Réchauffement climatique : une majorité de sceptiques

Pour la presse française, l’avantage avec le réchauffement climatique d’origine humaine, c’est qu’il rassemble un très large consensus de scientifiques tous d’accord, et que la science est maintenant fermement établie. L’ennui avec la presse anglaise, américaine, et anglo-saxonne en général, l’ennui avec les universitaires notamment au Canada, l’ennui avec internet et la communauté scientifique, c’est qu’elle n’est pas d’accord du tout avec ce que pipeaute la presse française.

Dans les figures de proue de cette presse française si tendrement lovée contre les organisations para/méta/étatiques qui distribuent de la subvention, on retrouve régulièrement Foucart & Huet, qui sont au journalisme scientifique ce que les saucisses aux lentilles Raynal & Roquelaure sont à la cuisine étoilée au Michelin. Malheureusement, cette fois-ci, je ne pourrai pas aller piocher dans les consternantes bêtises qu’ils sortent habituellement pour camoufler l’effondrement des théories réchauffistes qu’ils entretiennent à grands renforts d’effets de manches.

Foucart & Huet

En effet, si la presse anglo-saxonne a plutôt bien relayé les dernières nouveautés en matière climatologique, nos deux compères de la tambouille Gaïa-compatible se sont bien gardés d’en faire profiter leurs lecteurs qui resteront, comme d’habitude, dans ces ténèbres un peu moites que ces deux journalistes d’opérette entretiennent pour eux. Et, lorsqu’on lit de quoi il retourne, on comprend pourquoi : une récente étude universitaire, peer-reviewed de surcroît, établit que seulement 36% des scientifiques et des ingénieurs croient que ce sont les humains qui sont responsables du réchauffement climatique. Par contraste, une bonne majorité des 1077 personnes interrogées croient que la Nature est la principale cause du récent réchauffement, et/ou qu’un éventuel réchauffement global à venir ne sera pas un très grave problème. Cela corrobore assez joliment deux précédents sondages qui avaient montré, l’un en 2010, puis l’autre en 2012, que la majorité des météorologues rejetaient la nature anthropique du réchauffement observé.

L’étude, relayée par Forbes (mais pas du tout par ces références de journalisme scientifique que sont Libération, Voici, le Monde, Biba, le Figaro, Marie-Claire, S&V Junior, etc…) montre que les personnes interrogées sont majoritairement sceptiques devant les affirmations habituelles d’un réchauffement climatique causé par l’Homme, et peuvent se ranger dans quatre grandes catégories :

  1. 24% forment le groupe de ceux qui estiment que les changements observés rentrent dans le cadre de ce que la Nature fait habituellement.
  2. 17% estiment que les changements climatiques sont en partie dus à l’intervention humaine, mais contestent l’opinion selon laquelle les débats scientifiques sur le réchauffement climatique, son origine et les modèles numériques du GIEC, serait clos. Ils posent généralement la question : « comment prendre une décision si les recherches sont biaisées ? »
  3. 10% estiment que les changements sont peut-être humains ou naturels, mais en tout cas, globalement inconnus, mais insistent surtout sur les effets néfastes de politiques de régulations mal pensées, notamment au plan économique.
  4. Enfin, 5% estiment que les changements sont autant dus à l’homme que naturels, qu’ils ne posent qu’un risque modéré, estiment que le débat scientifique n’est pas clos et sont les plus indécis concernant la précision et la pertinence des modèles proposés par le GIEC.

Au passage, on pourra aller lire l’étude, histoire de se convaincre qu’elle n’est pas le fait d’un groupe d’activistes de Shell, d’Exxon, d’Areva ou d’un fonds de pension capitaliste quelconque, et lire les questions posées ainsi que l’analyse menée, qui ne permet décidément pas de placer les auteurs eux-mêmes dans le camp des sceptiques (au contraire même). Mais bref : cette étude lance une nouvelle pierre dans la vitre déjà bien abîmée du consensus scientifique et de l’énorme communauté scientifique, toute bien homogène et main dans la main pour affirmer que oui, l’Homme est responsable des problèmes climatiques, et que oui, tous s’accordent à dire qu’il faut faire quelque chose (de préférence tous ensemble et avec une intervention des États un peu partout).

climategate

On pourrait croire que nos amis les animaux Verts se calmeront après cette nouvelle débandade, mais je crains qu’il n’en faille plus, et pendant plus longtemps.

Heureusement, le Dr. Rajendra Pachauri vient à ma rescousse. Pour rappel, il s’agit de nul autre que de l’ingénieur spécialisé dans les chemins de fer (ce qui lui a permis, comme on s’en doute logiquement, de récupérer la présidence du GIEC – si vous ne voyez pas le lien, c’est normal, c’est le GIEC). On apprend tout récemment qu’il a lui-même convenu qu’en fait, le réchauffement climatique s’est bien arrêté il y a 17 ans. Mieux encore : pour notre gardien du temple, le débat scientifique n’est pas clos, c’est même nécessaire de poser plein de questions, et que les vues iconoclastes (lire : « sceptiques ») sont absolument nécessaires au bon fonctionnement de la science. Encore une fois, on est à la fois loin du consensus hurlé ubi & orbi par les aficionados des taxes carbones, interventions étatiques musclées et autres clefs de bras écolo-compatibles. Et on est aussi très loin du « science is settled » d’un Al Gore qui pourrait bien retrouver cette phrase ridicule gravée en épitaphe de la pierre tombale qui lui sera dédiée lorsqu’il sera, enfin, mort de honte.

Du reste, on ne s’étonnera pas de la nouvelle position de Pachauri qui consiste maintenant à demander plus de 30 ou 40 années sans réchauffement (et non plus 15) pour revenir sur la conclusion générale déjà établie (la Terre se réchauffe, c’est tout, fermez le ban). Ceci permet de bien étouffer le débat sur l’écart maintenant de plus en plus criant entre les modèles numériques, sur lesquels des actions politiques furent et sont encore basés, ne l’oublions pas, et la réalité, qui refuse obstinément de se plier aux désidératas des petits totalitaires verts…

Je résume donc : les températures refusent de monter de façon claire depuis plus de 16 ans, le baltringue en chef du groupe de clowns du GIEC l’a reconnu alors qu’il soutenait mordicus le contraire, le fameux consensus, une fois, puis deux fois, puis régulièrement examiné, n’existe absolument pas, l’origine anthropique n’est toujours pas prouvée alors que de plus en plus d’éléments tendent, eux, à établir l’action prédominante du soleil, et l’aspect politique (attaché à une facture de plus en plus longue) des mouvements écologistes n’échappe plus à personne. En somme, tout le dogme s’effondre, pan par pan, morceaux par morceaux. Que fait la presse française ? Elle continue au mieux d’éviter le sujet, au pire, de ratiociner sur les vraies bonnes raisons qu’il y a de couper les radiateurs, arrêter les centrales nucléaires, interdire le gaz de schiste, surtaxer les voitures, empêcher l’exploitation du charbon, du pétrole et du gaz, et louer (à crédit) les vraies valeurs et le retour au dénuement, nettement moins consommateur d’énergie.

Ce pays, en plus d’être foutu, mérite-t-il une presse aussi médiocre ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires77

  1. Zendog

    Et hier, comme par hasard, Jean Jouzel était interviewé à C -à -dire pour un prix qu’il aurait reçu des Etats-Unis concernant ses travaux ! Jouzel, membre influent du WWF, nous a ressorti toutes les salades giecistes comme autant de vérités révélées , conforté en plus par le prix Nobel de la paix reçu par le GIEC dont il est le vice-président.
    En science le consensus n’existe pas !
    Il n’y a pas que les deux journaleux que vous mentionnez. Avant-hier, Christine Lagarde, directrice du FMI ,a déclaré que « si nous n’agissons pas sur le changement climatique, les générations futures vont être rôties, toastées, grillées, frites » Elle a du vocabulaire, la dame !
    A ce niveau de responsabilité, c’est très inquiétant.

      1. Sandra

        C’est bien possible, à force de rester plantée au rayon surgelé à contempler les frites et les panures. Ça a fini par lui congeler les deux ou trois neurones qui subsistaient dans la boîte crânienne.

    1. Je répondrai ce que je lui ai répondu :

      Intéressant, mais un peu à côté de la plaque : les sceptiques ne disent pas qu’il n’y a pas eu de réchauffement jamais du tout. Ils font la remarque (à laquelle Acrithène apporte son approbation) qu’il n’y a pas eu de réchauffement depuis 16 ans, ce qui est le temps minimum imposé par les réchauffistes eux-mêmes pour déclarer une tendance. En outre, le débat ne porte même pas sur la présence ou non du réchauffement sur les 16 dernières années, mais sur l’écart grandissant de ce qui est constaté (à peu près 0°C de réchauffement sur les 16 dernières années) et ce qui avait été modélisé (un réchauffement notoire). Autrement dit: la durée et la nature des résultats *observés* contredit de façon flagrante les modèles, ce qui devrait inciter les réchauffistes à une grande prudence sur leurs prédictions.

      1. mominette

        Les vrais climatologues sont formels : impossible de dire si la terre s’est réchauffée ou non, faute de données suffisantes.

        Et s’ils optent pur une possibilité d’un léger réchauffement, c’est parce que ce phénomène a été constaté sur toutes les planètes du système solaire il y a 20 ans. Des planètes, on le sait, où les innombrables habitants ont des comportements contraires aux principes éco-citoyens 🙂

  2. mominette

    Cette arnaque monumentale a créé tant de planques juteuses (au détriment du contribuable, ne l’oublions pas) que l’attérissage ne pourra se faire qu’en douceur.

    La voiture électrique « d’aveniur » pollue deux fois plus qu’une autre, si elle se recharge sur des centrales conventionnelles ; les lampes éco consomment pour éclairer alors que les lampes à incandescence chauffent à concurrence de la totalité de leur consommation et donc éclairent pour rien, le photovolataique ne renvoie sur le réseau que de l’électricité inutile mais lourdement payée, les éoliennes consomment plus qu’elles ne produisent en raison de l’adaptation permanente des centrales en back-up, bref, c’est la grande foire des camelots qui engloutit une partie croissance de notre économie sans rien lui apporter.

    D’ici peu, nous verrons arriver le « refroidissement planétaire », qui offre autant de joyeuses perpectives à l’escrolo-business 🙂

    1. Pandora

      Le réchauffement climatique est en effet un prétexte pour nous ponctionner : une contribution aux énergies renouvelables qui n’est absolument pas justifiée. M. Mestrallet (PDG de GDF) indique dans Challenge que cette politique ne fait que rajouter des surcapacités aux surcapacités dans la production d’électricité (étonnement : je croyais qu’on consommait trop d’électricité mais apparemment, nous sommes excédentaires en Europe).

      Résultat : une belle rente pour les producteurs d’éolienne et les fabricants de panneaux solaires. Comment ? les chinois dominent le marché des panneaux solaires ? Et voilà un effet pervers totalement attendu des subventions : les taxes prélevées en Europe financent les chinois.

    2. Golvrak

      Si je suis parfaitement d’accord avec le sujet du billet, à savoir que le réchauffement anthropique est une vaste arnaque je ne vous suis plus quand vous dites que les éoliennes consomment plus qu’elles ne produisent. Le RTE, qui n’est pas supect d’être pro-écolo, a calculé le contraire. Quant au photovoltaïque, les derniers tarifs sont à peu près égaux au prix de revient de la nouvelle centrale de Flamanville avec tous ses surcoûts. Le « lourdement payé », c’est du passé (à l’exception du résidentiel)

  3. Guillaume

    Vous n’avez rien compris. Tels les voyants qui déclarent après coup « avoir annoncé un événement », les réchauffistes auront toujours raison. D’ailleurs, vous pourrez observer un glissement sémantique, de réchauffement climatique on est passé à changement climatique.

    Donc :
    – Si les températures avaient monté, ça serait la faute du CO2 : on vous l’avait bien dit!
    – Si les températures déscendent : c’est la faute du CO2 qui dérègle le golf stream ammenant une baisse des températures qui va mener le monde à sa perte.
    – Si les températures stagnent c’est la faute au CO2, car en vrai la « nature » serait dans une phase de glaciation mais le CO2 vient compenser ce bel équilibre et donc entrainer une stagnation, qui va faire courir le monde à sa perte…

    1. Fwh

      On peut rajouter :
      -Si un événement climatique notable arrive, c’est à cause du réchauffement climatique.
      -Si aucun événement climatique notable n’a lieu pendant une certaine période, c’est à cause du réchauffement climatique.

      Mes félicitations à une présentatrice de Fox News, qui a tout de même réussi à demander en direct à son invité, si le réchauffement climatique pouvait être la cause du passage de l’astéroïde 2012 DA14 près de la Terre. Source : http://www.foxnews.com/science/2013/02/11/cnn-anchor-blames-asteroid-on-global-warming/

    2. Higgins

      Je plussoie. Dany le rouge, l’autre jour au cours d’un interview, a bien fait attention à utiliser le vocable « changement climatique ». Il n’est pas le seul dans ce cas.

  4. Peste et coryza

    Comme toujours, suivez le pognon, et vous aurez les réponses.

    Dans ce cas précis :
    Réchauffement climatique -> Marché carbone + baise des contribuables -> thune pour les politicards -> fonds et banques très connues… donc des gus, toujours les mêmes, même pas besoin de donner des noms… Al Gore est juste un baron voleur de plus.
    Avec en prime les achats forcés, et donc de juteuses plus values sur les
    boites d’ampoules écolo compatibles qui n’éclairent pas.
    Rappelez vous l’affaire du fréon, du volcan Erebus et du trou de la couche d’ozone. Le volcan était responsable, mais il n’est pas taxable. Les contribuables ont payés, et certains coquins se sont engraissés.

    Par contre, remarquez que les sujets écologiques réellement préoccupants pour le commun des mortels (disparition d’espèces utiles, terres arables, dégradation des sols, malformations et maladies chroniques en hausse y compris néo natales, immo moche et cher, bouffe de m*rde) ne font pas les gros titres de nos escrologistes.
    Normal : ça ne rapporte rien ces trucs là, et ce n’est pas aussi vendable que le bébé phoque sur sa banquise.

  5. xav

    On peut faire des chroniques biaisées aussi…. dans le même sondage :
    Regardless of the cause, do you think that global warming is happening?
    Yes 89%
    No 4%
    Don’t Know 7%

    1. « We find that virtually all respondents (99.4%) agree that the climate is changing. However, there is considerable disagreement as to cause, consequences, and lines of action (as outlined in Figure 2). « 

      « Third, we show that the consensus of IPCC experts meets a much larger, and again heterogenous, sceptical group of experts in the relevant industries and organizations (at least in Alberta) than is generally assumed. We find that climate science scepticism is not limited to the scientifically illiterate (per Hoffman, 2011a), but well ensconced within this group of professional experts with scientific training – who work as leaders or advisors to management in governmental, non-governmental, and corporate organizations. Following Levy and Rothenberg’s (2002) examination of the automotive industry, we find that professional experts employed in the petroleum industry are more likely to be sceptical of the IPCC and of anthropogenic climate change. « 

      En quoi les conclusions (qui sont celles tirées de l’étude elle-même, qui établit les grands types de réponses) sont elles biaisées ?

  6. Tea Party

    Pire que cela, le plus grand danger pour la terre, prévisible, quantifiable, certain d’arriver, est le surpeuplement. Mais là motus, et bouche cousue, nos khmers verts seraient obligés de détruire leur édifice dogmatique à la base.

    1. Aristarque

      Où cela ???? Il y a encore beaucoup de place disponible sur Terre, y compris aux USA…
      Ressortir Malthus n’est pas tendance en ce siècle…

      1. mominette

        Et pourtant, il serait temps !

        L’oasis qui assurait la prospérité de 300 familles et leurs troupeaux n’est plus qu’un bagne de misère quand on y trouve 8.000 habitants.

        Aucune famille pauvre de Calcutta ne peut survivre avec 11 enfants, sauf si elle fait travailler ces gosses dès trois ans, au détriment évidemment de leur instruction.

        La population de l’Afrique est passée de 350.000 ) un milliard en quelques décennies (vaccins sans stérilets !)

        Et même la politique extrême de la Chine avec l’enfant unique n’a fait que ralentir la croissance, sans la juguler.

        Tout cela n’apporte que famines, déplacements de populations et guerres.

        Il est temps de mettre en concordance la forte diminution de mortalité infantile avec le taux de fécondation des populations. Ce qui ne sera admissible que par une longue évolution des mentalités.

        1. Renseignez vous tout de même un peu pour la partie « fécondité » et « nb d’enfants par femme » : cela chute régulièrement, en Afrique et ailleurs, à mesure que la pauvreté diminue et le niveau de vie augmente (et ça augmente vite).
          Il n’y aura pas surpopulation. Et la Chine vieillit très vite (ça a donc plus que jugulé).
          Le nombre de guerres / conflits ouverts actuellement est le plus faible de l’histoire de l’Humanité.
          Le nombre de famines est en baisse constante ; les objectifs de l’ONU pour lutter contre la faim dans le monde ont été dépassés bien plus vite que prévus, obligeant l’institution internationale à s’en imposer de plus ambitieux.

          Il est temps d’aller regarder Google Gapminder et de se renseigner vraiment sur les stats mondiales, mominette 😉

  7. ML

    Des éléments édifiants sur la situation de la presse dans ce pays:
    On pourrait penser que la 37 ème position de la liberté de la presse en France résulte d’un complot
    http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html

    Le regard des citoyens français corrobore cette situation :

    http://www.contrepoints.org/2013/02/24/116006-de-lindependance-des-journalistes

    Et tout cela fonctionne avec des subventions de l’état, c.à.d. avec nos impôts.

    L’introduction d’une part de démocratie directe n’est pas pour demain.

  8. Hugues

    Alors que la science pourrait nous permettre de vivre avec la nature! Un peu comme le lichen, en développant par exemple la bio-ingénierie. Comme ça on ne perd pas trop de temps à décider si on est « pour ou contre » le réchauffement climatique!? 😀

    Quand la position officielle est de choisir entre A ou B, je vous conseil de choisir la C!

    1. vengeusemasquée

      C’est pas le genre. Au contraire, c’est tellement drôle de débattre férocement et de démonter les arguments que je doute qu’H16 cherche à s’en priver.

  9. Aristarque

    Je suppose que tous les impôts et taxes constructivistes qui ont été commis, crées ou renforcés pour faire face aux gravissimes conséquences d’un réchauffement climatique non démontré perdureront sans difficulté au delà du constat de cette absence de réchauffement…
    Remarquez combien il va être commode d’expliquer et justifier la hausse des taxes sur le gazole par le fait que cette subvention déguisée à ce carburant moins producteur de CO2 offciellement générateur d’un effet de serre renforçant le réchauffement, n’a plus de raison d’être.
    Bref, le principal problème est de taxer et accessoirement de trouver des prétextes sémantiques « honorables » pour le faire…

  10. NoName

    Tiens, encore HS (décidément !)
    J’ai appris que pour pouvoir annuler un RDV à Paul Emploi, on n’avait droit qu’à quatres motifs valables:
    – maladie avec certificat
    – accident de la route
    – grève des transports
    – décès d’un proche
    Je crois que y’a rien à ajouter…

    PS: Bravo pour l’article.

    1. Pour aujourd’hui, vous n’aurez qu’à utiliser le dernier motif « Décès d’un proche » : Hessel est mort, et il était proche de tous les Français, bien sûr. Bisous.

    2. Fwh

      Il faut nuancer : pour annuler un RDV, oui, c’est compliqué. Mais pour le reporter, c’est beaucoup plus simple, un coup de fil suffit, et aucun motif particulier n’est demandé.

      1. Higgins

        Il y aurait beaucoup à dire sur l’obligation qui est faite de passer par Paul Employ afin de préserver ses droits. Là aussi, la Liberté en a pris un coup.

      2. NoName

        @Fwh: Bah bizarrement, moi j’ai vu que même pour reporter un RDV fallait ça. Après, ça dépend peut-être aussi de l’humeur du fonctionnaire ou de son intégrité morale (ça arrive!) qui décide de ne pas vous radier parce que vous avez déplacé un RDV de trois jours.

        @H16: Excellente celle-là 😀

        1. Peste et coryza

          Pole emploi est aussi rempli de Kapos…
          Il faut voir le nombre de situations ubuesques…
          Et pour virer du chômeur des stats, ce ne sont pas les combines qui manquent…

          Quand liras-t-on dans la pravda (pardon, la presse) « un kapo de chez Pôle emploi sauvagement latté à coups de photocopieur par un chômeur désespéré ? »

    3. Lorg

      Un entrentien d’embauche ça ne compte pas dans les motifs ?
      Sinon quels motifs souhaiteriez vous invoquer pour ne pas vous présenter ? Sachant que vous êtes chômeur vous êtes supposés avoir du temps libre, sinon comment allez vous pouvoir dégager du temps pour aller travailler ?

  11. Sylvain Jutteau

    Comme l’a écrit Dererk :

    *******************************************
    *******************************************
    H16 = Radio Free Europe
    *******************************************
    *******************************************

      1. Sylvain JUTTEAU

        @ Simple citoyen.

        C’est loin d’être une erreur de post.

        Pardon pour le laconisme. Je dois donc être plus explicite :

        Radio Free Europe a été soutenue dès l’origine par le Congrès américain à destination des victimes des régimes socialistes et pour diffuser une information censurée à l’Est. Au départ, la radio était financée pour partie par la CIA. Elle tirait aussi ses ressources de donations privées.

        Radio Free Europe émettait depuis l' »Ouest » vers les pays socialistes de l' »Est », et dans leur langue. Parmi les journalistes, on comptait des dissidents passés à l’Ouest au péril de leur vie.

        Cette radio est toujours vivante et s’est adaptée à la nouvelle donne géopolitique en émettant par exemple à destination de l’Afghanistan.

        H16, grâce à son influence grandissante, remplit ce rôle de diffusion d’un point de vue différent. Il remet en cause le monopole de la vérité que croit incarner, pour faire bref, l' »énarchie ».

        Ce combat est en l’espèce d’autant plus vertueux qu’il n’est financé par aucune officine.

        D’ailleurs, sans verser dans l’excès complotiste, je suis prêt à affirmer que les services français connaissent l’identité de H16 et l’ont placé sous surveillance. Ayant moi-même eu affaire à ces services, je peux vous affirmer qu’ils sont très bien renseignés et font leur métier de façon remarquable.

        Même si le risque est moins vif, il me parait juste de dire que H16 est un vrai résistant, qui évoque l’époque de la guerre froide.

        Ce risque existe toutefois. Creusez l’affaire Buffalo Grill, et vous comprendrez la puissance luciférienne de l' »énarchie ».

        H16 est laissé tranquile tant qu’il reste sur le terrain de l’analyse. Il y joue son rôle avec intelligence et humour, et il est bien qu’il y reste.

        Ensuite, il y a aura des pragmatiques comme moi qui traduiront tout cela dans les faits.

        Patience, ténacité, intelligence stratégique, et nous retrouverons le chemin d’une société équilibrée et saine, où la valeur de chacun sera reconnue.

        Je fais le serment que la consommation d’anxyolitiques et le nombre de suicides vont chuter lorsque l’on rétablira à la fois les vertus et la liberté de commerce.

        La France y aspire profondément. Il reste à trouver la voie.

        Grosses bises.

  12. micromegas

    C’est curieux, pendant des années un troll réchauffiste nommé Warm hantait systématiquement tous les blogs où il était question de réchauffement climatique. On ne le voit plus. J’espère qu’il ne lui est rien arrivé.
    Cela étant, Msieu-Dames, vous avez eu le privilège d’assister en direct à la plus grande fraude scientifique de l’histoire. Dans 50 ans, si vous êtes encore là, vous pourrez dire fièrement : « j’y étais! »

  13. LeRus

    Claude Allègre sort de ce corps !!!

    Bon, maintenant, sans être un écolo-vivement-le-retour-à-l’âge-de-pierre, il est incontestable que l’action de l’homme sur la Terre a crée des dysfonctionnements naturels très préoccupants. Je pense à la canalisation des fleuves, aux barrages hydro-électriques, à la destruction des forêts et des haies, l’asséchement des marais et autres activités ayant remodelé le monde dans lequel nous vivons.

    Que l’on commence à réfléchir à l’impact que de tels projets ont sur la Terre est en soit une bonne chose. Mais je ne suis pas certains que cela passe par des auto-lib, des éoliennes ou l’arrêt des centrales nucléaires. Offrir aux pays pauvres des cuisinières à gaz pour remplacer la cuisine au bois, des moteurs neufs pour les jigsaws et mobylettes et des canadairs pour lutter contre les feux de broussailles auraient sans doute plus d’influence sur le climat mondial. Mais c’est curieux, les écolos préfèrent nous parler de la finance internationale (méchante) et des entrepreneurs expatriés (sociaux-traitres)….

    1. « Que l’on commence à réfléchir à l’impact que de tels projets ont sur la Terre »
      Oui bon pourquoi pas. Mais en pratique, l’impact est très très minime. Croire que l’Homme influe sur un truc comme la Terre, c’est juste n’avoir pas tout à fait le sens des proportions. Rien de grave tant qu’on n’impose pas ensuite les choix de ses erreurs, hein.

  14. MadeInCH

    Bandes de gens trompés! Vous avez tout faux!

    Le complot de l’hypothèse du réchauffement anthropique ne fontz que défendre nos civilisations!

    En taxant les énergies fossiles, nous tentons de dépendre moins de nos amis en turbans.

    Mais cette politique serait mal vue du grand publique car considérée wacistes et repliaire -sur-soi.

    C’est pourquoi ce complot est tellement soutenu: Pour amener le troupeau à une situation de dépendance moindre au pétrole.

    Et en fait, rien que pour ça, moi j’ai cessé de lutter contre cette fabulation qu’est le réchauffement anthropique.

    1. « En taxant les énergies fossiles, nous tentons de dépendre moins de nos amis en turbans. »
      Mais alors, pourquoi on lutte contre les gaz de schistes ?

      1. MadeInCH

        hussardbleu – 28 février 2013
        Ce ne sont pas les mêmes.
        Les écolo sont aussi contre le nucléaire par dogme.
        En fait, par dogme, les écolo sont contre l’énergie. Certains sont même les éoliennes, parce que ça fait peur aux pltits oiseaux.

        Perso, je me dis que à force de taxer les énergies fossiles, l’on va arriver à une société ou ces énergie auront moins d’importance.
        La société sera moins confortable par bien des aspects.
        Mais d’un autre côté, le pays sera plus indépendant. Et ça, c’est important, pour moi en tout cas.

        Alors oui, je pense que l’histoire du réchauffement anthropique, c’est de la blague.
        Mais perso, j’ai cessé de lutter activement contre.
        Je ne vais tout de même pas lutter pour non plus!
        De plus, le Pic du Pétrole est une réalité. Je ne sais pas si on l’a passé ou si il vient bientôt, mais aurtant commencer à se préparer à une économie avec moins de pétrole.
        Exemple:
        http://www.romandie.com/news/n/_L_industrie_petroliere_colombienne_en_essor_face_au_defi_de_ses_reserves59270220130920.asp

        Ce que je retiens sur la Colombie:
        Ce que je retiens:
        1) Des réserves prouvées pour 5 ans. Recherches désespérées pour en trouver d’autres.
        2) Augmentation du débit par année. Donc:
        2a) Plus d’argent qui rentre maintenant.
        2b) Des réserves qui s’épuisent plus vite.

        2c) Questions: Ne vaudrait-il pas mieux économiser le pétrole, qui aura plus de valeurs lorsqu’il sera plus rare?
        Réponse: Non, non! On veut tout de suite! Demain, on aura, heu.. on aura… heu… on verra…

  15. hussardbleu

    J’adore les trawls…. ouais, ma prononciation est altérée par de mauvaises fréquentations, côté Confédération… mais comment qualifier un troll qui se laisse tirer comme ça ?

  16. MadeInCH

    C’est moi, le Troll?

    Désolé, je me suis mal exprimé, alors.
    Mon avis est que:
    1) le réchauffement anthropique est une blague.
    2) Les gouvernement en profitent pour se sucrer dessus.
    3) La consommation de pétrole baisse.
    4) -> Notre dépendance par rapport à certains pays peut baisser.
    Ce dernier effet, qui n’est surement pas voulu au départ, mais est un effet secondaire, voir tertiaire, est celui qui me semble le plus important.

    1. Aristarque

      Désolé pour la place de ce commentaire qui abondait celui d’H16 sur le point que ce pseudo réchauffement avait fait payer le con de tribuable…

  17. Blueberry

    Mais pourquoi ce thème du réchauffement climatique transforme des gens normalement intelligents -comme l’auteur de ce blog- en fous furieux ? Les chercheurs en sciences du climat, entre instrumentalisation cynique par des écologistes ignares et dénigrement par des libéraux ignares, se sentent, eux, définitivement seuls.

  18. Blueberry

    Ils se sentent seuls parce que si vous en connaissiez, notamment les plus jeunes d’entre eux, vous sauriez qu’ils sont généralement loin d’être écologistes, qu’ils estiment tout aussi souvent que ces derniers leur portent du tort, que les Unes de Sciences et Vie Junior avec des photos de fin du monde climatique les font rire comme tout le monde et que leur recherches peuvent (doivent, sinon l’intérêt est limité) remettre en cause des modèles, les affiner, même en évaluant un réchauffement à la baisse et être publiées et discutées librement.

    Qui parle de « consensus scientifique » ? Eux ? Vous plaisantez ? Vous pensez que l’idée que le réchauffement climatique puisse ne pas se finir en catastrophe planétaire ne fait pas l’objet de discussions ? Des débats clos ? Gné ? Sur quelle putain de planète ?

    Et c’est quoi cette idée de tout mélanger ? Vous croyez que ceux qui sont publiés dans la première partie du rapport du GIEC sont les mêmes que ceux qui défendent les taxes carbones ? Vous bittez rien à leurs recherches mais vous les nommez clowns ? Sérieux ? Et après vous vous grattez le cul en vous bidonnant aussi ?

    Et qui partage cette idée qu’on a « fermé le ban » sur le réchauffement climatique si ce n’est vous et les écologistes, le seul point où vous semblez être d’ailleurs d’accord entre vous ?

    Pourquoi impliquer l’immense majorité des chercheurs dans votre querelle politique ? Parce que vous vous branlez totalement de la science comme le plus vulgaire écologiste venu ?

    Ce pays mérite-t-il des libéraux aussi médiocres ?

    1. C’est ça, là, ce truc, vos arguments ? Vous comprenez un peu de quoi il retourne (je ne parle pas réchauffement, là, mais de rhétorique) ou vous balancez vos vérités révélées ?

      Parce que moi, je vois un paquet de questions à côté de la plaque, des hommes de pailles (qui dansent en farandole), et une grosse mauvaise compréhension de la position tant des libéraux que la mienne expliquée dans ce blog.

  19. Quemoi

    Je n’ai pas d’avis tranché sur le fond du débat, car contrairement à vous mes connaissances en sciences de la nature ne me permettent pas de trancher. En revanche, une simple lecture de l’étude, et une connaissance rudimentaire des sciences sociales, me permettent de suggérer que l’affirmation « seulement 36% des scientifiques et des ingénieurs croient que ce sont les humains qui sont responsables du réchauffement climatique » est fausse sauf, si on considère que « The Association of Professional Engineers and Geoscientists of Alberta (APEGA) » est représentative des scientifiques en général. Je vous laisse en faire la démonstration.
    D’ailleurs, la lecture du résumé de l’article suggère que les auteurs de l’article ne tirent pas exactement les même conclusion que vous de leurs données « we contribute to the understanding of ‘defensive institutional work’ by professionals within petroleum companies, related industries, government regulators, and their professional association. » Nous sommes certainement ici dans l’interprétation, mais cela mérite tout de même, a minima, discussion, avant toute affirmation péremptoire.

  20. vivalatina

    Cela me rappel la lecture d’un livre de Claude Allègre sur le climat. J’y avais trouvé une position bien loin de ce que nous décrivent effectivement la presse et les journalistes en France, appuyés par des études internationnales.
    en parlant de ce sujet avec des amis qui ne voyaient que les infos de la télés, ils m’ont regardé de travers. incompréhension. Et pourtant, le climat de la terre change depuis toujours.

Laisser un commentaire