Le sénat, Manuel Valls et les mouvements asociaux

Le 27 février 2013 se tiendra une intéressante lecture au Sénat d’une proposition de texte de loi comme il en fleurit parfois alors que l’actualité syndicale et sociale du pays devient plus tendue. On s’étonnera du peu de publicité reçue à ce projet, au contraire d’autres (comme le mariage homosexuel ou le vote des étrangers). Pourtant, on sent derrière ce projet une vraie volonté de faire progresser le débat social en France…

Magie de l’internet, le projet de loi est consultable en ligne à cette adresse. Le titre est assez évocateur et permet de bien situer l’action :

Proposition de loi portant amnistie des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives

Oui, vous avez bien lu et je l’espère bien compris : il s’agit d’un projet de loi déposé par les sénateurs visant à amnistier de façon assez large les exactions commises lors de mouvements sociaux, grèves, prises d’otages et séquestrations citoyennes de patrons, les mises à sac participatives d’entreprise, les détournements syndicaux engagés de matériel ou d’argent, bref, toutes ces petites péripéties amusantes qui règlent la vie syndicale et ouvrière en France.

Demaerd Bisounoursland Security - Division Gros CalinsIl faut bien comprendre que ce qui anime les auteurs d’une si aimable proposition est un humanisme dont les volutes parfumées au Zola en concentration industrielle permet de faire passer la pilule sans la moindre difficulté. C’est fort bien expliqué dans l’objet du texte, puisqu’ils explique ainsi que « trop de sanctions injustes ont été infligées qui ne visaient qu’à éteindre toute velléité de contestation ». Rendez-vous compte ! Des syndicalistes, des grévistes, de fiers salariés qui séquestrent leur patron en tout bien tout honneur sont parfois inquiétés par la Justice alors qu’en fait, ce n’est parfois qu’une « invitation à rester. » Selon nos sénateurs humanistes, ce serait parfois le simple affichage ou la gentille distribution de tracts mignons qui donnent lieu à des méchantes menaces ou de vilaines assignations judiciaires. La Justice française est cruelle pour le syndicaliste, tout le monde le sait. On se souvient des terribles condamnations à répétition, avec force bagne et moult peines de prison ferme pour les faucheurs volontaires, les multiples incarcérations longues et pénibles pour les syndicalistes de Molex ou de Caterpillar.

Bref : les braves sénateurs, estimant que l’action collective est « un droit inhérent à toute démocratie », se sont fendus d’un nouveau texte de loi histoire d’encadrer ces opérations syndicales revendicatives (mais bon enfant, hein), texte qui propose d’« amnistier les faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales ou revendicatives ainsi qu’à l’amnistie des sanctions disciplinaires. » À partir de là, la distribution de bisous peut commencer.

Mais avant, penchons-nous rapidement sur le cas des deux sénatrices qui sont à l’origine de ce projet : il s’agit de Annie David et Éliane Assassi.

La première, Annie David, est une ancienne du Parti Communiste, et bien évidemment, fut délégué CGT chez Hewlett-Packard, ce qui montre de façon limpide que, contrairement à l’indication pourtant claire que ce genre de penchants politiques plus que douteux laisse sur l’intelligence de la personne, on peut très bien parvenir au poste de sénateur avec un tel passif. La seconde, Éliane Assassi, a elle aussi fricoté sans la moindre honte avec ce parti dont l’idéologie mortifère a provoqué directement la mort de millions d’individus, qui cautionne sans sourciller les agissements inhumains des dirigeants nord-coréens, adoube avec bonheur la dictature castriste, et envoie moult bisous humides vers un dirigeant vénézuélien qui ruine tous les jours un peu plus son pays.

Le dépôt d’un tel projet de loi par ces deux communistes patentées n’est évidemment pas une coïncidence : elles sont au courant, de façon directe ou indirecte, de la tendance générale qui se profile en France, celle qui consiste à des mouvements sociaux de plus en plus violents. Et pour le coup, ce n’est même pas moi et mon pessimisme habituel qui le dit, mais bien le ministre de l’Intérieur qui n’avait pas compris que, devant un gros micro mou, il faut toujours bien faire attention à ses déclarations.

On apprend en effet que Manuel Valls s’est très récemment inquiété des risques d’implosions ou explosions sociales et a même lâché, sans trop se faire prier, que ses services étaient mobilisés pour éviter tout débordement lors de mouvements sociaux. Si cela a le mérite d’être assez clair, cela montre aussi qu’au contraire de certains clowns parfaitement déconnectés de la réalité de cette France d’en-bas qu’ils ne fréquentent plus depuis longtemps, certaines personnes, au Ministère de l’Intérieur, ont bien compris qu’il ne faudrait probablement pas grand-chose pour que la situation générale dans les entreprises en difficulté échappe rapidement aux forces de l’ordre.

Ce qui, auparavant, était une impression, un sentiment de ras-le-bol, prend soudain corps avec la tirade d’un Valls un peu gêné de constater, finalement, que la réalité est encore moins bisou que ce qu’il imaginait :

« La colère sociale, avec les conséquences de la crise économique et financière, la précarité, le chômage, les plans de licenciements, elle est là, elle gronde depuis des années. »

En clair, les services de renseignement de la police ont récemment reçu comme instructions de suivre les entreprises en difficulté et d’anticiper l’éventuelle radicalisation (lire : départ en sucette) des mouvements sociaux. Évidemment, cette nouvelle a fait dresser quelques cheveux sur la tête de plus d’un syndicaliste prêt à en découdre contre le méchant capital, ce qui a obligé le pauvre Manuel à sortir de sa rêverie lucide qui l’avait amenée à cacher de telles informations, et à enrober ses dernières déclarations dans une bonne couche de xyloglotte qu’il maîtrise plus ou moins bien.

valls : c'est pas gagné

Mais si l’on couple cette information avec la précédente proposition de loi pour dédouaner généreusement les syndicalistes qui démonteront leurs outils de production avec tact et doigté (et dans l’exercice normal et démocratique de leur droit de grève), si l’on ajoute le désir de plus en plus ardent de traquer même les plus petits mouvements de fonds en liquide avec l’abaissement de la limite autorisée à 1000€, on commence à avoir une idée assez précise de ce qui se trame doucement dans la Socialie Française de 2013 / 2014, et ce n’est pas très joli à voir.

Bien sûr, le pire n’est pas inévitable. Mais à l’évidence, quelques uns se préparent déjà à des périodes tumultueuses, quand d’autres font tout pour y parvenir, certains de façon inconsciente, d’autres sciemment. Je ne sais pas si ces préparatifs serviront, ou si le chaos l’emportera. Je ne sais pas si les sénateurs ont bien conscience du néfaste blanc-seing qu’ils veulent ainsi signer, mais je sais que, quoi qu’il arrive et devant ces éléments qui s’accumulent, ce pays est foutu.

keep calm and less state, please

J'accepte les Bitcoins !

1KpCuGmVHdiKjq8jr2xzMzscjjiTMG5263

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires84

  1. Karizoc

    Divergence complète avec ce qui a été voté récemment en Suisse, où les organisateurs de manifestations sont désormais responsables des dégâts commis pendant les rassemblements. En France, on veut voter pour que les dégâts et les exactions syndicales restent impunis. Ce pays est foutu.

    1. Aristarque

      Oui, mais la Suisse n’est pas un pays démocratique comme tout un chacun le sait… C’est juste un abominable paradis fiscal à chanteurs et sportifs français, sans plus.

    2. Deres

      C’est largement pire que ce que vous pensez ! Si l’objet de la loi parle de protéger les syndicalistes et les manifestants de simples amendes, le contenu de la loi parle clairement de « infractions passibles de moins de dix ans d’emprisonnement ». Les homicides involontaires et les violences font donc clairement parti des peines qui seraient couvertes par cette loi. Une séquestration de patron qui tournerait mal « involontairement », du genre « il a tenté de s’enfuir et est tombé dans les escaliers ou par la fenêtre, ce n’est pas de notre faute » serait donc complètement couverte par l’amnistie. Idem si vous faites brûler la maison du patron sans préméditation aucune …

      Avec ces lois, noter bien que les djeuns faisant du pillage autour des manifestations serait aussi couverts en revendiquant leur appartenance syndicale …

  2. Josselin

    Les salariés de la fonderie DMI à Vaux pourront faire sauter leur usine en toute impunité.

    que que ses services étaient mobilisés
    Un « que » en trop.

      1. Eric

        OUahhhh la mentalité de ces salaries est inquiétante:
        « Il faut au moins qu’on soit récompensée de notre effort » en parlant de la grève…
        « On n’est pas des tueurs, on est des fondeurs… mais si on n’a pas le choix » dixit le CE
        « le fil,un détonateur, du plastique… » dixit l’artificier de DMI ahahah
         » je ne veux pas qu’on nous foute dehors de notre société » dit-il cet employé bien sur de lui

          1. Josselin

            Je n’arrive d’ailleurs pas à comprendre pourquoi eux ne comprennent pas que leurs actions font tout pour décourager les potentiels repreneurs … Ca me parait tellement évident.

      2. fab

        C’est pas très eco-friendly des grands feux de joie comme ca. En plus en brulant des pneus! Ils seront amnistiés pour avoir fait exploser leur usine, mais ils se feront peut-être condamner pour avoir augmenter la dose de CO2 dans l’atmosphère ainsi que divers autres particules polluantes. Au moins il y a une justice!

  3. infraniouzes

    Xavier Mathieu va demander sa réintégration dans les effectifs de Continental (pour faire quoi ?) pendant que ses collègues restent, après son action, sur le carreau. C’est ce qu’on appelle la solidarité ouvrière ?
    La ville de Paris demande des dommages et intérêts aux manifestants de… droite qui auraient souillés le Champ de Mars.
    Tout le monde aura compris que la justice républicaine est bien à deux vitesses. Ne cherchez pas d’explications ! C’est le SENS de l’histoire….

  4. Fwh

    Petit HS, mais avez-vous vu la campagne de propagande du Monde en ce moment sur la récidive ? Que des articles partisans, expliquant que la prison c’est mal, en gros.

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/02/14/contre-la-recidive-des-alternatives-a-la-prison_1832640_3232.html
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/14/les-alternatives-a-la-prison-protegent-de-la-recidive_1832634_3224.html
    http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/02/14/la-prison-a-la-peine_1832902_3246.html
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/02/15/vous-entrez-en-prison-avec-un-cap-de-voleur-vous-sortez-avec-un-mastere-de-criminologie_1833270_3224.html

    4 articles en 2 jours, tous partisans de la bien-pensance bobo du moment bien sûr.

    Et pas un pour citer les témoignages d’anciens prisonniers qui expliquent que 3 mois fermes, après tout ce qu’ils ont fait, c’est une invitation à recommencer.

    Je me demande ce que ça cache. Le Monde veut inculquer à ses lecteurs l’idée que prison = récidive. Ça me fait un peu peur de voir tant d’acharnement à vouloir faire rentrer cette idée dans la tête des lecteurs.

      1. Istvan

        @h16, j’attends votre article avec impatience.

        Un petit échange qui cloue le bec à 100% des bisounours que j’ai croisé ces dernières semaines à propos du rôle de prévention/réinsertion de la prison (issu d’Obertone) :
        Q / « Cher ami (bobo bisounours), imagine un monde où on a trouvé une pilule qui neutralise sans aucun effet secondaire toute volonté criminelle, à vie, en une prise unique. La personne reste la même etc. c’est juste qu’elle a réellement compris, grâce à l’action de la pilule que les actes criminels, c’est « mal » et décidera donc de son propre chef de ne plus jamais recommencer. Est-ce que quelqu’un qui tue, est condamné puis prends cette pilule d’une efficacité de 100% doit ne jamais mettre les pieds en prison ? Dans ce monde idéal, pourrais-je tuer, être condamné à prendre un cachet puis rentrer chez moi dans la foulée et mener une existence rangée jusqu’à la fin de mes jours ? »
        R/ « Euh non ce serait pas bien… » (et là, notre interlocuteur est bien obligé de se rendre compte que MEME LUI, voit la prison comme une punition MERITEE et pas seulement comme un outil de réinsertion…)

        1. gillib

          @Istvan Bien entendu la sanction n’est pas là que pour éviter la récidive, ni non plus que comme ‘réparation’ envers la victime, mais elle est là avant tout comme mesure dissuasive. C’est un message aux ‘autres': voilà ce qu’il vous arrivera si … :) .

          1. Istvan

            @gillib : nous sommes d’accord et les bisounours aussi ! Sauf qu’ils l’ont oublié, trop pavloviens dans leurs discours pour pouvoir ne serait-ce que décrire clairement leur position personnelle réelle (souvent en décalage avec leurs affirmations dogmatiques…)

    1. Deres

      Taubira avec son mariage homosexuel est devenu une star des socialistes. Ils la soutiennent donc béatement et lui lèche le derrière avec plaisir en pensant que tout ce qu’elle touche devient de l’or. Certains groupies parlent déjà de la présidentielle 2017 pour elle, c’est dire … Rien qu’à l’idée d’une présidente noire issu des DOM-TOM, certains frôlent l’orgasme progressiste !

      De toute façon, plus la conjoncture sera mauvaise, plus les socialistes se lanceront à corps perdus dans le sociétal … C’est une fuite en avant de plus dans ce pays. Il faut bien trouver une nouvelle diversion sociétale quand on a usé la précédente. C’est aussi pour cela que la PMA et la GPA font peur pour la prochaine présidentielle socialise … Taubira a fait ses preuves de progressisme décomplexé se désintéressant complètement des conséquences long terme de ses actes.

  5. Aristarque

    Et quand on fait péter festivement et en toute camaraderie un Mac’Do en Bretagne et qu’un(e) salarié(e) reste sur le carreau à jamais, que sera t il prévu?
    On n’avait pas été frappé spécialement par la lourdeur de la sanction d’alors mais si le Mac Do avait explosé tout seul, je doute que le patron s’en sorte avec autant de mansuétude…

  6. Peste et coryza

    1 : si on se met à la place du viré :

    Quand vous êtes viré de votre job alors que vous n’y êtes pour rien, et que vous êtes de facto condamné à la misère et à l’errance, il est compréhensible de vouloir faire une grosse tête au patron/DRH/PDG. Dans le genre « bonne vieille flamme moyenâgeuse » ou « sonore et dégueulasse ».

    C’est une justice/vengeance au sens très basique du terme : œil pour œil, dent pour dent, vie pour vie.
    Pareil pour les suicides, surtout dans un pays déprimé, sans possibilité de s’en tirer par soi même, sans solidarités réelles comme la France (revenez de l’étranger, il y a un signe qui ne trompe pas : tous les français font la gueule, notre pays détient le record européen des suicides et de la conso d’antidépresseurs).
    Sans compter les autres conséquences : votre femme se barre avec vos mômes, plus personne dans votre famille ne vous adresse la parole, vos voisins vous méprisent…
    Sans compter un phénomène bien français : la dépendance à l’état. Qui vous fait aller à Pole emploi, qui vous déprime encore plus car ils sont débordés/nuls/branleurs.

    Lorsque j’étais au chômage, une partie de ma famille et de mes amis m’ont tourné le dos, et ma copine s’est barrée….

    Au USA, les crimes causés par les licenciements (du genre : un mec se fait virer comme une m*rde par son DRH, et le dit DRH se retrouve truffé de plomb) constituent maintenant le tiers des homicides.

    2 : de l’autre coté…

    Même si il y a pas mal de fumiers parmi les dirigeants (pour preuve, les publis de psycho sur le nombre de psychopathes, de pervers narcissiques et autres dérangés dans la politique et le monde des affaires)(parce que leurs « qualités » sont aujourd’hui recherchées et promues dans certains secteurs, politique et banque en particulier (dans l’armée, c’est plutôt l’ambition), l’immense majorité sont tout de même des individus lambda.
    Dans le cas d’un patron ou d’un DRH, il est rarement plaisant de devoir virer quelqu’un, surtout si le gars en question n’y est pour rien (crise éco par exemple : les commandes baissent, il faut sauvegarder la tréso, donc faire des économies, y compris sur le personnel)…

    Moralité :
    1 : Pour virer des gens, il faut parfois savoir y mettre les formes. Et arrêter de croire dans les conneries du genre « surprise colère négociation dépression acceptation ».
    2 : Pour limiter la casse, donner plus d’autonomie et reformer les mis sur le carreau serait une bonne idée… le plus triste est que des pays comme le Canada embauchent plus en période de crise que la France en reprise… (bon aujourd’hui, la France n’est pas en reprise, elle coule, lestée pour au moins 15 ans d’incurie. Cela ne se voyait pas avant, mais aujourd’hui, maintenant qu’on a de l’eau jusqu’au genoux, ça commence à se voir)

    1. Heu.
      certes certes, mais ce billet n’était pas un billet RH. C’était un billet « le Sénat prépare un terrain que Valls semble voir se profiler ».

      1. Peste et coryza

        En fait, ça a à voir.

        Valls tremble. Il voit les rapports des RG arrivés sur son bureau, qui racontent tous la même chose : le pays de morfond, la pauvreté et les délits qui vont avec augmentent, les flics grognent, et tous ces ouvriers/employés/gueux énervés (ben, tiens, il y en a qui menacent de faire sauter leur usine…).

        Cette loi est un blanc seing pour les syndicats, mais en échange ceux ci doivent détourner la colère populaire (ce qui est leur rôle). D’où l’impunité en cas de casse…
        Bref, canaliser la colère pour mieux la contrôler. Sinon Flamby et sa fine équipe risquent de finir empalés…

        1. channy

          Certes ce n’est pas un billet RH comme le dit H16, mais je suis à 100% d’accord avec vous.
          Pour les gueux énervés comme vous le dites, ils gueulent, ils geignent sans arrêt mais personne ne se rebelle..personne n’agit ou essaye d’améliorer son sort..on vous dit même que c’est partout pareil et qu’il faut être un bisounours pour croire que vivre à l’étranger c’est mieux( si si Tf1, F2 ont diffusé un reportage alors c’est forcement vrai);
          nous avons acheté la paix social avec de généreuses allocations en tout genre..tant que le pognon continuera d’être versé rien ne bougera.;coluche ne disait il pas: on dit qu’il y a déjà 3 millions de personnes qui réclament du travail en France, ce n’est pas vrai, de l’argent leur suffiraient
          un petite piqure de rappel salutaire
          http://www.youtube.com/watch?v=1rHjXlFs6RU

    2. Deres

      Les patrons sont rarement des bisounours car sinon leurs entreprises se ferait bouffer par celles des requins. C’est leur job de ne pas être des enfants de coeur dans le erspect de la loi. C’est cela qui fait l’efficacité de l’outil productif et la richesse globale du pays.

      Les hommes politiques aussi sont des requins sans coeur. Leur générosité apparente vient du fait qu’ils distribuent l’argent commun des impôts de manière direct ou indirect, à court terme ou à long terme, sans en subir personnellement les conséquences avec leur entourage proche. Mais quand on regarde dans le détail, pour donner un exemple, ils n’hésitent pas à pousser aux radiations à Pôle Emploi pour améliorer les statistiques …

      1. Théo31

        Les radiations de Paul Emploi : c’était la spécialité de Tartine au Brie pour faire élire son champion Lionel qui s’est quand même pris la branlée du siècle.

  7. Alexandre Gérard

    Sympa le ravalement de façade !

    Sinon, je suis chaque jour un peu plus consterné par les coups de butoir que subit l’état de droit et par l’atteinte aux droits fondamentaux de la personne…

    (sympa aussi, le « keep calm »)

  8. Marco33

    Je doute qu’un tel texte passe, mais supposons que si.
    Alors je me syndicaliserai, n’importe lequel, l’essentiel étant d’avoir une « assise ». Puis si je suis « incité » à rester malgré moi, j’utiliserai alors une clé de 9mm ou de 12 pour pouvoir manifester, moi aussi, puisque je serai syndiqué.
    J’userai alors de ce nouveau droit pour expliquer qu’en tant que syndiqué en colère et voulant revendiquer mon droit de liberté d’expression et de mouvement (d’humeur?), je revendiquerai l’amnistie.
    Tant pis pour ceux qui se sentiront plombés par mes droits.

  9. simple citoyen

    J’avais regardé de près cette info il y a quelques jours, ce qui m’avait valu de découvrir l’importance du groupe CRC (20!) et d’un OVNI, pourtant plus ancien groupe parlementaire français le RDSE qui compte dans ses membres aussi bien un Robert Hue qu’un Chevènement, un Baylet ou Gilles Barbier (ex UMP, ex UDF, ex Jura)…
    A l’origine il y a eu un texte présenté à l’Assemblée Nationale http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion0219.asp
    Par ailleurs, on peut aussi se demander s’il ne s’agit pas d’une sorte de droit coutumier qui aurait été mis à mal par la fin de l’amnistie systématique qui avait cour précédemment. Ce pourrait être à mon sens l’origine de ce texte tout autant que le climat actuel.
    Car il ne faut pas l’oublier, une des dispositions essentielles des lois d’aminstie en France, et qui est très importante pour tout le personnel politique, syndicaliste et plus généralement public: « De plus, il y a légalement calomnie lorsque l’auteur d’une imputation diffamatoire ne peut en établir la véracité ; mais cette preuve n’est pas recevable (art. 35 de la loi du 29 juillet 1881) lorsque l’imputation « se réfère à un fait constituant une infraction amnistiée ou prescrite, ou qui a donné lieu à une condamnation effacée par la réhabilitation ou la révision »… dixit Wikipedia.fr

    1. Pandora

      On comprend mieux que les élus ne se privent pas de voter des lois d’amnistie.
      « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour…

  10. Pandora

    C’est affligeant de constater que les détenteurs du pouvoir profitent de leur position pour proposer des mesures aussi contradictoires avec la propriété privée.
    Il faut supprimer le Sénat qui ne sert à rien !

    1. Egomet

      Pas d’accord. Le Sénat est un élément important de la séparation des pouvoirs. C’est un garde-fou, médiocre j’en conviens, mais on a bien besoin de garde-fous. Vous n’évaluez pas la valeur d’un gardien de nuit au travail qu’il fournit, mais aux pertes qu’il évite. Le Sénat, c’est pareil.

      Si on n’avait que l’Assemblée Nationale, les lois pourraient passer beaucoup plus facilement avec une majorité simple. La dictature du 50% + 1 jouerait à fond. Les dirigeants pourraient pratiquer l’ingénierie sociale en toute tranquillité. Surtout depuis que le calendrier des législatives a été aligné sur celui des présidentielles. Avec le Sénat, ils sont un petit peu obligés de négocier.

      Les sénateurs n’ont jamais été beaucoup aimés, parce que ce sont des vieux (étymologiquement aussi), parce qu’ils sont élus au suffrage indirect (et ont donc apparemment une moins grande légitimité) et parce que ça semble faire doublon.

      Mais tout cela a été pensé pour limiter les risques d’abus de pouvoir du parlement.
      Cette chambre a été organisée pour être plus conservatrice que l’autre, ce qui se vérifie assez bien, afin d’éviter les décisions irréfléchies. Elle ralenti les réformes, et c’est sans doute une bonne chose.
      Elle n’a pas la même base que l’autre, pour que la loi soit le fruit d’une majorité qualifiée, et qu’elle obtienne un consensus plus large.

  11. mlallier

    Un petit détail qui a, si j’ai bien compris le texte, quelque importance : les faits amnistiés sont antérieurs au 6 mai 2012.

    Est-ce simplement la volonté de protéger quelques copains ou un test vers une ouverture plus large ?

      1. simple citoyen

        Non, cela tend à accréditer ce que j’écris un peu plus haut; à savoir qu’il s’agit simplement de faire perdurer les lois d’amnistie présidentielle pour les syndicalistes. Ils s’y sont habitué les pauvres…
        Le 6 mai pour rappel est la date du second tour de la présidentielle 2012. Ce ne peut être un hasard.

  12. skunker

    @ H16 :

    En ce moment on me fait payer mon allergie aux administrations.
    J’ai toujours voulu éviter d’y avoir affaire; peu importe ce dont on a besoin c’est systématiquement de longs délais, des retards, des documents qui s’égarent par magie et des claques qui se perdent.
    J’ai même continué à travailler avec la main cassée après un accident du travail juste pour ne pas les voir, c’est dire comme je suis heureux quand on commence à me demander de la paperasse …

    Là j’ai besoin de divers documents pour du travail : à chaque fois que j’arrive quelque part on me dit qu’avant de pouvoir obtenir ce que je veux je dois mettre ma situation à jour, me réinscrire, justifier de si ou ça etc … et la quantité de papiers à fournir en est multipliée d’autant.
    On m’en demande tellement que c’est prohibitif dès le départ et comme chacun des organismes auxquels j’ai affaire m’en rajoute une couche ça fait déjà deux semaines que j’aurais dû commencer à bosser et je n’ai pas fini d’attendre.

    Je n’ai qu’une question : si je crame un pôle emploi et une CPAM pendant qu’ils font grève je serai acquitté ou pas ?

    1. hipparchia

      J’ai la même question : si je me syndicalise et que je vais brûler les locaux de l’EN, voire l’Elysée, serais-je amnistiée parce que ce n’est pas de ma faute si je fais n’importe quoi mais celle de mon patron voyou ?

    2. prunelle

      un bon conseil, perchez vous en haut d’une grue et poussez des hurlements pendant 3 jours, en France, il n’y a que comme ça qu’on peut faire avancer son dossier!

  13. hussardbleu

    Pour estimer la trouille actuelle qui saisit le personnel politique au pouvoir, il n’est que de lire certains articles de presse, de province naturellement où les journalistes font encore leur boulot, pour découvrir certaines amusettes juridiques, comme celle où Montebourg – régional de l’étape – et Thevenoud (le député qui jouait au Scrabble sur sa tablette, en tapant « branleur ») envisagent froidement une dérogation à la règle de droit annulant les marchés publics pour les entreprises en redressement judiciaire : à Cluny, mono industrie, 450 emplois sur le carreau si pas dérogation… et la CGT est le seul syndicat représenté dans l’entreprise, ce qui promet de beaux jours amnistiables…

    L’Etat de Droit est une belle référence, surtout quand on est dans l’opposition….

      1. Emmanuel Brunet Bommert

        La France, c’est le pays des privilèges, voyons ! Les gens n’arrêtent pas de le dire, d’ailleurs :  » Par rapport à d’autres, on est de foutus privilégiés quand même ! » La *glorieuse* révolution française, c’était vraiment beaucoup de bruit pour rien.

  14. NOURATIN

    Evidemment. On était déjà foutus avant l’arrivée des socialistes de gauche mais ces derniers vont accélérer le processus. Comme quoi la belle Démocratie nous aura conduits à la dégringolade qui précède la catastrophe finale, laquelle nous pend au nez, jetons un coup d’oeil du côté de Tunis, ça donne une idée.

  15. Blahblah

    Sympa la refonte du site, mais sur mon mobile (Samsung Android), la taille du texte ne s’adapte pas à la taille de l’écran… et on est obligé de faire défiler de droite à gauche ce qui empêche de profiter correctement du site.

  16. Napoli

    Bah, cela ne ferait qu’officialiser une position et, de plus, au nom de la sacrosainte égalité chère à nos têtes (en aucun cas je n’ai dis de cons !) socialistes, les syndicalistes débordants d’humeur(s) seraient désormais sur un pied d’égalité avec les casseurs des banlieues.
    Les fameux « jeunes » qui brulent moult automobiles et cassent les biens publics sans ne jamais être inquiétés, liberté d’expression oblige.

    En fait, ce gouvernement qui a été élu sur un malentendu, cherche à faire plaisir à son électorat qu’il sait déçu.

    Les pauvres, l’élection de Normal 1er n’a pas eu pour effet de transférer les richesses vers les plus défavorisés, bien au contraire, ces derniers voient leurs impôts augmenter et leurs usines fermer… Par la faute de ces salauds de riches qui se barrent sous d’autres cieux, il faut bien le dire aussi.

  17. Calvin

    Finalement, je me dis que parmi tous ces branquignoles qui nous gouvernent, Manuel est le moins grave et le plus lucide.
    Ce genre de loi, même seulement proposée et étudiée, est une honte totale.
    Mais peut-être que cela fera parti du pacte de compétitivité qui sert à faire venir les investisseurs du monde entier. En effet, les casses, les violences et débordements n’existeront plus en France, s’ils sont légalisés !

    (HS : je viens de tester le blog sur un vieux smartphone non tactile, sous Opera, c’est nickel !)

  18. Rom1

    Toujours voir le coté positif des choses.
    On va pouvoir aller envahir notre representation nationale et sequestrer nos charmants « représentants ».
    En tout légalité. Vivement que la loi passe

    1. mominette

      Si la loi passe, tous les français ne seront plus égaux devant la Loi.
      Détruire des propriétés privées, séquestrer des gens, causer des entraves méchantes à la circulation, priver les milliers de gens au droit au travail, ce sera selon …
      Et quid des victimes ? Sans condamnation, aucun droit à réparation.
      En gros, c’est le blanc seing à la guerre civile.
      On ferait mieux de donner la personnalité juridique aux syndicats, et de pouvoir les poursuivre pour incitation aux troubles de l’ordre public.

      1. Sébastien R.

        C’est ce que je me suis dit : ils vont l’avoir leur grand soir ! Mais moi si la Loi passe, je me trouve un flingue.

        A bon entendeur…

  19. Victor

    Bonjour,
    Si cette proposition passe, elle est valable pour les deux camps. Ne risque t il pas d’y avoir une adhésion massive de militants musclés aux Medef ?

    1. Faut être un peu cohérent : sachant que, selon la doxa habituellement attachée à ce genre de réflexion, les patrons achètent la justice, la presse, et la police, ils n’ont à l’évidence pas besoin de ce genre de lois. Et puis bon, pour être militant MEDEF, il me semble qu’il faut un peu être patron d’une façon ou d’une autre.

      1. Emmanuel Brunet Bommert

        Cela dit, rien n’empêche de *monter un syndicat*, même s’il y a plus de membres dans le syndicat en question que d’employés dans l’entreprise… S’ils autorisent la possibilité de se réunir en milice armée par ce moyen, pourquoi ne pas en profiter aussi pour le faire ? Si un syndicat a le pouvoir absolu, c’est aussi une porte ouverte gigantesque pour une riposte *légale*, n’est-il pas ?

    2. Tea Party

      Victor, je fus un adhérent du Medef avant de vendre la majorité de mes (petites) structures en Fraônce ! j’ai eu beau chercher avec attention, je n’ai jamais trouvé de recrutements de militants musclés, sans raison autre que de se protéger dans les cas graves ! Il faut laisser ce genre de fables à Mélenchon, ainsi que tous ses clones. S’il vous plait: gérer une société est un travail à plein temps, bien au delà des 35 heures, on a autre chose à faire, si nous le faisons, c’est que l’on est vraiment obligé, contre des  » consensuels, partenaires sociaux » de la CGT, Sud ou autres professionnels de la provoc.
      Qui peut croire, même bien avant l’arrivée d’ ultra gaucho 1er, que nous ne savions pas, qu’en cas de conflits graves, que nous avons toujours tort, face à la justice, et que nous sommes même obligés d’avoir des défenses passives, les syndicats ne souhaiteraient que cela, d’ailleurs, ils provoquent en ne cherchant que cela ?
      Il n’y a pas assez de places, sur les sites de gauche ?

    1. Jeanpierre

      Ben, un socialiste procédant du même esprit que le communisme, on a que des communistes, avec le goulag en moins. Objectif final : tout le monde ayant tout, plus personne n’a rien et la France devient un vaste goulag.

    2. simple citoyen

      Oui c’est ce que j’ai découvert aussi à l’occasion. Et sans les ténors connus et même Robert Hue qui est allé dans un groupe sénatorial dont je n’avais jamais entendu parler, mais qui est le plus ancien groupe parlementaire français…

  20. Jeanpierre

    On se demande où ils vont s’arrêter : le droit de vie et de mort? Ça me parait un minimum contre le méchant exploitant, cet esclavagiste patenté (car j’ai cru comprendre que certains socialistes comparent l’emploi à l’esclavage).

    « Donner un emploi à » autrui? Quel crime abominable!
    Rien que la mort « ne sera » capable
    d’expier « leur » forfait : on le « leur » fera bien voir.
    Selon que vous serez « salarié ou patron »,
    Les jugements « syndicaux » vous rendront blancs ou noir.

    (bon okay, j’ai un peu adapté la citation mais par respect, j’ai mis mes petites modif entre guillemets)

  21. simple citoyen

    Mon commentaire s’étant un peu perdu dans le fil, je le remets en substance: il s’agit à mon avis d’une simple reprise des lois d’amnistie présidentielle, mais pour les syndicalistes uniquement.
    D’ailleurs, le 6 mai jusqu’auquel seraient amnistiés les faits est pour rappel la date du second tour de la présidentielle 2012. Ce ne peut être un hasard.

  22. Yves Balle

    Vérité ? Honnêteté ? Assez des mensonges des hommes politiques ? Je vous recommande de vous pencher sur l’Union Populaire Républicaine (UPR) fondée par François Asselineau, un inspecteur des finances passé par HEC et l’ENA ainsi que des cabinets ministériels.

    L’UPR propose de sortir la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’OTAN. L’Union Européenne détruit notre démocratie en laissant à des fonctionnaires non élus, souvent étrangers de décider pour nous. L’euro détruit notre industrie, nos emplois, notre protection sociale parce qu’il est totalement inadapté, en raison de son cours vis-à-vis des autres monnaies, à l’état de notre économie. Enfin, il faut sortir de l’OTAN pour recouvrer notre pleine indépendance et une politique étrangère autonome et spécifique. Vive la France !

    http://www.u-p-r.fr
    http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

    1. Bof. L’Euro est seulement un révélateur. L’OTAN et l’UE ne sont pas franchement le coeur du problème, très loin s’en faut. Bref : de la fanfreluche. Venant d’un énarque passé par des cabinets ministériels, je ne suis pas surpris.

  23. Tea Party

    Coucou Taubira ! Je me présente: j’étais au côté d’un ami, il y a une dizaine d’années, lors d’une réception organisée par Arianespace, celui qui vous a demandé d’arrêter de remuer votre tête, car votre bruit de chaines d’esclaves, devenait infernal à supporter. Nous étions entre gens biens, je parle de nous, vous ne pouviez pas nous envoyer votre verre de champagne à la figure, mais ce n’est pas l’envie qui vous a manqué, vu que vous avez plus de corronés que votre président, votre premier ministre et tous les autres ministres hommes réunis.

    Comme vous étiez coincée, c’est moi, qui faisant l’angélique, vous a dit que j’avais discuté par hasard avec votre frère membre éminent de votre mouvement indépendantiste Walwari, que bien qu’habitué aux DOM, j’avais rarement entendu une telle virulence envers les blancs, la métropole, et que comprenant un peu votre créole, certains de vos écris, tracts de votre parti politique, étaient plus que limite, pour rester gentils et auraient déclenché la révolution dans vos contrés, si des blancs avaient eu la même attitude.

    Vous me faites peur Madame, car je vous sais très intelligente, plus que toutes vos collègues femmes, elles aussi réunies, ( oui, là c’est simple, face au néant absolu !) car vous restez ce que vous avez toujours été, une indépendantiste de gauche, exacerbée jusqu’à la pathologie, par les temps de l’esclavage, de la colonisation, qui elle n’a jamais d’ailleurs existé dans  »votre pays » comme vous dites, car les amérindiens, puis les blancs, étaient en Guyane bien avant les noirs.

    Rentrant une nouvelle fois de mission en Guyane, tous les gens biens informés affirment sur place, même une de vos amies d’enfance ? que c’est suite à un de vos fils, emprisonné pour affaire de drogues,  » traumatisé  » le pauvre chérubin, que la mère poule que vous êtes, comme trop d’ antillo-guyanaises, ce qui n’a rien de péjoratif, avait été encore plus choquée que lui, et vous voulez donc annuler la prison pour tous les récidivistes. Vous faut-il des dates, noms, précisions plus informatives ?

    Votre loi sur la reconnaissance de la traite négrière, comme crime contre l’humanité, ce que nul ne peut contester à condition d’y inclure la traite musulmane, dix fois plus importante, plus castratrice ! aux sens propre ! que vous refusez d’inclure, comme c’est bizarre ! à crée in fine, des dégâts phénoménaux en métropole, mais surtout dans les DOM, en rallumant, entretenant sans cesse, des rancoeurs, des braises, qui n’ont pas lieu d’être. Les rapports entre les races, vu que ce mot existe encore, deviennent de plus en plus tendu, ce n’était pas suffisant ? Il faut vraiment que vous démolissiez le peu de bon sens qui reste en France ?

    Je sais, que vous savez, qu’avant un collaborateur domien à qui nous demandions de travailler un peu plus, nous disait  » que l’esclavage avait été aboli » en plaisantant réellement. Maintenant il dit la même chose, mais sur un tout autre ton ! et avec d’autres conséquences !

    Madame, vous êtes pourtant issu d’un département le plus criminogène de France, vous le savez aussi, certains se font régulièrement  » allumer  » au fusil à pompe, pour récupérer leurs 20 € sorti du distributeur de billets, le plus au centre ville, pas loin du commissariat, sur la place des Palmistes. D’ailleurs certaines autorités policières, affirment que c’est la somme maximum que vaut la vie sur place.

    Vous êtes envahi de surinamiens, brésiliens, d’orpailleurs, trafiquants divers d’animaux sauvages, d’une faune, elle humaine  »bigarrée », qui n’ont qu’a traverser le fleuve, toujours armés même en plein centre ville, et vous continuez à être pro-immigrationnise, d’extrême gauche ? Encourageant ces faits ?

    Vous avez pris une quasi claque électorale dans vos propres terres à ce sujet, vous l’icone absolue, et vous voulez transformer malgré tout, envers et contre tout, la France en zone de non droit absolue comme  » chez vous  » ? ( Je signale aux non initiés, que de part le climat, tout le monde est en chemisette, sans veste, donc la bosse que crée une arme, dans le dos coincée sous la ceinture, est très repérable et que beaucoup ont cette excroissance ! par obligation, les honnêtes pour défense, les autres pour le  » travail  ». Pour anecdote, comme tous, deux hommes d’affaires guadeloupéens, habitués à aller en Guyane, trop habitués ! ont mis tout simplement leurs armes dans leurs attaché-case ! le portique de l’aéroport Pôle Caraïbe, ni les autorités n’ont apprécié la plaisanterie ! Ils furent condamnés en deçà du strict minimum que permet la loi, car aux Antilles-Guyane, tous savent ce qui si passe sur place, même le syndicat de magistrature, c’est pour dire !!)

    Madame, vous me créez des cauchemars, le peu que je connais de vous, est déjà de trop. Je vous répète, c’est l’âge je radote, mais je vous sais être une grenade dégoupillée, car votre intelligence est redoutable, votre caractère est en acier trempé et donc vous êtes d’une dangerosité effarante à un tel poste.

    1. Tea Party

      Je vous prie de me pardonner mes fautes d’orthographe ! c’est un cri du coeur, sorti sans assez de relecture, car je suis en plein boulot.

      1. fifou

        Une annecdote a rajouter, ma femme etait a St Domingue en vacances chez une amie il y a bien longtemps. Elle a joue au monopoli avec Mme Taubira (ma femme etait une enfant, la mere Taubira deja une adulte) elle et sa copine se sont rendues compte que Tuabira trichait, au monopoli contre des gamines de 10 ans…

  24. Maximilien

    Moi je la trouve bien cette loi.
    Je veux dire, si un jour, quelques milliers de français se décidaient à aller foutre le feu au Sénat et tuaient quelques uns de ces clowns communistes par accident (et donc bien involontairement), ils seraient amnistiés par la grâce de la France des bisous.

  25. Sarah

    Quand je suis tombee sur cette news…j ai ete scandalisee!! De quel droit peut on « depenaliser » ou donner amnistie a des fauteurs de troubles. En vertu de quel principe des faits delictueux peuvent ils etre amnisties ?
    Copinage et petits arrangements entre amis.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)