Chouette, du géoingéniering pour nous sauver du désastre !

Le mieux, quand on ne maîtrise pas franchement un domaine, est de faire plein d’expériences. Évidemment, plus le domaine est dangereux, et plus on multipliera les expériences. Et si en plus, on peut arriver à faire financer ses expériences par l’argent des autres, on gagne immédiatement la possibilité de les faire dans une ampleur sans précédent, y compris dans les catastrophes potentielles. Prenons un exemple au hasard : le climat.

Comme vous le savez déjà, la Terre se réchauffe, c’est horrible, c’est abominable, c’est violent et ça va tous nous conduire à une mort certaine. Tous les scientifiques sont d’ailleurs d’accord dans un consensus spontané pour admettre que c’est bel et bien l’industrialisation galopante de l’humanité qui a déclenché l’augmentation des quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, qui a entraîné en conséquence la hausse des températures et surtout pas l’inverse (que les températures s’accroissant, le CO2 relâché dans l’atmosphère aurait augmenté). Et cela n’a évidemment aucun lien avec l’activité solaire.

Partant de cette constatation qui fait froid chaud dans le dos, il était logique qu’il y a maintenant quelques décennies de cela, les gouvernements de toute la planète se rassemblent pour, enfin, décider d’actions concrètes et éviter la catastrophe. Quelque part, c’est beau de voir tous ces dirigeants se regrouper, affréter des douzaines d’avions, brûler 400 T de kérosène pour chacun d’eux et s’envoyer à n’importe quel endroit de la planète (de préférence dans le tiers-monde) pour discuter de la pollution que provoquent les avions et les infrastructures high-tech, s’apitoyer sur la pauvreté qui les entoure, et comment combattre tout ça par exemple en taxant les billets d’avions des touristes qui vont dans le tiers-monde en brûlant 400 T de kérosène par voyage. Enfin, une fois les discussions terminées, c’est aussi beau de voir ces dirigeants remballer leurs affaires, cramer à nouveau 400 T de kérosène pour revenir dans leurs villes occidentales bourrées d’électronique et d’infrastructures high-tech qu’ils méprisent.

Cela dure maintenant depuis une vingtaine d’années à un rythme frénétique dans les endroits les plus tristes et sérieux du monde comme Cancun ou Rio, et, de conférences en regroupements idoines de dirigeants bedonnants trimballés d’avions en salles climatisées, les normes se sont accumulées permettant aux consomm’acteurs que nous sommes tous, vibrants du désir de bien faire, de prendre conscience de tout ce qui restait à faire pour que notre monde, enfin, soit en harmonie.

Car le but, avoué, limpide, désirable, est là : faire en sorte que la Terre puisse supporter harmonieusement l’Humanité. Et comme l’impact de cette dernière est, à l’évidence, de plus en plus important (mais si, voyons), il faudra tout faire pour, au choix, réduire l’impact ou réduire l’Humanité. La première solution a été longtemps étudiée, proposée à tous ces imbéciles de citoyens qui, globalement, préfèrent continuer à vivre et à sortir de la misère quitte à recracher du CO2 comme jamais, à brûler de méchantes quantités de pétrole pour améliorer leur existence. Le récent échec du dernier sommet de Rio montre toute l’étendue de la problématique : les gens refusent assez clairement de faire les petits efforts de rien du tout pour, au choix, mourir paisiblement ou retourner à la terre, avec un quignon de pain et quelques décilitres d’eau croupie pour le petit-dèj.

La réduction du CO2 n’ayant pas fonctionné, il reste heureusement la seconde solution : réduire, autoritairement, l’Humanité. Pour cela, on peut envisager sans rire de bricoler un virus (ou d’en devenir un, comme le souhaitait un temps le Prince Philip d’Edimburgh) afin d’éliminer le surplus de population.

L’autre solution, c’est de mettre en place une expérience à l’échelle planétaire, un truc de dingue rigolo mais d’ampleur vraiment biblique, avec une forte potentialité de merdoiement catastrophique, et des effets secondaires indésirables évidents et nombreux. Cette expérience est actuellement en cours d’étude par un groupe de sociopathes scientifiques probablement en mal de financement pour leurs recherches. L’idée est à la fois simple et complètement barrée : puisque les vagues de chaleurs se font plus importantes avec le réchauffement climatique, injectons dans l’atmosphère d’importantes quantités d’aérosols divers et variés afin de la refroidir. Après, c’est une simple question de dispersion, et tout ira bien.

Government Demotivator

Enfin, tout ira aussi bien qu’on peut l’imaginer lorsqu’on bidouille un domaine qu’on maîtrise aussi bien que la climatologie. On n’a qu’une idée très balbutiante de la façon dont la météorologie fonctionne, avec les résultats qu’on peut observer sur les prévisions, quasiment tous les jours. Et, parallèlement, nous n’avons aucune maîtrise du climat au-delà de bâtiments fermés et de nos véhicules (et encore, pas tous et pas tout le temps).

Certes, l’homme, par différents essais audacieux, a su un peu maîtriser la chimie, un peu aussi de biologie (et encore, beaucoup reste à faire), à maîtriser une partie des mécanismes de l’atome sans qu’on puisse réellement prétendre à la maîtrise complète des effets secondaires. Il me paraît un peu prétentieux, devant ces avancées modestes de l’humanité, de prétendre vouloir modifier et contrôler le climat au-delà de quelques hectares, et encore. D’autant que, très manifestement, si la science nous a permis de maîtriser ce que nous pouvons prétendre maîtriser, ce n’est certainement pas en allant de consensus en consensus, et de réunions politiques en réunions politiques. Il me semble dès lors indispensable de réellement s’attaquer à la compréhension fine du climat avant d’en vouloir modifier les comportements, tout comme il fut nécessaire de comprendre les grands principes de bases de l’atome avant de faire des réacteurs nucléaires.

Du reste, on croît halluciner en voyant que ces propositions de bidouillages climatiques sont sérieusement étudiées par certains groupes écologistes, puisqu’il s’agit là d’une intervention massive sur une biosphère que ces mêmes groupes voudraient rendre à sa virginité initiale, avant l’abominable intervention de l’homme et tous ses joujoux crados.

Eh oui : comme tout constructivisme délétère, cet écologisme là cherche, bien avant l’harmonie de l’homme avec son milieu, à formater l’humanité à ses propres lubies, quitte à la passer au pilon si cela s’avère nécessaire…

J'accepte les Bitcoins !

1HLWDnEtN6bM4tfMXjJ4VLZSUxcRM7sAA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires83

  1. Le Gnome

    Rainbow six, de Tom Clancy, avait mis en scène des écologistes créant un virus mortel pour les humains pour restaurer sa pureté originelle à Gaïa. A l’époque, j’avais trouvé cela un peu trop invraisemblable, mais plus maintenant.

    1. Calvin

      Tout ce qu’écrit T. Clancy parait invraisemblable quand ça parait, et finalement ses visions finissent par être rattrapées par la réalité.
      Et ça fait froid dans le dos. Pardon, chaud…

  2. dede

    Je ne suis pas vraiment a l’aise avec ces histoires de rechauffement ou refroidissement climatique car incompetent : je ne peux que lire les arguments dans un sens ou dans l’autre sans pouvoir etudier serieusement la question mais la je dis bravo!
    Vouloir refroidir la planete en reproduisant l’effet d’un volcan sous pretexte qu’elle se rechauffe, c’est Dr. Mabuse puissance 10!

      1. gem

        Jesrad recute pour le compte des illuminati en s’exprimant au 3ieme degré. C’est du moins ce qu’il tente de faire croire, donc c’est certainement faux. L’analyse de ses posts précédents permet d’être sûr à 95% qu’il travaille en fait pour les gnomes de Zurich (65%) ou la société de la discorde (30%), qui cherchent à semer la confusion pour prendre le contrôle des illuminati. Nous autres, extraterrestres, ne voulons pas intervenir mis nous vous prévenons néanmoins.

  3. shadoko

    si vous voulez vous faire une idée honnête de l’état de notre climat et de sa complexité, consultez le site « la pensée unique », bien que très technique, je pense qu’il est très bien documenté et mis à jour régulièrement par un scientifique qui ne semble inféodé à aucun lobby. Son crédo est le suivant : dans l’état actuel de la climatologie, science récente, nous ne pouvons pas mesurer les variations climatiques avec exactitude, nous n’avons pas le recul nécessaire. Nous sommes incapables de mesurer les effets de l’activité solaire et des champs magnétiques.les courants tel que EL NINO et EL NINA n’ont pas livré tous leurs secrets. La terre et son climat sont perpétuellement en mouvement, les échanges de CO2 entre la mer, le ciel, la végétation, les animaux et l’activité humaine sont gigantesques. Bien sûr la théorie « réchauffiste » devient une religion, ceux qui émettent des idées contraires au dogme sont traités en hérétiques et les organismes chargés d’étudier ces phénomènes sont beaucoup trop politisés et infiltrés par différents lobbys. Il y a beaucoup d’argent à gagner, des carrières à faire, des subventions à croquer. Culpabiliser les humains pour leur activité « polluante » reste dans la droite ligne de la flagellation, qu’elle soit relative au Vel d’Hiv, à l’esclavage, à la colonisation, à la collaboration, à la consommation. Nul ne peut nier la pollution, le pillage des ressources naturelles, l’hyper consommation, mais il faut rester honnête, mesuré et surtout appuyer toute affirmation sur des faits scientifiques prouvés.

    1. vdf

      Le pillage des ressources naturelles… Tous ce qui est vivant sur cette Terre utilise au mieux et le plus possible tout ce qui est disponible, sans états d’âme et sans réserve. Quand LEURS ressources diminuent, il s’adaptent ou disparaissent. Le résultat est qu’au bout de trois milliards d’années, la planète est devenue ce qu’elle est.

      Fallait-il que des cyanobactéries balancent dans l’atmosphère une purée mortelle appelée oxygène pendant le premier milliard ? Fallait-il qu’ensuite des plantes fixent le gaz carbonique ? Si, tout au long de cette durée, des écolos avaient pris une photo instantanée tous les millions d’années, ils auraient à chaque fois sauté sur leur chaise comme s’ils avaient une punaise au cul en criant que cela ne pouvait pas durer, qu’on allait tout droit à la catastrophe, que la planète allait être détruite. Un peu moins d’arrogance et beaucoup beaucoup plus d’humilité leur ferait un bien fou.

      Parler de pillage relève de l’idéologie écolo. De même que le terme hyper consomamtion. Cela n’a guère de sens. Et que veut dire nier la pollution ? Rien. Tout ce que la Vie utilise, elle le transforme, et on peut appeler cette transformation pollution si ça flatte l’ego. Je vous en prie humblement : réfléchissez avant d’utiliser ces mots à la con.

        1. daredevil2007

          Euh? Mais en quoi le commentateur précédent a-t-il été discourtois? Désolé mais je ne vois pas! En revanche, il a parfaitement mis en lumière l’aspect « pure propagande » du culte réchauffiste actuel… Comment oser prétendre que l’on sait tout sur ces questions alors que l’on n’en comprend que le quart du tiers du millième tout au plus? Pour ma part, je ne poserai qu’une question : à qui profite le « crime »?

    2. Calvin

      La pollution, c’est à la fois une gabegie et a un impact sur l’environnement, la santé , etc. Elle doit être limitée le plus possible.
      Le recyclage, une fois devenu rentable, sera un atout.

      Le pillage des ressources, c’est un concept idiot. Il n’y a pillage que si un gugusse prend tout, par exemple du bois, se fabrique un million de meubles en bois, et se les garde. Aucune ressource naturelle n’est utilisée au profit d’une seule personne, voire même d’un groupe, voire même d’un pays entier.
      Quant à l’hyper-consommation, c’est quoi le curseur ? A partir de quand on passe de Normal à Hyper ? C’est variable en fonction des saisons ?

      1. Théo31

        « La pollution, c’est à la fois une gabegie et a un impact sur l’environnement »

        le premier producteur et « pollueur », c’est quand même la terre. Et le soleil est de très loin, le premier producteur d’énergie nucléaire, loin devant EDF : pourquoi n’entend-on jamais les plaintes des chiasseux drôlatiques à ce sujet ? Dire que la pollution a un impact sur l’environnement, c’est juste idiot.

        1. Calvin

          Oui, je confirme que c’est idiot, je voulais parler de notre environnement, c’est à dire notre santé.
          L’idée est de minimiser la pollution industrielle et/ou humaine, au rythme des technologies. Pas d’imposer une décroissance ou d’interdire le développement.

    3. La pollution existe d’autant plus que la liberté et la responsabilité sont bafouées, et le pillage des ressources naturelles, j’aimerai bien une définition pour savoir si ça existe ou pas.

      1. Calvin

        C’est facile,H16, je te la donne :
        Le pillage des ressources, c’est quand des multinationales exploitent le sous-sol ou le territoire au profit des capitalistes apatrides.

        En revanche, quand les populations prennent anarchiquement et en dépit du bon sens ces mêmes ressources, c’est pas du pillage.
        La différence, c’est pas « quoi », c’est « qui » et « comment ».

      2. Aristarque

        Le pillage est en définition une action de guerre consistant à s’approprier les biens (au sens large) des vaincus sans rien payer, bien entendu.
        Cela a dérivé vers un accaparement de biens illicite et/ou sans rien payer à leurs propriétaires…

      3. simple citoyen

        Mais ils s’y sont attelé par le biais de l’Agenda 21, au nom et en application duquel vous commencez à voir tout un tas d’initiatives prises au niveau local en France.
        Il est particulièrement intéressant de voir ce qu’il contient, comment il est implémenté tant au niveau national (voir ce qui est fait aux US en son nom…) que local.
        Je mets ci joint la liste des 27 principes qu’on ne trouve pas facilement, mais qui sont très éclairant. Si on prête bien attention à la manière dont il est rédigé, on voit très clairement ce à quoi cela va conduire.

    1. vengeusemasquée

      Mais moi, ce que je ne comprends pas, c’est qu’ils ne donnent pas l’exemple. Enfin voilà, qu’ils commencent par arrêter de se reproduire, ces écolos, et on en reparlera après. Ou pas d’ailleurs.

      1. Calvin

        Le truc, c’est qu’ils commencent par te l’imposer d’abord à toi et moi.
        Ensuite, si tout va bien, ils seront les derniers à faire pareil.
        Et ils éteindront la lumière en sortant…

    2. Calvin

      Ne le dis pas en rigolant !
      Paul Krugman a prédit (et c’est scientifique, je vous le dis) l’arrivée des extra-terrestres (*) !
      Et bientôt, ce sera un consensus scientifique total et irrévocable.

       

      (*) ou l’appelle de ses voeux ! mais le vouloir, c’est le créer, non ?

        1. Calvin

          Ce qui n’est pas incompatible, et casse beaucoup beaucoup de vitres.
          Vive les séismes, les volcans, les guerres, etc, qui donnent du travail.
          Je me demande pourquoi les economistes keynésiens ne passent pas leur temps à casser des Ipad tous les soirs pour en racheter chaque matin. Ca fera de la croissance, parait-il…

  4. Calvin

    C’est ahurissant de voir les détracteurs actuels de l’action humaine (industrielle, économique) réclamer une action humaine, d’un autre genre, en pire, en plus incontrôlable.
    Ce qui prouve que le constructivisme est une véritable schizophrénie.

    Autre remarque, lorsque la Terre entrera dans une période glacière qu’elle a déjà connue (et que les astronomes nous prédisent), ces écolos auront sans doute une idée géniale : puisque c’est la pollution de l’homme qui est à l’origine du Réchauffement Climatique, s’il fait trop froid, y a qu’à polluer à donf, dans des proportions inimaginables, tiens, à la manière de l’URSS, de la RDA, de la Chine… mais dans des proportions titanesques.

    Pathétique.

    1. jmdesp

      Ah, faut choisir, bien ou pas bien l’action humaine ? Il se murmure que sans le réchauffement climatique nous serions peut-être en train d’entrer dans une nouvelle ère glaciaire, l’expérimentation en question est donc peut-être déjà en train d’arriver en grandeur réelle.

      1. Calvin

        Si tu veux mon avis, l’action de chaque humain, choisie à son niveau, est préférable à celle dictée par une poignée de gens à tous les autres.

    2. ph11

      S’il y a refroidissement, on peut être certain que nos zozos accuseront encore une fois le capitalisme et l’industrie.
      Tout est la faute au capitalisme, ne l’oublie pas.

  5. NeverMore

    Entre la réduction autoritaire de la population humaine, et un bidouilllage de l’athmosphère, je ne vois pas nécessairement de contradiction.

    Les deux effets peuvent heureusement se cumuler.

    Si les manips pouvaient être confinées dans l’hémisphère sud, et hors de ma période de congés (1) ça serait parfait

    1) je ne vais pas en congé dans l’hémisphère sud, mais on ne sait jamais. Par exemple, je n’exclus pas d’aller au Japon (quand Duflot n’y est pas).

    1. jmdesp

      Tu as passé ton DEA de géographie ensemble avec Duflot, c’est cela ? Il faudra quand même un jour qu’on vire de l’université ces profs qui enseignent à leur élèves que le Japon est dans l’hémisphère sud. :-)

      1. Calvin

        Et les profs d’économie qui se présente sous la bannière Lutte Ouvrière ???
        C’est symptomatique du niveau dément de délitement des élites.

  6. vdf

    Un autre apprenti sorcier, heureusement actuellement interdit d’agir : http://www.actualites-news-environnement.com/28751-ocean-fer-changement-climatique.html

    Le problème est que ce personnage oublie de prendre en compte les actions délétères des champs de diatomées fertilisées : utilisation accrue de l’oxygène, mettant en péril d’autres espèces ; certaines diatomées deviennent toxiques, et leurs prédateurs régulateurs disparaissent ; désoxygénation des zones profondes préjudiciable aux organismes qui y vivent lorsque les dépouilles tombent massivement sur le fond.

    Tous ces petits ennuis environnementaux dans un seul but : lutter contre le changement climatique en fixant du gaz carbonique. Ben voyons.

        1. Batilus

          Non non, a priori la réponse est « Il y a trop de monde », et là, on propose une panoplie de solutions : enfant unique, tirage au sort, vente d’armes à l’Afrique, l’Iran et la Corée du Nord…

        2. Batilus

          Non non, a priori la réponse est « Il y a trop de monde car les richesses sont limitées, donc plus de monde = moins pour chacun », et là, on propose une panoplie de solutions : enfant unique, tirage au sort, vente d’armes à l’Afrique, l’Iran et la Corée du Nord… Ce qui permet d’envisager sereinement une croissance zéro, puis une décroissance tout en douceur.
          Non c’est pas ça ?

    1. Alex6

      Et quelle est votre position sur le fait que le nombre d’etres humains a TOUJOURS augmente et que les rigolos Malthusiens se soient strictement toujours ridiculises avec leurs predications fin-du-mondistes?
      Un bon vieux communisme des familles saurait comment reduire efficacement le nombre d’etres humains, c’est sans doute la methode a laquelle vous pensez, avouez, petit coquin!

      1. Jean

        @tout le monde :

        Dans le temps, on avait des bonnes guerres et des épidémies pour tempérer la chose.

        Si 7 milliards d’êtres humains est acceptable selon vous,très bien. Si demain les 10 milliards le sont également, fair enough. Que se passera-t-il quand on sera 20, 30, 50, 100 milliards ? Toujours ok pour vous ?

        1. J’adore le « bonnes guerres et épidémies ». Très humaniste.

          Et qui te dit qu’on va arriver à 100 ou même 20 ? Et qui te dit que ce sera un problème ?
          Rien de rien du tout. Bref : catastrophisme, malthusianisme, sinistrose et une dose d’ »humanisme » létal. Miam.

        2. Jean

          C’était justement pour vous faire réagir.

          En effet ce n’est pas très humaniste, un peu comme le fait de ne pas considérer le nombre d’humains sur la planète (dont pas mal crèvent la dalle et/ou ont une belle vie de merde) comme un sujet suffisamment digne pour en avoir une opinion.

          Ce qui me dit qu’un jour on sera 20 milliards, c’est principalement le fait que depuis que l’homme est homme ce nombre a TOUJOURS augmenté (sauf donc, guerres et épidémies). Donc à moins d’avoir une bonne raison de ne pas augmenter ça va continuer à augmenter. La question serait donc plutôt « qu’est-ce qui te dit que ça ne va plus augmenter? ».

          Et ce qui me dit que ce sera un problème, c’est qu’aujourd’hui c’est déjà un problème (pour les gens concernés et pas pour la planète, ne me faites pas dire ça).

          J’ai l’impression que dès qu’on dit « il y a un problème » on est catalogué chez vous comme « catastrophiste ». Pas super pour le débat. Mais de toute façon vous n’avez pas d’opinion, hein ?

          1. Moi, pour le moment, j’attends de voir où vous voulez en venir, vos conclusions, votre opinion (puisque de toute façon, z’en avez une, hein). Allez-y.

        3. Théo31

          « Dans le temps, on avait des bonnes guerres et des épidémies pour tempérer la chose. »

          Parce que la guerre en Libye n’est pas une (bonne) guerre et que la malaria n’est pas une épidémie qui ne tue plus personne ?

          « qu’est-ce qui te dit que ça ne va plus augmenter? »

          La hausse du niveau de vie et l’accès à la contraception qui font que dans les pays développés le nombre moyen d’enfants par femme diminue et qui fait que les populations allemande et japonaise baissent, que le nombre de leurs retraités explosent et que celui des actifs qui les financent s’écroule.

  7. Pandora

    Il faut des expérimentations.
    Elles nous permettent de mieux connaître les phénomènes i.e. le progrès. En climatologie, nous débutons : elles sont nécessaires même si elles aboutissent à un échec.

    La problématique invoquée est stupide mais elle correspond à la mode actuelle.

  8. Pathétique

    une position sur le nombre croissant d’êtres humains …… Ben si on les laissaient libre de posséder et de produire il se pourrait qu’il consomment … bêtement ! Puis éventuellement, ils épargnent, ou payent des études à leur gosses … basique. Mais faut naître libre, pas surendetté et surtaxé ….

  9. Deres

    Il y a de la fraude en France ! Vite créons des postes de fonctionnaires et des postes de pantouflages pour dépenser de l’argent public !

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/07/24/un-rapport-du-senat-propose-la-creation-d-un-haut-commissariat-contre-l-evasion-fiscale_1737744_3234.html

    Pour lutter contre la fraude, ils préconisent bien entendu aucune mesure concrète sauf créer des postes et donc augmenter les dépenses publiques … Un nouveau « haut-commissariat » coûtera facilement une bonne dizaine de millions d’euros. Cela créera au passage de beaux postes de pantouflages avec son président, ses adjoints et les directeurs nécessaires à son fonctionnement. Il faut bien trouver des postes pour les hauts fonctionnaires qui plafonnent et qui s’ennuie dans les ministères …

    En plus, ils suggèrent carrément la création d’un nouveau corps de fonctionnaires, pas moins ! Adieu la simplification de la grille administrative …

    1. Calvin

      Ce qui ahurissant, c’est qu’ils n’ont même pas penser à diminuer la pression fiscale, qui diminuera l’exil fiscal, et ne nécessitera aucun contrôle…

      J’en ai marre d’être idiot et que nos élites soient si intelligentes. Mais, ce qui est ballot, c’est que plus ils sont intelligents, et moins leurs idées lumineuses marchent. Il y a un truc que je pige pas…

  10. Homo-Orcus

    Cette affaire est la mise en route du turbo de la pompe à fric. Les études sur le réchauffement ne suffisent plus à justifier les budgets. Puisque le réchauffement a été largement prouvé !!!!! on passe à la phase, comment refroidir le climat ? accompagnée de colloques, séminaires etc. Il y a quelques années un doc Mabuse voulait envoyer des miroirs dans l’espace! Il était en avance.

  11. NOURATIN

    Le problème essentiel étant qu’on est trop nombreux, il suffirait de balancer des contraceptifs à sanglier en certains
    points du globe judicieusement choisis. Bizarrement les écolos
    n’y ont jamais pensé, faudrait peut être leur suggérer…

    1. Oh que si certains écolos y ont pensé. Ils ont d’autres idées aussi subtiles dans leur panoplie, à commencer par des famines, des virus, et l’utilisation d’autres moyens plus ou moins conventionnels.

  12. NeverMore

    Changment climatique. Trois quatre jours de soleil, fait chaud. Vivement une bonne pluie.

    Et ça arrêtera un peu le ballet des moiss-batt qui travaillent jusque tard dans la nuit (la cupidité de ces gros richards d’agriculeurs me révulse, je vais en parler à Montetbourre).

  13. wingaards

    Extraordinaire le nombre des réponses on dirait la France en vacance et a le temps de lire et de répondre sur le blogue H16
    Le climat est un peu comme le prix du café de la cantine après avoir voté des résolutions engagent plusieurs millions en quelques minutes deux heures plus tard toujours pas un accord.
    Oui tout le monde se connait dans cette science qu’est le climat et il y a 15 ans j’ai voulu me frotter avec elle.
    A 2heurs du matin je constate que les courses de patinages au Pays Bas dit cours des onze villes sur 200km ont lieu tout les 10 ou 12 ans et correspondent au cycle du soleil avec un trigger de 11 ans.
    Ce cours est un événement exceptionnel et est une journée non travaillé un peu la quatorze juillet et jeux olympique ensemble
    Deux mois plus tard en 1997 je passe le repas annuel de l’entreprise pour laquelle je travail au pays Bas et cet fête a eu lieu .La canicule je le voyait en 2003 ou 2004 bon nous l’avons eu avec 15000 mort le mois d’aout belle mère comprise 2008 ou 9 devait à nouveau produire une cours qui pour l’instant est à nouveau possible 2013 malgré le fait qui le soleil est à son cycle maximum mais le niveau des taches solaires sont a la moitié de 2003.
    grote-kans-op-elfstedentocht.htmLink elfsteden tocht
    http://www.stichtingmilieunet.nl/andersbekekenblog/klimaat/klimaatnieuws-
    http://www.swpc.noaa.gov/SolarCycle/
    Autres acteurs du climat sont les vulcains qui eux ne sont prévisible et perturbent bien plus encore le climat et sont responsable de tant des bouleversements historique pour ne que citer que la révolution en France (et pas française comme dissent nos gauchos)

    1. Aristarque

      Il faut créer un haut-commissariat pour surveiller les volcans et les mettre hors d’état de nuire après deux avertissements préalables….

      1. wingaards

        le mieux sera de rendre ces effects anticonstitutionelle comme Tapie qui voulait rendre la pauvreté anticonstitutionel parce que un haute commission côute beaucoup je sens un tendence socialistes refoulé dans votre solution

  14. Tablis

    Hash, je m’attendais a voir « drias » dans votre billet !

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/07/24/01016-20120724ARTFIG00583-connaitre-le-climat-de-sa-region-en-2035.php

    Vous allez aimer !

    « Ce site représente donc pour la première fois une interface entre le monde de la recherche et les gestionnaires. «C’est un outil pour aider à la prise de décision», souligne encore le scientifique même si «toutes ces notions sont assorties d’incertitudes». Les modèles climatiques convergent tous vers une hausse globale des températures, mais «l’échelle régionale est intrinsèquement difficile», insiste-t-il. »

    :bave:

  15. Marc Aurèle

    Je suis heureux, en bon spectateur et acteur contraint, je me réjouis d’avoir assisté à la naissance d’une idéologie officiellement promue en religion mondiale. Elle est en effet solidement munie de ses propres évangiles et d’un véritable clergé, lui même soutenu par des légions d’idiots utiles, de parasites avisés, de symbiotes involontaires, de commensaux ordinaires et pillards politiciens, tous prosélytes et futurs inquisiteurs. Comme toutes les créations récentes de notre occident déclinant, elle semble déjà posséder les signes visibles de sa propre fin que nombre espèrent prochaine, notamment:
    - Une croyance qui repose sur un compendium d’idées frelatées,
    - Un clergé mi-politique mi pseudo-scientifique qui vit au crochet d’ouailles pour l’instant captives,
    - Des dîmes perçues auprès de la population et un commerce d’indulgences avéré avec les puissants, clés de voute financière du dispositif entier,
    - et enfin des ouailles qui justement et heureusement n’ont plus les moyens de se payer ce couteux prêche planétaire.

    Gageons donc, faute d’argent, une fin prochaine et heureuse à tout ce fatras d’inepties qui nous aura couté cher et qui de toutes manières n’aura rien changé, si ce n’est nous avoir rapproché plus rapidement de la ruine. Laissons les croire qu’ils peuvent modifier le climat, de toutes manière ces couteux escrocs finiront bien par disparaitre quand les caisses seront définitivement vides.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)