, ici on considère la politique de Sarkozy comme de « gauche sociale-démocrate », alors que sur les blogs/journaux de « gauche », on la considère plutôt comme un mélange de capitalisme et de nazisme.

      Il y a-t-il encore des gens rationnels en France ?

      1. A toi de te faire ta propre opinion. Décris nous ce qui est capitaliste et nazi dans la politique de Sarko, et nous verrons.

        Pour la politique sociale-démocrate de Sarko, il suffit d’ouvrir le journal pour trouver : interventionnisme de l’état à tous les étages, pluie de taxes & impôts, de la dette comme jamais, capitalisme de connivence typique des castes fleurissantes dans tous les paradis socialistes et soviétiques, affaires judiciaires, malettes de pognon, changement de politique et d’humeur au gré des sondages, ouverture (tu as vu le nombre de socialistes assumés et affichés dans ses gouvernements ?), guerres diverses, protectionnisme, …

        1. Alpino

          Vous dites politique sociale-democrate de Sarko.
          - Interventionnisme de l’Etat Sarkozien a tout les etages: Pouvez-vous preciser concretement a quels etages ? Meme brievement s’il vous plait.
          - Taxes et impot: La c’est clair mais il faut bien faire fonctionner l’etat dans ces grandes depenses. On va non plus se priver de police justice ou autres administrations et on a contracter de la dette il faut bien la rembourser. Ce n’est donc pas propre au social-democratisme mais a n’importe quel gouvernement.
          - Dette: S’endetter c’est faire le jeu du capitalisme justement
          - Capitalisme de conniv…je m’arrete tout de suite vous citez vous meme en 1er le mot capitalisme, pourquoi irais-je justifier que ce n’est donc pas du socialisme…
          - le reste ca ne definit ni le socialisme ni le capitalisme. ca definit l’humain dans ce qu’il a de + faible.
          La ou j’aurai tendance a dire qu’il fait dans le nazisme par contre c’est quand il veut empecher les etrangers ayant etudiee en France a niveau egal a un francais d’etre embaucher (preference nationale) ceci par le biais de circulaire. Pourquoi ? parce que pour une entreprise ca peut etre sympa et interessant d’avoir un gars ouvert sur l’etranger dans son giron. Mais la, ballepeau, walou, circulez, c’est plus possible

          1. - interventionnisme de l’état ? Derniers exemples : un murmure de plan social dans une grosse boîte, fut-elle privée ? Ping, le PDG convoqué à l’Elysée. Total sommé de baisser le prix de ses carburants. Législorrhée dès qu’il y a un fait divers. Interventionnisme dans la Justice.
            - s’il faut faire fonctionner l’état, pourquoi les taxes et dépenses augmentent sans arrêt dans des proportions babylonnesques ? Qu’est-ce qui le justifie ?
            - « Dette: S’endetter c’est faire le jeu du capitalisme justement » : ah, je vois, on a à faire à un type qui ne connaît pas la définition des mots. Le capitalisme, par définition, c’est l’épargne. Pas d’épargne, pas de capital. Pas de capital, pas de capitalisme. Et « épargne » c’est l’opposé de « dette ». Si vous ne comprenez pas ça, même pas la peine de discuter.
            - capitalisme de connivence : si c’était du capitalisme, ça se saurait. Exemple concret : bailout des banques. Anti-capitalisme type.
            - quand au nazisme, là encore, y’a une définition, reportez-vous y.

            Il est impossible de discuter avec quelqu’un s’il n’a pas les moindres bases ni le vocabulaire clairement défini.

        2. Nicolas

          « La ou j’aurai tendance a dire qu’il fait dans le nazisme par contre c’est quand il veut empecher les etrangers ayant etudiee en France a niveau egal a un francais d’etre embaucher (preference nationale) ceci par le biais de circulaire. Pourquoi ? parce que pour une entreprise ca peut etre sympa et interessant d’avoir un gars ouvert sur l’etranger dans son giron. Mais la, ballepeau, walou, circulez, c’est plus possible »

          J’ai le plus grand mal à comprendre, alors qu’on se dirige à un chômage à 20 ou 25%, comment les français peuvent être assez cons pour payer des études gratuites à de futurs concurrents, et même pour planter un des contribuable ayant financé les études du sus nommé en le remplaçant par une diversité..

          Il y a vraiment trop de gens en France qui sont éloigné de la réalité : trop de fonctionnaires qui se pensent non concerné et qui peuvent donc se permettre de jouer les grand prince.. avec la vie des autres..
          On devrait licencier un fonctionnaires pour chaque nouvelle immigrés.
          La ca calmerait les ardeur partageuses des nantis de la fonction publique.

        3. Calvin

          @Alpino

          « Vous dites politique sociale-democrate de Sarko. »
          Oh oui, et plus que tu ne le crois !

          « - Interventionnisme de l’Etat Sarkozien a tout les etages »
          Foultitude de lois, décrets, règlements, interventions en tout genre dans les domaines du mangerbougisme, de l’écologie, des banques, de la circulation, de la santé, de l’industrie, etc…
          « - Taxes et impot: (…) »
          N.S. ne s’est même pas contenté de maintenir les taxes en l’état, il les a augmentées, il a continué à creuser la dette.

          « - Dette: S’endetter c’est faire le jeu du capitalisme justement. »
          Et non !
          Le jeu du capitalisme, c’est l’épargne et l’investissement qui rapporte.
          S’endetter, c’est un choix personnel.
          S’endetter, au frais des contribuables, c’est échanger des voix contre des « services » (mal rendus, d’ailleurs) que les électeurs paieront plus tard.

          « - Capitalisme de conniv…  »
          Le capitalisme de connivence est proche du socialisme (sans en être, il est vrai). Il vise, comme le socialisme cherche à le faire pour la société, à instrumentaliser un certain nombre de grands groupes dans le but créer de l’emploi.

        4. Calvin

          @Nicolas : « On devrait licencier un fonctionnaires pour chaque nouvel immigré. »
          Hou là !
          Je serais alors pour l’ouverture des frontières en grand !!!!!

      2. Paf

        la plupart des auteurs de blogs ou journalistes de gauche sont tres ignorants des valeurs de droite.La diabolisation a parfaitement fonctionne et maintenant tous les partis s’arrachent les arguments et idees du ‘camp du bien’.

      3. Théo31

        Se coucher devant Bernard Thibaut c’est nazi ? Mazette ! Quoique c’est logique : en avril 1941, la CGT avait ses entrées au gouvernement de Vichy.

      4. eheime

        @Gunrunner

        Pour avoir des reperes :
        Prend n’importe quel pays européen.
        Separe la « gauche » de la « droite » (ex : travaillistes/ conservateurs anglais , socialises/droite espagnole) et compare avec le programme de l’Ump.
        Dans bien des cas la « gauche » du pays concerné n’oserait pas les mesures prises par la « droite » française.

        Ca n’explique pas tout evidemment, mais permet de voir de quoi on parle

        1. Alpino

          @ l’auteur de ce blog
          -Je passerais sur les exemples d’interventionnisme peu clair et vos propres interrogations steriles sur le pourquoi et le comment de taxes et de leur augmentation.

          Si ça n’est pas clair pour vous, ça l’est pour tous ceux qui ont deux doigts de bon sens. L’interventionnisme, c’est quand l’état intervient (d’où, eh ouais, le nom) dans des domaines où il n’a pas à intervenir. Et il n’a pas à intervenir parce qu’à chaque fois qu’il le fait, il met la grouille dans des proportions dantesques.

          - Quand je dis que l’endettement fait le jeu du capitalisme, vous m’avez mal compris. je ne dis pas qu’en s’endettant on joue au capitaliste, « on en fait le jeu » dans le sens ou on en est le jouet. Quand on s’endette, ce n’est pas pour s’amuser. avant tout, ca profite a des capitalistes epargnants, et on le fait en connaissance de cause. On va pas s’endetter et se foutre des montagnes d’interet

          vous blablatez. Quand on s’endette, on se met une quantité d’intérêt qui est connue et négociée par contrat dès le début. Il n’y a que les imbéciles, les niais et les états pour s’endetter sous une montagne d’intérêts.

          sur le dos sans cette projection qui revient a dire qu’en fin du compte ce sont les capitalistes qui gagne= donc surendettement favorise un systeme capitaliste engrengeant toujours plus d’argent. Ouvrez vos oeilleires vous pensez que dans un sens, celui de l’endettee.

          Comment expliquez vous qu’il y a plus de 95% de la population française qui ne soit pas endettée ? Comment expliquez vous qu’il existe, de par le vaste monde, des états, des provinces, des villes, des gouvernements qui ne font pas dettes et qui ont même des budgets en excédent ? Comment expliquez-vous que lorsqu’un pays, une entreprise, un ménage est bien géré, sans dette, il s’en sorte toujours mieux que les autres, et que ce cas est, heureusement, d’une banalité courante ? Ouvrez vos oeillères : la dette n’est une fatalité que pour celui qui manque d’imagination ou qui adore se laisser glisser du côté facile du capitalisme.

          -capitalisme de connivence: vous blablatez

          Vous ne comprenez pas, ça se voit et vous êtes tout énervé. Ce n’est pas parce que ce concept, pourtant pas si subtil que ça à comprendre, semble totalement vous échapper qu’il n’est pas défini. Mais bon, puisque les mots vous font peur, employons plutôt « le socialisme de marché » si vous préférez. Je doute que ça vous emballe plus, vu la teneur de vos propos embrouillés.

          -Nazisme de sarko: sur la circulaire, le sieur qui m’a repondu sur la gratuitee des fac francaises meme pour les etrangers en ces temps de crise marque un point. Toutefois vous auteur du blog, ouvrez vos oeilleres a nouveau vous ne detenez pas de veritee absolu, la plupart des entrepreneurs sont contre cette mesure, desireux d’embaucher de jeunes etrangers diplomees pour le bien de la nation mais ne pouvant pas, a cause de cette mesure Gueant.

          Encore du galimatias confus. Quelle est, exactement, votre position vis-à-vis des étrangers diplômés ?

  7. Kaka

    Si seulement les gauchistes pouvaient tomber sur cet article…

    UMP, socialiste; PS, socialiste; Le Pen, socialiste…jcrois que jvais encore voter blanc cette année !

  8. yoook

    Ne pas oublier que c’est soral qui a rédigé en parti la nouvelle ligne politique du FN. Lui et marine sont biens copains et soral est un marxiste pur jus.

  9. kelevra

    le postulat de depart de MLP est une betise a savoir : la banque de france qui fait office de preteur a l etat. d ailleurs l allemagne ne veut pas que la BCE le fasse pour l europe et semble t il pour une excellente raison : l inflation. la creation de monnaie sans creation des richesses correspondante ne cree que de l inflation.
    tout est dit quand elle se sent proche d un montebourg economiquement de toute facon comme vous le dites le programme de l extreme gauche est absolument identique au sien.
    le FN est un epouvantail a moineaux que les biens pensants de tout bord ressortent en permanence.
    voter le pen au 1er tour, c est juste un vote pour delirer, ce qui aura pour consequence d ejecter soit flamby comme le coton tige en 2002, soit l excite et la il sera interessant de voir les scores du 2ieme tour et quelle rigolade de voir la droite de la gauche appele a voter flamby.
    enfin si on arrive a des elections.

    1. Calvin

      « enfin si on arrive a des élections »
      Bonne remarque.
      Se poser la question, en cas de défaut (imminent), ou même à plus court terme en cas de perte du AAA (dont la note va décroitre plus rapidement ensuite), du scénario imposé par Bruxelles à la France :
      « A la Grecque » : technocrate en fonction le temps des élections,
      « A l’Italienne » : technocrate jusqu’à ???
      La France semble plus proche de l’Italie, mais le Président de G-Pap !

  10. TicEtTac

    Dans un monde de bisounours je me qualifierais sûrement de socialiste, et pourtant cet article m’a bien fait rire.
    Le programme FN a beau être estampillé socialiste, idéologiquement ça coince déjà plus (vilains étrangers, vilain euro, c’est de la faute aux autres)

      1. TicEtTac

        Ca dépend ce qu’on entend par socialiste. Mais sinon, non, d’ailleurs je comprends difficilement pourquoi les opinions politiques devraient être aussi manichéennes, à vous écouter tout le monde doit rentrer dans une case bien définie (les socialo c’est ici, UMP là, etc…).
        Intellectuellement c’est loin d’être satisfaisant.

        1. Before

          Justement, c’est, je pense, ce qui distingue le libéralisme : ce courant de pensée traverse généralement le paysage politique. Le cas de la France est un peu particulier, à cause de l’importance des idées étatistes que l’on retrouve à des niveaux très élevés aussi bien à « gauche » qu’à « droite ».

          Vous trouverez en revanche des libéraux conservateurs, des libéraux de gauche, des libéraux anarchistes qui partageront un socle d’idée commun.

          Vous trouverez ici : http://www.contrepoints.org/2011/11/07/54348-cartographie-du-paysage-politique-francais un graphique plutôt explicite du paysage politique français. Et vous verrez que la « galaxie » libérale est loin d’être manichéenne.

    1. Before

      Effectivement, je pense ne trahir la pensée de personne ici en disant que socialiste s’entend essentiellement du point de vue économique.
      A l’inverse, si vous prenez la peine de parcourir les idées des multiples courants libéraux, vous y trouverez très certainement des propositions sociétales que ne renierait pas un « degôche » pure souche (légalisation des drogues, mariage homosexuel, …). Mais les libéraux ne font pas de différences entre la liberté économique et les autres libertés (de pensée, de croyance, d’expression, etc).

      Bref, en résumé, ce qui chatouille les libéraux, c’est l’état trop puissant, et le pouvoir envahissant des représentants légaux du peuple (on leur donne ça, ils prennent ça et ça et encore ça. Et puis beaucoup de ça).

      (commentaire rapide qui n’engage que moi, que les autres intervenants apportent des précisions s’ils le désirent, tapez-pas-trop-fort-merci)

      1. eheime

        Historiquement les liberaux , ce sont les socialistes.

        Historiquement ceux qui ont fait la revolution, qui ont milité pour les droits de l’homme, qui ont défendu la liberté d’expression, contre l’absolutisme, contre l’empire, ce sont ceux qui deviendront plus tard les socialistes

        pour une raison que ne m’explique pas , ils ont dérivé vers l’absolutisme de la bienpensence …

        1. Nicolas

          « Historiquement les liberaux , ce sont les socialistes. »

          Bein non.

          « Historiquement ceux qui ont fait la revolution, qui ont milité pour les droits de l’homme, qui ont défendu la liberté d’expression, contre l’absolutisme, contre l’empire, ce sont ceux qui deviendront plus tard les socialistes »

          Bein non. Le seul socialo sous la Révolution, c’est Gracus Baboeuf, guillotiné.
          Bon, il y a aussi celui qui parle à Charlemagne, c’est vrai..

        2. Nicolas

          Je ne vois pas ou vous voyez des socialo la dedans…

          D’autant que le socialisme est en réalité pour le retour de l’ancien régime qu’ils ont toujours regretté.

          Privilège==>Acquis sociaux
          Noble==>fonctionnaire
          Bourgeois==>Capitaliste
          Index==>Censure et politiquement correct
          Eglise==>Educ Nat

          Tout pareil..

        3. Franck

          Au XIXème siècle, certains libéraux comme Frédéric Bastiat siégeaient effectivement à gauche de l’assemblée mais ça n’en fait pas pour autant des socialistes.
          F. Bastiat décrit d’ailleurs bien les socialistes de son époque (Acquis sociaux
          Noble==>fonctionnaire
          Bourgeois==>Capitaliste
          Index==>Censure et politiquement correct
          Eglise==>Educ Nat»

          Décrit de manière un peu rapide, mais je pense la même chose. J’aurais dit: Eglise -> « Intellectuels » (EducNat, journaleux)

        4. Franck

          Zut! mon commentaire n’a pas été pris correctement… Je le refais:

          Au XIXème siècle, certains libéraux comme Frédéric Bastiat siégeaient effectivement à gauche de l’assemblée mais ça n’en fait pas pour autant des socialistes.
          F. Bastiat décrit d’ailleurs bien les socialistes de son époque comme des étatistes persuadés qu’une société laissée libre ne peut qu’aboutir au chaos et que seul des esprits sages et éclairés (eux bien-sûr) peuvent la guider vers la lumière.

          « Privilège==>Acquis sociaux
          Noble==>fonctionnaire
          Bourgeois==>Capitaliste
          Index==>Censure et politiquement correct
          Eglise==>Educ Nat »

          Décrit de manière un peu rapide, mais je pense la même chose. J’aurais dit: Eglise -> “Intellectuels” (EducNat, journaleux)

    2. Calvin

      Je vais, d’abord, me permettre un parallèle un peu osé, et proche du point Godwin.
      On a connu, en France, une évolution d’un ministre issu de la SFIO vers un nationalisme exacerbé : Pierre Laval, qui a fait de la collaboration un outil « utile » (à son avis) plutôt qu’idéologique.
      Je sais que bon nombre de sympathisants socialistes ne tomberont pas dans le vote FN (sauf éventuellement un second tour NS-MLP, si, si, je l’ai entendu de proches), mais je pense que, cette année 2012, le FN arrivera à ratisser à gauche, parmi les plus protestataires.
      Je rappelle que Méchancon a la même idéologie (vilains étrangers, vilain euro, c’est de la faute aux autres) mais a remplacé le terme « africains » par celui de « chinois » (voire polonais, apatrides, etc…)

    3. gnarf

      « Le programme FN a beau être estampillé socialiste, idéologiquement ça coince déjà plus (vilains étrangers, vilain euro, c’est de la faute aux autres) »

      A part le vilain euro, la rengaine vilains etrangers c’est de la faute aux autres est commune a la gauche et a la droite en France. Contrats pas remportes, jeux olympiques pas en France, deficits, delocalisations…toujours la faute des autres.

      S’il est politiquement correct de cracher sur l’etranger en question, alors l’homme de gauche revele la meme beaufitude que n’importe qui (mais refoulee).
      Par exemple, dites Tatcher a Renaud, dites Polak a Fabius. Parlez des Anglais ou des Americains a un banquet de gens de gauche tres propres sur eux. Italiens, Espagnols, Allemands… quand est-ce que vous avez entendu pour la derniere fois un Francais dire du bien d’un etranger sur lequel il est politiquement correct de se defouler?

      1. eheime

        Entierement d’accord.

        J’ai beaucoup d’amis de gauche (On choisi ses amis .. mais pas leurs idées politiques … :))

        Et c’est vrai qu’ils sont souvent choquant d’impartialité. Les africains/maghrebins sont toujours des pauvres victimes. A contrario les jaunes (les « chintocs ») cumulent tous les colibets et insultes.

        Et franchement , ça m’enerve

        1. Nicolas

           » Les africains/maghrebins sont toujours des pauvres victimes. A contrario les jaunes (les « chintocs ») cumulent tous les colibets et insultes. »

          Ce n’est pas partial : c’est qu’on sait bien à gauche que les noirs et les arabes sont de grands enfants proche du naturel, limite débiles profonds, donc sans dangers, tandis que les Asiatiques sont des gens qui empêchent le monde des 35 heures et du progrès social de tourner normalement et que ca commence à bien faire !..

  11. Pascale

    Il ne faut pas oublier que les nationalistes sont des ultra-antilibéraux et qu’ils sont persuadés d’un complot judéo-maçonnico-financier. Le programme de MLP correspond bien à leurs terreurs, dont fait partie le « capitalisme apatride » pour reprendre leur terme.

    MLP a de quoi les rassurer. Ce que n’aurait pas fait JMLP avec son programme réellement libéral.

    1. Calvin

      fais gaffe avec tes termes !!
      J’ai failli mal lire ton commentaire !!
      On reprend : seuls les mots « ultra » et « libéral » peuvent être associés dans le Bisounoursland.
      Un ultra-antilibéral, ça n’existe pas, c’est un chic type.

      1. Pascale

        J’ai repis le terme utilisé par un intervenant de Contrepoints dans lequel il avait écrit un article démontant le procédé des « ultra-antilibéraux » pour décrédibiliser le libéralisme. Article extrêmement intéressant que je vais tacher de retrouver et de mettre en lien.

        Je crois que ce terme était utilisé à des fins provocatrices, bien entendu.

        1. Calvin

          Ah ben, oui, si tu cites Contrepoints…
          C’est pas des chouettes types là-bas…

          Eux, ils appellent une « dette » une « dette » et non pas une « perspective de croissance ».
          Ils parlent de « droit naturel » et oublient le « droit au bonheur », le « droit au logement », le « droit à la francitude », le « droit à la gauche », le « droit au sexe », etc…

          (et je confirme, article très intéressant, il est vrai ^^)

  12. Pascale

    Ceci dit, je constate de plus en plus de mouvements de foule dans les pays occidentaux ou arabes. Ce phénomène s’amplifie et je crains que tout cela ne gagne petit à petit de nombreux pays (dont la France). La démocratie est déjà mise à mal (Italie et Grèce), ce n’est que le début.

    1. eheime

      La démocratie c’est pas seulement des libertés données.
      La démocratie (pouvoir du peuple) n’existe que si le peuple exerce ce pouvoir, c’est à dire s’il s’implique.

      S’impliquer veut dire :
      - passer du temps à comprendre
      - faire l’effort de comprendre l’avis des autres
      - exercer son droit de vote pour peser

      Or on est loin de tout ça dans les faits

      Il n’y a qu’en Suisse où les citoyens font cette démarche active

      POur les autres pays on ne peut pas parler de démocratie

  13. gnarf

    C’est bien du national socialisme. Donc ca reunit a la fois les beaufs et les bobos. C’est ce que les Francais souhaitent depuis des decennies sans oser se l’avouer.

    Avec une xenophobie delicatement enrobee dans un joli paquet bleu blanc rouge (pronee au nom des interets du pays), et un programme economique etatiste/socialiste…le FN correspond aux desirs de l’immense majorite des Francais.

    Ca va etre drole de voir comment les intellectuels, enseignants et journalistes vont empecher la fille Lepen de se faire elire. Apres avoir pendant des annees vante l’arrogance chauvine et le socialisme comme modeles…comment vont-ils nous expliquer que c’est pas bien maintenant.

    1. Paf

      euh pardon le national socialisme c’est tres bien quand c’est prone par Segogolene.Quand ca vient de Marine, c’est le mal absolu.
      Donc toutes les mesures socialistes de Marine vont etre honnnnnies par les gogoches, c’est sur.

      1. Alpino

        National socialisme, segolene ?! Mais c’est quoi ces raccourcis ! Autant quand on dit que MLP est xenophobe et nationaliste d’accord, mais Sego xenophobe ? Nationaliste ? Preference nationale et tutti quanti ? vous cherchez ca ou vous autres

        1. Là, c’était clairement de la déconnade. Faut pas tout prendre au premier degré. Mais Ségo est modérément xénophobe et s’en défend vigoureusement, comme tout socialiste qui se respecte.

      1. eheime

        Le parti nazi était socialiste (fortement) à la base (‘Zi’ pour socialismus), ceux que tous les socialistes ignorent d’ailleurs, ou ne veulent pas savoir.

        Ca fout les jetons, hein ?

        1. Nicolas

          De toute façon le système français actuel est déja Nazi : ca vient de Pétain, anti libéral, qui à pris ce qui se faisait de mieux à l’époque comme modèle, le nazisme..

        2. Théo31

          « Le parti nazi était socialiste (fortement) à la base »

          Anton Drexler, fondateur du NSDAP, était effectivement un socialiste pur sucre.

        3. Stéphane

          Ce que je veux dire, c’est que Marine part du nationalisme et augmente petit à petit la part socialiste dans le mélange, alors que Chevènement a fait l’inverse: il est parti du socialisme pour ajouter du nationalisme.

          Du coup, je pense que les deux programmes sont probablement très proches.

          Si quelqu’un peut se donner la peine d’enquêter à ma place :D

    1. Calvin

      Disons qu’en France, il y a surtout une seule machine à faire des politiciens : l’EN, et pour les plus rusés, l’ENA.
      Après, ils/elles peuvent monter leur chapelle, leur secte, ou leur grande religion œcuménique, c’est tous les mêmes, dès leur (dé)formation…

  14. blh

    @Nicolas qui a répondu:
    novembre 22nd, 2011, 22 h 11 min

     »
    De toute façon le système français actuel est déja Nazi : ca vient de Pétain, anti libéral, qui à pris ce qui se faisait de mieux à l’époque comme modèle, le nazisme.. »

    Vous en avez beaucoup de ce genre ?

    En ce qui concerne la sortie de l’Euro, les choses semblent de plus en plus évidentes en cas de non monétisation par la BCE des pays endettés, savoir, Grèce, Italie, Espagne, et France dans l’attente d’une refonte de son AAA, l’Allemagne est prête à sortir de cette impasse et à retrouver sa monnaie d’antan en cas de faillite des pays précités, d’après le Docteur Pippa Malmgren, ancienne conseiller économique du président américain. Or l’Allemagne ne veut pas entendre parler de la planche à billets, étant déjà passée par là dès 1920, avec toutes les conséquences que vous connaissez.
    D’autre part, la dette Française n’est pas détenue par le privé Français, comme au Japon, qui se moque des marchés, mais quasi en totalité par la Chine, Japon, Inde et Russie et quelques autres. Ce qui permet de comprendre la volonté de ces pays de renforcer l’Euro. Et je ne pense pas que la France est un tel pouvoir politique au sein de l’Europe pour annuler ses dettes. Ne lui reste que les imprimantes de la BCE et autres FMI.
    Quant à la vision de notre Franc, pourquoi pas, sachant déjà que l’Euro est sur-évalué de + de 20%. Suffirait de tout diviser par 5 ou 6, de recalculer notre stock d’or sur lequel serait indexé notre Franc, de sortir de l’Europe, nouveau machin où tout le monde s’empiffre et attend chaque mois la bonne paye, puis de repartir sur des bases saines, en gérant ses biens comme le font quantité de ménagères, mais SANS dette.

    1. Pour le Japon, ils vont devoir faire appel au marché bientôt tant leur démographie est défavorable. Et là, ce sera la fin de leur endettement pas cher (et une faillite au bout).

      Accessoirement, si vous faites une monnaie indexée sur l’or, il n’y aucune inflation/dévaluation possible. Et la dette restera due, quoi qu’il arrive (je vous souhaite bon courage si vous la répudiez).

  15. Franck Boizard

    Mon scénario est le suivant :

    1) le sans-couillisme socialisant gnangnan (sauf contre les mal-pensants, contre lesquels on fait preuve de fermeté) régnant sans partage, on finira par monétiser les dettes, puisque c’est la solution de facilité et que la solution de facilité est la seule chose que savent faire nos dirigeants depuis trente ans.

    2) après brève rémission, cataclysme inflationniste.

    3) saut dans l’inconnu : dictature barbue ? Dictature bottée ? Anarchie ? Guerre civile ? Décomposition ?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)