L’ahurissante accumulation d’actes manqués de Sarkozy

Sarkozy a eu cinq ans pour montrer de quel bois il se chauffait. Le Français attendaient de lui qu’il libère la croissance, quitte à aller la chercher avec les dents. Mais pendant ces cinq ans, le président n’a réussi, au delà d’un show perpétuel le mettant pompeusement en scène, qu’à ajouter une couche de lourdeur et de ponctions à un pays déjà exsangue…

Et dans ces cinq années, Sarkozy s’est un peu lâché en matière de taxes. On trouve ainsi les taxes, hausses de taxes et suppression de niches suivantes :

  • Taxe sur les hauts revenus
  • Taxe sur les loyers élevés des micro-logements
  • Taxe sur les sodas et boissons sucrées
  • Taxe sur les nuitées d’hôtel supérieures à 200 euros
  • Taxe sur la provision pour hausse des prix du secteur pétrolier
  • Taxe sur les activités privées de sécurité
  • Taxe de risque systémique pour les banques
  • Taxe de droit de timbre pour l’introduction d’une instance
  • Taxe sur les opérateurs ferroviaires privés
  • Taxe sur la capitalisation boursière
  • Taxe sur les sociétés d’assurances
  • Surtaxe sur les entreprises dites « de réseau »
  • Taxe spéciale d’équipement au profit de la société du grand Paris.
  • Taxe sur les exploitants de centrales nucléaires.
  • Taxe sur les bonus des traders
  • Taxe sur les complémentaires santé pour frais générés par la grippe A
  • Taxe sur le produit des appels à des numéros surtaxés
  • Taxe d’interjection d’appel principal
  • Droit de timbre perçu en cas de renouvellement anticipé de la CNI
  • Taxe sur le certificat d’immatriculation d’un véhicule neuf ou d’occasion
  • Taxe écologique sur les poids lourds
  • “Forfait social” pour les employeurs
  • Taxe minière sur la production d’or en Guyane.
  • Taxe sur les véhicules polluants
  • Taxe fixe sur chaque rapport de certification des comptes
  • Taxe sur les distributeurs de pharmacie
  • Taxe sur les stock-options et les attributions gratuites d’actions
  • Taxe sur les indemnités de mise à la retraite d’office
  • Taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d’immatriculation des véhicules
  • Hausse du forfait social sur l’intéressement et la participation
  • Hausse de la taxe sur les conventions d’assurance
  • Hausse de la taxe sur le tabac et l’alcool
  • Hausse du barème de la taxe sur les véhicules de société.
  • Hausse de l’assiette de la CSS
  • Hausse du taux de la contribution sur le gain de la levée des stock-options
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux
  • Hausse du taux de forfait social sur l’épargne salariale
  • Hausse de la taxe sur le tabac.
  • Hausse du forfait journalier hospitalier et du « forfait social »
  • Hausse des prélèvements sociaux sur les « retraites chapeaux »
  • Hausse de la fiscalité sur les plus-values mobilières
  • Hausse de la taxe sur le CA de la branche santé des assurances complémentaires
  • Hausse de la taxe sur les retraites chapeaux.
  • Fin de la défiscalisation totale des heures supplémentaires
  • Suppression de l’abattement sur la participation et l’intéressement
  • Réduction de cotisations patronales « Fillon » sur les bas salaires
  • Plafonnement de la réduction d’assiette au titre des frais professionnels
  • Fin de l’exonération de prélèvements sociaux sur certains contrats d’assurance-vie
  • Fin des exonérations fiscales des sportifs professionnels
  • Suppression de l’exonération de la taxe sur les accidents du travail et maladies professionnelles.

D’un président qui entendait diminuer la pression fiscale, on attendait mieux.

D’ailleurs, le tableau brossé par certains sur des médias un minimum lucides aboutit à la même conclusion.

Les sbires et autres thuriféraires de l’UMP auront beau jeu de souligner que la crise est passée par là, et qu’il fallait bien trouver des ressources pour gouverner un pays en pleine tempête. Seulement voilà, si l’on examine d’autres actions de Sarkozy, parmi ses plus marquantes, on ne peut que constater une calamiteuse série d’erreurs tactiques ou stratégiques.

Comme Chirac avant lui, et comme Hollande après (s’il est élu par le plus furieux des hasards), le président français a en réalité toujours recherché le pouvoir pour le pouvoir, et, tel une poule devant un couteau, n’a jamais quoi su faire avec une fois obtenu.

Se sont donc succédé des tentatives brouillonnes, désordonnées et contre-productives pour donner un sens à son action, qui est rapidement passé pour de l’agitation. Mais comme on va le voir avec la liste suivante, on se demande vraiment si Sarkozy n’a pas été, finalement, son pire ennemi.

Du reste, Hollande est peut-être son plus fidèle allié...

Prenons par exemple la suppression de la publicité sur France Télévision. Cette mesure, demandée par personne, n’a permis d’améliorer son image auprès des journalistes et de l’intelligentsia culturelle que façon microscopique, mais a, ce faisant, renforcé mécaniquement l’attrait des Français pour des chaînes qui, intrinsèquement, le détestent.

Stratégiquement, il aurait pu privatiser les télés publiques en considérant que la TNT assure un pluralisme télévisuel, tout en supprimant une partie notable (50%) de la redevance afin de rendre la mesure populaire. Non seulement, la redevance a augmenté, mais toute l’opération lui coûte en audience et en médiatisation.

Et des gaffes politiques comme celle-là, on en trouve des charrettes entières.

Ainsi, la remise en cause de la loi SRU, formidable machine à acheter les électeurs avec des logements sociaux, lui aurait permis d’amoindrir le pouvoir des distributeurs automatiques d’argent gratuit dans les communes les plus socialistes, en jouant sur la fibre de la France qui se lève tôt pour payer des taxes…

De même, les subventions et les renflouements nombreux à la presse écrite, sous prétexte de se faire passer pour un démocrate (aux frais du contribuable), n’ont fait que contribuer à la survie de la très influente corporation qui utilise cet argent pour militer contre lui. Là encore, en voulant ménager les journalistes, il n’a gagné aucun ami, et s’est fait des ennemis plus puissants.

L’ensemble de sa stratégie écologique a aussi été un parfait exemple de débilité politique grandiose : il ne doit pas faire plus d’un symbolique % chez les électeurs pour qui l’écologie est très importante, mais a enquillé Grenelles sur Grenelles parfaitement contre-productives (tant écologiquement que politiquement) au lieu d’assouplir les normes environnementales sur le logement, permettant aux propriétaires immobiliers de baisser leurs charges, ce qui, pour le coup, lui aurait été bénéficiaire tant au niveau de ces derniers que des locataires.

HADOPI est un autre exemple catastrophique de gestion calamiteuse du pouvoir qui lui avait été confié : cherchant, toujours aussi stupidement, l’assentiment du monde de la Culture, pourtant majoritairement à gauche, il s’est lancé dans un bricolage dont tout montre qu’il fut, là encore, contre-productif pour la culture, l’internet, le piratage et sa stratégie politique. Sauver quelques industries fossiles ne lui aura rien rapporté, mais aura permis à toute une génération de jeunes, peu politisés, de le prendre en grippe.

Ces manœuvres idiotes, qui consistent à favoriser un électorat qui lui est très majoritairement défavorable, au détriment de son propre électorat, se sont poursuivies pendant tout son mandat avec, à chaque fois, la même improvisation et le même manque d’entregent consternant.

Dernier exemple en date, avec sa proposition d’augmenter le salaire des professeurs de 25% : alors que la crise et le chômage guettent son cœur de cible électoral (les classes moyennes salariées, non protégées), il propose donc d’aider une catégorie de fonctionnaires et votant contre lui à 80% au second tour.

Mais où va-t-il chercher des idées aussi pourries ?

Si l’on ajoute le maintien et l’accroissement des lois criminalisant les propos racistes et autres négations de génocides, au lieu de renforcer la primauté de la liberté d’expression, on comprend que Sarkozy a, très régulièrement, fait preuve d’un total manque de discernement dans l’usage du pouvoir.

Il a constamment choisi de favoriser un électorat qui lui est farouchement opposé, et de le faire au détriment de l’électorat qui lui est plutôt ou franchement favorable. On comprend dès lors pourquoi un second mandat semble pour lui aussi incertain, et pourquoi, s’il est malgré tout élu, nous aurons droit à une cohabitation.

Mais quoi qu’il arrive, ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires78

  1. Sancelrien

    C’est une coutume en France : dès qu’il est élu, le Président de la République et son gouvernement, habituellement de droite, s’acharnent en vain à prendre des voix à la gauche, tout en ne réussissant qu’à mécontenter ceux qui les ont élus.
    Ce que vous dites est vrai, mais Sarkozy n’a pas le monopole de cette sorte de stupidité : regardez Chirac, pour ne citer que lui.

    1. Flo

      D’accord avec vous. J. Chirac a fait pareil et a dû cohabiter 5 ans et Mr Sarkozy de même depuis le tout début de son mandat.
      D’accord avec H16 aussi: il devra cohabiter si par extraordinaire il était élu.
      Beaucoup de gens qui ont voté pour lui, ou contre Royal en 2007, ne voteront certes pas socialiste ou coco, mais selon leur sensibilité : un peu modem, un peu FN et beaucoup beaucoup beaucoup blanc ou pas du tout.
      Cpef probablement, mais le président est grillé assurément.

      1. eheime

        L’issue du 1er tour me parait plus qu’uncertain sauf en ce qui concerne Hollande qui fera au moins 20 %.
        Ensuite difficile de donner le gagnant dans le tiercé Sarkozy, MLP (si elle est candidate ..), Bayrou.
        Les voix restantes iront à l’extreme gauche et marginaux.

        Je serais Sarko je ferais tout mon possible pour bloquer la candidature FN. Ensuite le discours de Guéant, et les positions anti immigration de derniere minute de Sarko feront le reste. Dans la masse il y aura bien 20% des electeurs FN qui se reporteront sur Sarko, ce qui lui assurera le 2nd tour.
        Ensuite … j’en sais rien. Entre un Hollande, tellement au fait des choses qu’il semble débarquer de la planete Pluton et un Sarko qu’une part non negligeable de son propre electorat ne peut plus sentir, qui va gagner ? Difficile à dire. A mon avis Hollande car personne ne lui tient rigueur de son programme.

        1. Vu les contre-performances de Sarkozy, je ne serais pas étonné d’avoir un second tour Bayrou Hollande. Ce qui veut dire qu’on aura Bayrou comme président, et une cohabitation molle avec une remise à plat complète de la droite (les traitres de l’UMP et du PS se réfugiant au centre lorsqu’il faudra voter pour les législatives). Un régal.

        2. eheime

          @h16

          J’y avais pas pensé, mais ça confirme : on risque d’être surpris. Les français semblent plus indécis et incrédules que jamais.

  2. infraniouzes

    Mais mon cher H16 vous n’y êtes pas. Sarkozy ne cesse de dire qu’il s’est trompé, qu’il regrette et qu’il fera mieux la prochaine fois. Le premier quinquennat n’ a donc été qu’un tour de chauffe. Le VRAI démarre début juin. Il faut lui laisser sa chance une seconde fois. Ça sera beaucoup mieux dans les 5 ans qui viennent. On va voir ce qu’on va voir. . . .
    Ayons quand même une pensée émue pour les centaines, les milliers de salariés et de cadres à qui on fera comprendre au bout de 3 mois ou 6 mois que leur compétence n’est pas reconnue et qu’ils feraient mieux d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus grasse ou plus verte.
    Tout le monde n’a pas la chance d’être président d’un pays foutu…

  3. Bastiat 2012

    Analyse impeccable.

    Après Chirac, Sarkozy était la dernière chance pour le centre droit de se maintenir sans un grand ménage. Sarkozy a fait du Chirac, il est temps de remettre les pendules à l’heure.

    En votant pour Sarkozy, beaucoup de libéraux craignaient une trop grande influence des conservateurs politiques au détriment de libéralisme. Finalement les deux ont été cocus au profit du socialisme bisounours. Pourquoi faire ?

    Le fait est qu’il y a une attente réelle et constante dans d’une fraction de l’opinion depuis au moins les grèves de 95 pour un virage libéral affirmé. Et que personne ne veut parler réellement à cette fraction de l’opinion sans se cacher derrière son petit doigt. Cela va changer dans les prochaines années.

    En attendant, les libéraux sont invités à soutenir la candidature du seul candidat libéral de cet élection : Frédéric Bastiat. Les tractages et les collages vont bientôt commencer. bastiat2012.fr

    1. BobbyBob

      Sauf que Mr Chirac, il restait populaire malgré ses conneries. Mr Chirac, il était « apprécié » des français, ou tout le moins respecté par les élus et électeurs des autres courants politiques. Sarkozy, lui, il s’est mit tout le monde à dos. Différence de taille à une époque où l’election présidentielle est plus un concours de popularité/beauté/people qu’un concours d’idées politiques.

      1. Before

        Non, Chirac est devenu populaire dès qu’il a quitté le pouvoir.
        Rappelez-vous les simagrées des gens « à la sensibilité de gauche » qui appelaient à voter pour lui pour contrer Le Pen, mais en portant des gants ou une pince à linge sur le nez.
        Chirac a aussi été traité de facho en son temps.
        Et Sarkozy a été détesté dès le début de sa carrière par ces mêmes gens à cause de son discours autoritaire.
        Les français sont versatiles et s’attachent effectivement à une image. Le Président élu est bien obligé de sortir du cadre de son image de candidat, donc il est aussitôt détesté.
        Ce sera pareil avec Hollande, quoiqu’avec moins de virulence et d’excès.

    2. eheime

      @ bastiat

      Si Madelin a jeté l’éponge, ce n’est pas un hasard à mon avis. Il a probablement jugé que propulser les idées du libéralisme à un niveau majeur est un défi trop important en France pour mériter d’y consacrer toute une carriere. Que c’était en quelque sorte « peine perdue ».

  4. Marco33

    Ce manque de lucidité a commencé dès le début de son mandat : la suppression des régimes spéciaux de retraite de la SNCF par exemple.
    Si j’étais favorable à cela, ce n’était pas dans un but de « punir » ces bénéficiaires, mais d’être juste et équitable avec les autres régimes (pour faire court).
    Au lieu de cela, et alors que cette abrogation était très largement partagée et que de surcroît, il était encore dans la phase de grâce post-électorale, il a monté un système qui se révèle PLUS COÛTEUX que l’ancien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Tout est ainsi à l’avenant.

    Hollande sera élu par défaut, car le mirage d’un président réformateur et libéral étant dissipé depuis longtemps, je ne crois pas me tromper de beaucoup en écrivant que nous serons nombreux à ne pas réitérer l’erreur d’avoir glissé son nom dans l’urne.

    Je croyais que notre pays s’effondrerait. Je pense qu’il va agoniser pendant de très longues années.
    L’orgueil des élites qui tiennent le pouvoir est tel que la décomposition, le déclassement et l’appauvrissement seront nos perspectives pour ses prochaines décennies.

    Moi, par raison familiale, je devrais subir cela pendant au moins dix-quinze ans.
    Après, je me barre.

  5. Joe

    Il manque l’une des taxes les plus importantes : l’augmentation de la CSG/CRDS. Et je n’ai pas vu la « contribution RSA » mais peut être porte elle un autre nom…

    1. Joe

      Et pour la suite, que je viens de finir, n’oublions pas qu’il a commencé par la cohabitation choisie : l’ouverture, ou comment favoriser les mecs du camp d’en face au détriment de son propre camp. (soit disant pour l’affaiblir…)

      1. BobbyBob

        Des mecs du camps d’en face? Besson et Kouchner? Ces deux là sont toujours du camp qui gagne. Non, ça c’était plutôt bien pensé, mais il a misé sur deux chevaux boiteux… Besson est passé rapidement pour un facho, et Kouchner il n’a jamais eu son mot à dire.

  6. Nord

    Finalement, la vie d’expat a du bon …

    A y regarder de plus près, ce triste sire a bel et bien augmenté les prélèvements qui touchent les plus de gens, ce qui vérifie l’adage « prendre aux pauvres, il sont plus nombreux ». Il est clair que ce faisant il s’aliène pas mal de citoyens, mais pas forcément d’électeurs car je ne sais pas si la France est « de droite » comme l’aiment à répéter quelques cuistres (j’ai fait un tour chez Seb Musset hier soir – quoi? on peut rigoler, non?) mais il y a quand même une base électorale relativement stable qui, tout en admettant l’incompétence du nabot, ne voteront pas à gauche quoi qu’il arrive. Sauf peut-être à envisager un vote-Méluche au premier tour, comme on voterait FN par raz-le-bol, ou encore pour sanctionner, et dans tous les cas par bêtise.

    Dire que Bastiat était Français …

  7. Brice

    Surtout, quand on croît à quelque chose, et qu’on a l’occasion de mettre ses idées en pratique, on le fait sans se préoccuper de sa réélection. Ce Sarkozy ne croît en rien si ce n’est en lui-même, voilà le problème.

    Au moins, De Gaulle et Mitterrand croyaient en quelque chose. Même si on n’était pas d’accord avec leurs idées, on ne pouvait leur nier un certain sens du service au pays.

    1. Deres

      Mitterand, c’est le début de la gestion du pays à la petite semaine avec changement de cap en permanence suivant le vent et les courtisans. Il était connu pour changer d’avis du tout au tout suite au passage de « visiteurs du soir » qui défaisaient au coin du feu les décisions prises en réunion dans l’après-midi …

    2. Calvin

      Je suis d’accord avec Deres…
      Mitterrand est le premier des grands dirigeants français à œuvrer pour sa pomme, et non pas pour le peuple.

      De Gaulle, avec son concept un peu vieillot de Grande France, était par contre au service de la nation, pas de lui-même.
      Son tort a été de vous vouloir concilier tout le monde, des communistes aux fascistes en passant par les socialistes et le centristes.

  8. gnarf

    Nicolas Doze est tres bon je trouve. Il parle de choses concretes sans se faire pieger dans les grands mots « liberalisme » et « socialisme » qu’il n’emploie pas.
    C’est du 0% ideologie, 100% pragmatique. Ca parle au bon sens et c’est tres educatif…

    Sur BFM business chaque jour de 9h a 10h il anime « les experts » c’est tout bon aussi.

    1. Stéphane

      Nicolas Doze est futé, il sait que s’il utilisait le mot libéralisme il se ferait virer séance tenante.

      Il y a des tabous…

    2. Marco33

      Je l’ai découvert lorsqu’il a parlé de Bastiat et du sophisme de la vitre brisée.
      Il est bon. Il y a d’autres chroniqueurs aussi.
      BFM détonne complètement avec le reste des média radio.

    3. Brice

      Il est clair que BFM Business et même BFM TV sont à part dans le paysage audiovisuel français. Je crois qu’ils ont pas mal de succès d’audience, comme quoi il y a une lueur d’espoir que les français se ressaisissent, 223 ans après la très libérale Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

      1. douar

        Dans un style plus feutré, il y a Brice Couturier, sur France Culture, chronique quotidienne à 8 h 15. Même si la semaine passée face à Stéphane Hessel, ce n’était pas trop Bisounours

    1. Pod

      Des radars en plus, des sous en plus, des électeurs en moins?

      Non : beaucoup de sous en moins.

    2. Pascale

      Il y a surement un fabricant d’éthylotests qui a fait une gros travail de lobbying …. avec tout ce que ça implique que l’on ne voit pas ….

  9. Deres

    Je pense que h16 fait une analyse très lucide du bilan de Sarkozy. Si l’ouverture politique était peut être une bonne idée politique pour créer la division, gouverner à gauche était une idée catastrophique … Que croyait-il ? Que les électeurs socialistes, communistes et écologiques allaient le suivre ? A la rigueur, si il avait gouverner au centre pour en contenter le maximum, pourquoi pas, mais là, cela a été n’importe quoi. Il nous a promis des réformes pour arrêter le « n’importe quoi » et a continué la politique bien-pensante de gauche que l’on connait depuis 30 ans. Mitterand est bien le fossoyeur de la France. Son passage a suffit a déstabiliser définitivement le paysage politique français …

    1. Calvin

      Mais ! mais vous n’avez rien compris !

      Il est contre le libéralisme des Lumières ou des Autrichiens, certes.
      Parce que c’est un « ultra-néo-libéral », tendance « turbo ».

  10. kelevra

    des son election, c etait plie, sarkozy minsitre des finances et de l interieur avait deja donne la pleine mesure de son incompetence. quand il etait petit, il revait d etre president. tant mieux pour lui, il faut avoir de l ambition, mais en l occurence, il faut avoir de l ambition pour la france, juste de l ambition pour soi meme n a mene qu au fouquets et a carla.

    dans votre liste, vous avez oublie plein de taxes : la tva qui est passe de 5.5 a 7%, hausse de la csg et de sa base , hausse de la taxe sur les bureaux (multiplie par 3 a 10), suppression de la taxe professionelle mais creation de la cet et de la cvae (ce qui a coute encore plus chere aux entreprises)….
    et le plus honteux quand on pense aux plus de 100 000 sdf en france : l interdiction d etablir sa residence principale dans un camping, l interdiction d installer un mobil home sur un terrain prive (hors camping), une taxe d habitation de 150€ sur les mobils homes

    1. Calvin

      Kelevra : « quand il etait petit, il revait d etre president. »
      Il est toujours petit, mais il a été président (2007-2012).
      Bonne remarque sur ces oublis.
      De plus, on peut ajouter aussi que la TVA doit devenir « sociale », s’il est … réélu…
      Je me suis longtemps posé la question, pourquoi appeler ça TVA « sociale ».
      J’étais bête, « social » signifie en France : subventionné par les contribuables.

    2. Flo

      « juste de l ambition pour soi meme n a mene qu au fouquets et a carla. »

      Il y a pas mal de gens qui s’en contenteraient!

      1. Calvin

        à 50 ans, si tu n’as pas de Rollex et si tu n’as pas encore couché avec Carla, c’est que tu as raté ta vie.

    3. andré

      et encore,
      la c
      Carla, c’est sur présentation par un agent publicitaire dûment mandaté, Monsieur Séguéla soi-même, qu’il a pu se remarier!!!

  11. Pascale

    Et vous oubliez qu’il a commencé son mandat très fort, en fanfare, avec l’ouverture à gauche. C’est dès ce moment là que j’ai su que je ne voterai plus jamais pour lui, que ce soit au 1er ou au 2nd tour. Ce type n’aura pas ma voix.

    1. Pod

      C’est vrai : mais à part le blanc ou le bulletin revendicateur home-made, quel choix ?

    2. RTP

      Tout pareil. Cela a été une consternation pour moi, même si pour le coup je votais surtout contre l’autre truffe. Quelque part, le chevalier blanc tant vanté par Parisot s’est révélé un pathétique chevalier à la sacré Graal : un bouffon.

    3. eheime

      @ pascale

      c’est amusant , moi je trouvais au contraire l’idée géniale. C’était au moins sur la forme une preuve d’ouverture à mon sens intelligente.

      Je me suis dit sur le moment : « avec un type [Sarko] aussi ouvert d’esprit et couillu, la France va enfin avancer »

      … bon là j’ai pas encore fini de me remettre du cauchemard.

      Ce type d’ouverture, ça devait être fait pour prendre à gauche les types valables, c’est à dire pas dans la classe politique mais dans la classe civile. Un type comme Niel qui se classe lui même à gauche a probablement des choses à apporter dans le domaine de l’entreprenariat par exemple. Et en poussant à l’extreme ma pensée, une Eva Joly contre la corruption tant qu’elle ne s’occupe pas d’écologie. En clair : utiliser les gens dans ce qu’ils font de meilleur et parce qu’ils sont les meilleurs, et non à cause de leur affinité politique. Ca aurait été un vrai progré. Allez stop, je me réveille maintenant 🙂

  12. sa0000

    N’oublions pas l’ajout de nouvelles vexations, qui sans forcément faire entrer des sous-sous dans les caisses de l’état, en font sortir des poches du con moyen. Exemple : la très inutile obligation d’afficher le bilan énergétique lors d’une vente immobilière. Ca n’a l’air de rien, mais ce sont ce genre de petites humiliations qui permettent de maintenir un climat général usant (et qui dit usé, dit docile ?)
    C’est dans la droite lignée des vexations administratives diverses, des radars mobiles un peu partout, des stationnements de plus en plus interdits, et bien sûr, des petites grèves-surprises.
    Au passage, excellent post, et bravo globalement pour la qualité de votre blog.

    1. eheime

      Entierement d’accord. Non seulement il ne traite aucune qudstion imortante mais en plus il s’ingenie a vous empoisonner la vie au quotidien, jour apres jour. Chirac ne faisait rien mais au moins nous fichait la paix.

  13. rocardo

    Mais où va-t-il chercher des idées aussi pourries,demandez-vous,h16?
    Je vous suggère de regarder du côté d’un certain Henri Guaino.

  14. channy

    et il y a eu la formidable phrase qu il irait cherccher le point de croissance avec les dents..un petit point ssur la ctualite en asie du sud est..la malaisie, la thailande, et singapour on remis a l ordre du jour la creation de ligne ferroviaire a grande vitesse..bon c est pas nouveau, ca fait 20 ans que les gouvernements de ces pays en parle..mais la il semble que ce soit du serieu..ces pays voulant booster leurs infrastructures en vue de favoriser les echanges commerciaux, promouvoir le tourisme intra regional….la chine est deja sur les rangs et a propose son expertise dans ce domaine aux pays concernes, il me semble que les chinois ne sont pas les mieux places dans ce domaine, mais bon ils ont deja fait une offre tout inclus, train, plus construction de la ligne, le japon qui possede une forte experience dans le domaine des trains a grande vitesse active ses reseaux surtout en thailande…siemens s interesse au projet ..et la FRAONCE Mosieur..ben que dalle pas une ligne dans les journaux locaux , les bruits de couloirs des milieux expats que nos societes francaises serait sur les rangs….mais bon talonette 1er il a mieux a faire que de jouer les VRP dans des pays de pouilleux pas vrai?mais s il a vait declare que c etait aussi son job d etre le super vrp des exportations francaises..vendre des tgv aux chinois d accord mais aller en vendre a des pays comme la malaisie faut pas deconner il est surbokker talonette 1er
    consternant ce pays

    1. Before

      Bon, je suppose que vous n’avez pas un clavier AZERTY, de là où vous écrivez, mais essayez au moins d’aérer votre texte, de passer à la ligne, d’insérer des espaces, de mettre des majuscules en début de phrase.
      On vous fera grâce des accents 😉
      Merci

    2. eheime

      @channy

      tu crois que ca change vraiment quelque chose que le Président se déplace ?

      Je me mets à la place d’un chef d’Etat. J’ai besoin d’un train. Je regarde les specificités du train pour me décider. Eventuellement de l’épaisseur de la valise de billets qui m’aide à mieux réfléchir. Mais que Guignol 1er soit là ou pas pour me le vendre, je m’en fiche …

      1. channy

        On ne parle pas d un seul train Eheime mais d un reseau entier a construire.
        Certes comme vous le dites, dans ces pays l epaisseur de la valise de billets est importante, souvent plus d ailleurs que la qualite des trains.
        Mais en Asie les dirigeants sont tres sensibles aux symboles , palabres et autres courbettes diplomatiques. Tiens pourquoi quand il s agit d aller faire le beau en Chine pour signer un contrat de 3 centrales electriques,Guignol 1er se deplace avec toute sa cour et autres leches culs de journalistes ?
        Pour ces 2 reseaux ferres,Les Chinois,Japonais,Allemands sont deja sur le coup nous non pourquoi?
        #Mais que Guignol 1er soit là ou pas pour me le vendre, je m’en fiche#
        1 Car guignol 1er nous vait dit en 2007 que c etait son job de jouer au super VRP pour aider les entreprises francaises.
        2 Vous voyez cela de France Eheime, mais l Asie du Sud Est c est 500 millions d habitants,une croissance rapide, un systeme bancaire purge depuis la crise de 1998, bref il y un potentiel enorme ici et la France y est absente ou presque laissant les Allemands mais aussi Italiens s intaller et y prendre les marches, ensuite nos politocards nous parlent d industries,d usines qu il faut sauvegarder, c est risible.
        Un petit geste diplomatique serait du meilleur effet, les thailandais avaient beaucoup apprecie la visite du president Chirac en 1997 la premiere dans ce pays d un president francais depuis De Gaulle.
        Meme si au final ces branques d Alstom ou trouve le moyen de se faire souffler le contrat du metro de Bangkok par Siemens, alors que tout etait en principe plie.
        e

        @ pour Before
        j ai vraiment du mal avec les claviers azerty,et souvent je dois repondre en vitesse, ce qui fait que je ne relis pas mes messages, mais je vais faire un effort.

  15. Emma

    Encore un excellent billet, h16, merci.
    Votre conclusion est parfaitement juste :

    « Il a constamment choisi de favoriser un électorat qui lui est farouchement opposé, et de le faire au détriment de l’électorat qui lui est plutôt ou franchement favorable. On comprend dès lors pourquoi un second mandat semble pour lui aussi incertain, et pourquoi, s’il est malgré tout élu, nous aurons droit à une cohabitation. »

    Comment jouer ainsi contre son camp ?

  16. seb

    Sarkozy s´est aussi attaché à réduire à néant l´opposition (bon, c´est vrai qu´il fallait pas en faire beaucoup).

    Peu importe le bilan, il a réussi à faire en sorte qu´il n´y ait pas d´alternative.

    Bons baisers hors de France…:o)

  17. Pod

    Sarko, on s’en balec’.
    Par contre, la chronique BFM est très bien; pour une fois, on a le sentiment de ne pas avoir un communiste cathodisé à la moraline devant les yeux.
    Enfin un peu de niveau dans le désert merdique du PAF franchouille.
    Oooh mais… cette chaîne aurait-elle des sympathies libérales ?… ont-ils déjà cité Bastiat ou VonHayek? J’ai aussi pu apprécier les démontages en direct des inepties économiques des clowns de la Course à l’Échalotte par François Lenglet.

    Son complément d’analyse du barnum fiscalo-socialo-démagogue ici :
    http://podcast.bfmbusiness.com/channel178/20120306_trib_1.mp3

    1. Marco33

      Entre Nicolas Doze qui cite Bastiat et Alain Madelin en invité très régulié, cela devrait vous rassurer.
      En écoutant BFM Radio, j’ai comme l’impression d’être un résistant écoutant radio-Londres…..

  18. puteborgne

    Je ne vous comprends pas.
    La situation est pourtant claire :
    1. Nous sommes dans un pays qui a besoin de réformes fondamentales dans à peu près tous les domaines
    2. Nous sommes dans un pays qui ne fait de réformes que lorsqu’il est en situation de désastre
    3. Le plus court chemin vers une situation de désastre s’appelle Hollande
    Conclusion : votez massivement Hollande

    1. Ce raisonnement se tient, oui.
      Mais bon. Moi, j’ai mieux à faire de mon temps que d’adouber des guignols.

    2. Pod

      J’avais proposé la Méluche dans ce même dessein la semaine passée 😉 histoire d’accérer la curée.

  19. Théo31

    4. Les gens normaux font leurs valises et se cassent le plus loin possible de l’Europe supra nationale socialiste.
    Avec de l’or et du plomb évidemment.

  20. Pascale

    h16 «  » »Il va de soi qu’il est bien plus difficile d’avoir une Rolex. » » ». Excellentissime !

  21. Cultilandes

    La loi de modernisation de l’agriculture (n° 2010-874 du 27 juillet 2010, art. 55) crée une nouvelle taxe sur la plus-value réalisée lors de la première cession de terrains agricoles rendus constructibles. D’un montant de 5 ou 10 % suivant le montant de la plus-value, la taxe concerne les terrains nus classés en zone constructible par un document d’urbanisme depuis le 13 janvier 2010.

  22. Cultilandes

    Plusieurs CVO (Cotisation Volontaire Obligatoire) sur des produits agricoles ont été créées sous des prétextes divers.

    Et toutes les nouvelles contraintes administratives, normes aux prétextes sanitaires, sécuritaires et environnementaux qui obligent à constituer des dossiers pour lesquels il faut payer des cabinets spécialisés, engager des travaux improductifs, mettre la clé sous la porte quand on n’en a pas les moyens…

    1. Vabadus

      Cotisation Volontaire Obligatoire: il fallait vraiment l’inventer cette terminologie…

  23. fifou

    J’ai une analyse tres differente. Pour moi Sarko s’est servi de son poste pour faire plaisir a ses copains et soigner ses problemes d’ego.
    La suppression de la publicite sur les chaines publiques, un cadeau a ses copains Bouygues et Lagardere (qui dit moins de temps de pub dit des spots plus chers… Cette decision a ete prise en 2008/2009 alors que la crise avait fait chuter les revenus publicitaires
    Les subventions a la presse ecrite, c’est pour Lagardere et Dassault
    La force licorne 5 ans en Cote d’Ivoire? merci Bollore
    Le bouclier fiscal…

    a Cote de ca des trucs plus ou moins ridicules pour se faire aimer du ‘monde de la culture’ car il souffre d’etre reconnu comme un inculte, de Hadopi a la protection de la Villa de Clavier, le concert de Johnny…

    Rien n’etait fait pour plaire aux electeurs, il a tout de suite compris que c’etaient tous des cons ou des credules, il est alle au Fouquet’s juste apres son election pour bien montrer qu’il leurs pissait a la raie a tous

    Rien n’est une erreur, il a juste compris qu’il pouvait faire ce qu’il voulait pendant 4 ans et 10 mois, comme l’enfant egoiste et plein de complexes qu’il est, et qu’il reviendrait de toutes facons en 2012 ou 2017

    L’ouverture a gauche c’etait uniquement pour casser la concurrence a la maniere d’un Berlusconi

    De son propre aveu, sa vision c’etait ‘les Francais sont jaloux parce -que j’ai un super job et une superbe femme’ (dixit lui-meme)

    1. Paf

      c’est marrant parce que toutes les theories aussi differentes soient-elles confirment l’imbecilite du larron…

  24. Dédé

    A l’attention de H16

    Je vous avais fait une réponse sur l’impôt des sociétés mais j’ai l’impression qu’elle n’a pas été enregistrée.

    Je vous la résume : ce n’est pas parce que la réalité est complexe qu’il ne faut pas essayer de la mesurer,au moins dans ses aspect essentiels.Mieux vaut une estimation,même approchée,que rien du tout.

    Je ne pense pas que nous nous trouverons un point de convergence en la matière et vous dis donc adieu.

    1. Oui, calculons bien, même quand ça n’a pas de sens physique. Ainsi, on en arrive à la conclusion qu’on souhaite (cas de la Réchauffure Climatouille ou de la Pressure Fiscale) et ensuite, on embrouille le quidam avec ses formules. Désolé, ça ne marche pas. La température globale, ça n’a pas de sens. La pression fiscale globale, ça n’a pas de sens. Et comparer des choux américains avec les carottes françaises pour arriver à la conclusion construite avant raisonnement, c’est un peu gros.

      Et oui. Adieu.

Les commentaires sont fermés.