Le retour à l’étalon-or : pourquoi, et comment expliqué par Ron Paul

Pendant que les politiciens français font les guignols pour savoir qui sera le prochain président de la ruine jadis appelée France, les politiciens américains font globalement de même aux Etats-Unis. Cependant, un candidat, Ron Paul, dont j’ai déjà parlé ici-même, se détache nettement des habituels tocards qu’on nous présente. Et la récente interview qu’il a accordée à Judge Napolitano mérite qu’on s’y attarde.

Ron Paul a ceci de particulier d’avoir toujours tenu une position semblable depuis qu’il est entré en politique, et, sur le plan économique, n’a jamais hésité à dire haut et fort ce qu’il pensait des politiques américaines actuelles en général et du comportement de la Federal Reserve Bank en particulier.

C’est ainsi lui qui réclame depuis un moment un audit complet de l’or détenu en stock dans les réserves américaines, audit qui, pour le moment, lui a toujours été refusé, plus ou moins poliment. De la même façon, Ron Paul ne croit pas dans la monnaie papier, de plus en plus dévaluée.

En revanche, c’est un avocat clair et constant de l’étalon-or. En tant que prétendant à la Maison Blanche, il explique même, dans cette interview (dont la traduction suit) pourquoi et comment retourner à l’étalon-or.

Judge Napolitano:
Voici un homme qui, à lui seul, a éduqué la nation sur les dangers d’une monnaie sans valeur, sur les dangers d’une banque centrale disposant de sa propre imprimerie, et qui continue de croire que se battre pour les libertés économiques est aussi important que se battre pour les libertés civiles. Il s’agit évidemment du membre du Congrès pour le Texas, Ron Paul, et candidat républicain à la présidence. M. Paul, c’est un plaisir de vous recevoir dans « Freedom Watch », édition spéciale sur la monnaie.

Ron Paul:
Merci beaucoup.

Judge Napolitano:
Qu’arriverait-il si vous étiez élu si nous devions retourner à l’étalon-or ? Combien de temps cela prendrait et comment procéder ?

Ron Paul:
J’aimerais bien qu’on puisse le faire en une nuit, et que nous fassions d’autres choses comme annuler l’ordre exécutif de Nixon, mais cela, en soi, ne serait pas suffisant.

Nous savons quoi faire. Nous l’avons déjà fait une fois pendant la Guerre de Sécession. Nous sommes retournés d’un standard papier à l’étalon-or, et cet événement ne fut pas si problématique. De nos jours, le gros problème est que tant les conservateurs que les socialistes ont un gros appétit pour un état large pour différentes raisons. C’est pour cela qu’ils ont besoin de la Fed pour les dépanner et monétiser la dette.

Si vous ne vous débarrassez donc pas de cet appétit, cela va être plus difficile. Mais la transition n’est pas compliquée. Vous devez remettre de l’ordre dans la maison, équilibrer le budget, ne plus faire de dettes, et vous devez promettre de ne plus imprimer plus de monnaie. C’est ce qu’ils firent après la Guerre de Sécession, cela fut accepté et nous sommes revenus à l’étalon-or.

J’aimerais disposer d’une période de transition. Simplement, légaliser la monnaie basée sur l’or, et permettre à tous de l’utiliser pour commercer. Et nous pourrons nous en sortir.

Judge Napolitano:
Je suis d’accord avec vous, mais mais j’irais une étape plus loin et remarquer que si l’or et l’argent redeviennent des monnaies, cela chassera la monnaie-papier. Qui en voudra alors que vous pouvez avoir de l’or et de l’argent pour de bon ?

Ron Paul:
S’il y avait un taux d’échange fixe, on ne paierait bien sûr pas avec de l’or. On paierait avec du papier parce qu’il chasse la bonne monnaie hors de la circulation. Mais si vous voulez un compte courant et que vous voulez commercer avec de l’or, vous y déposez votre monnaie, vous pouvez acheter et vendre de l’or, économiser en or, cela en parallèle plutôt qu’avec un taux d’échange fixe entre les deux. Si vous fixez le taux de change, ça ne marchera pas.

Judge Napolitano:
C’est un pur délire ou est-il envisageable que vous et moi, dans un futur proche, nous puissions nous pointer devant un guichet, celui-là même fermé par Nixon en 1971, et recevoir l’équivalent fixé par le marché de notre monnaie en or ou en argent ? Ets-ce que ça peut arriver ?

Ron Paul:
Oui, ça pourrait, mais vous devrez alors être complètement retourné à l’étalon-or. Et ce n’est pas pour tout de suite. Ce que nous devons faire est de rendre légal l’utilisation de l’or et de l’argent, comme la Constitution le déclare, plutôt que punir les gens qui s’y essayent.

Mais oui, ça reviendra. Je suis assez convaincu que le système que nous avons ne sera pas maintenu et c’est tout l’enjeu des quatre dernières années, c’est le motif des agitations en Europe actuellement. La question est alors : allons-nous nous tourner vers une forme constitutionnelle de monnaie, ou allons nous faire un pas de plus vers une monnaie internationale ? Au lieu d’avoir un étalon-or international basé sur le marché, allons-nous vers un standard FMI ou ONU, qu’ils contrôleront par l’usage de la force, une autre monnaie fiat ? C’est ce que pas mal de gens s’emploient à mettre en place. Je considère ceci comme un choix très très dangereux.

Judge Napolitano:
La dernière fois que vous avez proposé que la Réserve Fédérale soit auditée, vous avez obtenu l’accord de plus de la moitié de la Chambre des Représentants, et la proposition a été largement adoptée. Même certains de vos opposants idéologiques les plus farouches étaient d’accord avec vous. Comment cela se passe, au Congrès, cette fois-ci ? Allons-nous avoir un vrai audit sérieux de la Réserve Fédérale ? … Parce que tout le monde (socialistes, conservateurs, démocrates, républicains, libertariens, progressistes) en a assez.

Ron Paul:
Je souhaiterais vous dire que nous nous en sortons mieux maintenant que nous (les Républicains) avons la majorité à la Chambre, mais malheureusement, nous n’avançons pas. Parfois, les choses sont faites de façon partisanes.

Auparavant, ces propositions d’auditer la Fed venaient du sous-comité pour la politique monétaire domestique, dont je suis le président, mais à présent cela est passé dans les mains du gouvernement. J’ai poussé ce type de législation à bout de bras, mais cela veut dire que peu ont le coeur à ça, et que nous avons besoin de plus de gens pour mettre la pression sur les membres du Congrès. C’est pour cela que nous sommes allés si loin la fois précédente, parce que nous avions mobilisé les gens du peuples et qu’ils disaient à leurs représentants au Congrès qu’ils avaient intérêt à supporter la proposition d’auditer la Fed. Mais à présent, il y a bien plus de pourparlers sur un « super-comité » et comment il va pouvoir bricoler le budget en prétendant le réduire. C’est ce qui ressort des médias…

Judge Napolitano:
Quand nous nous sommes rencontrés, c’était il y a bien longtemps, vous étiez probablement le seul membre du Congrès à demander un audit de la Fed. Mais est-ce que je vous entends déclarer, congressman Paul, qu’il pourrait y avoir plus de résistance de la part des Républicains, notamment des leaders à la Chambre des Représentants, que de n’importe qui d’autre dans cette proposition législative vitale destinée à révéler des secrets que tout le monde à le droit de connaître ?

Ron Paul:
Je n’ai pas de preuves concrètes. Je n’ai pas eu de déclarations, mais je sais que j’aurais pu avoir plus de juridictions que ce que j’ai maintenant. J’en ai eu dans le passé, et les comités en ont eu dans le passé, mais c’est parti dans une direction différente, cette fois. Je crois que lorsqu’il n’y a pas d’autres recours, les leaders tant des Républicains que des Démocrates ont trop à perdre pour aller s’amuser avec la Fed, à moins d’avoir un gain politique dans l’affaire.

Judge Napolitano:
Compris. Congressman Paul, c’était un plaisir, merci de nous avoir accordé votre temps.

—-

Comme on peut le constater, Ron Paul ne se fait ici aucune illusion et sait que les enjeux politiques sont suffisamment importants, surtout en cette période de crise majeure, pour qu’un audit précis de l’or détenu par la Réserve Fédérale ait une chance d’aboutir.

En revanche, ce qu’il dit sur la possibilité de revenir à l’étalon-or permet de se rappeler que non, la mise en place d’un tel étalon n’est pas chose impossible, même en venant d’un standard « papier » et la solution qu’il préconise, par l’introduction de la concurrence directe de monnaies-or avec la monnaie papier courante serait le moyen le plus simple, le plus rapide, et surtout le mieux accepté, pour revenir à l’étalon-or.

En outre, Ron Paul a fort bien désigné le risque qui pointe clairement : celui que cette crise serve, comme le réclament les petits excités d’un Super-Etat mondial à l’instar d’Attali, de catalyseur à la mise en place d’une gouvernance mondiale, dont la monnaie, unique, obligatoire et délicieusement inflationniste, serait le moyen rêvé pour spolier les travailleurs au profit des dirigeants de cette superstructure. Et lorsqu’on lit, ici ou là, les rêves humides de politiciens écono-bouffons à la petite semaine, visant à l’avènement d’une telle calamité, on comprend pourquoi le risque évoqué par Ron Paul est qualifié de très dangereux.

On ne s’étonnera pas, du reste, de trouver de telles inquiétudes dans la bouche d’un Américain, et de telles inepties dans la bouche d’un Français ; comme je le notais récemment, tout un peuple a sciemment décidé de laisser tomber le bon sens et les bases de l’économie. Il en paiera chèrement le prix.

Ce pays est foutu. Bon courage.

J'accepte les Bitcoins !

1JQUYL2ws6EDRLzkMGrax7ik3weGgeYGXV

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires81

  1. BucheronAuvergnat

    Bonjour,
    Un certain DSK aurait demandé un audit du stock de la FED, juste pour voir…
    Un certain Khadafi avait créé une monnaie avec un équivalent or…
    Un certain Hugo Chavez a demandé à rapatrier son or physique dans son pays…
    Le gouvernement chinois achète des lingots d’or aux States et s’aperçoit que c’est du tungstène plaqué or…

    Je ne prédis pas un bon avenir pour Ron Paul, mais bon, on ne sait jamais, sur un malentendu…

    1. Joe

      Vous avez un lien pour le tungstène plaqué or ?

      @ H16, il y a une partie en anglais qui est restée dans l’interview (et qui est pourtant traduite)

      1. Raoul

        Cette erreur là rendait la lecture difficile.

        « h16 y fait attention »

        Absolument aucun doute là-dessus, mais quand on publie un texte d’envergure par jour, le travail de relecture est franchement colossal. Si je signale une erreur, c’est simplement une manifestation de soutien à un travail remarquable.
        N’y voyez, je vous en prie, aucune attitude condescendante.

    1. (Note : lorsqu’un commentaire contient un lien, il est placé automatiquement en attente de validation pour éviter le spamming – ne pas s’acharner à poster N fois le commentaire ;) )

  2. Joblagadluch

    Je trouve cet article intéressant, comme toujours sur ce blog! Mais je pense que les conclusions sont un peu hâtives. Les américains sont historiquement hostiles à l’interventionnisme d’état pour des raisons historiques (ce n’est pas anodin que les plus libéraux se soient nommés Tea Party!). Au delà de cette position culturelle (tout comme en France, la politique sociale est culturelle), je ne suis pas sur que le peuple américain soit beaucoup plus calé en économie. Ce n’est surement pas un hasard si c’est aux USA que la « crise des subprimes » à fait le plus de dégâts parmi les petits épargnants. L’économie est de facto confisquée par une oligarchie mondiale qui détient les clefs des coffres et qui se sert allègrement d’un coté, tout en rendant la législation obscure et incompréhensible tout autant que très favorable pour eux d’un autre coté. Mais rassurons nous! Ces oligarques ont nos meilleurs intérêts à cœur! Ha! Ca va alors, on est rassurés! :)

    1. Plus calé en économie, peut-être pas, mais certainement plus prêts à se remettre en cause que les Français pour qui, forcément, c’est le méchant capital qui est la cause alpha et oméga de toutes les merdes qui leur arrivent, chaude-pisse comprise.

      1. Joblagadluch

        Plus près à se remettre en cause je ne suis pas sur non plus. Ils sont très attachés à leurs convictions. Plus près à faire face à l’adversité, à repartir de pas grand chose, surement, de par le fait même qu’ils sont « habitués » à beaucoup déménager au sein de leur territoire national.

        1. Glam

          c’est amusant comme c’est quasiment impossible de meme mentionner le mot ‘americain’ sans qu’un francais random arrive pour nous dire qu’ils sont plus tiedes ou moins elastiques.
          Qu’ils comprennent mieux l’economie c’est certain puisque les principes de base n’ont pas ete pervertis, la ou le francais lambda est incapable de poser meme les bases d’un raisonnement economique qui a du sens.
          L’americain stupide qui ne sait rien de rien et fait n’importe quoi est plus rare en vrai que dans la tele francaise…

        2. Joblagadluch

          Et c’est tout aussi amusant comme c’est quasiment impossible de mentionner le mot « américain » sans qu’un francais random arrive pour nous dire qu’ils sont plus intelligent ou moins stupides. Blague paraphrasique à part, les principes n’ont pas étés pervertis aux USA? Les subprimes sont certainement nés en Chine alors, on nous a menti tout ce temps! Madoff à opérer au Chili! Lehman-Brothers est une célèbre banque Suisse sur les bords du lac Lehman! Et quand à la télé francaise elle présente déjà bien assez de francais stupides! Alors je ne la regarde pas assez pour y voir des américains stupides. La stupidité, la connerie et la bétises sont parmi les rares « ressources » à être uniformément répartis au sein de la population mondiale : noirs, blancs, jaunes, gros, maigres, petits, grands, riches, pauvres, … elles ne font pas de jaloux.

          1. Qu’il y ait eu des banques pourries et des malversations monstrueuses aux US est une évidence. Mais on ne parle pas de ça ici.

            Je me suis contenté de noter que les Américains ont des notions d’économie plus solides et plus de bon sens en la matière que les Français. Et la manifestation concrète de ce que je dis est que le sens de l’entreprise aux US est bien plus développé, le capitalisme existe et n’est pas systématiquement honni, et les réflexions à la con « Moins de déficit gouvernemental = cagnotte », on n’y a pas droit. Libre à vous de croire autre chose, force est de constater que Google, Apple, Microsoft, Amazon, Yahoo, et tant d’autres sont des entreprises qui sont apparues chez eux et pas chez les Français.

      2. Joblagadluch

        @h16 : tout à fait! La liberté d’entreprendre est plus encouragée aux USA. Pour le meilleur comme pour le pire. Le meilleur, vous l’avez cité, ce sont les start-up qui ont réussi. Le « pire », ce sont les centaines de start-ups qui ont coulé. Mais c’est sur qu’en France, c’est la croix et la bannière pour créer une entreprise. Et que le droit des entreprises est très compliqué et que si l’on a pas un cabinet entier d’avocat pour relire la moindre note de service c’est bien difficile. Je répondais juste au propos de Glam qui sur-généralise à partir de pas grand chose. Les USA sont un idéal pour beaucoup des (ultra? – )libéraux Européens. Mais comme pour beaucoup d’idéaux, on n’en voit/connait que le vernis. C’est à l’image du gouvernement qui ne cesse de prendre l’Allemagne comme exemple économique alors qu’ils ne comprennent même pas comment l’Allemagne fonctionne (impôts, age de départ à la retraite, etc…)!

        1. Higgins

          N’empêche qu’aux US, Madoff est en prison alors qu’en France, c’est plutôt la LH et une promotion qui attendent celui qui aurait l’outrecuidance de créer un trou monstrueux dans une grande banque nationalisée (exemple pris au hasard).

      3. Théo31

        Le jour où une pute subventionnéde du JT invitera Pascal Salin ou Philippe Simonnot pour une causerie au coin du feu sur l’étalon-or comme le faisaient jadis Ronald Reagan et Milton Friedman pour les USA, cela voudra dire que le monde entier est devenu libéral.

  3. Toni

    h16 a écrit : « tout un peuple a sciemment décidé de laisser tomber le bon sens et les bases de l’économie. Il en paiera chèrement le prix. »
    Comment peut on tenir une conversation cohérente dans ces conditions ?
    Une idée: Ignorer complètement ce peuple mis à part deux ou trois individus ayant encore les pieds sur terre et s’occuper de nos affaires privés. Ce peuple là, il n’aura pas fini de fouiller dans les poubelles au marché.

    1. Yrreiht

      Là est la sagesse !

      Voilà le plus utile des commentaires. Après avoir bien réalisé que le peuple est stupide et incapable de réfléchir, occupons-nous de nous et de nos familles, point.

      Bien fait pour eux, mort aux cons et pas de pitié.

      1. Before

        Ok d’accord, mais malheureusement, on ne peut pas faire abstraction de la société dans laquelle on vit avec ses règles, ses lois, ses obligations. On ne peut pas vivre en autarcie (ou alors dans le grand nord canadien ou en Patagonie, et encore, Florent Pagny n’a pas échappé au fisc :D).
        J’ai pas le choix : je dois payer mes impôts, je dois cotiser à la sécu, « cotiser » pour ma retraite, etc…
        Il faut énormément d’énergie et de courage pour tenter de faire l’impasse là-dessus tout seul dans son coin.

    1. Nicolas D.

      Cette vidéo est très caricaturale et outrancière, à peu près autant que la fameuse vidéos sur la réserve fractionnaire et la dette qui circule en France.

      La vidéo ‘américaine’ et la vidéo ‘melanchonienne’ sont clairement très similaires sur le plan du fond. La vidéo ‘melanchonienne’ est clairement la plus crédible sur le plan de la forme, malheureusement.

      J’ai vraiment envie de renvoyer les deux vidéos dos à dos.
      Il ne faut pas confondre vulgarisation et simplification outrancière et propagandiste, qu’elle serve la ‘bonne’ ou la ‘mauvaise’ cause.

      Dans les deux cas, c’est tellement outrancièrement simplifié qu’on arrive à croire ni en l’un ni en l’autre. Il semble y avoir des trous partout dans le raisonnement et des raccourcis de pensée dans l’un et dans l’autre. Ça n’explique pas, ça donne juste l’impression de comprendre à ceux qui mettent leur sens critique au placard.

      Je suis consterné par la nullité pédagogique dont font preuve les tenants de l’économie.
      Soit simplification infantilisante et manipulatrice.
      Soit pédanterie, accumulation de jargon avec recours à de multiples synonymes, recours pathologique à l’abstraction, absence totale d’exemples concrets.

      La première approche a le mérite de rallier des partisans, mais aveuglé et manipulés.
      La seconde n’a aucune chance de rallier qui que ce soit.

  4. Pascale

    Au plan économique je ne comprends pas comment une monnaie basée sur l’étalon or pourrait prendre en compte la création de richesses ?

  5. NEV

    Excusez moi mais je ne comprends rien du tout.

    Il préconise que le taux de change entre la monnaie et l’or ne sois pas fixe… C’est déjà le cas.

    Ok, il veut faire quoi exactement le monsieur?

    1. Il dit qu’il veut simplement qu’on laisse les gens libres d’émettre de la monnaie comme ils l’entendent, y compris celles basées sur les métaux précieux (ce qui est puni actuellement). Il dit qu’il ne faut pas que l’état fixe la parité, mais que c’est au marché de le faire. Un retour à l’étalon-or par parité fixe ne résout pas le problème du monopole de la monnaie (mais calme l’inflation étatique).

        1. Hmh actuellement, disons que c’est compliqué (pour des petits montants, ça devrait le faire). Mais même sous seing-privé, si la transaction est importante en montant, tu peux te faire salement taxer. Et si le fisc juge que tu émets de la monnaie, là, c’est case prison direct (fais une recherche sur Liberty Dollar).

        2. NEV

          C’est fabuleux de voir à quel point on est forçés d’aimer la monnaie légale… Alors que si elle est(ait) vraiment solide elle s’impose(rait) d’elle même…

    2. Nicolas D.

      « S’il y avait un taux d’échange fixe, on ne paierait bien sûr pas avec de l’or. On paierait avec du papier parce qu’il chasse la bonne monnaie hors de la circulation. Mais si vous voulez un compte courant et que vous voulez commercer avec de l’or, vous y déposez votre monnaie, vous pouvez acheter et vendre de l’or, économiser en or, cela en parallèle plutôt qu’avec un taux d’échange fixe entre les deux. Si vous fixez le taux de change, ça ne marchera pas. »

      Je ne sais pas si c’est la traduction (à mon avis assez pourrie), mais je n’ai pas réussit à comprendre s’il préconisait un taux de change fixe ou variable.
      C’est vraiment très mal écrit et confus. En anglais, c’est pareil, j’ai vérifié.

  6. Karizoc

    Cela fait longtemps que j’y réfléchis, et je me demande bien pourquoi vouloir revenir à un étalon-or, ou un étalon quelconque d’ailleurs. Même en remontant jusqu’à Mises, je ne trouve pas vraiment ce besoin d’avoir un étalon, juste d’une quantité de monnaie constante.

    De plus, idéalement, plusieurs monnaies devraient être en concurrence les unes avec les autres. Et c’est ce qui se passe, sur le plan mondial, ou les monnaies principales sont en concurrence.

    Le problème est plus lié à l’intervention du politique (encore une fois) dans la monnaie. Imaginons une FED indépendante du pouvoir politique. Vraiment. Imaginons qu’elle n’ait pas un objectif de croissance, juste un objectif de non inflation : son rôle est de gérer la monnaie, pas la croissance d’un pays. Quelle serait la différence entre cette monnaie et un étalon ? Je n’en vois aucune : rien n’empêcherait d’émettre plus de papier, étalon ou pas.

    Le problème AMHA est à nouveau l’immiscion du politique dans ce qui ne le concerne pas, corrélée à un objectif inutile (la croissance) pour le garant de la valeur de la monnaie.

    1. Tremendo

      La BCE et la FED ne sont pas réellement indépendantes ,car en situation de monopole, donc largement régulée, leurs dirigeants nommés par des politicards.
      Etre indépendant des gouvernants et en monopole n’a aucun sens, le crier sur tous les toits n’y change pas grand chose.

      Ouvrir les monnaies étatiques à la concurrence de monnaies privées ou d’autres pays augmentera mécaniquement le degré d’indépendance des banques centrales, qui seront forcées de stabiliser leur monnaie et donc de les arrimer sur l’or. Si on veut achever le processus d’indépendance il faut aussi déréguler ces banques.

      1. Tremendo

        Il faut aussi que ces banques centrales soient privées, c’est tout de même un gage supplémentaire d’indépendance, c’est le cas de la FED mais ce n’est pas le cas de la BCE ni de la banque de France.

    1. Moui, Gave est bien monétariste, et passe un peu vite sur l’argument suivant :

      « Certes l’or est utile pour se protéger contre les spoliations étatiques (impôt, nationalisation, hyperinflation), mais c’est simplement parce que les autres sont prêts à l’accepter comme paiements. Il s’agit la d’une constatation, mais en rien d’une explication »

      A la limite, en cas de crise, on se fiche un peu que les gens n’aient pas d’explication mais que la constatation fonctionne. On constate très bien certains phénomènes physiques sans en avoir d’explication complète, ce qui permet tout de même de fabriquer des choses et de nous en sortir pas trop mal. Quant à réduire la crise des années 30 à une crise de liquidité monétaire, c’est un peu court à mon avis.

      En revanche, ses solutions :

      Independance des banques centrales, interdiction de manipuler les changes, concurrence des monnaies entre elles, absence de controle des changes,

      Oui, je suis tout à fait d’accord. Et dans cette « concurrence des monnaies », on verra si celles qui sont à base d’un étalon métallique s’en sortent aussi bien ou aussi mal que ça.

  7. gnarf

    C’est assez interessant l’etalon or. Effectivement la masse monetaire ne peut pas augmenter plus vite que le stock d’or. Donc inflation mecaniquement limitee.

    Mais un truc me turlupine. Pour optimiser la croissance, il faut une masse monetaire appropriee a l’economie…ni trop ni trop peu. Si l’economie croit rapidement, le volume de monnaie en circulation doit augmenter rapidement…sans quoi l’economie est bridee.

    Comment ca marche avec l’etalon or qui augmente au bon vouloir des exploitations minieres auriferes?

  8. Tremendo

    POurquoi seulement la monnaie-or et pas d’autres matières?…Chaque monnnaie s’étalonnerait sur ce qu’elle veut. Bien évidemment l’or est bien plus stable et plus recommandée, mais bon, autant ouvrir la concurrence du monnaie-papier étatique à tout.

    1. Oui, évidemment.

      Simplement, comme l’or a prouvé qu’il marchait, autant proposer ça comme base de départ. Ensuite, la concurrence fait le reste.

    2. TN

      c’est surtout que l’or est le seul metal presque inalterable. Et surtout, il ne reagit pas avec l’oxigene, il ne rouille pas. D’ou, valeur stable.

    3. gidmoz

      @Tremendo
      Un « panier de bien de consommation », ou un « panier de commodities » est un choix infiniment meilleur qu’un étalon-or. La demande quasi-monétaire de l’or le rend trop volatil. Depuis 40 ans, les commodities, excepté l’or, suivent assez bien l’indice des prix. C’est logique. Les commodities sont produites avec du travail et des investissements dans tous les secteurs d’activités économiques.

    1. wpe

      « Mais pourquoi n´y a-t-il pas un Ron Paul en France!!! »

      Bah faut pas être défaitiste, en France on a MLP qui propose d’abroger la loi de 1973 pour autoriser l’Etat a emprunter sans intérêts à la banque de France, ce qui permettra par la même occasion de dévaluer la monnaie pour booster nos exportations. Et comme l’état Français est connu pour sa gestion exemplaire des finances publiques (qui a rit ?), il va faire super gaffe à ne pas en abuser hein, n’en doutons pas un seul instant. Le tout évidemment sans aucune conséquence néfastes pour l’économie, le Fraônc étant une monnaie que le monde entier nous enviera.

  9. YP

    Parce qu’en france, un politicien avec les idées de Ron Paul fait 0,01% des voix ; il est au mieux ignoré, et au pire serait diabolisé par les médias s’il rencontrait quelque audience.

    Les français ont fait la révolution, mais ils ne tiennent pas à la liberté qui leur fait peur.

    C’est le « quiconque echange une once de liberté contre une once de sécurité ne mérite ni l’une, ni lautre » à l’échelle d’un pays tout entier.

    La différence fondamentale entre les français et les américains, est que les seconds tiennent davantage à leur libertés.

    1. Higgins

      « Les Français veulent l’égalité, et quand ils ne la trouvent pas dans la liberté, ils la souhaitent dans l’esclavage. »
      Alexis de Tocqueville

  10. Stéphane

    « je ne trouve pas vraiment ce besoin d’avoir un étalon, juste d’une quantité de monnaie constante. »

    Tout est dit. L’or est historiquement le meilleur moyen qu’a trouvé l’humanité pour avoir une masse de monnaie quasiment constante – hors des tentatives de manipulation des puissants de toutes les époques (religieux, politiques, administratifs)

    Remarquez, les alchimistes essayent encore.

    1. Théo31

      On notera que l’Empire romain a commencé à s’effondrer quand le princeps a décidé de manipuler la composition des pièces de monnaies mises en circulation.

      On notera également que 1700 ans après, c’est un Allemand ou une Allemande qui s’installera à Rome après la chute finale.

  11. BA

    La force de frappe du Fonds de secours, le FESF, est insuffisante. Il n’atteindra « probablement pas » le montant de 1000 milliards d’euros, initialement prévu fin octobre, a reconnu Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, à l’issue d’une réunion à Bruxelles.

    La zone euro a décidé mardi soir d’ « examiner rapidement une augmentation des ressources du FMI au travers de prêts bilatéraux » des pays de l’Union monétaire, a déclaré M. Juncker.

    http://www.romandie.com/news/n/La_zone_euro_se_tourne_vers_le_FMI_pour_sortir_de_la_crise301120110911.asp

    Voici l’explication des « prêts bilatéraux au FMI » (idée géniale !) :

    1- Les Etats de la zone euro sont surendettés.

    2- Le FESF sera insuffisant pour sauver les Etats européens surendettés.

    3- Le FMI sera insuffisant pour sauver les Etats européens surendettés : la capacité de prêt du FMI est seulement de 300 milliards d’euros.

    « La capacité de prêt totale du FMI est actuellement de l’ordre de 400 milliards de dollars, soit environ 300 milliards d’euros. »

    http://www.tdg.ch/actu/economie/fmi-preparerait-pret-600-milliards-euros-italie-2011-11-28

    4- Donc les Etats européens surendettés vont emprunter encore plus d’argent sur les marchés : les Etats européens surendettés vont se surendetter encore plus.

    5- Ensuite, les Etats européens surendettés vont prêter cet argent au FMI, et ensuite le FMI va pouvoir prêter cet argent aux Etats européens surendettés.

    6- Nos dirigeants sont des génies.

  12. jerome

    Ron Paul n’ aurait aucun succès en France, serait diabolisé :
    vrai.
    Cependant je suis surpris de l’ écho favorable que je détecte
    chez les trentenaires actifs, souvent les mêmes qui ne comprennent pas l’ utilité de notre chère Sécu, escroquerie nationale ( on me force à m’ assurer auprès d’une compagnie qui refuse de me rembourser ).
    Une lueur d’ espoir ?

    1. Glam

      peut-etre que les jeunes neufs et les jeunes uses (les trentenaires) finissent par demander un discours culturel qui ne soit pas base sur des inhibitions (cf la culture victimisante de l’univers socialiste) mais sur des principes simples et de bon sens (les vilains principes conservateurs ou reac); va savoir.

      1. GM

        Et surtout, les trentenaires doivent sentir qu’ils font de bien beaux dindons de la farce socialiste, que c’est pas un système de redistribution grabataire qui va leur faire approcher le niveau de vie et la retraite de leurs parents, et les moins perchés d’entre eux se retrouvent par conséquent bien obligés de se demander dans quelles conditions ça se crée, la richesse.

  13. juni palacio

    Ron Paul est d’un ennui mortel. Le type même du politicard monomaniaque. Il est libertarien uniquement parce que ça ne demande pas trop d’effort de reflexion. Je préfère Newt Gingrich plus joyeux et qui parle français en plus.

  14. rocardo

    Il y a eu un Ron Paul français:Jacques Rueff.Mais bon,ce n’était pas un politique,mais un économiste conseiller du Prince(De Gaulle).
    Entendre les délires des gaullo-souverainistes fait saigner les oreilles,si l’on a un peu de mémoire ou de connaissances.

  15. Sirius

    Il vaudrai donc mieux que je garde la pièce de 20 francs-or (1908) que j’ai trouvé par hasard dans mon portefeuille au lieu d’aller la refiler à ma tante (crédit municipal de Paris) ?

  16. YP

    Pour le fun : Obama vs Ron Paul
    http://www.presstv.com/usdetail/213932.html

    Russia’s Federal Security Service (FSB) reported on Dec. 1 that the “secret letter” sent to Prime Minister Putin by Japanese Prime Minister Yoshihiko Noda contains a warning that United States President Barack Obama has issued an executive-level “kill order” against U.S. Congressman Ron Paul over fears this charismatic politician, who many believe could capture the Republican Presidential 2012 nomination, is about to expose to all Americans what can only be described as the largest mass theft in human history.

    Invérifiable, bien sûr…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)