Un redressement très productif

Hier, je rappelais à mes lecteurs que les Hôpitaux n’allaient pas bien. Aujourd’hui, nous découvrons quelques plans sociaux que le gouvernement va devoir gérer. Et vu leur nombre, c’est un vrai travail pour un héros de mythologie qui serait doté du pouvoir ultime de Redressement Productif, par exemple…

Une rumeur, pendant la campagne présidentielle, circulait au milieu des syndicats : le gouvernement de l’époque aurait demandé au patronat d’attendre le résultat des élections pour procéder aux plans sociaux. Évidemment, maintenant que les élections sont passées, on aura beau jeu de faire correspondre la vague de licenciements économiques qui se profile avec ce que la rumeur laissait entendre.

Cependant, force est de constater que lorsqu’on fait la liste des actions sociales en cours dans les entreprises françaises, la liste fait un peu peur, et doit laisser un petit goût amer dans la bouche d’un Montebourg fraîchement arrivé dans son beau ministère. Jugez plutôt :

Air France annonce un plan de départs volontaires sur 5000 postes, ce qui n’est pas rien. Apparemment, ce plan s’inscrit dans la stratégie de l’entreprise visant à réduire ses coûts de personnel, qui sont singulièrement plus élevés que chez ses principaux concurrents. On ne peut en être qu’étonné, la France ayant toujours fait figure de paradis fiscal et de terre d’accueil pour l’entreprise en favorisant des coûts de main d’œuvre compétitifs. Ahem.

La FNAC est elle aussi sur les rangs pour dégraisser son personnel, même si le flou dans lequel elle opère fleure bon l’application approximative d’un code du travail pourtant simplissime à comprendre.

Si Hewlett-Packard n’a pas encore annoncé officiellement de plan social pour la France, il n’en reste pas moins que l’entreprise de matériels hitech va devoir supprimer 30.000 postes. Combien sont prévus pour la France ? Parions que M. Montebourg est déjà dans les starting-blocks de la négociation pour nous préparer un chiffre aux petits oignons.

On pourra passer rapidement sur les plans sociaux plus petits comme par exemple celui des Fonderies du Poitou. Certes, l’entreprise industrielle est parfaitement symbolique de la désindustrialisation spécifique de la France dans les métiers de la métallurgie, et on pourrait noter que sa localisation va donner un peu de travail à l’ex-femme du président. Mais vu la modestie des chiffres (ici, on parle de quelques dizaines de postes) et vu le nombre de plans qui se préparent, on comprendra qu’on ne peut pas mobiliser toute l’attention du bouillant avocat Montebourg sur une multitude de petits dossiers quand tant de personnes sont concernées par de grands plans sociaux !

En revanche, si l’on doit passer sur les « petits » plan sociaux, ceux concernant les opérateurs téléphoniques feront un maximum de bruit : depuis que Free est arrivé, la méchante concurrence a fait baisser les prix, et ces imbéciles de consommateurs ne veulent pas continuer à subventionner les surcoûts chez les trois opérateurs historiques. Leur fuite vers le nouvel opérateur entraîne donc un resserrement des marges, et l’occasion était trop bonne pour que le triplet du cartel téléphonique la laisse passer. Free, désigné coupable, servira donc d’excuse pour les prochains licenciements économiques chez SFR. Gageons que Montebourg, là aussi, trouvera les mots justes (en accusant Free de pratiques déloyales, par exemple) pour mettre du baume sur les blessures des opérateurs violemment secoués…

Enfin, il reste les plans sociaux putatifs : General Motors pourrait vendre son usine de Strasbourg, la grande distribution (Carrefour, Casino, Leclerc, Auchan …) qui subit notamment la concurrence de la vente en ligne pour l’électroménager et la téléphonie, Arcelor-Mittal, et bien sûr, en conséquence de la crise, le secteur bancaire (comme à la Société Générale où les salariés ont même plutôt tendance à fuir) et, logiquement, le secteur de la construction immobilière.

Devant cet amoncellement de catastrophes économiques plus ou moins importantes, on comprendra que l’Etat devra tout faire pour rendre le terreau aussi favorable que possible à la reprise de l’activité. A ce titre, François Hollande, notre nouveau président à tous qui change l’eau en vin et peut marcher sur l’eau d’un pas guilleret, a déclaré de façon parfaitement explicite :

« Je ne laisserai pas faire ce cortège de plans sociaux qui auraient été différés et il y aura des responsabilités à prendre au sommet des entreprises »

On sent déjà poindre une vraie stratégie : d’une part, il ne laissera pas faire, et d’autre part, il va aller titiller les méchants patrons qui se la jouent un peu trop, non mais. Et c’est dans l’application parfaite de cette logique que Hollande aura nommé Montebourg dans son beau ministère.

Un redressement *vraiment* productif

À présent, que va faire notre flamboyant Arnaud ?

Dans un premier temps, il va agiter sa petite houppe devant les caméras en expliquant que la Démondialisation doit commencer aussitôt que possible, parce que le changement, c’est maintenant. C’est important, d’agiter sa petite houppe, puisque c’est ainsi que le peuple apprendra l’intégralité des dizaines d’actions productives et opérationnelles que le ministre va entreprendre pour remettre la France dans le chemin du plein emploi.

Dans un second temps, le fier Arnaud va tout de même avoir la présence d’esprit d’expliquer qu’il n’est pas impossible qu’il se prenne quelques gamelles : il prédit ainsi certains échecs, et on pourrait même ajouter qu’il va avoir certainement des échecs, et des échecs certains. Devant la difficulté, il nous explique qu’ « il faut tout tenter y compris les solutions les plus audacieuses ».

Et pour ces solutions audacieuses, heureusement, il en a un carton vide … qu’il va remplir auprès des Français eux-mêmes puisqu’il veut, essentiellement, lancer un appel à ces derniers pour qu’ils lui apportent leurs idées. Autrement dit, pour le moment, des idées, il n’en a pas et compte sur nous. Enfin, sur nous… Sur ceux qui vont lui dire des choses qu’il aime entendre. Les solutions libérales ne seront pas proposées, pas écoutées, et évidemment pas appliquées.

C’est, en définitive, un peu comme le grand emprunt : pour rattraper l’accumulation de décisions catastrophiques empilées par nos politiciens, ces derniers se retournent vers le peuple, lui font une clef de bras, et demandent poliment s’ils peuvent piocher dans son portefeuille. Là, c’est le même principe : les politiciens ont aligné idées idiotes et keynésiennes sur propositions socialistes stupides et délétères et, arrivés à court de solution, en recherchent dans le peuple. Si elles marchent, ce sera une victoire pour eux ; et si elles échouent, ce sera de la responsabilité de ce con de peuple ingouvernable.

En attendant les bonnes idées franchouilles, Montebourg pourra toujours mettre en application celles dont il se reconnaît volontiers proche, et que Mélenchon préconise avec force moulinets : une bonne petite loi contre les licenciements boursiers, voilà qui va aider !

Bref : Arnaud n’a aucune idée et Jean-Luc ressort les vieilles antiennes communistes. Pas de doute, le pays va frôler l’érection fructueuse le redressement productif, c’est certain !

J'accepte les Bitcoins !

12CypJLmQBvcdcntVg56bzKcbdw2KHvwDR

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires69

  1. Le Gnome

    Pour encourager les embauches et les investissements, rien de tel qu’une bonne rafale de taxes diverses et variées sur les entreprises, avec une hausse programmée des charges sociales (retraite à 60 ans) et la renaissance de la bonne vieille taxe professionnelle pour que les copains des mairies et des département puissent continuer à cramer le pognon de façon joyeuse et festive.

    Le ministère du Viagra a du pain sur la planche.

    1. eheime

      Les taxes c’est une chose, mais quelque part il suffit de monter les prix et on s’y retrouve presque. Mais les interdictions de licenciement, ça c’est la vraie bonne idée : embauche qui tu veux, mais si tu te plante, tant pis pour toi !! Ou alors .. n’embauche pas.

  2. Sanksion

    Sur Air France, j’en ai de bonnes.
    Les syndicats y sont très puissants, tellement qu’il suffit d’être fils de pilote pour être éligible en tant que cadet !
    (un cadet était à bord lors du vol Paris Rio)
    On hallucine. Qui devient chirurgien ou comptable parce que son père l’était ?!

    J’en ai encore d’autres sur Air France, mais ça n’est pas le sujet, mais rien de surprenant à ce qu’elle soit la compagnie aérienne la plus meurtrière du monde.

    1. Calvin

      « rien de surprenant à ce qu’elle soit la compagnie aérienne la plus meurtrière du monde »
      Sanksion, tu exagères !
      Vu le nombre d’avions cloués par les grèves, cela fait chuter le nombre absolu de catastrophes !

    2. Raoul

      Qui devient chirurgien ou comptable parce que son père l’était ?!

      Je suis désolé de vous apprendre que grace aux modalités des examens de médecine (les fameux concours, internat, toussa) il est bien plus simple de tricher que dans le cadre d’un contrôle continu. Et vous ne devinerez jamais qui décide des sujets des concours.

    3. Vabadus

      Les syndicats sont très puissants certes mais on ne devient pas pilote par népotisme non plus. Je n’ai jamais eu écho d’une telle chose (Zut alors, moi qui suis fils de pilote AF).

      Les syndicats sont puissants et corporatistes à tous les niveaux de l’aérien, donc oui il y a moultes gabegies sur lesquelles la direction a fermé les yeux (Le CCE, les escales en Corse et dans les DOM,…)

      Et par dessus, le droit et la fiscalité du travail n’arrangent pas vraiment les choses (AF-KLM avait calculer qu’elle pourrait économiser 800M€ rien qu’en déménageant son siège à Amsterdam).

  3. daredevil2007

    Que cela fait du bien de vous lire quotidiennement! Tous ces clowns à roulette sont usant par leur bêtise et leurs inepties en boucle…

    Petite correction : »se retournent vers le peuple, lui font une clef de bras, et demandent poliment s’ils peuvent piocher dans leur portefeuille = se retournent vers le peuple, lui font une clef de bras, et demandent poliment s’ils peuvent piocher dans son portefeuille » ; le portefeuille du peuple, non?

    1. Calvin

      Telle quelle, la phrase sous-entend que les politiciens vont demander au peuple de pouvoir piocher dans le portefeuille des politiciens eux-mêmes.
      H16 voulait sans doute dire le contraire, mais comme le portefeuille des élus est rempli intégralement par les contribuables (je vous passe les millions en dessous de table extorqués auprès des entreprises ou consentis par les copains de la république), cela revient quasiment au même !

  4. Homo-Orcus

    Monte-bourre, le redresseur de la Gaule nommé au ministère anti-débandade. Son problème, les bourses sont vides !

  5. Marco33

    Pour l’instant, on en est aux moulinets de bras, aux gros yeux et la mise en place des promesses qui ne coûtent pas trop.
    Après les législatives, on aura droit à la vision socialiste en real life….
    Eté pourri en perspective : pluie voir grêle de taxes.

    1. Before

      Faut pas attendre autre chose des zéconomistes des radios généralistes et officielles.
      Encore que sur France « Pravda » Inter, que je n’écoute plus, ça doit être pire !
      A la fin de l’intervention de Tarlé sur Europe, j’ai bien aimée la mention de Noah qui est content de payer 75 % d’impôts. Il a pas un redressement en cours, lui ?

        1. Laurent C

          En fait non, c’est inexact : il a vécu en Suisse entre 91 et 93 (de mémoire), puis est revenu ensuite. Il a effectivement un contentieux avec le FISC, toujours pas réglé d’ailleurs !

          Mais, en l’état, il est effectivement content de payer 75% de ce qu’il gagne aujourd’hui en France (avec la musique). Il vit très bien… mais comme il ne gagne plus du tout ce qu’il a gagné lors de ses grandes heures du tennis (et qu’il capitalise donc sur ce qu’il a évité de payer en impôts précédemment), c’est très biaisé malgré tout, et limite « foutage de gueule » quand même…

        2. nebukanetsar

          Comme tous les artistes domiciliés dans les pays pauvres qui n’assassinent pas pour autant les riches et font bon accueil aux SDF français, il a droit à pouvoir demeurer un maximum de 270 jours en France sans perdre sa qualité d’expatrié fiscal. Il a donc une maison dans les Yvelines (où, on n’en sait rien et il ne la montre pas à la presse people qui respecte visiblement sa vie privée), ce qui n’est pas interdit aux expatriés fiscaux et il suffit d’annoncer par cette même presse qu’il va soutenir son fils aux States ou une tournée à Bruxelles, etc… et des vacances à Pétaouschnock avec photos à l’appui pour que les limiers fiscaux soient empêchés de le « localiser » en France pendant les 95 jours à tirer ailleurs.
          Comme Charles Aznavour récemment (qui trouvait ironiquement que ce n’était pas encore assez), il peut bien dire ensuite que 75% ne le gêne pas.

  6. Calvin

    Allez, quatre semaines de gesticulations, d’effets d’annonces, de petites colères, de grandes déclarations fracassantes et le 17 juin sera passé.
    A partir du 18, on pourra se retrouver en mode normal, c’est à dire, qu’on sera bien au chaud au sein du village gaulois, cerné par les camps de financiers apatrides Nasdacorum, Speculatium, Innovatium et Adaptatium.

    1. nebukanetsar

      Vous oubliez ceux de Franckfurtum, Hamster-Daaam et de Londoniarum aux pilums plus solides que nos sternums, of course.

  7. NEV

    Enculés de patrons, salauds d’entrepreneurs ces monstres ont tout le pouvoir puisqu’ils détiennent une part de l’emploi disponible* et ces gourmands gardent tout pour eux! Interdisons les licenciements, augmentons les controles fiscaux, faisons les cracher au maximum, il ne sera pas dit que la poule aux oeufs d’or n’aura pas été écartelée, plumée et violée pour l’empêcher de garder ses oeufs pour elle toute seule!

    *l’emploi est comme une ressource naturelle, sa quantité est fixe et distribuée injustement aux ultra néo libéraux

    1. Calvin

      NEV, c’est passéiste cette façon de voir !

      Il faut les obliger à embaucher.

      Tiens, comment se fait-il que dans les commerces, il n’y a pas de préposé qui détache un ticket et le donne au client (et bien sûr, payé au smic) ?
      En réfléchissant bien, un million d’entreprise peuvent créer ainsi chacune deux emplois inutiles, mais cela fait 2 millions de chômeurs en moins !!
      Il est pas beau mon raisonnement ?
      Bon, ça fait plutôt Redressement Improductif, mais redressement quand même (évidemment, on ne parlera pas du coût !).

      1. NEV

        J’avoue que j’ai essayé de décrire un monde absurde mais en fait je n’ai pas réussi à égaler la réalité! On pourrait aussi payer les travailleurs en partie avec une alternative aux billets papier, appellons ça chèque repas, titres services et éco chèques. Il faudrait payer des gens pour gérer cette monnaie alternative issue d’une taxation trop élevée du salaire de base et on créerait plein d’emploi!
        PS: Le nom de ces « monnaies » est tiré de la réalité Belge, je suis sur qu’en France pareille abération existe, peut-être sous un autre nom?

    2. Alexandrov

      Tout à fait, d’autant qu’on sait bien que ce sont les travailleurs qui créent de la richesse, les patrons eux passent leurs journées à fumer des cigares et à réfléchir aux moyens de rendre les gens plus malheureux et le monde plus injuste.

  8. infraniouzes

    Dans ce magnifique gouvernement aux 34 ministres et secrétaires d’état, j’ai, en vain, cherché le nom et la bobine de Zoé Sheppard !

    Voilà une femme d’action qui vaudrait, à elle toute seule, plusieurs de ces courtisans à la suffisance et l’ego démesurés.

    Bof, elle viendra sans doute en deuxième période….

    1. gnarf

      Celle qui a supplie a genoux pour pouvoir rester dans l’administration et jure de se taire lorsque son identite a ete revelee?

      1. infraniouzes

        Celle qui a eu le courage de dire des choses qui ont glacé d’effroi des armées de fonctionnaires (et d’élus) qui ne se rendent même plus compte de leur inutilité.

        Mais il faut rendre à Caesar… bien des parents ne rêvent que d’une chose: voir leur enfant intégrer cette merveilleuse fonction publique qui garantit des nuits tranquilles, des vacances paisibles et à rallonge, des RTT à foison, des arrêts de travail sans conséquences sur la carrière et une retraite…. bien mérité.

        Comme on les comprend…

        1. Guillaume

          C’est que je j’observe autour de moi. En gros, un emploi dans une entreprise est vu comme un emploi temporaire en attendant un vrai JOB de fonctionnaire!

  9. gnarf

    Attendez…euh…ils ont choisi comme « Ministre du Redressement Productif » le mec dont le programme-livre est « Votez pour la demondialisation » ?

    (bruit de bras qui tombent)

  10. Mirella

    « aurait demandé au patronat d’attendre le résultat des élections pour procéder aux plans sociaux

    On pourrait même aller jusqu’à soupçonner les gauchos, d’avoir sollicité un peu de temps, pour ne pas avoir à faire de promesses spécifiques.

    PS. La photo des flotteurs – on se demande comment elle va pouvoir éviter la scoliose.

  11. Trolleur fou

    Tous ces gens qui se retrouveront au chomage le seront car ils ont choisi de ne pas passer les concours de fonctionnaire pour avoir un vrai boulot avec une vraie retraite au bout, une augmentation perpétuelle et garantie et un vrai statut accroché. C’est bien fait pour eux.

  12. Flo

    On dirait que des consignes ont été données pour que ce qui a fait le « succès » du Pdt actuel, c’est à dire le flou le plus total, se poursuive jusqu’aux législatives (appel à peine voilé de Matignon aux ministres pour qu’ils ferment leur G…). Etant donné que c’est un des leurs qui est à la cour des comptes depuis des années, et même s’il a du mal avec les tables de multiplications, il n’est pas possible que les socialsites ne soient pas parfaitement au courant de la situation réelle (avant même de commander un soit-disant audit).
    Il va y en avoir des cocus, plus encore que si c’était le concurrent qui avait gagné la timballe, c’est dire!

  13. Pascale

    J’ai particulièrement apprécié ces jours ci les « discussions fermes » que Montebour tient à avoir avec les dirigeants des entreprises soupçonnées d’avoir un plan de licenciement derrière les fagots. On ne sait pas trop en quoi vont consister ces « discussions fermes ». Montebour va-t-il serrer très fort ses petits poings pour mettre les méchants patrons au pas ?

  14. Shnaffy

    Concernant la délocalisation de l’entreprise Dyson ( aspirateurs très connus ), très critiquée pas ses autorités nationales, le PDG aurait répondu :
    « – ça fait plus de 50 ans que je crée de l’emploi ici, je pense que j’ai largement aidé ce pays, maintenant je voudrais pouvoir mieux développer mon entreprise  »

    Faut pas dire ça en France, y aurait des crises cardiaques: quoi! Il n’embauche pas à vie ?!
    Mer il é fou?!

    1. Guillaume

      En attendant, c’est ceux qui sont embauchés à vie qui ont un avantage concurrentiel. C’est du pragmatisme. Ce retrouver au chomage à 50 ans est une catastrophe dans notre pays.

      1. bibi33

        Pas seulement à 50 ans.

        A tout age se retrouver au chômage est une catastrophe particulièrement pour les personnes peu qualifiés.

        1. Guillaume

          Même pour les personnes qualifiées. Les grosses entreprises prennent beaucoup de jeunes qu’elles sélectionnent pour qu’ils y fassent leur carrière entière. Il est très dur d’y être embauché passé un certain age. Le salariat, c’est plus qu’un travail : c’est un engagement mutuel + un statut!

      2. nebukanetsar

        Je l’ai été à 49 ans dans un métier encore moins apprécié que celui de percepteur ou d’arracheur de dents mais dont toutes les instances patronales, syndicats professionnels, etc… ne cessent de se lamenter publiquement et bruyamment sur la difficulté de recrutement de personnels qualifiés et expérimentés, etc, etc, etc…
        Mais comme pour les Pharisiens du temps de Jésus, ces lamentos publics ne servent qu’à masquer l’horreur qui les étreint et le froid qui les saisit à la réception d’un CV > 45 ans… (alors, 50 !!!)
        Traduit de la novlangue, cela donne une recherche des candidats de 30/35 ans avec 20 ans d’expérience pro + bac+4ou 5 minimum, acceptant de se faire suer pendant 45 à 50 h semaine pour 2.000 euros bruts… et propres sur eux, en sus.

  15. channy

    « la grande distribution (Carrefour, Casino, Leclerc, Auchan  »
    Hélas pour les échos que j’ai dans la grande distribution, pour carrefour cela ne serait pas putatifs.
    Pour Leclerc, sachant que ces magasins appartiennent à des franchisés cela ne concernera que les magasins déficitaires qui seront revendus (pour l’immense majorité) immédiatement à de nouveaux prétendants à la franchises
    Pour Casino c’est un peu plus compliqué sachant que les petites surfaces sont franchisés mais les hypers intégré au groupe Casino
    Comme vous le dites H16:
    « Subit notamment la concurrence de la vente en ligne pour l’électroménager et la téléphonie »
    Oui et cela bouffe les marges des magasins
    Mais au lieu de chialer comme la plupart des entreprises qui vont accuser les chinois,l’état..et réclamer des sous au nom de la protection de ceci ou cela, la grande distribution s’adapte , essaye de nouveaux concepts(drive,site internet de e-commerce..) pour l’instant la Gd cherche la bonne formule..

      1. channy

        Vous avez d autres âneries du même genre ?
        vous croyez que la GD fait ses bénéfices avec des marges de 0.20 cents sur une salade?

        Dans la grande distribution c est simple: si le chiffre d’affaire augmente on embauche si il baisse on licencie.
        on est pas chez les bisounours de l’administration .

  16. Alexandrov

    En plus d’avoir des entreprises qui font faillite, d’autres qui délocalisent (étonnant) et toutes celles qui ne viendront jamais (pourtant il fait si bon vivre dans ce pays), il y a les secteurs méchants vilains dont on cherche purement et simplement à réduire l’activité (nucléaire, banques). C’est vrai qu’on peut s’en passer.

    Sinon, il est intéressant de confier la douloureuse mission de redresser nos entreprises à un type qui n’a jamais mis les pieds dans une (vraie) entreprise.

  17. hussardbleu

    A l’instar de vous tous, je nous prévois un avenir à la caille, comme disait le grand Alphonse, mais il me semble que vous faites un peu trop dans la délectation morose…

    Eh quoi, n’avons nous pas le gouvernement le plus mirobolant de l’Occident ? il est vrai qu’y manque Martine Aubry… j’ai du mal à m’en consoler…un seul être vous manque et tout est dépipolisé…

    1. channy

      Absolument Hussardbleu

      Martine elle aurait solutionné le problème du chômage vite fait, tous le monde à 30 heures par semaine sans perte de salaire, car chacun le sait le marché du travail est un gros gâteau qui reste toujours de la même taille, il faut donc le partager équitablement entre tous les français en age de travailler

    2. nebukanetsar

      Venez vivre à Lille, vous allez l’avoir toute à vous et pour vous, absente qu’elle en est depuis 2008, puisqu’elle a eu son ticket retour.
      Ce sont les habitués du marché de Wazemmes le dimanche matin qui vont être contents de la revoir puisqu’ils pourront recommencer à lui glisser des billets doux l’avertissant de tout ce qui ne va pas dans sa bonne ville.

      NOTA : elle ne le fréquente que lors des campagnes électorales, alors profitez-en!

  18. Théo31

    « Les solutions libérales ne seront pas proposées, pas écoutées, et évidemment pas appliquées. »

    Faut surtout pas. On est dans le dernier pays communiste d’Europe : la réussite en dehors de l’Etat est strictement interdite. La nouvelle bande d’enculés doit pouvoir justifier son pouvoir et ses émoluments sur le dos des pauvres. La France doit être un pays riche de ses pauvres. Elle doit rester cette exception culturelle que le monde nous envie. :D

    1. Paf

      tu mentionnes « La nouvelle bande d’enculés », c’est bien mais je tiens a rappeler qu’il y a une autre bande d’enculés tres active en ce moment, ce sont les journalistes.
      Il ne faut jamais oublier que les journalistes sont une bande d’enculés.Surtout ceux de Libe et du Monde.

    2. nebukanetsar

      Pays riche en pauvres et pauvre en riches.
      L’égalité dans la pauvreté est plus facile à supporter que l’inégalité dans la richesse et surtout plus facile à faire atteindre.

  19. Homo-Orcus

    Anecdotes – Le problème qui nous occupe remonte à loin.
    Début des années 60 je tombe sur une affiche « Grande victoire de la CGT sur le patronat ! », logotisée faucille et marteau. Ces marques ont été supprimées par la suite, dans le cadre de la déstalinisation. La CGT annonçait que ce plan était destiné a encore plus enrichir le patron…
    La victoire consistait à faire annuler par le juge un plan de licenciement (terme de l’époque) de 250 ouvriers sur 600.
    Quelque mois plus tard je rencontre un pote et après les salutations d’usage et le « ça va ? », il me répond que ça pourrait aller mieux car son père est au chomedu suite à la fermeture de son usine ! À l’époque la situation n’était pas dramatique mais le marché a quand même du recaser 600 au lieu de 250 sans compter la perte inéluctable de capital !
    De ce jour-là et malgré ma jeunesse et l’ambiance de l’époque (qui a complètement dégénérée depuis) je suis devenu anti-communiste primaire et fière de l’être.
    Années 70 et notamment l’époque de l’explosion de la taxe professionnelle, essentiellement taxe sur les salaires ! Mon client gérait une usine dans le neuf-trois de 400 salariés et recevant sa taxe qui avait explosé dans les plus 500%, il s’adresse au commissaire politique de sa commune pour réduire la chose, réponse : « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse pour 400 salariés ? si vous en aviez 40.000 encore ! ». La suite a été la faillite, mais la taxe payée, selon le privilège.
    De ces grandes victoires de la CGT au redressement productif il y a un demi-siècle, ça commence à faire long, encore 19 ans à attendre ?

  20. Emma

    J’ai trouvé excellent votre passage sur la méchante concurrence de Free et la phrase sur l’interdiction des licenciements boursiers.
    Ces gens qui nous gouvernent en sont restés à l’époque glaciaire du commissariat au plan où il suffisait de bloquer les prix, d’interdire les licenciements, etc. pour mettre au pas une économie qui n’avait qu’à bien se tenir devant leur idéologie triomphante. Bref, on n’est pas sorti de l’auberge keynésienne.
    Merci h16.

  21. johnny_rotten

    Tous les milieux bien informés sont d’accord pour dire que le gouvernement est assis sur une bombe à retardement
    c’est donc pathétique de voir tous ces pantins affirmer péremptoirement que tout est sous contrôle et afficher des mines réjouies et triomphales alors que leur leader n’a pas dépassé 30% au premier tour
    ça devrait péter, grave, vers octobre/novembre prochain
    Quel est votre diagnostic ?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)